Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transfert

 | 
Pascal Gin
, 
Nicolas Goyer
, 
Walter Moser

À propos des collaborateurs/collaboratrices

Texte intégral

1Ellen Corin est chercheuse émérite et professeure agrégée, Institut Douglas, Départements de psychiatrie et d’anthropologie de l’Université McGill. Elle s’intéresse, entre autres choses, à la place de la personne atteinte de trouble psychiatrique dans la société canadienne. Pendant plus de deux décennies, Ellen Corin a œuvré sur les scènes provinciale, nationale et internationale afin d’introduire les méthodes et les concepts développés en anthropologie dans le champ de la recherche et des pratiques cliniques en psychiatrie. Parmi ses contributions, on note la mise sur pied du TPI (Turning Point/Period Instrument), un instrument servant à l’étude systématique de l’évolution perçue des signes, du sens et des pratiques (symptômes, réactions à l’adversité, explications, réactions, recherche d’aide et relations sociales) pendant les premiers stades de la psychose, du point de vue des patients, de la famille et des professionnels de la santé. Elle a publié de nombreux articles dans son domaine d’expertise.

2Wolfgang Ernst est professeur de théorie des médias à la Humboldt Universität Berlin. Ses recherches portent sur le temps comme paramètre critique des médias électroniques. Son ouvrage majeur est une monographie sur des questions théoriques et méthodologiques Das Gesetz des Gedächtnisses. Medien und Archive am Ende des 20. Jahrhunderts (Kulturverlag Kadmos, Berlin 2007. Il a aussi publié Sammeln – Speichern – Er/zählen. Infrastrukturelle Konfigurationen des deutschen Gedächtnisses (2003) et Medium Foucault. Weimarer Vorlesungen über Archive, Archäologie, Monumente und Medien (2000).

3Nicolas Goyer est chercheur transdisciplinaire, consultant auprès de l’UNESCO et d’autres organisations. Docteur en littérature comparée, Nicolas Goyer a enseigné à l’Université de Montréal et à l’Université d’Ottawa ; il a été professeur à l’université Simon Fraser à Vancouver et professeur invité à l’Université Pablo de Olavide à Séville en 20082009. Il a codirigé l’ouvrage collectif Résurgences baroques, Les trajectoires d’un processus transculturel, Bruxelles, La Lettre volée, 2001, et traduit des écrivains latino-américains, puis portugais. Il est l’auteur de Visage et vélocité. Transferts cinématographiques et littéraires, Bruxelles, La Lettre volée, 2005, ainsi que de nombreux chapitres de livres, textes et articles de recherche. Son ouvrage au carrefour des humanités, L’Epos migratoire, paraît en 2014.

4Pierre Lévy publie en 1987 La Machine univers (La Découverte) et a été l’un des premiers philosophes à engager un travail de réflexion sur l’incidence du numérique et de l’Internet dans notre rapport aux connaissances et plus largement sur le quotidien et le monde. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en intelligence collective et professeur au Département de communications à l’Université d’Ottawa, il travaille actuellement à la création d’un code, d’un nouveau langage universel qui pourrait demain enrichir la navigation et l’accès aux savoirs sur Internet : l’IEML (Information Economy MetaLanguage). Il a publié une douzaine d’ouvrages et de nombreux articles.

5Hans-Jürgen Lüsebrink est professeur depuis 1993 à l’Université de Saarbrücken (Allemagne), Chaire d’études culturelles romanes et de communication interculturelle. Ses champs de recherche sont la littérature et les médias dans l’espace francophone (Québec, Afrique subsaharienne), les transferts culturels et la théorie de la communication interculturelle. Il a publié entre autres La Conquête de l’espace public colonial (1900-1960), Francfort et Québec, 2003 ; codir. de Vies en récit. Formes littéraires et médiatiques de la biographie et de l’autobiographie, Québec, 2007.

6Walter Moser a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada en transferts littéraires et culturels à l’Université d’Ottawa de 2002 à 2008. De 1974 à 2002, il a été professeur de littérature comparée et allemande à l’Université de Montréal. Il a travaillé sur le romantisme allemand (Romantisme et crises de la modernité, Montréal, Le Préambule, 1989), sur Flaubert (L’Éducation sentimentale et la poétique de l’œuvre autonome, Paris, Lettres Modernes, 1980) et sur la culture viennoise (codir. de Vienne au tournant du siècle, Paris, Albin Michel, 1988). Ses recherches récentes ont porté sur les processus de « recyclage culturel » et de « transfert culturel » (codir. de Recyclages. Économies de l’appropriation culturelle, en 1996, et de Passions du passé, en 2000, Esthétique et recyclages culturels, 2004), et plus particulièrement sur le retour du baroque (codir. de Résurgences baroques, Bruxelles, La Lettre Volée, 2001).

7Timothy Murray est professeur au Department of English, Cornell University Ithaca, New York, et directeur des Études supérieures en film et vidéo. Ses recherches portent sur l’art visuel et sur la théorie des nouveaux médias. Auteur de Digital Baroque : New Media Art and Cinematic Folds (2008), Zonas de Contacto : el arte en CD-Rom (1999), Drama Trauma : Specters of Race and Sexuality in Performance, Video, Art (1997), Like a Film : Ideological Fantasy on Screen, Camera, and Canvas (1993), Theatrical Legitimation : Allegories of Genius In XVIIth-Century England and France (1987), entre autres, il est le conservateur de la Rose Goldsen Archive of New Media Art de la Cornell University Library.

8Alvaro Pires est professeur à l’Université d’Ottawa et titulaire d’une chaire de recherche du Canada en traditions juridiques et rationalité pénale. Ses champs de spécialisation sont la sociologie du droit criminel, l’épistémologie et la méthodologie de recherche en sciences sociales. Il travaille sur l’histoire des théories philosophiques et juridiques de la peine à partir du XVIIe siècle et sur le rôle de ces théories dans la création des lois, dans les décisions des tribunaux et dans les prises de position de la doctrine juridique à l’égard des sanctions alternatives en droit criminel. Ses écrits ont un grand rayonnement international. Outre la publication de très nombreux articles, son nom est, entre autres collaborations, associé à la parution de trois volumes sur l’Histoire des savoirs sur le crime et la peine.

9Daniel Simeoni était professeur agrégé à l’École de traduction du Collège Glendon, directeur du programme de maîtrise en traduction et membre du programme d’études supérieures en lettres et sciences humaines de l’Université York, Toronto. Ses intérêts de recherche ont porté sur la traduction, la culture et la sociologie du traducteur. Il a été coauteur de Mots / Représentations. Enjeux dans les contacts interethniques et interculturels (1994), Les convergences culturelles dans les sociétés pluriethniques (1996), Catégorisation épistémique, catégorisation praxéologique (1999) et Variations de la perception catégorielle. Enjeux énonciatifs et interculturels (2002). Il a coédité avec Anthony Pym et Miriam Shlesinger un dernier ouvrage intitulé Beyond Descriptive Translation Studies. Investigations in homage to Gideon Toury (publication posthume 2008).

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter