Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de l’identité franco-ontarienne

 | 
Chad Gaffield

Chapitre trois. Fermes, forêts et économies familiales

Texte intégral

1Les modèles de population que nous avons vus dans le chapitre précédent ont eu pour effet de créer de solides assises démographiques ; celles-ci donnaient à la fois à la minorité anglophone et à la majorité francophone le support nécessaire pour que les deux groupes puissent poursuivre leurs objectifs sociaux, économiques et politiques respectifs vers la fin du siècle. La question de l’identité et, par conséquent, celle de l’enseignement ont émergé au cœur de ces objectifs locaux. Pour en comprendre le contexte, nous devons maintenant étudier le changement économique qui se produisit dans le comté de Prescott.

  • 1 Normand Séguin a fait l’analyse de ce type d’économie dans La Conquête du sol au 19e siècle, Sille (...)
  • 2 Les ouvrages généraux traitant de cette période sont de A. R. M. Lower, Settlement and the Forest (...)

2Au 19e siècle, l’industrie forestière était le moteur de l’économie dans la vallée de l’Outaouais. Dans les premières années du siècle, en raison de la demande de l’Angleterre pour du bois équarri et de l’abondance des pins, la rivière Outaouais devint l’axe d’une nouvelle zone économique reliée aux centres importants qu’étaient les villes de Montréal et de Québec. L’économie de cette zone reposait sur deux types d’exploitation de la terre : 1) l’utilisation et la vente du bois de construction et du bois scié et 2) l’agriculture. En 1840 l’économie du comté de Prescott fonctionnait selon un système agro-forestier, comme dans certaines régions du Québec et du Nouveau-Brunswick1. Il n’est pas surprenant alors que le recul de la zone forestière transforma l’économie de la région. La période de transition s’échelonna au cours des années 1870, quand il devint beaucoup plus difficile de travailler dans l’industrie du bois d’œuvre. Il y avait peu de choix et le système agro-forestier dans le comté de Prescott a été la cause de nombreuses épreuves et de débouchés bien limités à la fin du 19e siècle2.

  • 3 Plusieurs études démontrent l’interaction complexe qu’il y avait dans les nouvelles régions rurale (...)

3Deux périodes caractérisent l’évolution économique du comté de Prescott au 19e siècle : l’une, de 1840 au début des années 1870, quand l’industrie du bois d’œuvre et la disponibilité des terres offraient des débouchés économiques aux colons et l’autre, après 1870, quand le recul de la zone forestière vers le nord-ouest engendra une crise économique. On peut démontrer ce changement général de l’économie par un ensemble de données provenant de sources diverses comme les recensements, la documentation d’époque, y compris celle des journaux. Toutefois, il importe de faire une étude plus poussée pour se rendre compte de l’évolution de l’environnement matériel et de ses répercussions sur l’enseignement. Est-ce que les changements économiques ont eu les mêmes conséquences chez les anglophones et les francophones ? Quels liens y avait-il entre les différences démographiques, les modèles particuliers de colonisation et les habitudes économiques des deux groupes ? Et, plus important encore, dans quelle mesure une explication peut-elle rendre compte des statuts économiques différents chez les résidents du comté de Prescott ? Ou, pour poser la question différemment, est-ce qu’une comparaison des données concernant les Canadiens français et les gens originaires des îles Britanniques confirme cette opinion que l’immigration du Québec introduisait un élément « étranger » à la société ontarienne3 ?

  • 4 Des études sur les régions rurales et urbaines démontrent l’importance d’analyser la famille par r (...)

4Ce genre de questions nous amène à fouiller des sujets comme le rôle des enfants et le processus de fondation de la famille et ce, au plan de l’individu et de la maisonnée. Comme l’indiquent de nombreuses sources, on doit analyser l’agriculture et l’économie forestière par rapport à la famille, c’est-à-dire en la prenant comme l’unité économique de base au 19e siècle dans le comté de Prescott. La famille type était constituée par rapport aux conditions de l’agriculture, alors que l’industrie forestière offrait à certains membres de la famille un emploi saisonnier, un marché pour les produits de la ferme et quelques compensations pour la pénible tâche du défrichage de la terre. On s’attendait à ce que tous les membres d’une famille aptes au travail participent de quelque façon que ce soit à l’agriculture ou à l’abattage des arbres et, en mettant tout le monde à contribution, une famille pouvait espérer subsister et avoir de la sécurité. Il est possible d’étudier ce phénomène en analysant tout d’abord les données sur l’emploi fournies par les recensements manuscrits. Comme nous le verrons, nous devons utiliser ces chiffres avec précaution et le recensement, en fournissant des données individuelles concernant l’emploi et de l’information sur l’âge, le sexe et l’origine, est une source précieuse pour comprendre l’économie changeante du comté de Prescott4.

BOOM : DES ANNÉES 1840 AU DÉBUT DES ANNÉES 1870

Structure de l’emploi pour les hommes

5Du milieu du 19e siècle au début des années 1870, l’exemple du canton d’Alfred témoigne de l’importance de l’agriculture et de l’industrie forestière dans l’économie des familles de la vallée de la Basse-Outaouais. De 1851 à 1871, à chaque année de recensement, les fermiers et les ouvriers agricoles arrivaient à la tête de la structure de l’emploi. Ces fonctions étaient étroitement liées à l’âge des hommes anglophones et francophones. En 1851 et 1861, de nombreux ouvriers agricoles avaient moins de 25 ans et la plupart des fermiers étaient plus âgés. (Voir tableau 15.) Ce modèle est très marqué chez les résidents originaires des îles Britanniques. Il existe aussi chez les Canadiens français, même si ce groupe avait un nombre significatif d’ouvriers agricoles âgés de 35 ans et plus, surtout en 1861.

  • 5 David P. Gagan a analysé les instructions données aux recenseurs en 1852 et 1861 et les documents (...)

6Apparemment faible chez les francophones, ce mouvement qui consistait à cesser de travailler comme ouvrier agricole dès l’âge adulte est évident dans le recensement de 1871. Il faut cependant noter que les recenseurs avaient alors reçu l’ordre de considérer tous les hommes travaillant sur la ferme familiale comme des « fermiers », alors qu’en 1851 et en 1861, ils définissaient le fils du fermier comme un « ouvrier agricole » s’il travaillait « pour ses parents5 ». Par conséquent, dans le recensement de 1871, il y a plus de fermiers que d’ouvriers agricoles, même parmi les adolescents. Comme les recenseurs n’ont pas utilisé l’appellation « ouvrier agricole » pour désigner l’aide apportée par la famille, les deux anglophones et les 58 francophones enregistrés comme ouvriers agricoles devaient être employés à l’extérieur de leur propre maisonnée ou engagés sur des terres appartenant à d’autres. Ces chiffres, comme ceux de 1851 et 1861, suggèrent qu’il y avait plus de francophones que d’anglophones à continuer de travailler comme salariés en vieillissant. Les jeunes anglophones du canton d’Alfred, qui n’avaient pas acquis une terre une fois arrivés à l’âge adulte, avaient tendance à quitter leur famille et à tenter leur chance ailleurs.

7De 1851 à 1871, le nombre d’hommes dans le canton à ne pas être fermiers ni ouvriers agricoles n’a jamais été important et, en réalité, ce nombre diminua au milieu du 19e siècle. En 1851, la plupart des emplois non reliés à l’agriculture touchaient à la menuiserie et la liste du recensement cette année-là comprend : un charpentier, un fabricant de bardeaux, un scieur, un marchand de bois et sept hommes travaillant à la coupe du bois. Il y avait en plus trois tisserands, un cordonnier, un batteur au fléau, un aubergiste et un forgeron anglophone. En 1861, il n’y avait pratiquement plus d’artisans ni de bûcherons dans le canton d’Alfred : il ne restait qu’un instituteur francophone, un forgeron anglophone et un grand nombre de fermiers et d’ouvriers agricoles. En dépit d’une augmentation importante de la population, l’absence significative d’emplois non reliés à l’agriculture continua en 1871. Quelques industries reliées à la menuiserie vinrent s’établir, comme l’indique la présence de cinq charpentiers francophones et d’un marchand de bois d’œuvre anglophone auxquels s’étaient ajoutés un instituteur, un forgeron et un commerçant francophones, et un marchand et un commis anglophones.

TABLEAU 15. Âge des fermiers et des ouvriers agricoles, canton d’Alfred, de 1851 à 1871

TABLEAU 15. Âge des fermiers et des ouvriers agricoles, canton d’Alfred, de 1851 à 1871

a Certains de ces fermiers étaient des fils de cultivateurs travaillant sur la terre familiale ; dans les recensements précédents, ils auraient été inscrits comme ouvriers agricoles. Voir, page précédente, le texte qui traite de la distinction entre les deux groupes.
Source : liste des recensements manuscrits, 1851, 1861 et 1871

8La prédominance des fermiers et des ouvriers agricoles était en partie tributaire de la colonisation clairsemée de la région au moment de l’intense immigration du Québec. On peut en avoir une bonne idée en comparant le canton d’Alfred à celui de Caledonia dont la colonisation, par des gens originaires des îles Britanniques au début du siècle, a mené à l’établissement d’une communauté bien implantée en 1851. Dans le recensement de cette année-là, au niveau de la structure de l’emploi, on trouve, chez les anglophones, 18 occupations différentes, y compris des charpentiers, des taverniers, des enseignants et des forgerons. Chez les francophones, il y avait seulement un domestique et un forgeron. En 1861, cependant, la diversité des emplois chez les résidents anglophones avait diminué de moitié mais il y avait désormais parmi les francophones deux cordonniers, un forgeron, un charpentier, un tonnelier et un aubergiste. Cependant, dans l’ensemble, la diversité des emplois avait beaucoup diminué et il ne restait que 10 occupations différentes. Cette situation demeura la même en 1871, alors que les fermiers et les ouvriers agricoles arrivèrent en tête de liste, comme ils l’avaient fait à Alfred.

9Le déclin de l’activité artisanale dans les cantons d’Alfred et de Caledonia découle de l’émergence de centres d’activités économiques ailleurs dans la région. La création de ces centres de services, comme Hawkesbury qui fut constitué en village en 1867 et dont la population était de 1 671 personnes en 1871, ou comme certaines petites localités telles l’Orignal et Vankleek Hill, a permis de regrouper les forgerons, les charpentiers, les tonneliers et les tisserands ; cela contribua à simplifier la structure de l’emploi des régions voisines axées sur l’agriculture et le sciage du bois. Certains cantons du comté de Prescott devinrent alors davantage ruraux et limités à l’exploitation de la terre.

L’agriculture — un effort familial

10La corrélation entre l’agriculture et l’industrie forestière signifiait que la disponibilité des terres était un facteur critique qui déterminait l’importance des débouchés économiques dans le comté de Prescott. La nécessité d’avoir une terre était à la base de l’économie familiale et permettait à la famille de participer au travail saisonnier de l’industrie forestière. Même si le fait de posséder une terre n’empêchait personne d’être à l’abri de l’incertitude économique constante, cela semblait toutefois le meilleur rempart contre les difficultés économiques car l’agriculture offrait à la famille la possibilité de fournir un effort collectif. Il y avait peu de débouchés rentables pour les femmes et les enfants en dehors de l’économie familiale rurale. À chaque année de recensement, seules quelques femmes disaient avoir un emploi. Elles étaient généralement domestiques, enseignantes, couturières ou fermières et leur occupation était étroitement reliée à leur âge ou à leur situation familiale. Quand une femme occupait un emploi, ou bien c’était pour accumuler des épargnes et pouvoir se marier, ou bien pour faire vivre sa famille après le décès du mari. Dans le canton d’Alfred, par exemple, deux adolescentes francophones travaillaient comme servantes en 1851 ; en 1861, il y avait sept jeunes femmes et une veuve et en 1871 il y avait, parmi les francophones au travail, une jeune domestique, quatre femmes chefs de famille ou fermières veuves, deux tisserandes et deux couturières.

11La communauté anglophone étant mieux établie à Caledonia, il y avait un plus grand nombre de femmes à occuper un emploi, mais la diversité de leurs fonctions était à peine supérieure à celle des francophones. En 1851, il y avait sept jeunes domestiques et quatre femmes plus âgées, des fermières inscrites comme chefs de famille. En 1861, il y avait cinq jeunes servantes, une vieille fermière, une tisserande et trois jeunes enseignantes.

  • 6 Il ne fait aucun doute que le nombre de femmes employées dépassait le nombre de femmes inscrites c (...)

12Le peu de femmes considérées comme ayant un emploi est représentatif du modèle général dans le comté de Prescott au 19e siècle. Les listes du recensement de 1861 totalisent seulement 53 couturières, 187 servantes et 22 enseignantes6.

  • 7 Les débouchés rémunérés pour les enfants ont été étudiés par Chad M. Gaffield, « Schooling, the Ec (...)

13C’est aussi l’agriculture qui permettait aux enfants de contribuer à l’économie familiale7. Les scieries locales offraient quelques débouchés aux garçons mais peu de possibilités de revenus pour les filles. Toutefois, c’est au niveau de l’agriculture domestique que les doigts agiles et le savoir-faire simple des enfants pouvaient être le mieux utilisés. Les écrits des colons, des voyageurs ou d’autres observateurs soulignent combien la participation de la famille entière était nécessaire à toutes les phases de la colonisation.

14Chaque membre de la famille avait une tâche particulière à chaque étape du processus de colonisation. Pour défricher la terre, il fallait d’abord arracher la broussaille et couper les jeunes arbres, travaux que les adolescents effectuaient. Les plus jeunes, sous la surveillance de leur mère, empilaient les jeunes arbres, la broussaille et les branches qui restaient là à se décomposer jusqu’à ce qu’il soit facile de les brûler. Au fur et à mesure de la progression du travail, le père et ses fils aînés commençaient l’abattage des gros arbres qu’ils ébranchaient et débitaient ensuite en bûches.

  • 8 Thomas Tweed Higginson, Diaries of Thomas Tweed Higginson, London, Editions The Research Publishin (...)
  • 9 Alexis de Barbezieux, Histoire de la province ecclésiastique d’Ottawa, Ottawa, 1897, p. 8.

15Sitôt qu’une partie de la terre était défrichée, on commençait les plantations et chaque membre de la famille participait au travail agricole. La femme responsable de la maisonnée voyait à la plantation des légumes, comme les navets, les pommes de terre et les pois qui devaient fournir à la famille nouvellement installée la nourriture de base nécessaire ; quant aux hommes, ils s’occupaient du foin et de l’avoine, ces produits qu’ils faisaient le plus facilement pousser durant les premières années de la colonisation. Parallèlement, les jeunes enfants travaillaient au champ selon une division du travail convenant à leur âge et à leur force physique. « Nous avons cueilli des pommes de terre toute la journée et Jane et Esther nous ont aidés8. » Les enfants aidaient également à la culture des légumes et des petits fruits comme les « bleuets, fraises, framboises et groseilles sauvages ». Les produits du jardin des enfants servaient ensuite à faire « des plats exquis, des confitures et des liqueurs9 ».

  • 10 Recensement manuscrit du comté de Prescott en 1871. Voir aussi William Greening, The Ottawa, Toron (...)

16Les mois d’hiver, l’homme à la tête de la maisonnée, accompagné de un ou de deux de ses fils adolescents, continuait à couper le bois et voyait aussi à battre et à moudre les grains. Les femmes et les enfants poursuivaient leurs activités d’économie domestique qui comprenaient souvent la fabrication des textiles pour la famille. Le plus tôt possible après s’être installées, les femmes commençaient à tisser des couvertures, des tapis et des tissus pour faire les vêtements selon les besoins de la famille. Elles organisaient cette industrie domestique en demandant l’entière collaboration des garçons et des filles, les plus jeunes s’occupant du filage. La plupart des familles fabriquaient leurs propres tissus pour se vêtir, soit habituellement environ 25 verges par année de « toile et de flanelle10 ».

  • 11 Selon des études locales et d’ensemble, les autochtones et les immigrants, les riches et les pauvr (...)

17Ce type d’économie familiale laisse entrevoir pourquoi les producteurs étaient d’abord et avant tout attachés à la cellule familiale même si, en participant au système agro-forestier, ils étaient reliés à une structure économique internationale. De plus, l’attachement des membres de la famille à leur économie collective aide à comprendre pourquoi le désir d’avoir une terre était une des caractéristiques du comté de Prescott, comme aussi de partout ailleurs en Amérique du Nord au 19e siècle11. La famille paraissait cruciale à la survie et au bien-être des individus et c’était la terre qui semblait offrir à la famille les meilleures possibilités.

Modèles de colonisation

18La disponibilité de certains types de sol a généré des modèles différents de colonisation chez les immigrants anglophones et francophones. Les observations des rédacteurs du temps et la localisation de maisons encore existantes de nos jours montrent que les anglophones et les francophones divergeaient d’opinion sur ce qu’ils considéraient chacun comme une bonne terre, voire une bonne terre arable.

  • 12 Voir L. S. Chapman et J. G. Putnam, « The Soils of Eastern Ontario », dans Scientific Agriculture,(...)

19Le comté de Prescott est composé de deux différents types de terre arable. Comme les glaciers recouvraient encore l’est de la région bien après que la terre au centre et à l’ouest de Toronto eut émergé, le développement de la couche terrestre dans cette région de l’est accuse donc un retard de plusieurs milliers d’années sur le reste de la province : par conséquent plus de la moitié du comté de Prescott est couvert de sable et de gravier. La plupart de ces terres peu fertiles sont situées dans les hautes plaines du comté. Dans les régions plus basses, la terre est composée d’un terreau de glaise ayant un grand potentiel de fertilité. Mais ce terreau retient l’eau et doit être drainé de façon artificielle avant qu’il ne commence à bien produire. Par conséquent, la plus grande partie des sols du comté de Prescott doivent être préparés avant qu’on ne pense à les cultiver : le sol humide, composé de glaise, doit être drainé et le sol plus sec, sablonneux, doit être fertilisé12.

  • 13 Prescott and Russell Supplement of the Illustrated Atlas of the Dominion of Canada, Toronto, Éditi (...)
  • 14 Max Rosenthal, « Early Post Offices of Prescott County », dans B.N.A. Topics, vol. 24, n° 1, p. 21

20Le modèle de colonisation des anglophones et des francophones est étroitement lié à cette topographie. Les colons anglophones ont toujours préféré les terres sablonneuses. En 1881, l’Atlas du Dominion écrivait que « les colons anglo-saxons avaient fui les vastes étendues des basses terres » ; il avaient, disaient les rédacteurs, choisi la terre des régions qui atteignaient « une altitude digne d’un certain respect13 ». Cette préférence se vérifie depuis les débuts de la colonisation anglophone. Ainsi Simon Vankleek, un loyaliste new-yorkais de l’Union de l’Empire, voyageait « dans les collines des Laurentides au nord de la rivière Outaouais quand il aperçut des hautes terres du côté sud de la rivière. » Il traversa la rivière et fut l’un des premiers colons du canton de Hawkesbury Ouest14.

  • 15 Voir Edwin C. Guillet, The Pioneer Farmer and Backwoodsman, Toronto, Éditions Ontario Publishing C (...)

21Pour s’installer dans une « haute terre » il est possible que Vankleek fut influencé par les nombreux guides faits à l’intention des colons anglophones et qui avertissaient les pionniers d’éviter les sols marécageux. En effet, ces guides soulignaient l’importance de limiter le temps et l’effort nécessaires à la culture et, par conséquent, décourageaient les colons d’acquérir une terre qui demandait à être drainée. Les conseillers anglophones croyaient que la fertilisation obligatoire des terres sablonneuses, même si ce n’était pas l’idéal, était une tâche qui exigeait moins de temps et d’effort que celle de creuser des fossés dans les champs15.

  • 16 Joseph Tassé, La vallée de l’Outaouais : sa condition géographique, Montréal, 1873, pp. 7, 9 ; Sup (...)
  • 17 A. Labelle, Projet d’une société de colonisation du diocèse de Montréal pour coloniser la vallée d (...)

22À l’opposé, les dirigeants francophones pressaient les habitants d’acquérir des étendues de terres humides. Pour encourager la colonisation dans la vallée de l’Outaouais, les rédacteurs francophones décrivaient comme une « magnifique région » les terres dont les anglophones ne voulaient pas. Alors que l’Atlas du Dominion mentionnait que « de très grandes régions des comtés de Prescott et de Russell pouvaient être qualifiées de marécages impropres à la culture », les francophones vantaient leur « grande fertilité »16. Même plus tard au 19e siècle, un dirigeant du Québec rapportait que dans la vallée de l’Outaouais « la région des belles terres était très considérable17 ».

  • 18 Donald F. Cartwright, « French Canadian Colonization in Eastern Ontario to 1910 », thèse de doctor (...)

23Les francophones qui colonisèrent la vallée de l’Outaouais au 19e siècle avaient de la terre la même conception que celle de leurs dirigeants. Donald Cartwright, après avoir systématiquement étudié les comtés de Prescott et de Russell, concluait que le colon canadien français typique préférait « s’établir sur une terre de glaise humide ». Cartwright trouvait aussi que les colons d’origine britannique « avaient une préférence pour les terres plus hautes et sèches associées aux plaines de sable et de gravier »18.

24Cette distinction semble venir, d’une part, d’un concept culturel et, d’autre part, de la nécessité. Comme nous l’avons vu, l’intense immigration du Québec a suivi la colonisation anglophone et au moment où de nombreux francophones arrivèrent dans le comté, les seules terres disponibles étaient les basses terres. (Cette réalité a aussi son importance pour les colons irlandais arrivés au cours des années 1840 car ils devaient eux aussi se contenter des terres humides.)

  • 19 Les résidents locaux avaient très conscience de l’importance de la rivière comme voie de communica (...)
  • 20 Weldon, The Salient Factors, p. 113.

25Au début du siècle, les routes du comté, dont le tracé rendait les terres hautes plus accessibles, ont aussi eu une influence sur le choix des terres. Une grande partie du comté était recouverte de forêt, et voyager était particulièrement difficile et même périlleux durant plusieurs mois de l’année. (La rivière Outaouais était une voie de communication vitale mais il n’était pas possible de s’y fier à longueur d’année.) La route principale du comté de Prescott était parallèle à la rivière19. Comme la plupart des premières routes du comté de Prescott, elle avait d’abord été une piste indienne où l’on se frayait un chemin à l’époque de la traite des fourrures. Beaucoup de ces pistes étaient situées à la limite des hautes plaines, tout particulièrement le long de la corniche traversant d’est en ouest la région et qui devint le comté de Prescott. Par conséquent, cette région attira dès le début des résidents ; dans les années 1820, environ 90 p. cent des lots des municipalités d’Hawkesbury Est et Ouest étaient situés dans les plaines de sable et de gravier20. Les régions basses, comme celle du canton d’Alfred, qui comprenaient de vastes bandes de marécages et de marais, étaient très peu colonisées. Mais ces régions devinrent le centre de la colonisation francophone.

  • 21 T. P. French, Information for Intending Settlers on the Ottawa and Opeongo Road and Its Vicinity, (...)

26Le potentiel qu’avait la terre ne fut pas le seul facteur écologique qui influença les modèles de colonisation. Pour certains, le climat rigoureux de la vallée de l’Outaouais devait être pris en considération. Un agent d’immigration anglophone admettait que les immigrants anglophones typiques tenaient « le froid en grande horreur ». A l’opposé, les dirigeants francophones voyaient le climat de la vallée ou du comté de Prescott comme quelque chose de familier, voire d’enviable, par comparaison aux conditions climatiques du nord du Québec ; dans un rapport, il est même fait mention que « le climat dans la vallée de l’Ottawa est des plus favorables à l’agriculture parce qu’il est aussi doux que dans le district de Montréal21 ».

  • 22 Duncan McDowell, l’arpenteur-adjoint de la compagnie Canada, « Report on the Townships in the Otta (...)
  • 23 Weldon, The Salient Factors, p. 123. Lord Durham avait remarqué que le « fermier anglais apportait (...)

27La chronologie de l’immigration, l’accès aux terres et les conditions climatiques donnent aux différentes définitions de ce qu’est un bon sol une importance particulière qui détermine le modèle culturel de la colonisation dans le comté de Prescott. Même aux débuts du 19e siècle, quand toutes sortes de terres étaient disponibles, les observateurs notaient une différence culturelle dans le choix de localisation des colons. En 1827, l’arpenteur-adjoint de la companie Canada rapportait que les colons écossais refusaient les terres « généralement marécageuses » du canton de Hawkesbury Ouest ; « cependant, disait-il, les colons canadiens-français aimaient défricher ces terres et faisaient de certains de ces marécages les meilleures terres de labour ». L’arpenteur-adjoint nota également que « les marécages de Caledonia étaient en général d’un genre que les Canadiens français aimaient et qu’elles étaient bonnes à cultiver quand elles étaient défrichées comme il se doit et qu’elles étaient complètement asséchées ». Les terres dans le canton d’Alfred, soulignait-il, « étaient généralement marécageuse mais c’était de bonnes terres pour les Canadiens français, ou elles pouvaient le devenir par la façon qu’ils avaient de les défricher22 ». Au début de la colonisation, quelques colons anglophones essayèrent de s’établir sur des terres basses mais, n’arrivant pas à les faire fructifier, ils émigrèrent23.

28Les recenseurs rapportaient en 1851 que les modèles anglophones et francophones continuaient d’exister au milieu du 19e siècle. Albert H. James, le recenseur du canton d’Alfred, écrivait :

la partie du canton à la limite de Longueuil a une terre argileuse et l’ouest du canton est surtout en sable ; la partie sud du canton, à travers laquelle coule le ruisseau Horse Creek qui se déverse au sud dans la rivière La Petite Nation, est basse et marécageuse et une partie de cette section, à partir du marais Great Tamrock Marsh qui s’étend dans le canton… Le canton d’Alfred est considéré comme un des plus pauvres par rapport à la qualité de son sol mais certaines terres sont bonnes et produisent de très belles récoltes.

  • 24 Recensement manuscrit du canton d’Alfred, 1851.

29Le recenseur laissait entendre que « la bonne terre », celle des régions sablonneuses, était déjà toute occupée par les anglophones et qu’on ne devait donc pas s’attendre à voir arriver d’autres anglophones. Selon lui, si jamais le canton devait connaître une autre vague « de colonisation importante, ce serait surtout l’effet des Canadiens français venant du Bas-Canada — enfin, c’est ainsi que les choses devraient plutôt se passer24 ».

  • 25 Recensement manuscrit du canton de Caledonia, 1851.

30Philip Downing, le recenseur du canton de Caledonia en 1851, reconnaissait lui aussi la relation entre les types de sol et les modèles de colonisation. Il évaluait la plupart des terres de Caledonia de piètre qualité : « généralement marécageuse et froide — elle s’étend au nord en couvrant plusieurs concessions, le grand marais s’étend sur trois ou quatre cantons, elle n’a donc aucune valeur ». Cependant, notait-il, il y a une « étendue appelée Caledonia Flats, à travers laquelle coule le ruisseau Caledonia, où des colons se sont établis et où la terre est de très grande qualité ». C’est là que les immigrants anglophones avaient établi une colonisation importante. Ils avaient été attiré par « le sol de cette couche de terre au terreau sablonneux ». Que cette partie de la terre ait été complètement occupée lui faisait dire que l’avenir de Caledonia n’était pas prometteur. Après avoir décrit la terre qui restait comme étant « sans grande valeur », Downing concluait « qu’il lui paraissait inutile de faire davantage de commentaires au sujet de cette municipalité25 ».

  • 26 Supplement of the Illustrated Atlas, p. 60.

31Comme nous l’avons vu, les prévisions des recenseurs à l’effet qu’il n’y aurait pas d’autre colonisation anglophone dans les cantons d’Alfred et de Caledonia, s’avérèrent justes au cours des dernières années du 19e siècle, alors que la population anglophone demeura sensiblement la même en dépit de l’augmentation rapide de la colonisation francophone. En 1881, l’Atlas du Dominion expliquait que « les particularités du sol et de la surface de la terre » typiques du canton d’Alfred, « jouaient contre le développement rapide » du canton par les anglophones et favorisaient l’immigration intense des francophones. Les rédacteurs analysaient ce phénomène par rapport à la tradition culturelle, expliquant que les « francophones étaient depuis longtemps habitués à vivre dans les terres plates de la Basse Province » et qu’ils étaient ainsi préparés « à cultiver des terres semi marécageuses », ce que les colons britanniques ne savaient faire. L’héritage francophone, disaient-ils, avait fourni aux immigrants les techniques adéquates pour défricher la terre. Les rédacteurs de l’Atlas admettaient que les Canadiens français « avaient fait preuve d’efficacité » dans le « défrichage préparatoire » des terres basses difficiles. Cette efficacité était le résultat, disaient-ils, de la tradition agraire particulière des Canadiens français qui s’était développée dans les terres fertiles mais très humides de la vallée du Saint-Laurent. En d’autres mots, les rédacteurs de l’Atlas expliquaient l’empressement des Canadiens français à venir s’établir dans le canton d’Alfred par le fait qu’ils possédaient la tradition agraire appropriée aux types de sol disponibles26.

32Cette façon d’expliquer les modèles de colonisation dans le canton d’Alfred s’appuie sur les données concernant les antécédents des immigrants francophones. Les registres de la paroisse Saint-Victor-d’Alfred montrent que les 86 familles considérées comme des « pionnières » venaient pour la plupart des comtés environnants du Québec, tout particulièrement de Soulanges, Vaudreuil et de Deux Montagnes (voir figure 9). Ces immigrants rencontraient des conditions agricoles qui leur étaient familières et comme en continuité avec les terres basses du Saint-Laurent qu’ils connaissaient déjà. De plus, presque tous ces colons qui arrivèrent dans le canton d’Alfred avaient de l’expérience en agriculture. (Il est significatif qu’une seule famille venait de Montréal, malgré la proximité de cette ville.)

FIGURE 9. Origine des familles pionnières canadiennes-françaises de la paroisse de Saint-Victor-d’Alfred

FIGURE 9. Origine des familles pionnières canadiennes-françaises de la paroisse de Saint-Victor-d’Alfred

33Par conséquent, les facteurs déterminant les modèles de colonisation dans le comté de Prescott semblent se situer à un niveau bien au-dessus du simple déterminisme physique. En décidant de s’y installer, chaque famille portait un jugement sur les avantages à en tirer et le fait de bien connaître certaines techniques particulières d’agriculture rendait le comté de Prescott attrayant pour certains et pas pour d’autres. Ce genre d’analyse nous donne une idée de la raison pour laquelle le nombre de familles anglophones demeura relativement le même dans le comté de Prescott après 1840. Les plus jeunes ayant hérité de la ferme, les autres enfants, devant la perspective de ne pouvoir acquérir que des terres basses, décidaient de tenter leur chance ailleurs. Cependant, la terre qui paraissait désirable aux francophones demeura disponible pour encore plusieurs décennies.

Fondation et grosseur de la famille

  • 27 Les recenseurs en 1851 assignèrent une valeur aux terres dans les cantons d’Alfred et de Caledonia (...)

34Le modèle de colonisation est directement relié à la répartition de l’âge au moment du mariage et, par conséquent, à la grosseur de la famille des colons anglophones et francophones du comté de Prescott. Le mariage dépendait de la possibilité des couples à pouvoir former leur propre maisonnée, donc à pouvoir acquérir une terre. Pour certains jeunes adultes, ce besoin était facilement comblé par un héritage qui tombait à point mais pour la plupart des jeunes hommes et des jeunes femmes, tout particulièrement chez les anglophones, il n’était pas du tout certain qu’ils pouvaient acheter une terre au milieu du 19e siècle. À ce moment-là, les terres les moins chères étaient toutes situées dans les régions basses et s’établir dans les terres hautes exigeait un capital important. Quant aux terres basses encore vacantes, il fallait désormais les acheter et pour la plupart des couples, cela représentait aussi un investissement important27. C’est pourquoi les couples anglophones et francophones retardaient le moment de se marier, malgré la disponibilité évidente des terres au milieu du siècle. Avant de s’établir en ménage, les couples anglophones qui ne désiraient pas émigrer devaient attendre un héritage ou bien une place dans une autre maisonnée alors que les francophones, eux, devaient amasser des économies. De 1851 à 1871, ces facteurs ont contribué à reporter à plus tard les mariages chez les deux groupes, mais tout particulièrement chez les anglophones.

35Le processus de fondation de la famille est au cœur de l’histoire sociale du comté de Prescott puisque, en raison de la production non mécanisée du système agro-forestier, la grosseur de la famille avait de graves conséquences sur le sort même de la famille. Le nombre de personnes aptes au travail que la famille pouvait utiliser déterminait l’étendue de ses activités économiques et mesurait la portée des possibilités matérielles dont elle pouvait tirer profit dans le comté. Les femmes anglophones et francophones enfantaient donc à un rythme régulier tout au long de leurs années de fécondité de sorte qu’une famille moyenne pouvait compter sur le travail de plusieurs adolescents. (Les familles francophones avaient en moyenne un enfant de plus que les familles anglophones mais, comme nous l’avons vu, cette différence, tout particulièrement quand la mère avait moins de 40 ans, tenait simplement au fait que les francophones fondaient leur famille à un âge plus précoce.)

Participation à l’industrie forestière

36L’établissement des fermes était une façon d’entrer dans le monde de l’industrie forestière dont les activités au milieu du 19e siècle se combinaient aux activités agricoles de trois façons principales : 1) par la vente des produits issus du défrichage de la terre ; 2) par les emplois saisonniers qu’occupaient les fermiers ou leurs fils aux scieries ou aux chantiers, et 3) par la vente des produits de la ferme aux chantiers durant l’hiver.

  • 28 Par exemple, voir Kelly, « The impact of Settlement » ; and John J. Mannion, Irish Settlements in (...)
  • 29 Lower donne un aperçu général de ces développements dans, The North American Assault. C. Grant Hea (...)

37 Défrichage de la terre. Certaines études semblent indiquer que les premiers colons détestaient l’épaisse forêt qui couvrait la majeure partie de la province ; les arbres leur paraissaient être un obstacle à l’agriculture et le défrichage, une tâche très pénible28. Pourtant, dans la vallée de l’Outaouais, la forêt était une importante ressource naturelle dont les colons pouvaient disposer et qui aida, davantage qu’elle n’a nui, à l’établissement d’une économie domestique viable. Ce phénomène était tout particulièrement important dans le comté de Prescott à cause des changements qui se produisirent dans l’industrie forestière de la vallée de l’Outaouais. Au commencement du siècle, le marché était presque entièrement destiné à l’exportation vers l’Angleterre qui voulait du bois équarri. Mais plusieurs décennies plus tard, l’étendue des forêts du nord-est des États-Unis ayant rapidement diminué, les Américains cherchèrent de nouvelles régions pour s’approvisionner en bois d’œuvre. Ils découvrirent ainsi que la vallée de l’Outaouais pouvait être une excellente source d’approvisionnement en bois. Ainsi, la disponibilité des ressources canadiennes et la forte demande des Américains menèrent au Traité de réciprocité de 1854 par lequel les produits du bois canadiens pouvaient entrer sans frais au États-Unis. L’exportation du bois d’œuvre augmenta alors pour satisfaire à la fois aux demandes habituelles de l’Angleterre et au nouveau marché américain29.

38La croissance du marché américain eut des conséquences importantes sur l’industrie forestière de la vallée de l’Outaouais. Les Américains voulaient du bois scié plutôt que du bois équarri. Par conséquent, dans les années 1840, on assista à une augmentation rapide de la production de madriers par exemple, ces pièces de bois de construction scié d’environ trois pouces d’épaisseur, dix pouces de largeur et de 10 à 24 pieds de longueur. Les madriers étaient exportés en Angleterre et aux États-Unis mais ils étaient aussi vendus aux scieries canadiennes qui les recoupaient pour répondre au marché de l’habitation. Les Hamilton Brothers de Hawkesbury furent l’un des principaux fournisseurs de madriers et, au milieu du 19e siècle, ils occupaient une place prépondérante, non seulement dans l’économie du comté de Prescott mais parmi toutes les compagnies de bois de la vallée de l’Outaouais.

  • 30 Voir Lower, Settlement and the Forest Frontier.

39Dans une certaine mesure, l’augmentation de l’industrie du sciage donna aux régions boisées déjà en exploitation une nouvelle valeur. Ces régions, qui comprenaient dès les années 1830-1840 la majeure partie de la vallée de la Basse-Outaouais, avaient été dépouillées des arbres immenses nécessaires à la production de bois équarri, mais il y restait des arbres plus petits que la scierie pouvait transformer en madriers et en planches. Par conséquent, l’augmentation rapide de la demande pour du bois d’œuvre scié a prolongé la vie de l’industrie forestière dans la vallée de l’Outaouais, même quand cette région n’était déjà plus considérée comme une zone forestière30.

  • 31 Rapport de T. C. Keefer, Journal of the Legislative Assembly of Canada, 1847, appendice 100, n° 5.
  • 32 Tassé, La vallée de l’Outaouais, p. 7.

40L’industrie du bois équarri, en ne sélectionnant que les meilleurs gros arbres, laissa plusieurs cantons du comté de Prescott encore couverts de bois au milieu du 19e siècle. En 1847, un arpenteur, qui devait faire un tracé à travers le comté pour le compte de constructeurs de route, rapportait qu’une « forêt dense, presque entièrement de pins et ayant un sous-bois touffu » entravait son travail31. Même si la superficie de cette forêt avait diminué au cours des ans, elle était évaluée en 1873 à « environ 250 000 acres de terre couverte de bois d’une excellente qualité » dans les comtés de Prescott, Russell et Vaudreuil32.

  • 33 Recensement manuscrit, canton de Caledonia, 1871.

41Ainsi, l’industrie du bois de sciage dans la vallée de l’Outaouais permit aux colons qui arrivèrent dans le comté de Prescott au milieu du 19e siècle de tirer quelques profits du défrichage de leur terre et ce, jusqu’en 1871. Le recenseur qui fit le recensement agricole dans le canton de Caledonia nota, au sujet de certaines maisonnées, que « la terre avait été défrichée l’été dernier, mais trop tard pour les récoltes » ou bien que « la terre avait été défrichée mais non ensemencée l’été dernier ». Puis, apparemment fatigué d’inscrire ces commentaires, il nota simplement « ce genre de situations se retrouvent chez plusieurs familles recensées [sur les questionnaires du recensement manuscrit]33 ».

  • 34 Recensement manuscrit, canton d’Alfred, 1851, 1861, 1871.

42Pour répondre à la demande de bois d’œuvre, des scieries s’installèrent au cours des années 1840 et 1850 à la croisée des chemins, à travers tout le comté de Prescott, prêtes à acheter tout produit provenant des familles. En 1851, dans le canton de Longueuil, une petite scierie « employant cinq personnes à temps partiel » transforma « environ 2 000 billots, le plus souvent en planches de bois ». En 1851, le canton de Caledonia avait également une scierie alors que le canton d’Alfred eut la sienne propre, évaluée à 8 000 $, en 1861. L’impact du commerce du bois d’œuvre devint encore plus important au fils des ans et en 1871, le comté de Prescott comptait 16 scieries34.

  • 35 Higginson, Diaries, p. 9.
  • 36 La fabrication de la potasse est décrite par W.H. Smith dans Canada : Past, Present and Future, Mo (...)

43Avant le milieu du siècle, une autre façon de tirer profit du défrichage de la terre était de brûler les arbres et de vendre leurs cendres pour en faire de la potasse. Pour cela, les bûches, coupées à la hache et dégarnies, étaient empilées de manière à brûler facilement. Puis, la famille ramassait avec précaution les cendres qu’elle mettait dans une bouilloire. En versant de l’eau dans la bouilloire, les colons obtenaient de la lessive, cette substance alcaline qu’ils pouvaient ensuite utiliser pour faire leur propre savon. Même au milieu du siècle, les familles pouvaient encore vendre la lessive au marché local ou vendre des barres de savon à une petite fabrique de tissus35. Mais, plus important encore, les familles pouvaient faire réduire la lessive par évaporation, la laisser refroidir dans un chaudron en fer et fabriquer ainsi la potasse ferme que voulaient les marchés canadiens et ceux de Nouvelle-Angleterre. Si une famille n’avait pas la bouilloire ni le chaudron en fer nécessaires à la fabrication de la potasse, elle pouvait vendre la cendre à quelqu’un d’autre. Cependant, comme la fabrication de la potasse ne demandait pas d’habileté ni d’investissement en capital, mais qu’elle augmentait de façon substantielle le revenu à tirer du défrichage, les familles s’efforçaient d’acheter à crédit les ustensiles nécessaires, donnant en garantie les cendres ou les produits escomptés de la ferme36.

  • 37 De Barbezieux, Histoire, vol. 1, p. 285.
  • 38 French, Information for Intending Settlers ; Labelle, Projet d’une société de colonisation.
  • 39 French, Information for Intending Settlers, pp. 24-26 ; de Barbezieux, Histoire, p. 285.
  • 40 Recensement du Canada, 1861, 1871.

44Pour plusieurs, l’argent obtenu de la vente de la cendre ou de la potasse les récompensait de leur peine à défricher la terre et, au tout début, c’était souvent « la principale ressource » des familles de colons dans la vallée de l’Outaouais37. Selon l’évaluation d’un anglophone, le défrichage de deux acres de terre pouvait produire un baril de po tasse qui revenait à 30 $, toutes dépenses payées. Selon une source francophone moins optimiste, la potasse revenait à 20 $ le baril38. Le nombre d’acres qui pouvaient être défrichés dans une année dépendait de la terre elle-même et de la somme de travail qu’une famille pouvait fournir. Au cours de l’hiver, on disait que deux hommes pouvaient défricher « 15 arpents de terre neuve » (12 acres et demi) mais qu’au printemps, ils pouvaient défricher en moyenne deux acres de terre par semaine39. Aucun registre n’indique le montant qu’une famille pouvait tirer de cette activité, mais en 1861, il y avait encore de petites fabriques locales de potasse dans l’est de l’Ontario. Dans le comté de Prescott, il y avait six « fabriques » qui produisaient 220 barils de potasse évalués à 7 000 $. En 1871, il semble que la production de la potasse ait été en partie centralisée dans le comté de Glengarry car si en 1861 il n’y avait que deux incinérateurs, en 1871 on en comptait 10 dont la production était évaluée à 14 220 $. A l’opposé, dans le comté de Prescott, le nombre de fabriques diminua à trois en 1871 ; cependant, leur production s’élevait à 7 030 $40.

45Chaque revenu familial tiré de la vente des bûches de bois ou de la potasse est relié à la grandeur de la propriété, mais une des caractéristiques des colons, c’est qu’ils faisaient généralement l’acquisition de lots suffisamment grands pour leur assurer un rendement pendant au moins plusieurs années. Cela est vrai des colons anglophones arrivés au début du siècle et des francophones arrivés au milieu du siècle. Dans les cantons d’Alfred et de Caledonia, au cours des années 1850 et 1860, la plupart des fermiers anglophones et francophones possédaient une terre de plus de 50 acres. Pas plus de 10 p. cent des fermiers de Caledonia possédaient une terre de moins que 50 acres. À Alfred, une proportion plus grande de fermiers possédaient une terre de 20 à 49 acres mais la majorité avait des terres plus grandes et en 1871, plus de 87 p. cent des fermiers francophones avaient des terres d’au moins 50 acres. (Voir tableau 16.)

  • 41 Les membres de la Société historique du comté de Prescott ont été très généreux, tout particulière (...)

46 Emploi saisonnier. La première façon dont les familles pouvaient tirer profit de l’industrie forestière au milieu du 19e siècle, c’était par la vente des produits du bois dérivés du défrichage de la terre. La deuxième, c’était par l’emploi saisonnier que trouvait le responsable de la maisonnée, ou ses fils aînés. Les Hamilton Brothers de Hawkesbury étaient les principaux employeurs, ayant leur siège social dans le comté de Prescott. Les historiens locaux ont conservé quelques-uns des registres de la compagnie dont certains donnent des détails concernant la main-d’œuvre41. Un de ces registres comprend un résumé de l’emploi de tous les travailleurs de la compagnie en 1856 et en 1857, ce qui permet de calculer la durée de l’emploi et le salaire des travailleurs dans les chantiers des régions de la Gatineau et de la rivière Rouge et dans les scieries de Hawkesbury. La documentation est fragmentaire et les travailleurs n’y sont identifiés que par leurs noms, mais ces données, associées à celles des recensements du comté de Prescott concernant l’âge et le statut social des travailleurs de l’industrie forestière, aident à déterminer le rôle de l’emploi saisonnier au niveau de l’économie familiale.

TABLEAU 16. Dimensions des lots appartenant à des propriétaires-fermiers, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1861-1871

TABLEAU 16. Dimensions des lots appartenant à des propriétaires-fermiers, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1861-1871

Source : recensement manuscrit, 1861-1871

47L’industrie forestière de la vallée de l’Outaouais offrait, comme emploi, un travail aux chantiers, l’hiver, et un travail aux scieries, du printemps à l’automne. Les hommes de chantier recevaient généralement leur salaire pour leurs trois ou quatre mois de travail juste avant la fin des travaux en avril. À ce moment-là, certains revenaient ouvrir les scieries et d’autres restaient pour faire la drave, c’est-à-dire faire acheminer les billots sur la rivière. Les travailleurs qui restaient au chantier recevaient habituellement une augmentation de salaire, ce qui indique la compétitivité entre les différents débouchés à la fin de l’hiver mais aussi l’adresse supplémentaire et le courage que demandait le transport du bois sur la rivière Outaouais et ses affluents. Les scieries, comme celle de Hawkesbury, fonctionnaient à pleine capacité du printemps à l’automne et plusieurs travailleurs étaient payés jusqu’à pour cinq mois d’ouvrage. De plus, les scieries embauchaient les travailleurs agricoles disponibles pour de courtes durées, quand les travaux de la ferme étaient moins pressants. Ces travailleurs pouvaient ainsi être à la scierie les quelques semaines précédant généralement les récoltes.

48Les registres des Hamilton Brothers montrent que la compagnie employa environ 450 travailleurs en 1856 et 1857. À un certain moment, par contre, le nombre d’employés diminua en raison du cycle de travail propre à l’industrie du bois d’œuvre. Des 200 et quelque hommes embauchés aux chantiers, environ les deux tiers travaillaient aussi aux scieries de Hawkesbury ; d’autres travailleurs vinrent augmenter le nombre d’employés dans les scieries pour un total de 360 employés, en moyenne, ces années-là. (Voir tableau 17.)

49Le salaire habituel aux chantiers était de 10 $ à 13 $ par mois, plus la pension. La plupart des employés travaillant dans les scieries gagnaient un meilleur salaire, soit de 12 $ à 15 $ par mois, mais ils devaient voir à se loger et à se nourrir. Toutefois, certains gagnaient aussi peu que 4 $ ou 5 $ par mois, ce qui indique que les enfants travaillaient aux scieries. Des garçons de 12 à 14 ans travaillaient comme messagers, transportaient les seaux d’eau potable, balayaient les bureaux et aidaient les fermiers plus âgés. Les registres de la compagnie Hamilton n’indiquent pas l’âge de ses employés, mais le recensement de 1871 révèle qu’environ 15 p. cent des 388 travailleurs enregistrés dans les scieries du comté de Prescott avaient moins de 16 ans. Ces chiffres totalisent le travail dans les entreprises des Hamilton Brothers et aussi dans les scieries locales qui comptaient encore davantage sur le travail des jeunes. En 1871, par exemple, le canton d’Alfred était fier de posséder une scierie qui employait 20 adultes et 10 jeunes de moins de 16 ans.

50À l’opposé, le travail de bûcherons demandait de la force physique au-delà des capacités des enfants. Le recensement ne cherchait pas officiellement à obtenir de l’information concernant les bûcherons dans le comté de Prescott, mais fort heureusement, le recensement manuscrit de 1851 du canton de Caledonia laisse voir leur profil démographique. Ainsi, pour les individus qui normalement résidaient dans le canton mais qui étaient absents au moment du recensement, le recenseur a rempli la colonne réservée à cet effet et inscrit « au chantier » lorsque nécessaire. Ces renseignements additionnels démontrent clairement que les bûcherons venant des régions rurales étaient de jeunes adultes. Les 29 bûcherons de Caledonia étaient en majorité des fils de fermiers ou des ouvriers agricoles non mariés. La plupart avaient près de 20 ans ou un peu plus et seulement deux avaient moins de 16 ans. Il est évident que le travail de bûcheron était réservé à ceux qui étaient physiquement en pleine forme. (Voir tableau 18.)

TABLEAU 17 Main-d’œuvre des Hamilton Brothers, 1856-1857

TABLEAU 17 Main-d’œuvre des Hamilton Brothers, 1856-1857

Note : l’addition ne totalise pas le nombre d’employés travaillant aux chantiers et aux scieries parce que plusieurs travaillaient successivement aux deux.
Source : registre d’emploi des Hamilton Brothers de Hawkesbury, 1856-1857, aujourd’hui à la bibliothèque de Hawkesbury

  • 42 L’importance du marché que représentaient les chantiers est soulignée par Robert Leslie Jones dans(...)
  • 43 Ces chiffres ont été rapportés dans The Canadian Handbook and Tourist’s Guide, Montréal, Éditions (...)

51 L’approvisionnement des chantiers en nourriture. Une autre façon de participer à l’industrie forestière, c’était en fournissant la nourriture nécessaire aux chantiers de coupe de bois, l’hiver. À ce moment-là, les camps de bûcherons fonctionnaient à plein régime et l’énorme besoin de viandes, de céréales et de légumes faisait augmenter le prix des produits agricoles à des niveaux très élevés. Certaines provisions étaient importées des États-Unis ou d’autres régions du Canada ; par exemple, le porc venait habituellement de Cincinnati et la farine de l’ouest de l’Ontario. Mais certains produits étaient trop encombrants pour pouvoir être transportés sur de longues distances et, par conséquent, l’industrie forestière était obligée de compter sur les marchés locaux. Les produits comme le foin, l’avoine et les pommes de terre comptaient parmi les plus importants et tout au long de la deuxième moitié du siècle, les fermiers de la vallée de la Basse-Outaouais ont profité d’un marché captif pour écouler leurs surplus de production42. En 1867, les camps de bûcherons des Hamilton Brothers ont consommé 2 000 tonnes de produits agricoles comprenant 750 tonnes de foin, 2 500 boisseaux d’avoine, 5 000 boisseaux de navets et 6 000 de pommes de terre, 1 000 barils de porc, 9 000 barils de farine et 2 000 boisseaux de flocons d’avoine43. Plusieurs de ces produits venaient des fermes appartenant aux Hamilton Brothers qu’ils exploitaient sur le versant nord de la rivière Outaouais. Cependant, seules les grosses compagnies avaient leurs propres fermes et la croissance des besoins de l’industrie du bois a créé une grande dépendance face à la production locale à petite échelle.

TABLEAU 18. Hommes de chantiers, canton de Caledonia, 1851

TABLEAU 18. Hommes de chantiers, canton de Caledonia, 1851

Source : recensement manuscrit, 1851

  • 44 Journal and Transactions of the Board of Agriculture of Upper Canada for 1856-1857, cité dans Jone (...)
  • 45 Journal of the House of Commons, 1876, appendice n° 7, p. 26, cité dans Jones, History of Agricult (...)
  • 46 Journal of the Legislative Assembly of Canada, appendice 2, 1847, n° 1, 1er juin 1847.

52Les écrivains du temps reconnaissaient que ce type de marché promettait un revenu substantiel aux colons entreprenants. Une agence d’immigration anglophone, installée à Ottawa en 1857, distribuait des brochures soulignant l’énorme marché créé par l’industrie du bois d’œuvre et prédisant que « cette industrie très importante […] va avoir besoin de plus de produits que ce que la colonisation pourrait produire pendant plusieurs années44 ». Un résident du canton de Carleton écrivait d’ailleurs en 1876 : « Le fermier d’ici a un marché local pour écouler ses produits à gros grains et cela est plus à son avantage que s’il les utilisait à engraisser un troupeau, en raison des énormes intérêts de la région dans l’industrie du bois d’œuvre45. » Les difficultés de transport dues aux mauvaises routes garantissaient aux fermiers locaux des prix élevés pour les produits en vrac qu’ils fournissaient aux chantiers. En 1847, le commissaire des travaux publics faisait remarquer que dans la vallée de l’Outaouais, « on payait les prix les plus élevés… pour les produits agricoles ». Il affirmait « avoir vu payer le foin 10 £ la tonne, 6 £ le boisseau d’avoine et le même prix pour les pommes de terre46 ». De plus, les fermiers et leurs fils pouvaient apporter les provisions aux chantiers et, s’ils le voulaient, ils pouvaient ensuite louer leur force de travail et leurs traîneaux. De cette façon, la famille y gagnait doublement durant l’hiver.

TABLEAU 19. Production agricole, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1851-1871

TABLEAU 19. Production agricole, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1851-1871

a Ces chiffres ne sont pas disponibles parce qu’ils ont été incorporés à ceux du canton de Longueuil lors de l’impression des documents de recensements. Le recensement manuscrit concernant l’agriculture dans le comté de Prescott en 1851 a disparu.
b Non inscrit dans la liste de recensement.
Source : Recensement du Canada, 1851-1871

53Comme les familles du comté de Prescott participaient à l’industrie de la coupe du bois en fournissant des produits alimentaires, ce sont évidemment leurs récoltes qui étaient les plus en demande dans les chantiers. Durant tout le milieu du siècle, le foin, l’avoine et la pomme de terre étaient les produits de base de leur culture. En 1871, la culture du foin occupait deux fois plus d’espace que tout autre produit dans les cantons d’Alfred et de Caledonia. Cette année-là, à Caledonia, on récolta 1 502,5 tonnes de foin alors que le canton d’Alfred, plus récent, n’en produisit que 919 tonnes. Les cultures de l’avoine et de la pomme de terre étaient aussi très importantes dans ces cantons. D’autres produits avaient aussi leur place, comme le blé, les pois et l’orge mais leur importance ne fut jamais comparable à celle du foin, de l’avoine et de la pomme de terre. (Voir tableau 19.)

54Le marché forestier étant disponible, les fermiers du comté de Prescott avaient pour objectif de produire des surplus. Pour cela, il leur fallait évidemment de grandes étendues de terre défrichée et plusieurs fermiers anglophones et francophones avaient atteint cet objectif dès 1871. L’ancienneté des colons anglophones se réflétait dans le nombre de fermes ayant plus de 20 acres de terre défrichée en 1861 et 1871. Pendant cette période, la grande majorité des fermiers anglophones exploitaient leur terre à des fins commerciales. Il n’y avait qu’un seul Canadien français dans le canton de Caledonia à avoir une portion de terre cultivable appréciable, alors que dans le canton d’Alfred, moins de la moitié des fermiers cultivaient 20 acres ou plus. En 1871, cependant, les familles francophones étaient beaucoup plus nombreuses à posséder de grandes terres défrichées qui leur permettaient de produire des surplus de récolte. (Voir tableau 20.)

TABLEAU 20. Amendement des sols sur les lots des propriétaires-fermiers, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1861-1871

TABLEAU 20. Amendement des sols sur les lots des propriétaires-fermiers, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1861-1871

Source : recensement manuscrit, 1861-1871

LES ANNÉES D’EFFONDREMENT : À PARTIR DE 1870

  • 47 T.C Keefer, Montreal and the Ottawa, Montréal, 1854, p. 116.
  • 48 John MacTaggart, Three Years in Canada, London, 1828, non paginé ; Lucien Brault cite Mgr Guigues (...)

55La coexistence de l’agriculture et de la coupe du bois au milieu du siècle a poussé les observateurs de l’époque à reconnaître que la vallée de la Basse-Outaouais offrait des débouchés économiques aux familles. En 1854, un responsable du gouvernement dans la vallée de l’Outaouais disait : « La population est débrouillarde, elle mange mieux et vit mieux que n’importe quelle autre population que je connaisse au pays… Je n’ai jamais vu ailleurs autant d’argent et autant de confort pour tout le monde47. » Selon John MacTaggart, les Canadiens français installés le long de la rivière Outaouais étaient « de loin les gens les plus respectables du pays… et ils vivaient dans un bonheur relatif ». Joseph Guigues, l’évêque d’Ottawa, disait lui aussi, après avoir fait le tour du comté de Prescott en 1860 que « les terres étaient excellentes » et que, par conséquent, « les Canadiens y affluaient48 ».

  • 49 Blanchard a grandement souligné l’impact négatif de la coupe du bois sur l’agriculture dans L’est (...)

56Avec le temps, cependant, la nature du système agro-forestier parut sous son vrai jour dans la vallée de l’Outaouais. L’état de dépendance envers l’industrie du bois d’œuvre engendra une faiblesse structurale inhérente aux économies familiales49. Les observateurs de l’époque n’ont pas reconnu cette faiblesse et ce n’était pas un problème bien grave au milieu du 19e siècle, mais il importe de l’évaluer pour mieux situer la suite de l’évolution du comté de Prescott. Les économies familiales dépendaient de l’industrie du bois d’œuvre puisque, en elle-même, l’agriculture offrait des débouchés très limités dans la région. Non seulement le travail aux chantiers ou aux scieries était nécessaire pour pouvoir réussir à s’établir sur une ferme, mais la qualité de la terre et sa localisation dans le comté allaient à l’encontre d’une activité agricole indépendante. Il fallait, dans les terres plus élevées, ôter les pierres et les roches, un travail exténuant qui demandait un effort collectif. Par exemple, le 26 septembre 1846, Thomas Tweed Higginson, alors âgé de 18 ans, avec l’aide de son frère et de deux parents « utilisa les bœufs et les bouvillons toute la journée pour soulever et ôter les roches ». Ce travail était difficile et demandait une volonté de fer. Après des décennies à essayer de venir à bout de ce travail, Higginson écrivait en 1878 avec frustration et résignation,

  • 50 Higginson, Diaries, pp. 8,43.

qu’il était en train de préparer le sol pour le maïs ; les éternelles roches encore dans son chemin. Rien, si ce n’est la persévérance, ne les ôtera de leur lit. Ce fut une mauvaise cargaison que ces icebergs ont acheminé dans les temps anciens, quand le monde commençait à peine. Et bien, c’est encore là, et cela y restera jusqu’à ce que quelque chose de plus fort que le désir n’entreprenne de les ôter50.

57Par ailleurs, les terres basses, plus riches, étaient souvent inondées, surtout au printemps. Dans les régions marécageuses, un hiver rigoureux pouvait ruiner les fermes, obligeant la famille à dépendre de ses amis ou de sa parenté pour survivre.

  • 51 Séguin offre des exemples comparatifs dans La conquête du sol et Wynn, dans Timber Colony.

58De plus, en raison des mauvaises routes et de la pénurie de moyens de transport en général, les fermiers du comté de Prescott ne pouvaient vendre leur surplus de production que dans les chantiers de coupe de bois, au nord. Sans ce marché, l’agriculture dans le comté de Prescott n’aurait jamais, à aucun moment au 19e siècle, dépassé le niveau de subsistance. C’est pourquoi le système agro-forestier paraissait une stratégie économique rationnelle à la plupart des familles au milieu du 19e siècle ; mais avec le temps, ce système les plaça dans une situation de dépendance très grande. Cette dépendance était d’autant plus précaire que le travail dans l’industrie du bois d’œuvre était essentiellement saisonnier et que la sécurité du travail se limitait au jour le jour. Des employeurs, comme les Hamilton Brothers, n’embauchaient des travailleurs que le temps nécessaire ; les besoins des compagnies forestières, plus que ceux des familles, déterminaient les modèles d’embauche51.

  • 52 Registre des employés des Frères Hamilton, 1856. Pour des points de comparaison avec l’industrie a (...)

59De plus, même si la compagnie des Hamilton Brothers offrait divers débouchés, elle régnait aussi sur le marché du village de Hawkesbury et récupérait, grâce à son magasin, une somme importante du salaire qu’elle versait à ses employés. On rapportait que les prix des produits étaient beaucoup trop élevés à ce magasin et qu’on y offrait des marchandises de luxe que les travailleurs des Hamilton pouvaient acheter à crédit ; le jour de paie, à chaque fin de mois, les salaires étaient déjà tout dépensés. En outre, le travail saisonnier exigeait une grande force physique. Le travail dans l’industrie de la coupe du bois était réservé aux hommes forts et en santé mais même pour ceux qui étaient physiquement capables de travailler, il y avait continuellement des risques. Les gelures, les accidents causés par la machinerie à la scierie et les dangers bien connus du flottage du bois et de la drave faisaient partie des quelques risques inhérents à l’exploitation forestière de la coupe du bois. Pour certains jeunes hommes, leur brève expérience de ces conditions de travail suffisait à les décider de chercher du travail ailleurs, malgré la promesse d’un salaire relativement bon. Michel Dupuis, par exemple, travailla trois jours en 1856, avant de « s’enfuir52 ».

  • 53 On trouvera une vue d’ensemble du contexte européen dans Lutz K. Berkner et Franklin F. Mendels, « (...)
  • 54 Alan A. Brookes traite des relations entre l’émigration et les stratégies familiales en Nouvelle-E (...)

60L’importance du travail saisonnier dans l’économie familiale était donc à plusieurs égards trompeuse. Le travail aux chantiers ou à la scierie pouvait financièrement aider les jeunes à se préparer à former un ménage, puis à avoir des enfants, mais fondamentalement, ce travail n’offrait aucune sécurité et représentait un voie économique bien peu fiable. Dans ce contexte, l’économie de la famille, ballottée par les vicissitudes de l’instabilité économique, ne progressait pas sans difficultés et faisait souvent des embardées de tous côtés et parfois même, elle régressait. Ce phénomène aide à comprendre pourquoi les gens se mariaient à un âge relativement avancé dans le comté de Prescott au 19e siècle, c’est-à-dire que les couples ne se mariaient pas avant d’avoir atteint la moitié de la vingtaine, suivant en cela un modèle de mariage qui se rapprochait davantage du modèle classique européen. En Europe, on expliquait ce phénomène par rapport aux faibles débouchés d’une économie relativement fermée53. Même si cette explication ne s’applique pas directement au comté de Prescott, la dépendance généralisée face au travail saisonnier faisait qu’il était difficile de créer un ménage, ce qui suscitait beaucoup d’appréhension face à la fondation de la famille. Les obstacles à l’établissement d’une maisonnée viable, même quand l’économie allait relativement bien, expliquent davantage le phénomène de l’émigration qui avait cours au milieu du 19e siècle. Même si, comme nous l’avons vu, l’économie traversait une période de croissance, plusieurs jeunes choisissaient d’aller s’établir ailleurs54. Cette décision traduit les aspects négatifs du système agro-forestier, lesquels s’accentuèrent au cours des années 1870.

Le recul de la zone forestière

  • 55 Sur l’industrie de la coupe de bois durant la deuxième partie du 19e siècle, voir W. E. Greening, (...)
  • 56 The News and Ottawa Valley Advocate, le g janvier 1877.
  • 57 Dès le début des années 1880, le chemin de fer avait réduit le coût des transports de la vallée de (...)

61La crise économique commença avec le recul de la zone forestière vers le nord, loin du comté de Prescott55. Il devint de plus en plus difficile pour les familles du comté de se construire une existence viable à partir de la mise en commun du travail de chacun et, en 1881, les rapports locaux mentionnaient que « les temps durs soulevaient un tollé presque universel56 ». Pour les fermiers, vendre leurs produits aux chantiers leur était maintenant moins profitable, alors qu’il en coûtait moins cher aux compagnies de s’approvisionner dans les régions plus à l’ouest qui profitaient de l’achèvement des routes menant aux zones de coupe de bois et du réseau ferroviaire reliant le sud et le nord de l’Ontario. Les producteurs locaux du comté de Prescott perdirent leur situation privilégiée et furent obligés d’entrer en concurrence avec les fournisseurs de produits de tout l’Ontario et du nord des États-Unis57.

62En l’absence d’autres débouchés, quelques fermiers du comté de Prescott continuèrent de se rendre aux chantiers l’hiver mais la proportion de ceux qui s’y rendaient diminua avec le temps. Les recensements de 1871 et de 1881 nous permettent d’évaluer la montée aux chantiers dans les années 1870. Chacun de ces recensements comportait des questions au sujet du mois de naissance de tous les enfants nés durant l’année. En prenant pour acquis que les femmes avaient une période de gestation normale, nous pouvons utiliser ces données pour connaître le mois de la conception de leurs enfants, c’est-à-dire le moment où les hommes mariés étaient dans le comté ; cela nous permet de dessiner un modèle de résidence selon la présence ou l’absence des maris. Il va de soi qu’on ne peut utiliser cette analyse qu’à titre indicatif puisque le nombre d’hommes engagés aux chantiers et le nombre de géniteurs en 1871 et en 1881 excèdent de peu le nombre total de la population masculine. De plus, de nombreux facteurs ont une influence sur le moment de la naissance, tout particulièrement quand il s’agit d’un premier enfant dont la naissance peut être reliée au modèle saisonnier de mariage. (Dans le comté de Prescott, cependant, ce facteur n’est pas troublant puisque le niveau de fécondité était en général très élevé.)

63Le tableau 21 montre les données pour 1871 et 1881. (L’ensemble des données pour 1881 ont été publiées sur une base bimensuelle mais le modèle général est compréhensible.) Dans ces deux recensements, le taux estimé de conception se révèle être le plus bas durant les mois de février et de mars, c’est-à-dire quand les hommes du comté de Prescott devaient normalement se trouver aux chantiers. On constate ensuite une augmentation rapide des conceptions durant les deux mois suivants, c’est-à-dire au retour des hommes. De plus, même si le modèle est semblable pour les deux années, on note un degré de variation moindre dans le recensement de 1881 qui fut effectué au moment où le recul de la zone forestière rendait le travail aux chantiers davantage hors de portée des hommes du comté de Prescott. En 1871, 11,9 p. cent des conceptions avaient eu lieu en février et en mars et, en 1881, 13,3 p. cent. La proportion des conceptions durant les mois d’avril et de mai grimpe d’au moins 9 p. cent en 1871, mais de seulement 5,5 p. cent en 1881. Comme ces données se rapportent à tous les hommes mariés du comté de Prescott, et non seulement à ceux qui allaient dans les bois, ces changements sont très révélateurs.

64Cette hypothèse s’appuie aussi sur un autre fait dont on aurait pu craindre au départ qu’il apporte de la confusion. Les historiens ont découvert que de nombreuses pratiques religieuses affectaient le modèle d’enfantement de plusieurs sociétés. Il est pertinent de mentionner ici que l’église catholique d’alors exigeait que les couples s’abstiennent de toute relation sexuelle durant le carême, soit les 40 jours (à l’exclusion des dimanches) précédant Pâques. Si les fidèles du comté obéissaient à cette directive, on devrait donc voir une diminution du nombre des naissances neuf mois plus tard, vu le grand nombre de catholiques dans le comté de Prescott. Malheureusement pour notre analyse, se chevauchent la période du carême et la saison où les hommes devaient être absents au chantier, ce qui ne permet pas de bien isoler les facteurs économiques des facteurs religieux sur l’incidence de la conception. Cependant, les données mensuelles du recensement de 1881 sont révélatrices. En effet, comme la fête de Pâques n’est jamais à date fixe mais se situe toujours dans les quatre semaines suivant le 21 mars, elle tombait le 17 avril en 1881, ce qui signifie que le carême dura plus de la moitié du mois d’avril. Si les facteurs religieux avaient une influence sur les modèles de conception d’enfants, il devrait donc proportionnellement y avoir beaucoup moins de conceptions durant le mois d’avril que durant le mois de mai. Mais en réalité, la proportion de conceptions pour ces deux mois est semblable et parmi les plus élevées de tous les mois. Par conséquent, ces données démontrent que les facteurs économiques étaient plus importants que les facteurs religieux dans le modèle du cycle des conceptions et des naissances. La diminution du nombre d’hommes partant aux chantiers au cours des années 1870 est aussi une déduction qui a du sens. Il y avait moins de fermiers qui allaient vendre leurs produits aux chantiers l’hiver. La zone forestière s’éloignait vraiment du comté de Prescott.

TABLEAU 21. Modèle saisonnier des conceptions et des naissances, comté de Prescott, 1871-1881

TABLEAU 21. Modèle saisonnier des conceptions et des naissances, comté de Prescott, 1871-1881

a Les données pour 1871 ne sont disponibles que par groupe de deux mois.
b Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.
Source : Recensement du Canada, 1871-1881

Des problèmes exacerbés

  • 58 L’Interprète, le 30 juillet 1890.

65La non-intégration de l’agriculture à des marchés autres que ceux de l’industrie forestière est une caractéristique fondamentale du système agro-forestier. Dans le cas du comté de Prescott, d’autres débouchés commerciaux ne sont pas venus compenser le retrait des marchés qu’avaient été jusqu’ici les chantiers. Il y avait évidemment, de l’autre côté de la frontière, particulièrement dans l’état de New York, un marché pour les produits agricoles mais les fermiers du comté devaient payer une taxe à l’exportation, ce qui diminuait leur compétitivité. Un journal local suggéra qu’on rétablisse le Traité de Réciprocité de 1854, calculant qu’ainsi chaque fermier épargnerait 150 $ par année « sur les produits de son exploitation ». Même si on faisait la promotion de cette stratégie comme « du seul moyen que nous ayons d’améliorer notre situation, du seul moyen de nous enrichir », le traité avec les États-Unis ne fut pas rétabli et les fermiers du comté de Prescott furent laissés sans choix réels de marché58.

  • 59 Pour les fabriques de potasse et de cendre perlée dans le comté de Prescott, 1861 a été la meilleu (...)

66Les débouchés provenant de la coupe du bois dans le comté de Prescott déclinèrent aussi après le milieu du siècle. À la fin des années 1870, la vallée de la Basse-Outaouais avait été complètement exploitée. Par conséquent, les familles qui envisageaient de s’y établir ne pouvaient plus compter sur les profits immédiats du défrichage de la terre. Il ne restait plus que quelques billots destinés aux scieries locales ou à la production de la potasse59.

  • 60 « Report of the Drainage Commission for the Province of Ontario », dans Sessional Papers, 1893, vo (...)

67De plus, à la fin du 19e siècle, ce qu’il y avait de terre arable dans le comté de Prescott avait été défriché et ce qui n’était pas cultivé formait un marécage inutilisable. Même si les francophones avaient démontré que plusieurs terres basses pouvaient être productives, d’autres n’étaient pas propices à l’agriculture. Le comté de Prescott ne pouvait même pas profiter de la loi de 1869 qui accordait des subventions au drainage des marais et des marécages. La loi de l’Ontario sur le drainage disposait de 200 000 $ mais aucune somme d’argent ne fut allouée au comté de Prescott parce que les terres marécageuses non encore défrichées ne répondaient pas aux critères de réclamation. À la suite d’études, le ministère des Travaux publics avait conclu que ces terres ne pouvaient être drainées par gravitation et que la à quelques pieds de la surface d’y faire un souterrain60.

68Ainsi, devant les changements économiques à la fin du 19e siècle, l’insuffisance des terres cultivables devint un problème qui commença à toucher les francophones autant qu’il avait touché les anglophones au milieu du siècle. Les jeunes francophones ne pouvaient plus penser acquérir un lot dans des régions voisines de leurs parents, comme ils l’avaient fait auparavant quand de nombreuses terres basses étaient encore disponibles dans les cantons d’Alfred et de Caledonia. Après 1870, à cause du manque de terre, il y avait bien peu de chance de pratiquer une agriculture indépendante.

69Ce manque de terre exacerba les problèmes économiques de la région. L’attrait du système forestier au milieu du siècle avait vite permis à l’agriculture d’atteindre son potentiel local, laissant seulement les sols les plus pauvres à la colonisation ultérieure. De 1851 à 1881, le nombre total de terres occupées doubla, mais dans les deux dernières décennies, ce nombre n’augmenta que de 20 p. cent. Le nombre de terres en culture continua d’augmenter de façon substantielle au cours des années 1870-1880, alors que s’étendait la colonisation et que les familles consacraient toute leur énergie à l’agriculture. Mais en 1890, la crise économique devint évidente et, de 1891 à 1901, la superficie des terres en culture diminua un peu. (Voir tableau 22.)

  • 61 Report of the Ontario Agricultural Commission, vol. 5, appendice R, p. 14, cité dans Jones History (...)
  • 62 The News and Ottawa Valley Advocate, 1er août 1876 ; et l’Interprète, le 30 juillet 1890. R. M. Mc (...)

70Cette baisse était causée, en partie, par le marché des chantiers qui encourageait un type de culture qui appauvrissait rapidement la richesse du sol, soit la culture pressante et constante du foin et de l’avoine. Pour y arriver, il fallait « défricher toute la terre… ou tout ce qui paraissait pouvoir maintenir la productivité » ce qui entraînait « graduellement l’épuisement du sol et la diminution de sa fertilité ». C’est pourquoi, produire pour les chantiers fut une opération « temporairement profitable » mais ses conséquences sur la qualité du sol furent « épuisantes61 ». Par conséquent, la terre du comté de Prescott devint de plus en plus pauvre pour la production agricole. À la fin du siècle, ce sol ressemblait à celui qu’il y avait au Québec durant les années 1830 et les insectes commencèrent à l’envahir. En 1870, la « bibite à patate » frappa la récolte du comté de Prescott et quelque temps après, les fermiers découvrirent un nouveau fléau : « un petit ver dans la racine du grain62 ».

TABLEAU 22. Exploitation de la terre, comté de Prescott, de 1851 à 1901

TABLEAU 22. Exploitation de la terre, comté de Prescott, de 1851 à 1901

Note : pour la période allant de 1851 à 1891, la somme des terres enregistrées comme étant « en culture » dépasse un peu le total des terres enregistrées comme étant « en récolte » ou « en pâturage ». C’est exactement ce à quoi on pouvait s’attendre puisque la terre « en culture » comprenait aussi bien les terres utilisées pour les constructions ou la basse-cour que celles utilisées pour les récoltes ou le pâturage. Cependant, les données concernant 1901 font problème parce que le total « en culture » est moindre que la somme totale des terres « en récolte » et « en pâturage ». Je ne peux m’expliquer cette anomalie.
Source : Recensement du Canada, 1851-1901

Stratégies pour apporter des solutions

  • 63 C. Thomas, History of the Counties of Argenteuil, Quebec and Prescott, Ontario, Montréal, 1896, et (...)
  • 64 L’Interprète, 1er mars 1894.
  • 65 L’essor des fromageries faisait partie d’un plan de développement plus grand qui est analysé par A (...)

71Devant ces difficultés, les fermiers du comté de Prescott formèrent à la fin du 19e siècle des associations pour trouver des solutions à leur situation. Une de ces associations passa de 82 membres en 1883 à 236 en 188463. L’association du canton d’Alfred comprenait à ce moment-là 63 membres payants, mais il y avait beaucoup de monde à ses réunions, ce qui démontre que l’association suscitait un intérêt plus grand que la capacité de payer des gens64. Ces associations agricoles concentraient en grande partie leur attention sur les possibilités d’utiliser la terre pour en faire des pâturages ou pour la production du fromage et du beurre. Dans les années 1870, on poursuivit sérieusement ces objectifs. La superficie des terres en pâturage doubla presque de 1871 à 1881 et augmenta encore d’un autre 65 p. cent au cours des deux dernières décennies. (Voir tableau 22.) Des fromageries s’établirent dans tous les cantons ; en 1881, il y en avait 6 et en 1901, 7265. (Voir tableau 23.)

TABLEAU 23. Production du fromage et du beurre, comté de Prescott, de 1881 à 1901

TABLEAU 23. Production du fromage et du beurre, comté de Prescott, de 1881 à 1901

a Ces renseignements n’ont pas été demandés au recensement de 1901.
b Huit de ces usines produisaient aussi du beurre ; les 64 fromageries ne produisant que du fromage employaient 100 personnes.
Source : Recensement du Canada, 1881-1901

  • 66 Le commissaire du recensement spécial disait : « On n’a pas tenté de recueillir des données sur la (...)

72La transition vers une production laitière donna financièrement un peu de répit mais même ce développement eut un impact négatif sur le potentiel collectif de l’économie des familles du comté de Prescott. En établissant des fromageries et des fabriques de beurre dans les localités, les familles perdirent le contrôle de leur fabrication et en ressentirent aussitôt les effets. En 1871, les colons du comté de Prescott avaient fabriqué 49 005 livres de fromage maison ; en 1881, la production domestique avait baissé à 11 102 livres et, lors du recensement suivant, on ne demandait même plus ce renseignement66. Les nouvelles fabriques créaient des emplois mais leur nombre était limité. En 1901, il n’y avait que 100 personnes à l’emploi des fromageries dans le comté de Prescott. (Voir tableau 23.)

  • 67 C. Grant Head analyse la documentation concernant le changement de modèle spatial dans l’industrie (...)

73À la fin du 19e siècle, l’industrie du bois d’œuvre continuait d’être l’employeur le plus important du comté de Prescott puisque la majeure partie des compagnies de la vallée de la Basse-Outaouais trouvaient encore profitable de transporter leur bois par flottage sur la rivière Outaouais67.

  • 68 Pour d’autres études sur l’industrie du bois d’œuvre dans le comté de Prescott à la fin du 19e siè (...)

74Cependant, le nombre d’emplois demeura constant après 1870, ce qui représente un déclin relatif vu l’accroissement de la population68. (Voir tableau 24.)

75De plus, le genre d’emploi dans l’industrie du bois d’œuvre se modifia alors que les possibilités de pratiquer une agriculture de manière autonome diminuèrent. Avant 1870, beaucoup de jeunes pouvaient s’attendre à travailler pour une courte durée dans les scieries locales et d’avoir ainsi un revenu supplémentaire leur permettant de participer à l’économie familiale et de se préparer à se marier et à fonder leur propre maisonnée. À la fin du 19e siècle, on poursuivait encore ces objectifs mais la chance de les voir se réaliser diminuait de plus en plus. Dans cet environnement en transformation, les jeunes ne pouvaient plus s’attendre à faire de l’agriculture de façon indépendante tout en participant à l’industrie du bois d’œuvre.

TABLEAU 24. Scieries, comté de Prescott, de 1871 à 1901

TABLEAU 24. Scieries, comté de Prescott, de 1871 à 1901

Source : Recensement du Canada, 1871-1901

Transformation de la structure de l’emploi

  • 69 Voir Jean Hamelin et Yves Roby, Histoire économique du Québec, 1851-1896, Montréal, Éditions Fides (...)

76Le manque de terre et le recul de la zone forestière ont alors créé une classe sociale formée d’ouvriers agricoles ayant bien peu de chance d’améliorer leur sort. Au milieu du siècle, la grande majorité des jeunes avaient pu, d’ouvriers agricoles, devenir fermiers avant la moitié de leur vingtaine mais maintenant, cela n’était guère possible. Cette situation était semblable à celle qu’avaient vécue les anglophones des hautes plaines à qui le manque de terre dans les années 1840 avait demandé un ajustement draconien, soit quitter les lieux et émigrer, soit remettre à plus tard le moment de se marier, pour ceux qui désiraient rester. Pour les francophones, cependant, ce qui s’était déjà passé au Québec des années plus tôt était le seul précédent qu’ils connaissaient69.

77La baisse des débouchés économiques, combinée à l’augmentation rapide de la population, mena à l’émergence des premières familles d’ouvriers agricoles francophones n’ayant aucun espoir de devenir des fermiers indépendants dans le comté de Prescott. Dans le canton d’Alfred, le recensement de 1881 reflète ce processus de prolétarisation. À la différence des autres recensements, celui de 1881 démontre qu’un nombre important de francophones plus âgés n’avaient pas encore leur propre terre. Les fermiers dominaient encore la structure de l’emploi mais il y avait aussi 105 ouvriers agricoles francophones âgés de plus de 24 ans. L’émergence de ce groupe social n’a pas d’équivalent chez les anglophones puisque les jeunes préféraient quitter la région au début de l’âge adulte plutôt que de rester comme ouvriers agricoles. (Voir tableau 25 ; et pour les données concernant les décennies précédentes, voir le tableau 15.)

TABLEAU 25. Âge des fermiers et des ouvriers agricoles, canton d’Alfred, 1881

TABLEAU 25. Âge des fermiers et des ouvriers agricoles, canton d’Alfred, 1881

Note : pour comparer avec les données des autres recensements, voir le tableau 15.
Source : recensement manuscrit, 1881

78La signification de cette évolution, c’est que les colons anglophones, en tant que groupe social, maintenaient en général leurs avantages économiques sur les colons francophones dont la communauté se composait désormais de familles à l’aise et pas à l’aise. Vers 1880, certains francophones possédaient des fermes bien établies et d’autres, comme ce Lefaivre d’Alfred, étaient devenus des marchands ou des commerçants locaux au moment où les nouveaux centres de services s’étaient organisés. Cependant, il commençait à y avoir un grand nombre de prolétaires, pour qui le salaire d’ouvrier agricole et l’incertitude de pouvoir louer une ferme étaient tout ce qu’ils pouvaient espérer du comté de Prescott. Ces familles furent l’objet, au milieu des années 1880, de la dérision et du mépris des rédacteurs de journaux de Toronto qui, comme nous le verrons dans les prochains chapitres, encouragèrent par inadvertance les nouvelles politiques concernant l’éducation en Ontario.

Ajustement démographique et stabilité

79Comme on pouvait s’y attendre, les difficultés économiques du comté de Prescott augmentèrent du fait que le flot d’immigration ne s’adapta pas tout de suite aux nouvelles conditions de la région. Le recensement de 1881 montre que l’intense immigration venant du Québec avait continué au cours des années 1870. Cependant, certains ajustements démographiques devenaient évidents. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, le nombre d’enfants par famille diminuait par rapport à celui des années 1850-1860. Les francophones continuaient d’avoir des familles plus nombreuses que les anglophones mais les deux groupes en limitaient quand même la grosseur.

80En 1881, le fait d’avoir des familles moins nombreuses donna un peu de répit aux résidents qui se débattaient pour s’ajuster aux changements de leur environnement matériel. Cependant, ce sont ceux qui voulaient fonder leur propre ménage qui rencontraient les problèmes les plus sérieux. Les données du recensement laissent supposer que les hommes et les femmes se mariaient à un âge de plus en plus avancé et qu’il était tout particulièrement difficile pour les anglophones de se marier. La répartition reconnue d’une maisonnée par famille, loin de s’affaiblir, ne facilitait en rien le processus de fondation d’un ménage. Dans les cantons d’Alfred et de Caledonia, la maisonnée composée de la famille nucléaire continua d’être la norme et les maisonnées multifamiliales étaient rares.

  • 70 Joy Parr traite de ce processus comme d’une partie du contexte plus large du travail des enfants d (...)

81En 1881, les nouvelles conditions avaient aussi un effet sur l’enfance, tout particulièrement sur le rôle des enfants dans l’économie familiale. Au fur et à mesure que le comté de Prescott perdait ses zones d’activités, l’économie locale offrait de moins en moins de débouchés productifs aux enfants. Les familles dépendaient encore de la mise en commun des ressources de chacun, particulièrement des filles et des garçons plus âgés, mais l’étendue des possibilités de travail pour les enfants diminua, alors que le comté de Prescott devenait une « vieille » région agricole70.

  • 71 À la fin du 19e siècle, l’immigration francophone vers le nord de l’Ontario devint plus importante (...)

82Le recensement de 1881 ne fait que suggérer la crise économique mais les grandes difficultés matérielles apparaissent clairement des décennies plus tard. Une indication très nette de ces difficultés, c’est le déclin de l’immigration venant du Québec. Après être arrivés en grand nombre pendant plusieurs décennies, les immigrants francophones commencèrent à éviter la vallée de la Basse-Outaouais pour aller chercher du travail ailleurs71. De plus, les résidents du comté de Prescott commencèrent eux-mêmes à émigrer dans les années 1880. Après des années d’une croissance forte et rapide de la population, la région était soudainement devenue indésirable, ce qui amenait les jeunes à chercher un autre endroit où survivre et avoir un peu de sécurité.

  • 72 Les analystes soulignent aussi l’importance des rapports familiaux dans les régions urbaines quand (...)

83Évidemment, il ne fait aucun doute que des raisons très complexes amenèrent plusieurs anglophones et francophones à rester dans le comté de Prescott à la fin du siècle. Ils continuèrent de s’ajuster. Le déclin de l’immigration et l’importance de l’émigration enlevèrent un peu de poids démographique et les parents continuèrent à avoir moins d’enfants. Parallèlement, l’unité familiale demeurait la base de l’organisation sociale et quelques caractéristiques importantes du milieu du 19e siècle se maintenaient. Les familles continuaient à éviter de cohabiter dans une même maisonnée, ce qui aurait pu être une stratégie pour alléger les temps économiquement durs. L’attachement habituel à la coutume voulant que chaque famille ait sa propre maisonnée accentua la stabilité familiale, même devant des pressions économiques très graves. Aussi, la crise économique, en raison de la diminution rapide de l’immigration et de l’augmentation de l’émigration, n’eut pas d’effet sur la répartition des sexes. De 1851 à 1901, le nombre d’hommes dans le comté de Prescott fut toujours légèrement supérieur à celui des femmes et rien ne semble indiquer que cela soit relié aux conditions économiques. Ceux qui ont cherché à subsister en toute sécurité tout au long du siècle, c’étaient davantage les couples et les familles, plutôt que les individus72.

Tentatives de solutions économiques

  • 73 Eastern Ontario review, le 15 décembre 1893.
  • 74 La Nation, le 26 septembre 1885, Archives publiques du Canada.

84La stabilité de la famille, prise en tant qu’élément social, donnait aux résidents des assises à partir desquelles ils pouvaient rechercher un certain sentiment de sécurité au 19e siècle. Les communautés locales francophones et anglophones, une fois bien implantées, se composaient de réseaux de famille et de parenté qui devenaient importants, en dépit d’une immigration constante ; ces réseaux continuaient du moins à offrir l’espoir que le travail collectif compensait les difficultés individuelles. En 1880, les dirigeants locaux nourrissaient cet espoir et commencèrent à promouvoir un sentiment d’appartenance auprès des résidents du comté de Prescott. Les dirigeants des communautés anglophones et francophones commencèrent à affirmer que la vallée de la Basse-Outaouais avait des besoins et des intérêts particuliers qui exigeaient un ensemble d’actions bien définies. L’éditorial du premier numéro de l’Eastern Ontario Review, publié à Vankleek Hill en 1883, promettait « que les intérêts locaux des comtés de l’est de l’Ontario seraient toujours une préoccupation première du journal et que celui-ci s’engageait à travailler sérieusement à quoi que ce soit qui pourrait contribuer à améliorer le bien-être des gens73. » Pareillement, le premier journal en français de la région, La Nation, paru en 1885, se décrivait comme « l’organe des intérêts canadiens dans la partie orientale de la province d’Ontario74 ».

85Les dirigeants locaux, en énonçant leur attachement et leur foi en la région, s’engagèrent dans deux activités en quelque sorte contradictoires : il leur fallait, d’une part, vanter la région sans la critiquer et, d’autre part, concevoir des solutions aux problèmes matériels bien visibles. Les difficultés qu’avait l’agriculture favorisaient l’idée que la solution aux problèmes économiques de la région passait par le développement des villes. Dans le comté de Prescott, les communautés de Vankleek Hill, l’Orignal et Hawkesbury aspiraient toutes aux leadership. Mais comme Hawkesbury était moins touché par les changements du système agro-forestier, à cause de la scierie, l’élan de promotion était donc plus marqué à Vankleek Hill et à l’Orignal. Les dirigeants de chacune de ces communautés admettaient que leur localité n’avait pas encore une grande envergure mais ils annonçaient tous un avenir brillant. L’optimisme régnait, en dépit de la réalité des temps durs. À Vankleek Hill, les dirigeants fondaient leur enthousiasme sur la situation géographique de la localité et sur la force de ses institutions. Vankleek Hill étant situé à mi-chemin entre Montréal et Ottawa, ils décrivaient l’endroit comme « le centre de commerces et d’affaires naturel de l’est de l’Ontario ». De plus, « c’était un centre éducatif de premier plan » avec, non seulement des écoles communes mais aussi une école modèle pour former les enseignants et une école secondaire pour former les dirigeants du comté. On y trouvait divers cultes et sociétés, comme celle des francs-maçons, « et les femmes s’occupaient, à leur manière, de leurs propres associations pour différentes raisons ». Tous ces avantages particuliers soutenaient l’opinion enflammée que la ville avait de l’avenir :

  • 75 Eastern Ontario review, le 15 décembre 1873. L’importance de vanter les régions à la fin du 19e si (...)

Jusqu’à maintenant, Vankleek Hill est une communauté relativement petite, mais si les progrès faits par le passé sont un signe sérieux de l’avenir, le jour approche où Vankleek Hill va revendiquer une première place dans la liste des (que devons-nous dire ?) cités dynamiques75.

86Pendant ce temps, les dirigeants de l’Orignal étaient convaincus que leur village sauverait du désastre économique le comté, voire la vallée de la Basse-Outaouais. À la fin des années 1880, cette conviction s’appuyait sur la construction prévue d’un chemin de fer qui devait relier l’Orignal au reste du monde et créer une vague de développement économique :

  • 76 The News and Ottawa Valley Advocate, le 20 juin 1876. La presse locale francophone voyait aussi la (...)

Nos fermiers trouveront sur place des moyens de transport commodes, pas chers et rapides pour acheminer leurs productions aux endroits où il y a un marché prêt à les accueillir. Nos marchands auront des moyens accrus et plus faciles de livrer leurs marchandises ; l’offre va créer la demande. L’Orignal, en étant plus facile d’accès, va amener des clients nouveaux. Ces clients vont apporter l’incitation nécessaire pour créer de nouveaux emplois de façon à pouvoir répondre à leurs divers besoins. La nécessité d’avoir d’autres logements va encourager les capitalistes à investir dans la construction domiciliaire. Les sites de construction sont en demande, de nouvelles rues seront ouvertes et les sites déjà sur le marché trouveront vite preneurs. Les attraits naturels de l’Orignal, ajoutés à l’augmentation des moyens de communication avec les grands centres, vont faire de l’endroit un site de villégiature d’été. Le commerce plutôt languissant va renaître et cette ville des Comtés Unis de Prescott et de Russell va devenir demain un des endroits les plus prospères de la vallée de la Basse-Outaouais. La marée haute commence déjà à affluer et, si on profite de la marée montante, elle va nous mener vers la richesse. L’Orignal va prendre la place qui revient à une ville de comté, en centre prospère communauté et florissante76.

  • 77 Prospectus Number, The News and Ottawa Valley Advocate, février 1876.
  • 78 La Nation, le 4 juin 1886, PAC.

87Les journaux du comté de Prescott, en faisant montre d’un tel enthousiasme et d’un tel esprit communautaire, avaient pour objectifs d’encourager les familles à rester dans le comté plutôt que de quitter « un état d’immobilisation complète [sic] » comme ils disaient77. La presse locale de langue française déplorait « le triste sort, la funeste manie d’un nombre encore trop grand de familles qui chaque mois prennent la route des États-Unis, le chemin de l’exil78. »

  • 79 The News and Ottawa Valley Advocate, le 17 février 1880.
  • 80 Ibid., le 2 janvier et le 12 décembre 1876.

88Évidemment, ceux qui restaient ne pouvaient se nourrir que d’optimisme et il y avait continuellement des tentatives pour trouver des stratégies pouvant assurer subsistance et sécurité. Outre la promotion du chemin de fer, les agriculteurs importants et les dirigeants locaux envisageaient toutes sortes d’avenues possibles menant à l’amélioration des conditions de vie. Certaines de leurs idées n’étaient d’aucune aide, comme celle qui suggérait que l’épargne était « le remède aux temps durs : cessez de dépenser autant sur de beaux vêtements, de la nourriture riche et des objets de style. Achetez de la bonne nourriture saine, des vêtements meilleurs et moins chers, procurez-vous de toutes manières les choses de la vie les plus vraies et les plus substantielles79 ». D’autres idées étaient plus à propos, comme celle de créer des fermes laitières et des fromageries. Cette idée venait des fermiers importants qui se réunirent tout au cours des années 1870, pour partager leur information concernant cette nouvelle activité et pour écouter des conférenciers invités, comme ce « laitier du Vermont ayant de l’expérience » qui leur promit en 1876 que les fermes laitières allaient refaire leurs sols épuisés80.

  • 81 The Canadian Handbook and Tourist’s Guide rapportait en 1867 que l’eau minérale de Caledonia Sprin (...)

89Une deuxième stratégie consistait à se réfugier dans le tourisme par la mise en valeur des endroits non productifs. En plus du potentiel de l’Orignal comme centre de villégiature, le comté de Prescott concentra sa promotion sur les sources d’eau minérale du canton de Caledonia, qui avaient déjà attiré des vacanciers et des gens qui voulaient se tenir en santé (et qui venaient parfois de loin). À un moment donné, grâce à ses eaux minérales, Caledonia Springs se dota d’un Grand Hotel ainsi que de plusieurs petits hôtels et pensions, mais une série d’incendies et d’autres malheurs ruinèrent ses activités au début des années 1870. Le Grand Hotel rouvrit ses portes en 1876 avec un nouveau propriétaire et, grâce à sa publicité, il réussit à exporter en Europe 100 barils d’eau minérale par semaine. Cette activité confirmait ce que les gens croyaient au niveau local, c’est-à-dire que le comté de Prescott avait des possibilités touristiques qui pouvaient être exploitées pour donner de la vitalité à l’économie stagnante81.

90La transition de l’agriculture vers les fermes laitières et la promotion du tourisme donnaient quelque espoir aux résidents du comté de Prescott ; cependant, le diagnostic le plus juste de la faiblesse de l’économie parlait d’un manque de diversification des activités économiques. Certains dirigeants locaux étaient persuadés de la nécessité de créer de nouvelles usines pour contrebalancer la production de base. Ils n’étaient d’ailleurs pas regardants face aux types d’usine :

  • 82 The News and Ottawa Valley Advocate, le 10 octobre 1876.

Notre situation sur la rivière Outaouais, ajoutée au chemin de fer sur la rive nord, rendent notre endroit attirant pour n’importe quelle manufacture. Nous espérons que les conseillers de notre village s’occuperont pleinement de ce projet d’ici peu82.

  • 83 La Nation, le 26 septembre 1885, PAC. L’importance de la « campagne pour le développement de l’ind (...)

91 La Nation prévoyait aussi que la diversification économique allait donner un brillant avenir au comté de Prescott et à son voisin, le comté de Russell. Les rédacteurs prédisaient qu’avec « la multiplicité de leurs manufactures, les deux comtés de Prescott et de Russell deviendraient dans un avenir rapproché un pays florissant et prospère83 ».

92Mais à la fin du 19e siècle, tout le monde au Canada voulait des manufactures et les résidents du comté de Prescott apprirent assez tôt qu’ils devaient offrir d’autres avantages, s’ils voulaient seulement entrer en compétition pour l’obtention de manufactures. La possibilité de concessions spéciales, généralement sous forme d’octroi de terre gratuite ou à bas prix avec réduction d’impôt, mit à l’épreuve le degré de désespoir des dirigeants économiques reconnus du comté qui devaient continuer à vanter le comté sans avoir de concessions semblables à offrir. Leurs préoccupations retardèrent de quelque temps leurs décisions, mais comme les conditions matérielles empiraient, ils furent obligés de faire face à la nécessité de donner des avantages.

  • 84 The News and Ottawa Valley Advocate, le 4 mai 1880.

Ne serait-il pas bon de vérifier l’opinion des électeurs de l’Orignal quant à l’octroi d’avantages à n’importe quelle compagnie désireuse de s’établir à l’Orignal et qui emploierait de cent à deux cents personnes ? Une telle préoccupation pourrait avoir de l’efficacité en attirant l’attention des gens ayant du capital à investir84 ?

93En 1880, les dirigeants du village de l’Orignal étaient prêts à aller de l’avant.

  • 85 Ibid., le 1er juin 1880.

Dans le but d’inciter les capitalistes à installer des manufactures ou des ateliers dans le village, le président du conseil municipal presse le conseil de dispenser tout capitaliste désirant construire un atelier dans le village de payer des taxes pendant 20 ans. Le conseil a approuvé cette proposition à l’unanimité et il a passé une résolution autorisant la présentation et l’adoption d’un arrêté municipal à cet effet, à condition qu’une telle manufacture emploie pas moins de 20 personnes en moyenne par année85.

  • 86 Ibid., le 10 août 1880.

94Cependant, les stratégies utilisées dans le comté de Prescott n’étaient pas à la hauteur des tâches que nécessitait le renouveau économique. Le manque de marchés empêchait les fermes laitières d’être indemnisées pour les changements du système agro-forestier et même si la fabrication du beurre et du fromage augmenta beaucoup, les communautés rurales du comté de Prescott continuaient de se battre pour survivre. Les ambitions touristiques de Caledonia Springs ne se réalisèrent jamais. Juste au moment où une nouvelle administration réouvrait le centre estival à la fin des années 1880, une mystérieuse maladie frappa la région : la nouvelle se répandit rapidement et la station dut fermer ses portes faute de visiteurs86. Même si en 1883, on rapportait qu’il y avait une nouvelle source d’eau minérale à Caledonia, on ne parlait même plus du comté de Prescott comme d’un important centre touristique potentiel.

  • 87 Recensement du Canada, 1891.

95Les efforts pour diversifier l’économie n’eurent pas plus de succès que les autres stratégies des résidents du comté de Prescott. Au-delà de l’établissement des fabriques de beurre et de fromage, le développement économique était bien faible à la fin du 19e siècle. L’industrie du bois d’œuvre continua d’être l’employeur le plus important du comté. En plus des scieries de Hawkesbury, il y avait plusieurs entreprises produisant des boîtes de bois, de la pâte de bois et d’autres produits dérivés de la coupe du bois ; mais ces entreprises étaient petites et, en 1901, il n’y en avait que 14. Les autres activités manufacturières se limitaient à quelques minoteries, à plusieurs fabriques de voitures et de wagons et à quatre usines de brique, tuile et poterie. Dans leur ensemble, le nombre d’emplois offerts par toutes ces industries s’élevaient à 1 277 seulement87. Étant donné la faillite de la diversification économique, des endroits comme Vankleek Hill et l’Orignal ne devinrent pas des villes. Il y avait peu d’urbanisation en dépit de la crise économique rurale. Le comté restait sans rôle véritablement significatif dans le monde économique du centre du Canada.

Notes

1 Normand Séguin a fait l’analyse de ce type d’économie dans La Conquête du sol au 19e siècle, Sillery, Québec, Éditions Boréal, 1977. Séguin y développe le point de vue qu’avait énoncé Raoul Blanchard dans L’Est du Canada français, Montréal, Éditions Librairie Beauchemin Limitée, 1935, 2 vols. On trouvera un résumé du point de vue de Séguin dans « L’économie agro-forestière : genèse du développement au Saguenay au 19e siècle » dans Normand Séguin, Agriculture et colonisation au Québec, Montréal, Éditions Boréal Express, 1980, pp. 159-164. Voir aussi René Hardy et Normand Séguin, Forêt et société en Mauricie, Montréal, Éditions Boréal, 1984 ; Gérard Bouchard « Family Strategies and Geographic Mobility at Laterrière 1851-1935 », dans Journal of Family History, vol. 2, n° 4, hiver 1977, pp. 350-369 et du même auteur « Démographie et société rurale au Saguenay 1851-1935 », dans Recherches Sociographiques, vol. 19, n° 1, janvier-avril 1978, pp. 7-31 ; John Willis, « Fraserville and Its Témiscouata Hinterland 1874-1914 », « Colonization and Urbanization in a Peripheral Region of the Province of Québec », thèse de maîtrise, Université du Québec à Trois-Rivières, 1981 ; et Graeme Wynn, Timber Colony : A Historical Geography of Early Nineteenth Century New Brunswick, Toronto, Editions University of Toronto Press, 1981. L’industrie du bois d’œuvre de la vallée de l’Outaouais a été étudiée par Michael S. Cross, dans « The Dark Druidical Groves : The Lumber Community and the Commercial Frontier in British North America to 1854 », thèse de doctorat, Université de Toronto, 1968 et par Sandra J. Gillis, The Timber Trade in the Ottawa Valley, 1806-1854, Ottawa, Editions National Historic Parks and Sites Branch, Parks Canada, 1975.

2 Les ouvrages généraux traitant de cette période sont de A. R. M. Lower, Settlement and the Forest in Eastern Canada, Toronto, Éditions Macmillan, 1936 et The North American Assault on the Canadian Forest, Toronto, Editions Ryerson, 1938.

3 Plusieurs études démontrent l’interaction complexe qu’il y avait dans les nouvelles régions rurales entre les groupes culturels et leur environnement matériel. Leurs auteurs ont montré que la frontière ne faisait pas que rendre plus uniformes les colons de différents horizons mais plutôt qu’elle les transformait d’une façon distincte que Rice a appelé « communauté ethnique » ; voir John G. Rice, « The Role of Culture and Community in Frontier Prairie Farming », dans Journal of Historical Geography, vol. 3, n° 2, avril 1977, pp. 155-175. Voir aussi Frederick C. Luebke, Ethnicity on the Great Plains, Lincoln, Neb., Éditions University of Nebraska Press, 1980 ; et Robert F. Berkhofer, « Space, Time, Culture and the New Frontier », dans Agricultural History, vol. 38, n° 1, janvier 1964, pp. 21-30.

4 Des études sur les régions rurales et urbaines démontrent l’importance d’analyser la famille par rapport aux changements économiques au 19e siècle. L’étude la plus exaustive est celle de David Gagan, Hopeful Travellers : Families, Land and Social Change in Mid-Victorian Peel County, Canada West, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1981.

5 David P. Gagan a analysé les instructions données aux recenseurs en 1852 et 1861 et les documents originaux dans « Enumerator’s Instructions for the Census of Canada 1852 and 1861 », dans Histoire sociale/Social History, vol. 7, n° 14, novembre 1974, pp. 355-365. Les instructions de 1871 ont été publiées dans le Manual Containing’ The Census Act’ and the Instructions to Officers Employed in the Taking of the First Census of Canada, 1871 qui se trouve maintenant dans le Historical Catalogue of Statistics Canada Publications, 1918-1980, Ottawa, 1981.
Après avoir analysé les données concernant le comté de Peel, David Gagan concluait que « quelle que soit la mobilité d’emploi, celle-ci se faisait dans une direction, celle pour le statut d’opérateur rural ». Il trouva que « plus du quart des chefs de familles qui persistaient à demeurer dans le comté et qui n’avaient pas d’emploi en 1852 étaient devenus des femiers neuf ans plus tard ». Gagan, « Geographical and Social Mobility in Nineteenth Century Ontario : A Microstudy », dans Canadian Review of Sociology and Anthropology, vol. 13, n° 2, mai 1976, pp. 152-164, 160.
De même, Gérard Bouchard suggère dans son étude sur le Saguenay que le salaire en liquide que gagnaient les jeunes Canadiens français qui travaillaient dans la forêt l’hiver leur permettait d’accumuler suffisamment de capital pour pouvoir s’établir sur leur propre ferme. Selon son analyse, être bûcheron faisait partie de l’expérience de la vie qui précédait le moment de se marier et de fonder une maisonnée distincte; voir « Introduction à l’étude de la société saguenayenne aux XIXe et XXe siècles », dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 31, n° 1, juin 1977, pp. 3-27.
Tamara Hareven a analysé les recherches américaines sur les relations entre l’individu et les cycles de la vie familiale dans un contexte de modèle social élargi dans « Family Time and Historical Time », dans Daedalus, vol. 106, n° 2. printemps 1977, pp. 57-70. Voir aussi John Modell, Frank Furstenburg et Theodore Hershberg, « Social Change and Transitions to Adulthood in Historical Perspective », dans Journal of Family History, vol. 1, n° 1, automne 1976, pp. 7-32.
Au sujet des interrelations entre le lieu d’origine et le type d’emploi au Canada, voir A. Gordon Darroch and Michael D. Ornstein, « Ethnicity and Occupational Structure in Canada in 1871 : The Vertical Mosaic in Historical Perspective », dans Canadian Historical Review, vol. 61, n° 3, septembre 1980, pp. 305-333.

6 Il ne fait aucun doute que le nombre de femmes employées dépassait le nombre de femmes inscrites comme telles dans le recensement. Par exemple, dans le recensement de 1861, il n’y a que trois femmes inscrites comme enseignantes dans le canton de Caledonia alors que les rapports scolaires laissent entendre qu’il y en avait six cette année-là. Une telle différence s’explique en partie par le peu d’empressement des recenseurs masculins à attribuer des emplois aux femmes mais aussi par le caractère « momentané » des recensements, c’est-à-dire qu’il devait y avoir effectivement seulement trois enseignantes au moment où le recensement a été fait.
L’acceptation publique du rôle productif de la femme dans les économies familiales rurales est très limitée, selon le comité-conseil du Syndicat national des fermières qui a récemment déclaré que le recensement de 1981 avait grossièrement sous-estimé la contribution des femmes à l’économie ; voir « Farmers’ Wives Dispute Census », Toronto Globe and Mail, le 4 mars 1983, p. 13.

7 Les débouchés rémunérés pour les enfants ont été étudiés par Chad M. Gaffield, « Schooling, the Economy, and Rural Society in Nineteenth-Century Ontario » dans Joy Parr, Childhood and Family in Canadian History, Toronto, Editions McClelland and Stewart, 1982, pp. 69-92. R. Marvin McInnis a fait une bonne analyse systématique de la relation des enfants au concept de l’économie familiale au Canada-Ouest dans une série d’articles, dont « Childbearing and Land Availability : Some Evidence from Individual Household Data » dans Ronald Dennis Lee, Population Patterns in the Past, New York, Editions Academic Press, 1977, pp. 201-227.

8 Thomas Tweed Higginson, Diaries of Thomas Tweed Higginson, London, Editions The Research Publishing Company, 1960.

9 Alexis de Barbezieux, Histoire de la province ecclésiastique d’Ottawa, Ottawa, 1897, p. 8.

10 Recensement manuscrit du comté de Prescott en 1871. Voir aussi William Greening, The Ottawa, Toronto, Éditions McClelland and Stewart, 1961. Le rôle très complexe des femmes dans l’économie familiale est bien résumé dans l’étude sur la situation en France de Olwen Hufton, « Women and the Family Economy in Eighteenth-Century France », dans French Historical Studies, vol. 9, n° 1, printemps 1975, pp. 1-22. Voir aussi Joan W. Scott and Louise A. Tilly, « Women’s Work and the Family in Nineteenth-Century Europe », dans Comparative Studies in Society and History, vol. 17, n° 1, janvier 1975, pp. 36-64 et Louise A. Tilly, Joan W. Scott et Miriam Cohen, « Women’s Work and European Fertility Patterns », dans Journal of Interdisciplinary History, vol. 6, n° 3, hiver 1976, pp. 447-476. Le travail des femmes dans le contexte changeant de l’agriculture au 19e siècle a été analysé de façon percutante par Michael Roberts dans « Sickles and Scythes : Women’s Work and Men’s Work at Harvest Time », dans History Workshop, n° 7, printemps 1979, pp. 3-28 ; et par Bengt Ankarloo, « Agriculture and Women’s Work : Directions of Change in the West 1700-1900 », dans Journal of Family History, vol. 4, n° 2, été 1979, pp. 111-120.

11 Selon des études locales et d’ensemble, les autochtones et les immigrants, les riches et les pauvres, avaient au moins un objectif commun, celui de posséder une terre. Voir, par exemple, R. Cole Harris, Pauline Roulston et Chris de Freitz, « The Seulement of Mono Township », dans Canadian Geographer, vol. 19, n° 1, printemps 1975, pp. 1-17 ; Cole Harris, « Of Poverty and Helplessness in Petite Nation », dans Canadian Historical Review, vol. 52, n° 1, mars 1971, pp. 23-50 ; et David Gagan, « The Prose of Life : Literary Reflections of the Family, Individual Experience and Social Structure in Nineteenth-Century Canada », dans Journal of Social History, vol. 9, n° 3, janvier 1976, pp. 367-381. Le désir de posséder une terre s’appuyait sur la croyance que c’était le refuge le plus fiable contre les vicissitudes d’une économie incertaine ; voir David P. Gagan, « The Security of Land » dans F. H. Armstrong, H. A. Stevenson et J. D. Wilson, Aspects of Nineteenth Century Ontario, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1974, p. 135-153.

12 Voir L. S. Chapman et J. G. Putnam, « The Soils of Eastern Ontario », dans Scientific Agriculture, vol. 20, n° 7, mars 1940, pp. 420-441 ; et R. E. Wicklund et N. R. Richards, Soil Survey of Russell and Prescott Counties, Guelph, Ontario, Éditions Ministère de l’Agriculture, Canada, 1962.
L’évaluation de la terre par le colon était une phase initiale du processus de colonisation agraire. Voir Kenneth Kelly, « The Impact of Nineteenth Century Agricultural Settlement on the Land » dans J. David Wood, Perspectives on Landscape and Settlement in Nineteenth Century Ontario, Toronto, Éditions McClelland and Stewart, 1975, pp. 64-77. Pour un aperçu général sur l’importance des coutumes et des traditions dans les caractéristiques écologiques, voir A. Spoehr, « Cultural Differences in the Interpretation of Natural Resources », dans W. L. Thomas, Man’s Role in Changing the Face of the Earth, Chicago, Éditions University of Chicago Press, 1956, pp. 93-102.

13 Prescott and Russell Supplement of the Illustrated Atlas of the Dominion of Canada, Toronto, Éditions H. Belden, 1881 et Owen Sound, Ontario, Éditions Richardson, Bond and Wright, 1972, p. 58.

14 Max Rosenthal, « Early Post Offices of Prescott County », dans B.N.A. Topics, vol. 24, n° 1, p. 21.

15 Voir Edwin C. Guillet, The Pioneer Farmer and Backwoodsman, Toronto, Éditions Ontario Publishing Company, 1963, vol. 1, pp. 274 et Kelly, « The Impact of Agricultural Settlement », pp. 64-65.
Les rédacteurs de l’époque étaient aussi préoccupés par la santé des colons dans les régions marécageuses. On associait une fièvre du genre malaria et reconnue pour être mortelle aux endroits de terre humide.

16 Joseph Tassé, La vallée de l’Outaouais : sa condition géographique, Montréal, 1873, pp. 7, 9 ; Supplement of the Illustrated Atlas, p. 58.

17 A. Labelle, Projet d’une société de colonisation du diocèse de Montréal pour coloniser la vallée de l’Ottawa et le nord de ce diocèse, Montréal, 1879.

18 Donald F. Cartwright, « French Canadian Colonization in Eastern Ontario to 1910 », thèse de doctorat, University of Western Ontario, 1973, pp. 230-231. Jessie Turner Weldon a traité de façon systématique des modèles de colonisation durant la première moitié du 19e siècle dans le comté de Prescott, dans son étude « The Salient Factors Contributing to the Earliest Settlement Patterns in East and West Hawkesbury Townships, Upper Canada, 1788-1846 », thèse de maîtrise, Université Carleton, 1980.

19 Les résidents locaux avaient très conscience de l’importance de la rivière comme voie de communication, surtout en contrepartie avec le développement de la rive nord. Au début du 19e siècle, les résidents de Hawkesbury reconnaissaient qu’ils devaient améliorer leurs routes le long de la rivière à la suite des améliorations apportées sur l’autre rive. A la suite d’une réunion à la taverne, ils avouèrent que « sans route, leurs terres ne vaudraient rien — que le commerce et le transport s’établiraient sur l’autre rive — et qu’ils seraient ruinés ». Ils décidèrent d’évaluer cette question et apportèrent les amélioratons nécessaires à la route. John J. Bigsby, The Shoe and the Canoe, London, 1850, et New York, Éditions Paladin Press, 1969, vol. 1, pp. 67-68.

20 Weldon, The Salient Factors, p. 113.

21 T. P. French, Information for Intending Settlers on the Ottawa and Opeongo Road and Its Vicinity, Ottawa, 1857, p. 26 ; A. Labelle, Pamphlet sur la colonisation dans la vallée de l’Ottawa, Montréal, 1880, p. 3.

22 Duncan McDowell, l’arpenteur-adjoint de la compagnie Canada, « Report on the Townships in the Ottawa District », le 21 décembre 1827, réimprimé dans Andrew Picken, The Canadas, as They at Present Commend Themselves to the Enterprize of Emigrants, Colonist, and Capitalists…, London, Éditions E. Wilson, 1832, pp. 130-144, 137-180. Voir aussi N. R. Crothall, « French Canadian Agriculture in Ontario, 1861-1871 : A Study of Cultural Transfer », thèse de maîtrise, Université de Toronto, 1968.
La description la plus exhaustive des types de sol au Québec au 19e siècle a été compilée par J. Bouchette, l’arpenteur en chef du Bas-Canada dans les premières années du siècle. Voir A Topographical Description of the Province of Lower Canada, London, 1815 ; General Report of an Official Tour through the New Settlements of the Province of Lower Canada…, Québec, 1825 ; et A Topographical Dictionary of the Province of Lower Canada, London, 1832.

23 Weldon, The Salient Factors, p. 123. Lord Durham avait remarqué que le « fermier anglais apportait l’expérience et les habitudes de l’agriculture la plus avancée du monde… Il prenait souvent la ferme que les colons canadiens-français avaient abandonnée et, en l’administrant de façon remarquable, il en faisait une source de profit alors qu’elle avait appauvri son prédécesseur. » Citation reprise par Robert Leslie Jones, « French Canadian Agriculture in the St-Lawrence Valley, 1815-1850 », dans Agricultural History, vol. 16, n° 3, juillet 1942, p. 138. Même si la remarque de Durham était juste, l’inverse était aussi vrai, du moins dans le comté de Prescott.
Marvin McInnis, avec la collaboration de Frank Lewis, a remis en question les préjugés habituels au sujet de l’efficacité de l’agriculture au Québec dans une série d’articles : « The Efficiency of the French-Canadian Farmer in the Nineteenth Century », dans journal of Economic History, vol. 40, n° 3, septembre 1980, pp. 497-514, et « Agricultural Output and Efficiency in Lower Canada, 1851 », dans Research in Economic History, vol. 9, 1983, pp. 45-87. McInnis répondit aux diverses critiques dans son exposé « A Further Look at French and Non French Farming in Lower Canada », lors d’une conférence sur « The Forgotten Majority » à l’Université de Victoria, les 23-25 février 1984.

24 Recensement manuscrit du canton d’Alfred, 1851.

25 Recensement manuscrit du canton de Caledonia, 1851.

26 Supplement of the Illustrated Atlas, p. 60.

27 Les recenseurs en 1851 assignèrent une valeur aux terres dans les cantons d’Alfred et de Caledonia et affirmèrent que les fermes pouvaient avoir « une valeur d’une à deux livres l’acre » alors que les terres encore en friche pouvaient valoir de cinq à trente shillings l’acre. (La monnaie britannique fut couramment utilisée au Canada jusqu’en 1853, lorsque le dollar canadien fut légalisé ; au milieu du siècle, la livre valait 4,86 $)
Dans certains cantons, on devait acheter la terre à des propriétaires absentéistes, dont certains étaient marchands à Montréal. Au début du 19e siècle, certains observateurs considéraient ces propriétaires comme la cause du faible développement du comté de Prescott ; voir, par exemple, la documentation que cite W. H. Smith dans Canada : Past Present and Future, Toronto, 1851, vol. 2, p. 376.
Les interrelations entre les débouchés économiques, l’âge au mariage et la grosseur de la famille en Angleterre ont été étudiées par David Levine, Family Formation in an Age of Nascent Capitalism, New York et London, Éditions Academic Press, 1977 ; et par David Levine et Keith Wrightson, Poverty and Piety in an English Village : Terling, 1525-1700, New York et London, Éditions Academic Press, 1979. Pour le milieu du siècle en Ontario, voir Gagan, Hopeful Travellers, chap. 4 ; Frank Denton et Peter George, « The Influence of Socio-Economic Variables on Family Size in Wentworth County, Ontario, 1871 », dans Canadian Review of Sociology and Anthroplogy, vol. 10, n° 4, 1973, pp. 334-345 ; et McInnis « Childbearing and Land Availability ». Pour des renseignements au sujet de divers problèmes historiographiques, voir Chad Gaffield, « Theory and Method in Canadian Historical Demography », dans Archivaría, n° 14, été 1982, pp. 123-136; Maris A Vinovskis, « Recent Trends in American Historical Demography : Some Methodological and Conceptual Considerations », dans Annual Reviews in Sociology, vol. 4, 1978, pp. 603-627.

28 Par exemple, voir Kelly, « The impact of Settlement » ; and John J. Mannion, Irish Settlements in Eastern Canada : A Study of Cultural Transfer and Adaptation, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1974, p. 104.

29 Lower donne un aperçu général de ces développements dans, The North American Assault. C. Grant Head les commente à partir d’exemples précis dans « An Introduction to Forest Exploitation in Nineteenth Century Ontario » dans J. David Wood, Perspectives on Landscape and Settlement in Nineteenth Century Ontario, Toronto, Éditions McClelland and Stewart, 1975, pp. 78-112. Voir aussi Michael Cross, « The Lumber Community of Upper Canada, 1815-1867 », dans Ontario History, vol. 52, 1960.

30 Voir Lower, Settlement and the Forest Frontier.

31 Rapport de T. C. Keefer, Journal of the Legislative Assembly of Canada, 1847, appendice 100, n° 5.

32 Tassé, La vallée de l’Outaouais, p. 7.

33 Recensement manuscrit, canton de Caledonia, 1871.

34 Recensement manuscrit, canton d’Alfred, 1851, 1861, 1871.

35 Higginson, Diaries, p. 9.

36 La fabrication de la potasse est décrite par W.H. Smith dans Canada : Past, Present and Future, Montréal, 1850 ; et par Edwin C. Guillet, Early Life in Upper Canada, Toronto, Éditions Ontario Publishing Company, 1933 ; et par Greening, The Ottawa.

37 De Barbezieux, Histoire, vol. 1, p. 285.

38 French, Information for Intending Settlers ; Labelle, Projet d’une société de colonisation.

39 French, Information for Intending Settlers, pp. 24-26 ; de Barbezieux, Histoire, p. 285.

40 Recensement du Canada, 1861, 1871.

41 Les membres de la Société historique du comté de Prescott ont été très généreux, tout particulièrement James Donaldson qui a sauvé d’une destruction insensée plusieurs documents des Hamilton Brothers. L’analyse suivante est basée sur les registres que m’a prêtés M. Donaldson et qui sont maintenant à la Bibliothèque publique de Hawkesbury. Les livres de comptes et autres registres d’affaires sont aux Archives publiques de l’Ontario ; voir E. M. Titus, « Inventory of the Hamilton Brothers Records and Hawkesbury Lumber Company Records 1797-1939 », 14 septembre 1970, PAO (pas de numéro de code).
A.R.M. Lower trace le portrait général des Frères Hamilton dans Great Britain’s Woodyard : British America and the Timber Trade 1763-1867, Montréal, Éditions McGill-Queen’s University Press, 1973, pp. 177-180. John Hamilton dirigea les affaires de la famille dans le vallée de l’Outaouais du début des années 1840 jusqu’à sa mort en 1888. Robert Peter Gillis en trace une esquisse biographique dans Dictionary of Canadian Biography, Toronto, Editions University of Toronto Press, 1982, tome 9, pp. 379-381.
Pour une étude comparative des hommes de chantiers au milieu du 19e siècle au Saguenay, voir Christian Pouyez, Raymond Roy et Gérard Bouchard, « La mobilité géographique en milieu rural : Saguenay, 1852-1861, dans Histoire sociale/Social History, vol. 14, n° 27, mai 1981, surtout l’illustration 3, p. 129.

42 L’importance du marché que représentaient les chantiers est soulignée par Robert Leslie Jones dans History of Agriculture in Ontario, 1613-1880, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1946, p. 116 ; et par plusieurs écrivains de l’époque dans des volumes comme celui de G. M. Grant, Picturesque Canada, Toronto, 1882, tome 1, pp. 216, 225.
Au sujet du changement de contexte dans l’agriculture en Ontario au 19e siècle, voir J. Isbister, « Agriculture, Balance Growth and Social Change in Central Canada since 1850 : An Interpretation », dans Economic Development and Cultural Change, vol. 25, n° 4, juillet 1977, pp. 673-697 ; D. A. Lawr, « The Development of Ontario Farming, 1870-1919 : Patterns of Growth and Change », dans Ontario History, vol. 64, n° 4, décembre 1922, pp. 239-251 ; Robert E. Ankli et Wendy Millar, « Ontario Agriculture in Transition : The Switch from Wheat to Cheese », dans Journal of Economic History, vol. 42, n° 1, mars 1982, pp. 207-215 ; et Marvin McInnis, « The Changing Structure of Canadian Agriculture, 1867-1897 », dans Journal of Economic History, vol. 42, n° 1, mars 1982, pp. 191-198. Pour une étude récente sur le blé comme produit de base, voir John McCallum, Unequal Beginnings : Agriculture and Economic Development in Quebec and Ontario until 1870, Toronto, Éditions University of Toronto Press, 1980, chap. 2 et 4.

43 Ces chiffres ont été rapportés dans The Canadian Handbook and Tourist’s Guide, Montréal, Éditions M. Longmoore and Co. 1867 et Toronto, Éditions Coles Publishing, 1971, p. 95.

44 Journal and Transactions of the Board of Agriculture of Upper Canada for 1856-1857, cité dans Jones, History of Agriculture, p. 293.

45 Journal of the House of Commons, 1876, appendice n° 7, p. 26, cité dans Jones, History of Agriculture, p. 302.

46 Journal of the Legislative Assembly of Canada, appendice 2, 1847, n° 1, 1er juin 1847.

47 T.C Keefer, Montreal and the Ottawa, Montréal, 1854, p. 116.

48 John MacTaggart, Three Years in Canada, London, 1828, non paginé ; Lucien Brault cite Mgr Guigues dans Histoire des comtés unis de Prescott et de Russell, L’Orignal, Ontario, Éditions Conseil des Comtés Unis, 1965, p. 298.

49 Blanchard a grandement souligné l’impact négatif de la coupe du bois sur l’agriculture dans L’est du Canada français et Cross, dans « The Dark Druidical Groves » ainsi que Wynn, dans Timber Colony, en ont parlé. On trouvera un point de vue fouillé dans le travail de Graeme Wynn « Deplorably Dark and Demoralized Lumberers ? Rhetoric and Reality in Early Nineteenth-Century New Brunswick », dans Journal of Forest History, vol. 24, n° 4, octobre 1980, pp. 168-187.

50 Higginson, Diaries, pp. 8,43.

51 Séguin offre des exemples comparatifs dans La conquête du sol et Wynn, dans Timber Colony.

52 Registre des employés des Frères Hamilton, 1856. Pour des points de comparaison avec l’industrie au Saguenay, voir par exemple, Pouyez, Roy et Bouchard, « La mobilité géographique », et Anders Norberg et Sune Akerman qui offrent une autre comparaison dans « Migration and the Building of Families : Studies on the Rise of the Lumber Industry in Sweden » dans Kurt Agren, Aristocrats, Farmers, Proletarians : Essays in Swedish Demographic History, Uppsala, Esselte/Studium, 1973, pp. 88-119.

53 On trouvera une vue d’ensemble du contexte européen dans Lutz K. Berkner et Franklin F. Mendels, « Inheritance Systems, Family Structure, and Demographic Patterns in Western Europe, 1700-1900 » dans Charles Tilly, Historical Studies of Changing Fertility, New Jersey, Editions Princeton University Press, 1978, pp. 209-223.

54 Alan A. Brookes traite des relations entre l’émigration et les stratégies familiales en Nouvelle-Ecosse dans « Family, Youth, and Leaving Home in Late-Nineteenth Century Rural Nova Scotia : Canning and the Exodus, 1868-1893 » dans Joy Parr, Childhood and Family in Canadian History, Toronto, Editions McClelland and Stewart, 1982, pp. 93-108.

55 Sur l’industrie de la coupe de bois durant la deuxième partie du 19e siècle, voir W. E. Greening, « The Lumber Industry in the Ottawa Valley and the American Market in the Nineteenth Century », dans Ontario History, vol. 62, n° 2, juin 1970, pp. 134-136 ; Head, « An Introduction to Forest Exploitation » dans Lower, The North American Assault.

56 The News and Ottawa Valley Advocate, le g janvier 1877.

57 Dès le début des années 1880, le chemin de fer avait réduit le coût des transports de la vallée de la Basse-Outaouais vers les régions au nord ; par exemple, voir H. A. Innis et A. R. M. Lower, Select Documents in Canadian Economic History 1783-1885, Toronto, 1933, p. 504-505. Selon Richard L. Jones, le déclin des chantiers comme marché pour les fermiers du comté de Prescott a commencé au cours des années 1870, alors que les fermiers « étaient réduits à fournir une partie des choses nécessaires aux bûcherons qui travaillaient en haut dans la vallée de la Gatineau et dans d’autres endroits difficilement accessibles le long de la rive nord de la rivière Outaouais », dans History of Agriculture in Ontario, p. 302.

58 L’Interprète, le 30 juillet 1890.

59 Pour les fabriques de potasse et de cendre perlée dans le comté de Prescott, 1861 a été la meilleure année, alors qu’il y avait six usines. En 1872, il y avait trois incinérateurs, quatre en 1881 mais aucun en 1891. Recensement du Canada, 1851-1891.

60 « Report of the Drainage Commission for the Province of Ontario », dans Sessional Papers, 1893, vol. 25, paper 32, p. 19.

61 Report of the Ontario Agricultural Commission, vol. 5, appendice R, p. 14, cité dans Jones History of Agriculture in Ontario, p. 144. R. Marvin McInnis fait l’analyse du sud du comté de Prescott (où la crise économique commença une décennie plus tôt) dans « Farms and Farm Families in the St-Lawrence Townships », dans Historic Kingston, n° 24, mars 1976, pp. 6-7.

62 The News and Ottawa Valley Advocate, 1er août 1876 ; et l’Interprète, le 30 juillet 1890. R. M. McInnis traite du grand débat au sujet de l’étendue des difficultés de l’agriculture au Québec au début du 19e siècle dans « A Reconsideration of the State of Agriculture in Lower Canada in the First Half of the Nineteenth Century » dans Donald H. Akenson Canadian Papers in Rural History, Gananoque, Ontario, Éditions Langdale Press, 1983, n° 3, pp. 9-49. Pour une description des difficultés agricoles dans un autre système agro-forestier, voir Séguin, La Conquête du sol, chap. 7.

63 C. Thomas, History of the Counties of Argenteuil, Quebec and Prescott, Ontario, Montréal, 1896, et Belleville, Ontario, Editions Mika Publishings, 1982, pp. 475-476.

64 L’Interprète, 1er mars 1894.

65 L’essor des fromageries faisait partie d’un plan de développement plus grand qui est analysé par Ankli et Millar. Voir aussi Earl Allan Haslett « Factors in the Growth and Decline of the Cheese Industry in Ontario 1864-1924 », thèse de doctorat, Université de Toronto, 1969. Normand Perron analyse l’ensemble de l’expérience au Québec dans « Genèse des activités laitières, 1850-1960 » publié dans Normand Séguin, Agriculture et colonisation au Québec, Montréal, Éditions Boréal Express, 1980. On trouvera de la documentation sur l’expérience similaire des comtés du Québec voisins de celui de Prescott, comme les comtés de Soulanges et de Vaudreuil, dans Jacques Letarte, Atlas d’histoire économique et sociale du Québec, 1851-1960, Montréal, Éditions Fides, 1971. Jack Little a fait une étude comparative du comportement des anglophones et des francophones durant la période de transition de la production du blé à la production laitière dans « The Social and Economic Development of Settlers in Two Quebec Townships, 1851-1870 » dans Donald J. Akenson Canadian Papers in Rural History, Gananoque, Ontario, Éditions Langdale Press, 1978, n° 1, pp. 89-113.

66 Le commissaire du recensement spécial disait : « On n’a pas tenté de recueillir des données sur la production des tissus et du fromage maison parce que, à la suite de l’essor du système des usines, ces industries domestiques étaient presque disparues. » Voir Fourth Census of Canada, 1901, Ottawa Éditions S.E. Dawson, 1902, tome 1, p. ix.

67 C. Grant Head analyse la documentation concernant le changement de modèle spatial dans l’industrie de la coupe de bois de la vallée de l’Outaouais au cours des années 1870 dans « Nineteenth Century Timbering and Sawlogging in the Ottawa Valley : Documentary Sources and Spatial Patterns » dans Vrenia Ivonoffski et Sandra Campbell, Exploring Our Heritage : The Ottawa Valley Experience, Toronto, Éditions Arnprior and District Historical Society, 1980, pp. 53-57.
Le recul de la zone forestière a aussi suscité des tentatives pour empêcher la réduction complète des ressources ; voir Robert Peter Gillis, « The Ottawa Lumber Barons and The Conservation Movement, 1880-1914 », dans Journal of Canadian Studies, vol. 9, n° 1, février 1974, pp. 14-30 ; et H. W. Nelles, The Politics of Development : Forests, Mines and Hydro-Electric Power in Ontario, 1849-1941, Toronto, Éditions Macmillan, 1974.

68 Pour d’autres études sur l’industrie du bois d’œuvre dans le comté de Prescott à la fin du 19e siècle, voir Gaffield, « Schooling, The Economy and Rural Society » et Harvey J. Graff, « Respected and Profitable Labour : Literacy, Jobs and the Working Class in the Nineteenth Century » dans Gregory S. Kealey et Peter Warrian, Essays in Canadian Working Class History, Toronto, Éditions McClelland and Stewart, 1976, pp. 58-82. Et Donald MacKay dans The Lumberjacks, Toronto, Éditions McGraw-Hill Ryerson, 1978, commence aussi son étude à la fin du 19e siècle.

69 Voir Jean Hamelin et Yves Roby, Histoire économique du Québec, 1851-1896, Montréal, Éditions Fides, 1971.

70 Joy Parr traite de ce processus comme d’une partie du contexte plus large du travail des enfants dans les communautés rurales, dans Labouring Children : British Immigrant Apprentices to Canada, 1896-1924, London, Editions Croom Helm et Montréal, Editions McGill-Queen’s University Press, 1980, chap. 5.

71 À la fin du 19e siècle, l’immigration francophone vers le nord de l’Ontario devint plus importante. Morris Zaslow traite du contexte général de ce développement dans The Opening of the Canadian North, 1870-1914, Toronto, Editions McClelland and Stewart, 1971, et Nelles, dans The Politics of Development. On parle aussi des aspects de l’établissement des communautés francophones dans le « nouvel Ontario » dans Explorations et enracinements français en Ontario, 1610-1978, Guide des ressources à l’usage des enseignants, ministère de l’Education, Ontario, Toronto, 1981, chap. 4. Au tournant du siècle, pour les dirigeants du Québec, les régions du nord apparaissaient comme les régions les plus accueillantes à l’émigration francophone. Toutefois, ce point de vue n’influençait pas les modèles de migration mais reflétait plutôt une tendance courante à l’époque, selon A. N. Lalonde dans « L’intelligentsia du Québec et la migration des Canadiens français vers l’Ouest Canadien, 1870-1930 », dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 3, n° 2, septembre 1979, pp. 163-185.

72 Les analystes soulignent aussi l’importance des rapports familiaux dans les régions urbaines quand les circonstances matérielles étaient bonnes ou mauvaises. Voir Bettina Bradbury, « The Fragmented Family : Family Strategies in the Face of Death, Illness, and Poverty : Montreal 1860-1885 » dans Joy Parr, Childhood and Family in Canadian History, Toronto, Editions McClelland and Stewart, 1982, pp. 109-128 ; et Tamara K. Hareven, Family Time and Industrial Time : The Relationship between Family and Work in a New England Industrial Community, Cambridge, Editions Cambridge University Press, 1982.

73 Eastern Ontario review, le 15 décembre 1893.

74 La Nation, le 26 septembre 1885, Archives publiques du Canada.

75 Eastern Ontario review, le 15 décembre 1873. L’importance de vanter les régions à la fin du 19e siècle était très grande dans les régions urbaines. L’étude la plus importante sur le sujet est celle de Alan F. J. Artibise, Winnipeg : A Social History of Urban Growth, 1874-1914, Montréal, Editions McGill-Queen’s University Press, 1975. Cependant, la vantardise et une vision irréaliste de la croissance urbaine caractérisaient aussi les petites villes, comme Orillia, en Ontario, que Stephen Buttler Leacock a immortalisée sous le nom de Mariposa dans Sunshine Sketches of a Little Town, London, Editions J. Lane, 1912. Au sujet de ce phénomène et de ses aspects reliés à l’histoire urbaine, voir Chad Gaffield, « Social Structure and the Urbanization Process : Perspectives on Nineteenth Century Research » dans Gilbert A. Stelter et Alan F. J. Artibise, The Canadian City : Essays in Urban History, 2e édition, Toronto, Éditions McClelland and Stewart, 1984, pp. 262-281.

76 The News and Ottawa Valley Advocate, le 20 juin 1876. La presse locale francophone voyait aussi la construction du chemin de fer comme la clé de la revitalisation de l’économie. En admettant que les résidents locaux n’étaient pas « aussi riches que ceux d’autres comtés relativement moins favorisés », La Nation demandait le 10 décembre : « ne peut-on l’attribuer à leur manque de communications ? » PAC. E. J. Noble a étudié d’autres promotions du chemin de fer dans « Entrepreneurship and Nineteenth Century Urban Growth : A Case Study of Orillia, Ontario, 1867-1898 », Urban History Review, vol. g, n° 1, juin 1980, pp. 64-89.

77 Prospectus Number, The News and Ottawa Valley Advocate, février 1876.

78 La Nation, le 4 juin 1886, PAC.

79 The News and Ottawa Valley Advocate, le 17 février 1880.

80 Ibid., le 2 janvier et le 12 décembre 1876.

81 The Canadian Handbook and Tourist’s Guide rapportait en 1867 que l’eau minérale de Caledonia Springs avait des « qualités médicinales » excellentes pour les gens souffrant de rhumatisme et d’affections cutanées. Le Guide informait aussi ses lecteurs que la « saison » ici, qu’on peut comparer au Harrowgate canadien, c’est le mois d’août et que les invalides qui recherchent un endroit calme et de l’agréable compagnie seront bien servis. The Canadian Handbook and Tourist’s Guide, Montréal, Editions M. Longmoore, 1867, et Toronto, Editions Coles, 1971, p. 97. Il y avait aussi des articles dans les journaux locaux comme le The News and Ottawa Valley Advocate, le 30 mai 1876 et le 3 février 1880.

82 The News and Ottawa Valley Advocate, le 10 octobre 1876.

83 La Nation, le 26 septembre 1885, PAC. L’importance de la « campagne pour le développement de l’industrie » durant tout le 19e siècle au Canada est suggérée par Artibise dans Winnipeg, chap. 7.

84 The News and Ottawa Valley Advocate, le 4 mai 1880.

85 Ibid., le 1er juin 1880.

86 Ibid., le 10 août 1880.

87 Recensement du Canada, 1891.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 15. Âge des fermiers et des ouvriers agricoles, canton d’Alfred, de 1851 à 1871
Légende a Certains de ces fermiers étaient des fils de cultivateurs travaillant sur la terre familiale ; dans les recensements précédents, ils auraient été inscrits comme ouvriers agricoles. Voir, page précédente, le texte qui traite de la distinction entre les deux groupes.Source : liste des recensements manuscrits, 1851, 1861 et 1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIGURE 9. Origine des familles pionnières canadiennes-françaises de la paroisse de Saint-Victor-d’Alfred
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre TABLEAU 16. Dimensions des lots appartenant à des propriétaires-fermiers, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1861-1871
Légende Source : recensement manuscrit, 1861-1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre TABLEAU 17 Main-d’œuvre des Hamilton Brothers, 1856-1857
Légende Note : l’addition ne totalise pas le nombre d’employés travaillant aux chantiers et aux scieries parce que plusieurs travaillaient successivement aux deux.Source : registre d’emploi des Hamilton Brothers de Hawkesbury, 1856-1857, aujourd’hui à la bibliothèque de Hawkesbury
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre TABLEAU 18. Hommes de chantiers, canton de Caledonia, 1851
Légende Source : recensement manuscrit, 1851
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre TABLEAU 19. Production agricole, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1851-1871
Légende a Ces chiffres ne sont pas disponibles parce qu’ils ont été incorporés à ceux du canton de Longueuil lors de l’impression des documents de recensements. Le recensement manuscrit concernant l’agriculture dans le comté de Prescott en 1851 a disparu.b Non inscrit dans la liste de recensement.Source : Recensement du Canada, 1851-1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre TABLEAU 20. Amendement des sols sur les lots des propriétaires-fermiers, cantons d’Alfred et de Caledonia, 1861-1871
Légende Source : recensement manuscrit, 1861-1871
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 21. Modèle saisonnier des conceptions et des naissances, comté de Prescott, 1871-1881
Légende a Les données pour 1871 ne sont disponibles que par groupe de deux mois.b Chiffres arrondis, ne totalise pas 100.Source : Recensement du Canada, 1871-1881
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre TABLEAU 22. Exploitation de la terre, comté de Prescott, de 1851 à 1901
Légende Note : pour la période allant de 1851 à 1891, la somme des terres enregistrées comme étant « en culture » dépasse un peu le total des terres enregistrées comme étant « en récolte » ou « en pâturage ». C’est exactement ce à quoi on pouvait s’attendre puisque la terre « en culture » comprenait aussi bien les terres utilisées pour les constructions ou la basse-cour que celles utilisées pour les récoltes ou le pâturage. Cependant, les données concernant 1901 font problème parce que le total « en culture » est moindre que la somme totale des terres « en récolte » et « en pâturage ». Je ne peux m’expliquer cette anomalie.Source : Recensement du Canada, 1851-1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre TABLEAU 23. Production du fromage et du beurre, comté de Prescott, de 1881 à 1901
Légende a Ces renseignements n’ont pas été demandés au recensement de 1901.b Huit de ces usines produisaient aussi du beurre ; les 64 fromageries ne produisant que du fromage employaient 100 personnes.Source : Recensement du Canada, 1881-1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre TABLEAU 24. Scieries, comté de Prescott, de 1871 à 1901
Légende Source : Recensement du Canada, 1871-1901
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre TABLEAU 25. Âge des fermiers et des ouvriers agricoles, canton d’Alfred, 1881
Légende Note : pour comparer avec les données des autres recensements, voir le tableau 15.Source : recensement manuscrit, 1881
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1331/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter