Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Démocratie à l’épreuve de la gouvernance

 | 
Linda Cardinal
, 
Caroline Andrew

Conclusion : La gouvernance en tant que précautions auxiliaires

Gilles Paquet

Texte intégral

Laisser la loi aux mains de gouvernants élus, c’est confier le pot de crème à la garde du chat.
Friedrich von Hayek

1Il me faut commencer par remercier tous les collègues qui ont participé au colloque d’octobre 1998 de leurs commentaires viva voce, et des réflexions qu’ils ont bien voulu mettre sur papier à la suite de la lecture de mon texte. C’est toujours un privilège que d’avoir des lecteurs attentifs et critiques. À cette aune, j’ai été choyé. Mais je ne suis pas le seul. Étant donné que les collègues qui ont pris mon texte comme point de départ à notre réflexion commune sur le thème « gouvernance et démocratie » ont trouvé suffisamment de dièses et de bémols à ajouter à la partition, ils ont fait émerger de nombreuses pistes de recherche nouvelles et prometteuses.

2Il faut ensuite dire clairement que mes commentaires n’ont pas pour but de défendre le texte original contre ces critiques. La philosophie de l’apprentissage collectif accepte que le seul objectif d’un texte est de provoquer une réflexion qui ne peut, si elle est féconde, que le rendre en partie caduc. Donc ce chapitre de conclusion ne se veut pas apologétique mais syncrétique : j’y ferai une sorte d’inventaire rapide des malaises soulevés par le texte originel, mais dans le seul but de discerner les radoubs qui semblent s’imposer.

3Ce qui donne son imité à mon propos, c’est une conviction profonde que la démocratie est évidemment le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple – comme le disait Abraham Lincoln –, mais que cet état de choses ne se réalise pas organiquement de toute nécessité. Les auteurs des Federalist Papers l’avaient bien compris, ce qui fait qu’ils pouvaient écrire : « [...] a dependence on the people is, no doubt, the primary control on the government : but experience has taught mankind the necessity of auxiliary precautions » (Federalist Papers, n° 51). Or il me semble que la problématique de la gouvernance est fort utile dans la définition de ces précautions auxiliaires.

4Dans la première section, j’inventorie quelques zones d’ombre qui ont été cernées par les commentateurs et je fournis certaines explicitations du cadre d’analyse. Dans la seconde section, je passe en revue les suggestions les plus utiles pour ce qui est des radoubs à faire à la problématique. La troisième et dernière section boucle la boucle en montrant comment la gouvernance constitue le sextant permettant de définir la sorte de précautions auxiliaires nécessaires pour qu’il y ait démocratie en acte, progrès économique et société décente.

1. Certaines zones d’ombre

5Les commentateurs ont repéré dans mon texte des endroits où ils auraient voulu des renseignements complémentaires, où l’argumentation leur semblait court-circuiter certains problèmes importants. Ces zones d’ombre les ont amenés à exprimer des réserves et des malaises.

6J’ai retenu pour discussion deux de ces zones d’ombre : 1) le rapport de la gouvernance au politique (et les problèmes de pouvoir et de conflits y afférents, 2) la négligence des effets pervers d’embrigadement, d’enthousiasme et d’exclusion. Dans le premier cas, péché mortel, on accuse la problématique de la gouvernance d’occulter les dimensions du politique, du pouvoir et du conflit, et c’est sa légitimité théorique qui est mise en question. Dans le second cas, péché véniel, c’est seulement l’angélisme du chercheur qui est taraudé.

2. Le rapport de la gouvernance au politique

7On m’accuse de minimiser, d’occulter ou de remplacer le politique en éliminant des débats toute référence au pouvoir et au conflit. Or, ce malaise est sans fondement à moins de donner au politique un sens étriqué, et de prendre du pouvoir et du conflit une définition simpliste.

3. Le politique et le jeu des conflits et des pouvoirs

8Pour certains politologues, le politique, par le truchement de la représentation, est « une élévation transfiguratrice de la société » (Gauchet, 1998 : p. 112). C’est même une élévation nécessaire puisque, pour eux, seul le politique (compris comme participation collective dans une sphère publique où les intérêts sont confrontés, les conflits résolus, les divisions exposées, les confrontations mises en scène, et, de cette manière, la liberté acquise) peut, par le jeu des conflits et des pouvoirs entre partis ou adversaires collectifs, mener à une prise en compte appropriée du bien commun dans ce pluralisme agonistique qui est le nôtre (Mouffe, 1993). Dans ce contexte, on est même amené à attribuer les difficultés de la démocratie à des excès de consensus puisque ce sont les conflits entre pouvoirs qui sont garants du progrès.

9Pour ceux qui défendent cette perspective, l’État étant le lieu privilégié de ces conflits entre groupes de pouvoir, et le centre de l’espace public, toute relativisation du rôle de l’État ne peut être considérée que comme une érosion déplorable du politique. C’est le cas alors même que l’on admet que de nombreux dysfonctionnements de structure résultent du « primat de la représentation des acteurs sur la résolution des problèmes qu’ils posent » et donc de l’exhaussement du rôle du politique (Gauchet, 1998 : p. 123).

10Pour nous, il n’y a pas de lieu privilégié ou transcendant où se résoudraient les conflits. Agents et groupes, armés de leurs connaissances et de leur rationalité limitées, de leur quote-part de fausse conscience aussi, et bombardés par des barrages d’informations partielles et partiales en provenance d’un environnement turbulent, vont construire, à partir de leur histoire commune, des identités et structures d’appartenance plurielles dans un effort pour s’adapter et s’ajuster de la manière la plus heureuse à l’environnement et à autrui par l’apprentissage.

11Ce mélange d’identités et d’apprentissage assure une mixture viable de résilience et de changement qui est héritée tout autant que construite. C’est seulement à la longue et malaisément que les institutions et les valeurs (qui constituent des dispositifs cognitifs et des points de repère utiles pour agents et groupes) vont être modifiées, chemin faisant, par la jurisprudence accumulée qui constitue les nouvelles habitudes.

12Ces dispositifs cognitifs vont aider à stimuler et à faciliter l’apprentissage collectif en de multiples lieux, mais ne vont en aucune manière assurer une convergence automatique vers un équilibre global. À tout moment, l’ordre institutionnel va être déformé et infléchi en toutes sortes d’endroits (Lachmann, 1971) par les divers pouvoirs qui sont capables de l’influencer. Il s’ensuivra bien davantage des « dérives » que des progressions programmées : blocages, anomalies, paradoxes locaux qui vont déboucher sur des architectures organisationnelles et des processus continuellement en transformation.

13Nous disons locaux parce que c’est hic et nunc que ces désordres et cette décohésion se font jour, et c’est là qu’ils vont devoir être résolus. Car les institutions « régionales », (au sens du rationalisme régional de Gaston Bachelard (1972), se construisent au gré des événements ou des conflits divers, ce qui amène des armistices sociaux enchevêtrés et paradoxaux dont la genèse n’est pas simple à retracer et dont la logique sous-jacente est toujours complexe. Il en sort des arrangements différents d’une « province » à l’autre, tant à cause des différences de priorités que des circonstances particulières (Paquet, 1994b). C’est en ce sens que Jon Elster (1993) parle de « justice locale ».

14Même s’il n’existe pas un macroforum guide unique, nous ne sommes pas condamnés à l’arbitraire. Il y aura coévolution des divers sous-systèmes (ou systèmes locaux) sous la double contrainte du milieu externe en ébullition et du milieu interne en effervescence. Cette coévolution ne va pas nécessairement se faire toujours dans le sens des axes les meilleurs, c’est-à-dire ceux qu’auraient choisis les citoyens les plus éclairés et les mieux informés. L’apprentissage collectif peut déraper. Mais il ne dérape pas nécessairement.

15Ce qui va guider les agents et les groupes dans cette recherche de l’ajustement viable, ce sont moins les stratégies opportunistes condamnées à tourner court puisque la visibilité est quasi nulle, que le recours aux valeurs phares et aux repères communs dans la recherche d’alliances possibles entre groupes hétérogènes. Un apprentissage heureux dans ce contexte dépend donc de compétences nouvelles acquises en cours de route et aussi d’un apprentissage de la référence aux valeurs.

4. Une notion polymorphe de pouvoir

16Les blocages, anomalies, paradoxes et dérapages peuvent certes être engendrés par des actions délibérées de quelques groupes puissants. Mais c’est de moins en moins le cas. Dans un univers mondialisé, tous les monopoles sont temporaires, toutes les oligarchies fragiles. Ce qui plus est, le pouvoir y prend des formes multiples et dans des territoires de plus en plus divers. Il devient donc de moins en moins probable que les « aristocraties » et les « féodalités » soient universelles et qu’elles puissent durer. Quant aux conflits, dans cet univers mondialisé et turbulent, ils sont de moins en moins des conflits de tout-ou-rien et de plus en plus des conflits de plus-ou-moins (Hirschman, 1995).

17Dans ce contexte, les malaises exprimés par les commentateurs viennent du fait que, le plus souvent, ces derniers ont une notion univoque de pouvoir : ils ont en tête le pouvoir sur, pouvoir tyrannique qui permet au clan d’exclure, d’embrigader, etc. Or, dans les faits, le pouvoir prend diverses formes : pouvoir sur (tyrannie), mais aussi pouvoir contre (victime émissaire), pouvoir à travers (manipulation), pouvoir autour (coalition), pouvoir entre (médiation), pouvoir de remettre en contexte ou de redéfinir les solutions, etc. (May, 1972 ; Bartlett, 1989 ; Laurent et Paquet, 1998). Et ces divers pouvoirs ne sont pas concentrés dans le monde politico-étatique. Ils sont diffusés dans tous les secteurs et font l’objet de débats, d’alliances, d’arbitrages, d’armistices locaux. Si l’on devait donc définir un coefficient de pouvoir pour tout le réseau, on devrait prendre en compte la valence des divers acteurs, la diversité des lieux ou des niveaux où l’acteur peut exercer de l’influence et la panoplie des instruments à sa disposition pour ce faire. Dans un tel réseau, le pouvoir est un pattern distribué en transformation continue (Laurent et Paquet, 1998 : p. 44 et suiv.).

18Cette notion polymorphe de pouvoir relativise considérablement l’importance du « conflit » au sens qu’il prend dans l’hypostase du politique. En effet, il se peut que le conflit émerge des affrontements dans l’arène étatique entre groupes dotés de pouvoir, mais ce n’est pas la possibilité issue. Les relations de pouvoir peuvent s’accomplir dans bien autre chose que dans le macroconflit. En fait, les dérapages potentiels que craignent les commentateurs révèlent la vastitude des territoires du pouvoir (entreprise, communautés diverses, etc.).

19Rien dans ce processus ne nie le rôle d’encadrement du politico-étatique ou même la nature fondamentalement politique des arbitrages et des armistices locaux, mais rien n’assure non plus la pérennité du politicoétatique ou son dominium sur le champ politique, ou encore un passage obligé de tous les armistices par un « politique transcendant ». À certains moments, ce sont les clivages culturels et économiques qui sont déterminants ; à d’autres, ce sont les conflits politisés dans le cadre de l’État ; à d’autres moments, enfin, ce sont des jeux de pouvoir dans d’autres arènes (Paquet, 2000a, 2000b).

20L’approche que j’ai proposée n’exclut donc en rien le politique, les conflits et les jeux de pouvoir. En premier lieu, elle les relativise (en posant nettement une certaine désintermédiation politique, un certain désenchantement du politique), mais elle en reconnaît clairement l’importance. En second lieu, elle ajoute que le politique est en train de se transfigurer, d’imploser et que ce qui en reste de fondamental est diffusé sur de nouveaux territoires. C’est à partir de ces postulats que l’on arrive à suggérer une approche plus éclectique de la gouvernance démocratique, approche qui ne souffre plus du même réductionnisme au politicoétatique stricto sensu.

21Non seulement cette approche de rechange est soutenue par les résultats des recherches récentes – la désintermédiation et le désenchantement du politique (Touraine, 1999), sa transfiguration et son implosion (Maffesoli, 1992) et l’émergence de nouveaux territoires et circuits du pouvoir (Guéhenno, 1999) –, mais aussi c’est justement cette nouvelle donne qui explique l’importance nouvelle de la problématique de la gouvernance. En effet, cette libération du dominium du politicoétatique crée une valence plus importante pour les mécanimes de gouvernance.

5. La négligence des effets pervers possibles

22Pour ce qui est de la négligence des effets pervers possibles d’embrigadement ou d’exclusion que la nouvelle gouvernance en réseaux peut engendrer, il nous semble qu’encore une fois c’est une réalité que nous n’avons pas occultée, mais que nous refusons d’exhausser.

23Il s’agit là de sous-familles de blocages dans le processus d’apprentissage collectif que j’ai proposé. Sans aucun doute, le type de « localisme » auquel donne lieu la gouvernance en réseaux peut engendrer à la fois l’embrigadement, l’exclusion et la résistance au changement, à l’innovation, et donc à l’apprentissage collectif. Voilà qui commande prudence et juste mesure puisque les dérapages engendrés par les effets pervers, l’envie, l’enthousiasme délirant, l’embrigadement, etc., ne sont pas négligeables. Ces dangers ont été analysés par Piore (1995) et d’autres qui ont montré comment les nouveaux clans (identity groups) peuvent engendrer des communautés tellement fermées que le dialogue et l’apprentissage collectif deviennent impossibles.

24Or le rôle de la gouvernance est justement de réduire la probabilité de ces dérapages. En situation normale, le compromis peut être négocié ; en situation de blocage ou d’emballement, quand les identités sont mises en question et que tout devient « question de principe », le compromis devient impossible. Il y a danger que l’apprentissage collectif fasse long feu (Fish, 1999). C’est là que la mise en place d’un appareil de gouvernance approprié pourra transmuter des culs-de-sac en situations d’apprentissage collectif. Voilà justement le rôle des « précautions auxiliaires », qui sont la substance même de la gouvernance et qui veulent ajouter aux jeux de la démocratie les garde-fous qui s’imposent.

25Pas question d’angélisme. L’envie, l’opportunisme, l’embrigadement et l’exclusion sont au rendez-vous. Mais il existe des moyens de les neutraliser suffisamment pour qu’il n’y ait pas de désastre. Il en découle souvent des progrès beaucoup plus limités que ceux qu’on a prévus ou voulus, mais une gouvernance éclairée peut contribuer de manière importante à garder la situation en main en éliminant les servitudes – celles qui existent quand il n’y a pas de liberté politique, de possibilités économiques, d’opportunités sociales, de garantie de transparence et d’une certaine sécurité (Sen, 1999).

6. Les radoubs les plus urgents à effectuer

26La problématique de la gouvernance que je propose demeure évidemment en construction. Il est donc important de passer en revue un certain nombre des suggestions faites par les commentateurs pour l’améliorer. Pour les besoins de la discussion, je voudrais départager les suggestions en deux grandes familles : celles qui ambitionnent d’enrichir la gouvernance comme manière de voir et celles qui cherchent à améliorer le processus de production de précautions auxiliaires.

7. Enrichir la gouvernance comme manière de voir

27Dans le premier groupe de suggestions, je retiens les contributions de collègues qui ont confirmé le caractère fondamental de la perspective « gouvernance », mais aussi souligné certains angles morts de cette manière de voir.

28Jean-Guy Belley propose trois embellies à apporter à la problématique. D’abord, il insiste avec raison pour mettre au centre de la discussion la dimension « pédagogique » incontournable qui est la clé de voûte de l’apprentissage collectif : voilà qui permet de jeter une lumière nouvelle sur les idées maîtresses de partenariat, de ressourcement permanent et de jeu ou « classe » sans maître. Ensuite, Belley note une similitude éclairante entre le paradigme de la gouvernance que j’ai développé et certaines thèses majeures des théoriciens du droit. Dans l’un et l’autre cas, l’État a cessé d’avoir le monopole : il peut tout au plus se faire catalyseur dans les rapports avec les autres normativités, dans un dialogue constructif avec tous les discours de pouvoir. La problématique de la gouvernance s’en trouve indirectement validée. Enfin, l’exemple frappant des réseaux claniques chez Alcan montre bien que le clan existe déjà comme forme d’organisation. Voilà qui semble donner à mes thèses une vérification empirique.

29Malgré ces embellies, Belley exprime un « doute prudent » quant à l’importance relative de la gouvernance distribuée qui est au cœur de l’apprentissage collectif. Il lui semble que les structures claniques sont condamnées à être des modes d’organisation subsidiaires et qu’elles n’échappent ni à la logique de la guerre et de l’exclusion, ni au dominium du logico-instrumental. Belley brandit le spectre des groupes organisés comme seuls signifiants, d’une démocratie qui ne serait plus à la portée de l’individu, d’une démocratie synaptique rendant dysfonctionnelle l’invocation des droits garantis par la démocratie libérale.

30Sérieuse mise en garde. On trouve ici la même vision noire que propose Farhad Khosrokhavar : la gouvernance se dissout, dit-on, dans un « interactionnisme systémique » et le politique (comme l’individu) devient une source de dysfonctionnement. La gouvernance, loin de fournir les précautions auxiliaires pour assurer la pérennité de la démocratie libérale, pourrait en être la nemesis, l’interconnexité débouchant sur une « conception totalisante et programmée de la régulation sociale ». C’est la même sorte de méfiance qui fait que Laponce et Létourneau (dans deux registres différents) s’inquiètent même de l’enthousiasme qui pourrait animer la gouvernance.

31Pour Khosrokhavar, il ne faut pas trop s’inquiéter si la gouvernance reste modeste ; pour Belley, c’est moins clair. Ce dernier voit disparaître la citoyenneté individuelle alors que, pour moi, il s’agit plutôt d’étendre la notion de citoyenneté aux organisations (Paquet, 1997). Rendre les « personnes morales » responsables ne veut pas dire qu’on dépossède les individus d’une voix au chapitre ou qu’on les voue à l’aliénation.

32Disons-le clairement, il nous semble que l’individu est moins menacé qu’on ne le prétend et qu’on s’inquiète indûment d’un déclin de son pouvoir de désaveu. La gouvernance distribuée et la subsidiarité, en favorisant la décentralisation, vont nettement donner plus de prise au dissensus qu’on ne le dit (Carter, 1998). Pas question donc d’homme unidimensionnel, mais d’un foisonnement d’expériences qui, si elles donnent prise parfois à l’exclusion mesquine, sont aussi des leviers importants pour l’individu, des leviers à sa mesure.

33Pierre Hamel et Luc Juillet ont un malaise différent : ils se déclarent insatisfaits d’une simple référence à l’autopoïèse ou à la résilience comme moteurs de l’apprentissage collectif. Pour Hamel, il faut mieux y intégrer le conflit et les dimensions cognitives et subjectives ; pour Juillet, il faut donner plus de place aux mécanismes de référence aux valeurs que véhicule le politique. Dans l’un et l’autre cas, la peur d’une gouvernance qui sombrerait dans une rationalité réflexive inquiète.

34C’est mal comprendre, me semble-t-il, la notion d’autopoïèse. En effet, l’autopoïèse est la capacité d’autorenouvellement. Dans un monde turbulent en évolution rapide, il ne suffit plus d’effectuer certains radoubs mineurs à l’organisation, il faut élaborer un régime permanent de renouvellement qui exige non de changer les règles du jeu, mais de changer les métarègles - les règles qui définissent comment on change les règles du jeu. La socioéconomie doit se dépasser continuellement pour survivre : les anciens dogmes sont constamment débronzés, les anciennes lois économiques rescindées, les postulats conventionnels reconfigurés (Kelly, 1998 ; Whitman, 1999).

35Qu’est-ce qui reste permanent dans ce monde en flux ? Le respect de certaines métavaleurs, de certains points de repère, de certaines relations de base, de certains tabous. Il existe évidemment une certaine filiation avec le passé, mais il y a aussi révolution permanente. On peut alors se demander s’il y a fondamentalement tant de différence entre le rapport à cette référence en évolution et celui que produirait la référence au « politique », si ce n’est que celle-là est immanente alors que celle-ci se déclare transcendante.

36Cela ne signifie pas que l’autopoïèse va nécessairement être un vecteur d’émancipation, mais c’est également vrai pour le politique. Quant à savoir lequel des deux processus se prête le mieux à un encadrement ou à un aiguillage par le truchement de précautions auxiliaires, certains disent que cela n’est pas clair. Je crois qu’au contraire c’est assez clair. En effet, il existe une grande « incertitude démocratique » : la démocratie est « un mode de gouvernement aux résultats inconnaissables » (Hermet, 1997 : p. 49) qui échappe à ses ingénieurs. Ce qui est vrai pour « le politique » l’est également jusqu’à un certain point pour les précautions auxiliaires que voudrait mettre en place la gouvernance. Il reste cependant que le second type d’intervention (plus terre à terre, plus local et moins opaque) a probablement moins de chances de déraper.

37Il reste indéniable que les commentateurs communiquent une certaine méfiance par rapport à un concept et à un paradigme qui paraissent trop dépendre d’une rationalité réflexive et dont les arcs-boutants comme la participation, le multilogue, l’apprentissage semblent trop exclusivement axés sur le procès de la gouvernance lui-même et non sur les objectifs et les valeurs de la communauté politique à laquelle elle renvoie. Voilà qui entraîne un certain nombre de collègues – « urgence de conclure » aidant – à se faire trop nihilistes quand il est question de gouvernance distribuée. Les dangers qu’on invoque existent, mais il est déraisonnable de les exhausser. Le réductionnisme au « politique » et la démonisation d’un « système » qu’on estime incapable d’engendrer autre chose qu’un impérialisme de fonctionnement ne donnent pas la place qui convient à un appareil de gouvernance qui peut aussi renforcer le processus démocratique et mettre en place les phares et les clignotants nécessaires pour que s’accomplisse le bien commun.

8. Améliorer le processus de production de précautions auxiliaires

38Dans le second groupe de suggestions, je retiens les mises en garde et les suggestions formulées à propos des limites de l’outillage mental proposé.

39L’idée de Juillet qu’il faut préciser davantage les modes divers de gouvernance à l’intérieur d’un même régime est à retenir. Quant à savoir comment on pourrait préciser la problématique afin de permettre de « nommer » ces divers modes concrets ou ces « mélanges » particuliers, le défi est de taille. On peut cependant raffiner le processus de mise en place des mécanismes de gouvernance en tant que précautions auxiliaires par deux voies : d’abord, en précisant un peu mieux les critères de bonne gouvernance et, ensuite, en comprenant mieux les périls de la participation et de la concertation et la nature des contrats moraux.

9. Les critères de bonne gouvernance

40Chacun des commentateurs a proposé implicitement un ensemble de critères de « bonne gouvernance ». Pour la plupart, ces critères postulent un État fort. Dans certains cas, on fait même de la valence de l’État la caractéristique dominante qui pourrait servir à ordonner de manière univoque les divers régimes et les divers modes de gouvernance.

41Cette célébration du colbertisme est prévisible puisque l’État est au centre de la gouvernance des pays industrialisés depuis un demi-siècle. Mais c’est un peu par paresse qu’on met au cœur de la gouvernance un pouvoir absolu dont pourtant on sait qu’il est en érosion. On le fait surtout parce qu’on n’en est pas arrivé à se convaincre que l’on peut avoir un jeu sans maître. En fait, la sacralisation de l’État n’est rien d’autre que le refus obstiné d’abandonner les impératifs de redistribution imposés par une certaine idéologie, et une manière oblique de dénoncer l’idée d’un jeu sans maître dans lequel la redistribution serait condamnée à être relativisée.

42Notre société mondialisée est une société à hauts risques, et donc il y a insécurité accrue des citoyens. Il s’agit de construire une société de gens capables de prendre des risques d’une manière responsable et d’assurer la sécurité minimale dont ils ont besoin pour le faire de manière créatrice.

43En fait le filet de sécurité est l’un des critères de bonne gouvernance qu’Amartya Sen met en évidence quand il définit les « développement » en termes de libertés : marges de manœuvre politiques, possibilités économiques, opportunités sociales, garanties de transparence et filet de sécurité (Sen, 1999 : p. 10). Il faut noter que le filet de sécurité n’est qu’un des points d’ancrage et que ces points de repère sont bien plus que de simples familles de processus : ces critères ne sont pas limités à la survie et à l’efficience. Il y a là une notion de « bonne vie » qui déborde largement les impératifs de gouvernabilité. En fait, la bonne gouvernance connote pour Sen la mise en place d’un ensemble de dispositifs qui vont assurer l’élimination des servitudes, et donc l’avènement des libertés positives. En ce sens, la gouvernance veut fournir ainsi un complément à une « démocratie du public » qui dégénère souvent en loterie ou en un exercice de marketing permanent exécuté par des amuseurs publics (Hermet, 1997).

44Non seulement la sécurité n’est pas la seule valeur guide, mais la réponse institutionnelle à l’insécurité n’est pas nécessairement la redistribution et l’État centralisateur, comme certains commentateurs semblent le suggérer. La réponse la plus effective est plutôt l’assurance avec ses mécanismes plus diffus. La redistribution est une compensation pour les perdants et égalise les revenus, alors que l’assurance protège les individus contre la variabilité de leur revenu attribuable à l’incertitude et à la turbulence de l’environnement. Il vaut donc mieux chercher vraiment des moyens de combattre l’insécurité par des régimes d’assurance qui, réduisant les coûts de l’insécurité, encourageraient la prise de risque responsable. Se rabattre sur la redistribution ne saurait suffire puisqu’elle peut fort bien fournir un filet de sécurité et réduire les inégalités sans toutefois encourager la prise de risque responsable et donc l’apprentissage collectif (Mandel, 1996). En fait, dans une société où la socialité est « tissée d’indifférences, d’insularités et d’égoïsmes » (Guillaume, 1999 : p. 29), le défi est de construire une socialité forte à partir de liens ténus, et force est d’admettre que, dans ce genre de contexte, l’assurance est une institution mieux adaptée que la redistribution.

45En effet, il est invraisemblable qu’on puisse bénéficier de redistribution égalitariste comme d’un droit dans la société spectrale en train de se créer. On peut seulement espérer une redistribution qui voudra corriger les inégalités inacceptables (Paquet, 1994a). Une bonne gouvernance va mettre en place des mécanismes pour combattre l’insécurité, inventer des instruments capables de protéger contre les mauvaises éventualités et non plus essayer de mettre en place des remparts contre des états indésirables.

46Hamel dénonce la possibilité qu’une bonne gouvernance distribuée puisse être mise en place à cause du « conflit » omniprésent entre groupes et des ressources inégales entre partenaires dans une négociation condamnée à achopper parce qu’elle ne peut faire l’affaire de personne. Juillet, plus prudemment, met en garde contre la tentation de définir la bonne gouvernance exclusivement par les processus (autonomie des fonctionnaires, participation des citoyens, institutions parlementaires) et réclame qu’on fasse une place à la liberté positive qui est au cœur des stratégies d’émancipation. Quant à savoir si de telles stratégies ne peuvent venir que de l’État, il ne le prétend pas. On peut donc voir dans ses propositions une porte ouverte sur la gouvernance distribuée à condition qu’elle traduise une référence aux valeurs. C’est là chose possible, comme on l’a vu avec le monde de Sen, dans la mise en place des précautions auxiliaires.

47Croire que l’on a besoin du « politique » pour qu’il y ait « dépassement » relève de la fixation dans certains commentaires. Et faire de la « démocratie du public » la caution qui assure le dépassement est fort naïf. S’il est une chose certaine, c’est que la « démocratie du public » (Manin, 1996 ; Hermet, 1997), montée sur les sondages et l’immédiat, peut fort bien desservir la communauté et ne pas en assurer le progrès. Comme le rappelle Guy Hermet, « la démocratie ne s’est jamais définie comme mode de gouvernement qu’au travers de ses instruments contingents que sont le mécanisme représentatif et la décision prise à la majorité des voix » (1997 : p. 89). Or ces mécanismes ne produisent qu’une volonté générale illusoire à moins d’être le résultat d’une longue délibération ouverte. Ce qui est rarement le cas.

10. Les périls de la participation et de la concertation et la nature des contrats moraux

48Si on peut classifier les régimes de gouvernance en tant que précautions auxiliaires ajoutées au processus démocratique selon qu’elles assurent ou non certaines libertés positives, on se bute assez vite aux problèmes que posent la participation, la concertation et les contrats moraux.

49Jacques T. Godbout a ici sonné l’alarme en suggérant que la gouvernance (avec sa composante incontournable de participation accrue en amont du processus de décision) peut fort bien miner la démocratie représentative. Il se méfie des « citoyens producteurs de gouvernance ». Selon lui, la suggestion que tous participent à tout ne peut avoir que des effets pervers. La démocratie représentative se contente de choisir les décideurs pour ensuite leur laisser libre choix. La participation enlèverait le pouvoir aux électeurs. Claudette Lafaye a les mêmes craintes.

50En refusant de donner à la participation un rôle de métarègle, Godbout ne rejette pas pourtant l’idée de métarègle : il va la chercher dans la société civile, dans la réciprocité et le don. On est donc renvoyé à un découpage des régimes de gouvernance à la Boulding – c’est-à-dire à partir des composantes marché, État, société civile qu’ils contiennent (Boulding, 1970 ; Paquet, 2000a). C’est donner à la société civile un statut métasystémique que d’autres commentateurs contestent.

51Il en va de même pour la concertation, qui marginalise non seulement les électeurs, mais aussi les citoyens quand, et c’est souvent le cas, elle sombre dans des débats d’experts. Claudette Lafaye montre que la gouvernance peut être facilement récupérée par les experts quand le débat dérive vers des arènes techniques et fermées.

52Ces deux dimensions critiques que sont la participation et la concertation ne sauraient évidemment assurer les partenaires d’une gouvernance qui évitera tous les écueils. Mais elles ouvrent la voie à des débats sur la trame des relations entre partenaires dans la gouvernance distribuée. Il s’agit d’une trame fondée sur une multitude de contrats moraux sur lesquels sont construits les rapports de consultation, de concertation, de négociation et les autres relations qui sont au cœur des partenariats.

53Dire que ces processus peuvent déraper et même qu’ils peuvent nous faire glisser hors du type idéal de la démocratie représentative n’est pas faux. Affirmer que participation et concertation compliquent les choses n’est pas faux non plus. Mais cela ne signifie pas que la prise de décision est enrayée ou dévoyée. Elle sera probablement mieux ancrée dans les valeurs des participants et mieux immunisée contre les abus des représentants et des permanents. Tout dépendra de la nature des contrats moraux qui définiront hic et nunc la participation et la concertation.

54Jacques Palard part des cinq propositions de Gerry Stoker – acteurs divers, frontières floues, interdépendance accrue, réseaux autonomes, relativisation du pouvoir de l’État – (1998) et des quatre caractéristiques majeures de la gouvernance démocratique à la March et Olsen – développement de l’identité des citoyens, appropriation de l’action politique par les citoyens, événements politiques en tant que pourvoyeurs de sens, système politique adaptatif (March et Olsen, 1995) – pour définir une sorte d’échiquier sur lequel on pourrait ficher les régimes de gouvernance selon ces dimensions et définir les divers contrats moraux qui les soutiennent.

55Cet échiquier « porte implicitement la marque de l’application du principe de subsidiarité » et permet donc de voir jusqu’à quel point « la manière de faire » a évolué plus ou moins fortement dans cette direction. Il fait surtout écho à un ensemble de contrats moraux – de relations plus ou moins formalisées qui sont incarnées dans un ensemble de normes et conventions de toutes sortes (Paquet, 1991-1992 ; Laurent et Paquet, 1998).

56Or l’importance donnée à ces « institutions invisibles », comme dirait le Nobel d’économie Kenneth Arrow (1974 : p. 26), a créé un malaise chez certains commentateurs. C’est le cas même si tous ont admis que ces contrats moraux jouent un rôle central comme points de cristallisation des nouveaux arrangements. Certains commentateurs semblent opérer sous le charme des structures formelles et jugent ces arrangements informels (qu’on enracine trop facilement, dois-je noter, dans la seule fibre morale ou dans un consensus angélique) incapables de fournir des dispositifs cognitifs assez robustes pour survivre aux attaques des forces qui tenteront de les pervertir. Il y a pourtant des décennies que cette dérive vers l’informel s’impose au nom de l’efficacité (DesRoches, 1970).

57Il est clair qu’on devra pousser plus avant l’analyse de ces contrats moraux et préciser mieux leur trame puisqu’ils sont tellement importants pour la compréhension de la gouvernance et qu’ils sont aussi tellement controversés. En fait, cette analyse a déjà commencé à proportion que ces contrats moraux sont devenus nécessaires dans l’élaboration des nouveaux types de partenariat en vogue dans tous les secteurs. Les travaux sur l’économie de la relation, sur les échanges relationnels et sur les formes nouvelles de la gouvernance corporative qui tissent des liens nouveaux avec la communauté ambiante (Goldberg, 1989 ; Deakin et Hughes, 1997 ; Laurent et Paquet, 1998) ont proposé certaines approches pour préciser la nature de ces divers contrats moraux. Le texte de Belley y fait écho dans son examen des relations intrafirmes chez Alcan.

58Les commentateurs ont aidé grandement à définir de manière oblique les différentes brèches à colmater pour que la démocratie ne dérape point : s’assurer par une série de précautions auxiliaires de la prise en compte des valeurs et des libertés positives – et non pas de la simple résilience des processus –, d’une participation effective qui ne mine pas le processus représentatif, d’une concertation qui ne sera pas dominée par les groupes organisés et les groupes experts, et de la mise en place des contrats moraux robustes qui sont requis pour constituer une démocratie de producteurs de gouvernance mais qui ne feront pas dégénérer la société en une confédération de clans fermés sur eux-mêmes et capables d’empêcher une coordination heureuse et un apprentissage collectif porteur de progrès.

11. Gouvernance et précautions auxiliaires

59Reste à savoir si ce travail est faisable et, si oui, comment le faire. Or, sans tomber dans la manie de la classification, on peut dire que la mise en place de ces arcs-boutants que seront les précautions auxiliaires serait grandement simplifiée si on pouvait s’entendre sur les dimensions essentielles de la gouvernance.

60Les travaux de Stoker et de March et Olsen ont dégagé certaines dimensions importantes que la gouvernance en tant que précautions auxiliaires va devoir garder en tête : impliquer un plus grand nombre d’intervenants, aider au développement de leur identité, mettre en place des institutions qui assouplissent l’adaptation du système politique, etc. Mais il s’agit là d’efforts surtout descriptifs qui veulent souligner certaines caractéristiques importantes de la nouvelle gouvernance.

61Si on veut focaliser davantage l’attention sur certaines cibles plus précises, mais tout en tenant compte des grands impératifs qui doivent guider la mise en place de ces précautions auxiliaires, il faut concevoir un appareil mieux adapté à ces tâches. Pour ce faire, il semble possible de considérer les régimes de gouvernance comme définis essentiellement par trois types de relations dans un espace à cinq dimensions.

62Les cinq dimensions définissent les grands impératifs qu’il faut garder en tête. Ce sont celles qui correspondent aux diverses servitudes mentionnées par Amartya Sen – servitudes qui, selon lui, empêchent la démocratie de fonctionner. Ces servitudes correspondent à la neutralisation de cinq libertés positives : 1) libertés politiques, 2) possibilités économiques, 3) opportunités sociales, 4) garantie de transparence, et 5) une certaine sécurité.

63Quant aux trois types de relations, débattues abondamment plus haut, ce sont : le pattern des relations définissant le processus de participation et d’engagement des partenaires ; (A) la nature de la concertation et de la négociation (c’est-à-dire du multilogue) entre les partenaires ; (B) le type de contrats moraux définissant la trame des relations ; et (C) la nature des responsabilités entre tous ces intervenants.

64La gouvernance ne peut pas résoudre tous les problèmes de libertés positives, mais le politique ne le peut pas non plus. Le politique et la gouvernance peuvent cependant agir de pair sur les éléments (1), (4) et (5). Il nous semble que la gouvernance, par le truchement de (A), de (B) et de (C), peut agir sur (2) et (3).

12. La participation et l’engagement civique

65Le premier ensemble de précautions auxiliaires définissant la gouvernance vise à assurer la participation et l’engagement civique requis. Il ne s’agit pas ici de cohésion sociale passive, mais d’un engagement actif. Voilà qui demande la mise en place d’un capital de socialité augmentant la capacité humaine à inventer des ciments sociaux qui fassent tenir les individus, les réseaux et les groupes en ensembles stables et fonctionnels (Baechler, 1994 : p. 21). C’est un capital qui s’accroît à proportion qu’on l’utilise et qui se détériore à proportion qu’on l’utilise moins.

66Il est évident que la construction du capital social et de la confiance peut passer par le travail des entrepreneurs civiques (Spinosa, Flores et Dreyfus, 1997). Mais ce qu’on reconnaît moins, c’est la possibilité que le conflit engendre aussi la solidarité. C’est la thèse de Gauchet-Dubiel présentée par Albert Hirschman (Hirschman, 1995). Ce dernier suggère que, dans une société pluraliste, il est fort possible que les conflits créent la solidarité tout au moins s’il s’agit de conflits de type α à propos de plus-ou-moins (more-or-less) qui ouvrent sur un éventail de solutions mitoyennes possibles. C’est tout à fait différent dans les cas de conflits du type β qui se définissent en termes de oui-ou-non (either-or) qui, eux, engendrent l’anomie. Dans le premier cas, c’est au fil de la résolution de ces conflits que la société apprend à gérer les différences et que se crée une capacité à les gérer qui devient facteur de cohésion. C’est exactement l’argumentation de Hall et Lindholm (1999).

67On voit donc que la confiance et la solidarité naissent par des voies multiples et souvent contradictoires. Elles seraient même davantage, semble-t-il, le résultat d’automatismes que de mécanismes délibérément mis en place. C’est à la fois rassurant et déprimant. Rassurant, parce que notre ignorance des processus de production de la solidarité semble une défaillance moins fatale qu’on ne l’aurait cru : elle n’empêchera pas que la solidarité monte malgré l’absence d’interventions. Déprimant, parce que force nous est de reconnaître la réalité des forces obscures de la resilience qui souvent, par des voies difficilement pénétrables, semblent néanmoins permettre que la confiance et la solidarité réémergent, comme c’est le cas maintenant, quand on en a besoin (Paquet, 1999a).

68Il existe des mesures de ce capital de socialité et des raisons de croire que, quand il y a décapitalisation, les libertés positives sont atténuées. Nous avons essayé dans un essai récent (Paquet, 1999b) de montrer comment le Québec a souffert d’une érosion importante de son capital social dans les dernières décennies et qu’il s’en est suivi des coûts importants sur le plan des libertés positives. Voilà qui nous a semblé commander un travail important de reconstruction de la socialité. Problème de gouvernance donc.

12a. La nature du multilogue

69Il ne suffit pas d’assurer l’engagement social et de mettre en place une capacité à inventer des ciments sociaux, il faut aussi s’assurer que le multilogue qui va s’ensuivre favorisera l’apprentissage social par la concertation et la négociation requises.

70Il s’agit d’atténuer autant que possible l’action délétère des blocages dans le processus d’apprentissage collectif esquissé par Max Boisot (1995). Pour ce faire, il faut travailler à mettre en place des mécanismes et des institutions susceptibles de modérer la dissonance cognitive, les inhibitions et autres blocages systémiques, mais aussi faire le même travail sur les blocages situés sur le plan des valeurs. C’est ni plus ni moins qu’un effort pour mettre en place une dynamique qui facilite la création et la diffusion de la connaissance nouvelle.

71Les caractéristiques de cette dynamique ne sont pas nécessairement claires, mais on peut dire qu’il est vraisemblable que les facteurs suivants constitueront les éléments déterminants de la nouvelle logique dominante : la réduction de l’importance des règles, l’importance accrue de la consultation et de la négociation entre les intervenants et les régimes, l’émergence de structures traitant des problèmes au cas par cas, une certaine dépolitisation, le mélange de grands idéaux vagues avec une dispersion de liens flexibles et ténus entre individus qui peuvent changer d’allégeance fort rapidement – le tout permettant un certain activisme social mais sans promesse de permanence –, la reconnaissance de la fragilité des liens interpersonnels dans un monde de cohabitation avec commutation, une certaine ambiguïté paradoxale dans ce qui est à la fois une importance accrue donnée à la confiance, mais sans qu’on se fasse des illusions quant à la solidité de celle-ci.

72Dans ce nouveau monde, la stabilité émergera moins d’une utopique cohésion sociale fondée sur les valeurs partagées que d’une certaine « culture » négociée diffusant les conflits de type β (either-or), d’une certaine solidarité engendrée historiquement par la capacité à résoudre les conflits de type α (more-or-less) qui s’ouvrent sur un éventail de solutions mitoyennes possibles, de l’action des entrepreneurs civiques, mais surtout peut-être d’un certain degré de multistabilité (c’est-à-dire de balkanisation) et donc d’inertie relative qui immunise la socioéconomie contre les effets désastreux de trop grandes ferveurs (Paquet, 1999a).

12b. Le type de contrats moraux

73Il faut aussi que ces multilogues en arrivent à concrétiser un certain nombre d’accords, de normes et de conventions plus ou moins tacites qui vont tisser la trame de la nouvelle gouvernance.

74Dans une société d’information où les identités sont éclatées et les appartenances multiples, la modularité est une manière d’être. En fait, dira Marc Guillaume, le défi est d’organiser une cohabitation avec commutation, c’est-à-dire avec

des dispositifs qui permettent de frôler, de côtoyer, de rencontrer l’autre de manière partielle, éphémère et souvent superficielle en fonction de contrats constamment négociés et renouvelés, donc de contrats instables, mouvants, qui constituent une nouvelle forme de gestion, non pas de l’autre, mais de l’autrui, c’est-à-dire ce qui dans l’autre n’est pas moi mais ce que je suppose être compatible, comparable, commensurable avec moi-même (Guillaume, 1993 : p. 74).

75Chantal Millon-Delsol, à la fin de son essai sur l’esprit européen, explore les grands éléments qui vont contribuer à façonner cette nouvelle citoyenneté. Elle en indique trois comme les plus importants. D’abord, il ne saurait s’agir du seul résultat d’un pacte rationnel. Derrière les accords, il doit y avoir un rapport affectif : « un peuple [...] ne s’identifie qu’à l’entité qui lui renvoie l’image de ses propres convictions, nanti de la puissance pour les concrétiser. » Il faut donc derrière les droits et obligations une idée de bien commun. Ensuite, il doit y avoir un lieu d’identité, un lieu d’appartenance. Les institutions instaurent ces ligatures et ces appartenances : « nous avons inventé la république pour instaurer une amitié civique. » S’identifier à des institutions, c’est déclarer son appartenance à certaines valeurs. Enfin, il ne suffit pas, dans la construction des institutions de réarticulation, de chercher des structures performantes, il faut surtout des « structures » habitées par nos certitudes intérieures, des structures dans lesquelles chacun va reconnaître sa « culture réalisée », « la connivence qui rend possible la communauté ». Or ces connivences sont difficiles à construire quand les premiers principes sont tellement éclatés que l’agir-ensemble devient problématique (Millon-Delsol, 1993).

76Il s’agit donc de réconcilier les tendances contradictoires dans la société d’information : la nécessité d’avoir une perspective globale et aussi une sensibilité locale, et vice versa, l’impératif d’être de petite taille et aussi de grande taille et de profiter des avantages de la centralisation en même temps que de la décentralisation, la recherche de stratégies qui protègent à la fois la liberté et l’égalité, etc. Cette réconciliation passe par des séries de négociations sur la division du travail entre les citoyens et leurs gouvernements, et aussi entre les niveaux de gouvernement. Or ce genre de débat ne peut être une question résolue une fois pour toutes. On voit l’illusion et le caractère délétère des efforts pour tout judiciariser, pour mettre tout en droit et lois.

77Ce qui est nécessaire, c’est d’élaborer un processus de contractualisation fluide, un processus de négociation permanent et d’apprentissage social : selon les circonstances (temps normaux, moments de crise), on peut effectuer des réassignations de tâches entre les niveaux. La souplesse nécessaire face aux enjeux révélés dans les consultations, les délibérations et les négociations commande un bon usage du flou et un rejet de concepts trop absolus (Hall et Lindholm, 1999 : p. 83).

78La modularité des individus va tisser entre eux une multitude de liens ténus, partiels et fragiles. À côté de liens usuels (horizontaux idéalement dans le marché et verticaux usuellement dans la politie), il y aura des liens transversaux ou diagonaux traversant les divers paliers et liant des partenaires éloignés. Il s’agit d’une nouvelle figure de lien, car le « réseau n’offre aucune centralité que l’on pourrait attaquer, mais des nœuds aussi divers qu’éparpillés et qui sont animés de mouvements. Ce n’est plus l’acteur qui est nomade en dépit d’un système figé, et contre lui, c’est le système réseautique qui est lui-même nomade » (Cauquelin, 1993 : p. 188).

***

79Ces trois dimensions (engagement civique, concertation et négociation, contrats moraux) ne suffisent peut-être pas à définir parfaitement tous les divers régimes de gouvernance, mais on pourra les classer sommairement tout au moins selon qu’un régime peut plus ou moins assurer un engagement civique robuste, qu’il a réussi ou non à promouvoir effectivement la production et la diffusion de la connaissance nouvelle ou tout au moins à atténuer les blocages dans ces processus, et qu’il déploie un éventail souple de contrats moraux bien ou mal ajustés aux mouvances de l’environnement. Ces trois dimensions se complètent et vont distiller des formes organisationnelles plurielles mélangeant clan, marché, bureaucratie et fief.

80Boisot (1995) a montré comment la culture va jouer un rôle déterminant dans ces processus de facilitation et devenir un levier important dans la mise en place des précautions auxiliaires les plus performantes. Il est clair aussi que cette dimension culturelle va être importante dans l’interprétation donnée aux diverses servitudes à la Sen. Voilà qui va entraîner la cristallisation d’un processus d’apprentissage à deux boucles où les précautions auxiliaires seront définies en tenant compte de ce cadre culturel, mais où le fonctionnement et l’expérience du système tendront à avoir un impact aussi sur cette culture. Ce qui fait que l’autopoïèse fera en sorte que l’on invente de nouveaux moyens et aussi de nouvelles fins en cours de route.

Conclusion

81Il existe deux approches fondamentales concernant la gouvernance : l’une, dite économistique et conséquentialiste, fondée sur les mécanismes d’échange et de coalition entre les acteurs (individus et groupes), et l’autre, dite institutionnaliste et construite autour des idées d’identité, de citoyenneté, et de comportement approprié (March et Olsen, 1995).

82La première est une transcription facile de l’approche économique fondée sur les choix rationnels des individus et leurs comportements stratégiques. Or l’équilibre contingent qui peut ressortir de ces tractations est trop volatil et facilement déstabilisé par les événements ou les déplacements de pouvoirs pour être satisfaisant ; de plus, il fait trop abstraction du pouvoir. La seconde approche est construite autour du développement des identités des citoyens et des groupes, de capacités d’intervenir de façon appropriée, de procédures d’imputabilité et d’interprétation et de capacité à apprendre. Cette seconde approche donne une place au politique stricto sensu, au pouvoir et aux conflits.

83Mon texte initial a été lu comme justiciable de la première approche, alors que mon intention était clairement de m’inscrire dans la seconde. En conséquence, on m’a accusé de mettre en place une mécanique organisationnelle semblable au marché qui engendrerait organiquement des équilibres consensuels et heureux. Rien ne saurait être plus loin de mon objectif.

84Mon objectif a été de définir la gouvernance comme le processus par lequel les précautions auxiliaires seront mises en place pour que la coordination soit heureuse et que les abus soient évités.

85Ces précautions sont de plusieurs ordres, mais elles touchent particulièrement les libertés positives, la participation, la concertation, la négociation et les contrats moraux liant les intervenants.

86Ces précautions auxiliaires n’émergent pas nécessairement organiquement et elles sont souvent fragiles quand elles sont en place. Il faut donc une monitarisation constante pour s’assurer qu’il n’y a pas déraillement. Ces précautions ne sont pas non plus localisées exclusivement dans un « politique » transcendant, mais bien distribuées vastement dans les diverses « provinces » du système socio-économicopolitique. Finalement, elles ne sont pas permanentes puisqu’elles sont continuellement en procès d’adaptation pour répondre aux contraintes du milieu externe et du milieu interne, ainsi qu’aux changements survenus dans les technologies sociales.

87Dans un monde de connexité accrue (Mulgan, 1997), la gouvernance va s’accomplir dans des formes nouvelles qu’on a commencé de nommer globalement (e-governance), et qui vont utiliser plus intensément les nouvelles technologies de l’information. Cela ne veut pas dire qu’on passera à la démocratie et à la gouvernance numériques, mais que l’ère de la numérisation va transformer et la démocratie et la gouvernance, et que, en conséquence, les précautions auxiliaires auxquelles doit s’intéresser la gouvernance évoluent, que l’outillage même de celle-ci est en train de changer (Richard, 1999).

88Cela va se traduire dans des rapports modifiés entre démocratie et gouvernance. En effet, il est probable que la gouvernance va devenir encore plus malléable que le « politique » en conséquence de ces transformations technologiques. Il se pourrait donc que les précautions auxiliaires deviennent, relativement parlant, de plus en plus importantes à cause même de l’apparition de ces leviers inédits et puissants.

89Tout cela ne nous amènera pas pour autant à penser faire l’économie du politique. C’est peu probable. Mais c’est une possibilité qui mériterait peut-être d’être explorée plus avant par les prospectivistes, ne serait-ce que pour jauger jusqu’où nous pouvons aller dans nos efforts pour faire l’économie du technico-étatique et de la transcendance.

Bibliographie

Bibliographie

ARROW, K. J.,1974, The Limits of Organization, New York, Norton.

BACHELARD, G., 1972, L’engagement rationaliste, Paris, PUF.

BAECHLER,]., 1994, Précis de la démocratie, Paris, Calmann-Lévy.

BARTLETT, R., 1989, Economics and Power, Cambridge, Cambridge University Press.

BOISOT, M. H., 1995, Information Space, Londres, Routledge.

BOULDING, K. E., 1970, A Primer on Social Dynamics, New York, The Free Press.

CARTER, S., 1998, The Dissent of the Govern, Cambridge, Harvard University Press.

CAUQUELIN, A., 1993, « Rassembler le disparate ou : de la communication », dans L. Sfez (dir.) Dictionnaire critique de la communication, Paris, Presses Universitaires de France, tome 1, p. 188-195.

DEAKIN, S. et A. HUGHES, 1997, Enterprise and Community : New Directions in Corporate Governance, Oxford, Blackwell.

DESROCHES, J. M., 1970, « The Developing Irrelevance of Formal Organization Patterns », Optimum, vol. 1, n° 1, p. 6-12.

ELSTER, J., 1993, Local Justice, New York, Russell Sage Foundation.

FISH, S., 1999, The Trouble With Principle, Cambridge, Harvard University Press.

GAUCHET, M., 1998, La religion dans la démocratie, Paris, Gallimard

GOLDBERG, V. P., 1989, Readings in the Economics of Contract Law, Cambridge, Cambridge University Press.

GUÉHENNO, J. M., 1999, L’avenir de la liberté, Paris, Flammarion

GUILLAUME, M., 1993, « Spectralité et communication », Cahiers du LASA, nos 15-16, p. 74-81.

GUILLAUME, M., 1999, L’empire des réseaux, Paris, Descartes & Cie.

HALL, J. A. et C. LINDHOLM, 1999, Is America Breaking Apart ?, Princeton (N.J.), Princeton University Press.

HERMET, G., 1997, La démocratie, Paris, Flammarion.

HIRSCHMAN, A. O., 1995, A Propensity to Self-Subversion, Cambridge, Harvard University Press.

KELLY, K., 1998, New Rules for the New Economy, New York, Viking.

LACHMANN, L. M., 1971, The Legacy of Max Weber, Berkeley, The Glendessary Press.

LAURENT, P. et G. PAQUET, 1998, Epistémologie et économie de la relation : coordination et gouvernance distribuée, Paris, Vrin.

MAFFESOLI, M., 1992, La transfiguration du politique, Paris, Grasset.

MANDEL, M., 1996, The High-Risk Society, New York, Times Books.

MANIN, B., 1996, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion.

MARCH, J. G. et J. P. OLSEN, 1995, Democratic Governance, New York, The Free Press.

MAY, R., 1972, Power and Innocence, New York, Norton.

MILLON-DELSOL, C., 1993, L’irrévérence, Paris, Marne.

MOUFFE, C., 1993, The Return of the Political, Londres, Verso.

MULGAN, G., 1997, Connexity, Cambridge, Harvard Business School Press.

PAQUET, G., 1991-1992, « Betting on Moral Contracts », Optimum, vol. 22, n° 3, p. 45-53.

PAQUET, G., 1994a, « Grandeurs, limites et scandales : fondements éthiques du financement des systèmes de santé » dans J. M. Larouche (dir.), Ethique, santé et société, Ottawa, Centre de techno-éthique de l’Université Saint-Paul, p. 21-46.

PAQUET, G., 1994b. « La citoyenneté dans la société d’information : une réalité transversale et paradoxale », Mémoires de la Société royale du Canada, série VI, tome V, p. 59-78.

PAQUET, G., 1997, « Canada as a Disconcerted Learning Economy : A Governance Challenge », Transactions of the Royal Society of Canada, série VI, vol. VIII, p. 69-98.

PAQUET, G., 1999a, « La résilience dans l’économie », L’Agora, vol. 7, n° 1, p. 14-17.

PAQUET, G., 1999b, Oublier la Révolution tranquille, Montréal, Liber.

PAQUET, G., 2000a, « Gouvernance distribuée, socialité et engagement civique », Gouvernance, vol. 1, n° 1, p. 52-66.

PAQUET, G., 2000b, « On Hemispheric Governance », Transactions of the Royal Society of Canada, série VI, vol. X, n° 1999, p. 37-79.

PIORE, M. J., 1995, Beyond Individualism, Cambridge, Harvard University Press.

RICHARD, E., 1999, « Tools of Governance », dans B. N. Hague et B. D. Loader (dir.), Digital Democracy, Londres, Routledge, p. 73-86.

SEN, A., 1999, Development as Freedom, New York, Knopf.

SPINOSA, G, F. FLORES et H. L. DREYFUS, 1997, Disclosing New Worlds, Cambridge, MIT Press.

STOKER, G., 1998, « Cinq propositions pour une théorie de la gouvernance », Revue internationale des sciences sociales, n° 155, p. 19-30.

TOURAINE, A., 1999, « Le désenchantement de la politique », Le Monde des débats, décembre, p. 39.

WHITMAN, M. VON N., 1999, New World, New Rules, Cambridge, Harvard Business School Press.

Auteur

Faculté d’administration et Centre d’études en gouvernance de l’Université d’Ottawa (paquet@admin.uottawa.ca)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter