Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lettre enseignée

 | 
Nathalie Denizot
, 
Christophe Ronveaux

Les variations du genre

Quels statuts génériques pour la « lettre » et l’épistolaire dans l’enseignement secondaire français (1880-1970) ?

Nathalie Denizot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un genre en tension

Quel est le statut générique de la lettre ou de l’épistolaire ? Cette question est récurrente dans les travaux littéraires et linguistiques sur le sujet. Je ne m’attarderai pas sur le sujet, bien traité dans le champ des études littéraires, notamment par Melançon (1996), qui passe en revue les principales tentatives de définition avant de proposer sa propre définition de la lettre (p. 47-48) :

[…] l’expression écrite d’un je non métaphorique […] à l’adresse d’un destinataire, également non métaphorique, […] connu du destinateur […] [et qui] peut aussi bien être un individu qu’un groupe (p. 47).

Ce faisant, Melançon exclut du genre de la lettre les lettres fictives ou les romans par lettres, ce qui n’est pas partagé par tous les spécialistes. Aron, Saint-Jacques et Viala (2002, p. 186-187) privilégient par exemple, dans leur Dictionnaire du littéraire, un « genre épistolaire » plus accueillant :

Que les lettres aient été véritablement envoyées ou non, que le destinate...

© UGA Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540