Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

Le témoignage

Les réalités des Fransaskoises dans les années 1990

Françoise Sigur-Cloutier

Texte intégral

1Le témoignage présenté ici est le résultat de mes quatre années de travail en tant que directrice générale de la Fédération provinciale des Fransaskoises ; ce sont mes recherches, mes observations et mes analyses auprès des femmes francophones de la Saskatchewan. C’est avec beaucoup d’humilité que je fais ce témoignage puisque, n’étant qu’une chercheure de terrain, je ne peux que partager avec vous leurs paroles, leurs difficultés et leurs espoirs.

2Voici un aperçu de la situation générale de la Saskatchewan. La population francophone (de langue maternelle) de la Saskatchewan est d’environ 22 000 « âmes », soit 2,2 % de la population provinciale (proportion en décroissance). Les femmes composent à peu près la moitié de ce groupe. C’est une population âgée : 29,6 % a 65 ans et plus, et 47,5 % a 50 ans et plus. La Saskatchewan, c’est aussi la province où la proportion d’adultes moins scolarisés dépasse la moyenne canadienne.

3Une Fransaskoise sur quatre a complété une 8e année ou moins, alors que la proportion pour les non-francophones est d’une sur six. Ce qui a bien sûr des incidences économiques : seulement 6 % des Fransaskoises gagnent 30 000 $ ou plus.

4Cette population est divisée à peu près également en milieu rural et en milieu urbain, et est éparpillée à travers la province. Les francophones ont mis sur pied divers regroupements et associations pour l’organisation d’activités culturelles, récréatives, économiques et politiques ; la gestion scolaire est en place depuis janvier 1995.

5À mon arrivée à Gravelbourg en avril 1990, j’ai tout de suite su que le développement d’un regroupement de femmes vigoureux nécessitait une base d’unité solide. De nombreuses questions pouvaient créer des séparations parmi les femmes telles que : la géographie (les Francophones sont établis au nord et au sud de la province — entre Régina et Saskatoon, c’est le no man ’s land francophone) ; la ruralité et l’urbanité (les agricultrices et les autres) ; le statut (les pionnières du mouvement, ou celles qui se considèrent comme telles, et les jeunes...) ; les valeurs (les pro-choix et les pro-vie, les catholiques et les autres).

6La base de cette unité, nous allions devoir la bâtir à partir du Discours des fransaskoises, développé en 1990 par Catherine Graham. Cinq grands principes directeurs s’en dégagaient :

7Principe #1 — Les Fransaskoises ont fait et font une contribution importante au développement de leur communauté, malgré la restriction historique de leur champ d’action par une division du travail selon leur sexe.

8Principe #2 — Les contributions des Fransaskoises sont trop souvent passées sous silence ou dévalorisées. Nous devons rendre visible ce travail pour assurer la participation continue des femmes au développement de la communauté fransaskoise.

9Principe #3 — Les besoins et les préoccupations des Fransaskoises exigent une attention spécifique car les changements rapides dans les rôles des femmes affectent la communauté fransaskoise de façon particulière.

10Principe #4 — Les Fransaskoises ont fondamentalement toutes les capacités nécessaires pour articuler leurs réalités actuelles et pour planifier leur avenir. Elles ont droit aux ressources, à l’information et au soutien nécessaires pour faire ce travail collectif.

11Principe #5 — Les Fransaskoises ont intérêt à célébrer la diversité dans leurs organismes ainsi que dans leur communauté.

12Pour assurer leur épanouissement et leur pleine participation dans le développement de leur communauté, les Fransaskoises se sont organisées autour de trois champs d’action : les communications, pour briser l’isolement tant social que géographique ; la santé globale, y compris la prévention de la violence faite aux femmes, et la nutrition, étant donné l’importance des repas dans la vie quotidienne ; et l’autonomie financière, pour compenser la situation économique actuelle.

  • 1 Elsy Gagné (1994), Besoins, intérêts et motivation des femmes de langue maternelle française de la (...)

13Mon travail auprès des femmes a abouti à une recherche de type communautaire.1 Le but de cette recherche-action était de présenter les perceptions et le vécu des femmes afin d’avoir une meilleure compréhension de leurs besoins, intérêts et motivations. Cette recherche était une recherche qualitative de type exploratoire. Cent-cinquante-cinq femmes ont répondu à deux questionnaires lors d’entrevues enregistrées.

14Les résultats de cette recherche témoignent du regard que les répondantes portent sur les regroupements sociaux, le bénévolat, les groupes de femmes et le mot « féminisme ».

15Selon les femmes vivant en Saskatchewan, le bénévolat est nécessaire pour la survie des communautés. Il exige beaucoup de travail et de temps de la part des femmes qui le pratiquent. La valorisation personnelle, le soutien, l’occasion de vivre en français et la relation d’aide sont quelques-unes des raisons qui motivent les actions bénévoles et justifient les démarches des femmes. Ainsi justifié, le bénévolat est non seulement un choix possible, mais un devoir. La formation des groupes sociaux et les associations provinciales joue un rôle important dans la défense des causes sociales et/ou le soutien apporté aux femmes.

16C’est ce que conclut l’analyse d’Elsy Gagné dans le document mentionné plus tôt.

17À la suite de ce premier effort, nous avons continué notre quête et nous sommes allées rencontrer les femmes dans leur milieu, en groupe. Nous avons organisé douze rencontres qui ont attiré plus de 200 femmes, chaque fois autour d’un repas. L’objectif de ces rencontres était de partager les résultats de la recherche-action, de les valider et de provoquer un engagement personnel et collectif.

18Les Fransaskoises qui ont répondu à notre invitation nous ont répété : leur besoin d’être écoutées, entendues, appréciées ; leur surprise d’apprendre la situation des autres femmes de leur communauté et de voir qu’elles partagent plusieurs préoccupations ; leurs difficultés à exprimer leurs besoins personnels ; leur soif de rencontres sociales, informelles (le succès des dîners-détentes mensuels à Saskatoon et à Régina en sont la preuve) ; leurs exigences envers elles-mêmes, envers les autres femmes et envers les regroupements de femmes ; leur désir d’avoir accès à de la formation, qu’elles ne trouvent pas le temps d’inclure dans leur horaire surchargé (ceci est en train de faire l’objet d’une autre étude, « Le maillon manquant ») ; leur volonté d’apprendre à mieux gérer leur temps, à dire « non », à développer leur estime de soi, et à savoir parler en public.

19Elles ont témoigné à nouveau des obstacles qui freinent leurs aspirations : leur communauté, leurs amies sont souvent anglophones ; le manque de temps — leur horaire est déjà surchargé de réunions, de rencontres d’innombrables comités ; le manque d’énergie pour entreprendre une nouvelle bataille ; leur souci de faire passer les besoins de leurs enfants, de leur conjoint, de leur communauté, de leur paroisse avant leurs propres besoins ; le manque grandissant de moyens financiers — « Les femmes subissent l’odieux de l’évolution de l’économie : elles sont payées moins cher en période de prospérité économique et encore moins, ou pas du tout, en période d’austérité. » (Gagné, 1994) ; leurs regroupements aussi subissent les conséquences d’austérité et leur générosité les poussent encore une fois à sacrifier leurs besoins.

20Malgré tous ces obstacles, autant internes qu’externes, leurs réalisations depuis un an sont la preuve de la volonté d’une prise en charge personnelle et collective. En voici quelques exemples : la formation d’un cercle de la bonne humeur à Gravelbourg ; deux ateliers Réussir sa vie (I et II) ; des rencontres mensuelles (dîners-rencontres) à Régina et à Saskatoon ; le programme Vieillir en santé à Saskatoon et à Willow Bunch ; la formation de Clubs-Épargne femmes.

21Malgré la baisse de la population saskatchewanaise et les obstacles qu’elles rencontrent, les Fransaskoises tant par leurs contributions personnelles que communautaires, s’inscrivent avec passion dans l’espace francophone en milieu minoritaire.

Notes de fin

1 Elsy Gagné (1994), Besoins, intérêts et motivation des femmes de langue maternelle française de la Saskatchewan : milieux urbain et rural.

Auteur

Réseau national Action Éducation Femmes
Régina

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr