Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement

 | 
Jean Delisle
, 
Hannelore Lee-Jahnke

Présentation

Jean Delisle et Hannelore Lee-Jahnke

Texte intégral

1De nos jours, rares sont les personnes qui croient encore à l’impossibilité d’enseigner l’art de traduire. On ne se demande plus, comme il y a trente ou quarante ans : « Peut-on enseigner la traduction ? », mais : « Comment faut-il l’enseigner ? » Seule cette dernière question est désormais pertinente. Elle donne lieu, d’ailleurs, à de nombreuses recherches appliquées et à un nombre croissant de recherches fondamentales.

2Les textes réunis ici et présentés au colloque « Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement » fournissent un échantillon assez représentatif de ces réflexions. Ils couvrent, en effet, un vaste éventail de préoccupations didactiques, depuis le rôle de la traduction dans l’enseignement des langues anciennes (Bruno Garnier) jusqu’à l’utilisation du réseau Internet pour former des traducteurs à distance (Marie-Christine Aubin), en passant par des considérations d’ordre épistémologique : « La traduction : discipline ou interdiscipline ? » (Dominique Gabet).

3La plupart des participants ont saisi à bras-le-corps, sans rien laisser dans l’ombre, la problématique de la traduction et ont apporté des réponses contrastées, vigoureuses et souvent originales. Le programme de travail qui leur avait été proposé se présentait sur un mode résolument analytique.

1. Pourquoi enseigner la traduction ?

4Est-il raisonnable de penser un enseignement de la traduction sans définir ses finalités ? Explicites dans l’enseignement professionnellement orienté, généralement implicites dans l’enseignement universitaire, ces finalités se rejoignent-elles ? Divergent-elles ? Former des traducteurs, qu’est-ce à dire ?

5Quels objectifs poursuit l’enseignement de la traduction dans les études universitaires ? Est-il un simple auxiliaire de l’apprentissage de la langue étrangère ? Vise-t-il à développer des aptitudes spécifiques ? Lesquelles ? Remplit-il le rôle qu’il devrait remplir ? Doit-il être valorisé ? Pourquoi ? L’enseignement de la version doit-il être une spécialité ? Doit-il, au contraire, être le carrefour des études de littérature, de civilisation et de langue ?

2. Quelle traduction enseigner ?

6Quelles aptitudes veut-on développer chez les étudiants ? Quels savoir et savoir-faire veut-on leur communiquer ? La question se pose-t-elle de la même façon dans les écoles spécialisées et dans les études de lettres et de langues ? Le choix des textes détermine-t-il le contenu de l’enseignement ? Existe-t-il des divergences sur la conception même de la traduction ? (Faut-il privilégier la langue source ? la langue cible ? le « sens » ?) Les pratiques pédagogiques sont-elles prisonnières de conceptions implicites de la traduction ? Les recherches contemporaines en théorie de la traduction peuvent-elles et doivent-elles éclairer les objectifs pédagogiques ?

3. Comment enseigner la traduction ?

7La notion d’innovation a-t-elle un sens en pédagogie de la traduction ? Il ne manque pas de pédagogues et de traducteurs pour penser que l’aptitude à la traduction est un talent qu’on peut favoriser mais non communiquer. Cette opinion est-elle fondée ? Quels sont les préalables d’une initiation efficace à la traduction ?

8La traduction peut-elle faire l’objet d’une pédagogie « raisonnée » ? Peut-on décomposer l’opération en ses parties constitutives (par exemple : difficultés linguistiques, exégèse du sens, expression) et leur appliquer des exercices spécifiques ? L’enseignement pratique de la traduction doit-il être lié à une approche théorique ? Quels aspects doivent être valorisés : étude comparée des langues, linguistique générale, théorie de la traduction, connaissances culturelles, etc. ?

4. Évaluation, correction, révision

9La manière de corriger la traduction comme la façon de la réviser révèlent la philosophie de la traduction sous-jacente à une démarche pédagogique. Quel est le poids des habitudes de révision dans les services de traduction sur la formation des traducteurs ? La révision doit-elle faire partie intégrante de l’enseignement ? Dans les études universitaires, les principes de correction restent la plupart du temps implicites. Quel est le poids des habitudes de correction des thèmes et des versions dans les concours (agrégation, CAPES) sur les modes d’approche de la traduction à l’université ? Peut-on innover en pédagogie de la traduction (dans les objectifs comme dans les méthodes) sans se pencher d’abord sur la procédure d’évaluation ?

10Les pédagogues réunis à Créteil et venus d’horizons divers ont su se rejoindre et établir un dialogue fructueux. Ils n’ont pas tardé à découvrir qu’ils avaient des choses à se dire, des expériences à partager. Tous ont vite acquis la conviction qu’ils pouvaient s’enrichir mutuellement. Les réflexions de Jean Hennequin et d’Élisabeth Lavault nous en fournissent la preuve. Celles de nombreux autres participants aussi.

11Qu’il s’agisse de traduction universitaire ou de traduction professionnelle, la compréhension du texte d’origine est une étape incontournable du processus de traduction. On ne s’étonnera donc pas de trouver ici plusieurs communications consacrées à l’analyse du processus de compréhension préalable à la réexpression des textes dans la langue d’arrivée (Michel Ballard, Florence Herbulot et Maryvonne Simoneau, Marianne Lederer, Françoise Vreck).

12Quatre autres communications décrivent l’organisation concrète de divers enseignements donnés dans un programme de didactique des langues ou de traduction professionnelle. Sont abordées les problématiques suivantes : le résumé (Marie-Claire Durand Guiziou), l’évaluation des traductions, domaine où il y a un besoin criant de recherche systématique (Louise Brunette, Beverly J. Adab), et, enfin, l’application d’Internet à la formation de traducteurs (Marie-Christine Aubin). Quel que soit le champ de leur spécialisation, les pédagogues puiseront sûrement dans ces descriptions détaillées des idées utiles qu’ils pourront ensuite transposer dans leur propre enseignement.

13Les deux dernières études du recueil livrent le résultat de recherches en cours. La première porte sur l’application de la psycholinguistique à l’enseignement de la traduction. Plus précisément, il s’agit de la description détaillée d’une recherche appliquée (français-allemand) recourant à la méthode d’introspection à haute voix ou think-aloud protocols (Hannelore Lee-Jahnke). L’autre traite d’un aspect peu étudié jusqu’ici en pédagogie de la traduction : le métalangage employé dans les cours pratiques (Jean Delisle). Son auteur s’interroge sur les termes et les concepts utilisés dans les manuels de traduction et grâce auxquels il est possible de tenir un discours cohérent sur la traduction dans les salles de classe.

14À la lecture du présent ouvrage, on constatera que les préoccupations d’ordre méthodologique sont omniprésentes : une discipline où les questions de méthode occupent une place prépondérante est une discipline qui s’interroge sur elle-même, sur ses pratiques, sur ses fins. Peut-on dire pour autant que cette discipline soit en crise ? Pas forcément. Elle est en cheminement, en questionnement. Donc, en évolution, ce qui est un signe de vitalité.

15On peut voir l’exercice de réflexion collective que fut le colloque de Créteil comme une recherche de quelques « vérités » dans le domaine de l’enseignement de la traduction.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter