Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence, la peur et le crime

 | 
Jacques Laplante

Introduction

Texte intégral

1La violence et la peur s’immiscent dans le quotidien de l’individu, pénètrent l’institutionnel et les pouvoirs qui s’y rattachent, mais elles sont encore recherche d’adaptation et d’évolution.

2La violence et la peur sont deux notions d’une extrême élasticité sémantique, que l’on tente souvent de circonscrire sans soupçonner que le vague même de ces notions est significatif, en raison surtout des usages et pratiques auxquels elles donnent lieu. L’imprécision de ces notions entre donc en ligne de compte dans l’analyse. La violence et la peur intéressent aussi bien le social que l’individuel et déterminent l’histoire de l’un et de l’autre. En témoignent éloquemment les sciences humaines concernées par l’étude de l’homme violent ou apeuré, par l’étude des individus et des groupes en lutte constante. D’ailleurs ces sciences, à certains égards, peuvent elles-mêmes être considérées comme des produits de la violence ou de la peur tendant parfois à créer un monde qui ne peut se passer de celles-ci.

3La violence et la peur rejoignent le quotidien de la maladie, de la misère, de la mort, et ces dernières prennent leur sens dans la société qui cherche à les vaincre et qui, par ses structures, ses moyens, ses savoirs techniciens induit de nouveaux dangers ou de nouveaux risques. D’ailleurs, tentera-t-on encore de s’assurer contre ceux-ci. Une recherche fébrile pour établir paix et sécurité et même apaiser les sentiments d’un manque vis-à-vis ces dernières nous a dirigés vers une société « assurantielle » dont les effets ne commencent qu’à retomber, semble-t-il.

4Ainsi les deux notions de violence et de peur nous entraînent au cœur même des enjeux humains, notions qui ont souvent été traitées séparément, mais que nous voudrions ici lier ensemble. Cette liaison a comme avantage de clarifier un concept par l’élucidation d’un autre, elle peut aussi aider à déterminer en quoi le vague de ces mêmes notions est utile socialement au moment même où elles contribuent à forger l’individualisme de notre temps. Le crime, cette forme de violence dont le statut s’est affirmé tout récemment, exerce une certaine pression sur une culture où les valeurs sociales, les styles de vie et les rapports entre les êtres sont mis en cause. La culture apparaît comme une forme d’identité sociale et politique qui s’établit à travers les conflits et les risques. C’est là-dedans que puise l’individu malgré lui, pour prendre sa place dans le monde, pour s’y adapter.

5La violence et la peur nous font prendre contact avec la finitude de l’homme, être qui cherche à se protéger et à se rassurer. L’homme obtient souvent ce sentiment de sécurité et d’assurance en faisant peur à l’autre. « Au nom de cette fonction centrale de protection contre l’anéantissement, des groupes humains ne cessent de menacer d’autres groupes humains. Depuis toujours, les sociétés constituées d’êtres humains présentent les deux faces de Janus : pacification à l’intérieur, menace pour l’extérieur (Elias, 1987 : 14). » Cette fonction de protection se retrouve aussi chez d’autres êtres vivants qui forment des groupes à cette fin. L’adaptation au groupe est essentielle et se fonde principalement sur des formes de conduite génétiquement déterminées. Dans le cas des êtres humains, le rapport entre l’adaptation apprise et l’adaptation non apprise est, en partie tout au moins, inversé.

6Dans cette adaptation apprise, croyances et raisons se sont multipliées pour le meilleur et pour le pire. Elles ont assuré le sentiment d’identité et de sécurité du groupe par le moyen de l’institution de rites, d’obligations réciproques entre les membres (Maffesoli, 1984 : 11 et suiv.). Elles ont permis de rejeter les individus appartenant à un groupe dissident, de chercher à anéantir d’autres groupes dont les croyances et les rites étaient jugés étrangers. Ainsi on a même été conduit à voir d’autres êtres humains comme non humains. Comme on n’a rien de commun avec eux, il devient acceptable de les supprimer. Les Européens venus dans le Nouveau Monde ont eu cette manière de voir. Mais nul besoin de reculer de quelques siècles pour voir l’existence du problème : les génocides, les tortures et les guerres sont toujours présents et font appel à la « différence de l’autre » pour l’anéantir ou tout au moins le réduire à une condition d’être inférieur. Par le fait même, on cherche à se protéger et à se rassurer.

7Avec la mondialisation, peut-être à cause de l’internationalisation des signes, il est devenu plus difficile de légitimer la guerre et de pratiquer la torture, du moins ouvertement. C’est comme si, à certains égards, les êtres humains formaient en quelque sorte un seul groupe, qu’ils s’identifiaient entre eux et qu’il leur répugnait alors de s’anéantir eux-mêmes. De fait, si l’autre est un semblable à soi, on se protège soi-même en le préservant. Pas toujours partagé, ce sentiment apparaît propre à l’individualisme contemporain. Mais en même temps que l’individu se rassure pour sympathiser par-delà l’État-nation avec tous les citoyens du monde, d’autres sources d’insécurité surgissent.

8Même si l’Occidental est mieux protégé contre la maladie, la misère et la mort subite qu’à toute autre époque, même si les diverses phases de sa vie sont plus prévisibles, il apparaît souvent que l’insécurité règne en maître, comme si les contrôles mêmes qu’exige la prévisibilité amenaient une nouvelle source d’angoisse. Jamais nous n’avons pu vivre si longtemps et jamais aussi nous n’avons craint autant la mort. Nous nous soucions de plus en plus de notre santé et nous avons l’impression que la maladie nous guette sans cesse. La « sécurité sociale » est plus forte que jamais, mais elle nous rend encore plus craintifs à l’égard de la misère. La mort, la maladie et la misère montrent leur visage à chaque hécatombe ou mort violente, à chaque « épidémie », à chaque crise économique chez soi ou ailleurs dans le monde, ce village global. Ces événements sont mis en évidence de façon souvent sensationnelle. Ainsi peut-il être facile d’avoir peur.

9Ce sont ces premières considérations sur la violence, la peur et le crime, sur la place qu’occupent ces notions dans notre existence et aussi sur la manière dont elles ont influé sur l’histoire par leurs usages qui nous amènent à établir les bases capables, selon nous, de nous faire mieux comprendre la violence, la peur et le crime. Nous adhérons aux positions de Putnam (1984), à savoir que la raison peut bien structurer ses vérités selon le contexte social, et à celles de Michaud (1986), à savoir qu’une définition objective de la violence ne saurait être satisfaisante et que sa considération épouse le contexte qui l’a fait naître. Ce qui représente la vérité sur la violence pourrait être ce qui apparaît comme le plus raisonnable à un moment donné, nous amenant ainsi à prendre en considération les manières de voir propres à l’époque concernée. Cela nous conduit à traiter de façon bien particulière le concept de violence, son usage, sa direction, son importance, et à chercher à déterminer la façon dont il se lie à la peur et au crime. La « vérité » concernant la violence doit faire entrer en ligne de compte le phénomène de la peur et, spécialement, celui de la peur du « crime ».

10Il convient donc de considérer à la fois le crime et le criminel et, bien sûr, ce qu’on en a fait et la place occupée par celui-ci dans l’univers de la violence ainsi que certains autres types de peur. Avec le développement de la démocratie au Québec, par exemple, le thème de la violence acquiert une certaine importance : sont ainsi évalués sur la place publique les « méfaits » des criminels (surtout des vagabonds) et des « dérangés mentaux ». Les changements politiques, la transformation du capitalisme et l’évolution des idées sur l’être humain amènent celui-ci à croire qu’il est possible de redresser ceux de ses semblables qui appartiennent à l’une ou l’autre catégorie de déviants. Du coup, un discours savant s’amorce et des institutions sécuritaires d’un tout nouveau genre apparaissent. Les prisons et les asiles accueillent les criminels et les aliénés.

11Le fonds d’archives nationales intitulé : « Les condamnés à la peine de mort au Canada 1867-1976 » et accessible depuis peu nous permettra de saisir deux éléments bien particuliers de la violence : le meurtre et sa condamnation. Ce sont surtout les affaires de folie homicidaire qui mettent le plus en évidence les enjeux sociaux reliés à la violence. Interviennent alors avocats, aliénistes, psychiatres, défenseurs du condamné et défenseurs de la société, lesquels font surgir les peurs et définissent les moyens d’y remédier. Nous donnerons comme exemple l’un des procès les plus marquants qu’ait connus le système judiciaire canadien depuis le début de la Confédération, en vue de montrer non pas la manière dont les meurtres ont été commis, mais ce qu’on en dit et ce qu’on veut en faire, à savoir principalement la connaissance produite par les spécialistes. Par la suite, nous tenterons de situer cette « violence nouvelle » qu’est la violence familiale, de décrire ce qui l’entoure et ce qui lie violence, peur et crime. L’étude du contenu et du déroulement d’un programme particulier pourra nous fournir des indices précieux sur l’importance que prend le thème de la violence aujourd’hui et sur ses liens avec la peur et le crime. À cet effet, un matériel important sur la conduite même des séances de traitement des hommes accusés de violence familiale, mais aussi sur la conduite d’entrevues avec ces hommes et leurs conjointes nous sera des plus utiles.

12Ainsi, notre itinéraire nous conduit sur les divers lieux où se manifestent la violence, la peur et le crime. C’est la raison qui, à l’époque moderne, a fait surgir le thème de la violence, mais l’invention de la raison avait bien avant déclenché l’offensive contre la peur. La raison pour se rassurer constitue la matière du premier chapitre. La violence comme thème propre de la raison moderne signale du même coup les peurs qui font surface (chapitre 2). La violence et la peur semblent bien se jouer des mots et suscitent des pratiques qui paraissent parfois paradoxales. Il reste à voir s’il est possible de définir ces entités, d’en établir les rapports. La définition ou l’explication de la violence et de la peur, que celles-ci soient folles ou rationnelles, ont un caractère tantôt objectif, tantôt subjectif et témoignent des variations qu’a subies la perception de ce qui est vrai, juste et bon au cours des temps (chapitre 3). À cet égard, le crime est fort révélateur. En effet, il semble qu’il peut représenter à la fois la violence et la peur avec tout leur bagage de réel et d’imaginaire. Non seulement le crime signale comment les événements se colorent, mais encore il dévoile comment les individus se métamorphosent (chapitre 4). Le meurtre, l’un des « crimes » les plus anciens, sert entre autres d’exemple. Il laisse place aux récits les plus révélateurs sur le mal et sur celui qui le commet. Le portrait du monstre qui est ainsi tracé révèle aussi les traits du portraitiste. Le monstre fascine au plus haut point et semble hanter l’imaginaire collectif (chapitre 5). Le dernier chapitre décrit l’avènement de la violence familiale, cette déviance toute nouvelle qui révèle une face cachée du mal chez les hommes, mal qu’il s’agit de reconnaître et de combattre lorsqu’il se manifeste. C’est là que les femmes et les enfants peuvent aussi être objets de traitement, à titre de victimes cette fois de la violence, devenue commun dénominateur (chapitre 6).

13Enfin, à quelles conclusions conduit l’étude de la violence, de la peur et du crime ? Est-il possible d’imaginer une société où la violence et la peur seraient non pas éliminées, mais réprimées ou atténuées dans certains de leurs aspects ? Qu’advient-il alors du crime ? Est-il nécessaire de lier les moyens de lutte, les moyens de contrainte à la fin poursuivie ?

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540