Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes francophones et pluralisme en milieu minoritaire

 | 
Dyane Adam

La formation et l'éducation

La formation et l’adaptation de la main-d’œuvre chez les franco-ontariennes : barrières et obstacles à surmonter

Denise Lemire

Texte intégral

1La formation, n’est-ce pas un terme qui se prête à toutes les sauces par les temps qui courent ? Depuis les dernières crises économiques, les gouvernements ont comme dossiers prioritaires la formation plutôt que la création d’emplois. Ils ne peuvent s’imaginer que même si on participe à des programmes de formation, cela ne constitue pas une potion magique ; ce n’est pas une garantie qu’on trouvera nécessairement un travail et de plus, un travail bien rémunéré avec de bonnes conditions.

  • 1 Il est à noter que le COFAM a été un des nombreux organismes aboli par le gouvernement ontarien.

2Beaucoup de programmes de formation et de perfectionnement existent présentement en Ontario. Cependant, il y a une grande confusion vis-à-vis de ces programmes, car les services sont offerts par plusieurs organismes, notamment différents niveaux de gouvernements, les collèges communautaires, les conseils scolaires, les écoles de formation professionnelle, les organismes communautaires, le secteur privé et autres. À la suite de la mise sur pied du Conseil de formation et d’adaptation de la main d’œuvre (COFAM)1, la confusion règne-t-elle toujours ? Dans ce dossier, la Table féministe francophone de concertation provinciale a voulu savoir si la participation des femmes francophones à ces programmes était adéquate. A-t-on aidé les travailleuses francophones à se recycler ? Combien de femmes francophones a-t-on pu placer auprès d’employeurs ? Combien de jeunes femmes francophones ont été touchées par les programmes du COFAM ?

  • 2 Ce texte reflète l’opinion de l’auteure et non pas celle de la Table féministe de concertation pro (...)

3Cet article découle d’une étude réalisée de janvier à juin 1994 pour la Table féministe de concertation provinciale.2 Tout d’abord, nous présentons certaines raisons pour lesquelles les femmes retournent aux études ou en formation. Puis, à la suite de la méthodologie, le COFAM est décrit brièvement. Finalement, quelques barrières et obstacles à la formation chez les femmes sont discutés.

Barrières et obstacles au retour aux études ou en formation

4Dans une étude québécoise récente, Guindon (1995) explique les motifs qui incitent les femmes à retourner aux études ou à s’inscrire à un programme de formation. Ils sont d’ordre professionnel (avoir une promotion), personnel (détenir un diplôme plus élevé) et d’ordre familial (incitation du conjoint ou de la conjointe). Les personnes qui prennent une initiative font face à bon nombre de barrières ou d’obstacles.

5Toujours selon Guindon, les effets du retour aux études sur la vie des femmes peuvent se retrouver dans trois catégories : le cadre institutionnel, la situation familiale et le contexte psychologique de la femme. L’une des difficultés rencontrées est l’accessibilité aux services, ceci non seulement pour les femmes mais aussi pour les hommes :

[...] les divers services administratifs responsables de l’admission et de l’inscription, de l’information sur les prêts et bourses, de l’aide à la recherche d’un emploi ou de l’attribution de locaux pour l’étude sont d’abord conçus en fonction de la population poursuivant des études le jour et à temps plein, d’où le manque d’adaptation de ces services aux besoins des adultes et leur accessibilité souvent réduite pour cette clientèle. (Guindon, 1995 : 5)

6La situation familiale est un facteur important qui influence le choix d’une femme qui veut retourner aux études ou en formation. En effet, la femme se retrouve souvent devant une triple obligation : « ...assurer la garde des enfants pendant les périodes de cours ou d’activités reliées aux études, assurer le ravitaillement familial en vivres et effectuer les démarches administratives indispensables à l’organisation familiale. » (Guindon, 1995 :10)

7Le conjoint peut être favorable ou peut être en désaccord avec ce retour aux études. Les enfants peuvent être enthousiasmés au début, mais vite réaliser que leur mère est moins disponible qu’auparavant. Un appui continu des membres de la famille s’avère important pour le bien-être de la femme ; elle peut même diminuer l’incidence de dépression chez celle-ci (Guindon, 1995 :15).

8Les femmes qui retournent aux études ont généralement tendance à avoir une hantise de l’échec, à douter de leurs capacités intellectuelles, à être stressées et même angoissées avant un examen, mais en même temps elles « ...enregistrent en moyenne des notes supérieures à celles des élèves ayant poursuivi sans interruption leur cheminement scolaire. » (Guindon, 1995 :14).

9En général, durant la poursuite des études ou de la formation, on constate chez les femmes « ...l’accroissement de l’estime de soi, l’amélioration de la perception de soi, l’augmentation de la confiance en soi, le sentiment de bien-être résultant d’une meilleure maîtrise de sa vie, la revalorisation de soi, la découverte de sa véritable personnalité ou de son identité. » (Guindon, 1995 :15)

10Un tel retour aux études peut entraîner des répercussions au niveau du travail. Par exemple, un employeur peut ne pas être favorable à ceci car il craint de voir cette personne abandonner son poste à la fin de ses études ; il peut donc lui rendre la vie difficile. Ses collègues de travail peuvent faire preuve de mesquinerie. Elle peut aussi perdre ses amies, n’ayant plus le temps d’entretenir ses amitiés.

11Cette recherche par Guindon n’est qu’un très bref survol des barrières et obstacles rencontrés par les femmes qui décident de poursuivre leurs études ou leur formation. L’étude commandée par la Table féministe en démontre d’autres.

Méthodologie

12Une étude, réalisée de janvier à juin 1994 par la firme Beaulieu et Lemire Consultation, Recherche et Formation inc. pour la Table féministe francophone de concertation provinciale, avait comme but de vérifier si les programmes du COFAM répondent aux besoins des femmes qui veulent obtenir leur autonomie financière en s’inscrivant à des sessions de formation et ainsi jouer un rôle dans l’économie, et aussi d’identifier les obstacles et barrières auxquels les femmes francophones en Ontario font face.

13Cette étude devait être quantitative. Les données ont été difficiles à obtenir sinon impossibles. Généralement, il y avait une quasi-totale absence de statistiques et de documents de travail. Dans plusieurs cas, les fonctionnaires reconnaissaient les limites des programmes ; par exemple, un fonctionnaire a indiqué qu’il serait trop onéreux d’établir des statistiques pour chaque projet financé par les programmes.

14La méthodologie utilisée consistait en une revue de la littérature, en communications téléphoniques ou en entrevues face à face avec les principaux intervenants et intervenantes des programmes du COFAM. Ces mécanismes ont été choisis à cause des limites financières du projet, qui ne permettaient pas d’effectuer un sondage ou d’organiser un « groupe focus » auprès des utilisatrices des divers programmes. Cette étude aborde uniquement les perceptions des intervenantes et intervenants, comme fonctionnaires ou comme bénévoles au sein des conseils d’administration dans le domaine de la formation et de l’adaptation de la main-d’œuvre.

Conseil ontarien de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre (COFAM)

15Le COFAM est le premier organisme en Amérique du Nord « ...à utiliser une approche basée sur les besoins pour assurer la mise en valeur de la main-d’œuvre afin que tous les Ontariens puissent en bénéficier. » (COFAM, 1994b : 1) En juillet 1993, le projet de loi relatif à la création du COFAM était adopté à l’Assemblée législative. Cette initiative historique s’inscrit dans le cadre d’une politique industrielle ontarienne à long terme.

16Essentiellement, le COFAM doit s’assurer du développement d’une main-d’œuvre compétente et souple, afin d’accroître la compétitivité et améliorer la vie des travailleuses et travailleurs.

17Cet organisme indépendant et autonome reçoit des directives générales du gouvernement par l’intermédiaire d’un ministre responsable, soit le ministre de l’Éducation et de la Formation. Les pouvoirs et responsabilités sont partagés par le gouvernement et les personnes qui sont les mieux placées pour connaître les besoins : représentants du patronat, les travailleuses et travailleurs, les éducatrices et éducateurs/formatrices et formateurs, les femmes, les membres des minorités raciales, les personnes handicapées, les francophones et les autochtones.

18L’organisme a été mis en place pour répondre aux objectifs suivants : réduire les chevauchements et les lacunes entre les programmes et les services, ainsi qu’améliorer les liens entre eux ; augmenter l’investissement du patronat dans la formation en milieu de travail ; augmenter l’importance du rôle des programmes d’apprentissage comme les liens entre l’école et le milieu du travail ; offrir des données plus exhaustives sur le marché du travail, en termes d’aptitudes et de ressources requises ; évaluer les programmes pour s’assurer qu’ils répondent aux besoins de toutes les Ontariennes et de tous les Ontariens ; faciliter l’accès pour toutes et tous à la formation et aux programmes/services d’adaptation, en répondant mieux aux besoins culturels, socio-économiques et physiques. (COFAM, 1993 : 2)

19Il a été difficile d’obtenir des données quantitatives. L’Office des Affaires francophones a travaillé sur ce dossier en 1993 et a confirmé les difficultés à obtenir des données sur les francophones. Cependant, durant les réunions publiques de consultation sur les commissions locales qui se sont déroulées au cours des mois d’avril et mai 1992, certains éléments ont été soulevés par divers groupes de femmes (Comité de consultation sur les commissions locales, 1992). Les femmes veulent une formation, à la fois accessible et pertinente, qui les aiderait à échapper aux emplois n’offrant aucune possibilité de carrière. Elles déplorent le fait que l’éducation et la formation reçues à l’étranger ne sont pas reconnues au Canada et en Ontario. Les femmes veulent un accès à des fonds supplémentaires pour assurer des services de soutien à toutes les personnes qui en ont besoin (par exemple : soutien du revenu, garde d’enfants, transport, mesures d’adaptation pour les personnes handicapées). Les femmes ont souligné l’importance de la formation « des aptitudes de base » et pas seulement la formation professionnelle. Elles voudraient que la formation comprenne : services d’orientation, évaluation de la formation antérieure, évaluation des besoins, planification de carrière, apprentissage des aptitudes nécessaires à la vie quotidienne, programmes d’intervention et de préparation à la formation, programmes d’alphabétisation et d’apprentissage du calcul, cours d’anglais langue seconde et de français langue seconde, cours d’éducation de base, programmes de perfectionnement professionnel à long terme, cours préparatoires à l’apprentissage et à la formation dans un métier.

20Outre les spécificités des femmes, les disparités régionales ont aussi été abordées. Les besoins ne sont pas les mêmes dans les communautés urbaines que dans les petites collectivités rurales. Les groupes du Nord ont indiqué une préférence pour la formation à distance, les téléconférences et les téléphones vidéos afin d’accroître l’accessibilité à la formation.

21Aussi, lors de ces mêmes rencontres publiques, les francophones ont brossé un tableau de leurs difficultés socio-économiques : taux élevés d’analphabétisme, d’abandon scolaire, de bénéficiaires de l’aide sociale et d’assimilation ; ils ont déploré le nombre insuffisant d’établissements francophones — par exemple, seulement 70 des 350 programmes d’études collégiales communautaires et 13 des 600 programmes d’apprentissage sont offerts en français en Ontario (CCCL : 23). Afin de répondre à leurs besoins, les francophones exigent « la gestion de la formation professionnelle par et pour les francophones » (CCCL : 23).

22Il faut aussi se rappeler que ces programmes sont souvent destinés aux femmes qui rencontrent habituellement des obstacles dans leurs démarches. Il y a peu de courtiers de langue française. Il est à noter qu’il y a seulement un collège communautaire de langue française en Ontario, la Cité collégiale ; deux autres collèges, un dans le Nord et un autre dans le Sud, sont en développement.

23Selon certaines personnes interviewées pour cette étude, il y a plusieurs obstacles ou barrières à la participation des femmes francophones dans les programmes du COFAM. L’information sur tous les programmes de formation peut ne pas se rendre chez toutes les femmes francophones de l’Ontario. Aussi, les programmes auxquels elles désirent participer ne sont pas nécessairement offerts en français dans leur localité. Elles ne connaissent pas les endroits où aller chercher du counselling ou une orientation au travail. Il y a une lacune au niveau des programmes du genre « Retour au travail ». De plus, les conseillères et conseillers en formation peuvent sélectionner ou biaiser l’information ; par exemple, une personne qui croit que certains métiers sont trop difficiles pour les femmes pourrait ne pas mentionner cette option à ses clientes. Les placements peuvent être inadéquats et sans aucun rapport avec la formation et les besoins du marché du travail. Les femmes n’ont peut-être pas la préparation, la formation de base pour participer aux divers programmes de formation. Par exemple, une femme analphabète qui désire participer à un programme d’emploi pour les bénéficiaires de l’aide sociale risque de rencontrer certaines difficultés ; pourra-t-elle obtenir un poste n’exigeant pas une connaissance de la lecture et de l’écriture ? Les programmes sont perçus comme étant axés sur les hommes et ne semblent pas avoir de possibilité d’accommodement pour les femmes. Seulement 10 % des élèves du Programme d’apprentissage combiné aux cours dans les écoles secondaires sont des femmes. Souvent, les employeurs ne veulent pas accepter des femmes dans leur milieu de travail. Il y a un manque de soutien et d’appui pour les femmes qui pourraient participer aux divers programmes. Les femmes n’auront pas tendance à participer si elles n’ont pas un bon service de garde pour prendre soin des enfants ; certaines ne peuvent se permettre de payer le transport requis, ou de s’acheter des vêtements nécessaires. Le choix des femmes est limité par leurs responsabilités familiales. Les critères pour la participation dans les programmes semblent être établis en fonction d’une population majoritaire anglophone et masculine. On ne répond pas suffisamment aux besoins précis des familles monoparentales, des personnes handicapées, des immigrantes et immigrants récents, des minorités raciales, des autochtones et des francophones. La plupart de ces programmes ne visent pas l’obtention d’un certificat des paliers secondaire ou collégial. Selon les localités, il peut y avoir une longue liste d’attente, décourageant ainsi des femmes qui voudraient y participer. Présentement, au programme de Formation de base de l’Ontario, il y a une période d’attente de 9 à 12 mois.

24Il existe aussi des mesures financières dissuasives, telles que la perte de prestations dèasurance-chômage, la réduction du revenu d’emploi, l’allocation insuffisante pour couvrir les coûts réels de la formation.

Conclusion

25Le retour aux études ou à la formation n’est plus en 1995 une question individuelle mais une problématique sociale qui doit se définir par rappport aux entreprises, avec l’offre d’emploi, avec la définition des postes de travail, avec les qualifications exigées et avec l’évolution technologique. Tout comme Payeur l’exprime, « ...c’est bien d’interaction et non d’adaptation » dont il doit être question (1990 : 4). La formation ne peut résoudre à elle seule la crise économique. Tout en revalorisant la formation professionnelle, il faut s’assurer que la formation conduit vraiment à un emploi et revaloriser le travail auquel devrait conduire cette formation. Il est important de porter notre réflexion et notre action sur les programmes de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre pour les femmes. Quelles sont les raisons qui incitent les femmes à poursuivre leur formation ? Pour améliorer leurs chances de trouver un nouvel emploi, pour obtenir une promotion, pour améliorer leur capacité de communiquer avec les autres, pour participer davantage à divers projets ou activités, pour leur satisfaction personnelle, pour augmenter leur revenu familial... ? Peu importe la raison, l’essence de la formation doit passer par les utilisatrices et par les besoins présents et futurs du marché du travail ; nous nous devons de faciliter l’accès aux programmes de formation, de réduire et d’éliminer les obstacles et les barrières existantes.

Bibliographie

Bibliographie

Bellavance, Joel-Denis (1994), « COFAM : les francophones bien représentés », LeDroit, 27 janvier, 4.

Centre canadien du marché du travail et de la productivité (1994a), Les femmes et la restructuration économique, Rapport du Comité des femmes et la restructuration économique ; (1994b), Les femmes et la restructuration économique - Sommaire, Rapport du Comité des femmes et la restructuration économique ; (1993), Sondage national sur la formation de 1991, Ottawa, CCMTP.

Ciesielski, Gabrielle [s.d.], « L’intégration professionnelle des femmes par la formation», Perception, 14, 1.

Comité de consultation sur les commissions locales (1992), Dialogue communautaire sur la formation et les commissions locales, Toronto.

Commission canadienne de mise en valeur de la main-d’œuvre (1991), Proposition pour l’établissement de commissions locales de mise en valeur de la main-d’œuvre.

Conseil consultatif de l’Ontario sur la condition féminine (1994), Le Conseil – En dernière heure.

Conseil du Premier ministre de l’Ontario (1990), Formation et adaptation des travailleurs pour la nouvelle économie mondiale, Toronto.

Conseil ontarien de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre (1994a), Guide des programmes, services et initiatives ; (1994b), Chronique du COFAM ; (1993a), Fiche de renseignements : Programmes et services devant transférer [sic] au COFAM ; (1993b), Fiche de renseignements : Qu’est-ce que le COFAM ? ; (1993c), Fiche de renseignements : Questions et réponses à propos du COFAM, 21 juillet ; (1993d), Communiqué : Dave Cooke désigne les représentants et représentantes au Conseil d’administration du COFAM, 21 juillet ; (1993e), Personnes désignées pour siéger au Conseil d’administration du COFAM, Toronto.

Emploi et Immigration Canada et Commission canadienne de mise en valeur de la main-d’œuvre (1991), Commissions locales : Un partenariat pour la formation, non publié.

Gouvernement de l’Ontario (1993), Projet de Loi 96 ; (1993), Budget, (1992), Budget, Toronto.

Guindon, Michel (1995), Le retour aux études de l’adulte – répercussions personnelles, familiales et professionnelles, St-Laurent, Édition du Renouveau Pédagogique.

Lacasse-Lovsted, Lucienne (1994), « Coop de logements pour femmes francophones, L’Arbre de vie sort de terre ! », L’Express, 22 au 28 mars.

Ministère de la Formation professionnelle (1992a), Allocution de l’honorable Richard Allen lors de la présentation du projet de loi relatif à la création du Conseil ontarien de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre ; (1992b), Communiqué — Présentation du projet de loi créant un organisme de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre ; (1992c), Communiqué — Points saillants du projet de loi intitulé « Loi de 1992 sur le Conseil ontarien de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre » ; (1992d), Fiche de renseignements—« Qu’est-ce que le COFAM ? » ; (1992f), Fiche de renseignements — Chronologie de la création du COFAM ; (1992g), Questions et réponses : Questions et réponses au sujet du COFAM ; (1992h), Sommaire — Projet de loi — Loi créant le Conseil ontarien de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre ; (1991), Des qualifications pour relever le défi : Un partenariat de la formation pour l’Ontario ; (1989), La création d’un système de formation pour les années 1990 — Une responsabilité partagée, Toronto.

Payeur, Christian (1990), S’engager pour l’avenir — formation professionnelle, éducation et monde du travail, Québec, Centrale de l’enseignement du Québec.

Pilon, France (1994a), « L’ACFO s’est fait passer un sapin », LeDroit, 22 janvier ; (1994b), « L’Ontario ne veut pas marginaliser les francophones affirme Margo Trevelyan », LeDroit, 22 janvier ; (1994c), « La formation professionnelle — s’expatrier ou s’assimiler », LeDroit, 24 janvier.

Social Planning Council of Ottawa-Carleton (1994), Apprenticeship Revitalization Research Report, ébauche.

Notes

1 Il est à noter que le COFAM a été un des nombreux organismes aboli par le gouvernement ontarien.

2 Ce texte reflète l’opinion de l’auteure et non pas celle de la Table féministe de concertation provinciale.

Auteur

Beaulieu et Lemire inc.
Ottawa

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr