Vrin https://books.openedition.org/vrin CC0 contact@vrin.fr Thémistius La Métaphysique d’Aristote culmine dans le livre Lambda (XII). Il résume les livres précédents, puis se lance dans une fantastique description de Dieu, Premier moteur immobile de l’univers et Penser se pensant soi-même.
Le premier à nous en avoir laissé un commentaire est Thémistius, au ive siècle. Entre lui et l’époque d’Averroès, d’Albert le Grand, de Thomas d’Aquin, rien ne nous est resté sur Lambda.
Thémistius paraphrase le texte, et y mêle de très importantes digressions.
L’original grec est perdu. De la traduction arabe, nous n’avons que des fragments. Mais elle avait été intégralement traduite en hébreu.
C’est à partir de ces deux sources que Rémi Brague propose ici une traduction littérale, avec une introduction et des notes explicatives.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/1137 2024-04-12 Thémistius et Rémi Brague Vrin fr Vrin
La part du bronze Le problème de Platon est plus que jamais le nôtre : quelle place donner à l’économie dans la cité ? Si nous étions assez sages pour être semblables aux cochons de Glaucon, à ces animaux dont les besoins n’outrepassent jamais la limite du nécessaire, nous n’aurions nul besoin de la politique pour pacifier nos rapports et nous civiliser. Mais nous sommes pour la plupart privés de cette sagesse spontanée : le bonheur et la justice dans la cité exigent que les animaux économiques que nous sommes naturellement deviennent des animaux politiques, au mieux persuadés qu’ils y gagnent, au pis – et c’est pour Platon le cas le plus fréquent – ne s’y soumettant que de mauvaise grâce, sous la menace et la contrainte. Seule une politique intelligente et autonome, qui prescrive leurs fins aux pratiques économiques au lieu de se les voir prescrire par elles, pourrait nous faire échapper aux conflits de tous ordres que ces dernières provoquent dans les cités mal gouvernées : conflits militaires, politiques, sociaux et psychiques.
Qui, hormis les tenants de l’autorégulation des mécanismes économiques, pourrait aujourd’hui dresser le constat contraire ?
Cet ouvrage est le seul entièrement consacré à l’invention par Platon de l’économie politique.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/1285 2024-04-12 Étienne Helmer Vrin fr Vrin
« L’art de bien lire » La philologie, hypertrophie d’une pulsion de connaissance objective devenue tyrannique, d’une volonté de savoir à tout prix, emportée par une passion monstrueuse qui ne sait plus choisir, qui refuse désormais de penser et néglige de s’interroger sur la valeur des différentes connaissances, doit-elle être fuie ? La philologie, paradigme de l’éducation à la rigueur, à la scientificité au sens le plus noble du terme, maîtresse de probité intellectuelle et protection contre les délires imaginatifs qui s’emparent si aisément de la méditation philosophique, principe de la maîtrise de soi et du sacrifice des préférences subjectives naïves ou spiritualisées, doit-elle être poursuivie ? Toute la réflexion de Nietzsche est comme tendue entre cette double appréciation. Par laquelle l’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra cherche précisément à faire saisir à son lecteur comment il convient de repenser la pratique philosophique. Peut-être en effet la philosophie n’est-elle pour Nietzsche, en un certain sens, que la philologie continuée par d’autres moyens – et peut-être même est-ce là ce que veut suggérer la caractérisation fondamentale de cette dernière comme « art de bien lire ».

]]>
https://books.openedition.org/vrin/1390 2024-04-12 Jean-François Balaudé et Patrick Wotling Vrin fr Vrin
Langage et image dans l’œuvre de Platon Comment rendre compte du langage et de ses effets, qu’ils soient de vérité ou d’illusion ? Comment décrire les puissances de l’image, qu’elles soient ouverture vers un ailleurs ou idole masquant le vrai ? Ces deux questions, Platon les pose de façon solidaire, comme en surplomb de ces partages consacrés par la tradition qui opposent sans plus de précaution le sensible à l’intelligible, les figures poétiques au discours rationnel, les artifices mimétiques du sophiste à la rectitude linguistique du philosophe.
Le présent ouvrage s’attache à défaire ces simplifications et à renouer le fil que suit Platon quand il se sert de l’image pour penser le langage et du langage pour penser l’image.
Si, tour à tour, un des deux termes forme le paradigme de l’autre, on s’est efforcé de montrer qu’il s’agissait à chaque fois d’un paradigme ambigu, signalant autant la proximité que l’écart. La proximité, quand les mots se lient au monde selon un rapport de ressemblance ou de correspondance, chaque version de ce lien spéculaire étant antagoniste de l’autre. L’écart, quand le langage se voit reconnaître une spécificité, la représentation symbolique du non-être, qui échappe à l’image tant plastique que psychique. Mais écart qui fonde à nouveau une similitude, quand la parole mensongère mime le simulacre en détachant l’objet sur lequel elle porte de ses différences constitutives.
Paradigme qui revêt enfin une fonction ironique, peut-être aporétique, à considérer du moins son application au discours même de Platon dont il éclaire la modalité expressive et l’articulation en différents niveaux – noétique, physique, politique –, tout en permettant d’affronter l’étonnant paradoxe d’une dialectique sans images présentée avec force métaphores.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/2890 2024-04-12 Fulcran Teisserenc Vrin fr Vrin
La science des hommes libres « Il n’est pas facile à l’occupation la meilleure d’avoir bonne réputation auprès de ceux qui s’occupent d’activités toutes contraires. » Pourquoi, demande la République, les philosophes sont-ils ainsi déconsidérés ? Quand Socrate reprend cette question dans le Théétète, il la traite de façon « digressive » et brosse deux portraits antithétiques.
Le philosophe est alors vu du dehors : ce n’est pas ce qu’il dit mais sa manière de vivre avec loisir et liberté qui donne lieu à éloge. En comparaison, les urgences, obligations et valeurs sociales semblent risibles. La recherche de la vérité impliquerait-elle un genre de vie différent de celui du commun des mortels ? La situation n’a-t-elle d’ailleurs pas évolué au point de faire du philosophe le détenteur d’une sagesse accessible à tous, face aux langages de plus en plus techniques des divers domaines de connaissance ? À partir d’une lecture profonde du rôle que la digression joue au cœur du Théétète, cet ouvrage explore les différents contextes dans lesquels elle s’inscrit. Il peut ainsi retracer la naissance et l’évolution de la thèse, si influente dans l’histoire occidentale et si discutée aujourd’hui, d’un savoir rationnel, autonome et en droit universel, mais voué à être incompris de la plupart.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/4382 2024-04-12 Thomas Bénatouïl Vrin fr Vrin
La mesure du savoir Qu’est-ce que savoir ? À cette question posée par Socrate à un jeune mathématicien prometteur, le Théétète ne semble offrir que réponses négatives et impasses. Ni la perception, ni l’opinion vraie, ni même l’opinion vraie accompagnée d’une raison ou d’une justification ne semblent pouvoir se mesurer à l’exigence contenue dans ce que Platon appelle « savoir ». Comme les Dialogues dits « socratiques » le Théétète s’achève donc sur une aporie, mais il est le premier moment d’une trilogie dont les deux autres volets (le Sophiste et le Politique) déploieront le savoir sûr de lui-même d’un étranger venu d’Élée devant un Socrate au silence assourdissant.
Les études figurant dans ce volume examinent dans une première partie chacune des trois réponses proposées successivement. Les méandres que Socrate est contraint de parcourir pour réussir à les réfuter appellent des lectures raffinées, et divergentes : on ne peut commenter « objectivement » le Théétète, il force son lecteur à réfléchir et à prendre parti, il « l’accouche » comme Socrate accouche le jeune Théétète.
Une seconde partie s’attache ensuite à la manière dont le Théétète a été lu et utilisé dans l’Antiquité et au-delà (jusqu’à Montaigne). Il apparaît que les questions soulevées dans la première, à propos notamment de la structure aporétique du Dialogue, de la théorie de la perception, du statut du monde sensible, de la possibilité de l’erreur, sont celles-là même qui continuent à préoccuper les interprètes ultérieurs. En retraçant les grands moments de la réception du Théétète, de ses premiers lecteurs académiciens à Plotin en passant par le commentateur médio-platonicien ou encore par Thrasylle, les contributions rassemblées démontrent que l’héritage du Théétète est aussi riche que complexe, et en particulier que ce Dialogue joue un rôle prépondérant dans les débats violents qui ont opposé les platoniciens aux stoïciens - en qui il faut reconnaître les dignes héritiers des initiés du Théétète et des Fils de la Terre du Sophiste.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/4502 2024-04-12 Dimitri El Murr Vrin fr Vrin
La vérité pratique Pourquoi cet admirable éloge de la phronèsis qu’est le Livre VI de l’Éthique à Nicomaque a-t-il donné lieu à tant d’interprétations différentes et même contradictoires, tant de lectures passionnées et parfois militantes ? Peut-être parce que la manière propre qu’a Aristote de penser la vérité pratique, d’articuler l’intelligence aux circonstances, de l’enraciner dans une culture vivante, réussit une synthèse dont nous ne cessons de chercher à percer le secret. Un commentaire continu du Livre VI est suivi ici d’une dis­cussion de quelques questions essentielles et se prolonge en ouvrant quelques perspectives.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/6012 2024-04-12 Jean-Yves Chateau Vrin fr Vrin
La Rhétorique d’Aristote La Rhétorique d’Aristote, un texte sans histoire ? Les travaux regroupés dans ce volume s’efforcent à l’inverse de mettre en lumière les approches multiples qui ont été faites de ce texte sur une période longue (de l’Antiquité au xviie siècle) et dans des traditions différentes (traditions grecque antique et byzantine, latine romaine et médiévale, traditions arabe et juive médiévales, traditions humanistes de la Renaissance et du début de l’âge classique). L’étude de la circulation et de la connaissance du texte, de ses traductions, de ses commentaires, de sa place dans un corpus de textes historiquement déterminé, dans des contextes institutionnels et culturels donnés, fait apparaître les chemins sinueux et variés, convergents ou divergents, de ses lectures plurielles.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/6700 2024-04-12 Gilbert Dahan et Irène Rosier-Catach Vrin fr Vrin
Platon et Paul au bord de l’abîme Quel ou qui est ce mystérieux katéchon ? Quelle force désigne ce terme capable de « retenir » la course vers l’abîme des sociétés humaines, au moins pour un certain temps ? Terme rare, présent chez Paul, et dont ce livre veut retracer l’histoire, et rechercher l’origine. Ainsi, Augustin avoue sa perplexité mais adhère à l’interprétation commune qui assimile le katéchon au pouvoir politique de Rome, identification aussi bien erronée que dangereuse. Si le mystère est resté intact jusqu’à nos jours, la raison en est la séparation radicale entre la tradition logico-philosophique et la tradition théologico-religieuse. L’hypothèse proposée dans cet ouvrage avance que ce n’est au contraire qu’en rapprochant Paul de la tradition platonicienne et de Platon lui-même que la logique katéchontique, logique de l’évitement du plus grand mal, prend sens. De la logique katéchontique à la logique constituante du corps politique, les leçons platoniciennes transparaissent dans les épîtres pauliniennes.
Leo Strauss disait que pour comprendre la modernité occidentale, il faut être soit un philosophe ouvert à la théologie, soit un théologien ouvert à la philosophie. Le dialogue entre Paul et Platon est parmi les plus riches de la tradition occidentale, et ce serait une énorme perte que de s’interdire d’y voir plus clair sous prétexte que l’on ne doit pas mélanger les registres.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/7860 2024-04-12 Panagiotis Christias Vrin fr Vrin
Contre Platon, vol. 1 Pourquoi, comment, devient-on antiplatonicien ? A l’évidence, en s’opposant au platonisme, d’emblée le problème se complique, car il n’est pas certain après tout que Platon, si obstinément absent de ses propres dialogues, si délibérément anonyme, ait été platonicien. Comment s’opposer à qui ne parle jamais en son nom, pourquoi réfuter une doctrine que son auteur n’a jamais présentée comme telle ni revendiquée comme sienne et dont le sens semble pouvoir être librement élaboré par les adversaires du moment et pour les besoins de leur cause ? En quoi le platonisme autorise-t-il ces attaques globales et parfois étrangement violentes ? Peut-être est-ce parce que chaque époque croit y déceler ce qu’elle tient pour la forme extrême de la démesure et de l’orgueil philosophiques, indiquant du même coup les problèmes et les attitudes jugés par elle tolérables en philosophie.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/8782 2024-04-12 Monique Dixsaut Vrin fr Vrin
Contre Platon, vol. 2 Ce volume, qui s’attache aux différentes figures de l’antiplatonisme à l’époque moderne et contemporaine, s’organise selon trois perspectives. La première est celle du renversement ou du dépassement de la métaphysique spéculative voulus tant par Kant et Nietzsche que par Heidegger et Wittgenstein. Est exposé ensuite le procès politique intenté à Platon lors de la Première Guerre mondiale par Popper, Russell et Crossman, avec comme chef d’accusation un totalitarisme supposé, atténué parfois en anti-libéralisme. Il en résulte un certain malaise dans l’interprétation, les commentateurs se trouvant pris entre le désir de présenter un Platon plus traitable et qui partagerait finalement les présupposés de ses adversaires, et celui de restituer à sa pensée toute sa force de provocation.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/9022 2024-04-12 Monique Dixsaut Vrin fr Vrin
Le renversement platonicien Le Renversement platonicien n’est ni un commentaire de type philologique ni une approche de style idéaliste, ni une explication d’obédience historiciste ou déterministe. Par questionnement, lecture et interprétation des textes, qui ne sont pas exclusivement platoniciens, on a voulu produire une sémantique philosophique.
Le sous-titre Logos, Epistémè, Polis entend souligner la double actualité de Platon sur un triple registre. Celui d’une « linguistique » où, par une théorie iconographique du nom et la fonction sémantique de la vérité de la proportion, la dialectique s’apparente à une philosophie du langage. Celui d’une « épistémologie » où, sur le tableau des « sciences » et des « arts » et pour résoudre la crise des « irrationnelles », la science géométrique occupe la position d’un savoir dominant. Celui enfin d’une « politologie » qui aborde les questions fondamentales pour la cité, de la nature et de la loi, du droit et de la violence, de l’égalité et de l’inégalité mais travaille aussi à partir de modèles « géométriques », de schèmes « esthétiques » et d’emprunts « ethnographiques » à la construction d’une cité théorique – la cité idéale.
Ce qu’il est convenu d’appeler la doctrine des idées, ainsi réexaminée à la convergence des problèmes du langage, de la science et de la cité, ne peut plus dès lors être interprétée sous l’hypothèse de l’« idéalisme ». Elle se manifeste comme une série de questions de sens où s’indique une philosophie de la raison. « Partout où le logos nous porte, c’est là qu’il faut aller », tel en serait le mot d’ordre, mais avec la précision qu’à l’articulation du mythique et du théorique, du tragique et du philosophique, et plus profondément de la déraison et du logos, le rationalisme platonicien n’est pas fait que de raison.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/13798 2024-04-12 Henri Joly Vrin fr Vrin
Querelle autour de « La Naissance de la tragédie » « En Allemagne, on se plaint beaucoup de mes excentricités. Mais comme on ne sait pas où est mon centre, on aura de la peine à savoir où et quand j’ai été excentrique jusqu’à présent. Prenons par exemple le fait que j’ai été philologue - j’étais par là en dehors de mon centre (ce qui ne signifie pas, heureusement, que j’ai été un mauvais philologue) ». Cette lettre, écrite par Nietzsche en 1887, est le dernier écho de la querelle suscitée par la parution, en 1872, de la Naissance de la tragédie. Deux conceptions de la philologie s’affrontent : celle qui y voit la pratique d’une science rigoureusement historique, défendue par un Wilamowitz alors âgé de 24 ans, et celle – soutenue par Rohde (qui en avait 27) – d’une philologie rendue par Nietzsche problématique, sommée de prendre conscience de ses buts et de l’étrangeté du phénomène grec. La querelle fut d’une violence extrême, et l’amitié, la jalousie, l’admiration, la haine se trouvent ici à l’état pur.
L’épisode eut des conséquences décisives sur la vie de tous ceux qui en furent les acteurs, et d’abord sur Nietzsche, qui finit par abandonner sa chaire de philologie, commença son errance, et devint lui-même.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/22013 2024-04-12 Monique Dixsaut, Michèle Cohen-Halimi, Hélène Poitevin, Max Marcuzzi, Friedrich Nietzsche, Friedrich Ritschl, Erwin Rohde, Ulrich von Wilamowitz-Möllendorff, Richard Wagner et Cosima Wagner Vrin fr Vrin
La folie humaine et ses remèdes Ce dialogue met aux prises Socrate avec Critias, sophiste et tyran à la fois, et se situe au début de la guerre du Péloponnèse, une guerre fratricide et désastreuse où la puissance d’Athènes chancelle et où l’unité du monde grec est à jamais perdue. C’est sur fond de folie et de démesure qu’ils s’entretiennent de la modération.
Il est urgent alors d’interroger cette vertu de l’ordre et ces attitudes qui passent pour civilisées – agir posément, savoir se retenir – de critiquer cette sorte de sagesse morale et politique ambivalente. Rester tranquille et s’occuper de ses affaires, est-ce inertie ou réflexion prudente ? Quand tout le comportement de Socrate est à l’inverse de cette modération-là et quand il est impossible de bien faire si on ignore le bien qu’on fait, alors il faut déchiffrer l’énigme de la prescription delphique : « connais-toi toi-même ».
La vertu chez Platon s’accompagne d’intelligence ; l’interrogation sur la modération est essentielle quand le nom de sophrosunè signifie « sauvegarde de l’intelligence ». Le Charmide est sans doute le dialogue où la rivalité entre le philosophe et le sophiste est à son comble sur des questions que l’horizon de la guerre rend exceptionnellement aiguës. Dans un monde en perdition, où est le salut ? Dans un monde près d’éclater, où est l’unité ? Dans un monde plein de conflits, qui a la puissance ?

]]>
https://books.openedition.org/vrin/22148 2024-04-12 Marie-France Hazebroucq Vrin fr Vrin
Leo Strauss : Art d’écrire, politique, philosophie L’ambition de cet ouvrage est d’examiner la pensée de Leo Strauss (1899-1973) et d’étudier à partir d’elle les stratégies d’exposition et de dissimulation de la philosophie. Strauss demeure en France un philosophe peu connu et parfois mal compris. Il a pu être considéré comme l’auteur d’un seul livre, Droit naturel et histoire, dont les thèses ne peuvent être évaluées qu’à partir de l’art d’écrire qu’il pratiquait et auquel il avait consacré un livre, Persecution and the Art of Writing (1952), qui ne doit pas être tenu pour un simple manuel de lecture des textes classiques, ni séparé de tout enjeu politique et philosophique.
Les études ici réunies s’attachent à reconstituer l’idée de l’hypothèse d’un « art d’écrire oublié » et examinent la fécondité et les limites de la conception straussienne de l’écriture philosophique. Ces études sont précédées d’une traduction de la première version de l’article « La persécution et l’art d’écrire » (1941).

]]>
https://books.openedition.org/vrin/22288 2024-04-12 Laurent Jaffro, Benoît Frydman, Emmanuel Cattin et Alain Petit Vrin fr Vrin
Aristote. Une philosophie pratique La singularité la plus frappante de la philosophie d’Aristote est que, pour la toute première fois dans l’histoire de la pensée occidentale, elle institue avec la plus grande rigueur la pratique humaine dans son autonomie, tant vis-à-vis de la théorie que vis-à-vis de la technique. La rationalité des « choses humaines » - c’est-à-dire celle du monde auquel nous sommes, pour autant qu’il est configuré jusque dans son sens par notre pratique éthique et politique - ne relève en effet pour lui ni de la connaissance théorique des causes de ce qui est, ni d’un quelconque savoir-faire techniquement efficace ou rhétoriquement persuasif. Pratique, politique et bonheur humain s’articulent dès lors en une constellation de sens radicalement différente de celles que Platon, d’une part, et les sophistes, d’autre part, avaient pu mettre en place, sous l’égide, pour le premier, de la sagesse théorique et, pour les seconds, de la compétence langagière. C’est cette constellation que le présent volume entreprend de parcourir.

On entrecroise ici les thèmes directeurs de la praxis, du langage, du savoir politique et du bonheur humain. Cet entrecroisement permet de cerner les contours de la conception aristotélicienne de la « vérité pratique » et des modes du langage susceptibles de la dire au plus juste et de la faire partager. L’ordre spécifique du bonheur humain s’en trouve éclairé, ainsi que le rapport entre ce bonheur et les vertus, ou entre l’essence et le « type » dans le domaine de la connaissance pratique.

Au bout du compte, c’est bien l’expérience d’une certaine sensibilité du langage philosophique à la spécificité de la pratique humaine que la lecture d’Aristote nous engage à redécouvrir et à refaire, chaque fois, à nouveaux frais.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/652 2022-10-10 Pierre Rodrigo Vrin fr Vrin
Mondes, formes et société selon Giordano Bruno Centrées autour de la question des relations entre la philosophie de la nature et la critique religieuse, les études réunies ici proposent autant de lectures de la pensée de Giordano Bruno qui mettent en avant son rôle décisif dans cette crise des formes de médiation qui pourrait caractériser la philosophie moderne, depuis la Renaissance jusqu’à la querelle du panthéisme. Outre des commentaires relatifs à la philosophie de la religion et de l’histoire, à la métaphysique et à la cosmologie de Bruno, ainsi qu’à son procès devant les tribunaux de l’Inquisition, une partie du volume est consacrée à la réception ambiguë du philosophe italien, jusqu’à Jacobi et Schelling.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/760 2022-10-10 Tristan Dagron et Hélène Védrine Vrin fr Vrin
<em>Sub specie Hominis</em> Une appréhension de la réalité sub specie hominis, d’un point de vue strictement humain : Eugenio Garin caractérise en ces termes la pensée de la Renaissance, comme une humanisation de l’approche de la réalité « en termes de liberté, de volonté et d’action ». Cela ne signifie pas que le pragmatisme est le dernier mot de l’humanisme, ni que l’homme est la mesure de toutes choses, mais que notre connaissance est essentiellement une connaissance par les effets : effets naturels, effets de la volonté divine dans la nature, effets des volontés humaines libres dans l’histoire. C’est dire aussi que, si toute métaphysique, voire toute théologie n’est pas impossible, c’est seulement à condition de mettre en place des dispositifs permettant de s’élever à ces types de connaissances qui dépassent les capacités humaines. Les études que nous présentons sont consacrées à la philosophie naturelle chez Cardan, Telesio et Campanella, et au rapport entre nature et histoire chez Machiavel, Guichardin, Patrizi, Bodin et Montaigne. Elles s’attachent à montrer que la philosophie naturelle et l’histoire, en qualité de réflexions sur la théorie de l’action et sur les procédures du savoir, ont eu des rôles privilégiés dans la formulation de cette approche, dont un des enjeux principaux est le rapport des penseurs du xvie siècle à l’humanisme. Le caractère occulte de la volonté divine et des volontés humaines libres impose à la fois des limites et une identité propre aux tentatives de maîtrise de la réalité par la connaissance et par l’art humain, qu’il s’agisse, sur le versant pratique, d’élaborer un art du temps, ou sur le versant théorique, de rassembler la totalité de la mémoire humaine.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/972 2022-10-10 Marie-Dominique Couzinet Vrin fr Vrin
Mousikè et aretè Cet ensemble de contributions, offertes par des spécialistes de disciplines différentes réunis autour de la question des rapports de l’Éthique à la Musique, se propose d’examiner la façon dont la musique s’est ajustée à l’âme, afin d’y ancrer les valeurs de la civilisation occidentale, sur une vaste période allant de la plus haute Antiquité jusqu’à l’âge moderne.

La période ainsi délimitée a été retenue parce qu’elle voit se substituer la philosophie à la musique et offre le tableau saisissant de la transformation de la sensibilité humaine dans son passage de l’ethos à l’éthique, qui coïncide avec l’histoire de l’abandon des modes musicaux. Cette histoire du rapport de la musique à la philosophie éthique pose les fondements d’une histoire de la sensibilité et de la manière dont l’émotion humaine s’est réfléchie et pensée elle-même.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/2272 2022-10-10 Florence Malhomme et Anne-Gabrielle Wersinger Vrin fr Vrin
Unité de l’être et dialectique Comment penser l’être ou la nature indépendamment de la figure de l’ordre ou du monde ? On pourrait caractériser par cette question le défi philosophique de Giordano Bruno. On sait qu’il conduit à une cosmologie infinitiste qui en constitue le versant le plus spectaculaire et le mieux connu. Le travail qui est ici présenté propose une autre voie, centrée autour de la pensée de l’« être un et infini » élaborée par Bruno dans le De la causa, qui constitue le noyau théorique de sa philosophie.

Partant d’une réflexion sur la puissance expressive des concepts philosophiques traditionnels (cause et principe, forme et matière, genre et différence) et rapportant les articulations de la pensée de l’être aux conditions de notre connaissance, et non à une structure propre de l’être, Bruno propose une interprétation « dialectique » du discours métaphysique qui fait procéder les formes d’éminence et d’analogie de l’activité figuratrice de la raison humaine. Si, selon une formule célèbre, le philosophe est un peintre et un poète, cela ne veut pas dire qu’il s’affranchisse des normes rationnelles du discours démonstratif pour se faire prophète, cela signifie que ces règles de la pensée ne constituent en aucun cas une grammaire de l’être : elles sont des instruments de figuration de l’être infini et univoque dont il s’agit de saisir tout à la fois la fécondité et les limites.

Il s’agissait au départ de s’interroger sur les nouveaux enjeux de la philosophie de la Renaissance et sur ses pratiques discursives souvent si déroutantes. Ce travail tente ainsi de situer la pensée de Bruno par rapport à la critique humaniste des modi significandi médiévaux et de la conception architectonique de la philosophie, identifiable aussi bien dans le projet de réforme dialectique de Valla, dans le plurilinguisme philosophique de Pic de la Mirandole, que chez des auteurs aussi différents que Ficin ou Pomponazzi.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/2480 2022-10-10 Tristan Dagron Vrin fr Vrin
L’Idée platonicienne dans la philosophie contemporaine Au vu des nombreuses tentatives de « renversement » ou de « dépassement » du platonisme que l’on rencontre dans la philosophie contemporaine, il semble de prime abord que la pensée de Platon, souvent réduite à quelques schémas scolaires, y a essentiellement joué un rôle de repoussoir. Un examen plus approfondi révèle pourtant que nombre de philosophes majeurs de la période contemporaine se sont au contraire confrontés en profondeur à la philosophie de Platon, au point que l’interprétation de celle-ci a revêtu pour eux le caractère d’un geste philosophique à part entière et a parfois joué un rôle décisif dans la constitution de leur propre pensée. Le présent ouvrage se propose d’explorer ce versant « positif » de la réception de Platon, beaucoup moins étudié que son versant « négatif ». Par là, il espère contribuer à défaire les traits de la caricature et à rendre au visage de Platon un teint, des couleurs et une mobilité qui inspirent le sentiment de la vie, celle-là même qui habite les Dialogues qu’il nous a laissés – tout en montrant comment l’histoire de la philosophie, et singulièrement de la philosophie ancienne, peut avoir une portée philosophique par elle-même et agir à chaque époque de sa réception.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/2592 2022-10-10 Sylvain Delcomminette et Antonio Mazzu Vrin fr Vrin
Skepsis Comment les modernes ont-ils été amenés à considérer sous un nouveau jour le problème de la certitude et de la connaissance ? L’étude proposé ici vise à mettre en évidence le rôle joué par la renaissance du scepticisme et à montrer comment et par quels détours le “phénomène” du scepticisme pyrrhonien a été transformé en l’“apparence” des modernes. Dans cette histoire, les sceptiques déclarés n’ont pas seuls opéré ce travail de reprise et de transformation : une part décisive revient aussi aux adversaires du scepticisme (Campanella, Mersenne, Descartes, mais aussi Hobbes). Le renouveau sceptique ne tire pas son importance de sa seule dimension critique ; par ses objections, il a joué un rôle majeur dans la réforme moderne de la “philosophie première”.

Faire de la connaissance un rapport entre le monde interne de la représentation et le monde extérieur des choses, a évidemment une origine sceptique. Mais cette conception a son histoire complexe et multiforme. Elle passe notamment par la dissolution de la doctrine aristotélicienne des species (Sanches et Campanella), par la reprise de la conception du phénomène tirée de Sextus (Montaigne et La Mothe Le Vayer), par une réflexion sur les effets destructeurs du scepticisme libertin (Descartes), mais aussi par la conjonction du relativisme de Montaigne et des résultats de la nouvelle science (Hobbes). Ainsi, en rouvrant le dossier sceptique, Bayle peut entreprendre sa critique des présupposés de la philosophie première en débat à la fin du xviie siècle.

Pour montrer comment le scepticisme a pu modeler ainsi la réflexion philosophique de l’âge classique, il était nécessaire d’étudier en profondeur une série d’auteurs majeurs, plutôt que de se livrer à un panorama historique général.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/3295 2022-10-10 Gianni Paganini Vrin fr Vrin
La fêlure du plaisir, vol. 2 Les différentes études de ce second volume ont pour objet de situer le Philèbe dans son contexte et d’en retracer la postérité. Elles sont le complément et le prolongement indispensables des commentaires présentés dans le premier volume.

Après un examen du rôle joué chez les premiers philosophes grecs par les notions de limite et d’illimité – préalable nécessaire pour comprendre le sens conféré à ces termes par Platon mais aussi par les néoplatoniciens –, une première partie fournit des informations sur l’arrière-plan médical du dialogue ainsi qu’une analyse du plaisir musical dans l’ensemble de l’œuvre platonicienne. On y trouve également des éléments nouveaux éclairant la thèse de Speusippe (ce morose ennemi du plaisir) et l’apologie de la jouissance figurant dans le traité Sur le plaisir d’Héraclide du Pont ; ces recherches permettent d’avoir une idée plus précise des débats entre hédonistes et anti-hédonistes qui agitèrent le ive siècle.

Une deuxième partie s’attache à la manière dont Aristote a repris l’héritage du Philèbe, tout en soulignant les divergences et les difficultés propres à la conception, ou plutôt aux deux conceptions aristotéliciennes du plaisir ; sont envisagées ensuite l’interprétation de Plotin, la lecture métaphysique du dialogue par Jamblique, et celle, plutôt éthique, de Syrianus, Proclus et Damascius.

Figure enfin en épilogue le destin d’une formule, « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons », expression toujours renaissante d’une attitude que Socrate s’est employé à combattre par des discours « inspirés d’une Muse philosophe ».

]]>
https://books.openedition.org/vrin/3527 2022-10-10 Monique Dixsaut Vrin fr Vrin
L’<em>Utopia</em> de Thomas More et la tradition platonicienne L’Utopie de Thomas More, référence originaire de l’utopie, se revendique platonicienne. Le fait est pourtant que la description détaillée de la forme achevée d’Utopie, en ne séparant plus l’essence intelligible de l’existence sensible, du coup immédiatement déterminée en vérité, présente une tout autre ontologie. L’indétermination utopique est alors fondamentalement dans la position imaginaire de cette cité parfaite supposée sans condition effective, ce qu’exprime spécialement le caractère « oblique » de l’écriture, et cela invite à revenir en contre-point sur le sens propre de l’« atopie » socratique.

C’est dans cette perspective que l’ouvrage examine les éléments constitutifs de l’essence utopique : principalement le plaisir, le communisme, le travail et les lois, ou encore le mal et l’histoire.

Le pivot de l’Utopie est l’humanitas qui, ancrée dans l’Infini divin, rend parfaite la Terre des hommes. L’ouvrage s’efforce en conséquence d’y rapporter les déplacements et les mutations qui, dans la tradition platonicienne comme dans sa critique, peuvent aider à comprendre le passage des Dialogues à l’Utopie. Son enjeu plus général est d’en dégager des utopismes, en particulier matérialistes, et ce du Fini à l’Infini.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/3722 2022-10-10 Jean-Yves Lacroix Vrin fr Vrin
La connaissance de soi Le 49e traité des Ennéades reprend le précepte delphique « connais-toi toi-même », mais d’une manière surprenante pour des lecteurs modernes. Le « soi-même » dont il est question n’est pas en effet le moi empirique, considéré dans sa singularité et son histoire personnelle et sociale. Ce n’est pas un moi donné à une introspection, un examen de conscience, ou à des techniques d’analyse, c’est un « soi » à constituer par identification progressive avec ce qui, en lui, est plus haut que lui. Ce traité nous exhorte donc moins à connaître ce que nous sommes qu’à devenir ce que nous devons être si nous voulons être véritablement nous-mêmes. Il indique un chemin à parcourir, qui s’achève sur le célèbre et paradoxal « retranche tout » : seul le plus grand dépouillement est accès à ce qui, incomparablement meilleur que soi, ne peut s’atteindre que par la plus intense concentration sur soi.

Tous les grands thèmes de la pensée de Plotin sont ici présents, et aussi toutes ses difficultés. Les articles de ce volume constituent donc non seulement un précieux instrument d’étude de ce traité particulier, ils sont un moyen d’accès à la philosophie de Plotin dans son ensemble; plus essentiellement, ils offrent une occasion de réfléchir à ce qui peut, à bon droit, se nommer connaissance de soi, et mieux encore, à ce qui peut être reconnu comme étant « soi-même ».

]]>
https://books.openedition.org/vrin/3875 2022-10-10 Monique Dixsaut, Pierre-Marie Morel et Karine Tordo-Rombaut Vrin fr Vrin
Plotin, une métaphysique de l’amour Cet ouvrage a pour projet de remettre en perspective la philosophie de Plotin à partir d’une compréhension de l’Erôs comme énergie continue traversant la totalité de l’Intelligible. Ce projet s’articule en partant de la thèse radicalement originale, dans le Traité 39, de l’Amour de soi de l’Un en tant que puissance fondatrice. L’Un s’aime lui-même, il a de ce fait la liberté de se produire, mais c’est aussi à partir de la surabondance de cet Erôs hénologique que la production de tout le réel peut avoir lieu. La procession de proto-vie à partir du Premier et l’amour diffusif de l’Un sont au centre de cette étude, comprise comme structure dynamique de la procession/conversion au sein des hypostatses.

L’Erôs diffusif du Principe se manifeste doublement dans les dérivés : d’une part par le rôle régulateur de l’amour dans le système tout entier, d’autre part par son action productrice dans l’ordre de la procession. L’Amour hénologique-diffusif apparaît ainsi comme une puissance structurante, c’est pourquoi l’axiome cardinal de l’Amour de soi de l’Un est l’axiome central de la métaphysique plotinienne. Cette originarité du Premier dans et par l’Amour pose un problème crucial en regard des fondements et de la postérité du néoplatonisme : elle a conduit Plotin à poser la question la plus radicale de la métaphysique et à léguer à ses successeurs une métaphysique résolument novatrice, une Métaphysique de l’Amour.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/4205 2022-10-10 Agnès Pigler Vrin fr Vrin
L’<em>Euthyphron</em> de Platon L’Euthyphron appartient à l’histoire de la philosophie, mais il a aussi une place particulière dans l’histoire de la philosophie de la religion. Avec ce Dialogue, la religion se constitue comme problème philosophique en même temps que la philosophie constitue son mode propre de questionnement. L’interrogation sur la piété, en effet, est menée du point de vue de ce qu’il en est de son Idée, ce qui conduit à déprécier la forme de vie religieuse que représente l’eusebeia et généralement toutes celles qui ne sont pas capables de se justifier.

Mais cette recherche qui porte sur la piété comme Idée n’est pas seulement un des premiers exemples, dans l’œuvre de Platon, de recherche eidétique. Parce que la philosophie se découvre en un sens originairement pieuse (comme mouvement de recherche d’un principe où l’Idée et la Valeur tendent à s’identifier), la vraie piété nous apprend, à sa manière, ce qu’est la vraie philosophie. D’où le caractère ambigu des rapports entre philosophie et religion, faits de mise à distance critique et de proximité compréhensive. La possibilité de tenir ensemble ces deux dimensions est sans doute le problème le plus fondamental de la philosophie de la religion, mais la plupart des philosophies optent pour l’une ou l’autre de façon tranchée.

Une des caractéristiques de l’Euthyphron est de maintenir les deux aspects : d’une part, une philosophie critique de la religion comprise comme eusebeia (piété dévote), d’autre part, une philosophie religieuse, entendue comme pensée de l’hosiotès (d’un juste sentiment du divin, d’une vraie piété).

]]>
https://books.openedition.org/vrin/4727 2022-10-10 Platon, Jean-Yves Chateau et Jean-Yves Chateau Vrin fr Vrin
Études sur la Republique de Platon, vol. 2 « Même si elle tient à la fois de la poésie et du sermon, la République est avant tout un livre de philosophie. » Et Nettleship, un de ses plus grands interprètes, énonçait en conséquence ce principe de lecture : il faut voir comment Platon arrive à ses conclusions avant de commencer à les critiquer. Pour les critiques, elles n’ont jamais manqué, que ce soit envers la nature utopique ou totalitaire qu’on reconnaît à l’œuvre, ou à l’égard de thèses métaphysiques ou politiques jugées exorbitantes, tel ce mystérieux « bien par delà l’essence » ou celle du gouvernement des philosophes.

Ce second volume a pour objet les principes dégagés par les livres centraux, fondements nécessaires des conséquences psychologiques et politiques tirées dans les autres livres. La définition du philosophe authenthique, seul apte à saisir le Bien par la science qui lui est propre, permet de constituer en paroles une cité ayant pour modèle l’Idée même de justice et de définir comme une conversion totale de l’âme l’éducation de ceux qui sont destinés à la garder et à la gouverner. Enfin, si c’est dans la République que la plus haute science, la dialectique, se trouve déterminée par le fait de n’avoir pas recours à des images, l’œuvre abonde en comparaisons, allégories, analogies et mythes en tous genres.

Nouer ainsi la science au mythe, c’est sans doute aussi réfléchir à une des manières dont la philosophie doit pénétrer la politique.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/4897 2022-10-10 Monique Dixsaut Vrin fr Vrin
La recherche du Principe chez Platon, Aristote et Plotin La recherche des principes, et plus particulièrement, d’un Principe, d’un terme premier auquel le monde, en son devenir ou en son être, se trouve suspendu, peut être considérée comme le projet originel de la philosophie. On n’en trouvera pas dans cet ouvrage à proprement parler l’histoire. Celui-ci se propose plutôt d’insister sur le sens et les conséquences de cette exigence du principe, à partir de laquelle la philosophie a organisé son développement et en laquelle s’enracine son questionnement. C’est en étudiant les rapports - faits d’emprunts et de critiques - qu’entretiennent Platon, Aristote et Plotin, qu’on peut apercevoir le mieux les tensions qui travaillent la notion même de principe : comment concilier sa nécessaire transcendance avec l’égale nécessité de son rattachement aux choses qui dépendent de lui ?

]]>
https://books.openedition.org/vrin/5392 2022-10-10 Sylvain Roux Vrin fr Vrin
Études sur la <em>République</em> de Platon, vol. 1 « Même si elle tient à la fois de la poésie et du sermon, la République est avant tout un livre de philosophie. » Et Nettleship, un de ses plus grands interprètes, énonçait en conséquence ce principe de lecture : il faut voir comment Platon arrive à ses conclusions avant de commencer à les critiquer. Pour les critiques, elles n’ont jamais manqué, que ce soit envers la nature utopique ou totalitaire qu’on reconnaît à l’œuvre, ou à l’égard de thèses métaphysiques ou politiques jugées exorbitantes, tel ce mystérieux « bien par delà l’essence » ou celle du gouvernement des philosophes.

Dans les deux volumes présentés, ces critiques ne sont pas ignorées (elles sont parfois même reprises), pas plus que ne l’est le dur contexte historique ou biographique qui a environné la rédaction de l’œuvre, mais ce sont bien « avant tout » les questions essentielles soulevées par le texte et leurs difficultés qui sont abordées. Car la République n’a pas pour but d’exposer la théorie politique de Platon mais de réfléchir philosophiquement sur la politique, ce qui a pour effet de modifier et d’élargir considérablement le sens de ce terme. C’est ce que montre le premier volume de ces Études. Si la question est de savoir quel type de citoyens une cité doit former et quelle place elle doit assigner à ceux qui sont doués pour des tâches différentes, on voit en effet le lien étroit unissant le problème de l’éducation, donc du rôle des poètes et des artistes, la question de la nature de la justice dans la cité et dans l’âme, et l’interrogation quant à la sorte de bonheur qu’une cité si rigidement hiérarchisée peut apporter à ses membres.

]]>
https://books.openedition.org/vrin/5522 2022-10-10 Monique Dixsaut Vrin fr Vrin