Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique et recyclages culturels

 | 
Jean Klucinskas
, 
Walter Moser

Deuxième partie. Recyclage et histoire

Présentation

Texte intégral

1Ce groupe de textes met l’accent sur un autre contexte conceptuel auquel la problématique du recyclage culturel est reliée et donne accès : mémoire et histoire. En même temps il soulève une question à implication éthique : quelle attitude adopter à l’égard du passé ? À première vue, ce ne semblent pas en soi être des enjeux qui conjugueraient recyclage avec esthétique.

2Régine Robin distingue schématiquement trois attitudes que nous pouvons adopter dans notre traitement du passé : le fixer en nous laissant imposer la nécessité obsessive de le rejouer tel quel et toujours à nouveau, en redisposer les matériaux selon une logique combinatoire qui les viderait de leur contenu historique et le « lessiver » pour nous en débarrasser. On reconnaît facilement dans la seconde attitude une application du concept-figure de recyclage : les matériaux du passé y sont traités comme une ressource disponible pour être réinsérés, tels quels, dans de nouvelles pratiques et productions culturelles. Mais, en réalité, l’opération recyclante a aussi cours dans les deux autres attitudes qui activent des aspects coprésents dans le sémantisme de la figure. La première attitude va de pair avec la persistance inchangée des matériaux, la poussant jusqu’à certaines formes de fétichisme à l’égard des rémanences matérielles du passé. Dans la troisième attitude, c’est le pôle négatif de la figure qui est activé – détruire, faire disparaître, effacer – jusqu’à une limite où les restes d’un passé gênant qui pénètre dans le présent sont soit matériellement liquidés, soit enfouis dans un oubli orchestré.

3Par la suite, elle évoque trois figures anthropomorphes qui nous donnent à penser des relations plus complexes et – comme dira Esther Cohen – plus actives et plus inquiètes avec le passé : le chiffonnier baudelairien, le collectionneur benjaminien et le spectre derridien (que Derrida développe à partir de Shakespeare). Ces figures captent et articulent nos interactions avec le passé de manière à y inclure non seulement divers types de reprise dont le recyclage, mais aussi des objets et matériaux qui médiatisent notre relation au passé, ce qui est surtout le cas pour les deux premières figures.

4Cohen abonde dans le sens de Robin en mettant cependant l’accent sur la notion de mémoire et en insistant sur les connotations négatives de « recyclage ». Dans ce sens, tout traitement recyclant du passé serait de nature amnésique et mènerait à une perte de mémoire. Et au pire, à une déshistoricisation de la société. « Mon siècle » de Grass est appelé comme témoin pour illustrer cette espèce de mise à plat du passé dans une temporalité monodimensionnelle qui est celle du présent. En contraste, l’aboutissement de la marche des Indiens vers le Zócalo de Mexico est cité comme une activation de la mémoire qui a un impact critique sur le présent.

5Barck revient à son tour sur une voie de réflexion ouverte par Robin : notre relation au passé est toujours médiatisée par les matérialités concrètes de notre environnement culturel. Elle se joue donc dans notre manipulation de ces matérialités. En s’engageant dans cette voie, il rencontre nécessairement la problématique esthétique au sens le plus large du terme : quel maniement accorder aux matériaux du passé, plus exactement à ceux qui véhiculent pour nous du passé, afin d’éviter que ce maniement ne soit réducteur en ne nous procurant que le plaisir de leur surface matérielle ? Il s’agirait d’instaurer une pratique esthétique recyclante qui impliquerait un entendement des faits historiques et participerait par là du travail de l’histoire.

6Comme chez Robin, ses exemples sont d’abord prélevés au chantier Berlin, ce qui confirme d’ailleurs le besoin d’une localisation concrète des enjeux culturels, qui découle déjà de la première série de textes où il était question de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, et que confirme aussi Cohen en transposant la problématique de la ville de Berlin à celle de Mexico, avec des enjeux historico-politiques très différents. Berlin, ville palimpseste où se sont frottées localement les deux grandes puissances de la guerre froide, offre un grand nombre d’exemples concrets où la mémoire se traduit en des projets esthétiques incluant diverses formes de recyclage. Berlin renvoie aussi à des artistes comme Syberberg, Grass, Brecht et Millier qui ont tous élaboré des pratiques artistiques recyclantes, articulant de la sorte le champ conceptuel d’histoire et mémoire avec celui d’esthétique et recyclage.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter