Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence, la peur et le crime

 | 
Jacques Laplante

4. Le réel et l’imaginaire dans la violence et la peur du crime

Texte intégral

1La peur peut établir ses bases, elle se cultive, se récupère, se transforme parfois en une autre peur, rationalisée cette fois. Elle tend ainsi à s’imposer à la majorité du groupe concerné. L’ennemi est nommé alors et il est combattu en tant que tel. Il permet de libérer la peur, mais il souffre du même coup la violence de l’autre.

Des événements qui se colorent

2La peur s’empare du corps social un peu comme elle le fait de l’individu. Les événements se colorent affectivement et certains événements réels ou supposés jaillissent soudainement du quotidien, polarisent la pensée, les sentiments, l’expression des valeurs. On met en œuvre alors certaines rationalités, la vie de groupe prend un sens.

3Ce sens, il s’impose à partir de deux niveaux principaux :

Partant de la constatation que la plupart des affaires humaines étaient marquées par leur appartenance au domaine du sacré ou à celui du profane, on peut supposer que les peurs collectives se répartissent de la même manière. Si ce principe général se vérifie à leur propos, il est probable que ce que les sociétés humaines ont cru devoir redouter s’est modifié en fonction de ses rapports avec la notion de sacralité. (Mannoni, 1988 : 90-91)

4La crainte ou l’effroi mystique représente une menace très puissante. « De cette terreur, sous sa forme brute, qui a apparu à l’origine comme le sentiment de quelque chose de “sinistre” et qui a surgi comme une étrange nouveauté dans l’âme de l’humanité primitive procède tout le développement historique de la religion » (Otto, dans Mannoni, 1988 : 92). L’individu se sent complètement démuni devant une force incommensurable, une force qui toutefois l’attire, l’inspire et, parfois aussi, le rassure. La colère divine peut être apaisée si certaines conditions sont remplies.

5Les peurs profanes sont liées à l’insécurité matérielle depuis les luttes pour la survie jusqu’au mal de vivre. De plus, des peurs comme celles de la nuit et de la fin du monde refont sans cesse surface. Une autre catégorie de peurs profanes (prises en compte à l’occasion par l’Église), archaïques, semble être moins présente aujourd’hui : les peurs des sorcières, des revenants et autres lémures. Une troisième catégorie de peurs profanes est liée à notre époque. Aujourd’hui, la peur du « crime » et, dans un autre ordre, la peur du nucléaire, de la pollution, de la biochimie, de l’informatique, laissent l’individu désorienté, parfois au plus haut point, face au « monstre » qu’il a libéré.

6Les peurs profanes comme les peurs sacrées semblent obéir à une certaine logique, avec des conséquences diverses pour les groupes humains touchés. Les peurs de nature profane peuvent être récupérées, cultivées, transformées, de même que les peurs sacrées, bien que les dieux, les diables, les cibles, les victimes et les moyens changent, qu’une certaine soumission ainsi que des normes à la mesure du pouvoir institutionnalisé soient présentes. Ainsi, pour l’Église catholique, le péché était un fléau, et pour les démocraties modernes, le crime est le mal à combattre, et le criminel l’ennemi de la société. On peut comprendre dès lors que la peur influe sur la façon de définir ce même crime. Le crime et son auteur, un homme le plus souvent, captent toute l’attention et permettent aux valeurs d’émerger. L’individu, certains groupes, des situations particulières, des intérêts politiques, des politiques pénales, entre autres, jouent divers rôles lorsqu’il s’agit de juger de la « réalité » du crime. La peur pourra toujours s’y référer. C’est ainsi que, dans certains pays occidentaux, 80 p. 100 de la population aurait peur du crime, et cette peur augmenterait toujours alors que ce sont surtout des incivilités qui en sont la cause (Roché, 1993). La peur du crime serait en grande partie irraisonnée.

7Aux États-Unis d’Amérique, en plein milieu des années 1960, la commission Katzenbach a tenté à sa manière de relever le « défi du crime dans une société libre ». Elle s’est donné pour tâche de comprendre comment s’installe la peur du crime. Cette commission innovatrice s’est appliquée à évaluer la rationalité de la peur du crime, à distinguer entre les « faits » (le crime et la victimisation) et ce qui en résulte, l’escalade de la peur par exemple. La peur est ainsi liée à l’acte qui la provoque : la peur s’empare de la personne victimisée. Mais on devra reconnaître que la victimisation n’apparaît pas comme un facteur important dans l’escalade de la peur individuelle. Cela n’empêchera pas de mesurer par sondage la peur d’être victime.

8D’autres sondages cherchent à déterminer quels sont les liens entre la peur et les taux de victimisation. On est ainsi arrivé à distinguer entre risque objectif, exposition au risque, anticipation du risque, importance des dommages. Cela conduit à isoler la peur du crime : la peur est forte si le risque d’occurrence et sa gravité sont perçus comme importants : il y a décalage entre le risque objectif et la peur, et le taux de victimisation peu élevé peut s’accompagner d’une plus grande peur du crime.

9Ces constats et les multiples questions qu’ils soulèvent obligent à multiplier les voies de recherche concernant la peur du crime. Roché (1993) parle d’éclatement de l’objet de recherche. Deux aspects de la peur ressortent. La peur de la victimisation est plus forte là où il y a plus de crimes ; par contre, ce sont les personnes les moins exposées qui sont les plus préoccupées. Ainsi, la peur du crime résulterait ni plus ni moins d’une évaluation des chances d’être victime alors que la préoccupation concernant le crime découlerait de l’évaluation de son caractère problématique.

10En fait, les points de vue sur la peur du crime se multiplient : la peur de victimisation personnelle, la peur du crime en ville, la peur du crime au niveau national, la peur personnelle qui peut se nourrir de la peur du crime, la peur sociale, la peur réelle, la peur anticipée, la vulnérabilité, les incivilités et la peur, la peur altruiste. Toutes ces peurs, comme on le voit, ont un rapport avec le crime, mais elles peuvent changer la face de ce dernier, le surévaluer, le projeter, le déformer.

11Le sentiment d’insécurité peut s’expliquer en tenant compte de la situation et de la culture du milieu. La situation, c’est la pression exercée à partir du crime, c’est aussi l’urbanisation, la croissance économique, la transformation des modes de vie et des valeurs. À cela s’ajoute la disparition du trio plaignant-État-victime, en raison de l’activité policière qui est de plus en plus incapable d’incriminer les auteurs de méfaits. La culture, c’est l’identité sociale et politique se construisant à travers les conflits et les risques. Dans cette optique, sécurité, civilité et citoyenneté sont liées entre elles. Le rôle du risque et la protection contre le risque sur les identités comporteraient deux aspects : la sécurité sur une longue durée, menant à la civilisation des mœurs, à la constitution des États-nations (qui monopolisent la violence), et la sécurité sur une courte durée, de manière à se protéger de la violence des étrangers (pour la France, entre autres). Ce qui fait dire à Roché (1993) que, si elle est à mi-chemin entre situation et culture, l’insécurité entraîne, d’une part, des expériences et des sentiments et, d’autre part, des jugements politiques. Le sentiment d’insécurité serait un opérateur dirigé par les individus 1) vers le monde vécu constitué d’événements particuliers thématisés par l’insécurité ; 2) vers les institutions publiques avec leurs demandes de sécurité publique (polices, tribunaux, programmes de prévention) ; 3) vers les partis politiques où les demandes s’assortissent de prises de position concernant certaines valeurs jugées essentielles. Mais, à l’inverse, les institutions adaptent ce schème en fonction de leurs préoccupations : 1) pour montrer qu’ils tiennent compte de l’opinion publique ; 2) pour établir les priorités d’action de manière légitime. Roché précise :

La modernité de la peur du crime suppose une anthropomorphisation du monde : tout est social, l’homme est cause de toute chose. Le crime nous parle du rôle des pouvoirs publics, de la pacification des relations sociales, de la question des normes sociales, du bien et du mal, du problème de l’ordre microsocial tel qu’il est vécu quotidiennement par les individus, des atteintes aux rituels interindividuels d’entrée en contact ou au territoire de chacun, le domicile et ses extensions. (Roché, 1993 : 18)

12En d’autres termes, l’insécurité vis-à-vis la menace du crime est possible parce que le crime concerne à la fois l’individu, l’institutionnel et le politique. L’individu donne le pouls du quotidien, l’institutionnel assure la continuité. L’interaction entre l’un et l’autre donne au pouvoir des indications sur la manière de les gouverner, puisqu’elle permet de fixer des règles et de les faire respecter s’il y a lieu.

Des individus qui se métamorphosent

13Dans le quotidien, le pouvoir d’attribution, une cible à la portée, laisse tout un espace pour s’emparer de l’individu et en faire un sujet. Le processus de subjectivation a plusieurs facettes aussi bien chez l’individu dit « criminel » que chez celui considéré comme « normal ». Si nous faisons un bref rappel des processus en cause, on s’aperçoit d’abord que le « criminel » peut être divisé intérieurement. Il peut s’agir ici de son moi, de son surmoi, de son sentiment de culpabilité, de son indifférence affective, de son agressivité, de la place occupée par certains désirs. C’est la personne même du « criminel » qui est prise en compte, on considère ses conflits intérieurs. Il peut alors être distingué des individus dits normaux et des autres « criminels ». Sa « personnalité criminelle » peut être dégagée et la description peut permettre d’opérer de multiples classements. Un moutonnement à l’infini devient possible. Le criminel devra parfois faire un travail sur soi pour mieux se connaître, pour se réhabiliter. On en verra des exemples frappants dans une affaire de meurtre, dans la violence familiale et dans le parcours que doit suivre l’« homme violent ». À la fois sujet et objet, le criminel est soumis à l’autre par le contrôle le plus sévère qui soit, le pénal. Sa dépendance est totale s’il est incarcéré. Le criminel est une cible déjà bien identifiée ou à identifier, une cible responsable pénalement, une cible dont on peut blâmer l’attitude qui lèse les intérêts fondamentaux de la société, qui représente le mal et qu’il faut neutraliser, corriger si possible.

14Dans les autres cas de menace sociale, sauf la folie, il n’y a pas de cible désignée. Le pénal n’intervient pas pour responsabiliser un individu. Il n’y a pas lieu de découvrir une attitude blâmable chez celui qui menace. Les intérêts fondamentaux de la société ne semblent pas mis en cause. L’on ne cherche pas, à proprement parler, à corriger, même si l’individu est toujours forcé de s’adapter, de se soumettre. On le sait, la société exige une certaine soumission en échange de la « sécurité » qu’elle offre, sécurité qui est gage de liberté, d’égalité, de bonheur, d’épanouissement.

15L’individu fait face à un cercle vicieux : le fait de se soumettre pour être heureux peut constituer une atteinte sérieuse à la liberté, alors que le fait de défendre sa liberté peut le marginaliser, le rendre insécure et possiblement malheureux. Il s’agit alors pour l’individu de trouver un équilibre, que cet équilibre soit intérieur ou qu’il s’établisse dans les rapports avec les autres. L’individu peut éviter une trop grande soumission pour lui-même, comme il peut tenter d’y soustraire les siens. S’il se laisse persuader que le pénal procure des bénéfices sécuritaires, peut-être aura-t-il alors plus de peine à sortir du cercle vicieux qui le soumet. Ce processus de soumission peut, pensons-nous, unir les menaces qui pèsent par rapport à la construction d’un individu qui se fait redevable et peureux, et faire monter les enchères par rapport à la répression, à la surveillance, à la pénalisation constituée par le traitement ou à la médicalisation de la peine. La réaction au crime peut devenir plus énergique et glisser dans les structures de l’institutionnel.

16L’institutionnel assure la continuité : pour le pénal, par exemple, il y aurait toujours eu des crimes, ils auraient toujours représenté le mal et ils auraient ainsi été combattus. Le pénal a consacré la notion d’infraction comme mode d’interprétation et il maintient ce mode. Le pénal tend à assurer la continuité, il tend aussi à établir l’objectivité, la légitimité, la vérité et la justice. En effet, la définition projetée du crime écarterait toute subjectivité propre à mettre en cause les principes et le fonctionnement même du pénal. C’est dire que le point de départ de la définition du crime est la réaction de défense ou d’indignation du groupe. Cette réaction constitue un fait social indiscutable et permet ou permettrait d’isoler le comportement qui produit cette réaction. Il serait possible d’effectuer cette opération de façon complètement neutre, en toute légitimité, pour le bien de la société comme pour celui du criminel. La défense de la société et la réhabilitation du criminel se conjuguent au cœur d’une justice égale pour tous. Une définition neutre, objective du crime est toujours soutenue et apparaît fort soutenable, car, en effet, se glisse à sa base une théorie implicite d’une séquence logique entre un acte et une réaction survenant après coup. Pourtant cette séquence peut faire problème, comme le montre Debuyst (1985).

17La réaction du groupe, tout émotionnelle, crée le premier biais dans la compréhension d’un comportement. On comprendra dorénavant celui-ci en ciblant certains événements qui l’entourent et en en éliminant certains autres. Il s’établit donc une rupture avec l’auteur du comportement, rupture capable de constituer un objet suffisamment malléable pour rencontrer la logique institutionnelle. L’infracteur n’est plus un individu, un être humain comme les autres, il est un criminel avec une personnalité criminelle qu’il convient de considérer et de traiter comme tel. L’infracteur est devenu objet et sujet du pénal. Il peut attirer non pas une compréhension véritablement humaine mais bien une doublure de celle-ci, à savoir une compréhension du criminel et une action inspirée de cette dernière. La compassion, la sympathie, l’aide, cèdent alors la place à l’analyse, à la mesure de la dangerosité et à un plan pour la réduire. L’infracteur est devenu un danger, un ennemi, et les critères pour le juger et le mettre à l’écart se calquent sur la peur qu’il inspire.

18L’enchaînement qui se produit et qui aurait son point de départ avec la réaction sociale, ne constitue pourtant pas une définition criminologique indiscutable, pas plus qu’elle ne constitue un fait social indiscutable. La dangerosité imputée à l’infracteur et toute l’action qu’elle engendre sont ainsi questionnables. Il importe, pour bien montrer la valeur de ce questionnement, de considérer pour ainsi dire la « nature » de la réaction sociale. C’est ce qu’a fait Debuyst (1985), et nous allons résumer ici les étapes de son parcours.

19Il apparaît d’abord que toute connaissance est une forme de catégorisation, de codification, éventuellement le remplacement de quelque chose qui était là auparavant par une nouvelle lecture de la réalité. Cette lecture serait déterminée par une sensibilisation préétablie à certains éléments constitutifs de ce réel génétiquement inscrit dans le bagage héréditaire au cours de l’évolution phylogénétique. La lecture du réel est utilitaire, elle s’effectue par rapport à la survie. C’est dire que les données dont nous faisons notre monde et dont nous nous faisons et faisons les autres ne peuvent être considérées comme immédiates ou non problématiques. L’histoire de la raison et ses codifications diverses nous l’indiquent, mais examinons ici la question sur le plan des instincts.

20L’homme a en effet des modes instinctifs afin de se rattacher au monde et à ses manières de le connaître. Il tentera une toute première codification à caractère plus ou moins universel et aléatoire. Cette codification est très simple et s’affirme au niveau de mécanismes psychologiques élémentaires de défense ou de sympathie.

21S’ensuit une réaction qui est liée à la prise de distance effectuée dans la codification originale. C’est dire que la sensibilité préétablie à la suite d’une adaptation phylogénétique n’est pas suffisante, qu’un processus psychologique de fragmentation du réel puis de reconstruction de celui-ci est nécessairement présent. Comment ? Les rituels entrent en jeu dans cette reconstruction du réel.

22Ensemble de solutions que l’espèce a imaginé pour lire les situations contradictoires, le rituel est d’abord phylogénétique avant d’être un mode de communication. Le rituel permet de canaliser l’agressivité, il peut établir la cohésion, il rassure par la civilité qu’il établit chez l’homme, il ordonne ainsi ses rapports, induit une culture capable d’aller au-delà des impératifs biologiques. Les rituels des animaux ne sont pas ambigus parce qu’ils se limitent aux impératifs biologiques. L’animal répond à un signal. L’homme donne un sens au signal selon le contexte et il peut y avoir ambiguïté à cet égard.

23Souvent l’homme ne pourra prendre une distance par rapport aux biais qui déforment ses vues, qu’après avoir fait l’expérience de ces déformations. Il va chercher à les réduire, mais la réévaluation effectuée, quelle que soit la distance prise, ne peut jamais objectiver une réalité dont nous sommes partie. La nouvelle vérité porte les signes des individus et des groupes qui la font valoir. Souvent, elle ne pourra prendre sa valeur que si elle s’ajuste ou est ajustable à ce qui constitue déjà cette société : la sécurité, la propriété. Que la nouvelle connaissance se fasse savante ou non, elle rassemble raison et passion, peur et pression (Duclos, 1989). Elle a ses limites et isole des aspects significatifs de la réalité qui parfois ont des conséquences désastreuses pour l’individu. On le voit, la violence ici peut surgir, qu’elle soit jugée « nécessaire » à la société ou pas. Instituée dans le cas du pénal, cette violence laisse aussi entrevoir une connaissance, une vérité qui est réductrice parfois du sujet saisi. La lecture que l’on est amené à faire de ce sujet est liée au danger qu’il représente pour la société, danger dont il serait l’unique responsable, en fin de compte, du fait même de sa personnalité.

24La toute première réaction de codification de défense ou de sympathie n’entre pas en jeu. C’est la réévaluation, la distance déjà prise, qui n’est pas propre à notre expérimentation, loin de là, qui entre en ligne de compte. Cette distanciation est une forme de défense où la peur importe, où la raison de cette peur est fournie. Cette raison entre tellement dans les mécanismes psychologiques qui font notre culture et que notre culture cultive qu’il est difficile de se soustraire à ces mécanismes. La société psychologisante dans laquelle nous sommes nous a habitués à ces mécanismes : toute personne dont le comportement contrevient à la norme sociale peut devenir suspecte dans sa personnalité. Le « monde du désordre et de l’inadaptation » grandit sans cesse, collé à ses explications psychologisantes, à ses explications sociales aussi, mais ramené à la personnalité de l’individu.

25En dehors de ce monde du désordre et de l’inadaptation, qu’advient-il, par exemple au sein du milieu de travail, de celui qui non seulement ne suit pas les règles du milieu, mais pense un peu autrement ? La difficulté que l’on a à codifier le signe même insignifiant ou la pensée moins orthodoxe nous fait un peu peur. La défense consiste à rejeter l’auteur du signe et de l’idée sans autre forme de procès. L’auteur devient suspect dans sa personne, sa personnalité, son attitude intérieure. Toute personne cherche constamment à donner un sens cohérent (pour se sécuriser) aux divers éléments du monde qui l’entoure, qu’il s’agisse du comportement d’autrui ou des événements dont il est témoin.

26Au-delà de ce qui est directement perceptible, l’individu tente de rattacher le comportement à une structure permanente sous-jacente, inscrite dans la personnalité. La mise en ordre des données diffère totalement vis-à-vis de soi alors que la structure permanente compte moins que les motifs non psychologisants qui auraient provoqué le comportement. On se rassure de nouveau, mais dans une mise en ordre différente, qui, cette fois, isole peut-être trop notre responsabilité individuelle. Il reste que c’est par rapport à celle-ci que les choses se situent et que l’individu se forge et forge le monde. Il peut être responsable de sa réussite, moins souvent de sa perte. L’autre n’est responsable que de sa perte. La rationalisation entre en ligne de compte, elle a sa source dans le besoin de cohérence, de sécurisation interne alors que l’homme apparaît plus rationalisant que rationnel.

27Dire d’un individu qu’il est criminel, dans ce sens, ce n’est pas seulement dire qu’il a commis un acte illégal, c’est encore nous instruire de tout un processus d’attribution auquel nous nous sommes faits. En outre, ce processus semble nous rassurer sur deux plans : par rapport à l’autre que l’on peut exclure en établissant les défenses jugées légitimes et nécessaires, par rapport à soi, en se satisfaisant de son inclusion dans le monde normal, sinon dans le monde légitime. Bien entendu, cette dichotomie s’appuie sur d’autres comme celles du déterminisme et du libre-arbitre, du vrai et du faux, du bien et du mal, du juste et de l’injuste, tel qu’il est défini par le pénal, entre autres.

28Le meurtre, crime des plus anciens, la violence conjugale, crime récent, nous permettront d’illustrer comment se bâtit ou se confirme une certaine connaissance du crime, comment s’effectue le travail de la raison, comment la vérité s’incruste et comment son côté obscur peut faire crouler sous la peur tout en instituant parfois un mal pour un mal. Du même coup, nous pourrons observer les grands acteurs en cause et la façon dont ils nourrissent la peur et l’assurance institutionnelle. Il n’est pas exclu que l’individu dit criminel puisse jouer un rôle actif dans ce processus au moment où le réel et l’imaginaire se côtoient.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540