Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

The Canadian Distinctiveness into the XXIst Century - La distinction canadienne au tournant du XXIe siecle

 | 
Chad Gaffield
, 
Karen L. Gould

Individuals, Collectivities, and the State / Individus, collectivités et État

Malentendus multiculturels : France, États-Unis, Canada

Denis Lacorne

Texte intégral

  • 1 Louise Beaudoin reprochait ainsi à Jospin d′avoir alimenté la cause des fédéralistes anglo-canadie (...)

1 La chose est suffisamment rare pour être soulignée : un Français qui a une opinion favorable du multiculturalisme, et pas n′importe quel Français, le premier ministre Lionel Jospin, lors d′une visite officielle à Ottawa, en décembre 1998 – pensant peut-être flatter ses hôtes – vanta les mérites du multiculturalisme canadien. Ce faisant, il créait un malentendu pour les futurs interlocuteurs qu′il devait rencontrer quelques jours plus tard au siège du Gouvernement du Québec1. Lionel Jospin n′avait pas saisi qu′au Canada, il y a multiculturalisme et multiculturalisme, et que la conception fédérale n′était pas compatible avec la conception québécoise d′une singularité ethno-politico-culturelle qui ne devait, à aucun prix, être noyée dans un vaste ensemble pluriel. Jospin ne connaissait pas l′histoire du multiculturalisme canadien ; il ne savait pas que, du point de vue québécois, la conception moderne du « multiculturalisme » tuait son ancêtre, le « biculturalisme anglo-québécois ».

2La notion de multiculturalisme n′est pas, malgré les apparences, une catégorie universelle. Les variantes du multiculturalisme français, américain, canadien, ne peuvent être comprises que si elles sont remises en leur contexte. Penser le multiculturalisme en contexte, c′est d′abord penser aux « formes primitives » du multiculturalisme, c′est-à-dire à ce qui exprimait une pluralité de cultures ou une différence culturelle, avant même que le mot soit inventé et popularisé par les médias.

3Concrètement, aux États-Unis, cela veut dire penser la tolérance religieuse et le pluralisme culturel ; au Canada, cela signifie penser le biculturalisme et le fédéralisme ; en France, la chose est nettement plus délicate, car il y a là une difficulté intrinsèque de notre histoire politique. On a du mal à raisonner en termes multiculturels, parce que le « multiculturalisme » relève de l′impensable politique.

  • 2 F. Melonio, Tocqueville et les Français, Paris, Aubier, 1993 : 36.

4Je m′explique : notre tradition centraliste, anti-pluraliste, est liée au triomphe de l′absolutisme monarchique, c′est-à-dire à la destruction des régions autonomes, du pouvoir des villes, des communes et des parlements provinciaux. La Révolution, dans sa phase jacobine, exagérait encore plus ces tendances en abolissant les privilèges et en effaçant de la carte de la France les vieilles provinces. La Révolution ôtait toute légitimité à la notion de pluralisme en idéologisant son contenu : désormais « le pluralisme n′était pensable que sous les catégories infamantes du privilège et de l′intérêt2 ». La décentralisation, le partage de la souveraineté, le fédéralisme étaient donc des notions contraires à l′esprit jacobin, au point même de constituer un « crime » inédit, le « crime de fédéralisme ». Voilà ce que disait Robespierre, à propos de ses adversaires girondins :

  • 3 M. de Robespierre, discours à la Convention, 24 septembre 1792, cité dans Laurence Cornu, « Fédéra (...)

[...] Nos accusateurs voulaient nous donner un gouvernement étranger à nos mœurs, étranger à nos principes d′égalité ; nous avons soupçonné qu′on voulait faire de la République française un amas de Républiques fédératives qui seraient sans cesse la proie des guerres civiles3.

Une impossibilité française : penser le multiculturalisme

  • 4 D. Schnapper, La communauté des citoyens. Sur l′idée moderne de nation, Paris, Gallimard, 1994 : 2 (...)
  • 5 Ibid., 49, souligné par l′auteur. Dans son dernier livre, Dominique Schnapper présente une concept (...)

5Revenons à l′époque moderne, au voyage de notre premier ministre au Canada. Qu′on ne s′y trompe pas, l′objet d′admiration, pour Jospin, était le « multiculturalisme des autres » ; il n′était pas question pour lui de défendre un type universel d′identité multiculturelle dont la France serait le modèle. Et comment l′aurait-il pu ? Car la France était, jusqu′à une période récente, le pays réfractaire par excellence aux idées multiculturelles. La conception française de l′identité nationale reste éminemment rousseauiste, centraliste, unitaire, jacobine. Notre Constitution et nos juges constitutionnels nous interdisent de penser la pluralité des peuples constitutifs de la nation française. Nos sociologues, et je parle des meilleurs, ne pouvaient, jusqu′à une date récente, concevoir une France qui soit autre chose qu′une communauté abstraite de citoyens, tous égaux devant la loi, tous capables de transcender leurs « appartenances particulières », tous « arrachés » à leurs identités d′origine par un acte de pure volonté politique4. Dominique Schnapper, dans La communauté des citoyens, écrivait ainsi, en 1994 : « C′est l′effort d′arrachement aux identités et aux appartenances vécues comme naturelles par l′abstraction de la citoyenneté qui caractérise en propre le projet national. Il existe une seule idée de la nation5. »

  • 6 C. Taylor, Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Aubier, 1994 : 57-58, 84-87.

6La nation, dans cette perspective, serait donc politiquement et culturellement neutre. On est loin des conceptions tayloriennes de la nation, fondées sur le refus de la neutralité culturelle de l′État, sur l′authentication d′une pluralité de cultures, et surtout sur la reconnaissance que ces cultures doivent s′épanouir pleinement, car elles exprimeraient, chacune à leur façon, des valeurs ou des mérites égaux. L′idéal français de l′intégration républicaine, quelles qu′en soient les variantes, s′oppose à l′idéal taylorien d′une « politique de la différence » fondée sur la dénonciation de « toutes les discriminations » et le refus de « toute citoyenneté de seconde classe6 ».

7En France, derrière le discours savant des sociologues, se profile un autre discours plus simpliste et réductionniste : le « jacobinisme réflexe » de nos intellectuels et de nos hommes politiques qui restent persuadés que la France est vraiment une République une et indivisible et qui ne peuvent concevoir le multiculturalisme comme autre chose qu′un complot visant à l′éclatement de la société française, une survivance sournoise du « crime fédéraliste », jadis dénoncé par les Jacobins.

8Les exemples abondent. Ils expriment parfois des considérations philosophiques et plus souvent des peurs, des craintes, des anxiétés liées à un autre phénomène qui n′a rien à voir avec notre passé jacobin, à savoir la découverte que la France est, comme les États-Unis ou le Canada, un pays d′immigrés. Il faut ici rappeler que la France a toujours été un pays d′immigrés, puisqu′environ un Français sur cinq a au moins un grand-parent qui n′est pas né en France. Mais peu de Français le savent : c′est dire la force des courants assimilationnistes dans notre imaginaire national.

  • 7 C. Jelen, Les casseurs de la République, Paris, Plon, 1997 : 14-5.

9Ainsi, l′essayiste et journaliste Christian Jelen, le fils d′un modeste artisan polonais immigré à Paris, qui devait son ascension sociale à son seul mérite et aux vertus du système d′enseignement public français, s′inquiétait en 1997 des dangers d′un multiculturalisme importé des États-Unis et mal adapté aux besoins de la France moderne. Il dénonçait, dans un pamphlet provocateur, la « régression multiculturelle », et la « lugubre perspective d′une société fragmentée en groupes ethniques » qui ne pourrait, à terme, que défaire « le lien national », pour aboutir, peut-être, à « la mort de la République7 ».

10La dénonciation du multiculturalisme n′est pas, en France, un phénomène qui se limiterait à la droite de l′échiquier politique. À droite, on craint le multiculturalisme, parce qu′on voit en lui un cheval de Troie : une philosophie perverse qui donnerait trop de pouvoir aux immigrés, à commencer par les Nord-Africains, qui seraient, si l′on en croit les partisans du Front National, « inassimilables ». La critique de l′extrême droite n′est pas surprenante : elle correspond à la persistance des vieux schémas de pensée racistes hérités de Gobineau, de Barrès, et de Maurras. La critique de la gauche est plus étonnante ; elle mérite une explication.

  • 8 R. Debray, La république expliquée à ma fille, Paris, Seuil, 1998.

11Les critiques de gauche proviennent de trois groupes différents : de l′intelligentsia ultra jacobine – représentée par des politiques comme Jean-Pierre Chevènement ou encore Régis Debray – des enseignants de l′école publique et enfin de certains groupes ou écoles sociologiques. Le premier courant est illustré dans un petit livre de Debray intitulé La République enseignée à ma fille. Dans cet opuscule, Debray exprime une forte inquiétude vis-à-vis de ce débat multiculturel qui nous vient d′Amérique, et il se demande si la transposition du débat en France ne risque pas, « exactement comme en Amérique », de détruire notre vie publique en y introduisant de dangereuses « passions identitaires8 ».

12Plus intéressante, parce que plus originale, est la démarche des partisans d′une école républicaine rénovée. Pour ceux-ci, la nouvelle mode de la pédagogie multiculturelle n′est qu′une régression démocratique qui s′inspire, pas toujours consciemment, des pires poncifs de la pensée contre-révolutionnaire d′un Burke, d′un Bonald ou d′un Maistre. Maistre, rappelons-le, était radicalement réfractaire à l′esprit des lumières, et l′humanisme universel n′était pour lui qu′une absurdité philosophique :

  • 9 J. de Maistre, cité dans Gérard Gengembre, La contre-révolution ou l′histoire désespérante, Paris, (...)

Il n′y a point d′homme dans le monde. J′ai vu, dans ma vie, des Français, des Italiens, des Russes, etc. ; je sais même grâce à Montesquieu, qu′on peut être persan ; mais quant à l′homme, je déclare ne l′avoir rencontré de ma vie ; s′il existe, c′est bien à mon insu9.

  • 10 O. Cousin, « Les élèves face à l′école républicaine », dans P. Statius dir., Actualité de l′école (...)
  • 11 N. Bissoondath, Selling Illusions : The Cult of Multiculturalism in Canada (Harmondsworth : Pengui (...)
  • 12 A. Pierrot, « École républicaine et multiculturalisme », Actualité de l′école républicaine, op. ci (...)

13Or le rôle de l′éducateur est d′enseigner les « valeurs communes » de la République. L′école n′est pas seulement un lieu de savoir et d′acquisition des connaissances, c′est aussi un instrument de promotion social10. La pédagogie multiculturelle est dénoncée en des termes qui rappellent les écrits de Neil Bissoondath au Canada11. Ainsi Alain Pierrot dénonce cette curieuse méthode d′apprentissage de la lecture utilisée dans certaines écoles de l′Est parisien, qui consistait à inviter des percussionnistes africains dans les classes de lecture, pour motiver les élèves, sous prétexte que ce qui était « bon pour l′identité » était nécessairement utile à la maîtrise de l′alphabet12.

  • 13 P. Statius, « La Crise de l′école républicaine : entre le constat vérifié et le fantasme à questio (...)
  • 14 L. Ferry et A. Renaut, cités (et réappropriés hors contexte) par P. Statius, ibid. : 145.

14D′autres éducateurs, comme le philosophe Pierre Statius, dénoncèrent le Centre d′Analyse et d′Intervention Sociologiques (CADIS) – l′équipe sociologique fondée par Alain Touraine et dirigée par Michel Wieviorka – en accusant ses membres de « reprendre et de transposer en France le débat anglo-saxon sur le multiculturalisme », tout en prétendant qu′il s′agirait là d′un « nouvel âge de la modernité13 ». Or qu′est-ce que la modernité selon Statius ? C′est l′idée de citoyenneté héritée de la philosophie des lumières, – une citoyenneté désincarnée qui se fonde sur « la possibilité d′une communication rationnelle entre les hommes » et qui pose « l′unité, au moins en droit, de l′humanité, par opposition à la barbarie qui, quelque forme qu′elle prenne, revient toujours à penser l′humanité comme essentiellement divisée (que ce soit en classes, ou même en cultures hétérogènes)14 ». Les grands mots sont lâchés : les partisans d′une sociologie multiculturelle ne seraient que des barbares.

15Enfin, Pierre Bourdieu et son disciple Loïc Wacquant ont développé un discours critique original qui dénonce les trois sophismes du multiculturalisme :

  1. Le « groupisme », c′est-à-dire la « réification de divisions sociales privilégiées canonisées par la bureaucratie étatique » ;
  2. Le « populisme », qui remplace l′analyse des structures de pouvoir par la « célébration de la culture des dominés », élevée au rang de « proto-théorie en acte » ;
  3. Le « moralisme », qui conduit à ignorer les réalités socioéconomiques et à disserter ad infinitum sur la « reconnaissance des identités », alors que la « triste réalité » se situe à un tout autre niveau : seulement un jeune sur dix issu d′une famille pauvre (un ménage gagnant moins de 15 000 dollars US) accédera à l′université, contre 94 pour cent des jeunes issus de familles disposant d′un revenu égal ou supérieur à 100 000 dollars US.
  • 15 P. Bourdieu et L. Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », Le Monde diplomatique, mai 2000 : (...)

16L′enjeu, en définitive, selon Bourdieu et Wacquant, n′est ni « ethnique », comme on le prétend, ni limité au « microcosme universitaire » et à la question « de la reconnaissance des cultures marginalisées par les canons académiques ». Il est d′une autre nature : il renvoie à l′« exclusion continuée des Noirs », tout en masquant la banqueroute du système américain d′enseignement public. La « triste réalité » est fondamentalement sociologique dans le sens le plus classique du terme : celle de l′accroissement des inégalités de classe. Dans cette perspective, le multiculturalisme est tout sauf un concept universel. Il ne serait que la manifestation spécifique du drame américain – celui de la discrimination raciale, des inégalités de classes et des inégalités d′accès au « capital culturel des classes supérieures15 ».

  • 16 Décision 91.290 DC, 9 mai 1991 (Décision sur le statut de la Corse). <www.conseil-constitutionnel.fr>

17Derrière le débat des éducateurs et des sociologues se profile une forte tradition jacobine admirablement pensée et théorisée par les juges constitutionnels français. L′exemple du « statut de la Corse », tel qu′il fut traité en 1991 par le Conseil Constitutionnel est révélateur. Le point de départ est une loi qui prétend innover à peu de frais en affirmant, pour satisfaire les revendications des nationalistes corses, que le « peuple corse » est une « composante du peuple français », et qu′il mérite un traitement territorial particulier de la part de l′État central. Cette redéfinition des composantes du peuple français est inacceptable pour les juges français, parce que contraire à la Constitution et à la Déclaration des droits de l′homme et du citoyen de 1789. « Le peuple de France », affirment-ils, est « une catégorie unitaire insusceptible de toute division16 ».

18Les juges du Conseil Constitutionnel légitimaient l′argument qui leur avait été présenté par les députés requérants, en ces termes d′un jacobinisme irréprochable :

  • 17 « Mémoire des députés requérants en réplique aux observations du gouvernement », cité dans L. Favo (...)

Admettre la consécration législative du peuple corse c′est admettre à plus ou moins brève échéance celle de ′peuple réunionnais′, de ′peuple martiniquais′, de ′peuple canaque′, etc. Or, ceci est directement contraire à l′article 2 de la Constitution qui interdit toute distinction à raison de l′origine ou de la race. Comment, en effet, distinguer le peuple corse des autres composantes du peuple français, sinon par l′origine ethnique ? Si le gouvernement a d′autres critères, qu′il les donne17.

19Le Conseil Constitutionnel n′a donc pas pris le risque d′ouvrir la boîte de Pandore.

  • 18 Décision 91.290 DC, 9 mai 1991. (Décision sur le statut de la Corse). <ww.conseil-constitutionnel.fr >

20À défaut de s′affirmer comme un « peuple » autonome, les Corses peuvent-ils pratiquer leur langue comme ils l′entendent ? Les juges du Conseil Constitutionnel donnent ici une réponse positive puisqu′ils acceptent l′article 53 de la loi qui prévoit « l′insertion dans le temps scolaire de l′enseignement de la langue et de la culture corses ». Ils précisent bien que « cet enseignement n′est pas contraire au principe d′égalité dès lors qu′il ne revêt pas un caractère obligatoire18 ». La langue corse a donc statut de langue à option, comme le latin, l′anglais, ou l′espagnol.

  • 19 Conseil Constitutionnel, Décision 99-412 DC, 15 juin 1999.

21Mais cet encouragement au pluralisme culturel est ténu. Il n′est en effet pas question que les Corses (ou les Basques et les Bretons) utilisent leur langue dans leurs rapports avec les fonctionnaires de l′État central et les juges des tribunaux locaux. La langue de la République reste bien le français (art. 2 de la Constitution), et la signature proposée par le premier ministre, de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires n′est pas, selon les juges, conforme à la Constitution française. Celle-ci, précisent-ils dans une décision de 1999, défend le « principe d′unicité du peuple français » ; elle interdit, par conséquent, que « soient reconnus des droits collectifs à quelque groupe que ce soit, défini par une communauté d′origine, de culture, de langue ou de croyance ». La Charte européenne des langues régionales, concluent les juges, est contraire à la Constitution puisqu′elle « confère des droits spécifiques à des ′groupes′ de locuteurs de langues régionales ou minoritaires, à l′intérieur de ′territoires′ dans lesquels ces langues sont pratiquées ». La Charte « porte [donc] atteinte aux principes constitutionnels d′indivisibilité de la République, d′égalité devant la loi et d′unicité du peuple français19 ».

Le biculturalisme canadien

  • 20 Voir K. McRoberts, Misconceiving Canada. The Struggle for National Unity (Toronto : Oxford Univers (...)
  • 21 J. Webber, Reimagining Canada (Montréal and Kingston : McGill-Queen′s University Press, 1994) : 62 (...)

22Existe-t-il un multiculturalisme canadien avant la création d′une politique multiculturelle fédérale ? La réponse est oui, à l′évidence. Mais il s′agit d′une forme particulière de multiculturalisme propre au Canada et qui a pour nom « biculturalisme ». Il n′est pas nécessaire de relire les écrits de Henri Bourassa pour saisir la nature d′un Canada « binaire », composé de deux nations fondatrices. Il suffit de se reporter au rapport préliminaire à la mise en place de la Commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme pour comprendre l′importance et la persistance d′une telle conception : la Commission devait préciser les étapes qui permettraient de « développer la Confédération canadienne sur la base d′un partenariat égal entre les deux races fondatrices ». Un tel projet était difficilement acceptable pour une nouvelle génération d′immigrés qui se sentait exclue du pacte fondateur et qui concevait le Canada comme une nation d′immigrés, à l′image des États-Unis. C′est pourquoi, sans doute, les critiques les plus vives contre les recommandations formulées par la « B and B Commission » furent exprimées par les représentants de groupes ethniques peu nombreux, mais bien structurés et politiquement actifs. Je pense en particulier aux virulentes critiques émises par deux Ukrainiens, le sénateur Paul Yuzyk et Jaroslav Bohdan Rudnyckyj – membre de la Commission royale et directeur du Département d′études slaves de l′Université du Manitoba20. C′est dans ce contexte critique que se développe la philosophie multiculturelle des fédéralistes. Manifestement, le multiculturalisme défendu par Pierre Trudeau au début des années 1970 menaçait le point de vue des nationalistes québécois ; il faisait du Québec une province comme les autres. Le bilinguisme officiel n′était qu′un moyen habile de déplacer les enjeux et les allégeances pour faire oublier aux Québécois l′importance d′une tradition authentiquement biculturelle. Le multiculturalisme fédéral s′inscrivait donc dans un projet plus large de destruction créatrice et de recomposition de la nation canadienne21.

  • 22 Voir la note n° 1.
  • 23 Qu′on se reporte ici à l′excellent ouvrage collectif de M. Venne, dir., Penser la Nation québécois (...)

23Mais la réalité canadienne est plus complexe qu′il apparaît au premier abord, et il n′est plus possible d′affirmer aujourd′hui, quoiqu′en pense Louise Beaudoin, que les nationalistes québécois sont réfractaires aux idées multiculturelles22. Il y a bien, au Québec, un « nouveau nationalisme » qui donne toute sa place à la pluralité des appartenances et des cultures des nouveaux immigrés et qui récuse par là même les tendances autoritaires et ethnocentriques du « vieux nationalisme23 ». Lionel Jospin n′avait donc pas tout à fait tort de vanter les mérites du multiculturalisme, mais que savait-il à l′époque du nouveau nationalisme québécois ?

Le pluralisme culturel des États-Unis

  • 24 Sur les origines du multiculturalisme américain, l′influence de Zangwill et de Kallen, voir D. Lac (...)

24Le fédéralisme américain et l′habitude américaine de s′imaginer comme une « nation de plusieurs peuples » facilitent à l′évidence l′acceptation d′une pensée multiculturelle. Penser le multiculturalisme américain, c′est d′abord se référer à ses « formes primitives », avant même l′usage du mot. Elles sont nombreuses, à commencer par la tradition anglo-hollandaise de la tolérance religieuse, sur laquelle John Rawls a écrit quelques bonnes pages dans Libéralisme politique ainsi que dans son fameux article consacré à la notion de « overlapping consensus ». Mais la définition la plus intéressante d′un « multiculturalisme d′avant la lettre » est sans doute celle du « pluralisme culturel », imaginée en 1924 par Horace Kallen, un disciple de William James, et un ami et contemporain de John Dewey24.

25Le « pluralisme culturel » conçu par Kallen est éminemment polémique. L′auteur de la formule s′inscrit en faux contre une autre tradition américaine : celle du « melting-pot », inventée, ou plutôt popularisée (car il s′agit d′une vieille métaphore industrielle), par un écrivain anglais – Israel Zangwill – qui rédigea, pour un public exclusivement américain, une pièce de théâtre intitulée The Melting-Pot. L′immense succès de cette pièce symbolisait le triomphe des idées assimilationnistes. Et pourtant la pièce fut très vite l′objet de critiques acerbes de la part de critiques littéraires qui l′estimaient trop « facile », et d′essayistes qui s′inquiétaient des effets nocifs d′une assimilation trop rapide sur les nouveaux immigrants. Kallen offre la plus intéressante des critiques d′une américanisation trop rapide. Son argument est étonnamment moderne car il repose sur la dénonciation de ce qui est déjà une forme de globalisation mondiale : la culture de masse, le rouleau compresseur de la société de consommation, tels qu′ils prenaient naissance sous ses yeux entre 1915 et 1924. Le grand danger pour Kallen était l′uniformité culturelle, c′est-à-dire une culture « américanisée », fondée sur le plus petit commun dénominateur des connaissances humaines ; une culture dominée par l′émergence d′une nouvelle presse « grand public » cherchant le scandale et la facilité pour mieux vendre ses titres. Il y avait donc un immense danger : l′utilisation par la presse des idées racistes à la mode – à commencer par celles d′un Ku Klux Klan en pleine résurgence.

  • 25 Sur les formes diverses du « patriotisme constitutionnel » américain, voir D. Lacorne, L′Invention (...)
  • 26 H. Kallen, Culture and Democracy in the United States (New York : Boni and Liveright, 1924) : 43.

26Kallen est le premier témoin critique d′une massification de la culture américaine. Il exprime une vraie nostalgie pour ces nombreux journaux d′immigrés allemands, polonais, juifs et cetera, qui préservaient avec talent des pans entiers de la culture européenne. Et il déplore, au moment de l′engagement américain dans la Première Guerre mondiale, le fait que les étrangers, et surtout les immigrés allemands, doivent oublier leur langue pour éviter l′accusation d′anti-patriotisme. C′est l′époque des grandes campagnes d′américanisation, de la recherche de cet être artificiel, éminemment contrôlable : l′« Américain à cent pour cent ». Tout cela, Kallen le déplore. Pour expliquer sa conception de la nation américaine, il a recours à des métaphores musicales : la polyphonie, par opposition au plain chant, ou encore l′orchestration d′une symphonie où chaque instrument préserve son timbre, sa sonorité, sa personnalité. C′est bien ainsi qu′il voit l′Amérique : une immense orchestration des peuples immigrés, une grandiose polyphonie. Mais sa polyphonie n′exclut pas une forte allégeance à un système politique préexistant, celui de la Constitution fédérale de 1787. Kallen souhaite que les États-Unis, cette « fédération de cultures nationales », maintiennent une véritable « vénération » pour le système créé de toutes pièces par les délégués de la Convention de Philadelphie25. Le seul, le vrai danger, pour lui, est le conformisme anglo-saxon et son excroissance monstrueuse : le darwinisme social et sa transposition populiste au sein du KKK. Le citoyen américain est donc placé devant une dramatique alternative. Il lui faut choisir, affirme Kallen, entre « la Kultur Klux Klan et le pluralisme culturel26 ».

Conclusion : La Corse n′est pas (encore) le Québec

27J′ai raisonné jusqu′ici en amont en proposant de m′interroger sur les « formes primitives du multiculturalisme » pour mieux comprendre la portée de ce concept polysémique, les usages, et les malentendus auxquels il a donné lieu. Or c′est bien en France qu′existe la difficulté la plus grande : notre incapacité à concevoir les conditions de possibilité d′un vrai multiculturalisme, notre gêne à penser le multiculturalisme, et notre tendance à ne pas comprendre ce qu′il signifie en Amérique du Nord. Et pourtant les mentalités françaises ne sont pas aussi jacobines ni aussi rigides qu′il apparaît au premier abord. Le débat sur la Corse de l′été 2000 est un bon révélateur des changements de mentalité qui pointent à l′horizon de notre univers politique.

  • 27 Propositions du gouvernement soumises aux représentants des élus de la Corse, Paris, 20 juillet 20 (...)

28En effet, des événements récents – la mise en place du processus dit « de Matignon » – sur l′initiative du premier ministre, Lionel Jospin, laissent entendre que le vieux jacobinisme français est moribond. Le processus de Matignon correspond à l′élaboration d′un projet de loi sur la Corse, qui fut soumis par le Gouvernement et accepté par l′Assemblée de Corse le 28 juillet 2000. Ce projet devait être soumis pour adoption au Parlement français au début de l′hiver 2001. Le processus a ceci de remarquable : pour la première fois dans l′histoire de la République, il permet à une région française (la Corse) de disposer d′une part de la souveraineté nationale. Il met en place un processus évolutif qui donne le droit à l′Assemblée de Corse d′expérimenter avec la loi nationale pour la modifier, si nécessaire, afin de tenir compte des particularités socio-économiques de la Corse. Or, « modifier une loi », c′est une façon modeste, certes, mais néanmoins réelle de « faire la loi ». Que dit en effet le texte de Matignon ? Il propose que le Parlement national donne « à la collectivité territoriale de la Corse la possibilité de déroger par ses délibérations à certaines dispositions législatives, dans des conditions que le Parlement définirait ». Ces « dérogations », ou encore ces « expérimentations », seraient jugées par le Parlement avant d′être généralisées dans une période plus lointaine qui nécessitera une révision de la Constitution en 200427.

29Ces propositions novatrices firent scandale au point de provoquer la démission du ministre de l′Intérieur, Jean-Pierre Chevènement, au nom des principes mêmes du jacobinisme dont ce dernier s′autoproclamait le meilleur des gardiens. Chevènement justifiait ainsi sa position dans un entretien au journal Le Monde, peu de temps avant sa démission :

  • 28 Entretien au Monde, 19 juillet 2000. Dans La République des bien-pensants, Paris, Plon, 1999, Jean (...)

Venons-en au fond : depuis la Révolution française, la République s′est définie par le règne de la loi, votée par le Parlement et devant laquelle tous les citoyens, sans distinction d′origine, sont placés en position d′égalité. À partir du moment où la France deviendrait une sorte de patchwork, juxtaposant des lois corses, franc-comtoises, savoyardes, basques, berrichonnes, bretonnes, alsaciennes, nous serions revenus à l′Ancien Régime. La République n′est pas, dans notre histoire, une parenthèse à refermer28.

  • 29 Propositions du gouvernement soumises aux représentants des élus de la Corse, op. cit.
  • 30 Sur les difficultés pratiques de cette future obligation, voir S. Le Bars, « Enseignement du corse (...)

30Les gardiens de la République ont aujourd′hui perdu la bataille, et le processus de Matignon suit son cours. Or ce processus ne met pas seulement en place une politique de dévolution législative ; il innove dans un autre domaine, lui aussi sans précédent en France, puisqu′il propose pour la Corse une nouvelle politique linguistique. Le projet de réforme annonce ainsi que « l′enseignement de la langue corse prendra place dans l′horaire scolaire normal des écoles maternelles et primaires et pourra ainsi être suivi par tous les élèves sauf volonté contraire des parents29 ». Apprendre le corse, dans cette optique, n′est plus choisir une matière à option, comme le prévoyait la loi sur le statut de la Corse de 1991. C′est une ardente obligation30.

31Il reste que la Corse n′est pas le Québec et que le peuple corse est toujours constitutionnellement privé du droit de s′ériger en « peuple ». Mais disposer du pouvoir de « modifier » des lois, c′est déjà posséder une part de la souveraineté. L′évolution politique en cours est donc riche d′enseignements ; elle signale la fin de ce que j′appelais la « difficulté française » à penser le multiculturalisme.

  • 31 Lionel Jospin, « Mon pari pour la Corse », Le Nouvel Observateur, 17 août 2000.
  • 32 Sur l'origine de cette devise et sa véritable signification, voir D. Lacorne, La Crise de l'identi (...)

32Lionel Jospin n′avait sans doute pas saisi la vraie nature du multiculturalisme canadien, lorsqu′il visita ce pays en 1998. Mais il poursuivit manifestement sa réflexion au point d′inscrire une problématique multiculturelle au cœur du processus de Matignon. Y a-t-il pour lui un bon modèle étranger du multiculturalisme ? Il est sans doute trop tôt pour répondre. La France n′est pas encore un pays fédéral même si elle avance timidement dans cette direction. L′utopie jospinienne est celle d′une République qui serait capable de « conjuguer unité et diversité31 ». La phrase est nouvelle dans le vocabulaire politique français. Elle est familière aux habitants du Nouveau Monde, puisqu′il s′agit au fond de la traduction française d′une vieille devise latine empruntée à un poème de Virgile (Moretum) et érigée depuis plus de deux siècles en devise officielle des États-Unis : E Pluribus Unum32. C′est ainsi, à coups de réformes graduelles et de petites phrases, que l′on met fin en France au fétichisme de la République une et indivisible.

Notes

1 Louise Beaudoin reprochait ainsi à Jospin d′avoir alimenté la cause des fédéralistes anglo-canadiens en vantant le mérite du multiculturalisme. Jospin faisait amende honorable en affirmant que la France était prête à accompagner la « voie politique » du Québec, quelles qu′en soient les conséquences. Voir Le Soir, 19 décembre 1998.

2 F. Melonio, Tocqueville et les Français, Paris, Aubier, 1993 : 36.

3 M. de Robespierre, discours à la Convention, 24 septembre 1792, cité dans Laurence Cornu, « Fédéralistes ! Et pourquoi ? » Dans La Gironde et les Girondins, F. Furet et M. Ozouf, dir. Paris, Payot, 1991 : 270.

4 D. Schnapper, La communauté des citoyens. Sur l′idée moderne de nation, Paris, Gallimard, 1994 : 24.

5 Ibid., 49, souligné par l′auteur. Dans son dernier livre, Dominique Schnapper présente une conception plus riche et plus nuancée du même débat. Lieu abstrait de la modernité politique, la citoyenneté est conçue par Schnapper, en situation, dans la relation dynamique qu′elle entretient avec les particularismes des « collectivités historiques » qui constituent la société réelle. Dans cette perspective, la sociologie de la citoyenneté ne peut ignorer les aspects affectifs du lien social. Or celui-ci est bien souvent imaginé comme « ethnique » par les acteurs sociaux. On peut le déplorer, comme on peut déplorer « l′ethnicisation constante » des relations sociales dans la société américaine, mais c′est là un phénomène imparable des sociétés démocratiques modernes. Le sociologue, conclut Schnapper, doit s′efforcer de penser « la dialectique de l′ethnique et du civique » ; il doit aussi réfléchir aux moyens de dépasser cette antinomie et sa décision ne peut être, en dernière instance, que philosophique et politique. Voir D. Schnapper, La Relation à l′autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, coll. Essais, 1998.

6 C. Taylor, Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Aubier, 1994 : 57-58, 84-87.

7 C. Jelen, Les casseurs de la République, Paris, Plon, 1997 : 14-5.

8 R. Debray, La république expliquée à ma fille, Paris, Seuil, 1998.

9 J. de Maistre, cité dans Gérard Gengembre, La contre-révolution ou l′histoire désespérante, Paris, Imago, 1989.

10 O. Cousin, « Les élèves face à l′école républicaine », dans P. Statius dir., Actualité de l′école républicaine ? Caen, Centre régional de documentation pédagogique de Basse-Normandie, 1998 : 95-107.

11 N. Bissoondath, Selling Illusions : The Cult of Multiculturalism in Canada (Harmondsworth : Penguin, 1994).

12 A. Pierrot, « École républicaine et multiculturalisme », Actualité de l′école républicaine, op. cit. : 116. Sur ce même type de débats aux États-Unis, voir D. Lacorne, La Crise de l′identité américaine. Du melting-pot au multiculturalisme, Paris, Fayard, 1997 : 243-82, ainsi que id., « Des coups de canon dans le vide ? La civilisation occidentale dans les universités américaines », Vingtième Siècle, n° 43, juillet 1994 : 4-17.

13 P. Statius, « La Crise de l′école républicaine : entre le constat vérifié et le fantasme à questionner », Actualité de l′école républicaine, op. cit. : 135-50. On trouvera une présentation complète des thèses du CADIS dans M. Wieviorka dir., Une Société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 1996.

14 L. Ferry et A. Renaut, cités (et réappropriés hors contexte) par P. Statius, ibid. : 145.

15 P. Bourdieu et L. Wacquant, « La nouvelle vulgate planétaire », Le Monde diplomatique, mai 2000 : 6-7.

16 Décision 91.290 DC, 9 mai 1991 (Décision sur le statut de la Corse). <www.conseil-constitutionnel.fr>

17 « Mémoire des députés requérants en réplique aux observations du gouvernement », cité dans L. Favoreu et L. Philip, dir., Les grandes décisions du Conseil Constitutionnel,7e édition, Paris, Sirey, 1993 : 764. F. Giacobbi, le président du Conseil Général de haute Corse, réagissait ainsi : « Quand vous reconnaissez le peuple corse à l′intérieur du peuple français, vous faites une distinction raciste. » Ibid.

18 Décision 91.290 DC, 9 mai 1991. (Décision sur le statut de la Corse). <ww.conseil-constitutionnel.fr >

19 Conseil Constitutionnel, Décision 99-412 DC, 15 juin 1999.

20 Voir K. McRoberts, Misconceiving Canada. The Struggle for National Unity (Toronto : Oxford University Press, 1997) : 117-36.

21 J. Webber, Reimagining Canada (Montréal and Kingston : McGill-Queen′s University Press, 1994) : 62-66. On trouvera en français une bonne analyse de ce débat dans A. Dieckhoff, La Nation dans tous ses États. Les identités nationales en mouvement, Paris, Flammarion, 2000 : 167-90.

22 Voir la note n° 1.

23 Qu′on se reporte ici à l′excellent ouvrage collectif de M. Venne, dir., Penser la Nation québécoise, Montréal, Québec-Amérique, 2000.

24 Sur les origines du multiculturalisme américain, l′influence de Zangwill et de Kallen, voir D. Lacorne, La Crise de l′identité américaine, 243-282.

25 Sur les formes diverses du « patriotisme constitutionnel » américain, voir D. Lacorne, L′Invention de la République. Le modèle américain, Paris, Hachette, coll. Pluriel, 1991.

26 H. Kallen, Culture and Democracy in the United States (New York : Boni and Liveright, 1924) : 43.

27 Propositions du gouvernement soumises aux représentants des élus de la Corse, Paris, 20 juillet 200.

28 Entretien au Monde, 19 juillet 2000. Dans La République des bien-pensants, Paris, Plon, 1999, Jean-Pierre Chevènement réaffirme sa philosophie rousseauiste et jacobine et dénonce toute dérive ethniciste. La France, pour lui, est une nation de citoyens égaux, une « création suprêmement politique » qui ne saurait donner place aux considérations d′origine ethnique ou régionale. La communauté des citoyens, affirme-t-il, est « délivrée de la sombre mythologie des origines », c′est ce qui lui a permis d′intégrer sans trop de problème des millions de nouveaux immigrés tout en restant fidèle « à sa langue, à sa culture, à sa manière d′être au monde », (107-108). La forme la plus extrême du jacobinisme français est bien illustrée dans un article récent de Jean-Luc Mélenchon, l′un des dirigeants de la « Gauche socialiste » et le secrétaire d′État à la formation professionnelle à l′époque : « Mieux vaudrait perdre la Corse que la République... L′ethnicisme sous toutes ses formes est un obscurantisme. Il conduit... à l′exclusion, au crime et à la guerre civile. Le dossier corse en est intrinsèquement empuanti. Les habitants de l′île en paient déjà le coût, dans le silence de la peur », Marianne, 28 août 2000.

29 Propositions du gouvernement soumises aux représentants des élus de la Corse, op. cit.

30 Sur les difficultés pratiques de cette future obligation, voir S. Le Bars, « Enseignement du corse : les principes de Matignon à l′épreuve du terrain », Le Monde, 8 octobre 2000.

31 Lionel Jospin, « Mon pari pour la Corse », Le Nouvel Observateur, 17 août 2000.

32 Sur l'origine de cette devise et sa véritable signification, voir D. Lacorne, La Crise de l'identité américaine, 278-279.

Auteur

Agrégé supérieur de recherche au Centre d′études et de recherches internationales (CERI) de la Fondation nationale des sciences politiques. Il est diplômé de l′Institut d′Études Politiques de Paris et détient un doctorat en sciences politiques de la Yale University. Il a enseigné les sciences politiques aux États-Unis, en Suisse, au Mexique et à l′Université du Québec à Montréal. À Paris, il donne des cours à l′Institut d′Études Politiques, à l′Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au campus parisien de la Stanford University. Ses plus récents livres sont La politique de Babel. Du monologuisme d′État au pluralisme des peuples, avec Toni Judt (2002) et La Crise de l′identité américaine. Du melting-pot au multiculturalisme (1997)

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr