Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nouvelle Alliance

 | 
David Kinloch
, 
Richard Price

Annexe. Traductions en français d'auteurs écossais du XXe siècle

Paul Barnaby

Texte intégral

  • 1 Denis Saurat, « Le groupe de la Renaissance écossaise », Revue anglo-américaine, avril 1924, p. 29 (...)

1En 1924, le critique français Denis Saurat fut l’un des premiers à commenter la renaissance de la littérature écossaise.1 Dans quelle mesure cet intérêt critique précoce s’est-il reflété dans les publications et les traductions en français ? On trouvera ci-après un bref aperçu des traductions en français d’ouvrages de littérature écossaise du xxe siècle. Je me suis attaché à citer toutes les grandes œuvres traduites et à souligner les omissions les plus patentes.

  • 2 Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, 231 volumes, Paris, Ministère (...)
  • 3 Index translationum, répertoire international des traductions, 39 volumes, Paris, Unesco, 1948-198 (...)
  • 4 Bibliographie nationale française depuis 1970 sur cédérom, Paris, Bibliothèque nationale 1er cédér (...)

2La présente analyse s’appuie sur des données réunies dans le cadre du projet Boslit (Bibliographie de la littérature écossaise traduite) hébergé par la Bibliothèque nationale d’Ecosse. Les principales sources d’information utilisées dans le cadre de ce projet sont les suivantes : pour la période 1900-1948, ont été consultés le Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, les volumes récapitulatifs du Catalogue général de la Librairie française et les Tables décennales de la Librairie française : catalogue général des ouvrages2 ; pour la période 1948-1970, nous avons également consulté les volumes annuels de l’Index translationum de l’Unesco.3 Pour la période postérieure à 1970, nous nous sommes surtout appuyés sur la Bibliographie nationale française depuis 1970 sur cédérom.4

3Le projet Boslit répertorie non seulement les éditions d’ouvrages d’un auteur mais aussi les traductions isolées parues dans des journaux ou des anthologies. Ces dernières cependant n’ont pour le moment été enregistrées que depuis 1975, le projet n’étant pas encore achevé. Par conséquent, le détail de la poésie et du théâtre antérieurs à cette date (qui ont rarement fait l’objet d’éditions spécifiques) n’est donc pas disponible. On a par contre une photographie assez fiable des traductions de romans écossais du xxe siècle.

4En ce qui concerne les autres langues, Boslit ne fournit pour le moment des statistiques comparatives complètes que sur les années 1945-1999. En dehors de ces périodes, je comparerai le nombre des traductions publiées en France et en Allemagne (ce dernier pays s’étant montré depuis 1800 le pays le plus réceptif à la littérature écossaise). Je ne citerai les traductions en français publiées en dehors de France que s’il s’agit d’œuvres majeures n’ayant pas été publiées par ailleurs.

5Nos recherches ont concerné quatre cents auteurs écossais du xxe siècle, y compris les auteurs de littérature de genre et de littérature pour enfants. Il est cependant toujours possible que quelque auteur populaire du début du siècle ait été omis.

6Cet aperçu s’organise en cinq parties : 1900-1918, 1919-1945, 1946-1960, 1961-1974, 1975-1999. Je signalerai au passage pour chaque période les traductions d’œuvres écossaises antérieures au xxe  siècle.

1900-1918

7Les années précédant la Première Guerre mondiale ont vu la parution de nombreuses traductions d’œuvres écossaises du xixe siècle : 23 traductions de Scott, 12 de Stevenson, 12 de Carlyle, une de Macpherson/Ossian et de Margaret Oliphant (mais aucune de Galt, Hogg ou MacDonald). Il semble par contre qu’il y ait eu peu d’intérêt pour la littérature écossaise contemporaine.

  • 5 Les Suisses ont cependant traduit Ian Maclaren en français : Vieilles Idylles, Genève, [Reymond ?] (...)

8Les traducteurs français négligent aussi bien les tenants de la Kailyard School que leurs opposants. Aucune traduction des premiers romans de Barrie et des « idylles » de Ian Maclaren5 ne paraît ni dans les années 1890 ni plus tard. La seule édition française de The Lilac Sunhonnet de S.R. Crockett (chez Nelson) ne sera pas publiée avant 1918. Les oeuvres non fictionnelles de Barrie, ainsi que ses livres pour enfants, connaissent un meilleur sort puisque Margaret Ogilvie paraît en 1907 au Mercure de France, Peter Pan in Kensington Gardens en 1908 chez Hachette et Peter and Wendy en 1911, chez Hachette également. Ses pièces de théâtre ne seront pas traduites avant la fin de la guerre.

  • 6 L’ouvrage de Godeline Carpentier et al., Deirdre et la Renaissance celtique, Fiona MacLeod, George (...)

9Il faut souligner que le lecteur français n’a guère eu de contact avec cette Kailyard School associée à l’Ecosse de l’époque et contre laquelle se sont élevés tant d’auteurs écossais du xxe  siècle. Les Français n’ont pas davantage entendu parler du soi-disant « déclin celtique ». C’est en 1990 seulement que paraîtra la première traduction de Fiona MacLeod/William Sharp.6 Il n’est donc pas très surprenant que les opposants au courant de la Kailyard School soient tout aussi ignorés des éditeurs français. The House with the Green Shutters, comme Gillepsie, n’ont toujours pas été traduits.

  • 7 Elpaso, Paris, Phébus, 1997.

10On pourrait s’attendre à trouver des traductions des premiers romans de John Buchan, Compton Mackenzie et Neil Munro ainsi que des nouvelles de Cunninghame Graham. Les deux premiers n’ont cependant pas été publiés avant la Première Guerre mondiale. La première traduction de Cunninghame Graham ne paraît qu’en 1997.7 Munro ne semble pas avoir été traduit. Quels sont donc les auteurs qui attirent les traducteurs français ?

11Parmi les romanciers de l’époque, seuls J. Storer Clouston et Annie S. Swann sont traduits avant 1914. The Lunatic at Large, roman humoristique de Clouston qui a connu un énorme succès, est publié par P. Lafitte en 1911. De la copieuse production de Swann, seul Mark Desborough’s Vow paraîtra (Société des publications morales et religieuses, 1907). Les éditions originales de ces œuvres datent de 1899 et 1884. Il faut donc se résoudre à la triste vérité : aucune œuvre de fiction écossaise du xxe siècle n’a été traduite avant la Première Guerre mondiale.

12C’est le conte de Ian Hay sur la conscription des premières troupes pendant la Première Guerre mondiale, The First Hundred Thousand, (Nelson, 1917) qui sera le premier roman écossais du xxe siècle publié en français. Nous n’avons trouvé trace d’aucune autre traduction avant 1920.

13Un certain nombre d’œuvres non fictionnelles ont cependant été publiées. On trouve des éditions des Historical Mysteries (Perrin, 1907) et de The Maid of France (Nelson, 1911) d’Andrew Lang. Schleicher Frères commence la publication de The Golden Bough en 1903, et Armand Colin sort Psyche’s Task en 1913. J.G. Frazer est d’ailleurs de loin l’auteur écossais le plus connu en France pendant la première moitié du siècle.

  • 8 Nos sources pour les traductions allemandes sont les suivantes : Gesamtverzeichnis des deutschspra (...)

14En se tournant vers l’Allemagne, on constate que la France n’est pas seule à négliger les jeunes auteurs écossais.8 On y trouve cependant des traductions de romans et de nouvelles de Mary Findlater, Annie S. Swann et douze éditions de Ian Maclaren. Il semble que l’Allemagne soit sensiblement plus réceptive à la Kail-yard School puisqu’on y trouve des traductions plus rapides de A Window in Thrums et de The Little Minister de Barrie. De même, d’autres auteurs de la fin du xixe siècle comme Fiona MacLeod et Kenneth Grahame, non traduits en France, attirent davantage les traducteurs allemands.

15L’éveil de la critique à la renaissance littéraire de l’Ecosse de l’après-guerre va-t-il ranimer l’intérêt des traducteurs et éditeurs français et permettre de rattraper le retard pris dans les traductions d’œuvres antérieures ?

1919-1945

  • 9 David et Joyce Thomas, Compton Mackenzie :A Bibliograpby, Londres, Mansell, 1986, p. 6, font menti (...)

16Il semble que non. Nous n’avons retrouvé aucune édition française d’ouvrages de Gibbon/Mitchell, Gunn, Mitchison, MacColla, Barke, Blake, Carswell ou encore des Muir, ni d’ouvrages entièrement consacrés à la poésie ou au théâtre écossais. Ne paraissent entre les deux guerres que deux romans d’auteurs associés au mouvement de la Renaissance écossaise : Carnival de Mackenzie (A. Redier, 1932) et Juan in America de Linklater (Plon, 1933). Aucune autre œuvre de ces deux auteurs ne paraîtra avant la fin de la Seconde Guerre mondiale.9 Ajoutons encore une traduction de la biographie de D.H. Lawrence par Catherine Carswell, A Savage Pilgrimage (A. Colin, 1935).

17Les éditeurs montrent bien plus d’intérêt pour les romans écossais qui traitent d’aventure, d’histoires policières, d’humour ou d’amour. Nelson publie quatre traductions de Buchan : Greenmantle (1920), Prester John (1922 ; réédité en 1931), The Thirty-Nine Steps (1924) et A Salute to Adventurers (1925). De façon fort surprenante, il faudra attendre 1962 pour voir une réédition d’un livre de Buchan et 1963 pour une nouvelle traduction.

18Un certain nombre de romans d’auteurs moins célèbres sont aussi publiés en France : The Spy in Black de J. Storer Clouston (Crès, 1922) ainsi qu’un roman non identifié paru sous le titre de La Mémorable et Tragique Aventure de M. Irwin Molyneux (A. Michel, 1924), des romans à suspens de John Alexander Ferguson : The Man in the Dark et Slealthy Terror (librairie Champs Elysées, 1931), des romans humoristiques de Ian Hay : The Knight on Wheels (Flammarion, 1933), The Poor Gentleman (Petit Écho de la mode, 1935) et Happy-Go-Lucky (Éditions des loisirs, 1938). Vers la fin de cette période, Armand Colin publie les premières éditions françaises de 1’auteur écossais le plus traduit au xxe siècle, A.J. Cronin : The Stars Look Down (1937), The Citadel, Grand Canary (tous deux publiés en 1938) et Three Loves (1941).

19Des romans cités ci-dessus, pas plus d’une dizaine n’ont effectivement été écrits entre les deux guerres. La littérature pour enfants éveille encore moins d’intérêt. On ne trouve aucun livre de Barrie, ni de Bannerman ; paraissent par contre des ouvrages de Grahame : The Golden Age, Dream Days (Mercure de France, 1936, 1938) et The Windin the Willows (A. Colin, 1935).

20Entre 1919 et 1945, le plus traduit des auteurs écossais contemporain reste J.G. Frazer (26 publications). Scott suscite toujours beaucoup d’intérêt (59 publications) ainsi que Stevenson (48 publications). Nous n’avons cependant trouvé que deux autres ouvrages écossais du xixe siècle : A Beleaguered City de Margaret Oliphant (Bloud & Gay, 1925) et Robert Martin’s Lesson de Annie S. Swann (Je sers, 1931).

21Pour des raisons évidentes, la littérature étrangère suscite peu d’intérêt en Allemagne pendant cette période (de même que dans deux autres pays traditionnellement intéressés par la littérature écossaise, l’Italie et l’Espagne). Dix romans écossais seulement sont traduits en allemand, parmi lesquels on trouve cependant Butcher’s Broom (1937) et Morning Tide (1939) de Gunn ainsi que South Wind (1937) de Norman Douglas. Les autres sont des œuvres de John Alexander Ferguson (4) et de Cronin (3). Buchan n’est représenté que par son étude biographique, Augustus.

22Dans le cadre du projet Boslit, la recherche est encore incomplète sur cette période pour d’autres langues. Cependant, au vu des informations déjà en notre possession, il apparaît que la Suède (traductions de Buchan et de Linklater), le Danemark (Compton Mackenzie) et la Tchécoslovaquie (Barrie, Buchan, Linklater et Spartacus de Mitchell/Gibbon) pourraient occuper les premières places pour les traductions d’œuvres écossaises au cours de cette période. Même dans ces pays, les textes fondamentaux de la Renaissance écossaise n’ont pas été traduits. Il semble donc que l’absence de publication rapide en France d’œuvres participant au renouveau littéraire écossais n’ait rien d’exceptionnel.

1946-1960

  • 10 Les auteurs les plus traduits sont les suivants : A.J. Cronin (569 publications), Bruce Marshall ( (...)
  • 11 Les pays où l’on traduit le plus de fiction écossaise à cette période sont les suivants : Allemagn (...)

23Un nom domine la littérature écossaise traduite de l’immédiat après-guerre. C’est celui d’A.J. Cronin dont le nombre de publications à l’étranger est sept fois supérieur à tout autre auteur écossais de l’époque.10 En France le rapport est même de 11 à 1 ; quantitativement parlant, la France se place ainsi au deuxième rang des traductions de fiction écossaise pendant cette période. Si l’on ne tient pas compte des traductions de A.J. Cronin, la France passe en revanche au quatrième rang derrière l’Allemagne de l’Ouest, les Pays-Bas et la Suède.11

  • 12 Marshall, presque oublié aujourd’hui, a rencontré un plus grand soutien critique à l’étranger qu’e (...)
  • 13 En Belgique, De Visscher publie des traductions en français de Private Angelo (1947) et Juan in Ch (...)

24Entre 1946 et 1960, on trouve en France 6 5 éditions de Cronin. Alistair MacLean arrive en deuxième position avec six titres. Cinq autres romanciers seulement ont droit à plus d’une traduction. Bruce Marshall voit la parution de cinq de ses oeuvres: The World, the Flesh, and Father Smith ; Father Malachy’s Miracle (Julliard, 1946, 1948), The White Rabbit ;Every Man a Penny (Gallimard, 1954) et The Bank Audit (Casterman, 1960).12 De Compton Mackenzie on trouve la traduction de Carnival (Éditions de la France, 1946), Whisky Galore (Éditions de Flore, 1950), Water on the Brain (Tallandier, 1951), Sinister Street (Plon, 1953) et The Lunatic Republie (Denoël, 1960). Linklater est représenté par Ripeness is All (La Sixaine, 1947 ; L’Inter, 1955) et Poet’s Pub (Nicholson & Watson, 1948).13 Helen Maclnnes et Josephine Tey, auteurs de romans policiers, voient chacune deux de leurs romans traduits en français.

25Le nombre des traductions de Mackenzie et Linklater est peu important par rapport aux traductions publiées dans les pays Scandinaves ; pour Marshall les chiffres restent modestes en comparaison de ceux enregistrés en Allemagne, en Suisse, en Italie en Espagne et en Pologne. Beaucoup de leurs ouvrages les plus traduits ne paraissent pas en France : c’est le cas de Don Juan in China, Private Angelo et The Wind on the Moon de Linklater, de The Monarch of the Glen de Mackenzie et de The Red Danube, Girl in May et The Divided Lady de Marshall. Ne sont pas non plus traduites les oeuvres auxquelles Linklater et Mackenzie doivent leur réputation en Ecosse, à savoir Magnus Merriman et The Four Winds of Love.

26Quatre des romanciers écossais les plus populaires de l’après-guerre sont représentés par une traduction chacun : Tom Hanlin avec Once in a Lifetime, roman d’amour sur fond de communauté minière (La Nouvelle Édition, 1946) ; Michael Innes avec The Journeying Boy (A. Michel, 1952), Neil Paterson avec Behold thy Daughter (Hachette, 1953) et enfin Guy McCrone, assez tardivement avec Wax Fruit (Plon, 1960).

27Les romanciers écossais plus jeunes, comme Muriel Spark, James Kennaway et Robin Jenkins, ne sont pas traduits tout de suite, ce qui n’a rien d’exceptionnel. La première traduction de Spark (en hongrois) paraîtra en 1958 mais il faudra attendre les années soixante pour qu’elle suscite un véritable intérêt à l’étranger. C’est en Allemagne, en 1962, que paraît la première traduction de Kennaway. Happy for the Child de Jenkins paraît en danois en 1954 mais seulement deux traductions ultérieures de cet auteur ont été retrouvées dans le cadre du projet Boslit.

28En France, on ne rattrape pas vraiment le retard pris sur la traduction des œuvres d’avant-guerre de la Renaissance écossaise, malgré la parution d’une traduction de The Drinking Well (Je sers, 1949), roman publié par Gunn en 1946. Parmi les œuvres du début du siècle, seules paraissent The Story of Little Black Sambo de Helen Bannerman (Cocorico, 1957 ; Deux Coqs d’or, 1960) ; The Wind in the Willom de Grahame (Colin, 19 5 2) ; Alone (Sagittaire, 1947) et Venus in the Kitchen (Denoël, 1945) de Norman Douglas ; The White Sheep of the Family de Ian Hay (France Illustration, 1954) et finalement Peter Pan (Écrits de la France, 1945), Dear Brutus, Mary Rose (tous deux chez Rivarol, 1946) et Peter and Wendy (Flammarion, 1951 ; Hachette, 1952 ; Fabbri, 1959) de Barrie.

29Peu d’autres pays font d’ailleurs preuve d’un intérêt rétrospectif pour la Renaissance écossaise. On notera cependant les traductions de The Blood of the Martyrs (Danemark, 1950) et The Conquered (Allemagne, 1952) de Naomi Mitchison ainsi que de plusieurs romans de Gunn, Morning Tide (Espagne, 1946 ; Tchécoslovaquie, 1947), The Green Isle of the Great Deep et The Well at the World’s End (Allemagne, 1949, 1955). La première traduction de A ScotsQuair, de Lewis Grassic Gibbon, paraît en hongrois en 1960 ; une traduction en portugais de Three Go Back de Mitchell/Gibbon est publiée en 1955.

30Si la France continue à montrer relativement peu d’intérêt pour la littérature écossaise du moment, la sélection des auteurs antérieurs au xxe siècle s’élargit. La découverte de Hogg par André Gide conduit aux premières éditions de The Confessions of a justified Sinner (Marguerat-Costard, 1949-1950 ; Chariot, 1949 ; Gallimard, 1952). On trouve les premières traductions pour ce siècle de George MacDonald (The Princess and the Goblin, Didier, 1951) et de Smollett (The Adventures of Roderick Random, Le Carrefour, 1947 ; Delamain et Boutelleau, 1948 ; Stock, 1949-1950 et The Expedition of Humphrey Clinker ; Gallimard, 1955). Carlyle est représenté par The Diamond Necklace (Aux portes de la France, 1946), Count Cagliostro (Librairie universelle de France, 1946-1948) et Sartor Resartus (Montaigne, 1958). On remarque des éditions de The Library Window d’Oliphant (Fayard, 1956) et, au fur et à mesure que Yale publie les papiers privés de Boswell, des traductions de Boswell’s Eondon Journal, Boswell on the Grand Tour, Boswell in Search of a Wife (Hachette, 1952, 1955, 1959) et The Life of Samuel Johnson (Gallimard, 1954). Scott et Stevenson continuent bien sûr à être beaucoup traduits. C’est cependant le second qui prend nettement la tête avec 80 éditions contre seulement 48 pour Scott.

31Ce regain d’intérêt pour la littérature écossaise classique marque aussi le début d’une plus grande curiosité pour l’écriture contemporaine qui va s’affirmer dans les années soixante.

1961-1974

  • 14 Les dix auteurs écossais les plus traduits sont pour ces années : Alistair MacLean (456 traduction (...)
  • 15 Les pays où le plus d’œuvres de fiction sont traduites entre 1961 et 1974 sont les suivants : l’Al (...)

32A.J. Cronin et Alistair MacLean restent les deux auteurs écossais les plus traduits (en France et ailleurs). Cependant, les éditeurs et les traducteurs français semblent plus ouverts à la production récente de la littérature de fiction.14 La France est toujours à la traîne derrière l’Allemagne et la Suède mais un certain nombre de romanciers importants y sont traduits.15

  • 16 Il est possible que des traductions des textes pornographiques de Trocchi pour Olympia Press n’aie (...)

33On relève par exemple la parution de cinq titres de Muriel Spark : The Prime of Miss Jean Brodie, Memento Mori, The Girls of Slender Means (Laffont, 1962, 1964, 1965), The Mandelhaum Gate et The Public Image (Buchet-Chastel, 1968, 1969). Quatre romans de Trocchi paraissent également : Cain’s Book (Julliard, 1962), Young Adam (Buchet-Chastel, 1964), Helen and Desire et White Thighs (Concorde, 1970, 1971).16 Gordon Williams est représenté par The Siege of Trencher’s Farm (Presses de la cité, 1968) et The Man Who Had Power over Women (Julliard, 1969). James Kennaway, Alan Sharp et Shena Mackay ont chacun un livre publié : The Bells of Shoreditch (Plon, 1964),A Green Tree in Gedde (Grasset, 1966) et une traduction combinée de Toddler on the Run et Dust Falls on Eugene Schlumberger (Gallimard, 1968).

34La recherche entreprise montre que ces chiffres sont relativement élevés en ce qui concerne Trocchi et Williams, moyens pour Spark, Sharp et pour Kennaway (dont les ouvrages ne sont largement traduits qu’en Allemagne de l’Ouest). Il est surprenant de constater que Shena Mackay semble n’avoir été traduite que dans un seul pays : il existe une version est-allemande d’Old Crow (1972). En revanche, un certain nombre de romanciers, traduits ailleurs, n’apparaissent pas sur le marché français : William Mcllvanney (traduit en Pologne), Chaim Bermant (traduit en Allemagne de l’Ouest, au Danemark et aux Pays-Bas), James Allan Ford (aux Pays-Bas) et Robin Jenkins (au Danemark et en Italie). D’autres absences sautent aux yeux, comme celles d’Elspeth Davie, George Friel, Clifford Hanley, Archie Hind et Jessie Kesson. Pour le moment, aucune traduction de ces auteurs en quelque langue que ce soit n’a été retrouvée dans le cadre du projet Boslit.

35Si l’on excepte Cronin et MacLean, il apparaît que les écrivains écossais les plus traduits dans les années quarante et cinquante n’attirent plus les éditeurs français après 1960. On ne relève aucune publication d’Eric Linklater, qui continue à être largement traduit en Scandinavie, aucune publication de Compton Macken-2ie. Bruce Marshall, qui reste le romancier « littéraire » le plus traduit au début des années soixante, n’est modestement représenté que par trois titres : A Thread of Scarlet (Desclée de Brouwer, 1961), The Bishop (Seuil, 1971), Urban the Ninth (Seuil, 1974).

  • 17 Signalons cependant la traduction par Claude Henry de la nouvelle de Gibbon, « Clay », qui a été p (...)

36Les romans de la Renaissance écossaise ne sont toujours pas traduits, à l’exception de l’allégorie de Naomi Mitchison, Memoirs of a Spacewoman (Livre de poche, 1963), qui n’a d’ailleurs pas été retraduite depuis.17 C’est à cette période que paraissent les premières traductions de A Scots Quair de Gibbon (en Allemagne de l’Est et en Hongrie) mais en règle générale la Renaissance écossaise suscite ailleurs aussi peu d’intérêt qu’en France.

37Il faut cependant signaler la redécouverte d’un auteur écossais du début du xxe siècle. Buchan connaît ce que l’on pourrait appeler une renaissance à l’échelle mondiale dans les années soixante et soixante-dix. C’est surtout en France qu’il suscite un grand intérêt puisqu’on y constate la publication de The Thirty-Nine Steps (Arthaud, 1962, 1973 ; Livre de poche, 1966), The Courts of the Morning (Arthaud, 1963 ; Livre de poche, 1971), Greenmantle, Mister Standfast (tous deux chez Gallimard, 1964) et The Three Hostages (Livre de poche, 1966).

  • 18 Une traduction de Across the Barricades de Joan Lingard, Gembloux, Duculot, 1973, est cependant pu (...)

38Le roman policier est représenté par Helen MacInnes et Josephine Tey, toutes deux découvertes tardivement dans les années soixante et qui voient chacune quatre de leurs livres publiés en français. Les autres genres de littérature attirent peu les Français. Deux traductions de George MacDonald Fraser sont publiées, Flashman et Royal Flash (Calmann-Lévy, 1971, 1972) mais aucun ouvrage de Nigel Tranter (qui pour le moment n’a été traduit qu’en Islande et en Suède). De plus, entre 1960 et 1974, aucun ouvrage contemporain pour enfants n’est traduit en France. Seuls des classiques, comme Peter and Wendy (ODEJ, 1961 ; Deux Coqs d’or, 1964 ; Hachette, 1965) et The Wind in the Willows (Gallimard, 1967) restent sur le marché.18

39C’est dans les années soixante que sont publiés les deux premiers recueils de poésie écossaise du xxe siècle. En toute candeur (Mercure de France, 1964) rassemble une sélection de poésie et de prose autobiographique de Kenneth White qui, dans les trente années qui vont suivre, va devenir le poète écossais le plus traduit en France. Une anthologie des œuvres d’Edwin Muir paraît également sous le titre Poésie et prose (Seghers, 1968). Muir suscite un intérêt substantiel à l’échelle mondiale à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. Des collections de sa poésie sont publiées en Italie et au Japon, ses critiques en Espagne, en Italie et en Inde.

40Si la France est plus sensible à la littérature écossaise contemporaine, on constate en revanche une nette diminution des traductions de textes antérieurs, avec seulement 42 publications de Stevenson et 28 de Scott. Smollett est le seul autre romancier publié à cette époque : The Adventures of Roderick Random paraît en 1964 chez Laffont. Notons encore une rare traduction de poésie avec The Kingis Quair (Aubier-Montaigne, 1967).

41Même pour la littérature contemporaine, il faut bien constater que les années soixante-dix ne sont pas une période très favorable. L’intérêt pour la fiction faiblit. Cronin et MacLean occupent toujours une place à part mais seulement deux romans de Trocchi, deux de Bruce Marshall et deux de George MacDonald Fraser sont publiés. Il n’y a pas d’autre parution de poésie ou de théâtre écossais. L’auteur écossais le plus traduit de cette période est R.D. Laing (7 publications). Notons aussi la découverte tardive de A.S. Neill dont Freedom Not License paraît chez Payot (1970, 1974), Summerhill chez F. Maspero en 1970 et The Last Man Alive chez OCDL en 1974.

42À cette période d’essoufflement allaient succéder vingt années particulièrement propices à la traduction d’ouvrages écossais en français et en d’autres langues : les vingt années les plus riches depuis l’apogée de la fortune littéraire de Scott.

1975-1999

  • 19 La France est un des rares pays où Cronin continue d’être plus largement traduit que MacLean. À l’ (...)
  • 20 Notons également la parution d’un roman du début du xxe siècle qui n’avait pas encore été traduit  (...)

43La fiction contemporaine continue cependant à être négligée jusqu’au milieu des années quatre-vingts. Dans l’intervalle, A.J. Cronin est toujours traduit (40 éditions depuis 1975), de même qu’Alistair MacLean (16 publications), John Buchan (11), Josephine Tey (7), Helen MacInnes (5), Michael Innés (5) et George MacDonald Fraser (I).19 En revanche, seulement trois ouvrages de fiction littéraire contemporaine sont traduits avant 1983 : The Samourai de George MacBeth (Champ Libre, 1977), Hundred Scenes from Married Life (H. Veyrier, 1978) et The Patriarch de Chaim Bermant (Balland, 1982).20 Ces années sont cependant peu propices à la traduction de fiction écossaise dans l’ensemble des pays du monde. Bruce Marshall est le seul auteur vivant largement traduit ailleurs dont aucun titre ne paraisse en France durant cette période.

44À partir de 1983, la France commence à traduire énormément de fiction écossaise récente, privilégiant tout particulièrement William Boyd, Iain Banks et William McIlvanney. Depuis A Good Man in Africa (Balland, 1984), tous les romans et recueils de nouvelles de William Boyd ont été traduits en français, soit trente-trois publications en tout. Sept romans de Banks ont été publiés en français : The Wasp Factory (France Loisirs, 1985 ; Presses Pocket, 1989), Consider Phlebas (Laffont, 1993 ; LGF, 1997), The Player of Games (Laffont, 1992 ; LGF, 1996), The Use of Weapons (Laffont, 1992 ; LGF, 1996), The State of the Art (DLM, 1996), Complicity (Denoël, 1997, Presses Pocket, 1998) et Excession (Laffont, 1998). Cependant, Banks a plutôt été présenté comme un auteur de science-fiction ou de romans à suspens, même The Wasp Factory étant classé dans la catégorie horreur/fantastique. De même McIlvanney est surtout connu comme un auteur de romans policiers avec Laidlaw (Fleuve noir, 1983 ; Rivages, 1987), The Papers of Tony Veitch (Fleuve noir, 1984 ; Rivages, 1987), The Big Man, et Strange Loyalties (Rivages, 1990, 1992). La récente publication par les Presses universitaires de Grenoble d’un ouvrage antérieur, Docherty (1994), pourrait changer cette vision.

  • 21 À comparer avec les 12 éditions d’œuvres de Boyd aux Pays-Bas, 11 en Allemagne, 9 en Espagne et en (...)
  • 22 32 éditions en Suisse, 15 en Espagne, 11 en Italie, 8 en Allemagne/Allemagne de l’Ouest et aux Pay (...)

45Boyd et McIlvanney ont suscité bien plus d’intérêt en France que dans le reste du monde et il n’y a qu’en Allemagne qu’Iain Banks ait été plus traduit.21 Avec un décalage de quinze ans, c’est cependant Muriel Spark qui est désormais l’auteur de fiction littéraire le plus traduit en français. À partir de 1983, tous les romans de Spark ont été publiés ou republiés, y compris ceux qui avaient été négligés dans les années soixante et soixante-dix. Bien que Muriel Spark soit l’auteur littéraire le plus traduit d’Écosse, ses quarante-cinq publications en France distancent largement les traductions réalisées dans d’autres pays.22

  • 23 Un autre écrivain auquel on s’est intéressé - tardivement - en France et ailleurs est le francophi (...)
  • 24 En règle générale, seuls les romans « historiques » de Massie ont été traduits.

46Deux romanciers écossais n’ont pour le moment été traduits qu’en France : il s’agit de Tom Gallacher (The Wind on the Heath, Ergo Press, 1989) et James Meek (McFarlane Boils the Sea, Autrement, 1997).23 D’autres auteurs, en revanche, sont relativement peu présents en France. On ne compte que trois traductions d’Allan Massie (contre 12 en Allemagne et 5 en Espagne), Augustus (Flammarion, 1987), King David (Fallois, 1997) et Tiberius (Fallois 199 8).24 Il n’y a que deux traductions d’Emma Tennant (8 en Allemagne, 4 en Israël et en Italie, 3 en Espagne) : The Ghost Child (Nathan, 1989, Gallimard Jeunesse, 1998). Les auteurs qui suivent n’ont eu qu’un seul ouvrage publié en France : George Mackay Brown (7 en Suisse et 3 en Italie), Martin Miller (5 en Allemagne), et James Kelman (alors que cet auteur est traduit en Espagne, en Autriche et aux Pays-Bas), à savoir respectivement Vinland (Phébus, 1994) et Milk Sulphate andAlby Starvation (Actes Sud, 1989) et The Busconductor Hines (Métailié, 1999). Poor Things (Rivages, 1993) est le seul titre d’Alasdair Gray qui ait été traduit (contre 9 traductions en allemand, 4 en espagnol et 3 en italien). Une traduction de Lanark doit paraître chez Métailié en 2000.

47On constate aussi certaines absences flagrantes. Au moment où j’écris ces lignes, n’ont pas été traduits en français : Janice Galloway (traduite en République tchèque, en Allemagne et aux Pays-Bas), et Jeff Torrington (traduit en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suède), Candia McWilliam (traduite en Allemagne, en Italie et aux Pays-Bas), Alice Thompson (traduite au Danemark, en Allemagne, en Israël et aux Pays-Bas), Elspeth Barker (traduite en Allemagne), Alison Fell (traduite en Allemagne et au Pays-Bas), Iain Crichton Smith (traduit au Danemark et en Italie), Agnes Owens, A.L. Kennedy et Duncan McLean (non traduits).

  • 25 Si l’on inclut tous les genres de récits fïctionnels, les dix plus grands traducteurs depuis 197 5 (...)

48Cependant, malgré ces omissions significatives, la France vient au deuxième rang pour le nombre de traductions de fiction littéraire écossaise contemporaine depuis 1975.25 La France est un des rares pays où plus d’œuvres « littéraires » sont traduites que de livres de « genres » : Muriel Spark y est plus traduite qu’A.J. Crottin, William Boyd qu’Alistair MacLean.

49Il semblerait aussi que la France commence à participer à l’engouement post-Trainspotting pour les jeunes auteurs écossais. Irvine Welsh lui-même a été moins traduit que dans la plupart des pays européens, mais il y a eu néanmoins des éditions françaises de Trainspotting et d’Ecstasy (Editions de l’Olivier, 1996, 1999). Morvern Callar et These Demented Lands d’Alan Warner on été traduits par Jacqueline Chambon, Nîmes, et le premier réédité par 10/18. Welsh, Warner, Martin Millar et Kevin Williamson sont tous représentés dans une traduction d’une anthologie de la « génération chimique », Disco Biscuits (Alpha Bleue, 1998).

  • 26 Il semble qu’Alan Spence n’ait encore été traduit en aucune langue. Cependant les chiffres de BOSL (...)

50Un certain nombre d’auteurs dont les ouvrages n’ont pas été publiés en librairie ont effectivement vu leurs nouvelles traduites dans des revues ou des anthologies. « By the Burn » et « The Small Bird and the Young Person » de James Kelman ont par exemple été publiés dans La Main de singe (Chambéry, no 18-19, 1996). Le numéro 32 de Brèves (Villelongue d’Aude, 1986) est entièrement consacré à la nouvelle écossaise contemporaine et présente des auteurs comme William Andrew, George Mackay Brown, Ron Butlin, Douglas Dunn, Ronald Frame, Alasdair Gray, Brian McCabe, Dilys Rose, Iain Crichton Smith, et Valerie Thornton. Le Hangar éphémère (Perpignan) a publié des titres d’Alasdair Gray, James Meek et Donald S. Murray (no 6, 1985) ainsi que de Christopher Rush (no 5, 1984). La production de la dernière génération de nouvellistes écossais n’a pas encore été traduite pour le moment : parmi les omissions les plus criantes, citons par exemple les noms d’Agnes Owen et Alan Spence.26

51Les récentes publications de Sunset Song de Grassic Gibbon (Métailié, 1997) et de The Green Isle of the Great Deep de Gunn (Presses universitaires de Grenoble, 1992) pourraient présager d’une découverte tardive de la Renaissance littéraire écossaise ; cependant pour le moment aucun autre texte de Gunn, Gibbon ou Mitchison n’a été traduit. Malgré le développement international des sections universitaires d’études écossaises (en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Hongrie et en Autriche), on constate peu d’intérêt éditorial pour le roman de la Renaissance écossaise dans le monde (notons quelques exceptions notables comme la publication de traductions en slovaque, en japonais et en espéranto de Gibbon et la publication de certains des premiers romans de Mitchison en Allemagne et en Autriche). Les auteurs négligés de l’après-guerre, comme Robin Jenkins, Jessie Kesson et Elspeth Davie n’ont toujours pas été traduits, ni en France ni ailleurs.

  • 27 C’est Le Nouveau Commerce, Paris, no 2, 1963, qui publie le travail de White. C’est peut-être la p (...)
  • 28 Les chiffres de Boslit concernant les travaux publiés dans des anthologies ou des revues ne peuven (...)

52Ce regain d’intérêt pour la fiction écossaise contemporaine a été précédé, à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingts, par la traduction de poésie écossaise. Kenneth White tient ici une grande place. Ses écrits seront d’abord publiés dans des revues (1963) mais, à partir de 1975, le rythme des traductions va s’accélérer.27 Si l’on inclut les éditions limitées et les livres d’art, il y a eu pour le moment 34 éditions différentes d’œuvres de Kenneth White (poésie, prose et critiques). Aucun autre poète écossais vivant n’a fait l’objet d’éditions spécifiques. Par ailleurs, 143 traductions ont paru dans des revues ou des anthologies françaises.28

53L’intérêt porté à White a conduit à une reconnaissance d’autres poètes écossais. En même temps que ses poèmes, certaines revues publient des traductions d’autres auteurs. Le Temps parallèle no 17 (Cavaillon, 1978) propose par exemple des textes de MacDiarmid et MacCaig ; In’hui no 13 (Amiens, 1980) des textes de MacDiarmid, MacCaig, Muir, Sorley MacLean, Robert Garioch, W.S. Graham, Edwin Morgan, Iain Crichton Smith et Tom Buchan. Le Hangar éphémère no 6 (Perpignan, 1985) publie des textes de MacCaig, George Mackay Brown, Iain Crichton Smith, Tom Leonard, Liz Lochhead, Tom Pow, Andrew Greig et R.S. Richard. Des traductions de MacCaig, MacDiarmid et George Mackay Brown par Kenneth White lui-même paraissent dans Artus no 21-22 (Nantes, 1986), Édimhourg avec Kenneth White (Autrement, 1986), et Hautes Terres d’Écosse (Hologramme, 1985).

54Plus récemment, des traductions de George Mackay Brown, Ron Butlin, Stewart Conn, Douglas Dunn, Norman MacCaig et Iain Crichton Smith ont paru dans l’anthologie de Serge Baudot, Six Poètes écossais (Toulon Martius, 1991) et des traductions de Conn, Stan Bell, Tim Cloudsley, Gerald Mulgan, Alastair Paterson et Tessa Ranford dans La Fabrique (Castellet-lès-Luberon), no 12 (1997). La revue La Traductière (Paris) a publié des textes de Tim Cloudsley, Alistair Paterson et Matt Ewart (no 10, 1992), Gerald Mangan (no 11, 1993 ; 12-13, 1995), Iain Bamforth (no 12-13, 1995) et David Kinloch (no 14, 1996) ; la même revue avait déjà publié précédemment Ron Butlin (no 1, 1983) et Frank Kuppner (no 3, 1985). On trouve dans le numéro 805 d’Europe (Paris, 1996) les premières traductions en quelque langue que ce soit de certains auteurs de la toute nouvelle génération des poètes écossais : Meg Bateman, John Burnside, Carol Ann Duffy, Anne C. Frater, Raymon Friel, Graham Fulton, W.N. Herbert, Kathleen Jamie, Stuart A. Paterson et Richard Price.

  • 29 Les poètes écossais du xxe  siècle les plus traduits depuis 1975 sont les suivants : Kenneth White (...)

55D’autres poètes ont également été publiés en France comme Thomas A. Clark, Veronica Forrest-Thomson et Gael Turnbull (Matières d’Angleterre, Trois Cailloux, 1984), Robin Bell (Bulles ternois, no 20, 1989) et Jackie Kay (Liber, no 24, Paris, 1995). En revanche, parmi les auteurs vivants non traduits en français, on citera Robin Fulton traduit en Belgique, en Finlande, en Allemagne, en Italie, en Norvège, en Slovaquie, en Suède, en Suisse et en Uruguay, et Robert Crawford traduit en français (Belgique), en tchèque, en danois, en espéranto et en norvégien.29

  • 30 Voici en effet les pays où le plus de traductions de poésie contemporaine a été publié depuis 1975 (...)
  • 31 La Nuova Poesia scozzese, Palerme, Celebes, 1976, et Seguendo la traccia :poesia scozzese contempo (...)

56On voit donc que ces vingt dernières années ont été une période exceptionnellement propice à la traduction de poésie écossaise vers le français. La France n’occupe cependant pas la première place puisque davantage de traductions ont été publiées en Italie et en Pologne.30 En fait, davantage de poètes ont été publiés individuellement en France qu’en Pologne mais la France est dépassée par l’Italie sur deux plans : les Italiens ont traduit plus d’œuvres de poétesses et considérablement plus de poésie en écossais et en gaélique. Deux anthologies italiennes ont été entièrement consacrées à la poésie en écossais et une anthologie gaélique est en préparation.31 En France, une poignée seulement de poèmes de MacDiarmid, Robert Garioch, Sorley Maclean, Meg Bateman et Anne C. Frater ont été traduits.

  • 32 Le poète breton Paol Keineg a traduit MacDiarmid en français pour Bretagnes, no9, Morlaix, 1978. E (...)
  • 33 Les seules traductions en langue d’oc qui aient été retrouvées sont des vers de Kenneth White paru (...)

57On aurait pu s’attendre à ce que l’écossais et le gaélique suscitent davantage d’intérêt en Bretagne et en Languedoc. Il ne semble pas qu’il y ait eu de traduction en breton de poésie gaélique ; en revanche une anthologie de nouvelles gaéliques a été publiée sous le titre Danevellou gouezeleg a Vro-Skos (Brud Nevez, 1984) et des récits de Cailein Tormod Mac Connich ont paru dans Brud Nevez, no 61 et 65 (Brest, 1983). Après 1975, il semble que seuls des morceaux choisis de Hugh MacDiarmid aient été traduits en breton (à Brest, en 1987 dans Al Liamm, no 245 et en 1994 dans le numéro 286).32 Pour le moment, aucune traduction en langue d’oc n’a été retrouvée dans le cadre du projet Boslit. Il faut cependant préciser que la recherche a peu avancé dans ce domaine. Denis Saurat ayant lui-même été un important poète languedocien il serait surprenant qu’aucune traduction de MacDiarmid n’existât.33

58En ce qui concerne le théâtre, seules deux publications en français ont été retrouvées : Summit Conference de Robert David MacDonald, la pièce écossaise contemporaine la plus traduite, a paru dans le numéro 811 de L’Avant-Scène (1987) et une collection de pièces courtes de Kate Atkinson, Janice Galloway et Duncan MacLean (Théâtre Gérard Philippe, 1998). Bien que de nombreuses pièces écossaises aient été montées à l’étranger, peu ont été publiées : vingt-quatre traductions seulement ont été recensées depuis 1975.

  • 34 Il y a eu récemment une traduction en occitan de The Wind in the Willom (Rodez, Culture d’Oc, 1998 (...)

59Le domaine pour lequel on peut véritablement parler de « boom » de la traduction, tant en France que dans les autres pays, c’est celui de la littérature pour la jeunesse. En plus de nouvelles éditions de Barrie (7) et de Grahame 7)34 (les éditeurs français ont publié des traductions de John Grant (20), Debi Gliori (13), Joan Lingard (5), Lavinia Derwent (3), Scoular Anderson (3), Ivor Cutler, Frances Hendry, Harry Horse, Mollie Hunter, Moira Miller et Mary Rhtnd (une chacun).

60Pour terminer ce panorama des traductions d’ouvrages écossais du xxe siècle, précisons que la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingts ont confirmé l’intérêt éditorial suscité par R.D. Laing (15 parutions) et A.S. Neill (8). On peut également parler d’une redécouverte de J.G. Frazer (5 parutions), de Patrick Geddes (qui n’avait pas été traduit depuis 1892) et Norman Douglas : Cities in Evolution (Temenos, 1994), Almanac (Buchet-Chastel, 1985) et Siren Land (Le Promeneur, 1989).

61Cette reconnaissance grandissante des auteurs écossais du xxe siècle s’accompagne de nouvelles traductions ou de réimpressions de textes antérieurs. Citons par exemple les nouvelles éditions de Boswell (6), Smollett (4), des Poèmes d’Ossian (5) et deux rééditions de The Confessions of a Justified Sinner de Hogg (Gallimard, 1987, Rennes, Terre de Brume, 1998) et des rééditions de Carlyle, On Heroes (Maisonneuve et Larose, 1997) et The Diamond Necklace (Toulouse, Éditions Ombres, 1998). En 1994, Aubier a publié la première anthologie de Burns à paraître en français au xxe siècle. La traduction par Chateaubriand de The Minstrel de Beattie a été republiée par les Ellug, Grenoble, en 1981. Notons aussi la parution de cinq œuvres de George MacDonald, auteur négligé jusque-là : Songs of the Days and Nights (Bordas, 1980), The Golden Key, The Giant’s Heart, The Light Princess (Bordas, 1981) et The Princess and the Gohlin (Sang de la terre, 1989).

62En revanche, le nombre des nouvelles éditions de Scott tombe à 2 5. Ce chiffre modeste correspond d’ailleurs à une tendance générale à l’échelle mondiale. Après la Deuxième Guerre, Stevenson a remplacé Scott à la place d’auteur écossais le plus traduit. Ce phénomène n’est nulle part aussi évident qu’en France : sur l’ensemble des traductions publiées dans le monde, Stevenson supplante Scott dans un rapport de 2,5 à 1 ; depuis 1975 en France ce rapport est de 7 à 1. Pas moins de 160 éditions de Stevenson ont paru en France à cette période, notamment (mais pas seulement) à l’occasion du centième anniversaire de sa mort en 1994. Cet événement a d’ailleurs soulevé beaucoup plus d’intérêt éditorial en France et en Italie qu’au Royaume-Uni. Par contre un certain nombre de grands auteurs du passé n’ont pas été réédités après 1975, notamment Galt, Margaret Oliphant et – ce qui est plus surprenant – Carlyle.

*

63Les Français ont montré ces dernières années un intérêt évident pour la littérature écossaise contemporaine, les textes classiques ignorés précédemment ou épuisés depuis longtemps, la littérature pour la jeunesse et surtout pour le nouveau développement de la poésie écossaise. On serait tenté d’en conclure qu’en matière de littérature, les liens qui unissent aujourd’hui la France et l’Ecosse sont les plus étroits que ces pays aient connus depuis le début du xixe siècle. En regardant un peu en arrière, il apparaît cependant que de nombreux textes ont été négligés. Peu d’auteurs écossais importants ont été traduits entre Stevenson et Muriel Spark. Il nous reste à espérer qu’un renouvellement des liens franco-écossais permettra de remettre à l’ordre du jour les œuvres de la Renaissance écossaise et d’auteurs postérieurs comme Robin Jenkins, Jessie Kesson, James Kennaway, George Friel et Elspeth Davie. Une masse de textes en gaélique et en écossais attendent encore d’être découverts.

64Malgré la nette augmentation du nombre de traductions de textes écossais vers le français, il serait donc inexact de conclure à une relation littéraire privilégiée entre les deux nations. Dans tous les genres littéraires à l’exception de la poésie, l’Allemagne s’est, depuis le début du xixe siècle, constamment montrée plus sensible aux textes écossais. Ces dernières années, davantage de poésie et plus d’auteurs antérieurs au xxe siècle ont été publiés en Italie qu’en France. Par ailleurs, étant donné la taille plus restreinte de leurs marchés et la situation économique relativement difficile du secteur de l’édition dans ces pays, on peut aussi considérer que la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie ont montré plus d’intérêt pour les textes écossais et prêté davantage attention à leur spécificité écossaise. Même si l’on constate un intérêt croissant de la France pour l’épanouissement actuel de la littérature écossaise, il est donc encore possible de resserrer considérablement les liens culturels entre les deux pays.

Notes

1 Denis Saurat, « Le groupe de la Renaissance écossaise », Revue anglo-américaine, avril 1924, p. 295; à 307.

2 Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, 231 volumes, Paris, Ministère de l’Education nationale, 1924-1981 ; Catalogue général des livres imprimés 1897-1959 : supplément sur fiches, Paris, Chadwyck-Healey France, 1986 ; Catalogue général de la Librairie française, 34 volumes, Paris, O. Lorenz et al., 1867-1945 ; La Librairie française : catalogue général des ouvrages, Paris, Cercle de la librairie, 1er vol. 1931.

3 Index translationum, répertoire international des traductions, 39 volumes, Paris, Unesco, 1948-1986 ; Index translationum, cédérom, Paris, Unesco, 1er cédérom 1994.

4 Bibliographie nationale française depuis 1970 sur cédérom, Paris, Bibliothèque nationale 1er cédérom 1992.

5 Les Suisses ont cependant traduit Ian Maclaren en français : Vieilles Idylles, Genève, [Reymond ?], 1899 ; Ceux d’autrefois, Genève, Reymond, 1901 ; et Aux jours du vieux jadis, Lausanne, G. Bridel, 1913-1915. Ces titres pourraient tous trois être une traduction plausible de The Days of Old Lang Syne. Les deux premiers pourraient aussi être des versions de Beside the Bonnie Briar Bush ou de A Doctor of the Old School.

6 L’ouvrage de Godeline Carpentier et al., Deirdre et la Renaissance celtique, Fiona MacLeod, George William Russell, William Butler Yeats, La Gacilly, Artus, 1990, contient une traduction de The House of Usna.

7 Elpaso, Paris, Phébus, 1997.

8 Nos sources pour les traductions allemandes sont les suivantes : Gesamtverzeichnis des deutschsprachigen Schrifttums, 1700-1910, éd. Peter Geils et Willi Gorzny, 161 volumes, Munich, Saur, 1979-1987 ; Gesamtverzeichnis des deutschsprachigen Schrifttums, éd. Reinhard Oberschelp, 1911-1965,150 volumes, Munich, Verlag Dokumentation, 1976-1981.

9 David et Joyce Thomas, Compton Mackenzie :A Bibliograpby, Londres, Mansell, 1986, p. 6, font mention d’une traduction de Sinister Street en 1935. Je n’ai cependant pas pu trouver trace d’une édition française de ce roman antérieure à 1953. Peut-être ont-ils malencontreusement interverti les deux derniers chiffres de cette date.

10 Les auteurs les plus traduits sont les suivants : A.J. Cronin (569 publications), Bruce Marshall (82), Eric Linklater (65), Alistair MacLean (62), J.M. Barrie (40), Compton Mackenzie (31), Helen Maclnnes (21), Josephine Tey (21), Neil Paterson (16), John Buchan (15), Guy McCrone (15). Ces chiffres proviennent principalement de l’Index translationum de l’Unesco.

11 Les pays où l’on traduit le plus de fiction écossaise à cette période sont les suivants : Allemagne de l’Ouest (108), France (97 traductions), Pays-Bas (67), Suède (64), Suisse ( ; 5), Italie (46), Danemark (43), Espagne (43), Turquie (34), Japon (31). En excluant les œuvres d’A.J. Cronin, l’ordre est le suivant : Allemagne de l’Ouest (5 ;), Suède (43), Pays-Bas (39), France (31), Suisse (28), Italie (26), Espagne (25), Danemark (23), Finlande (18), Norvège (15). Au Brésil, en Roumanie, en Russie et en Turquie, Cronin est le seul auteur écossais du xxe siècle traduit à cette époque.

12 Marshall, presque oublié aujourd’hui, a rencontré un plus grand soutien critique à l’étranger qu’en Écosse. Theoderich Kampmann le juge plus intéressant que Graham Greene, autre romancier catholique, Dichtung als Zeugnis, Warendorf, J. Schnell, 1958, p. 224. Sylvia Schütze, dans son étude, Englische Literatur der Gegenwart, Dortmund, Stadtbücherei, 1969, lui accorde une place de choix : seulement deux autres romanciers du xxe siècle ont droit à plus d’espace que lui. De tous les auteurs écossais, c’est sans doute celui qui a le plus souffert des conceptions restrictives de la scotticité littéraire.

13 En Belgique, De Visscher publie des traductions en français de Private Angelo (1947) et Juan in China (1950).

14 Les dix auteurs écossais les plus traduits sont pour ces années : Alistair MacLean (456 traductions), A.J. Cronin (448), Helen MacInnes (106), Muriel Spark (101), R.D. Laing (86), A.S. Neill (67), J.M. Barrie (64), Bruce Marshall (64), John Buchan (40), Josephine Tey (39).

15 Les pays où le plus d’œuvres de fiction sont traduites entre 1961 et 1974 sont les suivants : l’Allemagne de l’Ouest (196 titres), la Suède (127), la France (119), les Pays-Bas (97), l’Espagne (86), l’Italie (72), le Danemark (68), la Finlande (66), la Suisse (62), la Norvège (61). Compte non tenu de Cronin et MacLean, les chiffres sont les suivants : Allemagne de l’Ouest (93), Suède (64), Pays-Bas (46), Espagne (39), France (38), Danemark (29), Suisse (29), Italie (28), Japon (19), Finlande (12), Pologne (12).

16 Il est possible que des traductions des textes pornographiques de Trocchi pour Olympia Press n’aient pas été enregistrées dans les catalogues conventionnels.

17 Signalons cependant la traduction par Claude Henry de la nouvelle de Gibbon, « Clay », qui a été publiée dans la Nouvelle Revue française, no 250, octobre 1973.

18 Une traduction de Across the Barricades de Joan Lingard, Gembloux, Duculot, 1973, est cependant publiée en Belgique et également diffusée en France.

19 La France est un des rares pays où Cronin continue d’être plus largement traduit que MacLean. À l’échelle mondiale, les romanciers écossais les plus traduits depuis 197 ; sont les suivants : Alistair MacLean (1198 traductions), A.J. Cronin (577), Muriel Spark (171), Helen MacInnes (139), William Boyd (102), Alastair MacNeill (99), Iain Banks (70), Bruce Marshall (67), John Buchan (64), Michael Innes (63). Les chiffres du projet BOSLIT ont été établis sur la base de l''Index translationum et d’une vaste recherche effectuée à partir des bibliographies nationales, des listes de livres publiés et des catalogues des Bibliothèques nationales, universitaires et autres bibliothèques de recherche.

20 Notons également la parution d’un roman du début du xxe siècle qui n’avait pas encore été traduit : A Voyage to Arcturus de David Lindsay, Paris, Denoël, 1975.

21 À comparer avec les 12 éditions d’œuvres de Boyd aux Pays-Bas, 11 en Allemagne, 9 en Espagne et en Suède, 5 en Italie, 4 pour McIlvanney en Espagne et au Danemark, 1 en Allemagne, 17 pour Banks en Allemagne, 9 en Italie, 7 en Espagne, 6 en Finlande et 5 au Danemark.

22 32 éditions en Suisse, 15 en Espagne, 11 en Italie, 8 en Allemagne/Allemagne de l’Ouest et aux Pays-Bas.

23 Un autre écrivain auquel on s’est intéressé - tardivement - en France et ailleurs est le francophile Ronald Frame : A Long Weekend with Marcel Proust (Stock, 1998) et A Woman of judah (Stock, 1998).

24 En règle générale, seuls les romans « historiques » de Massie ont été traduits.

25 Si l’on inclut tous les genres de récits fïctionnels, les dix plus grands traducteurs depuis 197 5 sont les pays suivants : Allemagne / Allemagne de l’Ouest (400 traductions), Pays-Bas (250), France (215), Suède (197), Pologne (178), Danemark (169), Italie (159), Espagne (145), Norvège (109), Finlande (106). On obtient un ordre assez différent en excluant de façon quelque peu arbitraire tous les ouvrages de « genres » : Allemagne / Allemagne de l’Ouest (121 traductions), France (114), Espagne (82), Italie (73), Suisse (44), Pays-Bas (39), Suède (33), Danemark (30), Pologne (20), Finlande (16), Japon (16).

26 Il semble qu’Alan Spence n’ait encore été traduit en aucune langue. Cependant les chiffres de BOSLIT (qui sont notre source presque exclusive en la matière) sont peut-être moins fiables pour les nouvelles. D’après ces données, les auteurs de nouvelles les plus traduits depuis 1975 sont les suivants : Muriel Spark (52), Alasdair Gray (22), William Boyd (17), George Mackay Brown (14), James Kelman (14), Irvine Welsh (13), Janice Galloway (11), Iain Crichton Smith (10), Giles Gordon (9), Douglas Dunn (7). Les pays les plus productifs en matière de traduction sont les suivants : France (42), Allemagne/Allemagne de l’Ouest (36), République tchèque (26), Italie (25), Slovaquie (21), Hongrie (21), Pologne (17), Espagne (17), Russie (13) et Suède (11).

27 C’est Le Nouveau Commerce, Paris, no 2, 1963, qui publie le travail de White. C’est peut-être la publication par la même revue d’un nouveau choix de poésies, no 32, 1975, qui est à l’origine de l’intérêt considérable qui a suivi. White est également le poète écossais le plus traduit en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Maghreb, en Roumanie et en Bulgarie.

28 Les chiffres de Boslit concernant les travaux publiés dans des anthologies ou des revues ne peuvent bien sûr être considérés comme définitifs dans la mesure où le projet repose en grande partie sur les contacts pris avec les auteurs, les traducteurs, les universitaires, les éditeurs et les bibliothèques. Ont notamment été d’une grande aide dans la recherche des traductions françaises : The Scottish Poetry Library ; la Maison de la poésie, Paris ; Michèle Duclos, Fonds Kenneth White, Université de Bordeaux ; Keith Dixon et Pierre Morère, Université de Grenoble ; Bernard Sellin, Université de Brest ; Jean-Jacques Blanchot et Annie Coincy, Université de Metz ; Gavin Bowd, University of St Andrew ; ainsi que Kenneth White, Gerald Mangan, Iain Bamforth, Serge Baudot et Jacques Rancourt, poètes et traducteurs.

29 Les poètes écossais du xxe  siècle les plus traduits depuis 1975 sont les suivants : Kenneth White (296 textes publiés dans des revues et des anthologies), Norman MacCaig (246), Douglas Dunn (197), Edwin Morgan (178), Hugh MacDiarmid (170), George Mackay Brown (110), Iain Crichton Smith (101), Edwin Muir (74), Sorley MacLean (72), Robin Fulton (64).

30 Voici en effet les pays où le plus de traductions de poésie contemporaine a été publié depuis 1975 : Pologne (420 textes publiés dans des revues ou des anthologies), Italie (3 51), France (324), Allemagne / Allemagne de l’Ouest (263), République tchèque (108), Hongrie (87), Suède (72), Bulgarie (64), Pays de Galles (64), Pays-Bas (57).

31 La Nuova Poesia scozzese, Palerme, Celebes, 1976, et Seguendo la traccia :poesia scozzese contemporanea, Faenza, Mobydick, 1997. Citons aussi deux anthologies italiennes de nouvelles écossaises : Scozia contraluce : racconti fantastici del 900, Santarcangelo di Romagna, Faro, 1995, et Rose di Scozia, Rome, Edizioni e/o, 1997.

32 Le poète breton Paol Keineg a traduit MacDiarmid en français pour Bretagnes, no9, Morlaix, 1978. En ce qui concerne la traduction d’auteurs écossais en breton, il faut encore citer « Horses » d’Edwin Muir publié dans Al Liamm, no 197, 1979 ; des extraits de Summerhill de A.S. Neill ont également été publiés dans Al Liamm, no 173-174, 1975 et 1976, ainsi que, plus récemment, Treasure Island, par les éditions Al Liamm, 1997.

33 Les seules traductions en langue d’oc qui aient été retrouvées sont des vers de Kenneth White parus dans Aliénor, Lannemezan, 1983, et Reclams, Pau, no 3-4-5-6, I986.

34 Il y a eu récemment une traduction en occitan de The Wind in the Willom (Rodez, Culture d’Oc, 1998).

Auteur

Bibliothèque nationale d’Écosse

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540