Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nouvelle Alliance

 | 
David Kinloch
, 
Richard Price

Introduction

David Kinloch et Richard Price

Texte intégral

1À l’origine, l’alliance entre l’Écosse et la France (the “auld” alliance) était un accord militaire remontant à 1295. De Gaulle, en Européen oublieux du reste du monde, l’avait d’ailleurs qualifiée de plus vieille alliance au monde. Elle connut son apogée au milieu du XVIe siècle avec le mariage de Jacques V et de Marie de Guise et la confirmation par leur fille, Marie Stuart, des droits réciproques de nationalité. À cette époque, un grand nombre de troupes françaises étaient stationnées sur le sol écossais et leurs commandants en chef persuadèrent les Ecossais de construire la première frontière fortifiée d’Europe, de Langham à l’Ouest jusqu’à Dunbar à l’Est. L’utilité de cette ligne défensive fut cependant de courte durée puisqu’à la mort d’Élisabeth Ire, en I603, l’accession au trône d’Angleterre de Jacques VI, fils de Marie Stuart, la rendit plus ou moins obsolète.

2Si l’acte d’Union de 1707 a favorisé le relâchement des liens politiques entre les deux pays, le XVIIIe siècle a cependant été le théâtre d’échanges culturels notables entre l’Écosse et la France. De nombreuses recherches ont montré l’influence des philosophes et historiographes écossais sur les Lumières en France : rappelons par exemple le séjour de Rousseau che2 David Hume. C’est cependant Thomas Reid qui a eu l’influence la plus durable sur la philosophie française. Ses idées, selon lesquelles toute connaissance est conditionnée par les données de la psychologie humaine, ont joué un rôle central dans l’œuvre de Victor Cousin et ont, de ce fait, influencé des peintres comme Delacroix et Géricault. Jusque vers la fin du XIXe siècle, les textes de Reid étaient régulièrement proposés aux épreuves du baccalauréat.

3L’estime était bien sûr réciproque. En 1755, dès sa première livraison, l'Edinburgh Review incite ses abonnés à lire les philosophes français tandis que William Smellie entreprend la traduction de Buffon et que des exemplaires de l’Histoire des deux Indes de Raynal apparaissent dans de nombreuses bibliothèques écossaises, contribuant à la propagation des idées des Lumières. De même, l’Encyclopédie de Diderot allait inspirer la création de l’Encyclopaedia Britannica.

4Certaines chansons de Robert Burns, comme « Charlie is My Darling », « O’er the Water to Charlie » ou « Farewell to the Highlands », laissent transparaître les regrets laissés par la rébellion manquée de 1745, au cours de laquelle les Français ne se montrèrent pas à la hauteur des attentes jacobites. Il est cependant clair, à la lecture de ses écrits pré-révolutionnaires, qu’à l’instar d’autres auteurs écossais, Burns espérait voir certains des idéaux développés en Écosse prendre racine en France, alors même que la philosophie des Lumières rencontrait un terrain par trop aride en Angleterre comme en Écosse. Burns est d’ailleurs passé aux actes en participant à une tentative d’expédition d’un canon vers la France.

5Les Français découvrent l’Écosse « romantique » dès 1760. Diderot l’évoque dans certaines de ses lettres à Sophie Volland. Le tableau se précisera ensuite avec la traduction d’Ossian par Le Tourneur en 1777 puis celle de nombreux romans de Sir Walter Scott.

6C’est en 1822 que paraît la première traduction en français de Scott ; Stendhal devait déclarer que cette parution s’était soldée par « deux cents imitateurs en France ». Le rapport de Stendhal à Scott est un mélange d’amour et de haine : Stendhal détestait Scott pour son « torysme » et fustigeait l’abondance de détails inutiles dans ses descriptions historiques qui, selon lui, ne parvenaient pas à recréer l’ambiance de l’époque. Il suffit pourtant d’un coup d’œil aux écrits de Stendhal sur l’Italie ou à la personnification de certains personnages secondaires hauts en couleur de La Chartreuse de Parme pour être convaincu qu’il a lui aussi subi son influence. Stendhal a d’ailleurs expressément regretté l’absence en Italie d’un auteur de la trempe de Scott, capable de faire revivre l’époque de Dante et de Rienzi. Il a aussi utilisé de nombreux exemples tirés de romans de Scott pour illustrer la diversité des états amoureux discutés dans De l’amour, ouvrage dont on a retrouvé un exemplaire dans la bibliothèque de Scott après sa mort. Notons encore au passage l’influence de Scott sur de grands historiens français comme Guizot et Barante.

  • 1 On consultera avec intérêt sur la vieille alliance : James Laidlaw éd., The Auld Alliance : France (...)

7On connaît mieux désormais l’intérêt de Robert Louis Stevenson pour la France. Les recherches menées récemment par Neil Macara Brown dans la bibliothèque de Vaïlima ont révélé la présence de plus de cent ouvrages d’auteurs français. Il s’agit pour moitié d’ouvrages historiques mais le contenu de la bibliothèque, tout comme sa correspondance et ses essais, montrent bien que Stevenson était un lecteur inconditionnel de Flaubert, Montaigne et Molière même si son jugement était plus critique sur Balzac et Zola. « Il aurait corrompu saint Paul », a-t-il dit de Baudelaire, ce qui ne l’a nullement empêché de joindre un exemplaire des poèmes de ce dernier à une lettre adressée à la sœur de son cousin en I874.1

8Ce bilan éclair d’une relation parfois capricieuse mais pourtant durable nous amène à poser les questions auxquelles ce livre cherche à répondre : en quoi le XXe siècle a-t-il contribué à cette « alliance » ? Peut-on parler d’un renouvellement de l’alliance au cours de ce siècle et si oui en quoi consiste ce renouvellement ? Peut-on parler de « nouvelle alliance » ? Qu’est-ce que la France, son histoire, ses auteurs ont représenté pour les auteurs écossais des périodes moderne et contemporaine ?

9Les articles réunis dans ce volume s’intéressent à des auteurs et des sujets très divers. Il serait peu judicieux d’essayer de les rattacher tous à un thème ou un centre d’intérêt unique. On peut cependant remarquer que beaucoup d’entre eux renvoient, de façon contrastée, à la problématique de la conscience humaine, s’interrogent sur la nature de cette conscience, sur son pouvoir de transformation, et traitent de la recherche d’un langage capable d’en exprimer les perceptions et les aspirations.

10Alan Riach démontre par exemple que l’image du potentiel humain et national, évoquée par Hugh MacDiarmid dans A Drunk Man Looks at the Thistle, doit beaucoup à l’idée élitiste de « l’essentiel » développée par Paul Valéry ; il montre aussi comment, pour MacDiarmid, la construction de la « conscience du monde » procède de la définition par Valéry du « continu », de sa foi dans l’interdépendance entre phénomènes humains et matériels et dans notre capacité à expliquer et à exprimer cette interdépendance. Une conviction semblable est au centre des œuvres de Neil Gunn et de Marcel Proust, lesquelles sont liées, comme le dit Richard Price, par « des connexions psychologiques entre des instants de temps et de conscience que rien d’autre n’unit ». Price a choisi de placer en tête de son essai deux passages essentiels, tirés des œuvres de ces deux auteurs, qui décrivent tous deux une révélation, une prise de conscience soudaine, la réalisation transcendantale que le moi dépasse la routine de la vie quotidienne. De par leur nature, ces passages se rapprochent des instants de révélation placés par MacDiarmid à la fin de In Memoriam James Joyce pour illustrer le moment où l’individu se choisit lui-même.

11On peut considérer que l’enthousiasme de Ian Hamilton Finlay pour la Révolution française dénote un orgueil blessé comparable à celui de MacDiarmid. Pour Finlay, l’utopie libérale, en niant les liens d’interdépendance entre culture et pouvoir, entrave le potentiel humain. Le projet élaboré par Finlay pour le bicentenaire aurait permis de confronter les promeneurs à un équivalent matériel des révélations décrites par MacDiarmid, Proust et Gunn ; mais, dans ce cas, la conscience éveillée par la disposition d’arbres fruitiers et de pierres marquées d’inscriptions aurait eu un aspect plus polémique. Quoi qu’il en soit, la forme d’art inspirée à Finlay par la Révolution française illustre on ne peut plus clairement sa propension à utiliser de longs morceaux d’histoire passée dans sa discussion du présent ; c’est aussi l’occasion de nous montrer, parfois même sans le vouloir, le pouvoir tangible et douloureux que ces moments passés exercent encore aujourd’hui sur la conscience contemporaine. Gavin Bowd souligne à juste titre l’opposition presque diamétrale entre Finlay et Kenneth White dans leur intérêt pour les traditions françaises. Pour White, ce n’est pas l’histoire mais la géographie qui importe, pas « la Terreur » mais « la Terre » et le rapport à cette dernière est assombri par des siècles de repli de l’Occident sur lui-même. La France de White n’est pas celle d’une tradition intellectuelle humaniste inaugurée par Descartes, c’est la France « des cartes du territoire », pour reprendre sa propre expression, qui privilégie « l’élémentaire » sur « l’essentiel ». Il est donc logique que l’étude de Michèle Duclos sur l’éclectisme de White se termine par une analyse des différentes régions de France où il a travaillé et qui ont inspiré certains de ses livres.

12Il est cependant intéressant de constater que, malgré une opposition aussi fondamentale, White et Finlay se rejoignent dans leur attirance pour des figures parfois qualifiées de marginales, des hommes qui se sont démarqués des courants majoritaires de la tradition littéraire ou historique : Robespierre et Saint-Just pour Finlay, toute une série de rebelles dont Rimbaud, Segalen et Artaud pour White. La nature est omniprésente dans les œuvres des deux hommes, de même qu’une recherche de la façon d’exprimer la relation de l’humanité à la nature. Leurs conclusions sont opposées mais l’on pourrait cependant voir plus qu’une ressemblance fugace entre l’austérité formelle de certaines œuvres de Finlay et l’intérêt de White pour le haïku ou d’autres formes de minimalisme.

  • 2 De Glasgow.

13À la culture institutionnalisée d’une société libérale, Finlay veut opposer la violence, pour lui indissociable d’un projet révolutionnaire digne de ce nom. Ce désir trouve un écho dans le combat de James Kelman pour imposer la manière de parler de ses personnages des quartiers défavorisés de Glasgow. Les critiques bourgeois et chatouilleux qui s’offusquent du vocabulaire « violent », « appauvri » et « répétitif » de ses anti-héros sont-ils les mêmes que ceux qui sursautent à la vision de la sculpture de Finlay, « Osso », et à la manière dont l’artiste a réutilisé les éclairs de l’insigne des Waffen-SS ? Certaines revendications de Kelman concernant le réalisme de sa fiction se rapprochent du désir de Finlay de travailler avec ce qu’il appelle « le donné ». Le parler écossais urbain que l’on trouve dans Glasgow Beasts de Finlay laisse penser que Kelman, peut-être par l’intermédiaire de la poésie innovante de Tom Leonard qui écrit en écossais glaswégien2, a plus de points communs avec Finlay qu’on aurait pu le croire de prime abord. Même si la matière et la manière de leurs œuvres sont très différentes, ils partagent une profonde méfiance envers la pensée utopique libérale. Émile Zola s’est servi du style indirect libre pour tenter d’exprimer le fonctionnement de la conscience humaine. Graeme MacDonald nous explique ce que Kelman a appris de Zola et nous montre aussi que le style de Kelman est un prolongement de ces expériences stylistiques françaises. Pour Kelman, Zola a été un exemple révolutionnaire ; la France dans son ensemble représente pour de nombreux personnages de nouvelles et de romans écossais la possibilité d’un changement radical ou d’un épanouissement personnel. Moira Burgess montre comment la France devient une « non-Ecosse », un lieu stimulant, libérateur où l’on peut entrevoir la liberté individuelle, sexuelle ou psychologique, y goûter, parfois même s’en emparer durablement. C’est un endroit où pour la Cassie de Janice Galloway un champ de tournesols évoque de façon inoubliable « tout ce sexe à l’état brut au milieu de la campagne française ». On retrouve à nouveau ces mots et ces idées si chers à MacDiarmid et Valéry : « potentiel », « perception » du potentiel, « conscience humaine », recherche de l’expression de cette conscience. Ce qui émerge de ces œuvres de fiction, c’est une vision de la France comme pierre de touche de toutes sortes d’« étrangetés ». Le titre du recueil de Janice Galloway, Foreign Parts, laisse déjà penser qu’on aura de France une meilleure perspective sur les réalités de la vie écossaise ; la France devient aussi un lieu où il est possible d’explorer librement sa différence psychologique et sexuelle.

14Le chapitre rédigé par Christopher Whyte nous montre comment le poète écossais Sydney Goodsir Smith a découvert chez le poète breton Tristan Corbière une dimension ironique qui éclaire l’évolution du nationalisme culturel au cours des deux premières étapes de la renaissance littéraire écossaise ; il insiste sur le rôle de la traduction qui contribue à élargir les centres d’intérêt, les perspectives et les moyens d’expression des littératures nationales et nationalistes. Ces traductions, comme celles étudiées par David Kinloch dans le dernier chapitre consacré aux traductions en écossais de Michel Tremblay, sont, pour reprendre le terme utilisé par le théoricien Antoine Berman, « des traductions potentialisantes » : elles permettent effectivement d’approfondir et de développer à la fois la culture source et la culture cible.

  • 3 Des italiques suivis d’un astérisque (*) signalent des occurrences en français dans le texte origi (...)

15Il n’y a plus une littérature française mais bien une grande diversité de voix littéraires s’exprimant en français dans tous les continents. Il paraît tout naturel alors de clore ce livre par un chapitre consacré aux traductions des œuvres d’un Québécois. L’immense popularité dont jouit Tremblay au Québec et sa stature internationale grandissante ont largement contribué à enrichir l’image du français. L’ensemble de son œuvre, qui semble à la fois narguer la culture anglophone d’Amérique du Nord et celle de France métropolitaine, a anticipé sur le mouvement caractéristique du monde intellectuel des quinze dernières années en esquissant les contours d’une ère « postcoloniale ». Les traductions de son œuvre en écossais nous procurent également des réflexions indirectes sur la relation entre « centres » métropolitains et « périphéries » vernaculaires, relation qui est abordée dans un certain nombre des articles qui constituent ce livre. Ces points suffiraient déjà à justifier la présence de Michel Tremblay dans cet ouvrage ; l’auteur devient tout à fait incontournable*3 quand on s’aperçoit que les traductions de Bill Findlay et Martin Bowman ont fait de lui l’un des dramaturges les plus joués en Ecosse ces dix dernières années.

16La perspective qu’ouvre la traduction aux personnages des romans et nouvelles de Janice Galloway, Ronald Frame ou A.L. Kennedy a également apporté à certains des auteurs cités ici la liberté de faire une révision critique d’idées ou d’attitudes associées à la France. Alan Riach nous rappelle comment MacDiarmid a rejeté avec force la pureté d’expression et le formalisme stylistique chers à Valéry tandis que Richard Price s’intéresse à la façon dont Gunn a mis en évidence la dimension bourgeoise de la description de l’enfance par Proust et la façon dont son énergie dynamique est figée, fossilisée dans l’ambre du temps perdu. Robin Purves, quant à lui, nous montre comment le monde imaginaire et subversif du comte de Lautréamont est revisité par Frank Kuppner qui en tire un doux amusement surréaliste. La violence que l’apocalyptique Finlay voudrait poser comme une morale vitale et une donnée culturelle n’est pas admise par Kuppner ou si elle l’est, comme dans ses romans, elle fait l’objet d’une investigation minutieuse avant d’être déplorée avec une tranquille compassion humaniste.

17On apprendra enfin dans le texte de Paul Barnaby en annexe que le goût des Français pour les traductions de textes écossais est loin de correspondre au sentiment que l’Ecosse elle-même a de la valeur de ses textes. Peut-être la littérature qualifiée, en Ecosse, de littérature de « stature internationale » ou conforme « à la tradition européenne » n’a-t-elle pas encore fait la percée qu’elle mérite ?

18Le lecteur ne manquera pas de relever certaines omissions manifestes. On pense immédiatement à la dette d’Alexander Trocchi envers l’existentialisme, aux lectures et traductions par Douglas Dunn de la poésie et du théâtre classique français ou encore à la traduction par Edwin Morgan de Cyrano de Bergerac. Ces rapprochements ayant déjà été largement commentés par ailleurs, il nous a semblé préférable de mettre ce livre à profit pour traiter des aspects moins connus du sujet. Des recherches ultérieures pourront bien sûr mettre d’autres liens en évidence ; l’œuvre de Veronica Forrest-Thomson en serait un exemple tout trouvé.

19Contrairement à ce qui s’est passé dans le domaine des arts plastiques, il apparaît, à la lecture de ce livre, que la France a exercé sur la littérature écossaise de ce siècle une influence sensible mais indirecte. On peut certes penser que des artistes écossais comme Charles Rennie Mackintosh et J.D. Fergusson ont été les précurseurs d’un modernisme dont on situe généralement l’épicentre dans le Paris de l’après-guerre ; c’est de fait l’opinion défendue par Duncan Macmillan dans Twentieth Century Art in Scotland publié en 1994 par Mainstream. Les écrivains écossais, quant à eux, ne peuvent prétendre avoir participé aux débuts du modernisme en tant que tel, ni même l’avoir rallié et revendiqué ostensiblement par la suite. Ils ont plutôt, comme le montre ce livre, suivi l’exemple français avec prudence et frilosité si bien que ce que l’on pourrait prendre chez MacDiarmid, Kuppner ou d’autres pour de l’importation frauduleuse s’avère finalement une fabrication locale, réalisée grâce à des techniques empruntées aux Français mais judicieusement et finement adaptées aux préoccupations et spécificités écossaises. Cette démarche dénote parfois une tendance un peu décevante à admirer la France surtout parce qu’elle n’est pas l’Angleterre ou peut-être même simplement parce qu’elle n’est pas l’Ecosse, ce qui dessert les trois pays à la fois ; ce livre montre cependant que la littérature écossaise s’est caractérisée tout au long de ce siècle par un intérêt sincère et durable pour la littérature française, et, plus récemment, francophone sur le plan stylistique comme sur le plan thématique. Longue vie à la « nouvelle alliance » !

Notes

1 On consultera avec intérêt sur la vieille alliance : James Laidlaw éd., The Auld Alliance : France and Scotland over 700 Years, Edimbourg, Communications and Public Affairs, The University of Edinburgh Centre, I999.

2 De Glasgow.

3 Des italiques suivis d’un astérisque (*) signalent des occurrences en français dans le texte original.

© UGA Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540