Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ère électrique. The Electric Age

 | 
Olivier Asselin
, 
Silvestra Mariniello
, 
Andrea Oberhuber

Électrifications/Electrifications

L’électricité, enjeu de guerre

Samir Saul

Texte intégral

1Source de lumière et de puissance, l’électricité a contribué à réorganiser la société. Elle a concentré en quelques lieux névralgiques les sources d’une énergie dont pratiquement aucun secteur de la société ne peut se dispenser. Du coup, l’arrêt ou la mise hors service de ces lieux peut immobiliser simultanément de nombreuses activités et avoir des conséquences sérieuses pour une collectivité. L’électricité est aussi source de faiblesse.

2Le recours à l’électricité comme forme nouvelle d’énergie précède de peu l’avènement de l’avion, forme nouvelle de déplacement. Aussitôt inventé, l’engin volant attire l’attention des militaires. Le bombardement stratégique fait se rencontrer l’avion et l’électricité. Les centrales électriques constituant des ressources vitales des sociétés contemporaines, l’intérêt d’en priver l’adversaire n’échappe pas aux parties en présence. L’avion et la notion de bombardement stratégique font de l’électricité un enjeu de guerre. L’intégration de l’électricité dans la guerre passe par la formulation et la maturation du concept de bombardement stratégique à travers les méandres de la pensée et des guerres du XXe siècle.

3La présente étude suivra cette évolution depuis la fin de la Première Guerre mondiale. La population de non-combattants est invariablement une cible directe ou indirecte de la partie qui dispose des instruments aériens de longue portée. Depuis 1945, les guerres sont limitées et le bombardement stratégique comporte presque automatiquement celui des centrales électriques. Éclairage, conservation des aliments, assainissement des eaux et système de santé concernent au plus haut point les non-combattants. Contrairement à ce qu’avance le discours officiel, les civils sont les cibles premières de la nouvelle stratégie fondée sur la guerre aérienne de haute technologie et les centrales électriques le biais pour les atteindre. Le bombardement des installations électriques est devenu le moyen privilégié de porter les conflits aux non-combattants. L’analyse qui suit situe le ciblage des centrales électriques dans le cadre du bombardement aérien en général.

La conception de la guerre aérienne

4Giulio Douhet (1869-1930), un officier de l’armée italienne, est devenu le théoricien de l’usage de l’avion à des fins militaires. Il est à l’origine de la doctrine du bombardement aérien dont découle le ciblage de l’électricité. Sa pensée est pénétrée de l’expérience de la Grande Guerre. Dans cette guerre totale, l’ensemble des populations et des ressources des belligérants ont été mises à contribution. Les civils ont été aussi touchés que les militaires. Au sortir du conflit, la recherche d’autres moyens s’imposait. L’avion arrive à point nommé autant pour soulager les armées de terre que pour faire subir la guerre plus directement aux civils.

  • 1 Giulio Douhet, The Command of the Air, translated by Dino Ferrari, London, Faber & Faber, 1943, p. (...)

5Douhet mène une véritable croisade pour le développement de l’arme aérienne. Son ouvrage principal, La maîtrise de l’air, est publié en 1921. L’arrivée au pouvoir de Mussolini lui vaut un appui officiel. Sa doctrine tient à la conviction d’avoir trouvé la solution au dilemme militaire posé par la guerre de 1914. La multiplication de la puissance de feu et la mécanisation avaient donné l’avantage à la défensive, conduisant à l’impasse et à l’embourbement dans les tranchées. Des offensives aussi coûteuses qu’indécises dilapidaient les ressources humaines et matérielles de l’assaillant1. L’avion ouvre la perspective du succès pour l’offensive par la concentration dans le temps et le contournement de la difficulté que constitue le barrage devenu quasi infranchissable de l’armée ennemie. Briser les lignes ennemies n’est plus nécessaire. Il suffit de les survoler pour frapper le cœur du pays ennemi. L’avion permet d’atteindre directement les arrières des forces opposées. En détruisant les ressources qui les alimentent, il les prive des moyens de poursuivre le combat.

6Consacré par Carl von Clausewitz, l’axiome séculaire de la guerre est que le centre de gravité de l’ennemi est constitué de ses forces militaires, et que remporter la victoire passe par leur destruction. Pour Douhet, l’avènement de l’avion aurait rendu obsolète ce raisonnement. L’ultima ratio de la guerre ne serait pas de battre les forces armées ennemies, mais d’imposer ses volontés à la nation adverse. Mieux vaut passer outre les combats terrestres et foncer directement vers l’objectif stratégique. De là à conclure que la société ennemie doit être la cible première, les troupes ennemies n’étant plus qu’une cible secondaire ou un obstacle à tourner en vue d’atteindre les civils, il n’y a qu’un pas. Non seulement Douhet le franchit, mais il en fait la clé de voûte de sa doctrine.

7Au lieu de gaspiller des ressources par l’emploi tactique de l’avion en appui à l’armée de terre, Douhet plaide pour l’attaque stratégique contre des cibles à l’arrière du front et plus vulnérables – infrastructures nationales, industries, moyens de transport et civils. Autrefois,

  • 2 Ibid., p. 153.

les coups étaient pris par des institutions telles l’armée et la marine, bien organisées et disciplinées, aptes à résister matériellement et moralement, et capables d’agir et de réagir. En revanche, l’arme aérienne frappera des entités moins bien organisées ou disciplinées, moins aptes à résister, et incapables d’agir ou de réagir. Il s’ensuit que l’effondrement moral et matériel surviendra plus rapidement et plus facilement2.

  • 3 Ibid., p. 22.
  • 4 Ibid., p. 55, 159.

8Toutes les armes sont permises. « Les explosifs démoliront la cible, les bombes incendiaires y mettront le feu, et les bombes à gaz toxiques empêcheront les pompiers de maîtriser les flammes3. » Choquante, la proposition est proposée comme une solution de rechange à la saignée qui s’est étendue sur une période de quatre ans pendant la Première Guerre mondiale. La méthode la plus facile, la plus rapide et la plus économique de briser la résistance est de l’attaquer à son point le plus faible4.

  • 5 Colonel P. Vauthier, La Doctrine de guerre du général Douhet, Paris, Berger- Levrault, 1935, p. 22 (...)

9Par conséquent, l’aviation doit devenir l’arme de choix, celle à laquelle sont consacrées toutes les ressources possibles. L’armée de terre et la marine, réduites à la portion congrue, seraient confinées à un rôle défensif. La stratégie de Douhet se résume à l’idée de « résister à la surface afin de masser ses forces dans les airs5. » N’affrontant aucun obstacle naturel et, inversement, ne pouvant se mettre à l’abri en plein ciel, l’avion est une arme foncièrement offensive et stratégique, à laquelle échoit la responsabilité de remporter la victoire en provoquant le maximum de dégâts en un minimum de temps.

  • 6 Giulio Douhet, The Command of the Air, op. cit. p. 93-95, 107.

10Le rôle de l’armée de l’air est de conquérir immédiatement la maîtrise du ciel et d’empêcher l’adversaire de voler afin de disposer de la liberté d’attaquer le territoire ennemi. La supériorité aérienne est la clé de la victoire ; sa perte, la certitude de la défaite. Mieux vaut tout miser sur des bombardiers lourds, aptes à pénétrer massivement et profondément chez l’ennemi. Douhet insiste sur la concentration de toutes les ressources aéronautiques en une masse unique consacrée à l’offensive. La défensive étant futile, il faut se résigner aux attaques ennemies, impossibles à prévenir, et se concentrer sur le bombardement en territoire ennemi en vue de mettre fin à la résistance et conclure au plus vite la guerre. La seule véritable défense depuis l’avènement de l’avion est l’attaque et la victoire rapide6. La victoire ira à la partie qui brisera la résistance de l’autre avant que la sienne ne cède.

Le bombardement stratégique et l’émergence de l’électricité comme cible

11Pour ses partisans, le but du bombardement stratégique consiste à détruire, au moyen de bombardiers lourds et par l’offensive au cœur du pays ennemi, ses moyens et/ou sa volonté de résister. Douhet est l’avocat le plus tranché de l’orientation prioritairement anti-civils et anti-cités de la guerre aérienne. Conçu comme distinct de l’emploi tactique (de « théâtre »), le bombardement stratégique est réalisé en profondeur. Il peut avoir deux aspects. Ciblant la population civile qu’il s’agit expressément d’épouvanter en vue de briser son moral, il a un caractère terroriste prononcé. Ce serait une entreprise de dévastation, avec comme objectif premier de détruire, de faire des victimes et de démoraliser. Des civils sont bombardés par la voie aérienne en Irak en 1920, au Maroc en 1925 durant La guerre du Rif, en Abyssinie en 1935-1936, en Chine en 1937-1939 (les grandes villes) et à Guernica, au Pays Basque, le 26 avril 1937. Hitler menace le président tchèque de faire raser Prague par la Luftwaffe s’il ne cède pas à ses exigences. Le bombardement stratégique peut être conçu comme sélectif et, indirectement, avoir une certaine finalité militaire, soit en détruisant la capacité industrielle et les infrastructures (precision bombing), soit en démoralisant les travailleurs des industries en les forçant à s’absenter ou à fuir.

  • 7 Parmi eux, J. M. Spaight, Air Power and the Cities, London, Longmans, Green, 1930 ; et Bombing Vin (...)

12Rares sont les partisans du bombardement stratégique qui mettent de l’avant franchement et sans détour sa variante anti-population7. Celle-ci est alors adoucie par l’expression pudique de bombardement « géographique » (area bombing). Soucieux d’éviter l’opprobre que peut susciter un carnage de non-combattants, les dirigeants font grand cas de leur volonté de ne pas les toucher. La plupart insistent sur le fait que seuls sont visés les objectifs militaires, ou réputés tels, les moyens de résistance et les industries de guerre ou celles pouvant servir à des fins militaires, ce qui laisse beaucoup de latitude. En réalité, quel que soit l’objectif ostensible ou l’intention, le bombardement stratégique ne peut que faire des victimes civiles, si bien que la distinction entre le bombardement « géographique » et le bombardement « de précision » tient souvent de l’auto-illusion et/ou de l’opération de relations publiques.

  • 8 Alan Stephens, In Search of the Knock-Out Blow: The Development of Air Power Doctrine 1911-1945, P (...)

13Durant l’entre-deux-guerres, nombre de stratèges sont sous l’influence de l’analyse voulant que la capitulation de l’Allemagne en 1918 ait été due à la démoralisation de sa population civile plutôt qu’à l’effondrement militaire. Le corollaire est l’intérêt qui s’attache à la désarticulation par le bombardement stratégique de la société civile de l’adversaire, moins ardue et plus prompte que la défaite de ses forces armées. Le bombardement stratégique apparaît comme le moyen de remporter une victoire bon marché. Encore fallait-il découvrir les points névralgiques de l’économie du pays ennemi afin d’administrer les coups qui entraîneraient une paralysie rapide, l’accablement moral et la reddition8. Le domaine du renseignement s’élargit de l’étude des forces armées de l’adversaire à son système économique et à la structure de sa société, devenus les véritables champs de bataille. Au cours des années 1930, l’Air Corps Tactical School (ACTS) américaine s’engage dans la recherche des mailles clés du tissu de l’économie allemande, les points nodaux dont la rupture entraînerait des arrêts critiques à la cohérence de l’ensemble.

  • 9 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack of National Electrical Systems, These de doctorat, (...)
  • 10 Robert Anthony Pape, Bombing to Win: Air Power and Coercion in War, Ithaca, New York, Cornell Univ (...)

14En 1933, les installations électriques sont identifiées parmi les cibles de choix9. Elles ne sont pas prioritairement militaires. Les forces armées ont déjà des sources de rechange, indépendantes des réseaux nationaux. Si le tort fait à la production pourrait avoir un impact militaire ultérieurement et indirectement, l’effet immédiat et direct est ressenti par la population non combattante. Force motrice de l’industrie et des transports ferroviaires, l’électricité est indispensable à la production. Nécessaire, entre autres, à l’éclairage, au pompage et à l’assainissement de l’eau, aux hôpitaux (réfrigération des médicaments, stérilisation des instruments, appareils de dialyse et de chirurgie, etc.) ainsi qu’à la conservation et à la préparation des aliments, elle a pris une telle place que son absence peut bouleverser la vie quotidienne des civils et les soumettre à des privations. L’ACTS en est bien consciente10. L’arrêt de cette source d’énergie offre à l’assaillant le double intérêt de nuire à l’économie ennemie et de porter atteinte au moral de la population. Un autre attrait des installations électriques réside dans leur vulnérabilité. Les turbines et les génératrices qui constituent le cœur d’une usine électrique sont des appareils délicats et aisés à dérégler par le bombardement aérien. Quant aux transformateurs qui assurent la transmission du courant, ils sont à ciel ouvert, donc faciles à repérer et à toucher. De grande taille, ces équipements sont fabriqués sur mesure. Il n’y a pas d’appareils de rechange. La réparation ou le remplacement de ces équipements uniques sont problématiques, peut-être impossibles, vu les pressions auxquelles est soumise une économie en temps de guerre.

  • 11 Ibid., p. 17-18 ; Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces in World War (...)

15À la demande du président Roosevelt, l’Air War Plans Division soumet, le 11 septembre 1941, une évaluation de la production militaire nécessaire à une victoire dans une guerre éventuelle, connue sous le nom de AWPD/1. Le document constitue aussi un programme pour la désorganisation de la structure industrielle et économique de l’Allemagne par la force aérienne. L’inspiration de l’ACTS y est sensible. L’AWPD/1 contient une liste de cibles jugées vitales pour les moyens d’existence des civils et pour l’effort de guerre allemand. Il s’agit de provoquer des goulots d’étranglement à des points clés pour l’ensemble. Le bombardement prévu est conçu comme de type « précis » ; les civils ne seraient directement visés que lorsque le moral allemand aura déjà commencé à céder. La défaite de la Luftwaffe et la destruction des usines de fabrication d’avions sont jugées prioritaires en vue de la conquête de la maîtrise du ciel. Plutôt que des industries particulières, les autres cibles sont des intrants vitaux à toutes les industries. Ainsi le système d’alimentation en électricité est au deuxième rang. Il est suivi du réseau de transport, notamment les gares de triage des chemins de fer, et de l’industrie pétrolière. Viennent enfin les zones urbaines11.

  • 12 Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan, op. cit., p. 286-287, 300-301.

16Le système électrique allemand est le deuxième en importance au monde. Construit à des fins pacifiques, sa puissance n’est pas augmentée au début de la guerre, celle-ci étant voulue de courte durée. La moitié de la capacité installée fait partie du système national intégré. Celui-ci est responsable des quatre cinquièmes de la source thermique (houille), le reste, au sud du pays surtout, étant hydraulique. Les deux tiers de la capacité du système national intégré proviennent de 45 grandes usines génératrices produisant chacune plus de 100 000 kW, dont 5 dépassent les 200 000 kW. 50 autres usines génèrent chacune entre 50 000 et 100 000 kW. La quasi-totalité de la capacité du système national intégré résulte de ces 95 usines. L’autre moitié de la capacité installée, éparpillée dans un grand nombre de petites unités, appartient aux usines des grandes entreprises, au réseau ferroviaire et à une multitude de plus petites unités. L’industrie consomme quatre cinquièmes de l’électricité produite12.

La Seconde Guerre mondiale : bombardement massif et omission de l’électricité

17Le cours de la Seconde Guerre mondiale, premier grand conflit aérien, ne se conforme pas aux prévisions de la désarticulation de l’ennemi par le bombardement stratégique « précis ». Tandis que les Britanniques adoptent une stratégie anti-cité qui ne s’embarrasse pas de la recherche de cibles identifiables, les Américains abandonnent le bombardement stratégique sélectif au profit du bombardement anti-population et du bombardement tactique de soutien à la guerre terrestre suivant le débarquement sur le continent européen. L’électricité, objectif consubstantiel du bombardement stratégique, perd de l’importance.

18La campagne de bombardement britannique de l’Allemagne va en s’accentuant de 1940 à 1945. Toutefois, le postulat douhétien voulant que les bombardiers auraient le dessus sur les intercepteurs est contredit par l’efficacité de la chasse allemande. N’ayant pas la maîtrise des airs, les avions anglais subissent des pertes et sont contraints à ne voler que la nuit. Les premières cibles sont économiques, notamment les installations pétrolières et le réseau ferroviaire. L’effet sur l’économie allemande est négligeable ou nul. Quant aux centrales électriques, il est envisagé de les attaquer, mais Bomber Command doit y renoncer, compte tenu de la difficulté de repérer des cibles la nuit et de la présence d’une défense anti-aérienne renforcée.

19En février 1942, une directive oriente l’offensive vers les civils en faisant des villes allemandes l’objet premier des bombardements. Sont particulièrement visés les travailleurs de la Ruhr qu’on tente d’éloigner des usines par la destruction de leurs demeures. Nommé responsable de Bomber Command en février 1942, sir Arthur « Bomber » Harris ne jure que par la destruction physique et complète d’autant de villes allemandes que possible. Il ordonne de délaisser les usines et de toucher le centre des villes. Aux explosifs s’ajoutent les bombes incendiaires. Ni le bombardement de précision de cibles économiques ni même le bombardement de démoralisation anti-population ne l’intéressent. Ces résultats découleraient de la dévastation des villes dans des attaques massives effectuées par des centaines de bombardiers lourds. Il s’agissait plus de tuer que de semer la panique. Douhet est distancé. Une partie de Cologne est aplatie la nuit du 30-31 mai 1942 par un millier d’avions. Essen, siège des usines Krupp dans la Ruhr, est attaqué les 1er-2 juin et Brême, le 25 juin. Plus de 400 bombardiers participent au raid des 5-6 mars 1943 contre Essen. Hambourg est incendié par près de 800 bombardiers les 27-28 juillet 1943. Les morts, asphyxiés ou brûlés, se comptent par dizaines de milliers durant chaque raid. Entre novembre 1943 et mars 1944, Berlin est soumis à 16 assauts aériens.

  • 13 Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces in World War II, vol. 2, Washin (...)
  • 14 Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan, p. 163 ; Gian P. Gentile, How Effective is Str (...)

20En août 1942, Bomber Command n’est plus seul ; la Eight Air Force américaine entreprend des missions en Europe occupée. Nonobstant l’AWPD/1 et la publication en 1942 par l’Office of Air Force History de la traduction de l’ouvrage de Douhet, les principaux responsables américains – en particulier le général Eisenhower, commandant allié sur le front européen –, n’adhèrent pas au concept de bombardement stratégique destiné à assurer la victoire d’une manière autonome. Dans la mesure où une invasion du continent, des batailles terrestres et l’occupation de territoires seront nécessaires, la guerre aérienne doit réaliser la suprématie aérienne, préparer les conditions pour le débarquement et soutenir les opérations au sol. L’accent est déporté du moral des civils et/ou du système de production aux industries proprement militaires, aux moyens de transport et aux forces armées. Dès le début, il y a une inflexion de l’AWPD/1. Les cibles fixées le 25 août 1942 sont les industries aéronautiques, les gares de triage et les abris et chantiers de sous-marins13. L’AWPD/42 du 9 septembre 1942 consacre la modification. Les priorités sont, dans l’ordre, la Luftwaffe et les industries aéronautiques, les sites de sous-marins, le réseau de transport, les installations électriques, les raffineries de pétrole, le caoutchouc et les produits synthétiques14.

21À la conférence de Casablanca, le 21 janvier 1943, Roosevelt et Churchill avalisent une directive prescrivant contre l’Allemagne des attaques dont le but serait la destruction et la dislocation du système économique et industriel, et l’ébranlement du moral au point où la capacité de la résistance armée serait irrémédiablement affaiblie. Prenant le débarquement et la guerre terrestre pour décisifs, les Américains privilégient l’affaiblissement de la machine de guerre allemande. À cette fin, ils considèrent les attaques sélectives contre des installations industrielles et militaires comme plus efficaces et moins coûteuses que le bombardement aveugle. Le moral étant, à leur avis, un objectif intangible, Britanniques et Américains optent pour des stratégies anti-cités et anti-industries.

  • 15 Wesley Frank Craven et James Lea Cate (dir.), The Army Air Forces, vol. 2, p. 357-362.
  • 16 Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan, op. cit., p. 161-164, 252, 259-264, 270-275.

22Autorisée à Casablanca, la directive du 10 juin 1943 est à la base de la Combined Bomber Offensive. Axée sur la bataille au sol, la CB O poursuit le processus d’éloignement par rapport au concept de bombardement stratégique. Les cibles sont classées dans l’ordre suivant : Luftwaffe et industries aéronautiques (assemblage et moteurs), usines de roulement à billes, installations pétrolières, affûteuses, métaux non ferreux (cuivre, aluminium, zinc), caoutchouc synthétique, sites de sous-marins, véhicules militaires, réseau de transport, cokeries, fer et acier, industrie des machines-outils, installations électriques15. De la deuxième place dans l’AWPD/1, l’électricité est à la quatrième dans l’AWPD/42, puis à la treizième dans la CB O. H. Hansell, l’un des auteurs de l’AWPD/1, élève de l’ACTS et partisan de la doctrine du bombardement stratégique sélectif qu’il a contribué à formuler, regrette cette rétrogradation. Critiquant la dispersion des forces aériennes et leur diversion vers des objectifs tactiques au service des forces de surface, il persiste à croire que l’offensive stratégique pouvait entraîner la capitulation de l’Allemagne avant l’invasion alliée16.

  • 17 Rarement ciblé, touché de manière incidente au cours des bombardements « géographiques », il reçoi (...)
  • 18 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack, op. cit., p. 19-21; Wesley Frank Craven and James (...)
  • 19 United States Strategic Bombing Survey, German Electric Utilities, op. cit., p. 46-51.

23Diverses raisons expliquent le peu d’importance accordée au réseau électrique17. Les Alliés le croyaient diffus, adaptable et capable de récupérer : grâce aux interconnexions établies entre le réseau national et les importants réseaux privés, le transfert du courant d’un district à un autre était possible. Les unités privées de production électrique étaient trop petites, nombreuses et dispersées pour être visées. Aucune industrie ne dépendait d’une seule source d’électricité. Seule une attaque massive et simultanée contre tout le système pouvait entraîner son arrêt. On pensait aussi qu’il ne fonctionnait pas à pleine capacité et qu’il recelait des réserves. Enfin on estimait que l’effondrement du système n’affecterait ni les forces militaires allemandes ni leur moral à temps pour faciliter l’invasion, objectif suprême qui prime la doctrine du bombardement stratégique18. Celle-ci repose sur l’exactitude des renseignements ; le bilan d’après-guerre révèle que ceux des Alliés n’étaient pas adéquats. Les responsables allemands témoignent du fait que le réseau était plus vulnérable, plus tendu et moins apte à transférer le courant que les Alliés ne l’avaient pensé. Ils estiment qu’il aurait pu s’effondrer s’il avait été attaqué systématiquement, que la destruction des installations électriques auraient eu des effets catastrophiques et que le conflit aurait pu se terminer en 194319. Ce ne sont que des conjectures, mais elles confortent les partisans du bombardement stratégique et renvoient implicitement à l’AWPD/1.

  • 20 Ronald Schaffer, Wings of Judgment. American Bombing in World War II, New York, Oxford, Oxford Uni (...)

24En 1944 la Luftwaffe continue à disputer aux Alliés la maîtrise du ciel allemand. Le coût pour les Alliés devient prohibitif, si bien que leur offensive est compromise. Des avions de combat à long rayon d’action sont alors mis en service pour escorter les bombardiers américains. Abandonnant de facto la théorie du bombardement sélectif, l’USAA F rejoint la RA F et se range tacitement à la stratégie du bombardement « géographique » et massif, moins anti-militaire qu’anti-civil, plus terroriste, punitif et aveugle que ciblé20.

  • 21 Lord (Arthur William) Tedder, Air Power in War, London, Hodder & Stoughton, 1948, p. 106-107.

25Fin 1944, les deux alliés disposent enfin de la maîtrise des airs ainsi que de plus de 4 000 bombardiers lourds. L’assaut aérien contre l’Allemagne s’intensifie. Une cinquantaine de villes allemandes sont détruites et incendiées, notamment Berlin par l’USAA F le 3 février 1945 et Dresde par la RA F le 13 février, faisant des dizaines de milliers de morts. Sur un total de 1 996 036 tonnes d’obus largués entre 1940 et 1945,83 % le sont en 1944 et 1945. L’Allemagne a lâché sur le Royaume-Uni 74 172 tonnes d’obus de 1940 à 1945, soit 4 % du total des Alliés21.

26Toujours est-il que la doctrine du bombardement stratégique n’est pas validée dans le « théâtre » européen. Malgré l’épreuve, le moral des civils ne s’effondre pas. Même si l’Allemagne est ravagée par les attaques aériennes, sa production militaire augmente sous les obus et, jusqu’au bout, ses armées ne manquent ni d’armes ni de munitions. Elle est vaincue par une invasion terrestre à l’est et à l’ouest plus que par le bombardement stratégique, « géographique » ou sélectif. Loin de rendre superflue la bataille au sol, le bombardement stratégique exigeait la conquête préalable de la maîtrise du ciel et la défaite de la Luftwaffe.

  • 22 Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces in World War II, vol. 5, Washin (...)

27L’Europe ayant la priorité, l’analyse de l’économie japonaise n’est entreprise qu’en 1943. Le 11 novembre 1943, les cibles suivantes sont identifiées sans ordre de priorité : marine marchande, aciéries, industrie de roulement à billes, zones urbaines, industrie aéronautique et industrie électronique. L’électricité est écartée, car l’effet de son interruption serait décalé de six à douze mois. Provenant de nombreux petits barrages hydroélectriques, ses sources sont dispersées et peu vulnérables. À cela s’ajoutent des unités de rechange qui peuvent générer du courant et un réseau d’interconnexions. Le bilan d’après-guerre du gouvernement américain corrobore cette évaluation22. Quoiqu’elles soient endommagées lors des bombardements des villes du Japon, les installations électriques ne sont pas visées. Elles ne font jamais partie des plans sur le front asiatique, à la différence de la situation en Europe.

28Sporadiques, les premières attaques aériennes visent surtout les aciéries. Les îles japonaises demeurent pratiquement hors de portée des bombardiers lourds jusqu’à la conquête des îles Mariannes en juillet 1944. Entrés en service en juin 1944, les B-29 du Twenty-First Bomber Command y sont concentrés pour l’offensive qui s’engage à partir de novembre 1944. Mettant en œuvre la doctrine du bombardement sélectif, de jour et à haute altitude, ils ont pour cibles quasi uniques les usines de fabrication d’avions et de moteurs d’avions. Les résultats ne sont pas concluants. À Washington, l’insuccès fait préférer les bombes incendiaires. Hansell, adepte du bombardement dit de précision qui répugne au bombardement « géographique », est relevé de son commandement en janvier 1945.

29Son successeur, le major général Curtis E. LeMay, est un fervent enthousiaste des raids incendiaires. Homologue du maréchal Harris, il donne l’impulsion à une intense campagne de bombardements anti-cités qui met le feu à des dizaines de villes du Japon. Le terrorisme douhétien se double de l’anéantissement pur et simple et de la pyromanie à grande échelle. La défense anti-aérienne et la chasse nippones sont plus faibles que celles de l’Allemagne, au point de ne pas constituer un souci pour les Américains.

  • 23 Ibid., p. 614-617, 722, 725. Voir aussi Conrad C. Crane, Bombs, Cities and Civilians. American Air (...)
  • 24 Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces, vol. 5, op. cit., p. 643, 750, (...)
  • 25 Ronald Schaffer, Wings of Judgment, op. cit., p. 148.

30Dans la nuit du 9-10 mars 1945, 334 B-29 prennent Tokyo par surprise, embrasant la ville. Avec un bilan officiel de 87 793 morts, 40 918 blessés et 1 008 005 sans logement, c’est l’attaque la plus meurtrière de l’histoire, pire que celles que subissent Hiroshima et Nagasaki23. À l’instar de Tokyo, les principales villes sont l’objet de raids similaires par des centaines d’avions. Du 8 mars au 15 juin, environ 40 % de la surface totale des six grands centres industriels (Tokyo, Osaka, Nagoya, Kobe, Yokohama, Kawasaki) est rasée. Entre le 17 juin et le 14 août, 60 villes plus petites sont à leur tour démolies aux deux cinquièmes24. La destruction massive par les bombes incendiaires prédispose à l’usage des armes atomiques. À Hiroshima et à Nagasaki, la plupart meurent des déflagrations et des incendies, comme dans les raids précédents, avant même que les radiations n’aient leur effet. Soumis à des milliers de sorties de B-29, le tissu urbain du Japon est en ruines ; 330 000 à 900 000 civils sont morts et 475 000 à 1 300 000 sont blessés ; 8 500 000 personnes, le quart de la population urbaine du pays, sont sans domicile25.

  • 26 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack, op. cit., p. 27-28 ; Wesley Frank Craven and James (...)

31Plus que la guerre en Europe, le conflit en Asie se rapproche du modèle douhétien. Quoique d’un moindre tonnage qu’en Europe, le bombardement est plus concentré dans le temps. Assailli par la voie aérienne, étranglé par le blocus maritime, le Japon envisage de se rendre avant même les attaques nucléaires des 6 et 9 août. Corollaire de la malnutrition, l’état de santé de la population japonaise est plus fragile, les maladies et épidémies plus répandues et la démoralisation plus avancée26. La désarticulation de l’arrière, résultant pour une bonne part du bombardement aérien, conduit à la décision de capituler alors qu’une armée de 2 000 000 d’hommes est invaincue.

Guerres limitées et retour au ciblage de l’électricité

32L’expérience de la Seconde Guerre mondiale ne peut que laisser son empreinte sur les dirigeants américains. La force aérienne apparaît comme l’arme de choix et le bombardement ostensiblement de « précision » – mais en réalité « géographique » – comme la méthode privilégiée. Avec la bombe nucléaire, destinée prioritairement aux concentrations urbaines dans une guerre totale, la doctrine du bombardement stratégique atteint son apothéose. L’emploi tactique de la force aérienne est dévalorisé.

  • 27 Conrad C. Crane, American Airpower Strategy in Korea, 1950-1953, Lawrence, Kansas, University Pres (...)
  • 28 Ibid., p. 118-120, 160-163 ; Robert F. Futrell, The United States Air Force in Korea 1950-1953, Wa (...)
  • 29 Richard P. Hallion, Storm over Iraq. Air Power and the Gulf War, Washington/Londres, Smithsonian I (...)

33Or les conflits postérieurs à la Seconde Guerre mondiale ne correspondent pas aux modèles prévus parce qu’ils sont limités. Dans la guerre qui se déclare en Corée en 1950, le bombardement stratégique aux armes conventionnelles est de moyenne portée. Quoi qu’il en soit, 18 des 22 villes importantes de la Corée du Nord sont au moins à moitié détruites, la capitale Pyongyang aux trois quarts27. Début 1952, il reste peu de cibles, hormis les aménagements hydroélectriques sur le fleuve Yalou à la frontière sino-coréenne. Le barrage de Suiho est le quatrième au monde et le plus important en Asie de l’Est. Les grandes usines étant hors d’usage, la finalité de l’électricité est purement civile. En juin 1952, une série de raids démolit 11 des 13 génératrices dans les usines des 4 barrages principaux, provoquant une panne totale de 15 jours et privant la Corée du Nord de 90 % de son électricité. En mai 1953, les réservoirs d’irrigation sont attaqués afin d’inonder les champs et de submerger la récolte de riz, produit qualifié de militaire28. Plus de 1 000 000 de civils sont tués dans chacun des camps durant cette guerre, le nombre de victimes des 454 000 tonnes d’obus29 largués par la voie aérienne en 3 ans de conflit étant inconnu.

  • 30 Idem.
  • 31 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack, op. cit., p. 37-38.
  • 32 Ibid., p. 39-40.

34Durant la guerre au Vietnam, les États-Unis peinent à établir leur supériorité dans les combats aériens, malgré les 6 162 000 tonnes d’obus qu’ils déversent en 11 ans de conflit30. La chasse et la défense (DCA et missiles SAM) nord-vietnamiennes sont redoutables. Les États-Unis entreprennent le bombardement aérien en mars 1965. Entre février et mai 1967, la plupart des usines génératrices d’électricité et des postes de transformation nord-vietnamiens sont touchés, privant le pays de 85 % de sa production et endommageant sérieusement le réseau de transmission31. Les attaques reprennent en avril 1972 au moyen d’obus guidés au laser : la plus grande centrale est bombardée le 10 juin ; six autres installations électriques le sont fin décembre. La capacité de production du nord du Vietnam est réduite de 115 000 à 29 000 kW. Génératrices portables, génératrices diesel souterraines, puissance humaine et importations suppléent en partie au manque32.

35Ni dans la guerre de Corée ni dans celle du Vietnam la puissance aérienne ne joue un rôle décisif. L’interruption de l’électricité ne modifie pas l’issue des deux conflits. La défaite en Indochine oblige les dirigeants américains à rechercher des moyens plus expéditifs et moins dévoreurs de vies américaines. Le public américain répugne à voir les forces armées engagées longtemps dans des opérations qui multiplient le nombre de cercueils ramenés du front. D’où l’intérêt de trouver des formes de combat à distance et aux moindres frais qui termineraient rapidement les conflits, tout en épargnant les soldats américains. Le retour au bombardement stratégique permettrait aux États-Unis de mettre à profit leur arsenal et de faire jouer leur supériorité sur le plan matériel. Encore faut-il actualiser la doctrine.

L’électricité au cœur de la guerre contemporaine

  • 33 John A. Warden III, The Air Campaign : Planning for Combat, Washington, National Defense Universit (...)

36Une pensée, dont le tenant le plus en vue est le colonel John Warden33, entend profiter des avancées en matière d’électronique, notamment la convergence de l’informatique, des télécommunications et de l’audiovisuel, pour mettre à jour le bombardement stratégique. La paralysie systémique de l’adversaire par la précision remplacerait l’anéantissement par le bombardement stratégique.

37La cible première du bombardement stratégique révisé doit être politique, à savoir la structure de contrôle et de commandement ennemie, ce qui signifie la direction nationale et les plus hauts dirigeants eux-mêmes. Viendraient ensuite, le cas échéant et dans l’ordre de priorité, les « fonctions vitales » – communications (radio, télévision, etc.) et les sources énergétiques (électricité, pétrole) –, les infrastructures (routes, ponts, aéroports, etc.), la population civile et les forces militaires. Il est reconnu que la destruction des « fonctions vitales » et des infrastructures sera sans effet sur les troupes au front. Le but avéré est la chute du pouvoir et l’installation d’autorités amies.

38Décodée, la doctrine consiste en un plaidoyer pour une politique de guerres-éclairs ou guerres-coups-de-main permettant enfin aux États-Unis de mettre sous leur coupe des pays étrangers à un coût relativement faible. Dans cette vision techniciste, les technologies et les méthodes nouvelles annonceraient une « révolution dans les affaires militaires » (« RAM »). Les civils demeurent une cible prioritaire. Si, en général, le bombardement n’est plus sans restrictions, la population n’est pas spécifiquement visée et le nombre de victimes directes des bombes diminue, les civils subissent de plein fouet les conséquences de la destruction des infrastructures. La finalité de celles-ci est non militaire, car les forces armées disposent de services autonomes : groupes électrogènes, stocks de carburant, soins médicaux. Certes les non-combattants ne sont pas systématiquement bombardés ou incendiés, mais ils meurent à retardement de la propagation de maladies infectieuses, de l’absence de soins, de la malnutrition et de la détérioration des conditions sanitaires. Létale, l’eau contaminée tue aussi bien que les obus. Le manque d’eau pure entrave la désinfection, contribue à la transmission des maladies, y compris dans les hôpitaux, et favorise les épidémies. Pour autant, le bombardement anti-cités persiste.

  • 34 Le voile est levé postérieurement et discrètement sur les cibles civiles et les objectifs politiqu (...)

39Sous-produit de la doctrine du bombardement stratégique, la « RAM » lie ses deux rameaux : les attaques de précision contre l’économie et le bombardement aveugle et punitif des civils. Les premières visent dorénavant l’infrastructure, semant la mort chez les civils, mais indirectement plus que directement. Les civils ne sont pas tués sur le coup ; ils meurent lentement a posteriori, après le départ de l’attaquant. Une intense campagne médiatique insiste sur l’humanité de bombardements qualifiés de « frappes chirurgicales » qui, infailliblement, ne touchent que des objectifs étiquetés militaires et épargnent la vie humaine34. Festival de bombardement aérien et médiatique, l’assaut contre l’Irak établit la norme pour les conflits contemporains.

  • 35 Thomas A. Keaney and Eliot A. Cohen, Gulf War Air Power Survey Summary Report, Washington, 1993, p (...)
  • 36 Barton Gellman, “Allied Air War Struck Broadly in Iraq”, op. cit.

40Warden écrit le scénario pour la guerre qui débute le 17 janvier 1991, mais dont le déroulement s’écarte du plan. La « décapitation » politique, pivot de la doctrine, est tentée sans succès. Viennent ensuite les « fonctions vitales », en particulier les centrales électriques. Les 20 génératrices, intégrées dans le réseau national, et les unités de transmission sont endommagées dès les premières minutes. Bagdad perd son éclairage et son approvisionnement en eau potable. Le système de traitement des égouts est dysfonctionnel. Près de 60 % des sorties contre les installations électriques se déroulent durant les 11 premiers jours. La moitié des 9 000 à 9 500 MW produites au pays est éliminée le premier jour, les deux tiers au deuxième, les quatre cinquièmes après une semaine. Au 24e jour, près de 88 % de la capacité installée est indisponible en raison des attaques directes ou de la rupture du réseau national. Les petites unités qui ne produisent que localement ne sont pas bombardées35. La mortalité, notamment infantile, connaît un pic en 1991, au lendemain des bombardements. Diarrhée, gastroentérite, choléra et typhus sont favorisés par la malnutrition, la mise hors service du système d’épuration de l’eau et l’absence de traitement des égouts. En mai 1991, une équipe de spécialistes américains de la santé publique estime qu’au moins 170 000 enfants de moins de 5 ans perdront la vie au cours de l’année36. Durant le conflit, des dizaines de milliers de civils meurent des bombardements ou de leurs effets indirects.

  • 37 Lawrence Freedman and Efraim Karsh, The Gulf Conflict 1990-1991. Diplomacy and War in the New Worl (...)

41La guerre de 1990-1991 passe pour être l’application de la « RAM » et le modèle pour l’avenir. Pourtant, cette guerre n’est pas une confirmation de la nouvelle doctrine. D’abord, le pouvoir irakien ne perd pas le contrôle du pays. Quant au bombardement stratégique de l’arrière, dont tout est attendu, il ne suffit pas ; il faut lui ajouter le bombardement tactique continu des troupes irakiennes. En dépit des effets d’optique, les obus « intelligents » ne comptent que pour 6 250 tonnes dans le total des 88 500 tonnes d’explosifs larguées, soit 7 %, le reste étant composé de bombes « stupides » non guidées37. Plutôt que paralysé, l’Irak est enseveli sous une pluie de métal et d’explosifs. La défaite se manifeste par la dislocation de troupes soumises au bombardement aérien sans riposte efficace, non par l’effondrement du moral de la population civile, nonobstant les souffrances endurées.

42Le 24 mars 1999, l’OTAN oppose à la Serbie la méthode mise au point contre l’Irak en 1990-1991 : disproportion énorme entre la coalition de 19 pays et une des Républiques de l’ex-Yougoslavie, bombardements aériens ininterrompus, professions de sollicitude pour les civils, fétichisme technologique, etc. Néanmoins, la guerre contre la Serbie n’est pas tout à fait conforme à la « RAM ». L’offensive est graduée, non massive. Sauf au Kosovo où l’électricité est coupée dès les premiers raids, la plupart des cibles sont d’abord authentiquement militaires. Les infrastructures en Serbie, tels les ponts, ne commencent à être touchées que fin mars ; l’électricité n’en fait pas partie et Belgrade est épargné. L’escalade débute à la quatrième semaine. À partir du 21 avril, sont visés à Belgrade les dirigeants serbes, la radio, la télévision et les télécommunications. Le 3 mai, cinq unités de transformation sont touchées ; la Serbie perd 70 % de son courant. Les civils sont désormais les premiers ciblés.

  • 38 Stephen T. Hosmer, Why Milosevic Decided to Settle When He Did, Santa Monica, Rand, 2001, p. 98.

43Les 24, 25 et 26 mai, le réseau électrique national ainsi que le système de pompage de l’eau sont détruits par des bombes guidées au laser. À 80 %, la Serbie est sans électricité et sans eau. Son courant perdu à 94 %, Belgrade survit à la chandelle. La cuisine, la boulangerie et la préservation des aliments deviennent difficiles ; les pénuries se multiplient et le chômage s’étend. Les bombardements d’infrastructures s’intensifient, tandis que se précise l’objectif du changement de régime. Du 22 mai au 2 juin, l’OTAN attaque 15 transformateurs, 20 ponts et tunnels, 55 unités de transmission de télévision et de radio, 20 sites pétroliers et 12 centres de commandement38.

  • 39 James Carroll, “The Truth about NAT O’s Air War”, Boston Globe, June 20, 2000, p. A15; Barry R. Po (...)

44Comprenant que la Russie ne la soutiendrait pas, confrontée à la perspective de la destruction systématique et d’une invasion terrestre, la Serbie accepte le 2 juin un plan qui confie à l’ONU la mission d’observation au Kosovo. On comprend que la guerre a été remportée à Belgrade contre les civils, privés d’électricité, plutôt que contre les militaires39, lorsque l’on voit la quantité de pièces lourdes que l’armée serbe retire du Kosovo après le cessez-le-feu. Ses pertes ont été dérisoires pendant les 78 jours du conflit. La dispersion, le camouflage et les leurres permettent aux troupes et à leur équipement d’échapper aux attaques aériennes.

  • 40 Anthony H. Cordesman, “The Lessons and Non-Lessons of the Air and Missile War in Kosovo”, Washingt (...)

45La « RAM » est encore plus à l’honneur qu’en 1991 ; 35 % des munitions en 1999 sont guidées40. Les deux guerres confirment la primauté des attaques indirectes, par l’intermédiaire des infrastructures comme l’électricité, contre les civils. Sur le plan politique, la « RAM » est un échec : les dirigeants irakien et serbe ne sont pas « décapités », objectif premier de la guerre nouveau style. Des moyens traditionnels sont employés ultérieurement pour les renverser. En ce qui concerne l’issue des deux conflits, le bilan de la « RAM » est mixte : l’Irak cède, non parce que son moral a fléchi à la suite de la dévastation du pays, mais parce que son armée ne pouvait tenir sous un déluge d’obus largués des airs, n’ayant toutefois, pour la plus grande part, rien d’« intelligent ». Quant à la Serbie, sa défaite est effectivement due à la destruction des bases matérielles de sa société civile par des munitions aériennes de pointe et par l’absence de perspective d’y mettre fin, ce qui est conforme à la « RAM », mais elle demeure fonctionnelle sur le plan militaire.

46L’invasion de l’Irak en 2003 est moins une guerre en soi que la conclusion de guerre qui a débuté en 1990 et qui ne s’est jamais arrêtée. Durant les années 1990 et jusqu’en 2003, la guerre contre l’Irak prend la forme d’un embargo et de bombardements quasi quotidiens. Le pays est déjà dévasté avant la pénétration des troupes américaines. Cela dit, le fait qu’une invasion terrestre ait été nécessaire, malgré l’énorme disproportion des forces, pour renverser le pouvoir politique démontre que l’arme aérienne n’a pas suffi pour atteindre les objectifs fixés.

47L’attaque israélienne contre Gaza et le Liban à l’été 2006 vient illustrer la thèse du présent texte au moment même de sa rédaction. Le « modèle » actuel du ciblage des civils au moyen de la destruction de leurs conditions de vie est démontré clairement. Il n’y a pas de guerre au sens classique, les Palestiniens et le Hezbollah n’ayant ni avions, ni chars, ni artillerie, ni marine, ni formations de troupes. Le châtiment collectif par la voie aérienne ne fait pas qu’accompagner les combats entre adversaires armés ; il les prime.

48À Gaza, l’unique centrale électrique, le système d’alimentation en eau, les ponts et les routes sont détruits par la voie aérienne. Deux tiers des 1 300 000 d’habitants sont privés d’électricité. Qu’à cela ne tienne, le consulat d’Israël à Montréal publie un communiqué qui fournit l’archétype du discours officiel d’usage : « Dans le cadre de cette opération, tous les efforts seront réalisés pour éviter de porter atteinte à des civils innocents. L’objectif de cette opération n’est pas de punir la population palestinienne, mais atteindre un objectif militaire précis. »

49Deux semaines plus tard, l’aviation israélienne met le Liban à feu et à sang. Pilonné quotidiennement, le pays est saccagé : centrales électriques détruites, infrastructures démolies, lieux d’habitation aplatis. La population de 4 000 000, dont le quart est transformé en personnes déplacées et en réfugiés, est soumise au blocus aérien, naval et terrestre. Les civils paient tout le tribut de ces opérations de destruction massive par la voie aérienne. Bafouer les conventions internationales (Genève 1949, Rome 1998) relève de la routine.

50L’électricité devient un enjeu de guerre, car la transformation de l’avion en arme de combat rend accessible l’intérieur du pays de l’adversaire. Son importance croît avec l’électrification des sociétés et leur dépendance grandissante envers cette source d’énergie. Elle n’est pas au départ au premier rang des objectifs du bombardement aérien ; elle tend à occuper cette place au fur et à mesure que se décante la réflexion sur la guerre. À côté du bombardement anti-population visant à provoquer son effondrement moral apparaît la notion du bombardement sélectif ou « précis » des points clés (ou centres de gravité) d’une société de manière à entraîner la capitulation. L’assaut direct contre les non-combattants fait place à la volonté de sélectionner les industries et installations de nature militaire (war-making capacity). C’est dans ce contexte que l’électricité entre dans la pensée stratégique et devient objet de guerre.

51Les conflits du XXe siècle soumettent la notion de bombardement stratégique à une évolution complexe d’où émerge toutefois une tendance lourde qui confère à l’électricité une importance de tout premier plan. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le bombardement aveugle pour décimer devient rapidement la norme. Dans ce contexte, l’électricité ne reçoit aucun traitement spécial. Lorsque l’on détruit tout, humains et objets, il n’est guère nécessaire de choisir des cibles par lesquelles atteindre les civils. Les guerres postérieures à 1945 sont des conflits limités qui contraignent à éviter les tueries à grande échelle. Toucher l’ensemble des civils passe par l’intermédiation de la mise hors service des infrastructures, notamment l’électricité. En règle générale, les centrales électriques se trouvent sur les listes de cibles depuis la guerre de Corée. Les attaques contre les civils doivent passer pour économes en vies humaines afin de rallier l’opinion publique. Rééditer Dresde ou Tokyo ne saurait se concevoir. Désormais, le levier pour atteindre les civils est la destruction des infrastructures, l’électricité au premier chef. Aux attaques massives et directes contre la population succèdent les attaques massives et indirectes par l’intermédiaire des infrastructures.

52Les non-combattants et l’« arrière » sont immanquablement des cibles de guerre. Que le but soit de les anéantir, comme dans la Seconde Guerre mondiale, ou de les faire plier, comme dans les offensives contre l’Irak et la Serbie, ils se retrouvent dans toutes les stratégies contemporaines de guerre. La « RAM » est d’essence anti-population. Plus les civils en font les frais, plus sont insistantes les assurances sur la sécurité des opérations et sur la retenue exercée durant leur exécution. Les vertus réputées humaines de la haute technologie sont louangées, tandis que les non-combattants sont touchés principalement par la destruction des infrastructures. À l’ère des guerres médiatisées et des procès pour crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, il est malvenu de tuer beaucoup de civils en présence de témoins ; les priver des conditions de la vie permet de reporter la mort à plus tard, loin des regards inquisiteurs et peut-être accusateurs. Si le nombre de personnes tuées diminue, le nombre de ceux qui subissent une mort différée augmente. Dans cette configuration, l’électricité se situe au premier rang des trophées de guerre. Sa suppression devient l’acte emblématique de l’action guerrière contemporaine et le synonyme du bombardement aérien.

53L’arme aérienne n’est pas garante de résultats pour ceux qui la possèdent. En 2006, au Liban, comme à Gaza, est émoussé son pouvoir de coercition contre les civils, même lorsque ceux-ci sont privés de moyens de défense, d’électricité et d’infrastructures. Résolus, endurcis ou résignés, ils ne bronchent pas, retirant à l’arme aérienne sa faculté de contraindre. Les bombardements anti-civils ont-ils atteint leur limite ?

Bibliographie

Bibliographie

Carroll, James, “The Truth about NAT O’s Air War”, Boston Globe, June 20, 2000, p. A15.

Cordesman, Anthony H., “The Lessons and Non-Lessons of the Air and Missile War in Kosovo”, Washington, Center for Strategic and International Studies, July 8, 1999.

Crane, Conrad C., Bombs, Cities and Civilians. American Airpower Strategy in World War II, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas, 1993.

Crane, Conrad C., American Airpower Strategy in Korea, 1950-1953, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas, 2000.

Craven, Wesley Frank and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces in World War II, vol. 1,2,5, Washington, Office of Air Force History, 1983[1948, 1949, 1953].

Douhet, Giulio, The Command of the Air, traducted by Dino Ferrari, London, Faber & Faber, 1943.

Freedman, Lawrence and Efraim Karsh, The Gulf Conflict 1990-1991. Diplomacy and War in the New World Order, Princeton, Princeton University Press, 1993.

Futrell, Robert F., The United States Air Force in Korea 1950-1953, Washington, United States Air Force, 1983.

Gellman, Barton, “Allied Air War Struck Broadly in Iraq. Officials Acknowledge Strategy Went Beyond Purely Military Targets”, The Washington Post, June 23, 1991, p. A1.

Gentile, Gian P., How Effective is Strategic Bombing? Lessons Learned from World War II to Kosovo, New York/London, New York University Press, 2001.

Griffith Jr., Major Thomas E., Strategic Attack of National Electrical Systems, Thèse de doctorat, Maxwell Air Force Base, Alabama, Air University Press, 1994.

Hallion, Richard P., Storm over Iraq. Air Power and the Gulf War, Washington/ London, Smithsonian Institution Press, 1992.

Hansell Jr., Major General Haywood S., The Air Plan that Defeated Hitler, New York, Arno Press, 1980[1972].

Hosmer, Stephen T., Why Milosevic Decided to Settle When He Did, Santa Monica, Rand, 2001.

Keaney, Thomas A. and Eliot A. Cohen, Gulf War Air Power Survey Summary Report, Washington, 1993.

Pape, Robert Anthony, Bombing to Win: Air Power and Coercion in War, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1996.

Posen, Barry R., “The War for Kosovo. Serbia’s Political-Military Strategy”, International Security, 24, 4, Spring 2000.

Schaffer, Ronald, Wings of Judgment. American Bombing in World War II, New York, Oxford, Oxford University Press, 1985.

Spaight, James M., Air Power and the Cities, London, Longmans, Green, 1930.

Spaight, James M., Bombing Vindicated, London, Geoffrey Bles, 1944.

Stephens, Alan, In Search of the Knock-Out Blow: The Development of Air Power Doctrine 1911-1945, Paper # P61, Fairbairn (Australia), Air Power Studies Centre, 1998.

Tedder, Lord (Arthur William), Air Power in War, London, Hodder & Stoughton, 1948.

United States Strategic Bombing Survey, German Electric Utilities Industry Report, Washington, Government Printing Office, 1945-1947, annexe M-1.

Vauthier, Colonel P., La doctrine de guerre du général Douhet, Paris, Berger- Levrault, 1935.

Warden III, John A., The Air Campaign: Planning for Combat, Washington, National Defense University Press, 1988.

Notes de fin

1 Giulio Douhet, The Command of the Air, translated by Dino Ferrari, London, Faber & Faber, 1943, p. 15,17.

2 Ibid., p. 153.

3 Ibid., p. 22.

4 Ibid., p. 55, 159.

5 Colonel P. Vauthier, La Doctrine de guerre du général Douhet, Paris, Berger- Levrault, 1935, p. 224.

6 Giulio Douhet, The Command of the Air, op. cit. p. 93-95, 107.

7 Parmi eux, J. M. Spaight, Air Power and the Cities, London, Longmans, Green, 1930 ; et Bombing Vindicated, Londres, Geoffrey Bles, 1944.

8 Alan Stephens, In Search of the Knock-Out Blow: The Development of Air Power Doctrine 1911-1945, Paper # P61, Fairbairn (Australie), Air Power Studies Centre, 1998.

9 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack of National Electrical Systems, These de doctorat, Maxwell Air Force Base, Alabama, Air University Press, 1994, p. 16.

10 Robert Anthony Pape, Bombing to Win: Air Power and Coercion in War, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1996, p. 64.

11 Ibid., p. 17-18 ; Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces in World War II, vol. 1, Washington, Office of Air Force History, 1983[1948], p. 131, 148, 599 ; Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan that Defeated Hitler, New York, Arno Press, 1980[1972], p. 85, 105.

12 Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan, op. cit., p. 286-287, 300-301.

13 Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces in World War II, vol. 2, Washington, Office of Air Force History, 1983 [University of Chicago Press, 1949], p. 215-216.

14 Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan, p. 163 ; Gian P. Gentile, How Effective is Strategic Bombing? Lessons Learned from World War II to Kosovo, New York et Londres, New York University Press, 2001, p. 18-20.

15 Wesley Frank Craven et James Lea Cate (dir.), The Army Air Forces, vol. 2, p. 357-362.

16 Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan, op. cit., p. 161-164, 252, 259-264, 270-275.

17 Rarement ciblé, touché de manière incidente au cours des bombardements « géographiques », il reçoit 848 tonnes de bombes, soit 0,04 % du total. United States Strategic Bombing Survey, German Electric Utilities Industry Report, Washington, Government Printing Office, 1945-1947, annexe M-1.

18 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack, op. cit., p. 19-21; Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces, vol. 2, op. cit., p. 362 ; Major General Haywood S. Hansell Jr., The Air Plan, op. cit., p. 161.

19 United States Strategic Bombing Survey, German Electric Utilities, op. cit., p. 46-51.

20 Ronald Schaffer, Wings of Judgment. American Bombing in World War II, New York, Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 99-106.

21 Lord (Arthur William) Tedder, Air Power in War, London, Hodder & Stoughton, 1948, p. 106-107.

22 Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces in World War II, vol. 5, Washington, Office of Air Force History, 1983[1953], p. 551 ; Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack, op. cit., p. 22-23, 27.

23 Ibid., p. 614-617, 722, 725. Voir aussi Conrad C. Crane, Bombs, Cities and Civilians. American Airpower Strategy in World War II, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas, 1993.

24 Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces, vol. 5, op. cit., p. 643, 750, 751.

25 Ronald Schaffer, Wings of Judgment, op. cit., p. 148.

26 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack, op. cit., p. 27-28 ; Wesley Frank Craven and James Lea Cate (eds.), The Army Air Forces, vol. 5, op. cit., p. 726-731, 755-756.

27 Conrad C. Crane, American Airpower Strategy in Korea, 1950-1953, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas, 2000, p. 168. Des munitions incendiaires sont employées contre Pyongyang les 3 et 5 janvier 1951.

28 Ibid., p. 118-120, 160-163 ; Robert F. Futrell, The United States Air Force in Korea 1950-1953, Washington, United States Air Force, 1983, p. 482-489, 666-670.

29 Richard P. Hallion, Storm over Iraq. Air Power and the Gulf War, Washington/Londres, Smithsonian Institution Press, 1992, p. 190.

30 Idem.

31 Major Thomas E. Griffith Jr., Strategic Attack, op. cit., p. 37-38.

32 Ibid., p. 39-40.

33 John A. Warden III, The Air Campaign : Planning for Combat, Washington, National Defense University Press, 1988.

34 Le voile est levé postérieurement et discrètement sur les cibles civiles et les objectifs politiques. Barton Gellman, “Allied Air War Struck Broadly in Iraq. Officials Acknowledge Strategy Went Beyond Purely Military Targets”, The Washington Post, June 23, 1991, p. A1.

35 Thomas A. Keaney and Eliot A. Cohen, Gulf War Air Power Survey Summary Report, Washington, 1993, p. 73-74.

36 Barton Gellman, “Allied Air War Struck Broadly in Iraq”, op. cit.

37 Lawrence Freedman and Efraim Karsh, The Gulf Conflict 1990-1991. Diplomacy and War in the New World Order, Princeton, Princeton University Press, 1993, p. 313.

38 Stephen T. Hosmer, Why Milosevic Decided to Settle When He Did, Santa Monica, Rand, 2001, p. 98.

39 James Carroll, “The Truth about NAT O’s Air War”, Boston Globe, June 20, 2000, p. A15; Barry R. Posen, “The War for Kosovo. Serbia’s Political-Military Strategy”, International Security, 24, 4, Spring 2000, p. 39.

40 Anthony H. Cordesman, “The Lessons and Non-Lessons of the Air and Missile War in Kosovo”, Washington, Center for Strategic and International Studies, July 8, 1999, p. 9.

Auteur

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540