Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vision-Division

 | 
Marta Dvořák
, 
Jane Koustas

Introduction

Marta Dvořák

Texte intégral

1Nancy Huston est une écrivaine prolifique, auteure de neuf romans, dont plusieurs ont reçu des prix littéraires internationaux : Cantique des plaines (prix du Gouverneur général, prix Suisse-Canada) Les Variations Goldberg (prix Contrepoint, nomination pour le prix Fémina), Instruments des ténèbres (prix Goncourt des lycéens et prix du Livre Inter), La virevolte (prix Louis-Hémon de l’Académie du Languedoc). Mais elle est également connue pour ses créations dans de nombreux autres genres littéraires : nouvelles, livres pour enfants, traductions, œuvres pour la radio et scénarios pour le cinéma (avec Yves Angelo et Léa Pool), ainsi que pour ses essais éclectiques, parfois provocateurs, tels que Dire et interdire : éléments de jurologie (en collaboration avec Lefla Sebbar), Mosaïque de la pornographie : Marie-Thérèse et les autres, Jouer au papa et à l’amant : de l’amour des petites filles, Lettres parisiennes : autopsie de l’exil et Désirs et réalités. Nancy Huston a toujours osé franchir les frontières génériques, linguistiques, narratologiques. Dans son premier roman déjà, Les Variations Goldberg, elle disait « je » à la place de trente personnages différents. Plus récemment, son dernier roman, Dolce agonia (2001, texte français ; 2002, texte anglais), met à mal le refus contemporain de recourir au narrateur omniscient traditionnel : Huston s’arroge le droit de faire de Dieu un de ses personnages. Après Nord perdu, qui mêle autobiographie et essai, elle écrit Limbes/Limbo : Un hommage à Samuel Beckett, texte bilingue en regard, version anglaise à gauche, version française à droite.

2Tout comme Beckett et Romain Gary, à qui elle a consacré un essai en 1995 (Tombeau de Romain Gary), Huston est tiraillée entre deux langues : le français et l’anglais. Sa renommée internationale est de nature exceptionnelle, car l’auteure touche directement des lectorats tant francophone qu’anglophone. En tant que Canadienne anglophone, ce sont les héritages britannique et américain qui ont façonné son identité culturelle, mais en tant que Parisienne francophone, elle a choisi l’autre langue pour l’acte d’écriture. Elle rédige ses textes en français, et ensuite les traduit, ou les réécrit en anglais (prenant parfois le chemin inverse). Ce choix fascinant, voire insolite — si l’on en croit sa compatriote Mavis Gallant, qui est elle aussi bilingue, qui vit à Paris depuis cinquante ans et qui continue à revendiquer l’anglais comme langue de l’imagination —, peut s’expliquer par le fait que l’écriture en langue seconde permet d’évacuer davantage la sphère affective et de faire place à la sphère cognitive. Le résultat peut être celui que cherchait Beckett, justement, c’est-à-dire un travail de création plus cérébral, plus détaché. À l’instar de Beckett qu’elle désigne dans Nord perdu comme un « explorateur intrépide et désopilant des lieux communs », Nancy Huston fouille dans les proverbes, déclare que, dans une langue acquise, apprise, étrangère « aucun lieu n’est jamais commun ».

3Le colloque international que nous avons organisé les 27-28 avril 2001 au sein du Centre d’études canadiennes Paris III-Sorbonne Nouvelle, en collaboration avec l’Université Brock, est à l’origine de cet ouvrage collectif. Lors de ce colloque, la participation de l’écrivaine a été un atout inestimable, et les organisateurs Jane Koustas (Université Brock) et moi-même (Sorbonne Nouvelle) avions rassemblé vingt-cinq intervenants de neuf pays autour du thème « Vision/division » qui centrait le débat sur les dimensions et stratégies du dédoublement et de la duplicité, autant sur les plans narratologique et structurel que sur les plans linguistique et interculturel. C’est la narratrice d’Instruments des ténèbres qui formule cette phrase qui suscite la réflexion : « Pas de vision sans division. Je ne cesse de comparer, combiner, séduire, traduire, trahir. J’ai le cœur et le cerveau fendus, comme les sabots du Malin. Anglais, français. » C’était un point de départ riche en possibilités, permettant à ce recueil de neuf essais d’analyser une œuvre où priment les thèmes de l’exil et de l’enfermement, de la musique et de la folie, de l’enfance et de la vieillesse d’une écrivaine qui, selon le Magazine littéraire, fait partie de ceux « qui ne cessent de détruire pour mieux pouvoir reconstruire ».

4Au tout début de ce livre, le lecteur découvrira un essai de Nancy Huston sur le film The Hours. Il s’agit en fait d’une réflexion fascinante sur la création, la vie et la mort : une vision qu’elle a dédoublée selon sa coutume en français et en anglais. Puis, parmi les auteurs de ce recueil d’essais, le lecteur trouvera des chercheurs irlandais, suisse, hongrois et américain aux côtés d’universitaires canadiens et français ; à l’exception toutefois du tout premier article de Frank Davey, les textes sont rédigés en français. L’ouvrage, placé sous le signe de la symétrie, est organisé en quatre parties : « Réception et démarches créatives », « Dislocation/identité », « Art/vie » et « Formes musicales et textuelles ». Les deux premières parties, binaires et convergentes, s’interrogent sur ce que le critique français Jean-Pierre Naugrette a appelé la schizophrénie culturelle et linguistique des bilingues, et sur le transfert culturel et identitaire de toute personne en exil pour qui, selon les termes de Huston lors d’un entretien, « l’actualité suppose le maintenant mais pas l’ici ». L’écrivain fait remarquer judicieusement l’arbitraire de la question d’identité : « Vous n’avez pas la tête remplie des mêmes images que vos frères et sœurs, vous ne regardez pas le même journal de vingt heures. » Ses œuvres aussi suggèrent que chacun se construit ainsi, « comme si l’actualité du monde vue à travers le prisme de son pays devenait une affaire personnelle ».

5La première partie, donc, dont le titre est « Réception et démarches créatives », est constituée de deux articles, l’un de Frank Davey, le second de Mary Gallagher, qui constatent tous deux l’insuffisance des réponses critiques sérieuses à l’œuvre de Huston (à la fois romanesque et non romanesque), des réponses limitées la plupart du temps à des écrits de type journalistique. Le texte de Frank Davey, intitulé « Big, Bad, and Little Known : the Anglophone-Canadian Nancy Huston », étudie la réception de l’œuvre de Huston aussi bien chez le grand public que chez les critiques. L’auteur suggère que, alors que Huston elle-même a accédé au statut de vedette, ses écrits au Canada demeurent exclus du canon littéraire, car ils sont déjà légitimés par des lectorats américains et français, et donc empreints d’un parfum de néocolonialisme. Si Frank Davey se penche sur le processus de fabrication d’images, et tend à attribuer l’ambivalence de la réception à des raisons d’ordre axiologique et idéologique, Mary Gallagher s’attache quant à elle à lier cette discrétion de la réception critique aux démarches créatives adoptées par Huston. Dans son essai intitulé « Nancy Huston ou la relation proliférante », elle fait remarquer que ses œuvres animées par une dynamique de déplacement échappent aux considérations de classifications de tout genre, et que l’auteure entretient dans ses écrits une relation fortement dialogique avec des figures d’autrui, ainsi qu’une prolifération de superpositions et d’intersections déstabilisantes.

6La deuxième partie, intitulée « Dislocation/identité », contient également deux articles. Christine Klein-Lataud, dans son texte « Langue et lieu de l’écriture », mêle des références à l’expérience d’autres écrivains bilingues à son étude des essais et des fictions de Huston où prime la métaphore du masque, afin d’amorcer une réflexion sur les notions de voix, de persona (qui d’origine signifie « masque »), et de sujet de l’écriture. Également intéressée par le processus d’interculturalité, Lise Gaboury-Diallo, de son côté, recourt à la notion d’« id-entité ». Dans un essai qui s’intitule « L’altérité assumée dans La virevolte et Instruments des ténèbres de Nancy Huston », elle étudie la question d’une altérité qui comprend la désubstantialisation de l’être et l’autoengendrement par la création. Ses analyses portent essentiellement sur deux romans de Huston, mais elle offre des bases de réflexion susceptibles d’apporter un éclairage sur le reste de l’œuvre.

7Dans la troisième partie de l’ouvrage, « Art/vie », le premier texte, « Stratégies de spatialisation et effets d’identification ou de distanciation dans Cantique des plaines », qui rappelle que Huston associe l’Alberta à l’abandon de la mère, le lecteur ne manquera pas de se souvenir que, dans le texte «A Tongue Called Mother», Huston cite Julia Kristeva, qui déclare que la mise à mort de la mère sous-tend toute création artistique, en ce sens que « tout changement de forme et de langage suppose un affrontement à ce qui garantit l’identité de manière archaïque et génétique ». Pamela Sing analyse donc le roman qui met en scène la province natale par le biais d’une textualisation d’un espace dysphorique. Dans l’article qui suit, Christine Lorre étudie la tension des liens entre création et procréation dans La virevolte, ainsi que le rapport de la protagoniste, danseuse-chorégraphe, au temps et à la mort à travers la maternité et l’art corporel qu’est la danse.

8La quatrième et dernière partie, intitulée « Formes musicales et textuelles », contient trois études formelles qui mettent en lumière les croisements entre la musique et la littérature chez cette romancière virtuose du clavecin. Ces croisements sont systémiques, et on ne manquera pas de remarquer que, dans un roman comme Instruments des ténèbres, la préoccupation ontologique centrale, « la lame froide, l’écart entre moi et le monde », est placée sous le signe du triton, cet intervalle qui de façon paradoxale incarne la dissonance à la perfection, au point d’être désigné comme l’accord du diable. Dans son article « Variations littéraires dans Les Variations Goldberg », Catherine Khordoc analyse le roman dont la structure narrative s’inspire de la célèbre composition de Jean-Sébastien Bach. Les réflexions sur la musique, sur la représentation, y problématisent la notion du temps : le temps de la composition, le temps de l’interprétation et de l’écoute. En examinant les jeux entre les voix et entre le temps et l’espace, à l’aide des concepts bakhtiniens de la polyphonie et du chronotope, la chercheuse suscite un questionnement sur le rôle de l’interprète et des auditeurs, dans le cas d’une représentation musicale, et parallèlement, de l’écrivain et de ses lecteurs-interprètes, dans le cas de la création et de la réception d’une œuvre littéraire. De son côté, dans son texte intitulé « L’expression contrapuntique : la fugue prodigieuse de Nancy Huston », David Powell examine comment les multiples voix dans le roman Prodige s’entrecroisent et se répondent en alternance, jouant des jeux de tonalité divers, pour finir par échafauder un ensemble complexe, touffu, et étrangement cohérent, tout comme les différentes voix d’une fugue : elles tendent toutes vers la même fin, mais les diverses voix se contredisent et se démentent jusqu’à se détruire. Le texte du chercheur, lui-même structuré d’après un ordre musical d’exposition, de contre-exposition et de coda, s’attache à montrer la déconstruction de l’illusion de l’harmonie finale. Enfin, l’article de Patricia-Léa Paillot qui clôt l’ouvrage, « Cacophonie corporelle dans Instruments of Darkness de Nancy Huston », analyse ce roman contrapuntique coulé dans le moule de la forme sonate, dont les éclatements et dislocations sont placés sous le signe de la scordatura, technique musicale baroque de la dissonance et de l’imprévu. À l’aide de concepts deleuziens, la chercheuse montre comment l’écrivaine désarticule le temps, l’espace, et les conventions littéraires comme la stridente rupture des accords du compositeur von Biber, pour passer d’une logique du sens à la logique de la sensation.

Auteur

Professeure de littérature canadienne et postcoloniale à l’Institut du Monde Anglophone de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Elle est Co-responsable du Centre d’études canadiennes

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter