Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Deuil d’un pays imaginé

 | 
Marcel Martel

Chapitre quatre. De l’euphorie au désenchantement : L’intervention gouvernementale québécoise (1956-1975)

Texte intégral

1Jusqu’en 1961, le gouvernement de la province de Québec intervient occasionnellement auprès des groupes canadiens-français établis à l’extérieur de ses frontières politiques. Il refuse d’agir directement, alléguant la division des pouvoirs établie par la Constitution de 1867, qui interdit toute intervention d’un gouvernement provincial dans les compétences de ses homologues. Cependant, il agit indirectement en accordant des subventions de quelques milliers de dollars au réseau institutionnel canadien-français incluant le Conseil.

2Les instigateurs du mouvement de modernisation de la société québécoise au moyen de son appareil étatique, mouvement appelé de Révolution tranquille, englobent parmi ses éventuels bénéficiaires les minorités canadiennes-françaises dispersées sur le continent nord-américain. Ils entendent faire intervenir l’État dans le domaine des relations avec ces francophones qui partagent, avec le Québec, un bagage culturel commun. Ces francophones d’outre-frontières justifient partiellement la prise en charge de l’unique État contrôlé par les Canadiens français et l’importance d’en accroître les pouvoirs pour promouvoir et protéger le fait français en Amérique du Nord.

3Le mandat d’aider ceux qui seront considérés comme les « rejetons de la dispersion française » revient au ministère des Affaires culturelles et à son Service du Canada français d’outre-frontières (SCFOF).

Les origines de l’action de l’État du Québec1

  • 1 Les parties sur les origines de l’action de l’État du Québec et le SCFOF dans ce chapitre ont déjà (...)

4Lorsque le Premier ministre Maurice Duplessis institue la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels en 1953, connue sous le nom de commission Tremblay, plusieurs participants estiment qu’elle leur permettra de renouveler leur appui à la théorie de l’autonomie provinciale passablement malmenée par le gouvernement fédéral et par le développement de l’État-providence canadien depuis 1945 (Durocher et Jean, 1971). Dans son mémoire, présenté au nom de tous les Canadiens français, le Conseil défend la thèse de l’autonomie provinciale en liant l’avenir des groupes français du Canada et des États-Unis à celui de la province de Québec : « Toute atteinte aux prérogatives de cette province, spécialement dans le domaine de l’éducation et celui de la vie sociale, lui paraît menacer plus ou moins la survivance ethnique de chacun de ces groupes. » Le Conseil fonde son argumentation sur le fait que l’Acte de l’Amérique du Nord britannique est d’abord un pacte entre les quatre provinces fondatrices. Par conséquent, chaque palier gouvernemental doit posséder les ressources fiscales nécessaires pour exercer pleinement son pouvoir législatif. Le Conseil condamne alors les efforts de centralisation des pouvoirs Fiscaux accomplis au cours des dernières années par le gouvernement fédéral (Conseil de la vie française en Amérique, 1953a : 1).

  • 2 Séance publique de la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels, 17 novembre (...)

5Le Conseil considère le compromis de 1867 comme étant aussi un pacte entre deux nations. À cet égard, la province de Québec exerce un rôle particulier. Elle tente d’amener les gouvernements fédéral et provinciaux à légiférer en respectant l’esprit du pacte confédératif qui reconnaît le caractère biculturel du pays. Il va de soi que le Québec devrait, selon le Conseil, « réclamer avec une sage fermeté des droits égaux pour les deux races officielles, au point de vue religieux et au point de vue culturel, non seulement dans le Québec mais dans tout le Canada2 ».

  • 3 Séance publique de la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels, 17 novembre (...)

6Dans leur rapport déposé en 1956, les commissaires traitent de la situation des minorités canadiennes-françaises à l’extérieur du Québec. Celles-ci, selon la Commission, sont des membres à part entière du Canada français, nation organique définie par des traits culturels. Bien qu’il relève les injustices dont souffrent les minorités francophones ainsi que les Canadiens français du Québec, bien qu’à un degré moindre, le rapport offre de maigres consolations aux francophones des avant-postes nationaux. Les commissaires s’opposent à toute intervention de l’État en leur faveur. Ils sont même hostiles à l’accroissement des pouvoirs de l’État. Pour cette raison et aussi par souci de défendre l’autonomie provinciale, les commissaires rejettent le point de vue exposé par le Conseil devant la Commission. Le Conseil propose d’accorder au gouvernement fédéral, dans les provinces qui négligent les groupes minoritaires canadiens-français, un droit « de remède et de suppléance temporaires [...] analogue à celui de l’article 93 », mais dans les domaines de la radio française ou des subventions à l’éducation3. L’appui des commissaires à la thèse de l’autonomie provinciale signifie également que la province de Québec ne dispose d’aucun droit pour secourir les minorités canadiennes-françaises. La province de Québec peut néanmoins exercer une pression morale sur les provinces anglaises pour les amener à respecter les droits de celles-ci. En fait, le salut des minorités canadiennes-françaises sera assuré par le réseau institutionnel, qui ne s’embarrasse ni des querelles de compétences entre les gouvernements ni de l’ingérence étatique (Province de Québec, 1956, 2 : 72-79).

7Les commissaires cantonnent le credo constitutionnel du Canada français dans le conservatisme. Ils accréditent la thèse de l’autonomie provinciale puisque chaque palier gouvernemental doit disposer d’un degré d’autonomie suffisant pour pouvoir remplir son rôle. Ce conservatisme fournit à bien des égards l’armature idéologique des changements qui surviennent dans les années subséquentes. La province de Québec, selon les commissaires, n’est pas une province comme les autres. D’une part, l’histoire en a fait le « foyer national » du Canada français. D’autre part, la constitution de 1867 reconnaît qu’elle est le « centre politique par excellence du Canada français » (Province de Québec, 1956, 2 : 62).

8Les commissaires rejettent les conclusions de la Commission Massey, déposées en 1951. Cette commission reconnaît, entre autres, le droit d’ingérence du gouvernement fédéral dans le secteur culturel. Les signataires du rapport n’établissent aucune distinction entre la culture et l’éducation. Celles-ci forment un tout indissociable, car la culture prolonge les efforts du système éducatif à former l’esprit. Comme l’éducation relève de la compétence des provinces, les commissaires confient la responsabilité de la culture aux provinces, limitant ainsi les interventions fédérales au domaine des communications. Ils autorisent même l’État provincial à intervenir dans le développement de la vie culturelle, se rangeant ainsi à l’avis de la SSJBM (Province de Québec, 1956, 2 : 235-242).

9L’idée d’une action gouvernementale dans le champ culturel est bien reçue par l’ancien chef du Parti libéral, Georges-Émile Lapalme. Son programme politique intitulé Pour une politique, rédigé en 1959 et diffusé auprès de quelques membres du parti, montre qu’il suit de près les transformations de la communauté internationale. Lapalme établit un parallèle entre l’évolution de la France et la volonté de celle-ci d’assurer le rayonnement de sa culture dans les pays francophones, spécialement dans son empire colonial en plein démantèlement, et le Québec vis-à-vis la francophonie nord-américaine. Puisque le fait français déborde les frontières québécoises, écrit Lapalme, « [dans] la terminologie française utilisée en France métropolitaine, il y a une expression qui fait penser au rôle que nous pouvons tenir, et cette expression, c’est : la France d’outre-mer. Nous avons un Canada français d’outre-frontières et c’est la province de Québec qui en est, en quelque sorte, la métropole. » Conséquemment, Lapalme envisage la création d’un service gouvernemental « qui serait le pôle d’attraction » tendant « à fondre en une seule et même culture, quelle que soit l’étendue du territoire, la population de tous les groupes français d’Amérique » (Lapalme, 1988 : 97).

Dans le contexte québécois, l’élément le plus universel est constitué par le fait français que nous nous devons de développer en profondeur. C’est par notre culture plus que par le nombre que nous nous imposerons. [...] Conscients de nos responsabilités envers les trois ou quatre millions de Canadiens français et d’Acadiens qui vivent au-delà de nos frontières, en Ontario, dans les Maritimes, dans l’Ouest, dans la Nouvelle-Angleterre et la Louisiane, le Québec se constituera la mère-patrie [sic] de tous. [...] C’est par la langue française et la culture que peut s’affirmer notre présence française sur le continent nord-américain. (Article 1 du programme politique du Parti libéral du Québec, Lapalme, 1988 : 315-316)

10Présenté aux élections de juin 1960, le programme politique du Parti libéral reprend l’essentiel des propositions contenues dans Pour une politique, dont celle relative à la création d’un ministère des Affaires culturelles (Lapalme, 1973, 3 : 207-208). En plus de l’Office de la langue française, ce ministère régirait le Département du Canada français d’outre-frontières, chargé de la préservation du fait français sur le continent nord-américain.

  • 4 Loi 18 instituant le ministère des Affaires culturelles, AUQAM, fonds Georges-Émile-Lapalme, 109P2 (...)
  • 5 Notes d’un discours prononcé à l’Assemblée législative par Jean Lesage en présentant le projet de (...)

11En mars 1961, le gouvernement dépose à l’Assemblée législative le projet de loi 18 instituant le ministère des Affaires culturelles. Le texte législatif et le bref débat parlementaire qui a suivi renseignent peu sur les intentions gouvernementales. Dans ses mémoires, Lapalme excuse ces imprécisions par le caractère innovateur de cette nouvelle structure administrative (Lapalme, 1973, 3 : 85-88). Ainsi, l’article 3 stipule que le ministère doit favoriser l’épanouissement de la culture dans la province et son rayonnement à l’extérieur. Deux articles seulement, les articles 16 et 17, définissent le rôle du Département du Canada français d’outre-frontières. Le premier précise que le lieutenant-gouverneur en conseil nomme le personnel de cet organisme alors que le second indique qu’il doit assurer le « rayonnement de la culture française en dehors des frontières de la Province4 ». Dans son discours à l’Assemblée législative, le chef du gouvernement déclare que ce rayonnement culturel vise à rapprocher les Canadiens français d’ici et d’ailleurs au moyen de tournées de conférenciers et d’échanges entre les étudiants, les enseignants et les membres d’une même profession. Ce rayonnement culturel touche également les immigrants puisque le Département a comme mandat de veiller à leur intégration à la culture canadienne-française5.

  • 6 Discours de Lapalme à l’Institut franco-américain de Bowdoin College, Brunswick, Maine, 16 juillet (...)
  • 7 Le rayonnement culturel du Québec, par G.-H. Dagneau, directeur du Service, 15 juin 1970, ANQQ, fo (...)

12Les discours et les contacts avec les minorités canadiennes-françaises et acadiennes permettent de mieux saisir les intentions gouvernementales. Tout d’abord, l’intervention étatique s’inscrit dans la mouvance de l’idéologie du rattrapage qui caractérise la Révolution tranquille et qui s’impose dans le domaine de l’aide aux minorités francophones, trop longtemps négligée. Jusqu’alors laissée au réseau institutionnel, l’aide aux groupes francophones devient une priorité gouvernementale6. Pour ce faire, le législateur préfère le domaine culturel à celui de l’éducation comme outil d’aide aux minorités francophones pour ainsi prévenir toute dispute constitutionnelle avec les gouvernements provinciaux7. Il privilégie le domaine culturel parce qu’il n’est pas l’apanage de l’un ou l’autre des gouvernements et qu’il offre une possibilité d’action à l’État québécois.

  • 8 Le voyage de juin 1963 à Potosi, dans l’État du Missouri, a marqué profondément Frégault. Il en pa (...)
  • 9 Lettre de Frégault à Lapalme, 25 juin 1963, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 37, dossier 244. Elle est pu (...)
  • 10 Notes d’un discours..., AUQAM, fonds Georges-Émile-Lapalme, 109P2C/5.

13L’intérêt que le Québec manifeste à l’égard des minorités francophones du continent s’explique par la volonté de construire un État. Cette volonté sous-tend la réflexion du sous-ministre des Affaires culturelles, Guy Frégault, à la suite de son séjour émouvant à Potosi8. Frégault écrit qu’il est certain que le SCFOF sensibilisera le Québec à la réalité de ces groupes minoritaires. Le SCFOF aura toutefois un effet pédagogique auprès de la population du Québec en l’amenant à prendre conscience du potentiel de l’État, ce nouvel instrument de l’action collective. L’ampleur et l’envergure des réalisations québécoises par rapport à celles de leurs compatriotes du continent, selon Frégault, ne « tiennent qu’à la supériorité relative de [leurs] moyens d’actions collectives. La population du Québec peut utiliser l’appareil d’un État, alors que les groupes francophones de l’extérieur sont réduits à s’appuyer sur des associations9. » Cette entreprise de construction étatique fonde sa légitimité sur la situation particulière du Québec dans l’ensemble nord-américain. Comme le signale le Premier ministre Lesage, le Québec : « [à] cause de sa cohésion et de sa force numérique, [...] doit en quelque sorte se considérer comme la mère-patrie [sic] de tous ceux qui, en Amérique du Nord, parlent notre langue10. »

  • 11 Conférence de Lapalme, ministre du MAC, prononcée devant les membres de l’Alliance française de Ne (...)

14L’ivresse de faire œuvre de pionnier, partagée par la bureaucratie embryonnaire, transporte Georges-Émile Lapalme, le premier ministre des Affaires culturelles, entré en fonction le 1er avril 1961. Le titre de mère patrie, que s’attribue le Québec parce qu’il « possède l’autorité législative, la force du nombre, l’encadrement de ses forces, les structures économiques et culturelles », l’habilite à aider les autres francophones. Son euphorie lui fait même commettre des erreurs d’appréciation, car il déclare que les Acadiens doivent aussi reconnaître le Québec comme leur mère patrie11.

  • 12 Allocution de Frégault à l’inauguration de la campagne 1962 de la Société nationale des Acadiens, (...)
  • 13 Allocution de Frégault à Portland devant l’Union Saint-Jean-Baptiste d’Amérique, 12 mai 1962, ANQQ (...)

15Ce ton impérialiste, dicté par une inconscience marquée des différences entre les groupes francophones, disparaît graduellement mais pas complètement. Obligé de préciser le sens des discours de Lapalme, Frégault explique que ces déclarations indiquent simplement aux groupes francophones à l’extérieur du Québec « qu’il existe, à leurs portes, une force, relativement considérable, sur laquelle ils peuvent compter. En somme, avec ce que nous avons, nous sommes disposés à vous épauler12. » Malgré cette rectification dans le ton, les propos des dirigeants du ministère contiennent les germes d’une césure prochaine avec ces milieux. Faire de l’État québécois le principal instrument de l’action collective pose un défi à la stratégie d’utiliser le réseau institutionnel à cette fin. Ensuite, l’identité du Québécois et du Canadien français repose sur le partage d’un bagage culturel commun, essentiellement celui de la langue française, qui les rattache tous à la communauté francophone internationale13. Ceci devient un discours novateur, car les dirigeants des groupes minoritaires affirment toujours que la foi et la langue forment un tout indissociable.

  • 14 Mémoire du Conseil de la vie française en Amérique au premier ministre, 18 décembre 1960, ANQQ, fo (...)

16L’annonce de la création du SCFOF est accueillie favorablement. La presse francophone québécoise y voit la reconnaissance, par le gouvernement, de ses responsabilités à l’égard des francophones de l’extérieur de la province (éditorial de Marius Girard, La Presse, 19 novembre 1960 : 4 ; éditorial, Le Soleil, 17 novembre 1960 : 4). Pour leur part, les groupements canadiens-français s’emploient à faire connaître leurs besoins. Le premier à intervenir, le Conseil, souhaite circonscrire, sinon enrayer, cette concurrence étatique. Il a intérêt à le faire puisqu’il risque de perdre sa subvention gouvernementale annuelle. À long terme, les ressources gouvernementales, incommensurablement supérieures aux siennes, mettent en cause son existence et démontrent ainsi la supériorité de l’État comme instrument de l’action collective. Lors de sa rencontre du 28 décembre 1960 avec le Premier ministre Lesage, le Conseil offre son expertise accumulée au fil des ans. En fait, il table sur l’inexpérience du ministère pour que celui-ci lui confie le mandat qu’exercera le futur SCFOF14.

  • 15 Procès-verbal de la 217e réunion du bureau du Conseil, 28 décembre 1960, CRCCF, fonds CVF, microfi (...)

17Les directeurs du Conseil jugent que ce premier contact avec les autorités politiques n’augure rien de bon pour l’avenir puisqu’elles font fi de leur offre de collaboration. Ils estiment néanmoins que l’État québécois n’ira pas de l’avant avec un organisme qui, en versant des subventions aux groupes minoritaires francophones, suscitera la critique de la part des autres gouvernements. Le pouvoir politique se rendra compte plus tard qu’il a avantage à recourir à un organisme privé pour l’accomplissement de ce mandat15.

  • 16 Rapport de la commission sur les problèmes d’actualité, procès-verbal de la 25e session du Conseil (...)
  • 17 Procès-verbal de la 239e réunion du bureau du Conseil, 21 mai 1963, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60 (...)

18Cette inquiétude à l’égard du futur SCFOF est un moindre mal par rapport à l’empressement des dirigeants des réseaux institutionnels provinciaux à faire affaire directement avec le ministère. L’exécutif du Conseil interprète ce geste comme un désaveu, mais toutefois les membres n’ont pas cette opinion. Lors de la session annuelle du Conseil en 1961, les membres demandent à leurs directeurs d’accepter la création de l’organisme gouvernemental. Au lieu d’en combattre la mise sur pied, ils les invitent à en infléchir l’orientation en veillant à la nomination du sous-ministre. Dans le combat qui s’engage entre les deux organismes, le Conseil a un atout. Le règlement de nombreux dossiers, tels que l’accès aux médias de communication dans sa langue, le soutien aux écoles et aux paroisses françaises, requiert l’exercice d’un lobby par un organisme privé auprès des autorités concernées. « Les minorités viendront toujours plus facilement se confier au Conseil qu’à un fonctionnaire », rappellent les membres du Conseil à leur bureau de direction16. En dépit de ces assurances, les directeurs ne semblent guère apprécier le fait que les associations provinciales frappent à la porte du ministère plutôt que de se rendre d’abord dans leurs bureaux17.

  • 18 Le directeur de l’orientation de l’Ordre rappelle les faits marquants de cette mobilisation à la r (...)

19Fidèle à sa mission de promotion des intérêts nationaux, l’Ordre de Jacques-Cartier orchestre la campagne de mobilisation des associations sur lesquelles il exerce son influence, afin de s’assurer d’une convergence entre les buts de l’organisme gouvernemental et les préoccupations des milieux minoritaires francophones. La FSSJBQ devient l’exécutante de son plan, dont la première étape consiste à soumettre un mémoire18.

  • 19 Dans sa lettre du 13 avril 1961 au secrétaire général de l’Association culturelle canadienne, le s (...)
  • 20 Mémoire de la FSSJBQ au ministère des Affaires culturelles, 1961, 34 p., ANQQ, fonds MAC E6, boîte (...)

20Présenté en 1961, le mémoire est le document le plus exhaustif jamais envoyé au gouvernement Lesage19. Il délimite la sphère d’intervention du SCFOF en invitant ce futur organisme à s’insérer dans le réseau institutionnel canadien-français. Le SCFOF n’a toutefois pas pour fonction de distribuer des fonds puisque la Fraternité française d’Amérique accomplit déjà cette tâche. Dans ces circonstances, il exerce un rôle supplétif par la mise en place des Maisons du Québec, responsables du rayonnement culturel20.

  • 21 Les dirigeants des milieux canadiens-français minoritaires déclarent à l’occasion qu’il est nécess (...)
  • 22 Mémoire de la FSSJBQ..., ANQQ, fonds MAC E6, boîte 32, dossier 129.

21Tous les participants, selon la FSSJBQ, trouveraient leur compte dans le projet des Maisons du Québec. Pour le gouvernement du Québec, ces maisons assureraient sa présence auprès des groupes francophones du continent nord-américain. Elles abriteraient les services économiques et culturels de la Province, tels qu’une cinémathèque et une bibliothèque, ainsi qu’une agence d’information qui aurait comme mandat de faire connaître le Québec et les minorités francophones21. Des agents de liaison, représentants officiels du Québec aux manifestations organisées par les groupements francophones, administreraient ces maisons. En ce qui concerne le choix de ces agents, le mémoire suggère au SCFOF de consulter les associations provinciales afin d’éviter tout conflit. Les groupes minoritaires canadiens-français profiteraient nécessairement de ces maisons puisqu’elles seraient établies dans les principaux centres francophones. Les associations provinciales pourraient y installer leurs secrétariats, réglant ainsi le problème de l’établissement de leurs permanences22.

  • 23 Le mémoire de l’épiscopat de langue française de l’Ouest plaide aussi en faveur de la colonisation (...)
  • 24 Mémoire de la FSSJBQ..., ANQQ, fonds MAC E6, boîte 32, dossier 129.

22Le mémoire propose aussi une série d’interventions couvrant divers aspects de la vie du francophone minoritaire. Pour assurer un apport démographique continu, il recommande au SCFOF d’intervenir dans les migrations interprovinciales. Le SCFOF dirigerait les émigrants de la province de Québec vers les milieux francophones des autres provinces et vice versa23. En ce qui concerne l’éducation, la FSSJBQ préconise la mise sur pied d’un régime de bourses pour faciliter la venue de jeunes Canadiens français dans les établissements d’enseignement du Québec. Au chapitre des activités culturelles, le mémoire propose d’instituer des échanges entre les Canadiens français, des tournées de conférenciers et de troupes théâtrales. Le mémoire invite même le SCFOF à offrir des émissions radiophoniques et télévisuelles aux associations provinciales24.

  • 25 Lettre du secrétaire de l’Ordre à Jean Patoine, secrétaire général de l’ACFA, 2 mars 1961, ANC, fo (...)
  • 26 Lettre non datée à l’ACFEO sollicitant une lettre d’appui aux candidatures de Laporte et Cyr. La c (...)
  • 27 Lettre S. CX à Roch Biais, président FSSJBO, 13 avril 1961, ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 41, c (...)

23La campagne de l’Ordre prend fin avec la nomination du personnel du ministère des Affaires culturelles. Aussitôt le ministère mis sur pied, l’Ordre tente d’obtenir que le sous-ministre et le directeur du SCFOF proviennent de ses rangs. Il lui faut cependant composer avec la volonté gouvernementale d’attribuer ces postes à des personnes originaires du Québec plutôt que des milieux minoritaires pour éviter de marquer une quelconque préférence dans le choix de candidats de l’extérieur du Québec25. Dans ces circonstances, son exécutante, la FSSJBQ, conseille aux associations provinciales d’appuyer la candidature du journaliste Pierre Laporte au poste de sous-ministre et celle de Roger Cyr, organisateur de la FSSJBQ, à la fonction de directeur du SCFOF26. Le désistement de Laporte désarçonne l’Ordre27. La Patente approuve la nomination de Guy Frégault au poste de sous-ministre par le ministre Lapalme en avril 1961.

  • 28 Dans une lettre du 26 juin 1963, Lapalme informe André Rousseau que 107 personnes ont soumis leurs (...)

24Deux années s’écoulent entre la création du SCFOF et l’entrée en fonction de son directeur. Dans ses mémoires, Frégault impute ce retard au manque de ressources financières (Frégault, 1976 : 36-37). Au terme d’un concours public, Georges-Henri Dagneau, ancien secrétaire du service d’étude de l’Association professionnelle des industriels et ancien journaliste au quotidien Le Droit, devient directeur en juillet 1963. Il entre en fonction le 1er septembre suivant28. Cette nomination reflète peut-être le désir de prendre une personne de l’extérieur du réseau institutionnel canadien-français très actif dans ce dossier. Ou encore, cette nomination témoigne de l’intention de bâtir une fonction publique recrutée d’après le mérite des candidats et non sous la pression d’un quelconque réseau (voir Simard, 1989 : 184).

Le Service du Canada français d’outre-frontières : agir avec peu de moyens

  • 29 Discours prononcé par le ministre Lapalme à l’Institut franco-américain de Bowdoin College, Brunsw (...)

25Jusqu’à l’entrée en fonction du directeur du SCFOF, les relations avec les Canadiens français d’outre-frontières relèvent directement du ministère des Affaires culturelles. Les associations provinciales ne perdent pas un instant pour informer le ministère de leurs besoins financiers. Devant un tel afflux de demandes, il apparaît urgent de modérer leur appétit. Le titulaire des Affaires culturelles pose sans équivoque une limite à la générosité du Québec. Tout comme le ministère dont il relève, le SCFOF n’a pas le mandat de distribuer des millions. Le ministre rappelle que « nous avons des choses à bâtir [au Québec], Mais la province de Québec acceptera que l’on divertisse un peu de ces sommes qu’elle donne en faveur de ceux qui maintiennent en dehors de ses frontières une culture et une langue [françaises]29. » Il est prêt à subvenir ponctuellement aux besoins financiers des groupes francophones, mais le ministère refuse d’être le bailleur de fonds de leurs associations. Quant au litigieux problème des subventions aux établissements scolaires de l’extérieur du Québec, le SCFOF s’abstiendra de les financer directement. Par contre, le ministre Lapalme envisage de verser à des intermédiaires du réseau institutionnel canadien-français des subventions à de telles fins (Le Soleil, 2 mai 1962 : 3). Une telle solution requiert au préalable l’identification de ces intermédiaires.

  • 30 Lettre de Lapalme à Guy Gagnon, secrétaire exécutif du Premier ministre, 15 janvier 1963, ANQQ, fo (...)

26Pour éviter tout faux pas, le responsable du SCFOF doit d’abord inventorier le milieu canadien-français30. En 1963, le directeur visite les principaux centres canadiens-français et acadiens. Il s’agit d’une prise de contact avec les groupes canadiens-français indispensable à l’élaboration d’une politique gouvernementale conciliant les vues du ministère et celles des dirigeants des réseaux institutionnels provinciaux. De plus, face à la multitude de groupes qui frappent aux portes du ministère, Dagneau doit élaborer une procédure d’attribution de subventions exempte d’influence indue.

  • 31 Mémoire en vue d’aider l’orientation générale du SCFOF par Georges-Henri Dagneau, directeur du SCF (...)

27Dès mars 1964, le ministre Lapalme reçoit la politique sur les minorités canadiennes-françaises qui se rattache à l’objectif global de construction de l’État. D’abord, le directeur rappelle que le Québec a le devoir de diffuser la culture française, indépendamment de son devenir politique au sein de la Confédération. Cette obligation devient urgente devant la situation démolinguistique des francophones des autres provinces qui entrent, selon Dagneau, dans une phase critique de leur développement. Ces communautés ont été constituées pour la plupart à la fin du siècle dernier ou au début du présent siècle, et les francophones qui les composent sont de la deuxième ou de la troisième génération. D’après le directeur, cette troisième génération sera celle qui effectuera un choix déterminant, celui de la sauvegarde de son identité ou celui de l’assimilation. Dans ces circonstances, un soutien de nature culturelle du Québec les aidera « à franchir cette passe difficile31 ». Le directeur évalue cependant le contexte favorable à l’action gouvernementale. Le prestige grandissant du français sur la scène internationale et la réceptivité des gouvernements provinciaux aux griefs des francophones favorisent la promotion de la culture française au pays.

  • 32 Voir note 31.

28Dans la mise en œuvre de cette politique, le SCFOF a pour règle de conduite d’aider les francophones à s’aider eux-mêmes. Par conséquent, il tâche de trouver sa niche dans le réseau institutionnel canadien-français et non à le prendre en charge. Il soutient donc principalement, mais non exclusivement, les associations œuvrant déjà dans les provinces, du moins à court terme. Cet énoncé implique que le SCFOF ouvre la porte à ceux qui, sans nécessairement être canadiens-français, s’intéressent à la culture francophone en Amérique. Un tel soutien suscite une certaine animosité chez les dirigeants du réseau institutionnel32.

  • 33 Voir note 31. Le directeur du SCFOF présente cette politique entre autres devant l’Alliance frança (...)

29Au chapitre des moyens, le SCFOF privilégie la mise sur pied d’activités culturelles qui profiteront aux francophones du continent nord-américain tout en proposant des actions spécifiques, comme l’attribution de subventions, pour satisfaire des besoins particuliers. Il s’abstient d’intervenir directement dans l’éducation par respect de l’autonomie des autres gouvernements dans ce domaine. De plus, le directeur encourage le ministre à développer la recherche scientifique sur les groupes francophones pour ainsi guider les actions du SCFOF. À cette fin, un conseil consultatif formé par le ministre orientera les politiques relatives aux francophones hors Québec33.

  • 34 En mars 1964, puis de nouveau en juillet 1966 et en juin 1970, le directeur demande un budget de 5 (...)
  • 35 Dans sa lettre du 22 août 1963, Frégault avise Dagneau de l’impossibilité d’engager les neuf colla (...)
  • 36 Frégault rapporte que Lapalme lui a fait part, au printemps 1961, de son objectif d’obtenir 1 % du (...)

30Cet énoncé de politique entraîne peu de retombées. Le budget de fonctionnement du SCFOF atteint presque 50 000 $34. L’énoncé ne favorise en rien la croissance des effectifs puisque cinq personnes au total travaillent pour le SCFOF35. Ces contraintes s’expliquent par le fait que ce service dépend d’un ministère qui, malgré les magnifiques ambitions de Lapalme, ne reçoit qu’une part minime du budget du gouvernement québécois. Au sein même de ce ministère, le directeur du SCFOF défend un budget destiné à aider des groupes dénués de tout intérêt électoral pour le parti politique au pouvoir. A ces considérations électoralistes, il faut ajouter le fait que le ministère a comme priorité de combler les nombreux retards au chapitre des infrastructures culturelles. Conformément à la philosophie du ministère, pour pouvoir rayonner à l’extérieur, le Québec doit d’abord être plus solide sur le plan culturel36.

  • 37 Lettre du ministre Lapalme au secrétaire exécutif du Premier ministre, 15 janvier 1963, ANQQ, fond (...)
  • 38 Lettre de Dagneau au président général des associations, 7 février 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/33 (...)

31Deux des projets soumis en mars 1964 sont acceptés. Le dossier d’un régime de bourses d’études destinées aux étudiants canadiens-français de l’extérieur du Québec est rapidement créé en raison de la communauté d’intérêts des groupes en présence. Les associations provinciales l’approuvent à la condition que le boursier revienne travailler dans son milieu après ses études. Du côté gouvernemental, en janvier 1963, Lapalme indique au secrétaire exécutif du Premier ministre son intention d’offrir des bourses d’études pour améliorer la connaissance de la langue maternelle chez les francophones du continent37. Il ne reste plus qu’à concrétiser cette volonté. Les organismes gouvernementaux concernés refusent cependant, d’entrée de jeu, d’en assumer la gestion. D’une part, le SCFOF n’a ni le mandat ni l’expertise dans le domaine des équivalences de cours et encore moins le personnel pour s’occuper de celles-ci. D’autre part, le Service d’aide aux étudiants du ministère de la Jeunesse invoque le respect de l’autonomie provinciale en matière d’éducation pour refuser de verser des bourses à des étudiants originaires des autres provinces. Toutefois sa réticence concerne la gestion d’un tel régime qui requiert des changements législatifs supprimant l’obligation pour le candidat d’avoir à résider au moins deux ans au Québec pour être admissible au programme. Il faut aussi l’obliger à séjourner dans sa province à la fin de ses études pendant un nombre d’années déterminé et créer, également, les mécanismes nécessaires au suivi des dossiers38.

  • 39 Lettre de Dagneau au président général des associations, 7 février 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/33 (...)

32Confronté à ces faits, le directeur présente une solution temporaire, qui deviendra permanente par la suite, aux associations provinciales des minorités en février 1964. Son organisme attribue les fonds à chacune des associations représentatives des francophones tout en conservant le droit de refuser les demandes qui lui sont soumises. En contrepartie, les associations provinciales gèrent le programme, c’est-à-dire qu’elles veillent à la publicité, à la sélection et au suivi des dossiers. Elles déterminent elles-mêmes les disciplines scolaires à privilégier, mais le SCFOF les incite à contribuer au financement du programme de bourses39.

  • 40 Extrait d’une lettre document de G.-H. Dagneau, 2 juillet 1964, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, doss (...)

33Le second projet, la création du bulletin d’information Québec-Amérique destiné aux médias, est conçu initialement comme un moyen de renseigner les Québécois et les francophones du continent sur les activités qui se déroulent dans leur coin de pays. Lancé en avril 1966, le bulletin ne connaît pas le succès espéré. Il n’y a que deux employés pour dépouiller l’ensemble de la presse francophone nord-américaine. Ce manque de personnel empêche la conversion du bulletin mensuel en hebdomadaire, ce qui le rend par le fait même moins attrayant pour les médias d’information. La volonté ministérielle de promouvoir le Québec auprès des francophones du continent compromet l’existence de Québec-Amérique. Les dirigeants des réseaux institutionnels provinciaux considèrent que cet outil de communication peut contribuer à accroître la cohésion entre eux par la diffusion d’information sur leurs expériences et non sur celles des communautés québécoises40.

34Par ailleurs, le SCFOF étudie les modalités des subventions aux minorités francophones du continent. La mise en place de programmes de subventions le conduit à travailler avec le réseau institutionnel et donc à choisir un représentant national. Ce choix devient toutefois politique.

  • 41 Document sur les affinités entre le SCFOF et le CCAELF, sans date, 3 p., ANQQ, fonds MAC E6, boîte (...)

35Le SCFOF désire collaborer avec un organisme représentatif des communautés minoritaires francophones, à l’exclusion toutefois du Conseil, car il juge que la ville de Québec y est trop fortement représentée. Il choisit le Conseil canadien des associations d’éducation de langue française (CCAELF), créé en 1959. Le choix du CCAELF s’explique, selon le ministère, par le fait que cet organisme marque l’avènement d’une certaine modernité dans le réseau institutionnel. À la différence de celui de l’ACELF, le champ d’action du CCAELF embrasse les domaines culturel et éducatif. Sur le plan organisationnel, chacune des associations provinciales d’éducation y délègue un représentant. La direction est élue, ce qui assure le renouvellement des cadres. À cet égard, le Conseil échoue le test de la modernité, car il souffre d’un manque de pratique démocratique. La cooptation de ses membres enfermerait cet organisme dans un conservatisme qui se répercuterait sur son discours et ses actions41.

  • 42 Rapport d’une page de l’entrevue avec Pierre Laporte, ministre des Affaires culturelles, 4 novembr (...)
  • 43 Compte rendu du souper entre le bureau du Conseil et le ministre Laporte, le 28 mai 1965, à la vei (...)

36Cette première incursion gouvernementale dans le monde politique francophone des milieux minoritaires provoque l’animosité. Le choix du CCAELF par le SCFOF n’améliore en rien les relations de celui-ci avec le Conseil. Les membres du Conseil prêchent cependant la patience à leurs directeurs jusqu’à un retournement de conjoncture. L’arrivée de Pierre Laporte à la tête du ministère en septembre 1964 est de bon augure pour le Conseil, car le nouveau ministre est bien connu dans le milieu institutionnel. En novembre 1964, lorsque le ministère revoit ses effectifs et ses orientations, Laporte invite le Conseil à lui donner son avis sur l’attribution des fonds aux groupements francophones du continent42. Le Conseil pose toutefois une condition : il faut régler le cas de l’alliance SCFOF-CCAELF. Il réussit à écarter sa concurrente, mais son succès est de courte durée43.

37Le rapprochement du Conseil et du SCFOF a lieu dans une conjoncture difficile. Les demandes d’aide du réseau institutionnel canadien-français croissent par suite des difficultés financières qui affectent plusieurs de ses composantes dont celles de la Colombie-Britannique (Savas, 1987). Dans le cas de la Saskatchewan, l’analyse des états financiers de l’ACFCS pour cette période indique une fluctuation des revenus en provenance du milieu (Allaire, 1993a).

  • 44 Procès-verbal de la réunion des sociétés provinciales pour discuter de l’organisation en commun d’ (...)

38La crise financière de l’ACFEO est due à son peu d’empressement à régler les problèmes qui ont surgi au cours des années 1950 et à ses choix budgétaires qui, à la longue, deviennent un boulet financier. L’ACFEO prend conscience que tout un pan de l’Ontario français échappe à son contrôle, ce qui pose des défis à sa stratégie d’encadrement et à ses mécanismes de financement. Confrontée à ce problème, l’ACFEO opte, à partir de 1957, pour la réalisation d’un rêve : avoir son siège social à Ottawa44. Elle achète une maison, connue plus tard sous le nom de Maison franco-ontarienne, qui rapidement ne répond plus à ses besoins et dont la gestion devient déficitaire.

  • 45 États Financiers de l’ACFEO, 1963 et 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/427/15.
  • 46 Lettre du ministre Lapalme à l’ACFEO, 21 avril 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/297/1. Les difficultés (...)

39En 1962, l’ACFEO lance le projet de construction de la Maison franco-ontarienne, financée au moyen d’une souscription de 100 000 $. Toutefois, les lendemains sont difficiles. La souscription populaire ne rapporte que 30 000 $, soit 30 % de l’objectif45. La subvention de 25 000 $ du ministère des Affaires culturelles soulage un peu les finances de la Maison, dont le manque à gagner est de 83 350 $ en avril 196446. Au moment de la prise de possession de ses locaux neufs à l’automne de 1964, l’ACFEO s’aperçoit que sa situation financière s’est gravement détériorée. Ses dépenses croissent alors que les résultats de sa souscription annuelle stagnent à 30 000 $, puis décroissent après 1961, comme l’indique la figure 4.1.

  • 47 Lettre de Roger Charbonneau aux officiers des conseils régionaux et locaux, 28 avril 1964, CRCCF, (...)

40Jusqu’à l’éclatement de la crise financière en 1964, les revenus d’intérêts de l’ACFEO lui permettent de remettre à plus tard la révision de son mode de financement. En avril 1964, l’ACFEO doit cependant lancer un appel pressant pour sortir de son enlisement financier. Tout en conservant la souscription dans les paroisses et la perception du sou scolaire, elle introduit une cotisation de 50 $ auprès des divers regroupements de l’Ontario français comme nouveau moyen de perception de revenus. L’ACFEO demande aussi aux membres du conseil d’administration et aux présidents locaux de lui verser annuellement une somme de 10 $47.

FIGURE 4.1. Évolution financière de l’ACFEO (1956-1969)

FIGURE 4.1. Évolution financière de l’ACFEO (1956-1969)

Source : États financiers de l’ACFEO, CRCCF, fonds ACFEO

  • 48 Mémoire de l’ACFEO au MAC à propos de l’engagement d’un agent de relations culturelles pour tout l (...)

41Le plan de financement de l’ACFEO comporte une part de risque, mais recèle aussi, par suite de cette crise financière, un effet déclencheur, celui d’apporter des solutions à des problèmes négligés, et catalyse une réaction, car elle favorise la remise en question du leadership et du discours dominant. Par l’intermédiaire de l’Association de la jeunesse franco-ontarienne, les jeunes critiquent le discours et la culture politique du secret du leadership grisonnant. Les régions du sud et du centre de l’Ontario et les associations affiliées demandent à l’ACFEO d’être présente dans le milieu. L’ACFEO fait quelques concessions en croyant qu’elles suffiront à ramener l’harmonie. Elle fonde un bulletin d’information, Vie franco-ontarienne, qui renseigne sur ses activités et celles de l’Ontario français. Elle élabore également une stratégie de développement qui prévoit l’engagement d’agents de liaison et l’établissement d’un bureau régional à Toronto, lequel servirait de centre culturel pour les Canadiens français. Son plan projette l’ouverture prochaine d’autres bureaux dans les régions de Sault-Sainte-Marie et de Fort William. Pour sa réalisation, l’ACFEO compte sur une subvention du ministère des Affaires culturelles de l’ordre de 25 000 $, versée pendant quatre ans, puisque le réseau institutionnel canadien-français est incapable de lui apporter ce genre d’aide48.

  • 49 Procès-verbaux des 264e, 265e, 266e et 267e réunions du bureau du Conseil, 15 janvier, 18 mars, 27 (...)

42S’étant retiré de la Fraternité française d’Amérique en 1963, le Conseil fonde en 1966 avec des Sociétés Saint-Jean-Baptiste un nouvel organisme d’aide aux minorités canadiennes-françaises : l’Entraide culturelle française. Grâce aux profits de la vente d’agendas et aux souscriptions populaires et individuelles, cet organisme espère créer un fonds qui atteindra un million de dollars. L’échec des souscriptions populaires—la Société Saint-Jean-Baptiste ne recueille que 2 000 $ dans les paroisses du diocèse de Québec en 1966 — amène l’abandon de cette source de revenus49.

  • 50 Procès-verbaux des 263e et 264e réunions du bureau du Conseil, 6 novembre 1965 et 15 janvier 1966, (...)

43Cet échec n’aide en rien le Conseil. Son importante réserve accumulée dans le fonds Jean-Talon génère suffisamment de revenus pour reporter au milieu des années 1960 ses premiers bilans financiers négatifs. La figure 2.3 montre cependant que le Conseil doit trouver de nouvelles sources de revenus par suite de l’abandon de la vente des calendriers et de la perte de sa subvention gouvernementale. Quant au sou de la Survivance, la réforme du système scolaire québécois en rend la perception difficile. Cette réforme écarte les inspecteurs scolaires qui forment l’armée de solliciteurs du Conseil. Le Conseil échoue dans sa tentative de convaincre les fonctionnaires d’inciter les élèves à soutenir financièrement les communautés minoritaires canadiennes-françaises, ce qui explique la décroissance du sou de la Survivance, à compter de 196450. La baisse des revenus du Conseil l’empêche d’aider les réseaux institutionnels des communautés canadiennes-françaises.

  • 51 Procès-verbal du 6e congrès du CCAELF tenu à Québec, les 18 et 19 septembre 1964, CRCCF, fonds CCA (...)
  • 52 Procès-verbal du congrès du CCAELF à Québec, les 28 et 29 mai 1965, CRCCF, fonds CCAELF, C62/2/1.

44Le CCAELF et plus tard le Conseil, lorsqu’il devient le représentant officieux, font part des préoccupations de leurs membres au ministère des Affaires culturelles. En 1964, le CCAELF propose la mise sur pied d’un fonds de 1 000 000 $, dont les intérêts seraient déposés dans les coffres des associations provinciales d’éducation51. En raison du modeste budget du ministère, le CCAELF est amené à présenter une proposition plus réaliste : subventionner les secrétariats des associations provinciales sur une période de cinq ans. Les sommes, calculées en fonction du poids démographique de chacun des groupes francophones, seraient de 40 000 $ pour l’ACFEO, de 20 000 $ pour le Nouveau-Brunswick, de 10 000$ pour chacune des provinces de l’Ouest, et de 5 000 $ pour l’île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Ecosse. Cette proposition ne cadre guère avec les objectifs du ministère52.

  • 53 Mémoire en vue d’aider à l’orientation générale du SCFOF, 30 mars 1964, ANQQ, fonds MAC E6, boîte (...)

45Le SCFOF considère les subventions comme des expédients qui ne remplacent pas l’initiative locale. Il veut éviter de créer une dépendance à l’égard de l’État québécois. En outre, le SCFOF désire utiliser les subventions pour récompenser les projets au mérite. Pour ce faire, chaque demandeur qui soumet un projet doit préciser son objet et la destination des sommes demandées. Le SCFOF cherche ainsi à éliminer toute influence externe dans le processus de sélection, ce qui constitue un changement de procédure pour le réseau institutionnel canadien-français habitué à confier à des intermédiaires le soin d’expliquer ses besoins. Ce souci d’équité transparaît dans les règles de répartition des ressources financières à la disposition du SCFOF. Les données du recensement décennal lui servent de critère. Selon une répartition idéale, 50 % des subventions iront à l’Ontario, pourcentage qui correspond à son poids démographique au sein des communautés francophones minoritaires, 30 % aux Acadiens et 20 % aux groupes de l’Ouest53.

FIGURE 4.2. Distribution géographique des subventions du SCFOF (1963-1969)

FIGURE 4.2. Distribution géographique des subventions du SCFOF (1963-1969)

Source : Rapports annuels du ministère des Affaires culturelles

  • 54 Budget des subventions 1962-1963 : 192 125 $ 1965-1966 : 174 984$ 1968-1969 : 149 974 $ 1963-1964  (...)
  • 55 En 1961, le MAC a reçu un mémoire concernant l’établissement d’écoles de pédagogie dans l’Ouest. M (...)

46Le SCFOF ne respecte pourtant pas ses règles d’attribution de subventions, comme le montre la figure 4.2. Des engagements spécifiques dictent l’utilisation de son budget annuel inférieur à 200 000 $54. En 1964 et en 1965, le ministère verse en tout 100 000 $ au Collège de pédagogie d’Edmonton, associé à l’Université de l’Alberta55, tandis que le quotidien L’Évangéline reçoit 50 000$, en 1965. Par-dessus tout, l’appareil gouvernemental compte capitaliser sur les dissensions internes des milieux minoritaires francophones, alimentées par les difficultés financières de leurs associations provinciales, pour transformer leurs discours et leurs organisations.

  • 56 Rapport de G.-H Dagneau à propos de sa visite des milieux minoritaires en octobre 1963, ANQQ, fond (...)

47L’appareil gouvernemental québécois perçoit négativement ces associations, jugées peu modernes. Ces organismes ont des structures désuètes soutenues largement par le bénévolat. Ils militent en faveur de l’éducation en négligeant la culture, qui occupe une place non négligeable dans la vie du francophone minoritaire. La cure de modernisation, envisagée par l’appareil gouvernemental, consiste à amener les associations à régler leurs actions sur les besoins de la population, spécialement sur ceux de la jeunesse. Ces changements entraîneront assurément des retombées positives. Au lieu d’attendre une solution extérieure au milieu pour régler leurs problèmes financiers, la mise sur pied d’un programme d’animation culturelle va permettre d’obtenir le soutien des Canadiens français et peut-être des francophiles, accroissant ainsi leur militantisme et leur sentiment d’appartenance. Il devient alors plus facile de les solliciter, ce qui améliorera les finances des associations canadiennes-françaises56.

  • 57 Allocution du sous-ministre des Affaires culturelles au dîner d’ouverture du congrès du CCAELF, 18 (...)
  • 58 Allocution de Frégault devant le cercle des femmes canadiennes au Château Frontenac, 19 janvier 19 (...)
  • 59 Document sur les Semaines du Québec, sans date, sans auteur, deux pages, ANQQ, fonds MAC E6, boîte (...)

48Devant les délégués des associations d’éducation réunis à Québec en septembre 1964, Frégault invite les dirigeants des groupes minoritaires francophones à cesser leurs jérémiades sur les injustices passées et présentes. Il les avise qu’il « y a rajeunissement à opérer dans les méthodes qui, loin de renier le passé, constitue probablement le seul moyen de [sauver leurs revendications en les] présentant à la foule sous un jour renouvelé57 ». Le sous-ministre appuie les groupes qui militent en faveur de la déconfessionnalisation et de la modernisation du réseau institutionnel : « Pareille évolution est le fait de tout groupe en voie de développement dans les conditions actuelles. [...] Distinguer, partager, clarifier des ordres de valeurs, ce n’est pas nier les valeurs en cause58. » Ces discours ne suffisent pas à hâter ces changements jugés vitaux par l’appareil étatique. L’attribution de subventions entre 1963 et 1969 constitue un incitatif à la modernisation des structures comme en témoigne la figure 4.3. La variation du rythme de transformation, d’un milieu francophone minoritaire à l’autre, ralentit l’action du SCFOF. Au début, le gros des subventions aboutit dans les coffres des associations. Les sommes allouées aux associations diminuent pourtant durant cette période. Alors qu’elles s’élèvent à 80 000 $ en 1965, elles atteignent 42 000 $ en 1968 et en 1969. Le SCFOF ne parvient à imposer le virage culturel qu’en 1968. En fait, ce virage masque la politique québécoise qui consiste à favoriser le rayonnement culturel du Québec au moyen des « Semaines du Québec », qui témoignent de la vigueur de la culture québécoise59. Il est important de signaler que les montants attribués à l’achat et à la distribution de volumes, ainsi qu’à la presse francophone hors Québec, constituent une portion minime du budget total des subventions.

  • 60 Lettre du ministre Laporte au président de l’ACFEO, 19 mars 1965, CRCCF, fonds ACFEO, C2/471/18.
  • 61 Le SCFOF juge que l’installation des secrétariats dans les capitales provinciales était « nécessai (...)

49En dépit de demandes répétées de l’ACFEO pour un accroissement de sa subvention, le ministère plafonne son aide à 15 000 $ de 1965 à 1968, et cette somme sert à payer les frais de la permanence de l’ACFEO à Toronto60. La figure 4.2 montre que l’Ontario français ne reçoit jamais un financement proportionnel à son poids démographique. Cette situation s’explique par le fait que les ressources sont allouées en fonction de considérations politiques. Le ministère juge que le règlement de la question scolaire au pays requiert la présence des associations provinciales dans leur capitale provinciale. Il faut obliger ces organismes à déménager leur siège social. Pour le ministère, une présence de l’ACFEO à Toronto répond à ces impératifs politiques ainsi qu’à la nécessité d’encadrer la population francophone enrichie, au cours des dernières années, par les migrations continues en direction du sud de l’Ontario61. Enfin, les hésitations de l’ACFEO à entreprendre le virage culturel, comme l’ont fait plusieurs associations de l’Ouest, la pénalisent indirectement.

4.3. Répartition par objet des subventions du SCFOF (1963-1969)

4.3. Répartition par objet des subventions du SCFOF (1963-1969)

Source : Rapports annuels du ministère des Affaires culturelles

  • 62 Procès-verbal du conseil d’administration de l’ACFEO, 19 mars 1969, CRCCF, fonds ACFEO, C2/286/2.

50La Maison franco-ontarienne devient un gouffre financier qui oblige l’ACFEO à reprendre sa quête de fonds. Des problèmes structurels rendent cependant indispensable l’examen des sources de revenus de l’ACFEO. Le regroupement des commissions scolaires rend difficile la perception du sou scolaire tandis que la souscription de 100 $ auprès de 1 600 personnes n’aurait rapporté que 4 000 $ en mars 196962. Pourtant, l’ACFEO espérait profiter de l’effervescence qui régnait alors dans le milieu institutionnel. Le dossier des écoles secondaires était sur le point d’être réglé. Jusqu’en 1966, l’ACFEO revendiquait des écoles confessionnelles en conformité avec l’identité du Canadien français. Elle fait cependant volte-face devant l’inflexibilité du gouvernement. Son congrès général de février 1967 accepte les écoles secondaires publiques françaises, une décision qui devient l’un de ces événements symboliques dans la construction de l’identité franco-ontarienne, car ce congrès marquerait le divorce entre la langue et la foi comme éléments de l’identité. Par la suite, le congrès général de 1969 approuve le virage culturel proposé dans le rapport du Comité franco-ontarien d’enquête culturelle. Il appuie aussi la restructuration et le changement de nom de l’ACFEO ; celle-ci devient l’Association canadienne-française de l’Ontario.

  • 63 Envisagé en 1968, le projet est accepté par le 21e congrès général de l’ACFEO en mars 1969. Procès (...)
  • 64 Procès-verbal de la réunion du comité des finances, 22 novembre 1969, CRCCF, fonds ACFEO, C2/289/5 (...)

51L’ACFEO espère que ce vent de renouveau lui permettra de sortir de son impasse financière. L’organisation de la « mère de toutes les souscriptions », c’est-à-dire la constitution d’un fonds de 1 000 000$, amassé en cinq ans et dont les intérêts financeraient les activités de l’ACFEO, solutionnerait peut-être ses problèmes financiers63. Ce projet a toutefois du plomb dans l’aile. Certains dirigeants doutent de la capacité de l’ACFEO à réunir une telle somme alors qu’elle arrive à peine à boucler son budget64. Quant au gouvernement québécois, il refuse de satisfaire à la demande de l’ACFEO en amputant de 5 000 $ sa contribution annuelle. La construction de la personnalité de l’État québécois importe dans ce contexte de modernisation des réseaux institutionnels des communautés francophones à l’extérieur du Québec.

Construire la personnalité de l’État du Québec

  • 65 Texte de deux pages de Solange Chaput-Rolland sur les minorités canadiennes-françaises, sans date, (...)

52À l’automne 1964, un des premiers gestes du nouveau ministre des Affaires culturelles, Pierre Laporte, consiste à demander à ses fonctionnaires d’élaborer une politique culturelle. Dans la préparation de ce livre blanc, les minorités francophones à l’extérieur du Québec occupent une modeste place dans la réflexion des experts consultés. Pour Solange Chaput-Rolland, le Québec doit continuer d’aider les minorités francophones, car leur abandon serait un « génocide moral ». Le Québec a donc l’obligation de promouvoir l’égalité entre les Canadiens anglais et les Canadiens français d’un océan à l’autre. En attendant l’acceptation de cette dualité nationale, Chaput-Rolland suggère au gouvernement du Québec de construire des « maisons de culture » dans chaque province qui, d’après elle, sont essentielles « non seulement à la survie des minorités, mais à la réputation du Québec hors de [ses] frontières65 ».

  • 66 Projet de livre blanc sur une politique culturelle, version de novembre 1965, p. 41-42, 194-199, A (...)

53Terminé à l’automne 1965, le livre blanc, qui ne fait pas l’objet d’un dépôt officiel, souscrit à l’entreprise de construction de l’appareil étatique. La partie consacrée aux minorités francophones à l’extérieur du Québec laisse intactes les attributions du SCFOF. La nouveauté réside dans l’outil proposé pour réaffirmer la responsabilité du Québec envers ces groupes : l’entente culturelle66.

54Dès 1965, le ministère entreprend la négociation d’ententes culturelles pour briser le carcan provincial du Québec. Il s’est assigné deux objectifs. D’abord, en tant qu’État francophone qui a la responsabilité de diffuser la culture française, le Québec construit sa personnalité internationale en signant des ententes culturelles avec des pays souverains, comme la France, et des États américains, comme la Louisiane. La légitimité constitutionnelle de cette entreprise repose sur la théorie « du prolongement externe des compétences internes », formulée alors par le ministre de l’Éducation, Paul Gérin-Lajoie, le 12 avril 1965. Ensuite, la situation particulière du Québec en Amérique du Nord, qui en fait le foyer de la francophonie, l’habilite à aider les groupes francophones par des ententes avec les gouvernements provinciaux (Durocher, 1989 : 112 ; Morin, 1991 : 43-44).

  • 67 Déclaration du Premier ministre du Québec au sujet des minorités canadiennes-françaises, 3 mai 196 (...)
  • 68 Remarques du premier ministre John Robarts à la conférence des journaux de Toronto, à Toronto, 8 o (...)
  • 69 Allocution du ministre Laporte au congrès du CCAELF, les 28 et 29 mai 1965, CRCCF, fonds CCAELF, C (...)

55Des objectifs secondaires se rattachent à la mise en œuvre de la politique des ententes culturelles. Les déclarations du Premier ministre Lesage au sujet du Québec qui, en tant que mère patrie de tous les francophones en Amérique, doit non seulement obtenir un statut particulier à l’intérieur du Canada, mais aussi « veiller à ce que les intérêts des minorités françaises des neuf autres provinces soient sauvegardés et que leurs droits soient respectés intégralement, de la même façon que le Québec sauvegarde et respecte les droits des Anglo-Canadiens dans ses limites », provoquent une controverse67. À la suite de la tournée de Lesage dans l’Ouest canadien en septembre 1965, le Premier ministre de l’Ontario, John Robarts, dénonce les prétentions de son homologue québécois à défendre les intérêts de la minorité francophone ontarienne68. Devant cette ouverture du gouvernement ontarien envers ses francophones, le Québec envisage alors l’entente culturelle comme moyen de responsabiliser ce gouvernement et éventuellement les autres à plus ou moins brève échéance, vis-à-vis de leurs minorités francophones (Morin, 1991 : 43)69.

  • 70 « Le rayonnement culturel du Québec », par G.-H. Dagneau, 15 juin 1970, ANQQ, fonds MAC E6, boîte (...)

56Outre les gouvernements, les autorités politiques québécoises veulent faire participer les minorités francophones par l’intermédiaire de leurs associations. Les ententes culturelles amèneront ces dernières à demander à leurs gouvernements provinciaux, et non au gouvernement fédéral, le règlement de leurs griefs, notamment dans le domaine scolaire70.

  • 71 Verbatim Report of Proceedings, OACC, March 20, 1970. ANC, fonds Donald Creighton, MG 31 D 77, vol (...)
  • 72 Dans sa lettre au sous-ministre du MAC du 4 mars 1969, le directeur du SCFOF propose des modalités (...)

57En dernier lieu, le choix de la politique des ententes culturelles découle peut-être du bilan des quelques années de soutien aux minorités francophones qu’a dressé le ministère des Affaires culturelles. Ces ententes offrent au Québec la possibilité de pallier à la petitesse des ressources allouées, jusqu’ici, aux communautés francophones. Le ministère espère que ses faibles moyens, ajoutés à ceux consentis par les provinces signataires, représentent des moyens raisonnables71. Pourtant dans les années 1970, la mise en œuvre de ces ententes révèle qu’il y a une volonté québécoise de désengagement, du moins envers les minorités canadiennes-françaises72.

  • 73 Note de Guy Frégault à Maurice Beaulieu, 7 septembre 1965, ANQQ, fonds de l’Office de la langue fr (...)

58Le ministère mène une offensive tous azimuts pour conclure un grand nombre d’ententes. Sur le plan des cibles canadiennes, il identifie les provinces où réside une population francophone suffisante pour assurer la survie du fait français et pouvant, en outre, exercer une pression sur le gouvernement. Le Nouveau-Brunswick devient alors un cas intéressant73. Cependant, le Premier ministre de cette province, Louis Robichaud, est plutôt agacé par l’initiative québécoise. En fait, la volonté de l’État du Québec va à l’encontre de sa conception du fédéralisme canadien (Doucet et Ouellette, 1992). Du côté de l’Ontario, l’initiative revient à l’Ontario Advisory Committee on Confederation.

  • 74 Le comité, présidé par Ian Macdonald, économiste en chef au Department of Economics and Developmen (...)
  • 75 Verbatim Report Proceedings, OACC, September 17, 1965, p. 58, OPA, fonds George Gathercole, F1017 (...)

59Au début de l’année 1965, le Premier ministre Robarts jette les bases d’un comité de hauts fonctionnaires et d’universitaires chargé de le conseiller sur la question constitutionnelle et le rôle de sa province à cet égard74. À l’été 1965, un des membres de ce Comité, T.H.B. Symons de l’Université Trent, rencontre des responsables des Affaires culturelles et des Affaires intergouvernementales pour mesurer leur réceptivité au projet d’entente culturelle entre les deux provinces où se concentrent les deux peuples fondateurs. Ces fonctionnaires réagissent avec étonnement et enthousiasme, ce qui amène Symons à demander à ces confrères du Comité quelle vision de l’Ontario avaient ces fonctionnaires75.

  • 76 Proposals for an Ontario Cultural and Educational Exchange Programme and an Ontario-Quebec Cultura (...)
  • 77 Remarks by [Robarts], Trent University, Peterborough, October 20, 1965, OPA, fonds George Gatherco (...)

60Dès septembre 1965, le Comité ontarien fait de la conclusion d’une entente culturelle Ontario-Québec sa première recommandation au Premier ministre. Il juge que cette entente ne peut survenir à un meilleur moment dans la situation actuelle, étant donné les tensions qui risquent de faire voler en éclats le pays. L’Ontario a un rôle primordial à jouer à titre de province pionnière. Si elle parvient à conclure une entente culturelle avec les quatre communautés, les majorités et les minorités francophones et anglophones, ce geste insufflera un esprit de renouveau dans les discussions constitutionnelles à l’échelle canadienne selon le Comité. La prudence demeure néanmoins de mise. Soucieux de prévenir tout accrochage avec les gouvernements fédéral et provinciaux, les membres invitent le Premier ministre Robarts à évoquer dans ses déclarations la possibilité de signer des ententes semblables avec les autres provinces après celle avec le Québec. Quant à la forme de l’entente, elle peut n’être qu’un simple échange de lettres ou de déclarations. Pour l’instant, il importe de limiter son caractère officiel. Pour s’assurer qu’elle sera bien reçue en Ontario, les échanges culturels proposés comportent nécessairement un volet réservé à la valorisation de la mosaïque ethnique ontarienne76. Le Premier ministre Robarts souscrit à l’idée en l’annonçant dans son discours à l’Université Trent, du 20 octobre 196577. Les discours du trône de l’Ontario et du Québec de janvier 1966 officialisent le projet d’entente.

  • 78 Verbatim Report of Proceedings, OACC, September 16, 1966, January 20, 1967, ANC, fonds Creighton, (...)
  • 79 Mémoire au premier ministre sur la coopération et la politique linguistique québécoise par Guy Fré (...)
  • 80 Entrevues avec Messieurs Don Stevenson, 4 mai 1992, et Charles-Edward Rathé, 5 mai 1992 ; lettre d (...)

61Il faudra trois années de pourparlers avant que l’entente soit conclue. Ces délais s’expliquent en partie par une succession d’événements politiques. En juin 1966, l’élection de l’Union nationale suscite momentanément une crainte de l’abandon du projet. Du côté de l’Ontario, l’organisation de la conférence constitutionnelle de l’automne 1967 mobilise les énergies gouvernementales. De plus, le Service des échanges culturels, qui relève du ministère de l’Éducation, démarre lentement dans l’attente de la nomination d’un responsable, mais surtout parce que le dossier des écoles secondaires françaises occupe passablement ce ministère78. D’autre part, les négociations achoppent sur le contenu de l’accord. Le Québec propose de rédiger en termes vagues les articles relatifs à la promotion des langues officielles afin d’éviter toute interférence avec les objectifs de sa politique du français alors en chantier79. Mais l’insistance du Québec à accorder un caractère officiel à l’entente agace les négociateurs ontariens. Ces derniers préfèrent la mise sur pied d’un programme d’échanges culturels dans le cadre d’ententes administratives entre les ministères concernés80.

  • 81 Notre traduction. Verbatim Report of Proceedings, OACC, March 17, 1967, p. 10-12. ANC, fonds Donal (...)
  • 82 Verbatim Report of Proceedings, OACC, November 29, 1968, ANC, fonds Donald Creighton, MG 31 D 77, (...)

62Cette exigence à propos du format de l’entente provoque un malaise parmi les membres du Comité ontarien. Certains rejettent l’hypothèse d’un accord officiel, car ils ne veulent pas contribuer directement à l’entreprise de construction étatique. Pour ces gens, « ce serait l’État souverain du Québec qui ferait affaire avec une province. Ce serait un peu différent de l’État souverain du Québec qui ferait affaire avec un autre pays81. » Comme il lui apparaît urgent de relancer le processus de négociation, le Comité renouvelle son appui à l’entente en dépit de la symbolique rattachée à la signature d’un accord entre deux États. L’entente aidera le gouvernement de Jean-Jacques Bertrand à se tirer du bourbier linguistique provoqué par l’affaire des écoles de Saint-Léonard. Les articles consacrés à la promotion des langues officielles dans les deux provinces fourniront au gouvernement québécois des arguments à opposer à ceux du mouvement en faveur d’un Québec français : ils démontrent l’ouverture d’une province anglaise au bilinguisme82. Le 4 juin 1969, les chefs de gouvernement des deux provinces signent un accord de coopération et d’échanges sur la culture et l’éducation. Ce geste est répété la même année, cette fois avec le Premier ministre du Nouveau-Brunswick.

  • 83 Projet 14 : Maisons du Québec, rapport du directeur sur ses voyages en Ontario et dans l’Ouest en (...)

63Confronté à ce changement de politique gouvernementale, le SCFOF tente de concilier l’objectif de la promotion du Québec hors de ses frontières avec celui de l’aide aux francophones du continent. Le projet des Maisons du Québec, ces établissements de promotion du fait français dans les milieux francophones minoritaires, retient spécialement l’attention dans ce contexte. À l’origine, le SCFOF rejette la proposition de la FSSJBQ, car il doute de sa faisabilité. De retour de sa tournée en Ontario et dans l’Ouest en 1963, le directeur fait part à son sous-ministre de ses réserves concernant ce projet. Les problèmes financiers de la maison franco-ontarienne l’incitent sans doute à la prudence. Tant qu’une association ne peut bâtir « sa propre maison et [...] en être la propriétaire, l’administratrice et la responsable », le directeur du SCFOF ne voit « que des déboires dans des maisons construites artificiellement dans des milieux minoritaires », si les gouvernements provinciaux n’assument pas les frais de ces infrastructures83. Ce projet ne figure donc pas dans le plan d’actions soumis au ministre Lapalme, en 1964.

  • 84 Dans sa lettre à Frégault du 30 mai 1968, Dagneau précise que c’est « à cause de ce besoin » qu’il (...)

64Le projet des Maisons du Québec refait surface par suite de la politique des ententes culturelles et du rayonnement culturel du Québec, mais surtout parce que le directeur, Georges-Henri Dagneau, est persuadé que ce projet répond aux besoins des minorités canadiennes-françaises. En mai 1968, le congrès de l’Association des commissaires d’écoles de langue française du Canada le renforce dans son opinion puisqu’il demande à Québec de contribuer financièrement, conjointement avec les associations canadiennes-françaises, à l’établissement de maisons françaises dans des provinces comportant des minorités francophones84.

  • 85 Lettre de Dagneau à Frégault, 1er juin 1967, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 3, dossier Maisons du Québe (...)
  • 86 Lettre de Morin à Frégault, 5 septembre 1967, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier Maisons du Qué (...)

65Le ministère des Affaires intergouvernementales émet des réserves concernant le projet des Maisons du Québec déposé à l’automne 196785. Le sous-ministre Claude Morin ne répond pas à la suggestion d’établir une Maison du Québec près de la future agence consulaire française à Halifax. Il croit comme Frégault que la situation politique est peu favorable, à la suite de la visite récente de Charles de Gaulle. Indépendamment des remous provoqués par le passage du chef de l’État français, Morin signale l’intérêt quasi inexistant à l’extérieur du Québec pour la France : « Pour notre part, nous verrions mal la province d’Ontario agir en trop étroite collaboration avec le représentant du gouvernement britannique à Québec. » Quant à la nature du projet, il est d’avis que la promotion du Québec peut s’effectuer à l’intérieur de ses frontières : « Actuellement, je ne vois que des raisons touristiques ou des motifs de publicité, et, dans les deux cas, en l’absence d’autres motifs, le tout peut se faire relativement bien de Québec86. »

  • 87 Dans le document La Francophonie en Amérique, déposé en décembre 1967, le directeur prévoit l’étab (...)
  • 88 Lettre de Frégault à Morin, 15 janvier 1968, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/8/1. Lettre de Robert (...)
  • 89 Le rayonnement culturel du Québec, juin 1970, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 36, dossier 236.

66En décembre 1967, le directeur du SCFOF récidive par le dépôt du document sur l’implantation « d’Agences du Québec » au Canada et aux États-Unis. Établies dans les capitales provinciales, à l’exception de Moncton, et dans les villes de Lafayette, Worcester, Detroit et Miami, ces agences du Québec assurent le rayonnement culturel du Québec tout en dotant les minorités francophones et les francophiles de locaux pour des activités culturelles. Ces immeubles, acquis ou loués par le gouvernement, emploient un ou deux fonctionnaires87. Les hauts fonctionnaires des Affaires culturelles et des Affaires intergouvernementales refusent d’établir des agences dans les autres provinces, car la présence du Québec y serait beaucoup trop visible. Ils préfèrent les relations de nature administrative, c’est-à-dire les relations entre les fonctionnaires et les ententes entre gouvernements, lesquelles contribuent véritablement à l’entreprise de construction étatique88. En 1970, ce projet reçoit de nouveau un accueil poli, sans plus89.

Bilan de l’action du SCFOF : affrontement de deux conceptions du rôle de l’État

  • 90 Rapport [non officiel du SCFOF] de la rencontre des groupes francophones d’Amérique tenue à Montré (...)
  • 91 Rencontre avec Jean-Noël Tremblay, G.-H. Dagneau et les directeurs du Conseil, 24 mars 1969. Ce co (...)

67Le SCFOF est intégré dans le ministère des Affaires intergouvernementales en 1975. Les actions de cet organisme suscitent à la longue un désenchantement chez les dirigeants du réseau institutionnel canadien-français. Les dirigeants du réseau institutionnel critiquent les objectifs de la politique québécoise, car ils ne répondent pas à leurs besoins. Voilà une illustration de l’écart entre l’objectif du rayonnement culturel du Québec et la revendication d’un soutien financier aux secrétariats des associations provinciales90. Le refus du Québec d’être le bailleur de fonds du réseau institutionnel canadien-français et les encouragements, en 1969, du ministre des Affaires culturelles, Jean-Noël Tremblay, à frapper à la porte du gouvernement fédéral, conduisent tout bonnement ces groupements à accepter les subventions du gouvernement fédéral91.

68Par-delà de ces critiques, nous assistons à l’affrontement de deux mondes. Les retrouvailles orchestrées par l’État du Québec à l’intention de ceux qu’il considère comme « les rejetons de la dispersion » aboutissent à la mésentente et à des accusations de paternalisme. Le conflit surgit dès les premières rencontres entre les représentants de l’État québécois et les dirigeants du réseau institutionnel qui, d’après les membres de l’appareil gouvernemental, sont en tout point semblables puisque tous partagent la même culture. Les commis de l’État se trompent. Les structures du réseau institutionnel et les discours de leurs dirigeants troublent ces fonctionnaires. Alors que ceux-ci croyaient établir un dialogue fondé sur l’utilisation de l’appareil étatique à des fins de modernisation et de transformation sociale, ils découvrent des chefs véhiculant une conception nationale périmée au Québec, du moins chez les instigateurs de la Révolution tranquille et les commis de l’État québécois : une méfiance envers l’État et une identité fondée sur la foi et la langue. Les fonctionnaires bousculent alors leurs organisations afin d’accélérer le mouvement de modernisation et de déconfessionnalisation, susceptible d’assurer le maintien du fait français. Ils se montrent parfois impatients au lieu de respecter le rythme de transformation dans chacun de ces milieux. Lorsque les structures des divers réseaux institutionnels provinciaux, comme c’est le cas en Ontario, remplissent les objectifs des réformes proposées par l’État québécois, ce dernier change ses priorités en optant pour la promotion de son rayonnement culturel.

69Les dirigeants du Conseil ainsi que ceux de l’Ontario se reconnaissent difficilement dans le porte-parole gouvernemental, et cela pour deux raisons. Premièrement, ces gens ont une vision particulière du rôle de l’État : celui-ci est un partenaire qui supplée aux défaillances du milieu par le financement des institutions ou qui s’emploie à faire accepter la vision de la dualité nationale culturelle non territoriale. Habitués à régler leurs dossiers par une persuasion discrète basée sur le recours à des intermédiaires, ils apprécient très peu les rapports impersonnels qu’entraîne la rationalité administrative. De plus, ces serviteurs de l’État sont étrangers à leur réseau institutionnel. Deuxièmement, leur culture politique repose sur la force de leur réseau d’associations, cet instrument de l’action collective. Il ne sert à rien de discourir sur la modernisation des structures organisationnelles si celles-ci traversent une crise financière qui menace, dans certains cas, leur existence.

***

70Au cours des années 1960, nous assistons à une rupture au sein du Canada français. Cette rupture se produit d’abord entre l’État québécois et les dirigeants du réseau institutionnel canadien-français. Elle résulte d’un désaccord au sujet des moyens utilisés pour agir au nom de la nation. Les dirigeants canadiens-français ne parviennent pas à modifier les objectifs de la politique de l’État concernant la francophonie hors Québec.

71Cette rupture entre ces dirigeants et l’État québécois survient dans un contexte de remise en question par l’intelligentsia québécoise de la conception du Canada français comme identité, projet nationaliste et outil utilisé comme instrument de l’action collective. Les propositions de redéfinition du Canada français viennent à dominer les discussions entre les dirigeants du réseau institutionnel canadien-français.

Notes

1 Les parties sur les origines de l’action de l’État du Québec et le SCFOF dans ce chapitre ont déjà été partiellement publiées dans Martel, 1995a.

2 Séance publique de la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels, 17 novembre 1953, BANQ, vol. 5, p. 50.

3 Séance publique de la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels, 17 novembre 1953, BANQ, vol. 5, p. 60.

4 Loi 18 instituant le ministère des Affaires culturelles, AUQAM, fonds Georges-Émile-Lapalme, 109P2C/5.

5 Notes d’un discours prononcé à l’Assemblée législative par Jean Lesage en présentant le projet de loi relatif à la création du ministère des Affaires culturelles, [2 mars 1961], AUQAM, fonds Georges-Émile-Lapalme, 109P2C/5. Le mandat de l’intégration des immigrants ne connaît pas de suite. Il faut attendre la création du Service de l’immigration du ministère des Affaires culturelles, en mars 1965 (Pâquet, 1994).

6 Discours de Lapalme à l’Institut franco-américain de Bowdoin College, Brunswick, Maine, 16 juillet 1962, ANQQ, fonds MAC E6, dossier 1 discours prononcés par Lapalme, ministre du MAC, 1962. Discours de Guy Frégault, dîner à l’occasion du 10e anniversaire du Collège de Hearst, 13 octobre 1963, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/47/27.

7 Le rayonnement culturel du Québec, par G.-H. Dagneau, directeur du Service, 15 juin 1970, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 36, dossier 236.

8 Le voyage de juin 1963 à Potosi, dans l’État du Missouri, a marqué profondément Frégault. Il en parle avec émotion à sa femme : « Peut-être le voyage le plus émouvant et dont Guy ait gardé le meilleur souvenir. On l’embrassait en pleurant et en disant “Il parle comme nous” ». CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/58/21. Frégault fait allusion à ce voyage au cours de son passage à Hearst, en juin, et à Gravelbourg, en octobre 1963. CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/47/27 et P168/48/3.

9 Lettre de Frégault à Lapalme, 25 juin 1963, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 37, dossier 244. Elle est publiée à l’occasion de la nomination du directeur du SCFOF, le 17 juillet 1963.

10 Notes d’un discours..., AUQAM, fonds Georges-Émile-Lapalme, 109P2C/5.

11 Conférence de Lapalme, ministre du MAC, prononcée devant les membres de l’Alliance française de New York, à New York, 12 mars 1962 ; discours de Lapalme à l’Institut franco-américain de Bowdoin College, Brunswick, Maine, 16 juillet 1962, ANQQ, fonds MAC E6, dossier 1 discours de Lapalme, ministre du MAC, 1962.

12 Allocution de Frégault à l’inauguration de la campagne 1962 de la Société nationale des Acadiens, 15 août 1962, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/47/20.

13 Allocution de Frégault à Portland devant l’Union Saint-Jean-Baptiste d’Amérique, 12 mai 1962, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 233, dossier discours de Frégault, 1962. Pour Lapalme, la religion n’est plus une composante de l’identité (Handler, 1988 : 100).

14 Mémoire du Conseil de la vie française en Amérique au premier ministre, 18 décembre 1960, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 37, dossier 244. Le mémoire serait envoyé au Premier ministre en janvier 1961. D’après le rapport du directeur de l’orientation de l’Ordre, présenté aux chanceliers en octobre 1961, l’Ordre recommande au Conseil d’entreprendre cette démarche. CRCCF, fonds OJC, C3/6/6.

15 Procès-verbal de la 217e réunion du bureau du Conseil, 28 décembre 1960, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

16 Rapport de la commission sur les problèmes d’actualité, procès-verbal de la 25e session du Conseil, du 15 au 17 septembre 1961, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5. Procès-verbal de la 219e réunion du bureau du Conseil, 22 février 1961, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

17 Procès-verbal de la 239e réunion du bureau du Conseil, 21 mai 1963, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 5.

18 Le directeur de l’orientation de l’Ordre rappelle les faits marquants de cette mobilisation à la réunion des chanceliers des 14 et 15 octobre 1961, CRCCF, fonds OJC, C3/6/6.

19 Dans sa lettre du 13 avril 1961 au secrétaire général de l’Association culturelle canadienne, le secrétaire exécutif du procureur général, Jean Octeau, le remercie pour sa lettre du 29 mars et pour l’envoi du mémoire de Roger Cyr. ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 41, chemise Département du Canada français. Les trois associations provinciales de l’Ouest auraient envoyé des mémoires au gouvernement québécois en 1961. Nous n’avons retrouvé aucun exemplaire aux ANQQ.

20 Mémoire de la FSSJBQ au ministère des Affaires culturelles, 1961, 34 p., ANQQ, fonds MAC E6, boîte 32, dossier 129. La plupart des associations d’éducation provinciale souscrivent aux conclusions du mémoire de la FSSJBQ.

21 Les dirigeants des milieux canadiens-français minoritaires déclarent à l’occasion qu’il est nécessaire que le Québec se fasse connaître au Canada. Pour corriger l’image négative du Québec dont souffrent les groupes minoritaires, la création d’une agence de presse réglerait partiellement ce problème. Lettre du secrétaire adjoint de l’OJC au secrétaire du Conseil, 14 janvier 1954, ANQQ, fonds OJC P609, boîte 1, dossier 1.

22 Mémoire de la FSSJBQ..., ANQQ, fonds MAC E6, boîte 32, dossier 129.

23 Le mémoire de l’épiscopat de langue française de l’Ouest plaide aussi en faveur de la colonisation française dans l’Ouest. Mémoire de l’Épiscopat de langue française de l’Ouest au Gouvernement de la province de Québec, mai 1961, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 61, dossier 873.

24 Mémoire de la FSSJBQ..., ANQQ, fonds MAC E6, boîte 32, dossier 129.

25 Lettre du secrétaire de l’Ordre à Jean Patoine, secrétaire général de l’ACFA, 2 mars 1961, ANC, fonds OJC, MG 28 I g8, vol. 41, chemise département du Canada français.

26 Lettre non datée à l’ACFEO sollicitant une lettre d’appui aux candidatures de Laporte et Cyr. La campagne prévoit l’envoi au Premier ministre Lesage d’une lettre en faveur de ces candidats. Cette lettre ne sera pas rendue publique. CRCCF, fonds ACFEO, C2/471/17.

27 Lettre S. CX à Roch Biais, président FSSJBO, 13 avril 1961, ANC, fonds OJC, MG 28 I 98, vol. 41, chemise département du Canada français.

28 Dans une lettre du 26 juin 1963, Lapalme informe André Rousseau que 107 personnes ont soumis leurs candidatures. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 2, dossier ministres.

29 Discours prononcé par le ministre Lapalme à l’Institut franco-américain de Bowdoin College, Brunswick, Maine, 16 juillet 1962, ANQQ, fonds MAC E6, dossier 1 discours prononcés par Lapalme, ministre du MAC, 1962.

30 Lettre de Lapalme à Guy Gagnon, secrétaire exécutif du Premier ministre, 15 janvier 1963, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 3, dossier Cabinets du premier ministre.

31 Mémoire en vue d’aider l’orientation générale du SCFOF par Georges-Henri Dagneau, directeur du SCFOF, 30 mars 1964, 23 p. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier rapports du SCFOF.

32 Voir note 31.

33 Voir note 31. Le directeur du SCFOF présente cette politique entre autres devant l’Alliance française de Hamilton, le 6 octobre 1965, la Fédération féminine franco-américaine et l’Union des franco-américains du Connecticut, le 22 mai 1966. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 29, dossier 65 discours de G.-H. Dagneau.

34 En mars 1964, puis de nouveau en juillet 1966 et en juin 1970, le directeur demande un budget de 500 000 $. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier rapport SCFOF ; boîte 36, dossier 236. En fait, le budget de fonctionnement est d’environ 50 000 $, atteignant un sommet de 79 676 $ en 1966-1967, pour descendre à 55 000 $ l’année suivante. Budget de fonctionnement du SCFOF, Rapport des activités du SCFOF depuis 1965, par G.-H. Dagneau, 9 avril 1968, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/49/1.

35 Dans sa lettre du 22 août 1963, Frégault avise Dagneau de l’impossibilité d’engager les neuf collaborateurs demandés. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier Rapport SCFOF. En 1964 et en juillet 1966, le directeur presse en vain le ministère d’augmenter les effectifs du SCFOF. « Le rayonnement culturel du Québec », publié en juin 1970, requiert l’engagement de six agents culturels. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 36, dossier 236.

36 Frégault rapporte que Lapalme lui a fait part, au printemps 1961, de son objectif d’obtenir 1 % du budget total de la province pour son ministère dans un délai d’un ou deux ans. Lapalme n’y parviendra pas. Les deux meilleures années, sur le plan budgétaire, sont 1963-1964 et 1967-1968, au cours desquelles le budget du ministère représente 0,6 % du budget total de l’Etat (Frégault, 1976 : 17, 34, 236-240).

37 Lettre du ministre Lapalme au secrétaire exécutif du Premier ministre, 15 janvier 1963, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 3, dossier Cabinets du premier ministre.

38 Lettre de Dagneau au président général des associations, 7 février 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/330/4. Service du Canada français d’outre-frontières, 15 août 1963, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier rapport SCFOF.

39 Lettre de Dagneau au président général des associations, 7 février 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/330/4.

40 Extrait d’une lettre document de G.-H. Dagneau, 2 juillet 1964, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier Québec-Amérique. Rencontre entre G.-H. Dagneau, Claude Paulette et le directeur général de l’Office d’information et de publicité du Québec, 13 décembre 1968, SCFOF, rapport trimestriel, oct.-nov.-déc. 1968. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier correspondance 1969.

41 Document sur les affinités entre le SCFOF et le CCAELF, sans date, 3 p., ANQQ, fonds MAC E6, boîte 79, dossier 1217 CCAELF.

42 Rapport d’une page de l’entrevue avec Pierre Laporte, ministre des Affaires culturelles, 4 novembre 1964, par le secrétaire du Conseil, AVQ, fonds CVF, P 52 D 31-3.

43 Compte rendu du souper entre le bureau du Conseil et le ministre Laporte, le 28 mai 1965, à la veille d’une réunion du CCAELF, par le père Landry, Procès-verbal de la 260e réunion du Conseil, 23 juin 1965, AVQ, fonds CVF, P 52, procès-verbaux, tome 18, procès-verbaux 28 octobre 1964 au 10 nov. 1965. Rencontre avec Pierre Laporte, le juge Miville-Dechène et Mgr Verrette, le 14 janvier 1966, AVQ, fonds CVF, P 52 D 393, contenant 19846.

44 Procès-verbal de la réunion des sociétés provinciales pour discuter de l’organisation en commun d’un service de bureau, 29 octobre 1957, CRCCF, fonds ACFEO, C2/280/2.

45 États Financiers de l’ACFEO, 1963 et 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/427/15.

46 Lettre du ministre Lapalme à l’ACFEO, 21 avril 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/297/1. Les difficultés financières s’expliquent par la hausse des coûts de construction, l’hypothèque de 27 000$ contractée sur l’achat du premier siège social et le déficit accumulé de 22 000 $. Procès-verbal de l’exécutif de l’ACFEO, 21 avril 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/282/3. Procès-verbal du conseil d’administration de l’ACFEO, 22 mai 1963, CRCCF, fonds ACFEO, C2/385/4.

47 Lettre de Roger Charbonneau aux officiers des conseils régionaux et locaux, 28 avril 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/430/3.

48 Mémoire de l’ACFEO au MAC à propos de l’engagement d’un agent de relations culturelles pour tout le sud de l’Ontario, 29 octobre 1964, CRCCF, fonds ACFEO, C2/471/18.

49 Procès-verbaux des 264e, 265e, 266e et 267e réunions du bureau du Conseil, 15 janvier, 18 mars, 27 mai et 13 septembre 1966, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 6.

50 Procès-verbaux des 263e et 264e réunions du bureau du Conseil, 6 novembre 1965 et 15 janvier 1966, CRCCF, fonds CVF, microfilm 60, bobine 6. Procès-verbal de la 32e session du Conseil, 24 août 1968, AVQ, fonds CVF, P 52 Conseil et Comité, procès-verbaux, tome 21, 1968 — mai 1969, VM-29-2-5-2.

51 Procès-verbal du 6e congrès du CCAELF tenu à Québec, les 18 et 19 septembre 1964, CRCCF, fonds CCAELF, C62/1/9.

52 Procès-verbal du congrès du CCAELF à Québec, les 28 et 29 mai 1965, CRCCF, fonds CCAELF, C62/2/1.

53 Mémoire en vue d’aider à l’orientation générale du SCFOF, 30 mars 1964, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier rapport SCFOF.

54 Budget des subventions 1962-1963 : 192 125 $ 1965-1966 : 174 984$ 1968-1969 : 149 974 $ 1963-1964 : 132 100 $ 1966-1967 : 149 980 $ 1969-1970 : 159 792 $ 1964-1965 : 190 737 $ 1967-1968 : 144 483 $ Rapports annuels du ministère des Affaires culturelles.

55 En 1961, le MAC a reçu un mémoire concernant l’établissement d’écoles de pédagogie dans l’Ouest. Mémoire de l’AECFM au MAC, 8 décembre 1961, reproduit dans La Liberté et le Patriote, le 15 décembre 1961, CRCCF, fonds ACFEO, C2/471/21.

56 Rapport de G.-H Dagneau à propos de sa visite des milieux minoritaires en octobre 1963, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 20, dossier 401 Voyages dans l’Ouest. CCAÉLF, rapport du directeur du SCFOF, 15 octobre 1964, 6 pages, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 79, dossier 1217.

57 Allocution du sous-ministre des Affaires culturelles au dîner d’ouverture du congrès du CCAELF, 18 septembre 1964, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 79, dossier 1217.

58 Allocution de Frégault devant le cercle des femmes canadiennes au Château Frontenac, 19 janvier 1966, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/47/14. Dans ses mémoires, Frégault reconnaît qu’il a douté de la représentativité des associations dont le leadership semble passéiste face à la jeunesse montante. Avec le recul des années, il écrit au sujet du leadership des Acadiens et des Franco-américains : « Mais qui sommes-nous pour en juger ? Une seule attitude me paraît admissible : être présents, certes, lorsque nous sommes invités ; avoir les yeux ouverts et l’esprit libre d’idées reçues ; avant tout, rester disponibles » (Frégault, 1976 : 201).

59 Document sur les Semaines du Québec, sans date, sans auteur, deux pages, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 22, dossier correspondance oct.-déc. 1969. Document de deux pages sur le SCFOF, ses réorientations, sans auteur, 19 août 1969, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier voyage de Dagneau à Montréal, 7 au g octobre 1969.

60 Lettre du ministre Laporte au président de l’ACFEO, 19 mars 1965, CRCCF, fonds ACFEO, C2/471/18.

61 Le SCFOF juge que l’installation des secrétariats dans les capitales provinciales était « nécessaire dans plusieurs cas, en particulier en Ontario ». Le rayonnement culturel du Québec, 15 juin 1970, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 36, dossier 236.

62 Procès-verbal du conseil d’administration de l’ACFEO, 19 mars 1969, CRCCF, fonds ACFEO, C2/286/2.

63 Envisagé en 1968, le projet est accepté par le 21e congrès général de l’ACFEO en mars 1969. Procès-verbal du conseil d’administration de l’ACFEO, 19 octobre 1968, CRCCF, fonds ACFEO, C2/355/4, Procès-verbal du 21e congrès général, CRCCF, fonds ACFEO, C2/384/13.

64 Procès-verbal de la réunion du comité des finances, 22 novembre 1969, CRCCF, fonds ACFEO, C2/289/5. Lettre de Conrad Lavigne à Roger Charbonneau, 24 mars 1969, CRCCF, fonds ACFEO, C2/289/6.

65 Texte de deux pages de Solange Chaput-Rolland sur les minorités canadiennes-françaises, sans date, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 8, dossier Solange Chaput-Rolland. Dans les trois boîtes du fonds du MAC contenant les rapports soumis pour l’élaboration du livre blanc et déposées aux ANQQ, seulement trois dossiers traitent des rapports entre le Québec et les minorités canadiennes-françaises.

66 Projet de livre blanc sur une politique culturelle, version de novembre 1965, p. 41-42, 194-199, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 7, dossier livre blanc.

67 Déclaration du Premier ministre du Québec au sujet des minorités canadiennes-françaises, 3 mai 1965, devant un groupe de hauts fonctionnaires fédéraux en voyage à travers le Canada. Texte établi d’après les comptes rendus du Soleil et de L’Action et envoyé aux groupements français hors du Québec. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 35, dossier 218.

68 Remarques du premier ministre John Robarts à la conférence des journaux de Toronto, à Toronto, 8 octobre 1965, CRCCF, fonds ACFEO, C2/232/3.

69 Allocution du ministre Laporte au congrès du CCAELF, les 28 et 29 mai 1965, CRCCF, fonds CCAELF, C62/2/1.

70 « Le rayonnement culturel du Québec », par G.-H. Dagneau, 15 juin 1970, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 36, dossier 236.

71 Verbatim Report of Proceedings, OACC, March 20, 1970. ANC, fonds Donald Creighton, MG 31 D 77, vol. 48.

72 Dans sa lettre au sous-ministre du MAC du 4 mars 1969, le directeur du SCFOF propose des modalités de subventions décroissantes aux associations canadiennes-françaises jusqu’à la publication du recensement de 1971. À ce moment, le ministère révisera ses subventions. Si le gouvernement fédéral opte pour le financement des secrétariats de ces associations, le Québec ne s’y opposera pas. Dans le cas contraire, le Québec peut invoquer des prétextes pour refuser de les financer. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier correspondance 1969.

73 Note de Guy Frégault à Maurice Beaulieu, 7 septembre 1965, ANQQ, fonds de l’Office de la langue française E33, boîte 7, dossier Convention coopération culturelle Louisiane-Québec.

74 Le comité, présidé par Ian Macdonald, économiste en chef au Department of Economics and Development, comprend Alexander Brady, John Conway, Donald Creighton, Richard Dillon, Eugene Forsey, Paul Fox, George Gathercole, W.R. Lederman, Clifford R. Magone, John Meisel, R. Craig Mclvor, Edward McWhinney, J. Harvey Perry et T.-H.-B. Symons. Bora Laskin le quitte à l’été 1965. Le père Lucien Matte et Roger Séguin y représentent les francophones de l’Ontario. Don Stevenson et Charles Beer en sont les secrétaires. Le comité cesse ses activités en avril 1971. OPA, fonds George Gathercole, F101 7 boîte MU 5311, dossier notices 1965-66.

75 Verbatim Report Proceedings, OACC, September 17, 1965, p. 58, OPA, fonds George Gathercole, F1017 boîte MU 5325.

76 Proposals for an Ontario Cultural and Educational Exchange Programme and an Ontario-Quebec Cultural and Educational Exchange Agreement, by T.H.B. Symons, Spring 1965. Verbatim Report Proceedings, OACC, September 17, 1965, p. 59-73, OPA, fonds George Gathercole, F1017 boîte MU 5325.

77 Remarks by [Robarts], Trent University, Peterborough, October 20, 1965, OPA, fonds George Gathercole, F1017 boîte MU 5319, dossier Premier John Robarts, 1964-1970.

78 Verbatim Report of Proceedings, OACC, September 16, 1966, January 20, 1967, ANC, fonds Creighton, MG 31 D77, vol. 45. Entrevues avec messieurs Charles Beer, 6 mai 1992, et Ian MacDonald, 6 mai 1993. Charles-Edward Rathé devient directeur des échanges culturels à la fin de 1966.

79 Mémoire au premier ministre sur la coopération et la politique linguistique québécoise par Guy Frégault, commissaire général à la Coopération, 5 septembre 1968, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/56/14. Entrevue avec M. Charles Beer, 9 septembre 1991.

80 Entrevues avec Messieurs Don Stevenson, 4 mai 1992, et Charles-Edward Rathé, 5 mai 1992 ; lettre de Guy Frégault à Claude Morin, sous-ministre des Affaires intergouvernementales, 3 août 1967, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/7/4.

81 Notre traduction. Verbatim Report of Proceedings, OACC, March 17, 1967, p. 10-12. ANC, fonds Donald Creighton, MG 31 D 77, vol. 45.

82 Verbatim Report of Proceedings, OACC, November 29, 1968, ANC, fonds Donald Creighton, MG 31 D 77, vol. 47.

83 Projet 14 : Maisons du Québec, rapport du directeur sur ses voyages en Ontario et dans l’Ouest en octobre 1963, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 20, dossier 401 Voyages dans l’Ouest.

84 Dans sa lettre à Frégault du 30 mai 1968, Dagneau précise que c’est « à cause de ce besoin » qu’il a déposé son projet de Maisons du Québec à l’automne 1967. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 3, dossier Maisons du Québec.

85 Lettre de Dagneau à Frégault, 1er juin 1967, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 3, dossier Maisons du Québec. Le projet Maisons du Québec est soumis à Frégault en septembre 1967. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier Maisons du Québec. En 1966, la coordination des rapports entre le Québec et les autres gouvernements et organismes relève du ministère des Affaires intergouvernementales. Coordination en matière de relations intergouvernementales, Séance du conseil des ministres, 16 novembre 1966, lettre de Morin aux sous-ministres, 25 novembre 1966, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 236, dossier administration courante, 1966-67.

86 Lettre de Morin à Frégault, 5 septembre 1967, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier Maisons du Québec. Lettre de Frégault à Morin, 14 août 1967, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 3, dossier Maisons du Québec.

87 Dans le document La Francophonie en Amérique, déposé en décembre 1967, le directeur prévoit l’établissement, dès 1968-1969, « d’Agences du Québec » à Toronto et à Moncton. ANQQ, fonds MAC E6, boîte 23, dossier SCFOF.

88 Lettre de Frégault à Morin, 15 janvier 1968, CRCCF, fonds Guy-Frégault, P168/8/1. Lettre de Robert Giroux à Frégault, 16 janvier 1968, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 21, dossier Maisons du Québec. Lettre de Morin à Frégault, 19 février 1968, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 3, dossier Maisons du Québec.

89 Le rayonnement culturel du Québec, juin 1970, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 36, dossier 236.

90 Rapport [non officiel du SCFOF] de la rencontre des groupes francophones d’Amérique tenue à Montréal, 8 octobre 1969, ANQQ, fonds MAC E6, boîte 22, chemise correspondance oct.-déc. 1969.

91 Rencontre avec Jean-Noël Tremblay, G.-H. Dagneau et les directeurs du Conseil, 24 mars 1969. Ce compte rendu figure dans le procès-verbal de la 2e assemblée des dirigeants québécois du Conseil, 24 mars 1969. AVQ, fonds CVT, P52 Conseil et Comité, procès-verbaux, tome 21, 1968-mai 1969, VM-29-2-5-2.

Table des illustrations

Titre FIGURE 4.1. Évolution financière de l’ACFEO (1956-1969)
Légende Source : États financiers de l’ACFEO, CRCCF, fonds ACFEO
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre FIGURE 4.2. Distribution géographique des subventions du SCFOF (1963-1969)
Légende Source : Rapports annuels du ministère des Affaires culturelles
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre 4.3. Répartition par objet des subventions du SCFOF (1963-1969)
Légende Source : Rapports annuels du ministère des Affaires culturelles
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1351/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540