Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

La sante et le bien-être personnel

Impact du programme Réseau d’entraide auprès des personnes âgées

Manon Lemonde et Johanne Pomerleau

Texte intégral

  • 1 Ce projet d’évaluation a été réalisé grâce à une subvention du Ministère des Services Sociaux et C (...)

1Le but de cet article est de décrire l’impact d’un programme de formation auprès des personnes âgées intitulé Découverte de soi (DDS)1 Il s’agit en fait de décrire les effets de ce programme, qui adhère au concept de promotion de la santé, à partir d’indicateurs de santé mentale, d’estime de soi et de réseau social.

2Depuis 1992, 145 personnes âgées se sont inscrites et ont complété le volet DDS. De ce nombre, 103 ont complété les questionnaires de recherche.

3Avant de présenter les résultats des observations et des questionnaires recueillis, il est important d’appuyer théoriquement l’approche utilisée et de préciser la nature du programme de formation. La déclaration d’Alma-Ata (1978) définit ce que sont les soins de santé primaires. Le Canada a entériné cette déclaration qui a pour but d’augmenter le bien-être et la santé de la population. Les grands principes de cette approche sont : la responsabilisation, la collaboration, la participation, l’accessibilité et la continuité des soins. Notre intervention avec les personnes âgées reprend les trois premiers principes.

4Hétu souligne que « les différentes pertes reliées au vieillissement, de même que la tendance au désengagement chez plusieurs sujets âgés, sont de nature à exercer un effet de contraction sur le réseau de soutien » (1992 : 64). Selon Eliopoulos (1993), les personnes âgées doivent, pour maintenir un état de bien-être, réaliser un équilibre satisfaisant entre les périodes de solitude et d’interaction sociale avec leur environnement. Afin de combler ces besoins et de favoriser les interactions sociales, des activités de groupe en promotion de la santé ont été offertes aux personnes âgées (Wagner, Grothaus, Hecht et al., 1991). Le programme DDS en tant qu’intervention communautaire correspond à l’initiative de Wagner et al. et permet de redonner aux personnes âgées la confiance et le pouvoir afin qu’elles entreprennent les démarches nécessaires pour augmenter leur satisfaction personnelle.

5Hunter, Linn et Harris (1982) ont conclu que les femmes aînées qui demeurent seules ont en général une satisfaction face à la vie et une estime de soi diminuées, entraînant ainsi chez ces dernières un plus haut degré d’inadaptation sociale comparativement aux femmes qui vivent avec une autre personne ; cette constatation permet de suggérer que l’estime de soi et la perception de l’image de soi peuvent avoir un effet sur le bien-être physique et mental d’une personne. L’estime de soi est un concept qui se réfère à la perception qu’une personne a d’elle-même et de sa valeur. Battle (1992) souligne que 1’estime de soi est un besoin fondamental qui influence les réussites de chaque personne, ses relations avec les autres et son niveau de santé mentale. Le réseau social peut donc devenir une ressource où les personnes âgées peuvent aller chercher du soutien tout en leur permettant de maintenir ou d’améliorer leur estime de soi par les échanges qui s’établissent au sein du groupe.

6Le programme de formation Réseau d’entraide pour les personnes âgées décrit une approche non-traditionnelle pour répondre aux besoins d’autonomie et de prise en charge. Le but ultime des auteures de ce programme est de restaurer l’estime de soi des personnes âgées et de leur donner des outils pour maintenir leur qualité de vie (Samuels et Cole, 1988). Les objectifs spécifiques du programme sont d’offrir aux personnes âgées des occasions de formation personnelle et de promouvoir leur développement quant à leur capacité d’aider leurs paires. En fait, il s’agit de travailler au développement d’aidants naturels.

Découverte de soi

  • 2 Notre traduction.

7Le volet DDS favorise le développement des aptitudes de chaque personne membre d’un groupe. Samuels et Cole (1988), auteures de ce programme, décrivent les deux objectifs de ce dernier de la façon suivante : « [...] il s’agit de fournir une occasion de développement personnel à des groupes de personnes âgées, et ensuite, d’assurer la formation de certaines personnes âgées pour qu’elles puissent en aider d’autres ».2 Les activités se font en groupe de 10 à 15 participantes et participants, où une animatrice facilite l’apprentissage des personnes âgées ; l’apprentissage est surtout axé autour de la communication et la réflexion personnelle. Le but de ce programme est de restaurer l’estime de soi des personnes âgées par la création d’un réseau d’entraide.

8Les sessions de formation sont sous la responsabilité d’une animatrice. Cette dernière a été recrutée en raison de ses qualités de leadership, de communication et parce qu’elle est sensibilisée aux besoins des personnes âgées. Elle les aide, au cours des discussions de groupe, à échanger sur leurs expériences de vie ainsi que sur leurs craintes et forces personnelles ; ces échanges les amènent à découvrir qu’elles et ils sont capables d’apprendre les uns des autres, donc possiblement chaque personne est un bon modèle pour les autres. Ils peuvent ainsi prendre conscience de leur potentiel humain pour pouvoir par la suite assumer un rôle de leadership dans leur vie et dans leur environnement.

9C’est par la réminiscence que ces personnes âgées prennent conscience de leurs réalisations jusqu’à maintenant, de leurs forces et faiblesses ainsi que de leurs possibilités d’accomplissement personnel. C’est au sein du groupe qu’elles réalisent qu’elles sont uniques et qu’elles possèdent beaucoup de points en commun avec les autres participantes et participantes. L’atmosphère de camaraderie et de sécurité dans le groupe favorise des échanges d’idées et d’expériences de vie qui font en sorte que tous disent en ressortir plus forts.

Déroulement de l’étude

10Afin de mesurer les effets d’un programme de formation à partir d’indicateurs de santé mentale, d’estime de soi et de réseau social, quatre échelles ont été utilisées soit : (a) le Depressive Adjective Check List (DACL-E) (Lubin, 1981) pour mesurer l’humeur dépressive — le DACL-E est une échelle composée de 22 adjectifs négatifs et de 12 adjectifs positifs. Plus les scores bruts sont élevés, plus la personne se perçoit en santé (cet outil a été traduit en français et validé par Beckingham, Coutu-Wakulczyk et Lubin (1993) ainsi que par Coutu-Wakulczyk et al (1994) auprès d’aînés et aînées francophones de l’Ontario et du Québec) ; (b) le Culture Free Self-Esteem Inventory for Adults (CFSEI-AD) (Battle, 1992) pour mesurer l’estime de soi — ce questionnaire comprend quarante items qui peuvent être regroupés en quatre sous-catégories qui mesurent l’estime de soi générale, sociale et personnelle ainsi que l’utilisation du mensonge afin de mesurer l’attitude défensive de la personne (l’auteur avait déjà traduit et utilisé cet outil avec des personnes âgées principalement dans l’ouest du pays) ; (c) le Lubben Social Network Scale (LSNS) (Lubben, 1988) est une échelle qui permet de décrire la distribution du réseau social — cet outil permet d’obtenir la perception des aînées et aînés sur le nombre de personnes qui compose leur réseau (famille, ami-e-s) et de savoir s’ils ont des relations de soutien mutuel (confident-e-s), l’échelle permet également d’estimer la grandeur du réseau actif, la grandeur du réseau intime ainsi que la fréquence des contacts (avec la permission de l’auteur, nous avons dû traduire cet outil ; seule la traduction a été validée à ce point-ci). L’application de la version anglaise a été validée au cours d’une enquête auprès de 1 000 personnes âgées qui ont complété le California Senior Survey et (d) les formulaires d’évaluation personnelle du programme DDS ont permis d’obtenir les commentaires des personnes âgées relatifs à l’impact du programme sur leur vie.

Données socio-démographiques et résultats des groupes depuis 1992

11Onze groupes ont complété le volet DDS entre février 1992 et février 1995, soit un total de 145 participantes et participants (les femmes sont majoritaires dans tous les groupes). Les données socio-démographiques nous permettent de présenter un profil des personnes qui se sont inscrites au programme DDS. De façon générale, les commentaires des personnes âgées recueillis lors des sessions de formation de DDS depuis la mise sur pied du réseau d’entraide sont très similaires, qu’ils viennent des groupes anglophones ou francophones. De plus, ces commentaires sont centrés sur leur personne ainsi que sur la prise de conscience qu’elles ont toujours la capacité ou le potentiel de réaliser des choses. Le contenu des commentaires recueillis sur les formulaires d’évaluation est davantage orienté vers les thèmes suivants : sortir de ma tristesse, planifier pour le futur, me faire confiance, créer de nouvelles amitiés, me sentir utile, prendre ma place, ainsi que connaître et comprendre les autres.

12Le premier groupe ou échantillon se compose de trente-six femmes qui ont suivi le volet DDS ; elles sont âgées de 65 à 70 ans. Il faut préciser que 69 % des participantes sont mariées, que 48 % ont une scolarité de niveau secondaire et que 11 % de ces femmes ont présentement une personne sous leur responsabilité. Les commentaires recueillis des formulaires d’évaluation du programme auprès de ces femmes sont les suivants : découvrir ses capacités, savoir écouter, exprimer ses sentiments, mieux comprendre les autres, réaliser sa valeur auprès des autres, apprendre à communiquer, augmenter sa confiance en soi et apprendre à demander l’avis des autres.

13Les scores bruts du DACL-E démontrent que les femmes qui ont complété cet outil ne se perçoivent pas comme étant généralement d’humeur dépressive. En ce qui a trait aux scores de l’échelle de Battle, 20,8 % des participantes ont obtenu un score qui représente une estime de soi faible, alors que 45,8 % d’entre elles ont une estime de soi de niveau intermédiaire et 29,2 % ont une estime de soi élevée. Cet outil permet d’identifier les personnes qui, selon Battle (1991), devraient s’efforcer de trouver des moyens pour améliorer leur perception de l’estime de soi dans l’un ou l’autre des domaines identifiés par l’échelle.

14En ce qui concerne le réseau social, le LSNS permet d’identifier les personnes souffrant d’isolement social. L’échelle est composée de trois volets, soit les relations avec la famille, les relations avec les amies et amis, ainsi que les relations indépendantes de soutien mutuel, permettant ainsi d’identifier l’origine de la force ou de la faiblesse du réseau. Dans l’échantillon considéré, toutes les participantes ont, en vertu des résultats obtenus avec le LSNS, un réseau social adéquat.

15Les commentaires de ces femmes correspondent à ceux des autres personnes qui ont terminé le volet DDS. La majorité d’entre elles disent se sentir mieux et plus fortes que lorsqu’elles se sont inscrites au programme ; d’autres disent avoir appris à exprimer leurs sentiments et avoir réalisé quelle est leur valeur personnelle aux yeux des autres. Une participante décrit ainsi son apprentissage : « Pour moi, ça m’a beaucoup aidée à ouvrir mes yeux, à accepter ma situation alors que je me sentais seule et déprimée. Aujourd’hui, je pars avec beaucoup d’enthousiasme et d’encouragement. Je me sens beaucoup plus forte et plus heureuse ». Ce commentaire appuie les constatations de Kessler et Essex (1982), Pearlin, Liberman, Menaghan et Mullan (1981) à l’effet que les moyens d’adaptation émotionnelle, combinés à l’accessibilité des autres ressources personnelles et sociales, préviendraient la dépression en maintenant une image de soi plus positive ou en aidant la personne à faire face à ses difficultés et à les surmonter.

16En écoutant ces femmes et suite à la lecture des formulaires d’autoévaluation du volet DDS ainsi que la section réservée aux commentaires personnels, nous avons constaté qu’elles exprimaient toutes des commentaires positifs, qui refléteraient une augmentation de leur estime de soi ; de plus, elles avouent avoir fait des réalisations personnelles, comme être capable de s’exprimer plus facilement avec les autres et de communiquer de façon plus efficace. En supposant que le programme produise ces effets, nous avons formulé les hypothèses suivantes : (a) cette formation peut revaloriser les personnes âgées et ainsi augmenter leur estime de soi et (b) ces occasions de rencontre et l’atmosphère de confiance ou de sécurité qui s’établit au sein du groupe favoriserait la création de nouvelles amitiés. C’est pour ces raisons que nous avons choisi de poursuivre l’évaluation de la perception que les personnes âgées ont de leur santé mentale (DACL-E), de leur estime de soi (CFSEI-AD) et de l’ampleur de leur réseau social (LSNS) après avoir complété le volet DDS. Contrairement aux groupes précédents, le diagramme de Curtis (1979), le « Social Network Map » a été ajouté afin de déterminer de façon approximative, le nombre de personnes qui composent le réseau de chaque participant et comment ces personnes se distribuent (ami-e-s, voisin-e-s, confident-e-s, famille) dans le réseau.

17En 1993, l’échantillon se composait de 43 femmes francophones âgées de 56 à 75 ans. Dans ce groupe, 47 % des participantes sont mariées, 35 % sont veuves, 2 % sont divorcées et 16 % n’ont pas répondu à cette question. Encore une fois elles représentent des retraitées, qui vivent en milieu rural. Elles ont de deux à dix-sept enfants et 33 % d’entre elles possèdent une scolarité de niveau secondaire. Certaines d’entre elles demeurent dans une résidence où elles ont accès à des services de santé sur place. De ce groupe, 32 femmes ont accepté de participer à notre évaluation.

18Les résultats nous ont quelque peu surprises : des trente-deux femmes qui ont complété les questionnaires, seulement deux (6,3 %) ont choisi l’adjectif positif « bien dans sa peau » du DACL-E (Tableau 1) à la fin du volet DDS. Un autre résultat moins surprenant est que l’adjectif négatif (se sentir seule) a une fréquence relative de 40,6 % (Tableau 2). Ces observations peuvent s’expliquer si l’on considère que 31,2 % (12 sur 32) des femmes demeurent seules et 35 % sont veuves (15 sur 43). Toutefois, plusieurs autres facteurs doivent également être considérés pour expliquer ces résultats, soit la prise de conscience qu’elles ont réalisé en participant à ce programme, l’âge, les changements physiologiques reliés au vieillissement, la définition subjective accordée aux expressions duDACL-E, le niveau personnel d’estime de soi et enfin la réalisation qu’il s’agit de la dernière rencontre du groupe. Ces résultats laissent tout de même entrevoir qu’il y a un problème d’image personnelle et de solitude. Pourtant, selon 1e DACL-E, une seule personne serait d’humeur dépressive, donc à risque.

19Quelques questions du CFSEI-AD permettent de saisir la définition de l’adjectif « se sentir seule » pour les participantes (Tableau 3). Les pourcentages obtenus indiquent que plus de 40,0 % d’entre elles éprouvent des difficultés à rencontrer des ami-es ou encore établir un cercle d’amies.

20Le volet DDS s’est poursuivi et les résultats que nous avons recueillis en 1995 nous permettent de comparer les observations réalisées auprès d’un groupe avant et après le volet DDS. Cette fois, l’échantillon est plus restreint (n=6 en pré DDS et n=8 en post DDS) que pour nos groupes antérieurs, et il est composé d’hommes et de femmes âgés de 60 à 85 ans, n’ayant aucun dépendant. La première mesure a été réalisée avant le début du programme DDS et tous ont choisi l’adjectif « bien dans sa peau » et de « bonne humeur » ; seulement deux personnes ont choisi « se sentir seul-e ».

21Le Tableau 4 présente les données d’un ou d’une participante avant le volet DDS et après le volet DDS. Les résultats démontrent que tous les scores sont légèrement plus bas ; le DACL-E est peut-être l’outil de mesure qui traduit le plus de changement à propos du choix des participantes et participants de l’adjectif « se sentir seul-e ». Cet adjectif négatif n’a pas été choisi lors de la première mesure mais fut choisi lors de la deuxième. Ce résultat nous oblige à questionner si ce choix est lié à la fin des rencontres ainsi qu’à la dissolution du groupe.

Conclusion

22Cette activité est une occasion toute spéciale pour les personnes âgées francophones, plus particulièrement pour les femmes. En effet, il existe très peu d’activités en français ou encore d’occasions qui vont privilégier le regroupement de francophones afin de discuter et de partager leur vécu.

23L’expérience a démontré que jusqu’à maintenant les femmes francophones ont été les plus grandes consommatrices du programme DDS. Il est également important de réaliser qu’importe la grandeur du groupe de formation, les participantes admettent avoir fait des apprentissages. Toutefois, les données des questionnnaires quantitatifs ne correspondent pas avec les commentaires des participantes relatifs aux apprentissages réalisés par l’entremise du programme de formation. La différence se situe entre les résultats qualitatifs (évaluation personnelle) et les données quantitatives recueillies, soit entre les commentaires et les mesures recueillies ainsi qu’entre les résultats quantitatifs recueillis en pré et post DDS. C’est à la lumière de ces résultats que les questions suivantes ont été posées :

- À quoi correspond « se sentir bien » ?
- À quoi correspond « se sentir seul-e » ?
- Est-ce que « se sentir bien » influence la perception de bien-être ?
- Est-ce que « se sentir seul-e » influence la perception de bien-être ?
- Est-ce que le sentiment de se « sentir bien » persiste après que le groupe de formation créé pendant le programme DDS se dissout ?

24On ne peut répondre à des questions de ce genre qu’à partir de la mise sur pied d’une étude longitudinale. C’est pourquoi nous proposons une nouvelle approche méthodologique. Celle-ci nous permettra de recueillir à partir de mesures répétées des données qualitatives et quantitatives à différents intervalles de temps, soit Temps 1, pré-DDS ; Temps 2, post post-DDS ; Temps 3, environ 6 mois post-ODS et finalement, Temps 4, environ 12 mois post-DDS. Une telle approche exigera beaucoup de suivi de la part des animateurs et animatrices de ces groupes afin d’obtenir un nombre significatif de personnes âgées 1) qui complèteront les quatre instruments de mesure et 2) participeront à des entrevues et répondront aux cinq questions posées ci-dessus.

Bibliographie

Bibliographie

Antonucci, T. (1990), « Social Supports and Social Relationships », dans Handbook of Aging and the Social Sciences, s. la direction de R. Binstock et L. George, New York, Academic Press.

Battle, J. (1992), Culture-Free Self-Esteem Inventories, 2e éd., Austin, Pro-ed.

Beckingham, A.C., G. Coutu-Wakulczyk et B. Lubin (1993), « French Language Validation of the Depressive Adjective Check-Lists with the Canadian Elderly », Journal of Clinical Psychology, 49, 5.

Biegel, D.E., B.K. Shore et E. Gordon (1984), Building Support Networks for the Elderly, Theory and Applications, Beverly Hills, Sage Publications.

Coutu-Wakulczyk, G., A.C. Beckingham, D. St-Louis, N. Bolduc, S. Graham et L. Rivard (1994), Perception de la santé et mesures de l’humeur dépressive auprès de populations rurales francophones et anglophones du Québec et de l’Ontario, Ottawa, Université d’Ottawa, Faculté des sciences de la santé.

Curtis, R.W. (1979), The Future Use of Social Networks in Mental Health, Boston, Social Matrix Research.

Eliopoulos, C. (1993), Gerontological Nursing, 3e éd., Philadelphia, J.B. Lippincott.

Epp, J. (1986), La santé pour tous, un plan d’ensemble pour la promotion de la santé, Ottawa, Approvisionnements et Services Canada.

Hétu, J.-L. (1992), Psychologie du vieillissement, Montréal, Éditions du Méridien.

Hunter, K.I., M.W. Linn et R. Harris (1982), « Characteristics of High and Low Self-Esteem in the Elderly », International Journal of Aging and Human Development, 14, 2.

Kessler, R. et M.J. Essex (1982), « Marital Status and Depression : The Importance of Coping Resources », Social Forces, 61.

Lubben, J.E. (1988), « Assessing Social Networks Among Elderly Populations », Family Community Health, 11, 3.

Lubin, B. (1981), Depression Adjective Check List : Manual, San Diego, Educational and Industrial Testing Service.

Mor-Barak, M.E. et L.S. Miller (1991), « A Longitudinal Study of the Causal Relationship Between Social Networks and Health of the Poor Frail Elderly », Journal of Applied Gerontology, 10, 2.

Pearlin, L.I., E.G. Liberman, M.A. Menaghan et J.T. Mullan (1981), « The Stress Process », Journal of Health and Social Behavior, 22, 4.

Wagner, E.H., L.C. Grothaus, J.A. Hecht et al (1991), « Factors associated with participation in a senior health promotion program », The Gerontologist, 31, 5.

Annexes

TABLEAU 1. Fréquences représentant les choix d’adjectif positif par les participantes

12 adjectifs du DACL-E

N=32

%

bien dans sa peau

2

6,3

paisible

16

60

en forme

18

56,3

calme

18

56,3

vigoureuse

18

56,3

libre

20

62,5

forte

22

68,5

en sécurité

22

66,8

bien

23

71,9

chanceuse

23

71,9

active

24

75

de bonne humeur

26

81,3

TABLEAU 2. Fréquence représentant les choix d’adjectif négatif par les participantes

22 adjectifs négatifs du DACL-E

N=32

%

affreuse

0

0

malheureuse

1

3,1

apathique

1

3,1

délaissée

2

6,3

torturée

2

6,3

au bout du rouleau

2

6,3

maussade

2

6,3

sans espoir

2

6,3

perdue

2

6,3

abattue

3

9,4

indifférente

4

12,5

triste

6

18,8

démoralisée

6

18,8

avoir les bleus

6

18,8

démotivée

6

18,8

angoissée

7

21,9

affaissée

7

21,9

enchaînée

7

21,9

critiquée

7

21,9

brisée

8

25

accablée

9

28,1

se sentir seule

13

40.6

TABLEAU 3. Questions permettant d’explorer comment les participantes définissent « se sentir seule »

Questions du CFSEI-AD

N=32

%

1. Avez-vous seulement quelques ami-e-s ?

17

53,1

5. Passez-vous la plupart de votre temps libre seule ?

22

68,8

12. Êtes-vous facilement déprimée ?

17

53,1

22. Vous est-il difficile de rencontrer de nouvelles personnes ?

18

56,3

39. Avez-vous définitivement un manque d’initiative ?

18

56,3

TABLEAU 4. Mesures pré-et post-DDS d’une ou d’un des participants

TABLEAU 4. Mesures pré-et post-DDS d’une ou d’un des participants

Notes

1 Ce projet d’évaluation a été réalisé grâce à une subvention du Ministère des Services Sociaux et Communautaires de l’Ontario.

2 Notre traduction.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 4. Mesures pré-et post-DDS d’une ou d’un des participants
URL http://books.openedition.org/uop/docannexe/image/1287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteurs

Université Laurentienne
Sudbury

École des sciences infirmières
Université Laurentienne
Sudbury

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr