Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Chapitre 2. Savoir dire d’un jeune qu’il est violent

Texte intégral

1Savoir dire d’un jeune qu’il est violent peut nous informer non pas seulement d’un agir qui doit être réprimé, mais encore de toute une mise en scène où le jeune change de nature. Le drame constitué permet le personnage violent − le jeune violent − et ouvre ainsi la porte sur un ensemble de moyens pour le contenir. Dans la généalogie qu’il fait de l’individu moderne, Foucault (1984a : 297 et suiv.) est amené à rappeler la place du pouvoir dans la constitution de cet individu. En effet, le pouvoir d’État moderne adopte une forme à la fois universelle et totalisatrice − c’est-à-dire qu’il s’est rendu et se rend capable et toujours plus apte à tenir compte à la fois des individus et des populations.

2L’État moderne a emprunté du pouvoir pastoral son principe institutionnel qui permet d’intégrer les individus en leur assignant une entité nouvelle et en les soumettant à un ensemble de mécanismes spécifiques. L’État moderne, dans ce sens, a substitué au salut éternel le bien-être d’ici-bas, a prôné l’assurance non plus d’une vie bienheureuse avec Dieu le père, mais l’assurance d’une vie sans risque avec sa famille et ses proches. Il a renforcé son administration en formant des agents directement sous son contrôle (première police dont l’objet est l’homme) mais aussi en multipliant ceux qui sont régis par des organismes privés dont les objectifs ne lui échappent pas. Il a accentué son pouvoir sur l’homme et sur les hommes en y greffant l’expertise systématique. Cette expertise faite de l’aveu permet de scruter l’individu ; elle emprunte aussi à la statistique et permet, cette fois, d’inventorier les populations. Le savoir ainsi constitué donne au pouvoir une vue sur tout le corps social.

3Ainsi ce pouvoir, enrichi de façon continue, peut bien renvoyer « à des aptitudes directement inscrites dans le corps ou médiatisées par des relais instrumentaux » (Foucault, 1984b : 309) pour modifier, utiliser ou détruire les choses mais aussi les autres. Il peut, par ses rapports de communication (une langue, un système de signes), transmettre une information, ce qui est une façon d’agir sur l’autre ou les autres. Enfin, il peut monopoliser les moyens de « contrainte, de l’inégalité et de l’action des hommes sur les hommes » (Foucault, 1984b : 310).

4D’ailleurs, l’aveu psychologique devient possible tout d’abord en enfermement. Il est paradoxalement une condition exigée par Pinel pour libérer son patient en quelque sorte. L’aveu sur le sexe sera réinventé 100 ans plus tard par Freud ; il n’aura de limites que le pansexualisme.

L’aveu a diffusé loin ses effets : dans la justice, dans la médecine, dans la pédagogie, dans les rapports familiaux, dans les relations amoureuses, dans l’ordre le plus quotidien et dans les rites les plus solennels ; on avoue ses crimes, on avoue ses péchés, on avoue ses pensées et ses désirs, on avoue son passé et ses rêves, on avoue son enfance ; on avoue ses maladies et ses misères […] On avoue ou on est forcé d’avouer (Foucault, 1976 : 79).

5Comme l’aveu, la statistique a aussi pour tâche de faire apparaître la vérité. Elle peut apparaître plus « objective » mais il semble qu’elle aussi se greffe à l’exercice d’un pouvoir sur le corps. Dans ce sens, la statistique renvoie à des aptitudes qui seraient inscrites dans le corps. Les statistiques ne sont pas simplement le fruit d’une collecte de données, elles sont un produit qui se situe à l’intérieur d’un processus social qui a ses propres raisons et ses propres moyens.

6Ce n’est toutefois qu’au XIXe siècle, avec la montée du capitalisme industriel, que se développe une véritable connaissance statistique de la société (Shaw et Miles, 1979 : 31). En fait, on le voit, cette statistique ne trouve pas son développement en elle-même ; elle est un produit idéologique, social, positiviste et historique (MacKenzie, 1979 : 47-48). Les faits que les statisticiens recueillent ont des implications évaluatives. Ils sont contrastés comme des raisons pour ou contre certains points de vue, ayant pour objectif de renforcer ces derniers ou de les discréditer. La science ne cherche plus tellement à connaître l’essence même des choses mais davantage à comprendre la régularité et la récurrence des événements d’une façon quantitative et générale. L’idée est claire : en connaissant le parcours des événements, il serait possible d’établir des prédictions et de contrôler la nature et les individus qui se retrouvent dans cette nature (Doyal, 1979 : 237-238).

7L’aveu et la statistique peuvent se rejoindre par l’intermédiaire de la médecine du corps et de l’esprit. Cette dernière, en effet, apparaît comme moyen unificateur des investigations sur la violence des jeunes. À la fois l’anamnèse et la statistique forment une vision qui tend à décrire le réel autant qu’elles participent à le modeler. Capable de codifier l’« agir » et de faire parler, capable de lier le récit du jeune et le récit sur les jeunes à un ensemble de signes déchiffrables par les intervenants psychosociaux, la médecine effectue la synthèse de la violence du jeune. Il devient alors possible de prendre charge non pas seulement de la violence mais aussi du jeune lui-même.

8L’importance accordée à la nécessité, pour le jeune, de tout laisser voir et de tout dire afin d’être traité et celle accordée à la capacité, chez l’intervenant psychosocial, de tout demander pour traiter le jeune, s’appuient sur le postulat d’une causalité générale et diffuse. Ce n’est plus le sexe proprement dit qui relie ou peut tout relier, c’est dorénavant son dérivé en quelque sorte, l’amour de sa propre personne, l’estime de soi. Cette estime permet en effet de combler correctement ses désirs. On s’appliquera donc à reconstruire cette estime. C’est dans un rapport étroit au jeune qu’un tel travail s’impose, cela afin de savoir interpréter les dires des jeunes et de pouvoir les utiliser de façon intelligible, seule façon de lutter à la fois contre le mal et le mal-être du jeune, voire sa violence et un soi pathologique.

9L’apparition de la violence dans le discours savant traduit des évaluations qui sont loin d’être neutres et qui pèsent ainsi sur les situations appréhendées et les actions menées. Nous allons voir comment, en premier lieu, la violence ne peut que ressortir « naturellement » d’une situation définie préalablement violente. Des critères normatifs sont déjà à l’œuvre, donnant à la violence tout son sens, écartant du même coup toute autre manière d’appréhender les « faits ». Deuxièmement, nous allons constater comment, de la notion de violence, nous en arrivons à la notion d’un individu violent, et comment cet individu devenu violent voit soudainement sa violence attribuée à sa nature même ; et plus, nous allons constater comment le jeune violent est amené à poursuivre dans cette voie de la violence.

2.1 – CONSIDÉRER LES FAITS ET CIRCONSCRIRE LA VIOLENCE

10Qu’entend-on par « faits » ? Eu égard à la violence des jeunes, ce sont des indices regroupés autour des définitions, qu’elles soient descriptives ou cliniques, qu’elles soient légales ou institutionnelles. Les « faits » peuvent encore être chiffres ou statistiques ; ils constituent la réalité qu’il convient alors d’interpréter pour mieux diriger l’action.

11Dire la violence des jeunes, c’est commencer par donner un sens à cette violence, c’est la catégoriser, c’est tenter de la quantifier. Qu’est-ce qu’un abus envers un jeune par exemple (car l’abus aurait le potentiel de conduire le jeune vers la violence) ? Qu’est-ce qu’un trouble de comportement ? Qu’est-ce qu’une délinquance ? Ces trois grandes catégories peuvent, à divers niveaux, rejoindre celles des jeunes suicidaires et inadaptés, des décrocheurs, des jeunes errants caractérisés par leur vagabondage, leur usage de drogues, leur pratique de la prostitution. Tous ces problèmes peuvent être révélateurs de ce qui est dit violent, mais encore de ce qui est signifié comme ampleur de la violence des jeunes dans la société.

12Si nous parlons ici d’abus, de troubles de comportement, de délinquance, c’est non seulement parce que l’un conduirait à l’autre, mais encore parce que chacun se situerait dans cet ordre précis sur la route de la violence. Le jeune abusé ou violenté aurait tout le potentiel de se faire troublant et, par la suite, délinquant. Quelles sont donc les définitions pour chacun de ces trois problèmes et quels sont les chiffres qui en disent l’ampleur ?

13Tout d’abord, que comprend l’abus ou la violence envers un jeune, comment le reconnaît-on ?

14La violence envers les enfants se manifeste sous diverses formes, allant de la totale indifférence à la cruauté mentale, du manque de soins aux coups de la brute la plus grossière et à ceux du tortionnaire le plus raffiné ou encore en utilisant l’enfant comme objet sexuel (Québec, 1987 : 2).

15Au plan descriptif, l’abus sexuel constitue un acte ou un jeu de nature sexuelle (hétéro ou homo) entre un enfant et une ou des personnes en situation de pouvoir, dans le but de procurer un plaisir sexuel à l’enfant ou aux adultes impliqués. Sur le plan clinique, l’abus devient toute activité sexuelle à laquelle une victime est incitée ou contrainte à participer, par un agresseur, sur ce dernier, sur elle-même ou sur une tierce personne, contre son gré, par manipulation affective, physique, matérielle ou usage d’autorité, de manière évidente ou non, que l’abuseur soit connu ou non, et qu’il y ait ou non évidence de lésion ou traumatisme physique ou émotionnel, peu importe le sexe des personnes impliquées.

16L’offense peut se caractériser par l’exhibitionnisme ou le voyeurisme, par le harcèlement sexuel, par l’inceste ou abus sexuel intrafamilial (parent, fratrie, parent de famille reconstituée, famille élargie, famille d’accueil), par l’abus sexuel extra-familial (gardien/gardienne, voisin/voisine, connaissance lointaine, inconnu/inconnue), par la prostitution, par l’utilisation de l’enfant/adolescent(e) pour la production de matériel pornographique, par la sexualisation (certaines situations de visionnement de films, pornographie, nudisme à outrance, libéralisation extrême de mœurs sexuelles, etc.).

17Quant aux gestes sexuels habituellement posés, voici les principaux : baisers à caractère sexuel ; attouchements et caresses ; masturbation de la victime par l’abuseur et vice-versa ; contact oral-génital : fellation (introduction du pénis de l’agresseur ou de la victime dans la bouche de la victime ou de l’agresseur) et cunnilingus (caresse avec la bouche des organes génitaux de la fille) ; pénétration de l’anus ou du vagin par doigts ou objets ; pénétration vaginale par le pénis (coït vaginal) ; sodomie (pénétration anale par le pénis) ; tentative de pénétration ; éjaculation interne et/ou externe ; frottement et/ou masturbation du pénis avec éjaculation possible : contre les fesses, cuisses, contre la vulve (coït vulvaire), contre l’anus (coït périanal) ; coït sec : frottement du pénis sur la vulve ou l’anus, sans éjaculation (coït vulvaire sec, coït périanal sec) (Frappier, Haley et Dansereau, 1990 : 19-31).

18Certains ajouteront, de plus, que l’abus sexuel peut être une proximité corporelle excessive et érotisée (Gabel, 1992 : 6-7), un attachement trop intense (Zucchelli et Bongibault, 1990 : 18).

19Les abus physiques regroupent plusieurs types de sévices corporels infligés volontairement : les coups causant des blessures corporelles, l’administration intentionnelle de produits en quantité et à une fréquence suffisante pour rendre un enfant malade, les conditions de vie mettant en danger la sécurité ou même la vie d’un enfant (Hanigan, 1990 : 150). La négligence, qui englobe un grand nombre de situations, est un phénomène moins spectaculaire mais beaucoup plus fréquent que les sévices corporels comme tels. Elle s’étend des manques de soins corporels aux privations affectives, éducatives et morales ; en fait, tout ce qui constitue un danger pour le « développement » du jeune peut devenir négligence et se dire abus.

20L’abus, qu’il soit sexuel ou physique, consiste en un acte de pouvoir, se caractérise par l’usage de la force qu’elle soit douce ou dure, qu’elle soit physique ou psychologique (Glaser et Frosh, 1993 ; Gabel, 1992 ; Hanigan, 1990 ; Zucchelli et Bongibault, 1990 ; Frappier, Haley et Dansereau, 1990). C’est d’ailleurs ce que nous rappelle aussi la loi qui usera tout autant des dires cliniques que la clinique elle-même use de la loi.

21Au plan légal, l’abus peut consister en une agression sexuelle simple (accusation la plus courante), une agression sexuelle armée ou encore une agression sexuelle grave. La gravité de l’agression est établie en fonction de la violence subie et non des gestes posés uniquement. En ce qui concerne les jeunes plus spécifiquement, contacts sexuels, incitation à des contacts, exploitation, inceste, relation sexuelle anale, bestialité, indécence, exhibitionnisme, proxénétisme peuvent conduire à une accusation et constituer un abus. De même, servir d’intermédiaire en regard de ces dernières activités peut conduire à une accusation. Enfin, le code criminel couvre tout un ensemble d’actes illicites concernant l’abus physique (de l’agression simple à l’agression grave) comme l’abus moral, alors que la loi provinciale couvre tous les aspects de la protection de l’enfance (le jeune en danger). De plus, les institutions, comme les écoles entre autres, auront des règles spécifiques qui peuvent encore donner un autre sens à l’abus. Nous revenons ultérieurement sur ces règles de toutes sortes au sein de l’école même.

22Les troubles de comportement chez les jeunes recouvrent toute une variété de problèmes des plus anodins jusqu’aux plus dommageables (simple désobéissance, colère, larcin ou petit vol à agression sévère). Ces problèmes seraient jumelés à une mauvaise adaptation, dans son sens le plus général, ainsi qu’à des difficultés plus particulières comme l’hyperactivité.

23Trouble de comportement peut vouloir dire hyperactivité, trouble psychomoteur pour le médecin ; trouble d’opposition, trouble de conduite, déficit de l’attention pour le pédopsychiatre ; antisociabilité, déviance sociale pour le travailleur social professionnel ; mésadaptation socio-affective, difficulté d’adaptation sociale, indiscipline, agressivité, hyper-activité, délinquance pour l’éducateur (Vitaro, Dobkin, Gagnon et LeBlanc, 1994 : 27).

24Les troubles de comportement peuvent se faire très rassembleurs comme concepts ; brutalité, méfaits, vols, indisciplines logent à la même enseigne du trouble de comportement :

251. Agression envers des personnes ou des animaux :

26(a) brutalise, menace ou intimide souvent d’autres personnes ;

27(b) commence souvent les bagarres ;

28(c) a utilisé une arme pouvant blesser sérieusement autrui (p. ex. un bâton, une brique, une bouteille cassée, un couteau, une arme à feu) ;

29(d) a fait preuve de cruauté physique envers des personnes ;

30(e) a fait preuve de cruauté physique envers des animaux ;

31(f) a commis un vol en affrontant la victime (p. ex. agression, vol de sac à main, extorsion d’argent, vol à main armée) ;

32(g) a contraint quelqu’un à avoir des relations sexuelles.

332. Destruction de biens matériels :

34(h) a délibérément mis le feu avec l’intention de provoquer des dégâts importants ;

35(i) a délibérément détruit le bien d’autrui (autrement qu’en y mettant le feu).

363. Fraude ou vol :

37(j) a pénétré par effraction dans une maison, un bâtiment ou une voiture appartenant à autrui ;

38(k) ment souvent pour obtenir des biens ou des faveurs ou pour échapper à des obligations (p. ex. « arnaque » les autres) ;

39(l) a volé des objets d’une certaine valeur sans affronter la victime (p. ex. vol à l’étalage sans destruction ou effraction ; contrefaçon).

404. Violations graves de règles établies :

41(m) reste dehors tard la nuit en dépit des interdictions de ses parents, et cela a commencé avant l’âge de treize ans ;

42(n) a fugué et passé la nuit dehors au moins à deux reprises alors qu’il vivait avec ses parents ou en placement familial (ou a fugué une seule fois sans rentrer à la maison pendant une longue période) ;

43(o) fait souvent l’école buissonnière, et cela a commencé avant l’âge de treize ans

44(American Psychiatric Association [APA], 1996).

45À partir des données recueillies auprès des Directeurs de la protection de la jeunesse au Québec, un regroupement des divers troubles de comportement a été effectué. On note les problèmes relationnels avec les parents (n’écoute pas, ne respecte pas les consignes, a des fréquentations jugées indésirables, se montre insolent), les problèmes à l’école (n’y fait rien, s’absente, a été expulsé ou suspendu, s’y montre agressif, y fait du vandalisme), les problèmes de consommation (drogue, alcool), les problèmes d’agressivité à la maison (s’y montre agressif, violent, y fait du vandalisme), les problèmes de vol, les problèmes sexuels, les problèmes de dépression (tentatives ou menaces de suicide, se renferme, est toujours triste, s’automutile) (Québec, 1989).

46Plusieurs types de comportement sont presque aussi souvent reprochés aux garçons qu’aux filles : ne pas écouter, consommer de la drogue ou de l’alcool, être suspendu de l’école, être violent avec les membres de sa famille et s’absenter fréquemment de l’école. Certains types de comportement sont plus souvent reprochés aux garçons : avoir des fréquentations indésirables, être agressif dans sa famille, commettre des vols, être agressif à l’école, faire du vandalisme à la maison, violer/ abuser sexuellement, faire du vandalisme à l’école, mettre le feu. D’autres comportements sont un peu plus souvent reprochés aux filles : ne pas respecter les consignes, fuguer, avoir fait des tentatives de suicide, faire montre d’une sexualité inconvenante, faire de la prostitution et danser nue.

47Le jeune abusé, le jeune avec troubles de comportement est principalement encadré par la loi se rapportant à la protection des jeunes. Quant à la Loi sur les jeunes contrevenants, elle suppose une infraction du jeune, un jugement devant le tribunal avant sa prise en charge. Toutefois, la réalité de la délinquance peut prendre plusieurs autres formes lesquelles permettent, en quelque sorte, une extension de la loi pénale. Par exemple, l’inadaptation sociale se mesurerait à partir des contacts avec le système de justice pénale. Selon cette échelle de « socialité », les jeunes n’ayant pas eu de contact avec le système pénal seraient adaptés alors que d’autres qui peuvent, à la limite, avoir commis moins de délits ou des délits moins graves sont considérés moins adaptés, la seule différence étant qu’ils ont été judiciarisés pour leurs délits (Hanigan, 1990 : 175 et suiv.). Une autre façon de comprendre la délinquance, non pas en termes proprement dits d’inadaptation sociale cette fois mais davantage en termes psychodynamiques, laisse voir comment délit et reconnaissance de culpabilité sont distancés par la personnalité et ses troubles. Par exemple, on note une délinquance sociopathique (apprentissage du jeune dans son milieu), une délinquance du carencé, du dépressif, du psychotique, du caractériel, du psychopathe proprement dit (Lemay dans Hanigan, 1990 : 188).

48Abus, troubles de comportement, délinquance apparaissent comme des problèmes graves pour le jeune qui en serait affublé ; or ces problèmes seraient fort répandus et le danger guetterait cette fois la société.

49Les rapports officiels, les études scientifiques avancent des chiffres de toutes sortes relativement à ces problèmes. Par exemple, en 1991, pour les 1 600 000 jeunes du Québec, environ 25 p. cent (34 p. cent de filles, 13 p. cent de garçons) auraient été abusés sexuellement avant l’âge de dix-huit ans. Il n’est pas fait mention, dans ces premiers chiffres, des abus physiques, psychologiques, moraux ou de la négligence qui toucheraient encore de plus nombreux jeunes. Pour ce qui est des troubles de comportement, les jeunes seraient affectés dans une proportion de 10 à 15 p. cent.

50Règle générale, les garçons seraient beaucoup plus affectés que les filles par ces problèmes que nous venons de signaler. Aussi cumulent-ils les problèmes (Québec, 1991).

51Aux États-Unis, le nombre de jeunes susceptibles d’avoir ces mêmes types de problèmes d’abus et de troubles de comportement s’élèverait à 50 p. cent : 10 p. cent à haut risque de problèmes multiples, 15 p. cent à haut risque de deux ou trois problèmes et 25 p. cent à risque modéré d’un seul problème (Dryfoos dans Vitaro, Dobkin, Gagnon et LeBlanc, 1994 : 192).

52Pour ce qui est de la délinquance au Québec (fin des années 80), 80 p. cent des adolescents de douze à dix-sept ans auraient au moins commis une activité répréhensible au sens de la loi. Chez les six à dix ans, environ 15 p. cent auraient recours à la violence envers autrui, alors que chez les adolescents, ce nombre s’élèverait à 35 p. cent. Ce n’est pas tout : jusqu’à 7 p. cent des adolescents auraient tenté de s’enlever la vie, un autre 7 p. cent environ y songeraient sérieusement. Quant à l’école, on décroche jusqu’à 25 p. cent (cohorte suivie pendant cinq ans). Jusqu’à 80 p. cent des adolescents consommeraient drogues et alcool (le problème serait sérieux pour 10 à 15 p. cent d’entre eux).

53Tous les problèmes confondus font penser la violence des jeunes, ils se tiennent et ont un effet tout particulier, synergique en quelque sorte : la violence. Les définitions cliniques complémentaires des définitions légales ne laissent guère de choix : une grande partie des jeunes seraient violents ou en voie de le devenir.

54Faut-il à cet égard tout de suite préciser qu’au Québec, les crimes de violence sont rares, qu’ils comprennent les homicides, les tentatives de meurtre, les voies de fait (tous les degrés de gravité), les vols qualifiés (avec ou sans armes). Les agressions sexuelles comptent parmi les voies de fait. Elles peuvent constituer une voie de fait simple (une bousculade, par exemple), une voie de fait avec usage d’arme (infliger des lésions corporelles ou menace d’infliger des sévices) ou une voie de fait grave (mutilation). Même si 80 p. cent des jeunes étaient à un moment donné auteurs de délinquance légère, très peu se lancent dans une délinquance systématisée et encore moins sont tenus responsables de crimes violents, à savoir environ 0,33 p. cent de tous les jeunes ou 13 p. cent des 36 000 qui sont arrêtés en 1993 par exemple (Québec, 1995 : 9). Non plus la majorité de la population des jeunes au Québec, mais quelques milliers pourraient faire penser la violence au moment où l’on n’inclut pas les incidents désagréables sans doute mais non pas « graves » qui entrent dans la catégorie des voies de fait simples (quasi la moitié de toutes les accusations portant sur les crimes de violence).

55Pour l’ensemble du Canada, le ministère de la Justice tentait déjà, en 1993, de dissiper certaines craintes concernant la violence des jeunes. La Fédération canadienne des enseignants et enseignantes en informait d’ailleurs ses membres. En effet, selon les chiffres de 1992,

moins d’un quart des infractions au Code criminel et 14 % des crimes de violence avaient été commis par des jeunes de 12 à 17 ans. La plupart des accusations portées contre des jeunes en 1992 visaient des infractions contre les biens, allant de vols de moins de 1 000 $ à des crimes plus graves comme l’introduction par effraction. Presque la moitié de toutes les accusations portant sur des crimes de violence étaient des voies de fait simples comme des gifles et des coups de poing […] Entre 1986 et 1992, le nombre moyen de jeunes accusés d’homicide s’élevait à 45 par année. Dans un cas sur cinq, les accusations de crimes de violence visaient des agressions armées et, dans un cas sur dix, des agressions sexuelles (Fédération canadienne des enseignants et enseignantes, 1998 : 1).

56Ainsi, la violence des jeunes n’est peut-être pas un problème si menaçant pour la société ; pourtant, on retiendra la part dramatique de certaines statistiques criminelles. Mais ces dernières ne constituent qu’un trait du portrait qui se trace.

2.2 − DÉFINIR LA PERSONNALITÉ VIOLENTE ET EN PRÉDIRE L’ISSUE

57Dire la violence est une chose, dire d’un jeune qu’il est violent en est une autre. En effet, les mots qui pouvaient se faire plus ou moins descriptifs, analytiques, légaux se posent dorénavant sur une personne. L’idée même de découvrir la vérité par l’examen, précieuse pour le clinicien, s’inscrit soudain dans un processus qui peut lui échapper. De fait, il est difficile pour le clinicien de se dégager de l’encadrement socioadministratif ou médico-pénal qu’il initie en partie lui-même. En effet, c’est lui qui va définir et prédire qui deviendra violent, soumettant le jeune à être pris en charge. Savoir dire d’un jeune qu’il est violent, ce sera savoir dire qu’il a souffert d’abus, puis qu’il trouble par son comportement et, enfin, qu’il est délinquant. Que risque le jeune d’abord victime d’abus ?

58L’enfant abusé aurait de fortes chances de devenir abuseur et un abuseur, c’est avant tout quelqu’un qui a une pauvre estime de soi. Voilà le trait de personnalité le plus important dont est doté le tout jeune enfant. C’est toutefois loin d’être le seul. Nous allons voir les troubles qui assaillent le jeune, l’image de soi qui se ternit, les attitudes qui tendent à anéantir le jeune tout comme à détruire ses proches.

59On s’accorderait à reconnaître que l’enfant victime d’abus sexuels court le risque d’une psychopathologie grave qui perturbe son évolution psychologique, affective et sexuelle. Les troubles de la sexualité sont les symptômes les plus évocateurs des abus sexuels. Chez le jeune enfant, l’excitation sexuelle se manifeste par des conduites inadaptées de voyeurisme et d’exhibitionnisme ainsi que par l’exploration ou l’agression sexuelle d’autres enfants. L’agression sexuelle d’autres enfants se retrouve chez les adolescents en particulier, chez les garçons qui ont subi à la prépuberté des agressions sexuelles. Chez les filles, on assiste davantage à la répétition de ce qu’elles ont subi ; elles provoquent ces situations par des comportements de séduction et sont incapables d’y mettre un terme ; des adolescentes racontent comment elles ont vécu des viols auxquels elles s’étaient exposées. Dans d’autres cas, c’est d’une façon plus perverse que s’exerce la sexualité : la nymphomanie, la prostitution sont des moyens de mépriser le partenaire, mais aussi, inconsciemment, une manière de s’avilir et de se détruire. Les victimes vivent leur corps comme à jamais souillé. Les femmes peuvent refuser leur féminité. Les hommes qui ont connu pendant leur enfance une relation homosexuelle avec leur père, beau-père ou une autre personne de leur entourage peuvent se retrouver dans l’impossibilité de vivre par la suite une relation hétérosexuelle. La relation au corps est perturbée. Parfois, les victimes retournent contre elles l’agressivité qu’elles ont eue à subir en adoptant des comportements antisociaux (prostitution, délinquance ou toxicomanie) (Zucchelli et Bongibault, 1990 : 28 et suiv.). En somme, la victime d’abus, mal dans sa peau, peut gâcher toute sa vie et troubler celle des autres (Gabel, 1992 : 85 ; Gruyer, Fadier-Nisse et Sabourin, 1991 : 20-21 et suiv. ; Fortin, 1990 : 21-22 ; Michalski et Paradis, 1993 : 150-151).

60La peur envahit le jeune abusé : peur de ne pas être cru en rapportant des situations d’inceste ; peur de se voir attribuer la responsabilité de l’abus (Québec, 1986 : 14) ; peur de perdre son intégrité ; angoisse d’aller au lit devant la possibilité d’une agression ; angoisses nocturnes sous formes de cauchemars (Gabel, 1992 : 85 et suiv.) ; peur d’être blessé par le père ; peur de ne plus être aimé par le père ; peur que la famille ne s’écroule ; peur d’être étiqueté (Fortin, 1990 : 16 et 17).

61Cette peur se traduit de plusieurs façons chez le jeune. Ce peut être toutes ses attitudes qui changent :

  • dérangements alimentaire et digestif (comme vomissements fréquents) ;
  • dérangement du sommeil, cauchemars nocturnes, fatigue et sommeil inhabituels durant le jour ;
  • énurésie et/ou encoprésie après que l’enfant eut terminé son entraînement à la toilette ;
  • infections, maladies vénériennes, démangeaisons, blessures aux organes génitaux ;
  • intérêt soudain dans le discours et les actes pour toutes sortes d’activités sexuelles ;
  • hyperactivité ou, au contraire, grande apathie pour tout intérêt habituel ;
  • fugues répétées du foyer familial ;
  • flânerie à l’école, désintérêt à retourner avec empressement à la maison, rendement scolaire diminué considérablement et soudainement ;
  • possession soudaine de beaucoup d’argent de poche, de vêtements neufs, de cadeaux divers ;
  • dynamique familiale perturbée, adoption par la fille du rôle de mère envers ses frères et sœurs, présence d’un père possessif, contraignant et jaloux des amis de sa fille, etc. ;
  • isolement des autres et repli sur soi ;
  • méfiance généralisée à l’égard des adultes ;
  • peur et phobies de toutes sortes ;
  • état dépressif ;
  • comportement suicidaire ;
  • perte d’estime de soi (répète qu’il/qu’elle ne vaut rien) (Québec, 1986 : 15 et suiv.).

62Les attitudes du jeune changent pour le pire comme on peut le voir, et le milieu dans lequel le jeune interagit peut renforcer ses peurs et ses difficultés ; troubles de comportement et délinquance deviennent alors à la portée du jeune.

63Les sujets présentant des troubles de comportement

manifestent en général peu d’empathie et peu de sollicitude pour les sentiments, les désirs et le bien-être d’autrui. Surtout, dans les situations ambiguës, ceux qui sont agressifs interprètent souvent à tort les intentions d’autrui comme hostiles et menaçantes, et réagissent avec une agressivité qu’ils considèrent comme justifiée. Ils peuvent être durs, ne ressentant ni culpabilité, ni remords. Il est parfois difficile d’évaluer si un remords apparent est sincère, car les sujets ont appris que l’expression d’un remords peut réduire ou éviter la punition. Les personnes présentant un trouble de conduites peuvent dénoncer leurs compagnons ou essayer d’attribuer à d’autres leurs méfaits. Leur estime de soi est généralement faible, bien qu’ils jouent souvent au « dur ». Parmi les caractéristiques fréquemment associées, on note une faible tolérance à la frustration, une irascibilité, des accès de colère et de l’imprudence. La fréquence des accidents semble élevée (APA, 1996 : 104).

64Grand nombre d’ouvrages déclarent qu’il y a comorbidité entre le trouble de comportement et toute une série d’autres « désordres » tels que le trouble de déficit de l’attention et l’hyperactivité, le trouble oppositionnel avec provocation, la personnalité antisociale, la déviance sociale, la mésadaptation socio-affective, l’agressivité, la délinquance, le désordre cognitif. Plusieurs avancent que le trouble de comportement est un trouble chronique (Kadzin, 1995) ou qui évolue vers la personnalité antisociale (APA, 1996 ; Offord et Bennett, 1994).

65Mandel (1997) consacre plus de 30 pages à la description des facteurs de risque pour le développement des troubles du comportement. Il regroupe des facteurs sous onze catégories générales : facteurs héréditaires ; facteurs biologiques ; processus cognitifs ; processus affectifs ; âge du début des troubles ; sexe ; comorbidité avec d’autres troubles (hyperactivité, dépression, anxiété, échec scolaire, toxicomanie) ; facteurs familiaux ; motivation ; les pairs ; la communauté.

66Le délinquant souffrirait, lui aussi, d’une pauvre estime de soi, d’un faible engagement social (à l’école comme au travail ou dans les sports ou même ailleurs où qu’il soit). Ce peu d’engagement social relèverait de la mauvaise estime qu’il a de lui-même (Fréchette et LeBlanc, 1987). Pour Fréchette et LeBlanc, la personnalité délinquante se caractérise par l’isolement interpersonnel, l’hyposensibilité, la négativité à l’égard d’autrui, l’insécurité et la primitivité.

67Inspirés des Hirschi (théorie du lien social), Jesness (personnalité différentielle), Eysenck (structure de la personnalité délinquante), Fréchette et LeBlanc tentent de scruter le jeune adolescent. Le manuel de LeBlanc (1996), proposé à toutes les DPJ (Direction de la Protection de la Jeunesse) du Québec, dit savoir mesurer l’adaptation sociale et personnelle de tous les adolescents québécois.

68Pour Fréchette et LeBlanc (1987), cette adaptation sociale et personnelle se comprend à l’aide de leur théorie de la régulation sociale et personnelle qui s’applique à l’activité marginale des adolescents. « Par activité marginale, il faut entendre, d’abord, les conduites proscrites par le Code criminel. Ensuite, le terme marginal réfère à la conduite déviante, c’est-à-dire les conduites qui sont socialement désapprouvées pour les adolescents. Ces conduites sont la rébellion familiale et scolaire, la consommation de psychotropes, la promiscuité sexuelle, etc. » (LeBlanc, 1996 : 2). La régulation de l’activité marginale dépend des liens de l’individu avec son entourage, des contraintes exercées par les institutions sociales, du développement de son allocentrisme, du degré d’exposition aux influences et aux opportunités antisociales.

69L’affirmation d’une personnalité délinquante suppose, bien entendu, que la délinquance est davantage qu’une infraction à la loi ; elle suppose une espèce de nature propre au délinquant, indépendamment de cette loi. C’est ainsi que l’adolescent qui a été abusé jeune, qui a manifesté des troubles de comportement est quasi assuré de devenir délinquant sans jamais avoir été condamné pour une infraction. Il apparaît délinquant ou violent cliniquement bien avant d’être un infracteur au sens de la loi et cette définition clinique est tellement extensible que le jeune peut toujours y souscrire.

70Il y a un lien inéluctable entre les conceptions que l’on se fait de la violence du jeune, du déroulement de son comportement et de la prédiction de sa personnalité comme délinquante. La dynamique qui alimente les institutions, si elles acquiescent à ces conceptions, dans ces trois temps peut être puissante. Si l’on se centre sur l’individu et sa nature, l’on peut en venir à sous-estimer la situation qui a rendu possible non pas la nature délinquante, mais le problème que présente le jeune.

71Rien ne peut convaincre d’une personnalité violente ni plus d’une personnalité délinquante ; toutefois, la conclusion d’un tel déficit, la création de ce double chez un jeune (ou n’importe quel individu) est pour le moins indicateur d’un malaise chez l’évaluateur. Ce double, d’autre part, est souvent dévastateur pour le jeune, comme nous pouvons le constater, dans la lutte contre la violence du jeune.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter