Versione classicaVersione mobile

Le piège de la violence et les jeunes

 | 
Jacques Laplante

Chapitre 1. Portraits de jeunes

I formati HTML, PDF ed ePub di questo libro sono accessibili agli utenti di biblioteche e istituzioni che lo hanno acquistato come parte dell'offerta OpenEdition Freemium for Books. Il libro può anche essere acquistato sui siti dei librai partner, nei formati PDF ed ePub, se l'editore ha scelto questa distribuzione commerciale. Se l'edizione cartacea è disponibile, i link alle librerie sono proposti in questa pagina.

Estratto del testo

Dans une société préindustrielle, plusieurs paradoxes semblent entourer le jeune âge. Par exemple, la majorité juridique en France est fixée à 25 ans, question d’assurer aux ascendants le contrôle des alliances matrimoniales. Pour les rois, cette majorité est de treize ans révolus. La jeunesse, d’autre part, n’empêche pas d’être pendu, d’être soldat. Sous Louis XIII et Louis XIV, généraux et conseillers d’État n’ont souvent que vingt ans (Bercé, 1996 : 43).

L’adolescence n’a pas sa place comme telle dans les sociétés préindustrielles. Le terme n’est pas reconnu dans le langage commun. Il y a l’enfance « incapable » et soudainement la jeunesse. Dès la fin de l’enfance, le jeune se retrouve systématiquement au travail. Le travail dans les champs, l’apprentissage du métier se fait dès huit à dix ans.

Les jeunes des milieux aisés, noblesse et bourgeoisie, se retrouvent pour leur part dans les collèges ou couvents. Ces institutions se chargent des jeunes pendant six ans, de la sixième à la...

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search