Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement

 | 
Jean Delisle
, 
Hannelore Lee-Jahnke

Deuxième partie. La compréhension des textes

Chapitre 2. Les « mauvaises lectures » : étude du processus de compréhension

Michel Ballard

Texte intégral

1Certains traductologues, comme Vinay et Darbelnet, estiment que le traducteur part du sens : « Le traducteur, répétons-le, part du sens et effectue toutes ses opérations de transfert à l’intérieur du domaine sémantique » (Vinay et Darbelnet 1958 : 37). Cette prise de position les amène à ne pas parler de la lecture en tant que telle comme phase de l’opération de traduction. Or, il est bien évident que ce serait une erreur de poser leur déclaration comme axiome, car elle révèle une mauvaise perception des problèmes de traduction : si le traducteur partait du sens, il ne commettrait pas de faux sens et il n’y aurait pas de divergences d’interprétation.

2En fait, il est bon de souligner que le traducteur ne part pas du sens, il part d’un texte constitué de formes signifiantes qu’il doit d’abord lire, au sens de percevoir, et dont il fait une interprétation afin de construire un sens, qui sera le sens qu’il attribue au texte et qui pourra différer plus ou moins de l’intention de l’auteur et de l’interprétation d’autres lecteurs.

3Nous ne traiterons pas ici des divergences d’interprétation, mais de la manière dont la construction du sens peut déraper chez un lecteur-étudiant. En guise de dernier préambule, nous rappellerons les différents éléments constitutifs du sens, puisque ce sont eux qui vont nous aider en partie à structurer notre exposé.

4Le sens d’un énoncé repose sur deux types de composantes : le linguistique et l’extralinguistique. À l’intérieur du linguistique, on peut distinguer entre le ponctuel, qui concerne le signe et le structural, et le discursif, qui concerne la construction des énoncés, mais il faut reconnaître que la distinction n’est pas toujours aisée et qu’elle est même parfois non pertinente, car les deux éléments sont souvent liés. À l’intérieur de l’extralinguistique, il faut distinguer entre ce que l’on pourrait appeler des normes civilisationnelles et des connaissances. Pour qu’il y ait construction du sens, il importe que tous ces éléments soient réunis et que, de plus, il y ait un lecteur pour les percevoir et les assembler. Ce sont donc ces rapports, la relation du lecteur à ces éléments, que nous examinerons tour à tour au travers des erreurs, c’est-à-dire des « mauvaises lectures » qui empêchent le sens de se constituer.

5Nous allons organiser cet examen en quatre parties. La première concernera le fait que la traduction est une lecture fine et tendue. La deuxième, le fait que la traduction est une lecture soumise à des interférences. La troisième portera sur le structural et le discursif. La quatrième, enfin, examinera la mise en œuvre du bagage cognitif et des normes civilisationnelles.

La traduction comme lecture fine et tendue

6Un professionnel-théoricien comme Edmond Cary s’est plu à souligner le caractère inconfortable de la lecture du traducteur :

Vous est-il arrivé de songer à celui qui ne peut jamais se laisser emporter par la lecture, qui n’a jamais le droit de glisser, qui doit sonder chaque mot jusqu’en ses profondeurs sans perdre pour autant le mouvement qui anime le texte et qui vous avait entraîné, heureux lecteur, qui doit fouiller les racines sans ternir le bruissement du feuillage — nous avons nommé le traducteur (Cary 1986 : 32).

7La traduction doit être une lecture fine parce que son objet est le sens et que le sens repose sur la perception non seulement du visible, mais aussi de l’invisible et de l’anodin. Ce sont les premiers aspects de la lecture que j’explorerai.

La non-lecture du visible : l’omission

8La question de l’omission est vaste. Elle a été brouillée d’entrée de jeu par le postulat de Cicéron, repris ensuite par les tenants de la traduction libre : « Je n’ai pas cru nécessaire de rendre mot pour mot ; c’est le ton et la valeur des expressions dans leur ensemble que j’ai gardés. J’ai cru qu’il me fallait payer le lecteur non pas en comptant pièce par pièce, mais pour ainsi dire en pesant la somme en bloc » (Cicéron 1921 : 111). Une telle prise de position limite de toute évidence les possibilités ou les risques d’une vérification trop vétilleuse. Au XVIIe siècle, Bachet de Méziriac définit la fidélité en ces termes : « Si quelqu’un aspire à la louange que mérite une fidèle traduction, il faut qu’il observe exactement ces trois points ; qu’il n’ajoute rien à ce que dit son auteur, qu’il n’en retranche rien, et qu’il n’y rapporte aucun changement qui puisse altérer le sens » (Bachet de Méziriac 1740 : 418 ; c’est nous qui soulignons).

9Il est clair que ce partisan d’une traduction contrôlée pose l’omission comme faute. Il en attribue la cause parfois à la légèreté de l’imprimeur, parfois à une lecture relâchée du traducteur et aussi au désir de ce dernier de se débarrasser d’une difficulté.

10Il est rare de trouver ce genre de considération intégré dans une réflexion théorique sur la traduction. L’erreur est souvent un sujet tabou chez les traducteurs, nous aurons l’occasion de revenir sur ce point dans la conclusion. Saluons le courage d’un traducteur-formateur de traducteurs comme Claude Bédard, qui ose écrire dans son manuel :

Stigmatisée dans l’enseignement de la traduction, l’omission est pourtant un moyen de se tirer d’un mauvais pas. On peut y recourir si l’on juge que le détail omis n’est pas essentiel au message (et à plus forte raison s’il est tout à fait accessoire) et si, en risquant une traduction, on s’expose à introduire dans le texte une bourde spectaculaire (Bédard 1986 : 93).

11Il ne s’agit pas d’encourager un traitement facile des difficultés de traduction, mais d’admettre avec honnêteté l’existence de certaines limites, qui ne sont d’ailleurs pas toujours dues au traducteur. Néanmoins la question des omissions, comme toute étude d’erreur, a besoin d’être évoquée avec tact et avec le sens de la nuance. Nous en examinerons brièvement plusieurs aspects en commençant par l’exemple suivant :

The Ministry of Truth—Minitrue, in Newspeak—was startlingly different from any other object in sight. It was an enormous pyramidal structure of glittering white concrete, soaring up, terrace after terrace, 300 metres into the air. From where Winston stood it was just possible to read, picked out on its white face in elegant lettering, the three slogans of the Party […] (Orwell 1961 : 7).
Le ministère de la Vérité — Miniver, en novlangue — frappait par sa différence avec les objets environnants. C’était une gigantesque construction pyramidale de béton d’un blanc éclatant. Elle étageait ses terrasses jusqu’à trois cents mètres de hauteur. De son poste d’observation, Winston pouvait encore déchiffrer sur la façade l’inscription artistique des trois slogans du Parti […] (Orwell 1972 : 14-15).

12Lors d’un commentaire de traduction de ce passage, un étudiant a cru prendre le traducteur en défaut en faisant remarquer que white n’avait pas été traduit dans le syntagme white face. À quoi nous lui avons fait remarquer que cette prétendue omission pouvait être interprétée de façon positive comme le souci d’éviter une répétition du terme « blanc » déjà mentionné deux lignes plus haut. Mais, diront certains, si l’auteur a répété le terme, pourquoi ne pas le faire dans la traduction ? Comme on le voit, un simple « détail » comme celui-là relance l’éternel débat de la traduction : selon l’original ou selon le discours d’arrivée ? Voici une omission beaucoup plus caractéristique et critiquable :

It was curious that he seemed not merely to have lost the power of expressing himself (Orwell 1961 : 7).
Winston semblait non seulement avoir perdu le pouvoir de s’exprimer mais avoir même oublié ce qu’il avait d’abord eu l’intention de dire (Orwell 1972 : 15).

13Il y a oubli de it was curious. Ce n’est pas une omission qui affecte gravement le sens, mais elle l’affecte quand même. Proposition : « Chose curieuse, Winston semblait… »

14Voici un cas de « mauvaise lecture » qui crée un faux sens, non par ignorance, c’est évident, mais par inattention :

Winston had never been inside the Ministry of Love, nor within half a kilometre of it (Orwell 1961 : 7).

Winston n’y était jamais entré et ne s’en était jamais trouvé à moins d’un kilomètre (Orwell 1972 : 15).

15Cette non-lecture d’un chiffre crée une erreur dans les distances. Proposition : « et ne s’en était jamais trouvé à moins de cinq cents mètres ».

La lecture de l’invisible : l’ellipse

16Le traducteur doit aussi savoir lire ce qui est, en apparence, absent, c’est-à-dire les divers phénomènes que l’on réunit sous l’appellation d’ellipse. Par exemple, on peut trouver en anglais l’effacement du verbe be dans divers types de subordonnées, auquel cas on rétablit son équivalent « être » en français :

Whatever the root of the trouble, the memorable consequence was that Peter—in order to avoid a large elm tree—drove into the ditch (Powell 1979).

Quelle que fût l’origine de l’incident, il eut une conséquence mémorable : en voulant éviter un gros orme, Pierre alla dans le fossé.

17La traduction d’une base Ø dépend beaucoup de la désignation de cette absence et de son contexte. Il y a des cas d’ellipse qui prêtent plus facilement à erreur chez les étudiants, comme la non-répétition de certains mots de liaison. La base Ø se trouve alors prise dans une discursivité souple qui peut donner lieu à des calques erronés. Un exemple :

It is hot summer and I miss the fields and the soft breeze ; and I sometimes think of a brown mountain stream with willows and broom pods hanging over it; and I think of the day I went fishing there with him, and he wore big boots and waded upstream (O’Brien 1962).

18Dans la traduction de cette phrase, un étudiant aura tendance à rétablir assez machinalement le when sous-entendu entre the day et I went, parce que c’est une collocation courante. Par contre, une fois ce travail effectué, il aura souvent tendance à ne pas percevoir qu’il y a une seconde ellipse en anglais dans and he wore, ce qui donne des traductions du style :

*[…] je pense à ce jour où j’y suis allé pêcher avec lui, et il portait de grosses bottes et remontait contre le courant (Étudiant de 1re année).

19alors qu’il faut répéter l’élément effacé :

C’est la pleine chaleur de l’été, les champs et la douce brise me manquent ; parfois je songe à un ruisseau de montagne sombre bordé de saules et de genêts en graine, et je pense au jour j’y suis allé pêcher avec lui et il remontait le courant avec ses grandes bottes.

La lecture de l’anodin

La ponctuation

20[Dans ce texte, l’héroïne, Dora, se promène dans la National Gallery.]

Vaguely, consoled by the presence of something welcoming and responding in the place, her footsteps took her to various shrines at which she had worshipped so often before (Murdoch 1963 : 190).

21Nous avons observé deux traductions de ce passage :

Sans but précis, consolée par la présence de quelque chose de sensible qui semblait lui souhaiter la bienvenue, elle se laissa mener par ses pas à divers sanctuaires auxquels elle avait si souvent jadis rendu un culte (Bruneteau et Luccioni 1968 : 169-171).

*Vaguement réconfortée par ces présences accueillantes qui trouvaient un écho en elle, ses pas l’amenèrent vers divers enchâssements qu’elle avait adorés si souvent auparavant (Murdoch 1985 : 241).

22De façon erronée, l’auteur de la deuxième version, Jérôme Desseine, fait porter l’incidence de vaguely sur consoled (« vaguement réconfortée ») alors que vaguely, adverbe de phrase, se rapporte au syntagme constitué par la principale, her footsteps took her to various shrines, comme il apparaît dans la traduction de Bruneteau et Luccioni : « Sans but précis […] elle se laissa mener par ses pas. »

23La comparaison de ces deux traductions fait apparaître l’importance de la lecture de la ponctuation et, à travers elle, de la structure de la phrase complexe. Selon qu’on lit ou non la virgule qui suit vaguely et qu’on interprète correctement ou non sa fonction, qui est de marquer l’incidence de l’adverbe, on produit une interprétation correcte ou incorrecte : le traducteur ne part pas du sens mais des signes ; le sens n’existe pas en tant que tel de façon objective, il est construit par le lecteur.

La majuscule

24La lecture de la majuscule peut être liée à la reconnaissance du nom propre (voir Ballard 1993 : 196-199). Les défaillances que nous avons soulignées concernent, bien entendu, des traducteurs débutants ; il s’agit d’erreurs relevées dans des copies de première année d’université, mais elles sont symptomatiques de certaines démarches de lecture et de construction du sens qui ne sont pas encore assurées.

25Voici un exemple d’erreur d’interprétation due à la non-lecture de la majuscule, donc à la confusion d’un nom propre avec un nom commun :

The stewardess thought he was interesting. She guessed that he was North of England, which he might well have been, and rich, which he was not. She put his age at fifty, which was about right. She guessed he was single, which was half true. Somewhere long ago there had been a divorce; somewhere there were children, now in their teens, who received their allowance from a rather odd private bank in the City (Le Carré 1978 : 11).

*Quelque part, il y a longtemps, il y avait eu un divorce, quelque part étaient des enfants, maintenant dans leur adolescence, qui recevaient leur pension, d’une banque privée, plutôt vieille, en ville (Étudiant de 1re année).

L’hôtesse lui trouva l’air intéressant. Elle se dit qu’il devait être du nord de l’Angleterre, ce qui n’était pas impossible, et qu’il était riche de surcroît, ce qui n’était pas le cas. Elle se dit aussi qu’il devait être célibataire, ce qui n’était qu’à moitié vrai. Quelque part, il y a longtemps, il y avait eu un divorce, quelque part, il y avait des enfants, maintenant adolescents, qui recevaient une pension d’une banque privée un peu bizarre située dans la Cité à Londres (Notre traduction).

26La lecture de la majuscule joue aussi un rôle important dans la reconnaissance de certains appellatifs :

At eleven in the morning (just as a heavy shower fell from the smoke-canopy above the roaring streets) the municipal authorities, educational dignitaries, and prominent burgesses of King smill assembled on an open space before the college to unveil a statue of Sir Job Whitelaw. The honoured baronet had been six months dead (Gissing 1970 : 15).

* « […] pour dévoiler une statue de Monsieur Job Whitelaw » (Étudiant de 2e année).

27L’appellatif Sir doit être interprété avant d’être traduit. Il convient de le distinguer du simple sir sans majuscule qui signifie entre autres « Monsieur ». Sir avec une majuscule est un appellatif donné aux baronets (baronnets) et aux knights (chevaliers), titres semi-nobiliaires attribués par le souverain britannique :

À onze heures du matin (au moment même où une forte averse s’abattait depuis la voûte enfumée surplombant les rues pleines de brait), les autorités municipales, les dignitaires de l’éducation et les citoyens importants s’assemblèrent sur l’esplanade du collège universitaire pour dévoiler une statue à l’effigie de Sir Job Whitelaw. Le baronnet que l’on honorait ainsi était décédé depuis six mois (Notre traduction).

L’italique

28La lecture de l’italique correspond dans certains cas à une indication de l’emphase. Or cette indication devra se manifester par une trace dans le texte français qui n’est pas forcément de l’italique. Ici on insère l’adverbe « bien » :

They were two, standing up there on the very edge of the cliff: they had left the levelled path and come down to the break itself and the man was crouched, leaning over as far as he dared.

“It is a clump of samphire, Molly,” he said; then louder, half turning, “Molly, it is samphire. I said it was samphire, didn’t I?” He had a high, rather unmasculine voice, and he emphasized his words (O’Brien 1962).

Un couple se tenait là-haut tout au bord de la falaise. Il avait quitté le sentier de terre battue pour avancer tout près du vide, et l’homme, accroupi, se penchait autant qu’il avait l’audace de le faire.

« C’est bien une touffe de criste-marine, Molly », dit-il, puis, parlant plus fort à demi tourné vers elle, il reprit : « Molly, c’est bien de la criste-marine. Je te l’avais bien dit que c’était de la criste-marine, n’est-cepas ? » (Notre traduction).

La traduction comme lecture exposée aux interférences

29Ces interférences sont créées par des ressemblances entre des éléments formels (souvent des signes) à l’intérieur d’une langue ou entre deux langues. L’ensemble de ces ressemblances constitue une composante du paradigme suscitant une ambiguïté. Nous avons introduit cette notion sous l’angle de la prévention dans notre deuxième manuel (voir Ballard 1994 : 23-43).

Les lectures interférentielles à l’intérieur de la langue de départ

30Le langage comporte dans sa texture des éléments qui représentent un potentiel d’ambiguïté. Nous examinerons successivement :

  • l’homographie, ou l’identité de graphie entre deux mots ;
  • la paronymie, ou la ressemblance partielle entre deux mots ;
  • les syntagmes déductibles et trompeurs ;
  • la polysémie, ou la pluralité des sens d’un même mot.

L’homographie

A great many of the tenements had shop-fronts; but these were fast closed and mouldering away; only the upper rooms being inhabited (Dickens 1970 : 36).

* Un grand nombre de locations avaient des devantures de magasins ; mais celles-ci furent vite fermées et remplacées, les chambres du haut seulement étant habitées (Étudiant de 2e année).

311. L’étudiant confond fast, « rapide(ment) », et fast, « fermement, solidement » ; il ne tient pas compte du contexte qui est celui d’une description. On n’évoque pas le passé de ces maisons (ce que son interprétation postule), mais leur état actuel.

322. L’étudiant ne tient pas compte des collocations habituelles dans lesquelles fast se rencontre dans ce sens : to be fast asleep : être profondément endormi ; a door shut fast : une porte bien close. Traduction proposée :

Un grand nombre de ces logements avaient des devantures de boutiques ; mais elles étaient délabrées et hermétiquement closes ; seuls les étages étaient habités (Dickens 1993 : 62).

La paronymie

33Le terme « paronymie » sert à désigner la relation de ressemblance formelle existant entre des signifiants auxquels correspondent des signifiés différents. La dynamique de l’erreur en lecture consiste à céder à l’attraction existant entre les deux termes d’une relation paronymique et à attribuer le sens de l’un à l’autre. Exemple :

He watched the force of the rain battering down, clattering tinnily on the corrugated iron of the garage roof […] (Boyd 1982 : 62).

*Il regardait la forte pluie battante s’abattre sur le sol, clapotant en de minuscules gouttes sur le fer forgé du garage […] (Candidat au CAPES externe).

34Il est clair que, dans ce cas, l’étudiant a indûment rapproché tinnily de tiny, qui, lui, signifie effectivement « petit », « minuscule ». Traduction proposée :

Il évalua la force de l’averse qui s’abattait, tambourinant sur le toit de tôle ondulée du garage avec un bruit métallique […] (Notre traduction).

Les syntagmes déductibles et trompeurs

Les syntagmes déductibles

35Le sens d’une unité lexicale complexe est souvent déductible de la somme de ses constituants. Les mécanismes de la formation des mots et la connaissance des affixes de dérivation constituent une aide non négligeable (mais souvent négligée) pour la compréhension. Les règles du système de la langue d’arrivée peuvent engendrer un calque ou une forme de surface différente mais déductible. Par exemple :

[They saw] the figure of a boy who was creeping on at a snail’s pace, and continually looking behind him (Hardy 1975 : 29).

[Ils virent] la silhouette d’un garçon qui progressait avec la lenteur d’un escargot et regardait continuellement derrière lui (Notre traduction).

Les syntagmes trompeurs

36Il y a des cas où le processus de recherche du sens global à l’aide de celui des éléments constitutifs risque d’induire en erreur parce que, ou bien les éléments sont pris dans des sens rares, ou bien il n’y a aucune déduction à effectuer. Nous en prendrons pour illustration la relation existant entre seed et seedy. Seed signifie « graine ». À partir de là, il semble évident de dériver le sens de seedy comme étant « *monté en graine », ainsi que le montre l’exemple suivant :

The Quicks’ garden was a wilderness. […] it had not been touched for years. Old apple trees tottered over seedy laurels.

*Le jardin des Quick était un lieu sauvage […] nul ne s’en était occupé depuis des années. De vieux pommiers se ramifiaient au-dessus des lauriers montés en graine (Étudiant de 2e année).

Le jardin des Quick était une véritable jungle : […] il n’avait pas été entretenu depuis des années. De vieux pommiers penchaient dangereusement au-dessus de lauriers étiques (var. : mal en point).

La polysémie

37Voici un exemple d’erreur liée à la polysémie :

As I was standing before my house a shot fell, not far off. One shot. Then again the stillness of the night closed on all sides. After a while, as if they had been pausing to listen and were now taking it up once more, I heard the cicadas chiming their monotonous little song in the grass.

There is something strangely determinate and fatal about a single shot in the night. It is as if someone had cried a message to you in one word, and would not repeat it. I stood for some time wondering what it had meant. Nobody could aim at anything at this hour , and, to scare away something, a person would fire two shots or more (Blixen).

*Je restais quelque temps à me demander ce que cela pouvait signifier. Personne ne pouvait parvenir à quelque chose à cette heure […] (Étudiant de licence).

*Personne ne pouvait avoir en vue quoi que ce soit à cette heure (Étudiant de licence).

*Personne n’avait de but précis à cette heure de la journée (Étudiant de licence).

38L’erreur est liée au fait que to aim signifie « viser » au sens propre et au sens figuré, et au fait que l’auteur, tout en parlant d’un phénomène physique, le « coup de feu », l’interprète comme un phénomène abstrait, un « message ». Les étudiants n’établissent pas le lien avec le contexte immédiat (la proposition coordonnée and, to scare away…) qui leur permettrait de désambiguïser la proposition. Traduction proposée :

Je restais quelque temps à me demander ce que cela signifiait. Personne ne pouvait voir quoi que ce soit à cette heure-là et, pour faire peur, on tirerait deux coups ou plus.

Les interférences entre les deux langues

39C’est le phénomène des faux amis. On peut les définir en ces termes : les faux amis sont des signes de deux langues différentes dont les signifiants sont en relation d’homonymie ou de paronymie et dont les signifiés diffèrent plus ou moins ; ces signes peuvent être la source, pour l’utilisateur naïf, distrait ou perturbé, de mises en équivalence erronées. Voici un type d’erreur classique :

At Camp Holloway, in the Central Highlands, youngsters play outside the old U.S. barracks and youthful army recruits march in cadence under Viet Nam’s red-and-gold flag (Time).

* Les plus jeunes jouent à l’ombre des vieilles baraques américaines (Étudiants de 2e année).

40Traduction proposée :

À Camp Holloway, sur les plateaux du centre, les gamins jouent à l’extérieur de la vieille caserne américaine et de jeunes recrues marchent au pas cadencé sous le drapeau rouge et or du Viêt Nam.

Exemples de mauvaise lecture des structures et de la discursivité

41La construction du sens repose sur la lecture des structures. Certaines configurations prêtent facilement à une lecture erronée. Nous en examinerons quelques-unes.

La mise en facteur

42La mise en facteur d’un élément adjectivé en anglais peut être source d’erreur parce qu’elle va à l’encontre des habitudes de lecture d’un francophone :

[L’auteur de l’extrait ci-dessous décrit un convoi de cirque qui vient d’arriver dans une gare.]

Then, along the tracks, beside the circus trains, there would be the sharp cries and oaths of the circus men […] (Wolfe, dans Hardin et Picot 1990 : 92).

*Puis, le long des voies, à côté des trains du cirque, on entendit les cris aigus et les jurons des hommes du cirque […] (Étudiant de licence).

43L’erreur vient du fait que l’on a tendance à faire porter l’adjectif sur le premier nom et à traduire le second nom comme s’il était simplement coordonné au premier syntagme. Traduction proposée :

Puis le long des voies, près des trains, c’étaient les cris et les jurons stridents des employés du cirque […] (Hardin et Picot 1990 : 94).

L’ambiguïté structurale à l’intérieur du prédicat

44Voici un exemple de version que nous avons donnée à deux niveaux d’enseignement :

Though Charles liked to think of himself as a scientific young man and would probably not have been too surprised had news reached him out of the future of the aeroplane, the jet engine, television, radar : what would have astounded him was the changed attitude to time itself (Fowles 1977 : 15).

45Erreurs constatées :

46 i) chez des étudiants de 2e année de DEUG :

*si on l’avait mis au courant à propos du futur avion, du jet, de la télévision…
*si des informations à propos de l’avenir de l’aviation, de l’engin à réaction, de la télévision, du radar…

47 ii) chez des étudiants de CAPES :

*Bien que Charles aimât à se considérer comme un jeune scientifique et qu’il n’aurait probablement été que passablement surpris s’il avait appris des nouvelles concernant l’avenir de l’avion, du moteur à réaction, de la télévision et du radar…

48Interprétation des erreurs :

49La série of the aeroplane, the jet engine, etc., a été lue comme un complément du nom future, c’est-à-dire que future semble référer à « l’avenir de l’avion ».

50En réalité, of the aeroplane, the jet engine, etc., est un complément du nom news, out of the future étant un complément circonstanciel de provenance, d’origine. On peut estimer que ce qui a amené l’auteur à ne pas utiliser la construction habituelle de l’anglais où l’on pose le circonstant en fin de phrase, c’est la brièveté du circonstant. Voici diverses reformulations correctes :

51Il n’eût probablement pas été surpris

  1. si de l’avenir lui étaient parvenues des descriptions de l’aéroplane, du moteur à réaction…
  2. d’entendre parler par anticipation de l’aéroplane, du moteur à réaction, de la télévision…

52Dans ces deux propositions (qui sont les nôtres), nous avons essayé de marquer la désambiguïsation en français, en (a) par le déplacement du complément d’origine en tête de la proposition, en (b) par l’utilisation à la fois d’un autre lexème et d’une préposition non ambiguë : « par » au lieu de « de ».

Il n’aurait probablement pas été surpris outre mesure s’il avait entendu parler avant la lettre de l’avion, du moteur à réaction […] (Jury de CAPES).

Il n’aurait peut-être pas été trop surpris si quelqu’un était venu lui parler des futures inventions de l’aéroplane, des fusées […] (Fowles 1972 : 22).

L’ambiguïté discursive

53Nous illustrerons l’ambiguïté discursive par la non-lecture de l’anaphore :

The library door was closed. She knocked once, heard Lynley’s voice, and entered.

He was sitting at his desk, his head resting in one hand and several/aiders spread out in front of him. Lady Helen’s first thought—with some considerable surprise as he looked up—was that she had no idea he’d begun wearing spectacles to read. He took them off as he got to his feet. Denton stood, looking monumentally apologetic.

“Sorry,” Denton said. “I tried.”

“Don’t blame him,” Lady Helen said. “I bullied my way in.” She saw that Denton had moved one step into the room. With another he would be close enough to put his hand on her arm and escort her back down the stairs and out into the street (George 1991).

*« Ne le réprimandez pas », dit Madame Hélène. « Je me suis faufilée. » Elle vit que Denton avait avancé un pied dans la pièce. Avec quelqu’un d’autre, il serait suffisamment près pour mettre sa main sur son bras et la reconduire, descendre les escaliers et sortir dans la rue (Étudiant de 2e année).

54Traduction proposée :

« Inutile de lui faire des reproches, intervint Lady Helen, j’ai forcé le passage. » Elle vit que Denton avait fait un pas en avant. Un autre pas et il serait suffisamment proche pour la prendre par le bras et la raccompagner en bas jusque dans la rue.

Le bagage cognitif et la composante culturelle

55Dans un article publié dans le Guide alphabétique : la linguistique, Georges Mounin rappelle que « [p]our traduire, la connaissance de la langue ne suffit pas, […] il faut y ajouter celle du pays qui la parle, de ses usages, de ses mœurs, de sa civilisation, de sa culture, et de préférence directement, par des contacts sur place » (Mounin 1976 : 75). Un autre linguiste, Jean Fourquet, souligne à juste titre que, outre les connaissances linguistiques, c’est aussi ce bagage culturel que l’on juge à travers la traduction : « [L]e correcteur de versions “littéraires”, est invinciblement amené à porter un jugement sur le degré d’initiation du candidat à la littérature et à la civilisation du pays dont il se prépare à enseigner la langue […] » (Fourquet 1972 : 64).

56Enfin, il est à peine nécessaire de rappeler l’importance que Danica Seleskovitch, Marianne Lederer et Jean Delisle ont accordée aux « compléments cognitifs » dans leurs théories (voir Seleskovitch et Lederer 1984, Lederer 1994, Delisle 1997). Dans la présente section, nous nous limiterons à un aspect du bagage cognitif : la composante culturelle, qui peut être de nature civilisationnelle ou renvoyer aux divers domaines artistiques.

La civilisation

57Erreurs d’étudiants :

58i) concernant la civilisation britannique :

59Voici un exemple où, en raison d’un manque de culture (mais aussi faute de savoir lire une structure), un étudiant de 2e année interprète un nom de lieu comme un nom de personne :

[Il s’agit d’une personne qui a le mal de mer.]

I lay on my bunk and watched the sprightly horizon jumping round the porthole, trying to think about eminently terrestrial objects, such as the Albert Hall (Gordon 1953).

*[…] essayant de me concentrer sur des sujets terrestres importants, comme le fit Albert Hall (Étudiant de 2e année).

60Traduction proposée :

Allongé sur ma couchette, je regardais l’horizon fantasque danser au hublot, tout en essayant de penser à des choses éminemment terrestres comme le Royal Albert Hall.

61Voici un autre exemple où le nom propre est traduit comme un nom commun :

“Why haven’t you returned my calls, Tommy?” Lady Helen asked the moment they were alone. “I’ve telephoned here and the Yard repeatedly” (George 1991).

*« Pourquoi ne m’as-tu pas rappelé, Tommy ? » demanda Madame Hélène dès qu’ils furent seuls. « J’ai appelé plusieurs fois ici et à la cours » (Étudiant de 2e année).

62Traduction proposée :

— Pourquoi n’as-tu pas répondu à mes coups de fil, Tommy ? demanda Lady Helen dès qu’ils furent seuls. J’ai appelé ici, j’ai appelé au Yard, à plusieurs reprises.

63ii) concernant la civilisation américaine :

64Voici un texte où la méconnaissance de la civilisation américaine risque de bloquer la traduction ou de la faire dévier :

Unfit for any work other than the making of red velvet roses, she had a hard time finding employment befitting her degree. The three years she had spent in college, a junior year in France, and being the grand-daughter of the eminent Dr. Foster should have culminated in something more elegant than the two uniforms that hung on Miss Graham’s basement door (Morrison 1989 : 187-188).

65Certains étudiants ont interprété junior year comme étant la 1re année (en fonction du sens habituel de junior) alors qu’il faut replacer cette appellation dans le contexte général du système américain, où l’on a la progression : freshman, sophomore, junior, senior. Il s’agit donc là de la troisième année des études universitaires, que certains vont passer à l’étranger.

66Erreurs ou stratégies de contournement de traducteurs :

67i) concernant la civilisation britannique :

Large meals were prepared in this room, cauldrons of stew for theinsatiate hunger of eight. Stews of all that grew on these rich banks, flavoured with sage, coloured with Oxo, and laced with a few bones of lamb (Lee 1962).

68De nombreux étudiants se sont interrogés sur le sens d’« Oxo », mais le traducteur semble avoir également eu des problèmes :

*De copieux repas étaient préparés dans cette pièce, de pleines marmites de ragoût pour huit estomacs insatiables. Ragoûts de tout ce qui poussait sur ces rives fertiles, parfumés de sauge, colorés d’oxyde de carbone, et que garnissaient quelques os d’agneau (Lee 1991).

69Oxyde de carbone : carbon monoxide. Alors qu’il s’agit d’un produit que l’on ajoute dans les préparations pour donner du goût. Cet élément pose d’ailleurs un problème d’équivalence culturelle, car de toute évidence les Français ne savent pas ce qu’est « Oxo » ; l’équivalent pour eux est le « bouillon Kub ».

70 ii) concernant la civilisation américaine :

71Si l’on revient sur l’extrait de Toni Morrison mentionné ci-dessus et qu’on le compare avec la traduction de Sylviane Rué, on constate que celle-ci a adopté une stratégie de contournement qui révèle (est l’indice) d’une perception peu affinée du sens :

Inapte à tout travail hormis la fabrication de roses en velours rouge, Corinthiens eut beaucoup de mal à trouver un emploi digne de ses diplômes. Ses trois années qu’elle avait passées à l’université, son année préparatoire en France, le fait d’être la petite-fille de l’éminent docteur Foster, tout cela aurait dû être couronné par quelque chose de plus élégant que les deux uniformes pendus à la porte du sous-sol chez Mademoiselle Graham (Morrison 1985).

72Une « année préparatoire » étant ce qui précède les études d’une spécialité, on peut considérer cette traduction comme une mauvaise lecture de l’original, par manque de repères civilisationnels.

L’histoire des lettres et des arts

73Parfois la composante culturelle est constituée par une information plus rare qui nécessite des recherches dans divers ouvrages encyclopédiques. En voici un exemple, qui révèle de plus l’interférence du rare et du culturel avec la notion de « norme ».

[Edward Morgan Forster décrit deux Anglaises qui s’apprêtent à passer leur première matinée à Florence.]

Miss Lavish—for that was the clever lady’s name—turned to the right along the sunny Lung’Amo. How delightfully warm ! But a wind down the side streets that cut like a knife, didn’t it? Ponte alle Grazie—particularly interesting, mentioned by Dante. San Miniato—beautiful as well as interesting; the crucifix that kissed a murderer —Miss Honeychurch would remember the story […] (Forster 1972).

74Le passage en gras a été traduit par les trois quarts des étudiants : *« le crucifix qu’un meurtrier avait embrassé ». Il s’agit là d’une forme de rectification du texte selon la norme, parce que, selon la norme, « on s’attend à ce que quelqu’un embrasse un crucifix et non le contraire ». Une vérification effectuée dans le guide de Florence d’Edoardo Bonechi révèle que dans l’Église de San Miniato il y a une « chapelle du crucifix » érigée par Michelozzo en 1448 et destinée à conserver le crucifix miraculeux de saint Jean Gualberto, qui se trouve maintenant dans l’église de Santa Trinita. Dans le même guide, la rubrique concernant cette église indique que dans une chapelle on trouve :

[le] grand Crucifix de San Giovanni Gualberto parce que, selon la légende, il inclina la tête en guise d’assentiment lorsque Giovanni s’agenouilla là après avoir pardonné au meurtrier de son frère. Le crucifix est couvert par une peinture qui rappelle la légende (Bonechi 1979 : 110).

75Il y a donc eu un aménagement de la légende par Forster, mais il est bien évident qu’il convient de traduire ce passage comme suit :

Miss Lavish—car tel était le nom de notre brillante demoiselle — tourna à droite pour emprunter le Lungarno baigné de soleil. Quelle chaleur délicieuse ! Mais avec un vent débouchant des rues latérales qui vous transperçait, n’est-ce pas ? Ponte alle Grazie — particulièrement intéressant, mentionné par Dante. San Miniato — aussi beau qu’intéressant ; le crucifix qui avait embrassé un meurtrier — Miss Honey church se souvenait sans doute de cette légende (Notre traduction).

76Voici un exemple inverse de ce phénomène :

The “sixties” had been indisputably prosperous; an affluence had come to the artisanate and even to the labouring classes that made the possibility of revolution recede, at least in Great Britain, almost out of mind. Needless to say, Charles knew nothing of the beavered German Jew quietly working, as it so happened, that very afternoon in the British Museum library; and whose work in those sombre walls was to bear such bright red fruit. Had you described that fruit, or the subsequent effects of its later indiscriminate consumption, Charles would almost certainly not have believed you—and even though, in only six months from this March of 1867, the first volume of Kapital was to appear in Hamburg (Fowles 1977 : 16).

77Voici la traduction de Guy Durand publiée dans la collection « Folio » :

Inutile de dire que Charles ignorait tout d’un certain juif allemand barbu qui, sans doute dans ce même après-midi, poursuivait tranquillement sa tâche dans une salle de la bibliothèque du British Museum (Fowles 1972 : 23).

78La traduction de beavered par « barbu » constitue un faux sens. Or comment se fait-il qu’un traducteur chevronné commette une erreur sur ce terme (assez rare il est vrai) ?

79Peut-être la paronymie beavered/bearded intervient-elle ? Mais on peut penser également (et c’est sans doute ce qui a le plus de poids) que c’est précisément parce qu’il est cultivé, que le traducteur possède un bagage cognitif qui renferme une image de Karl Marx, tel qu’il est représenté sur ses portraits, c’est-à-dire « barbu ». L’image culturelle la plus frappante l’emporte sur la moins connue, à moins que ce ne soit une intervention volontaire du traducteur pour normaliser le texte. Traduction proposée : « d’un certain juif allemand, coiffé d’une toque de castor ».

Conclusion

80J’entamerai ma conclusion avec une citation extraite de l’ouvrage de Jeanne Dancette, Parcours de traduction, qui cite elle-même Candace Séguinot : « On peut se demander pourquoi règne, chez de nombreux auteurs et pédagogues de la traduction, une sorte de malaise ou même de tabou sur l’incompréhension. […] “tous les traducteurs, y compris les meilleurs, sont susceptibles de faire des fautes et même des fautes graves” » (Dancette 1995 : 58).

81Edmond Cary, dont nul ne peut mettre en doute qu’il ait eu à cœur les intérêts des professionnels, faisait une déclaration analogue dans La Traduction dans le monde moderne : « Nul traducteur n’est à l’abri du faux sens ou du contresens burlesque. Les plus fameux ont eu leurs défaillances » (Cary 1956 : 22). Et après avoir donné un certain nombre d’exemples d’erreurs prêtant à sourire, il faisait le commentaire suivant : « Ces exemples n’ont rien de futile. Ils nous font pénétrer au cœur même du mystère de la traduction. C’est parce que le rapport établi par l’élève est un faux rapport d’équivalence que naît le rire. Mieux que de savantes dissertations, ils nous aident à saisir en quoi réside l’art de la traduction » (ibid. ; c’est nous qui soulignons).

82L’observation de l’erreur est tout aussi instructive pour la théorie de la traduction que l’observation des performances réussies, car l’erreur fait ressortir de façon plus nette des opérations essentielles qui n’ont pas été accomplies et dont on ne soupçonnerait pas l’existence par la seule observation du texte même sous sa forme la plus soignée. La prise en considération de l’erreur pour l’établissement d’une théorie de la traduction est tout aussi nécessaire que la prise en compte des dysfonctionnements pour la compréhension des aspects physiques ou mentaux de l’être humain. Elle est en tout cas essentielle à la didactique de la traduction si l’on veut que celle-ci soit axée sur l’apprenant : en faisant apparaître ses besoins, elle permet de mieux définir des objectifs d’apprentissage.

Bibliographie

Références

Études

BACHET DE MÉZIRIAC, Claude Gaspar (1740), « De la traduction » (1695), dans Gilles Ménage, Menagiana, Paris, F. Delaulne, t. II, p. 411-460. Une édition critique du discours de Méziriac est parue en 1998 chez Artois Presses Université en coédition avec Les Presses de l’Université d’Ottawa.

BALLARD, Michel (1992), Le Commentaire de traduction anglaise, coll. « 128 », Paris, Nathan.

BALLARD, Michel (1993), « Le nom propre en traduction », dans Babel, vol. 39, n° 4, 1993, p. 194-213.

BALLARD, Michel (1994), La Traduction : de l’anglais au français (c 1987), 2e édition revue et corrigée, Paris, Nathan.

BALLARD, Michel (1995), De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions (c1992), 2e édition revue et corrigée, Lille, Presses Universitaires de Lille.

BÉDARD, Claude (1986), La Traduction technique. Principes et pratique, Montréal, Linguatech.

BONECHI, Edoardo (1979), Florence. Le guide complet pour la visite de la ville, traduction de Micheline Gille, Florence, coll. « Il Turismo », Éditions Bonechi – Edizioni.

CARY, Edmond (1956), La Traduction dans le monde moderne, Genève, Georg.

CARY, Edmond (1986), Comment faut-il traduire ? (c1958), introduction et bibliographie de Michel Ballard, 2e édition revue et corrigée (1re édition aux PUL, 1985), Lille, Presses Universitaires de Lille.

CICÉRON (1921), Du meilleur genre d’orateurs (c –46), texte établi et traduit par Henri Bornecque, Paris, Les Belles Lettres.

DANCETTE, Jeanne (1995), Parcours de traduction. Étude expérimentale du processus de compréhension, coll. « Étude de la traduction », Lille, Presses Universitaires de Lille.

DELISLE, Jean (1997), La Traduction raisonnée. Manuel d’initiation à la traduction professionnelle de l’anglais vers le français (c1993), coll. « Pédagogie de la traduction », 2e édition revue et corrigée, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

FOURQUET, Jean (1972), « La traduction vue d’une théorie du langage », dans Langages, n° 28, p. 64-69.

HARDIN, Gérard et Cynthia PICOT (1990), Translate. Initiation à la pratique de la traduction, Paris, Dunod.

LEDERER, Marianne (1994), La Traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, coll. « F/Références », Paris, Hachette.

MOUNIN, Georges (1976), Linguistique et Traduction, Bruxelles, Dessart et Mardaga.

PERGNIER, Maurice (1993), Les Fondements sociolinguistiques de la traduction (c 1978), coll. « Étude de la traduction », Lille, Presses Universitaires de Lille.

SÉGUINOT, Candace (1989), The Translation Process, Toronto, École de traduction, Université York.

SÉGUINOT, Candace (1990), « Interpreting errors in translation », dans Meta, vol. 35, n° 1, p. 68-73.

SELESKOVITCH, Danica et Marianne LEDERER (1984), Interpréter pour traduire, Paris, Didier.

VINAY, Jean-Paul et Jean DARBELNET (1958), Stylistique comparée du français et de l’anglais. Méthode de traduction (c1958), nouvelle édition revue et corrigée, Montréal/Paris, Beauchemin/Didier.

Corpus

BOYD, William (1982), A Good Man in Africa (c1981), Harmondsworth, Penguin.

BRUNETEAU, Claude et Jean-Mathieu LUCCIONI (1968), Guide de la version anglaise, coll. « U2 », Paris, Armand Colin.

DICKENS, Charles (1970), Oliver Twist, Londres, Dent.

DICKENS, Charles (1993), Oliver Twist, traduction de Sylvère Monod, Paris, Éditions J’ai lu.

FORSTER, Edward Morgan (1972), A Room with a View (c1908), Harmondsworth, Penguin.

FOWLES, John (1972), Sarah et le Lieutenant français, traduction de Guy Durand, coll. « Folio », Paris, Gallimard.

FOWLES, John (1977), The French Lieutenant’s Woman (cl969) Londres, Panther Books.

GEORGE, Elizabeth (1991), A Suitable Vengeance, New York, Bantam Books.

GISSING, George (1970), Born in Exile (c1892), Worcester et Londres, Gollancz Classics.

GORDON, Richard (1953), Doctor at Sea, Londres, M. Joseph.

HARDIN, Gérard et Cynthia PICOT (1990), Translate. Initiation à la pratique de la traduction, Paris, Dunod.

HARDY, Thomas (1975), « The Withered Arm », dans J. WAIN (dir.), Selected Short Stories (c1966), Londres, Macmillan, p. 26-29.

LE CARRÉ, John (1978), The Spy Who Came in from the Cold (c1963), coll. « Bantam Books », New York, Coward-McCann & Geoghegan.

LE CARRÉ, John (1987), L’Espion qui venait du froid, traduction de Marcel Duhamel et Henri Robillot (c1964), coll. « Folio », Paris, Gallimard.

LEE, Laurie (1962), Cider with Rosie (c1959), Harmondsworth, Penguin.

LEE, Laurie (1991), Rosie ou le Goût du cidre, traduction de Patrick Reumaux, Paris, Phébus.

MORRISON, Toni (1985), La Chanson de Salomon, trad. par Sylviane Rué, coll. « Le Livre de Poche », Paris.

MORRISON, Toni (1989), Song of Solomon (c1977), Londres, Pan Books.

MURDOCH, Iris (1963), The Bell (c1958), Harmondsworth, Penguin.

MURDOCH, Iris (1985), Les Cloches, traduction de Jérôme Desseine, coll. « Folio », Paris, Gallimard.

O’BRIEN, Edna (1962), Girl with Green Eyes, Harmondsworth, Penguin.

ORWELL, George (1961), Nineteen Eighty-four, (cl949), Harmondsworth, Penguin.

ORWELL, George (1972), 1984, traduction d’Amélie Audiberti (c1959), coll. « Folio », Paris, Gallimard.

POWELL, Anthony (1979), A Question of Upbringing (cl951), Londres, Fontana Books.

Auteur

Université d’Artois

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter