Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Feminist Success Stories - Célébrons nos réussites féministes

 | 
Karen A. Blackford
, 
Marie-Luce Garceau
, 
Sandra Kirby

Part I: Education — Partie I : Éducation

Mais où sont-elles ? Fragments de l’histoire des Franco-Manitobaines de 1916 à 19471

Monique Hébert

Texte intégral

  • 1 Cet article présente quelques conclusions de la thèse de doctorat de l’auteure (Hébert, 1994).

1Cet article vise à montrer à quel point les institutrices qui ont travaillé dans les écoles franco-manitobaines de 1916 à 1947 ont été présentes pendant tout le temps qu’a duré l’illégalité de l’enseignement du français, période nommée pertinemment « la traversée du désert » (Blay, 1987 : 59). Le gouvernement manitobain cherchait alors à assimiler la population franco-manitobaine au moyen de l’école. Le mouvement d’assimilation visait, il est vrai, non seulement les francophones, mais aussi tout élément non anglophone (Blay, 1987 ; Leblanc, 1968 ; Morton, 1967 ; Taillefer, 1979).

2Nous examinerons d’abord brièvement certaines sources écrites pour vérifier la présence des femmes dans les institutions scolaires. Puis, nous présenterons le nombre d’écoles où elles ont enseigné le français et la religion entre 1922 et 1947, et ce malgré l’interdiction. Ensuite, nous verrons que les femmes viennent en tête de liste dans ces institutions. En plus, certaines constatations seront enrichies par les témoignages de 19 « maîtresses d’école », comme on les appelait à l’époque.

3Après avoir vu ces caractéristiques, il faudra déterminer dans quelle mesure il y a eu une féminisation de l’éducation dans la communauté franco-manitobaine. Aucune autre étude avant la nôtre n’a tenté de montrer à quel point les femmes étaient présentes dans ces institutions. Il est donc impossible de déceler une évolution quelconque. Chose certaine, les femmes y sont et, en plus, elles y sont en très grand nombre. Cette réalité persiste pendant toute la période étudiée : non seulement elles composent la majorité du corps enseignant, mais elles sont à la tête des écoles. Voilà donc ce que nous entendons par féminisation : les femmes sont présentes dans une proportion telle qu’on pourrait facilement avancer que l’enseignement, dans sa gestion quotidienne, est une histoire de femmes. Les documents et les témoignages cités viendront prouver cette réalité.

Des rapports instructifs

  • 2 La première année, l’abbé Sabourin est le visiteur de l’AÉCFM pendant qu’il est curé 4 Sifton, sel (...)

4Les rapports des visiteurs de l’Association d’Éducation des Canadiens Français du Manitoba (AÉCFM) ont été utilisés pour décrire la situation dans le monde de l’éducation entre 1922 et 1942. De plus, ils ont fourni les chiffres qui ont permis d’attester la féminisation de la profession enseignante franco-manitobaine durant cette même période. Les visiteurs des écoles étaient des membres du clergé2 qui se rendaient chaque année dans les écoles fréquentées par des catholiques et des francophones. Ils avaient une tâche fort simple, celle « de voir à la mise en vigueur du programme, de déterminer le progrès des enfants dans leurs connaissances du français, de stimuler les institutrices et les commissaires moins enthousiastes » (Leblanc, 1968 : 44). Afin d’avoir une liste complète des écoles de la province ayant été visitées, il a fallu consulter les rapports de trois années scolaires consécutives (ASHB, 1922 à 1942). En effet, un visiteur prenait trois ans pour se rendre dans toutes les écoles choisies. L’année 1922 marque le début des visites, soit six ans après l’interdiction gouvernementale d’enseigner le français.

  • 3 À partir de la liste des écoles qui participaient aux concours de français tenus au printemps par (...)

5Les rapports des visiteurs fourmillent d’informations sur le milieu de travail des enseignantes : salaire, nationalité des élèves, enthousiasme de la population environnante face à l’enseignement du français, etc. À quoi pouvaient servir ces rapports ? Tout d’abord, ils étaient écrits pour l’AÉCFM. Le secrétaire de l’organisme en envoyait à chaque président des cercles paroissiaux, membres de l’AÉCFM. On peut facilement supposer leur utilité en lisant ce qu’écrit le visiteur à Woodridge, le 25 octobre 1927 : « il semble que ce soit la meilleure chose à faire, qu’on devrait tâcher de changer cette récente maîtresse avec le moins d’éclat possible » (ASHB, Paroisse Woodridge, 1927). Les rapports pouvaient donc contribuer au renouvellement ou à la résiliation du contrat, comme le confirme d’ailleurs une enseignante de l’époque : « Quand les commissaires cherchaient une nouvelle maîtresse, ils cherchaient les rapports pour savoir comment j’avais fait ça l’année précédente » (MÉ 13). Il est à noter que le caractère oral des entrevues a été respecté dans la transcription afin de préserver la couleur unique du parler (Hébert, 1994 : 26-27). Pour conserver l’anonymat des informatrices, les lettres MÉ, suivies d’un nombre correspondant à l’ordre chronologique des interviews, ont été utilisées pour les identifier.

Nombre d’écoles

  • 4 À partir de la liste des écoles qui participaient aux concours de français tenus au printemps par (...)
  • 5 Pour la même époque, Taillefer (1988) en dénombre 92 qui ont participé aux concours.
  • 6 Tandis que l’historien Taillefer (1988) en dénombre 106. La différence entre ses chiffres et les m (...)

6Quelle qu’ait été l’utilisation faite alors par les autorités en place, les rapports des visiteurs sont essentiels aujourd’hui, car ils donnent une image de la population enseignante entre 1922 et 1942. Pour la période de 1922 à 1925, le visiteur dénombre 124 écoles où la majorité des élèves est de nationalité canadienne-française et ce, malgré déjà huit ans d’illégalité4. Entre 1930 et 1933, il en compte 1435. De 1939 à 1942, le visiteur se rend dans 172 écoles où l’on enseigne le français et la religion6.

7Dans les multiples rapports rédigés entre 1922 et 1942, les mots « directrice » ou « directeur d’école » sont rarement employés. Il est toutefois possible de déduire que, lorsque deux femmes enseignent au même endroit, l’une d’elles est responsable de la bonne marche de l’école. Comme vient le confirmer cette remarque d’une enseignante de l’époque : « C’tait moé la boss, mais on était rien’qu’deux » (MÉ 7).

Institutrices en tête de liste

8En compilant les rapports des visiteurs, nous voyons qu’en 1922 les femmes dirigent 92 % des écoles visitées. De ce pourcentage, les communautés religieuses en administrent seulement 22 % et les laïques, 70 % (ASHB, 1922-1923). Vingt ans plus tard, on trouve même une légère augmentation : 94 % des écoles visitées par le responsable de l’AÉCFM sont dirigées par des femmes. La proportion de laïques et de religieuses à la direction demeure presque semblable à celle de 1922 : 68 % contre 24 % (ASHSB, 1941-1942). Les femmes constituent donc la quasi-totalité de la population enseignante. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre 1922 et 1942, l’éducation française au Manitoba est sans équivoque une histoire de femmes !

9Il serait maintenant intéressant de voir dans quelle mesure le personnel enseignant est religieux ou laïc. En 1922, moins de 1 % (0,85 %) des enseignantes sont mariées, alors qu’en 1942, ce nombre est de 6 %. Les femmes célibataires composent 47 % de la population enseignante en 1922 et 40 % en 1942. Nous ne pouvons nous empêcher de noter que l’augmentation de 5 % de femmes mariées coïncide avec une réduction de 7 % du nombre de célibataires. La guerre offre-t-elle de nouvelles possibilités d’emplois aux femmes, qui choisissent alors moins l’enseignement ?

10En 1922, les religieuses constituent 44 % des enseignantes visitées par le responsable de l’AÉCFM (ASHSB, 1922-1923 et 1941-1942). Pour 1942, les proportions sont inversées : 48 % de religieuses contre 44 % de laïques. Quel que soit leur état civil, un fait demeure : les femmes constituent la vaste majorité du personnel enseignant des écoles françaises puisqu’elles en représentent 91 % en 1922 et 94 % en 1942.

Des maîtresses d’école en chair et en os

11Pour redonner la parole aux institutrices de l’époque, nous avons interrogé 19 femmes qui ont enseigné entre 1922 et 1947, période de l’illégalité (Hébert, 1994 : 3-6). Le choix de l’histoire orale a été motivé du fait que ces femmes possédaient un savoir irremplaçable. Vu leur grand âge, c’est-à-dire 72 ans et plus, certaines n’étaient déjà plus en mesure de répondre à nos questions. Sans notre compilation, leurs connaissances uniques auraient été perdues à tout jamais puisque peu d’écrits traitent du rôle des maîtresses d’école pendant la période en question. Grâce aux informations recueillies, les générations futures pourront mieux interpréter le passé. Voici un tableau de l’état civil des 19 maîtresses d’école interrogées.

Tableau 1 — État civil des informatrices

  • 7 Informatrices mariées après quelques années d’enseignement.

État civil

Nombre

Pourcentage

Mariées7

13

68 %

Religieuses

5

27 %

Célibataires

1

5 %

Total

19

100 %

12La majorité des institutrices interrogées, soit 13 sur 19, se sont mariées et ont dû démissionner pour ce faire. Elles n’auraient pas pu se marier et poursuivre leur carrière. Pourquoi les commissaires ne le permettaient-ils pas ? Selon l’informatrice MÉ 6 : « Fallait faire des enfants, chu’pose. Yap. Tsé dans c’temps-là, fallait n’avoir une vingtaine ! (Rires) ». Toutefois, ce n’est pas seulement la grossesse qui détermine la cessation de l’emploi, mais bien le mariage lui-même. En effet, dans la mentalité de l’époque, une femme doit arrêter de travailler dès qu’elle décide de se marier.

Ah oui, j’ai dû démissionner parc que j’étais pour me marier. Là, j’voulais m’marier en 36, pis dans le temps, y prenaient pas d’femmes mariées. Dès qu’on s’mariait, fallait quitter, même si on était pas enceinte. Fallait donner sa démission en juin, même si on se mariait rien’qu’en décembre, pour leur donner l’opportunité de s’trouver une autre enseignante pour septembre, qu’était pour faire l’année, qu’y disaient (MÉ 11).

13En fait, seule l’informatrice MÉ 6 a continué à enseigner après son mariage, mais elle a dû le faire dans les écoles allemandes. À la question « Vous avez eu le droit d’enseigner après vous être mariée ? », elle répond : « Ben, j’l’ai pris. J’ai pas d’mandé. J’avais du front. Les Canadiens-Français voulaient pas d’maîtresses mariées ». Une seule informatrice est restée célibataire, ce qui lui a permis d’enseigner toute sa vie. En moyenne, les informatrices ont enseigné huit ans avant de se marier. La durée de leur carrière a varié entre deux ans et 15 ans. Comme elles doivent démissionner pour se marier, il est possible de supposer un grand roulement de personnel ainsi qu’une population enseignante jeune.

Âge et renouvellement de la population enseignante

14Les femmes interviewées ont commencé leur carrière à 19 ans en moyenne. La plus jeune avait 16 ans lors de son premier jour de travail et la plus âgée, 23 ans et demi. Il est assez difficile de déterminer l’âge des enseignantes de la province à partir des rapports des visiteurs de l’AÉCFM. Il est toutefois possible d’y arriver indirectement au moyen de l’année d’obtention du diplôme qui y figure.

15Pour l’année scolaire 1922-1923, 66 % des enseignantes laïques ont obtenu leur diplôme entre 1919 et 1923 (ASHSB, 1922-1924). Donc, en grande majorité, elles sont dans les écoles depuis peu. Si nous prenons pour hypothèse qu’elles ont obtenu leur diplôme à 19 ans, comme c’est le cas des informatrices, elles auraient donc entre 19 et 22 ans. Qu’en est-il pour les deux décennies suivantes ? Pendant l’année scolaire de 1932-1933, le pourcentage de femmes ayant obtenu leur diplôme quatre années auparavant est moins élevé que durant la décennie précédente, mais il reste tout de même significatif. En effet, plus de 56 % d’entre elles ont obtenu leur diplôme entre 1928 et 1931. Une fois encore, la population enseignante visitée par le responsable de l’AÉCFM est surtout âgée de 19 à 22 ans. Pour les années scolaires de 1939 à 1942, seulement 42 % des laïques ont obtenu leur diplôme durant les quatre années précédentes et sont âgées de 19 à 22 ans. Puisque 29 % d’entre elles l’ont reçu entre 1930 et 1933, nous pouvons conclure qu’elles sont dans la trentaine pendant ces années (ASHSB, 1939-1942). Ce dernier pourcentage signale une transformation. Ainsi, la proportion des enseignantes âgées de 19 à 22 ans tombe de 66 % (1922-1923) à. 56 % (1932-1933), puis à 42 % (1939-1942). Ceci semble indiquer un vieillissement de la population enseignante ou une diminution des mariages chez les jeunes filles francophones. Il est aussi possible que les institutrices en poste aient gardé plus longtemps leur emploi parce qu’il y avait moins de jeunes. Mais tout de même, ceci confirme que les laïques devaient démissionner pour se marier, puisque la population enseignante se renouvelle durant les deux premières décennies et que le nombre de recrues reste très élevé durant la dernière décennie.

16En ce qui a trait aux religieuses, il est possible de déterminer leur âge pour l’année 1922-1923 seulement. Après cette date, le visiteur omet, en effet, d’écrire l’année d’obtention de leur diplôme (ASHSB, 1931-1932). En 1922-1923, 51 % des religieuses visitées par le responsable de l’AÉCFM ont obtenu leur diplôme entre 1897 et 1910. Encore une fois, si les religieuses ont obtenu leur diplôme à 19 ans, comme les informatrices, elles auraient entre 29 et 45 ans. Elles sont donc plus âgées que les laïques (ASHSB, 1922-1923). Mais les chiffres cités permettent-ils de conclure à une féminisation de la profession ?

Féminisation de la profession pour les francophones

17À la lumière des données présentées, nous pouvons discerner la spécificité de la féminisation de l’éducation chez les francophones du Manitoba à l’époque de l’illégalité. La première caractéristique réside dans le fait que les femmes forment la presque totalité de la population enseignante. La deuxième est que l’enseignement n’est pas le but de toute une vie pour les femmes. Ce n’est qu’une étape avant d’assumer le rôle social attendu, c’est-à-dire celui d’épouse et de mère. Comme le suggère la journaliste qui écrivait sous le pseudonyme de Mère-Grand dans La Liberté, la fonction première des femmes est l’abnégation pour être au service des hommes et de leur progéniture (Hébert, 1994 : 322-326). Étant donné l’obligation pour les enseignantes de démissionner afin de se marier, le personnel enseignant se renouvelle souvent. Les femmes ont donc peu de chances de développer des liens de solidarité et d’acquérir un sentiment d’appartenance au groupe professionnel.

18Ce phénomène, troisième caractéristique de la féminisation de l’éducation au Manitoba, peut aussi s’expliquer par le fait que les institutrices travaillent surtout dans des écoles de campagne, donc isolées les unes des autres. Elles ne se rencontrent que deux fois par année, lors de conventions ; elles ont donc peu d’occasions qui permettraient le développement d’un sentiment d’appartenance à la profession. Toutefois, ce sentiment est perceptible par rapport au combat pour la survie. Les conventions, nous apprend l’informatrice MÉ 3, « C’était comme un encouragement pour les professeurs de langue française, de s’réunir ensemble, et puis de parler de nos problèmes, d’entendre des discours qui donn’raient un peu de courage ». La solidarité était plus facile chez les religieuses : C’était un avantage le couvent. C’était une équipe d’enseignantes. Quoi qu’on avait pas 50 000 réunions comme aujourd’hui (rires). Mais on avait de beaux partages. Les enfants les plus difficiles qu’avaient des problèmes d’apprentissage, [...] on s’demandait comment est-ce que tu t’y prendrais, toi ? etchétéra » (MÉ 18) (Hébert, 1994 :237-242).

19Le Bulletin de la Ligue des Institutrices Catholiques de l’Ouest pourrait peut-être servir à faire éclore ce sentiment, mais il devra être analysé sous cet angle avant que nous puissions en tirer des conclusions. D’ailleurs, à l’époque, les femmes percevaient l’enseignement d’abord et avant tout comme une vocation et non comme une carrière. Comme le disait l’une d’entre elles, qui n’est pas restée dans l’enseignement bien longtemps, « C’est par la force des choses que chus dev’nue maîtresse d’école. C’est un accident d’parcours. [...] J’avais pas trop la vâcâtion » (MÉ 12).

20Lors des entrevues, nous n’avons pas perçu chez nos informatrices une conscience face à une certaine pédagogie féminine ou féministe. Elles sont surtout au service de la communauté pour préserver la langue et la foi. Ceci pourrait être, à notre avis, la quatrième caractéristique de la féminisation de l’enseignement pour les francophones du Manitoba. Comme le résume bien l’informatrice MÉ 17 : « J’voulais dire comme Sainte-Thérèse, elle à disait « Moi, j’veux passer mon ciel à faire du bien sur la terre ». Moi, j’disais j’veux passer ma vie à garder l’français dans les écoles ». D’ailleurs, ne les exhorte-t-on pas à l’abnégation dans Le Bulletin de la Ligue des Institutrices Catholiques de l’Ouest : « Vous êtes institutrices catholiques, des soldats et comme tout soldat, vous devez être prêtes à vous sacrifier pour la cause que vous défendez » (Le Bulletin, 1924 : 36). Et la présidente de la Ligue, Madame Houde, de reprendre la notion de combat : « C’est autour de l’école que s’engage tout d’abord la lutte » (Le Bulletin, 1941 :30).

21Les institutrices interrogées n’avaient guère de critiques face à leur rôle, sauf en ce qui a trait à la transmission de la langue et de la culture (Hébert, 1994). À cet égard, la très grande majorité sait pertinemment avoir été une courroie essentielle. Ceci représente la cinquième caractéristique de la féminisation de l’éducation. D’ailleurs, l’informatrice MÉ 16 le résume très bien : « J’ai donné tout mon cœur, toute mon énergie et toute la science du français que je connaissais. Je me suis donnée entièrement à la cause ».

Conclusion

22À partir des données compilées par les visiteurs de l’AÉCFM, il a été possible de trouver le nombre d’écoles où enseignaient les jeunes filles franco-manitobaines entre 1922 à 1942. Malgré la volonté du gouvernement provincial d’assimiler les francophones, il existait beaucoup d’écoles où l’on enseignait le français et la religion. La féminisation de cette institution qu’est l’éducation se manifeste d’abord par la très grande concentration de femmes : au Manitoba français, elles occupent 92 % des postes en 1922 et 94 % en 1947. Par contre, elles n’enseignent que pendant très peu de temps, ce qui favorise difficilement une prise de conscience en tant que groupe professionnel. Ensuite, nos 19 informatrices ont confirmé l’obligation de démissionner pour se marier. Le travail d’enseignante n’est donc qu’une étape avant d’assumer le rôle premier d’épouse et de mère.

23D’autres recherches devront être faites sur le développement de la conscience socioprofessionnelle pour la période après 1950. Pendant les deux décennies suivantes, le gouvernement manitobain imposera en effet la centralisation des écoles rurales, ce qui permettra aux enseignantes d’avoir plus de contacts avec leurs collègues. C’est aussi pendant les années 1950 et 1960 que débute la syndicalisation du personnel enseignant et administratif. Là aussi, les femmes ont été actives. Il faudra toutefois attendre la fin des années 1960 pour assister à une prise de conscience de la part des enseignantes face aux rapports de pouvoir pourtant déjà perceptibles dans les chiffres dès le début du siècle.

24En ce qui a trait à la féminisation de cette institution au Manitoba français durant la première moitié du XXe siècle, il faut le répéter, sa plus grande caractéristique concerne la très forte présence des femmes. Individuellement, elles y sont pour un court laps de temps, car les autorités en place ne désirent pas de femmes mariées. Cette réalité persiste pendant toute la période étudiée bien que vers la fin, il y ait une légère hausse des effectifs d’enseignantes mariées. Le roulement de personnel ne favorisera certainement pas l’établissement d’une certaine solidarité entre les femmes qui composent le corps enseignant.

  • 8 La Liberté, 21 mars 1916, cité dans Blay, 1987 : 6.

25Le but du présent article était de corriger la norme de l’historiographie traditionnelle qui a passé sous silence la présence des femmes dans le milieu de l’éducation. Nous laissons à d’autres la tâche d’analyser l’histoire des 20 dernières années où les femmes ont, croyons-nous, perdu un certain contrôle de l’éducation au quotidien, puisque presque toutes les directions des écoles franco-manitobaines sont actuellement occupées par des hommes. Étant donné la présence massive des femmes dans les écoles à l’époque de l’illégalité, il ne sera désormais plus possible de parler de l’éducation franco-manitobaine sans mentionner leur grand rôle. Elles ont été sans conteste « les grandes gardiennes de la langue et de la foi »8.

Bibliographie

Bibliographie

Archives de la Société Historique de Saint-Boniface (ASHSB), Fonds de l’Association d’Éducation des Canadiens Français du Manitoba (AÉCFM) (1922 à 1942), Rapports des visiteurs, boîtes 18 et 19. 1922-1923 : fiches 42/1011,42/1012 ; 1923-1924 : fiches 42/1013, 42/1014 ; 1924-1925 : fiches 42/1015, 42/1016 ; 1930-1931 ; fiches 42/1027, 42/1028 ; 1931-1932 ; fiches 42/1029, 42/1030 ; 1932-1933 : fiches 42/1031,42/1032 ; 1939-1940 : fiches 42/1045, 42/1046 ; 1940-1941 : fiches 42/1047, 42/1048 ; 1941-1942 : fiches 42/1049, 42/1050 ; 1942 : fiche 42/1051.

Archives de la Société Historique de Saint-Boniface (ASHSB), Fonds de l’Association d’Éducation des Canadiens Français du Manitoba (AÉCFM) (1927), Rapports des visiteurs, Paroisse de Woodridge, 25 octobre 1927, boîte 18, fiche 42/1021.

Blay, Jacqueline (1987), L’article 23, Saint-Boniface, Les éditions du blé.

Chroniques des Missionnaires Oblates du S. C. et de M. I. (Juin 1922), 11e année, vol. VI, no 5.

Hébert, Monique (1994), Les grandes gardiennes de la langue et de la foi : une histoire des Franco-manitobaines, 1916-1947, Thèse de doctorat inédite, Winnipeg, Université du Manitoba.

Leblanc, Paul-Émile (1968), L’enseignement français au Manitoba (1916-1968), Thèse de maîtrise (histoire), Ottawa, Université d’Ottawa.

Le Bulletin de la Ligue des Institutrices Catholiques de l’Ouest, 1re année, no 2 (Déc. 1924), et 18e année, no 1 (Sept.-oct. 1941), Winnipeg, Maison Saint-André.

Morton, W.L. (1967), Manitoba, a History, 2e éd., Toronto, Université de Toronto.

Taillefer, Jean-Marie (1979), Les Franco-Manitobains et les grandes unités scolaires, Thèse de maîtrise (histoire), Winnipeg, Université du Manitoba.

Taillefer, Jean-Marie (1988), Les Franco-Manitobains et l’Éducation, 1870-1970 — une étude quantitative, Thèse de doctorat inédite, Winnipeg, Université du Manitoba.

Notes

1 Cet article présente quelques conclusions de la thèse de doctorat de l’auteure (Hébert, 1994).

2 La première année, l’abbé Sabourin est le visiteur de l’AÉCFM pendant qu’il est curé 4 Sifton, selon l’informatrice MÉ 2. Toutefois, selon les Chroniques des Missionnaires Oblates du S. C. et de M, L, il serait plutôt directeur du Petit Séminaire de Saint-Boniface. Voir Chroniques des Missionnaires Oblates du S.C. et de M. I. (Juin 1922), 11e année, vol. VI, no 5 : 76.

3 À partir de la liste des écoles qui participaient aux concours de français tenus au printemps par l’AËCFM et dont les résultats paraissaient dans La Liberté, journal de la communauté franco-manitobaine, l’historien Jean-Marie Taillefer dénombre 73 écoles en 1926, alors qu’en 1916, il y en aurait eu 133 (Taillefer, 1988 : 268).

4 À partir de la liste des écoles qui participaient aux concours de français tenus au printemps par l’AËCFM et dont les résultats paraissaient dans La Liberté, journal de la communauté franco-manitobaine, l’historien Jean-Marie Taillefer dénombre 73 écoles en 1926, alors qu’en 1916, il y en aurait eu 133 (Taillefer, 1988 : 268).

5 Pour la même époque, Taillefer (1988) en dénombre 92 qui ont participé aux concours.

6 Tandis que l’historien Taillefer (1988) en dénombre 106. La différence entre ses chiffres et les miens peut provenir de ce que les écoles où s’enseigne le français ou la religion ne prennent pas toutes part aux concours de l’AÉCFM. De plus, les visiteurs pouvaient se rendre à des endroits où il existait une faible majorité de francophones mais qui étaient surtout habités par des catholiques, comme des Galiciens. Par exemple, l’informatrice MÉ 2 a enseigné dans deux villages, sous les auspices de l’AÉCFM, mais elle n’a jamais participé aux concours, car, dit-elle, « les parents s’intéressaient pas à ça, dans ces coins-là ».

7 Informatrices mariées après quelques années d’enseignement.

8 La Liberté, 21 mars 1916, cité dans Blay, 1987 : 6.

Auteur

Ph. D., féministe et militante active, Aylmer

© Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr