Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Deuil d’un pays imaginé

 | 
Marcel Martel

Introduction

Texte intégral

1Le thème des relations entre le Québec et la francophonie canadienne nous semble familier. C’est du moins ce qui ressort des nombreuses références aux communautés francophones en milieu minoritaire véhiculées dans les discours politiques, les écrits des intellectuels et les médias québécois. Ainsi, à la fin de l’été 1995, à la veille donc du référendum québécois sur la souveraineté, la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada lançait une campagne médiatique destinée à rappeler aux Québécois la vitalité de la francophonie au Canada (Le Devoir, 29 août 1995 : A-4). La coïncidence entre le moment du déroulement de cette campagne et la tenue prochaine du référendum québécois a suscité de vives réactions dans les rangs des souverainistes. Elle n’a d’ailleurs pas échappé à Josée Legault, politologue à l’Université du Québec à Montréal. Dans sa chronique hebdomadaire publiée dans Le Devoir, celle-ci voit dans la campagne de promotion comme l’expression de l’adhésion de la Fédération au fédéralisme. Elle y décèle même l’ingérence du gouvernement fédéral, puisque celui-ci a versé 500 000 $ à la Fédération pour sa campagne. L’auteure conclut son article en souhaitant un débat sur ce qu’elle appelle « l’état lamentable de la francophonie canadienne » (Le Devoir, 30 août 1995 : A-6).

2L’expression utilisée par Josée Legault s’ajoute à la liste, trop longue pour certains, de ces formules lapidaires utilisées depuis la fin des années 1950 pour représenter les communautés francophones du reste du pays. Les formules telles que la « Confédération, tombeau des minorités » de Marcel Chaput, les « dead, ducks » de René Lévesque ou encore les « cadavres encore chauds » de l’écrivain Yves Beauchemin, expriment un jugement pessimiste à l’égard de la vitalité de ces minorités francophones canadiennes.

3Or de tels propos font plus qu’exprimer des sautes d’humeur de la part de leurs auteurs. Ils reflètent en fait le renouvellement du discours identitaire canadien-français survenu au cours des années 1960. L’appartenance au territoire québécois, devenu territoire national — jusqu’à maintenant symbolique — pour les Canadiens français, et la valorisation au Québec d’une langue distincte de celle de la majorité canadienne constituent les nouvelles donnes à partir desquelles l’élite nationaliste québécoise entend tracer les paramètres de l’identité québécoise en formation. Ces changements identitaires accompagnent la transformation du nationalisme ; celle-ci se manifeste d’ailleurs éloquemment par le nouveau tracé des frontières de la nation. Ces dernières se rétrécissent, car elles cessent de coïncider avec celles du Canada. Les frontières de la nation canadienne-française correspondent dorénavant à celles de la province de Québec, devenue l’État du Québec dans les années 1960. La redéfinition des frontières de la nation entraîne des exclusions. Ainsi, elle provoque une fragmentation de l’identité canadienne-française et amène, en partie, un changement des appellations identitaires chez les anciens membres de la famille canadienne-française qui résident dans le reste du Canada. Les francophones de l’Ontario, tout comme ceux de l’Alberta ou du Manitoba, valorisent une identité fondée, entre autres, sur l’utilisation d’une langue commune et l’appartenance au territoire provincial, comme l’attestent les appellations de Franco-Ontariens, de Franco-Albertains ou de Franco-Manitobains (Juteau Lee et Lapointe, 1980 ; McRoberts, 1988 : 129-131 ; Harvey, 1995). L’ampleur de ce renouvellement est telle que ces groupes sont exclus de l’identité québécoise et même liquidés au plan intellectuel, comme en témoignent les formules lapidaires citées ci-dessus.

  • 1 L’action du SCFOF n’a fait l’objet d’aucune analyse, bien que le mémoire de maîtrise d’Hyman (1988 (...)

4Les années 1960 nous offrent des clés pour comprendre les transformations radicales auxquelles fait face le Canada français, comme on disait alors. Les termes de « brisure », de « scission », de « rupture » conviennent pour caractériser ces changements. Le recours à ces termes laisse entendre qu’il existait auparavant des liens entre les francophones. Par conséquent, il est pertinent de s’interroger sur la nature de ces liens et d’évaluer la contribution directe ou indirecte du Québec. C’est ainsi que notre recherche s’est centrée sur un ensemble d’interrogations. Depuis la Confédération, quels moyens le Québec a-t-il mis en œuvre pour aider les groupes francophones au Canada ? Quels sont les mécanismes et les événements qui peuvent expliquer les transformations radicales qu’a connues le Canada français au cours de la Révolution tranquille ? Enfin, quelle est la politique du gouvernement de la province de Québec, le seul élu par une majorité de francophones en Amérique du Nord, envers les communautés francophones en milieu minoritaire, en particulier dans les années 1960, époque où le gouvernement affirme que le Québec est la mère patrie des Canadiens français ? C’est durant ces années que l’État du Québec crée le Service du Canada français d’outre-frontières (SCFOF)1, un organisme gouvernemental chargé des relations entre le Québec et la francophonie nord-américaine.

5Notre étude des rapports entre le Québec et la francophonie canadienne de 1867 à 1975 permet de rendre compte de la mise au point, de la défense du projet imaginé du Canada français ainsi que des oppositions auxquelles celui-ci a donné lieu. Nous verrons comment, dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’élite canadienne-française a adhéré à une vision organique de la nation, à une conception ethnique du nationalisme valorisant certains caractères culturels tels que l’usage de la langue française et la défense de la foi catholique. Ce nationalisme implique une conception défensive des rapports avec l’autre, qu’il soit anglophone ou allophone.

6Cette pensée nationaliste ethnique est de plus en plus contestée après la Seconde Guerre mondiale, et les nouveaux nationalistes, désignés sous le nom de néo-nationalistes, transforment la problématique du national. Ils défendent la thèse du Canada, pays où cohabitent deux nations appelées à faire de leurs États respectifs, le Canada et le Québec, un État-nation. Les thèses néo-nationalistes expriment donc une conception territoriale de la nation. Historiens et politologues se sont penchés sur cette nouvelle vision nationaliste pour expliquer les fondements idéologiques de la Révolution tranquille et des affrontements survenus, depuis, entre le gouvernement du Québec et le pouvoir fédéral (Behiels, 1985 ; McRoberts, 1988 ; Lamarre, 1993). Pourtant, les spécialistes ont très peu écrit sur l’opinion nationaliste canadienne-française et québécoise à l’égard des groupes francophones en milieu minoritaire et sur la réaction de ces groupes au renouvellement de la problématique nationale.

7Enfin, par-delà les discours et les questions d’identité et de nationalité, certaines études scientifiques décrivent les actions accomplies par le Québec en vue de raffermir la solidarité entre les Canadiens français. Ce type d’écrits date cependant. Il reflète en outre l’engagement idéologique des auteurs qui sont influencés par l’idéologie de la survivance. On y privilégie le récit des luttes mémorables menées à l’extérieur du Québec, présentées comme la « province mère », en vue de la sauvegarde de l’identité des Canadiens français, laquelle repose sur la foi, la langue et les institutions. Ces études décrivent l’action du clergé et de chefs laïcs dévoués à la cause canadienne-française, action considérée comme légitime. Elles révèlent aussi l’insouciance des francophones du Québec qui n’ont pas toujours assumé toutes leurs responsabilités à l’égard de leurs compatriotes (voir Groulx, 1933).

8Plus récemment, plusieurs auteurs ont analysé les institutions canadiennes-françaises. Dans son article, l’historien Pierre Savard rappelle l’existence de multiples liens entre les Franco-Ontariens et leurs compatriotes du Québec. Selon lui, les années 1920 à 1960 marquent « une période de solidarité intense, tant chez les élites que dans une partie des couches populaires restées en contact avec le Québec » (Savard, 1993 : 240). D’autres études, notamment celles sur le mouvement Desjardins, font ressortir l’importance de ce groupement associatif dans le développement des communautés francophones en milieu minoritaire (Allaire, 1987 ; Poulin, 1990). L’étude de Laliberté sur l’Ordre de Jacques-Cartier porte, quant à elle, un regard critique sur cette institution secrète dissoute dans les années 1960. L’auteur centre son analyse sur le Québec, mais toutefois il met en évidence le rôle déterminant de l’élite d’Ottawa dans la direction de l’Ordre. Ce rôle a d’ailleurs été l’une des causes de la dissolution de cet organisme (Laliberté, 1983). Mais l’Ordre, c’est plus que le Québec, comme le rappelle Robert Choquette. Le rayon d’action de cet organisme embrasse tout le pays (Choquette, 1987).

9Ces quelques exemples montrent que les dirigeants québécois de ces institutions ne limitent pas leurs préoccupations au seul territoire du Québec, mais qu’ils manifestent, au contraire, un intérêt pour le sort des communautés canadiennes-françaises des autres provinces, du moins jusque dans les années 1960. Il existe donc un réseau institutionnel canadien-français à l’intérieur duquel le Québec joue un rôle essentiel.

10Le dernier aspect que nous explorerons concerne le réseau institutionnel, provincial et national, qui, dans le projet du Canada français, est l’instrument de l’action collective. Nous nous sommes intéressés aux actions et aux revendications du réseau institutionnel canadien-français, et en particulier à ses dirigeants. Ces derniers forment des élites « définitrices », pour reprendre l’expression du sociologue Fernand Dumont (Dumont, 1993 : 326). Ils définissent les paramètres de l’identité canadienne-française et fixent les frontières du groupe sur lequel ils exercent leur contrôle social. Ces leaders jouent en effet un rôle de premier plan dans la détermination des besoins de leur milieu, étant donné que leur contrôle sur certaines institutions leur permet de transmettre leur vision aux membres de ces communautés. Ces élites définitrices sont également porteuses de l’avenir de la nation, du destin national ; elles offrent, selon Bouchard, « une représentation cohérente et rassembleuse de la collectivité canadienne-française » (Bouchard, 1995 : 20).

11Notre analyse porte sur un groupe social ou des groupes sociaux précis. Composés de membres des professions libérales ou de l’Église, ces groupes gouvernent les diverses institutions qui, selon eux, sont indispensables pour assurer l’avenir de la nation. Par l’importance de leurs réseaux personnels, par leurs interactions avec leur milieu de travail et avec les milieux politiques et sociaux qu’ils fréquentent, ces groupes forment des microcosmes, plus ou moins fermés sur eux-mêmes, qui se disputent le pouvoir, c’est-à-dire, pour reprendre Bourdieu, le capital « donnant pouvoir sur les différentes espèces de capital et sur leur reproduction», à l’intérieur du macrocosme du Canada français (Bourdieu, 1994 : 109). Les gouvernements fédéral et provinciaux considèrent d’ailleurs ces dirigeants d’organismes comme les représentants de leur communauté. Les débats, les événements et la lutte pour le pouvoir symbolique, celui de définir la communauté, qui donnent un sens à la notion de Canada français sont d’abord le reflet des intérêts opposant les divers microcosmes, dont l’un des plus importants est constitué par les élites définitrices (Martel et Pâquet, 1997).

12Il convient toutefois de signaler que notre étude de ces microcosmes comporte certaines limites. D’abord, nous ne reconstituons pas la totalité du réseau institutionnel canadien-français, lequel est si complexe et si riche qu’il pourrait fournir la matière de plusieurs travaux de recherches. Le rôle de l’Église catholique au Canada français, par exemple, n’est pas au centre de la présente étude, bien que le réseau institutionnel ait été affecté par l’évolution de l’Église, surtout depuis le deuxième concile du Vatican. Nous avons concentré plutôt notre attention sur les microcosmes des communautés francophones en milieu minoritaire, en particulier sur ceux qui dirigent le réseau institutionnel francophone dans chacune des provinces. Le Canada français qui fait l’objet de notre analyse est d’abord celui des dirigeants des associations provinciales. La rupture des années 1960 a amené la remise en question du rôle de ces dirigeants et de celui de leurs homologues du Québec.

13Une des associations des milieux minoritaires canadiens-français assume un rôle de leadership dans la diffusion de cette vision multiforme du Canada français : l’Association canadienne-française d’éducation de l’Ontario (ACFEO). Formée en 1910, deux ans avant la crise scolaire provoquée par l’adoption du Règlement XVII en Ontario, l’ACFEO se définit comme le porte-parole de l’Ontario français ; aussi en devient-elle le défenseur auprès du réseau institutionnel de la province de Québec et des gouvernements provincial et fédéral. Dans sa longue lutte contre le gouvernement ontarien, elle a été amenée à participer à la création d’un réseau institutionnel national en vue d’aider les communautés francophones dans leurs luttes pour la reconnaissance des droits des Canadiens français qui forment l’une des nations fondatrices du pays.

  • 2 Le champ d’intervention du Conseil inclut les Franco-Américains et les francophones de la Louisian (...)

14Notre analyse des microcosmes du Canada français nous a conduit à étudier l’Ordre de Jacques-Cartier et surtout le Conseil de la vie française en Amérique, que nous appellerons tout simplement le Conseil dans cet ouvrage. Ce dernier organisme, encore actif de nos jours et qui n’a pas fait l’objet d’une étude scientifique jusqu’à maintenant, à l’exception d’un court article de Lambert (Lambert, 1981), est devenu un lieu de discussion des enjeux vitaux du Canada français. Il est aussi une tribune où les porte-parole des microcosmes des milieux minoritaires canadiens-français expriment les divers besoins des francophones du pays, tels que perçus, imaginés et compris2. Bien sûr, l’Ordre de Jacques-Cartier exerce toujours une certaine influence sur le Conseil. Mais contrairement à l’Ordre, le Conseil agit publiquement. Il constitue la manifestation tangible de la solidarité entre les institutions canadiennes-françaises. Les diverses Sociétés Saint-Jean-Baptiste du Québec viennent seconder les efforts du Conseil et de l’Ordre lorsque des crises obligent les Canadiens français à serrer les rangs. La pauvreté des archives des Sociétés Saint-Jean-Baptiste de Montréal et de Québec conservées aux Archives nationales du Québec nous empêche d’apprécier avec justesse l’importance de ces organismes au sein du projet du Canada français.

15Notre ouvrage se divise en cinq chapitres. Le premier décrit les divers éléments du projet du Canada français ainsi que les circonstances et les principaux acteurs associés à la mise en place des institutions nationales du réseau canadien-français. Les chapitres 2 et 3 traitent de l’action du Conseil, qui devient un élément essentiel du réseau institutionnel canadien-français en cours de formation, mais entreprend aussi de nombreuses campagnes pour défendre la dualité nationale et assurer la survie du fait français au Canada. Les deux derniers chapitres portent sur les décennies 1960 et 1970, période charnière dans les relations entre le Québec et les communautés francophones. L’avant-dernier définit l’action du gouvernement du Québec auprès de la francophonie, action qui sera déterminante dans les années ultérieures, car nous verrons se creuser davantage le fossé entre l’État québécois et les groupes francophones en milieu minoritaire. Le thème de la rupture acquiert toute sa signification dans le dernier chapitre de l’ouvrage, qui recherche les causes de l’éclatement du projet du Canada français. Les débats qui ont cours durant les années 1960 sur la place du Québec dans la Confédération canadienne et les conséquences des choix constitutionnels des Québécois sur la francophonie canadienne demeurent donc d’actualité.

16Une des particularités de cet ouvrage réside dans le sens donné aux appellations « Canadiens français » et « province de Québec ». Par souci d’exactitude historique et, surtout, pour rendre compte de la brisure qui survient au Québec dans l’ordre du discours et de la conscience de soi, les termes « État québécois » et « Québécois » pour désigner la province de Québec et les francophones du Québec ne sont employés que pour la période postérieure à 1960. C’est depuis la Révolution tranquille, rappelons-le, que sont utilisées les expressions « État du Québec » et « Québécois ». Ces termes ont connu depuis une telle popularité que les chercheurs résistent mal à la tentation d’en faire usage dans leurs études sur le Québec d’avant 1960. Ces changements de vocabulaire témoignent d’une volonté de marquer une rupture avec la période duplessiste. Les chercheurs ont donc tendance à étendre au passé le discours sur l’identité apparue avec la Révolution tranquille et ayant amené une transformation des perceptions que les francophones du Québec ont d’eux-mêmes, de leurs compatriotes des autres provinces, de l’autre qui n’est ni catholique ni parlant français, et surtout de leur gouvernement provincial. Ainsi, pour refléter cette révolution conceptuelle, les termes d’« État du Québec » et de « Québécois » ne seront employés que dans les chapitres 4 et 5.

Notes

1 L’action du SCFOF n’a fait l’objet d’aucune analyse, bien que le mémoire de maîtrise d’Hyman (1988) et l’article de Savard (1993) en fassent mention. Par contre, l’ouvrage de Balthazar et al. (1993) sur la politique extérieure du Québec des 30 dernières années ne mentionne pas le SCFOF.

2 Le champ d’intervention du Conseil inclut les Franco-Américains et les francophones de la Louisiane. Nous ne présentons pas les actions du Conseil auprès de ces groupes, car cela déborde le cadre de notre analyse.

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter