Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la Poésie-Scientifique & autres écrits

 | 
René Ghil

Éléments biographiques

Texte intégral

11862. René-François Ghilbert naît à Tourcoing, le 27 septembre, de François-Joseph Ghilbert, garçon de table, originaire du Hainaut, et Marie Melun, tailleuse, native de Saint-Martin-les-Melle (Deux-Sèvres). La même année paraît la traduction française de De l’origine des Espèces de Charles Darwin (traduction et préface de Clémence Royer). Ayant, semble-t-il, considérablement arrondi leurs revenus, ses parents s’installent à Rabalot, près de Melle et des grands-parents maternels de René, non sans acquérir une maison de rapport à Paris (Grenelle) et la villa du Sublet à Melle.

21868. Traduction française du tome I de la Théorie physiologique de la musique de Hermann von Helmholtz (par Guéroult et Wolf ; le tome II sera publié en 1874).

31870. Les Ghilbert s’installent à Paris, 12, rue Montaigne : c’est bientôt le Siège et la Commune.

41871. Traduction française des Premiers principes de Herbert Spencer (par Émile Cazelles).

51877. Traduction française de la Philosophie de l’inconscient d’Eduard von Hartmann (par Nolen).

  • 1 Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 1. L’élève Ghilbert obtint quant à lui, pour l’année 1882-18 (...)
  • 2 Voir A. Fontainas, Mes souvenirs du symbolisme, Bruxelles, Labor, 1991, p. 39-40.

61882. Au lycée Fontanes (anciennement Bonaparte, redevenu plus tard Condorcet), René Ghilbert a pour condisciples : en philosophie, Georges Michel (Ephraïm Mikhaël), Stuart Merrill, Rodolphe Darzens, André-Ferdinand Hérold, Charles-Eudes Bonin ; en rhétorique, Pierre Quillard (« de nous tous le meilleur élève1 ») et André Fontainas (qui avait déjà publié un « Conte indien » dans La Jeune Belgique) ; et en seconde, Georges Van Omerlingen (Georges Vanor, le futur auteur de L’Art symboliste) ; étudiant l’allemand, aucun d’eux – à l’exception de Fontainas2 – n’eut donc Mallarmé comme professeur. Les vacances d’été le ramènent comme chaque année chez les Melun. À la rentrée, les six premiers sont en philosophie, tandis que Marcel Proust entre en cinquième…

  • 3 Précisions apportées par Ghil (« en 82, il me semble […] alors que nous étions en philosophie ») d (...)

71883. Premiers poèmes imprimés, sous le nom de René Guilbert, dans Le Fou, « simple petit bulletin littéraire, lithographié et de peu de durée, rédigé par “la pléiade de Fontanes”3 » à l’initiative de Quillard (14 et 21 mai). Avec Merrill, il est également au sommaire de La Ruche d’Henri Jouve. C’est le vendredi, déjà, que l’on prend l’habitude de se réunir chez Ghil ou, alternativement, chez Quillard.

81884. L’année d’À rebours et des Poètes maudits. Il découvre l’œuvre et l’esthétique de Mallarmé, censément lors d’une conférence de Catulle Mendès sur la « Légende du Parnasse », salle des Capucines (novembre), et se consacre à la rédaction de Légende d’Âmes et de Sangs ; mais il reste fort délicat d’établir selon quelle chronologie relative et, par conséquent, dans quelle mesure l’influence des premières put être déterminante sur la seconde.

  • 4 Ghil pour sa Légende et Laforgue pour ses Complaintes sont associés, pour leur illisibilité suppos (...)
  • 5 Ces entrevues sont racontées dans « Quatre visites à Verlaine », Les Dates et les Œuvres, op. cit. (...)

91885. L’année des Complaintes, mais aussi de Germinal, et de la mort de Victor Hugo. Parution de Légende d’Âmes et de Sangs, recueil de « poèmes en essai », sous la double invocation de Zola et de Mallarmé (janvier)4 : intitulée « Mes idées », la préface constitue une première ébauche du Traité du Verbe. Une lettre enthousiaste de Mallarmé, suivie de peu de celle de Huysmans, lui ouvre les portes de la rue de Rome (7 mars). Ghil avec le groupe de Fontanes au quasi complet est au sommaire de La Basoche, revue fondée en novembre 1884 à Bruxelles par Fontainas avec Charles-Henry de Tombeur, pour une série d’articles intitulée « Sous mon cachet » (juin-octobre), où l’on trouve la première définition imprimée du « Symbole » (juillet) : c’est la seconde mouture du même Traité. Il devient un « mardiste » assidu, rencontre Verlaine (novembre-décembre-janvier)5 et Gustave Kahn (novembre-décembre).

101886. Traité du Verbe : d’abord dans La Pléiade de Darzens (juillet-août), puis en volume (fin août), chez Giraud, par l’entremise du même Darzens, qu’il avait introduit un an plus tôt rue de Rome ; cette première édition, très remarquée, était adornée du célébrissime « Avant-dire » de Mallarmé, qui disparut dès la troisième (1888). À l’unisson d’une presse déchaînée – entre indignation et hilarité –, Francisque Sarcey l’éreinte grossièrement, en compagnie de Mallarmé, dans La France (1er septembre). Moréas publie son manifeste du Symbolisme au Figaro (18 septembre).

  • 6 Ghil, dans Les Revues d’avant-garde, op. cit., p. 144.
  • 7 Il y distinguera cependant Laforgue et « sa très spéciale pensée » (28 octobre).

11Ghil est au sommaire de la Revue wagnérienne d’Édouard Dujardin (janvier). Il collabore également à La Vogue dont Léo d’Orfer et Félix Fénéon viennent de confier la rédaction à Gustave Kahn, mais aussi au Décadent littéraire et artistique de « ce pauvre Anatole Baju6 », au Scapin d’Alfred Vallette, fondé l’année précédente par Émile-Georges Raymond, où d’Orfer tranche pour Ghil contre Moréas (1er octobre), et à l’éphémère et très polémique Décadence artistique et littéraire du même Raymond, dont il prend la direction de fait, en y publiant « Notre École », manifeste de « l’école Symbolique et Harmoniste » (1er octobre) : c’est une déclaration de guerre audit Baju… et au « décadisme7 ». Entre-temps, Mallarmé l’a reçu à Valvins (été). Traduction française du Monde comme volonté et comme représentation d’Arthur Schopenhauer (par Auguste Burdeau) et des Éléments de psychologie physiologique de Wilhelm Wundt (par Élie Rovier).

121887. Fondation des Écrits pour l’Art, première série, émanation du « groupe Symbolique et Instrumentiste », à l’initiative et aux dépens de Gaston Dubedat, critique musical au Scapin : y contribueront, Mallarmé, Merrill, Vielé-Griffin, Villiers de l’Isle-Adam, Henri de Régnier, Georges Knopff, Verhaeren, etc. (7 janvier-juin). Il rend visite à Sully Prudhomme (8 janvier). Le Geste ingénu : première édition (février), saluée par le datant article de Verhaeren dans L’Art moderne (24 avril). Les Gammes, premier et très maniériste recueil de Stuart Merrill, sont dédiées « À René Ghil, Maître de la Musique du Verbe » (février). Teodor de Wyzewa attaque Ghil et les Écrits dans sa chronique « Les livres » de la Revue indépendante dirigée alors par Dujardin (avril, mai), Ghil rétorque dans les Écrits (juin) : c’est le début de la querelle entre le Symbolisme et ce qui deviendra la Poésie scientifique. Il rencontre Verhaeren à Paris (mai) ; dans une lettre, il lui confiera ses déceptions, notamment à l’égard de Verlaine et de Mallarmé (17 décembre). Dès l’interruption des Écrits, Albert Mockel lui ouvre les pages de La Wallonie qu’il a fondée un an plus tôt (août, novembre) : Ghil y collabore jusqu’en 1889 ainsi que le « groupe Symbolique et Instrumentiste ». Le Figaro publie une lettre dans laquelle il affirme n’avoir aucun lien avec l’« École décadente », et qui suscite le mécontentement de Mallarmé (28 août). Kahn publie Les Palais nomades.

  • 8 Marcel Batilliat (Lyon, 1871-1941) : La Joie, 1905 (compte rendu par Ghil dans Écrits pour l’Art, (...)
  • 9 Colonel Paul Gros-Long, dit Pierre Devoluy (Châtillon-en-Diois, 1862-1932) : Flumen, 1890 (compte (...)
  • 10 Tous collaborateurs des Écrits, les trois derniers sont, diversement, cités par Ghil dans sa répon (...)

131888. René Ghilbert, dit René Ghil, épouse Anna-Alice Blanchon, le 20 août, à Melle d’où elle est native, et s’installe avec elle à Paris, 16 bis, rue Lauriston, au 4e étage, sur la cour. Il y reçoit chaque vendredi soir, et le dernier dimanche du mois. La vie matérielle est assurée par leurs parents, puis par l’héritage à la mort du père et par les revenus de la maison de Grenelle, que le poète partage avec sa mère. Jusqu’à sa mort, le couple fera chaque année des séjours de plusieurs mois au Sublet (généralement de juin à octobre). Rupture avec Mallarmé, à qui il continuera néanmoins d’envoyer ses livres (printemps) ; une lettre à Mockel fait état de ses reproches au Maître et évoque « Lamarck et Darwin : deux génies, les plus grands » (12 mai). George Moore mentionne l’affaire « Voyelles » et la récente parution du Geste ingénu, dans ses Confessions of a Young Man qui paraissent d’abord en français dans la Revue indépendante (mars-août). Écrits pour l’Art, deuxième série (7 juin, puis 15 novembre). La revue, cette fois, se présente expressément et exclusivement comme l’organe du « groupe Philosophique-Instrumentiste » : y collaboreront, en particulier, Mockel, Merrill, Verhaeren, Knopff, Marcel Batilliat8, Gaston et Jules Couturat, Albert Saint-Paul, Achille Delaroche, Jean Philibert, Pierre Devoluy9, Eugène Thebault, etc.10 ; elle durera jusqu’en 1892. Anatole France ironise sur Ghil et le Symbolisme, dans sa « Chronique de la vie littéraire » du Temps (5 août), et Ferdinand Brunetière le classe parmi « Symbolistes et Décadens » [sic], dans son retentissant article de la Revue des Deux-Mondes (1er novembre) : une abrupte mise au point s’ensuit dans les Écrits (15 décembre). Traité du Verbe : troisième édition (décembre), chez Deman, grâce à l’intercession de Verhaeren ; y apparaissent les deux parties successives intitulées « Méthode » et « Manière d’art », selon une structure en diptyque, augmentée d’un avant-propos et d’une postface (et allégée de l’« Avant-dire » de Mallarmé, ainsi que du chapitre consacré au « Symbole »), annonçant celle d’En Méthode à l’Œuvre. Toujours à l’unisson d’une presse égale à elle-même, Sarcey dégaine parmi les premiers, dans Le Petit Marseillais (décembre).

  • 11 Voir, sur cette nouvelle époque de la Revue (qui marque un véritable retournement de tendance), J. (...)

141889. Œuvre : Dire du Mieux, Le Meilleur Devenir suivi de Le Geste ingénu : premier volume de l’Œuvre-une, à laquelle Le Geste ingénu, profondément remanié, se trouve intégré a posteriori ; les différents volumes de Dire du Mieux paraîtront désormais régulièrement et dans l’ordre, imprimés par Émile Goussard à Melle (comme les Écrits pour l’Art), jusqu’en 1897. Réponse à La Jeune Belgique dans les Écrits (février), et publication simultanée de « Méthode Évolutive-Instrumentiste d’une poésie rationnelle », dans les Écrits pour l’Art (mai-juin) et la Revue indépendante, fondée en 1884 par Félix Fénéon et Georges Chevrier, dirigée ensuite par Dujardin, puis Kahn, et qui renaissait avec François de Nion (mai)11 : c’est un commentaire du Traité, où apparaît une première ébauche des ouvrages théoriques à venir. Il défend également ces positions dans La Plume que vient de fonder Léon Deschamps (mai, septembre, « Ce soir confidentiel ») et dans Les Annales artistiques et littéraires de Louis Taillis, dont Abel Pelletier est secrétaire de rédaction (« Résumé de ma Méthode évolutive », octobre) ; par ailleurs, toujours dans les Écrits, il se réclame explicitement d’Auguste Comte (septembre).

  • 12 Voir R. Montal, René Ghil : du symbolisme à la poésie cosmique, op. cit., p. 72-75 et R. Biétry, L (...)
  • 13 Descaves avait déjà publié un virulent article antimilitariste dans l’Indépendante (« Notes sur l’ (...)

15Des dissensions internes (juin-octobre), relayées par La Wallonie (juin, juillet), l’Indépendante (août) et Art et critique (septembre-octobre), exacerbent l’intransigeance de Ghil, et hypothèquent l’avenir des Écrits. Rupture avec Mockel et ses amis Saint-Paul et Delaroche : le schisme est consommé entre Symbolisme et Poésie scientifique (août)12. Il est étrillé dans La Littérature de tout à l’heure de Charles Morice, à son tour éreinté par J.-H. Rosny dans l’Indépendante réorientée (juin). Il compte parmi les signataires de la pétition, lancée entre autres par Darzens et publiée par Le Figaro, en faveur de Lucien Descaves, inquiété par le ministère de la Guerre pour ses Sous-Offs (24 décembre)13.

  • 14 Biétry évoque une véritable « offensive menée contre Ghil » : ibid. p. 243. Un exemple en est donn (...)

161889-1891. En butte aux attaques de la presse14, Ghil réside pour de longues périodes à Melle – « en mon Poitou » –, où il travaille aux parties rurales du Vœu de Vivre : non sans rendre coup pour coup – ni exposer à nouveau, chaque fois qu’il le peut, ses intentions.

171890. Objet d’une cinglante moquerie de Leconte de Lisle, il réplique avec virulence dans les Écrits (janvier). Mort de Dubedat (4 mai). Ghil est de nouveau au sommaire de La Plume (1er avril, avec une présentation par Merrill), de l’Indépendante (« La preuve égoïste », septembre), de la Revue méridionale d’Achille Rouquet, à Carcassonne (« Une poésie rationnelle évolutive », mars), et de La France moderne de Jean Lombard, à Marseille. Dans le jeune-né Mercure de France, il est malmené par A. V. (Alfred Valette) (« Les livres », avril), et réagit aussitôt (ibid., mai) ; dans La Plume encore (15 octobre), il publie une « Réponse aux Décadents » qui l’y avaient attaqué (15 septembre). Un article du Journal des Débats réclame pour lui « la compassion des honnêtes gens et la sollicitude des aliénistes » (7 mars) ; et dans L’Univers illustré, France s’entête à ne rien comprendre (29 novembre)…

  • 15 Sa contribution prend la forme d’une longue lettre, dont Huret ne donne que de brefs extraits, dat (...)
  • 16 « Nous venons d’assister à la défaite d’une école littéraire à coup sûr peu recommandable de par l (...)
  • 17 Deux autres éreintements du Pèlerin passionné, dus à Georges Bonnamour et Marie Krysinska, figurai (...)

181891. En Méthode à l’Œuvre, première édition. L’Enquête sur l’évolution littéraire, de Jules Huret, manifeste l’isolement, autant subi que provoqué, de Ghil (3 mars-5 juillet)15. Mais s’il est brocardé par Henri Mazel dans L’Ermitage (janvier), où il réplique aussitôt (février), il a trouvé de précieux alliés, à la Revue indépendante (que venait de reprendre Georges Bonnamour), en Gaston et Jules Couturat, deux des « vingt-six poètes » de « l’école Évolutive-Instrumentiste », qui après avoir stigmatisé le « Fiasco Symboliste16 » (juillet), lui consacrent une longue et empathique étude (« M. René Ghil », août). Lui-même y donne deux articles (« Du Pèlerin passionné », violente charge contre Moréas, février17 ; « Données évolutives. Une réponse », dont la cible est cette fois Paul Adam : août) et des extraits du Vœu de Vivre (avril).

  • 18 Ghil raconte toute l’affaire, non sans verve, dans Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 152-162.

19Il collabore à Chimère, revue symbolisto-occitane « de littérature et de critique indépendante », puis « d’insolence littéraire », dirigée par Paul Redonnel, et dont Devoluy est secrétaire de rédaction (septembre, puis février 1892). Suite à un canular de presse, Sarcey récidive dans Le xixe siècle (17 et 20 février)18 ; et il est la cible (en compagnie de Mallarmé, Tailhade, Verlaine et Rimbaud !) du venimeux article publié par le Dr Émile Laurent, « Poètes et dégénérés » ( !), dans la Revue de l’évolution sociale, scientifique et littéraire (septembre-octobre). Sept mois après le fameux Banquet du Pèlerin passionné (3 février), Moréas fait paraître son manifeste de l’école romane au Figaro (14 septembre).

  • 19 Son argumentation y évoque celle de La Rochefoucauld et ses « vertus apparentes » : mais un La Roc (...)

201892. Les Écrits pour l’Art, organe de « l’Art sociocratique » (janvier), rendent hommage à Émile Zola, à l’occasion de la parution de La Débâcle (août). La revue toulousaine Essais de Jeunes, d’Emmanuel Delbousquet, est considérée comme « ghiliste, antisymboliste et antimystique » par L’Ermitage (avril) : il y publie, en ouverture, « La jeune lutte » (avril) et « De la nature en poésie » (mai). On le voit régulièrement, en tant que membre du comité de rédaction, aux « Jeudis » de l’Indépendante : il y publie d’autres extraits du Vœu de Vivre (janvier et septembre), et surtout « Données évolutives. Sociocratie évolutive », où il s’en prend à Charles Morice et au schopenhauerisme ambiant (mars), et « Données évolutives. La Charité et l’Altruisme », où il distingue sa propre vision de l’Altruisme, selon l’Idée évolutive, de la Philanthropie moderne autant que de la Charité chrétienne (juin)19 ; suivent un compte rendu de Notation des gestes de Georges Polti (novembre) et « Jeune et vieille Belgique » dans la rubrique « Petites polémiques mensuelles » (décembre). Les Couturat y rendent compte du tome II du Vœu de Vivre sous le titre « De la Poésie scientifique » (novembre). Disparition des Écrits (décembre).

211893. Disparition de l’Indépendante (mars). Une période faste s’achève ; la traversée du désert, ponctuée de quelques brefs (et polémiques) retours sur le devant de la scène poétique, durera jusqu’en 1904. Au sommaire de la Revue blanche (15 avril), Ghil contribue au volume collectif L’Idée évolutive, aux éditions Savine, avec Batilliat, Devoluy, les Couturat, Delbousquet, etc. (« Commentaires à l’Œuvre et à la Méthode »).

221894. Il est au sommaire de L’Art littéraire de Louis Lormel et des Annales contemporaines de Séverin Caillot (« De l’unité de l’Œuvre », juillet). Il envoie à Mallarmé un exemplaire de L’Ordre altruiste : le Maître répond favorablement à cette tentative d’armistice (avril).

  • 20 Voir M. Décaudin, Anthologie de la poésie française du xixe siècle, Paris, Gallimard, « Poésie », (...)

231895. Il contribue au 1er numéro de L’Enclos de Vincent et Samon (« L’Organisme-humanité », avril). Revue à tendance anarchosyndicaliste menée par Louis Lumet, y publieront entre autres les frères Pelloutier, mais aussi Batilliat, Louis Frapié, ou de plus en plus fréquemment Charles-Louis Philippe, dont Ghil avait encouragé les débuts poétiques, point exempts de son influence20.

241896. Dans La Critique, de Georges Bans, il se démarque aussi bien du Naturisme que du Symbolisme (« De la Poésie scientifique », mai).

  • 21 M. Batilliat, « René Ghil et l’Œuvre-une », art. cité, p. 79.
  • 22 Appellation propagée par Maurice Barrès et Georges Clemenceau pour désigner les premières pétition (...)

251896-1897. Il collabore à l’Almanach de la question sociale pour 1896 (« La poésie de la science ») et à La Question sociale (« Matière et mouvement », février, mars-mai et juillet 1897), mais non au Tombeau d’Ephraïm Mickaël avec les autres anciens de Fontanes… 1897. L’année des Déracinés et des Nourritures terrestres : Ghil ne semble pas concerné… 1898. Œuvre : Dire des Sangs, Le Pas humain, au Mercure de France, cette fois : la parution de cette seconde partie de l’Œuvre-une sera interrompue dès le volume suivant, en 1901, au profit d’un « remaniement minutieux21 » et d’une nouvelle édition d’En Méthode à l’Ouvre et de Dire du Mieux, chez Messein. Elle ne s’achèvera qu’en 1912, 1920 et 1926, chez Figuière et de nouveau Messein. Au sommaire de l’Anthologie-Revue, publiée en français et en italien à Milan par Edward Sansot-Orland, et à laquelle collabore F.-T. Marinetti qui en devient l’un des rédacteurs, il signe un hommage posthume à Mallarmé dans Le Soir de Bruxelles (22 septembre). Signataire du « Manifeste des intellectuels22 » en faveur d’Alfred Dreyfus dès le déclenchement de la campagne publique pour la révision du procès de 1894.

261900. Exposition universelle : la rencontre, qu’il y fait, d’une jeune danseuse javanaise, outre qu’elle le confortera dans son goût prononcé pour les cultures et les langues orientales, l’amène à composer Le Pantoun des Pantoun, vaste poème lyrique indépendant de l’Œuvre. Cet écart sentimental autant que poétique n’est peut-être pas étranger au coup d’arrêt que subit l’élaboration de Dire des Sangs… Il est de nouveau au sommaire de la Revue blanche (« Réponse à M. Kahn », 1er décembre).

  • 23 Ghil racontera et commentera l’épisode, non sans humour, dans sa « Lettre sur la poésie française (...)

271901. Ghil prend la parole au Congrès des Poètes, sous la houlette de Catulle Mendès, à l’École des hautes études sociales (27 mars) : dans un climat général de néo-classicisme offensif et de nationalisme revanchard, xénophobe et triomphant, son intervention et la séance houleuse qui s’ensuivit, en soirée, sous sa présidence cette fois – on y réclama « la tête de Gustave Kahn », tandis que d’autres entonnaient L’Internationale ! –, ne furent pas particulièrement en phase avec un événement fort académique et agressivement provincial, qui se solda par la fondation d’une « École française23 ». Il est au sommaire de l’éclectique Beffroi de Léon Bocquet, fondé l’année précédente à Lille par Alphonse-Marius Gossez, et de la Revue franco-allemande (« Rectification », juin).

281902. Le Pantoun des Pantoun. Il préface Onze journées en force de Robert Randau et Sadia Lévy.

291903. « L’Instrumentation verbale » dans la revue Massis, à Constantinople (en traduction) ; « Chez les artistes. Léon de la Quintinie » dans La Revue du Bien.

  • 24 Voir Paris-Moscou/1900-1930, Paris, Centre Georges Pompidou/Gallimard, 1991, p. 517, 529 et 532.
  • 25 P. Read, « Apollinaire et Valery Brussov », Amis européens d’Apollinaire, M. Décaudin (dir.), Pari (...)

301904. Ghil est au sommaire de La Vie d’Alexandre Mercereau, Jean Valmy-Baysse, Charles Vildrac et René Arcos (première concrétisation du futur groupe de la « Libre Abbaye »). Il entame une longue et fructueuse collaboration à Viessy (« La Balance »), revue moscovite qui fut le principal organe du Symbolisme en Russie et où il publiera jusqu’en 1909 des poèmes (en français), des comptes rendus de volumes poétiques récemment parus en France et ses très batailleuses « Lettres sur la poésie française » (en traduction). Y collaborèrent également Jean de Gourmont, Rachilde, ainsi que Van Bever, surtout Mercereau qui en fut le secrétaire, puis Arcos. Son directeur, Valère Brussov (Valeri Brioussov), y publia une très longue « Étude » consacrée aux théories ghiliennes (décembre), suite à la publication du tout dernier état d’En Méthode à l’Œuvre24 ; bien plus tard, il « devait présenter ses [propres] théories dans un ouvrage intitulé Principes de la science de la versification (1924), dont le titre et l’esprit rappellent De la Poésie Scientifique, publié par René Ghil en 190[9]25 » : quelle put être l’effective influence de l’auteur du Traité sur le mouvement poétique russe ?

  • 26 Ce dernier, exclu dès le no 4 (mai) ; en revanche, c’est dans l’ultime numéro de la revue que Ghil (...)

311905. Jean Royère relance les Écrits pour l’Art (15 mars) : y contribuent entre autres John-Antoine Nau, Marinetti, Gaston Moreilhon, Brussov, Mercereau, Robert Randau, Edgar Baës, Georges Duhamel, Arcos, Vildrac, Tancrède de Visan26.

  • 27 Peintre, par ailleurs, apprécié d’Apollinaire : voir L’Intransigeant, 22 mars 1910, et Paris-Journ (...)

321906. Fin des Écrits (15 février). Une nouvelle traversée du désert se profile à l’horizon : elle s’accentuera après 1910 et durera jusqu’en 1919. Ghil lit son étude sur Marcel Lenoir, devant la société « L’Art pour tous », dans l’atelier parisien du peintre, qui réalisera son portrait l’année suivante27.

331907-1908. Il fréquente assidûment la « Libre Abbaye » de Créteil, dont il est un des membres adhérents.

  • 28 A. Boschetti, La Poésie partout, Paris, Seuil, 2001, p. 101. Y publièrent effectivement, entre aut (...)

341907. Il est au sommaire de Messidor de Louis Payen (mars-avril) et, comme d’autres membres ou proches de l’Abbaye, des Bandeaux d’Or, la revue fondée par Pierre-Jean Jouve, Théo Varlet et Paul Castiaux, et qui fut un temps « considérée comme l’organe de l’Unanimisme28 » (mai, août).

  • 29 Voir M. Décaudin, Anthologie de la poésie française du xixe siècle, op. cit., p. 317-318.

351909. De la Poésie Scientifique. Il donne deux légendes javanaises dans la revue Akademos que vient de créer Adelsward-Fersen (15 août), contribue à un hommage collectif à Mistral dans Le Gaulois (1er juin) et répond à l’enquête de la revue toulousaine Poésie de Touny-Lerys et Georges Gaudion : « Du futurisme au primitivisme » (été). Mort du chat Koutshing, « au nom de Java » ; il lui consacre un long poème funéraire et méditatif : « Le pantoun de Koutshing mort ». Il est épinglé (en compagnie de Royère, du « juif Kahn », d’Apollinaire et de quelques autres) dès le 1er numéro des Guêpes, la revue maurrassienne de Jean-Marc Bernard (janvier), et figurera parmi la liste (en alexandrins !) de « ceux qui ne collaboreront pas29 ». Marinetti publie son manifeste du Futurisme au Figaro (20 février) et Jules Romains celui de l’Unanimisme dans la Revue bleue (7 septembre).

  • 30 « Longtemps on a parlé de poésie scientifique. Mais… il ne peut y avoir de poésie scientifique. Co (...)
  • 31 Il ne ménagera pas pour autant son admiration, à l’auteur de L’Homme cosmogonique (1922), « l’un d (...)

361910. Ghil collabore à Apollon, revue pétersbourgeoise fondée l’année précédente par Viaceslav Ivanov, pour laquelle il est chargé de préparer un numéro consacré aux « Tendances modernes de la Littérature, de l’Art et de la Philosophie en France » : outre sa propre signature (« La poésie : les deux traditions poétiques »), on y trouve celles de Paul Adam, Alexis de Holstein, Louis Laloy, John-L. Charpentier, Marius-Ary Leblond. Nicolas Beauduin au nom du paroxysme en gestation s’en prend à la Poésie scientifique et à l’Instrumentation verbale, dans sa revue Les Rubriques nouvelles (« Les tendances nouvelles en poésie », 1er mai)30 : Ghil ne sera pas même mentionné, parmi les précurseurs et les compagnons de route de la nouvelle école, à l’heure des premiers bilans et des recherches d’alliances (« La poésie de l’époque », Le Mercure de France, janvier 1914)31.

371912. Il lit son hommage à Constantin Balmont, lors du banquet offert au poète russe, ancien collaborateur de Viessy, à Paris (24 janvier) ; il lit également son « Hommage à Goethe » au banquet-soirée de l’Œuvre de rapprochement intellectuel franco-allemand, à l’hôtel Lutetia (30 novembre). La toute jeune Mlle Wilma Knapp – « Moi, qui suis née à Java ! » – dit l’« Hommage à Camoëns » lors de l’inauguration du monument dédié au poète et navigateur portugais, auteur des Lusiades : quelques vers émus y évoquent l’esclave javanais qui lui sauva la vie et l’assista dans ses dernières années (13 juin). Il est au sommaire de Vers et Prose de Paul Fort (janvier-mars) et au comité de rédaction de la revue d’Henri Strentz et Marcel Millet, Les Horizons, en compagnie de Fernand Divoire et de Paul-Napoléon Roinard. Et il contribue à L’Idée libre, organe de la Libre Pensée (mai).

381913. L’année d’Alcools et de Du côté de chez Swann : Ghil ne semble pas concerné… Des poèmes de Ghil et de Mercereau sont récités lors du 4e spectacle du Théâtre idéaliste de Carlos Larronde. Il est à nouveau au sommaire de Vers et Prose (janvier-mars, octobre-décembre, « Considérations générales au sujet d’un livre récent », à propos du Livre d’Heures de Carlos Larronde) et de La Pensée russe (mars, à propos de Jeanne Perdriel-Vaissière et de Batilliat). Sous la houlette de Ferdinand Brunot, Ghil enregistre « Chant dans l’espace », premier des trois fragments menés à bien de Dire de la Loi, aux « Archives de la parole », à la Sorbonne (16 décembre, soit quelques jours avant Apollinaire).

  • 32 Pierre Louÿs, Royère, Henri Aimé, Kahn, André Spire, Henri Hertz, Fontainas, Paul Fort, Apollinair (...)

391914. Il assiste, en Sorbonne, à la première diffusion publique, présentée par Royère, de poèmes enregistrés par leurs auteurs eux-mêmes32, dont « Chant dans l’espace » (le 27 mai à 17 h) : suivant Apollinaire, il fut « avec Verhaeren le véritable triomphateur de cette séance ». Le bulletin mensuel des Amis de Camoëns publie son « Message à la chambre municipale de Lisbonne » (mars).

401915. « Aux volontaires du Portugal et du Brésil. »

411917. Casimir-Alexandre Fusil, La Poésie scientifique de 1750 à nos jours, son élaboration, sa constitution : première thèse de doctorat consacrant un large développement à l’Œuvre, examinée en rapport avec les théories d’En Méthode.

421918. Il renonce à donner une conférence sur Mallarmé, sous l’égide d’Art et Liberté (février). Après bien des délais, dus à son activité professionnelle (professeur de rhétorique au lycée de Bourges) puis à sa mobilisation, Fusil soutient en Sorbonne, devant un jury présidé par Gustave Lanson (15 juin), sa thèse, déposée dès 1914 ; sa première lettre à Ghil remonte au 18 janvier 1911. Celui-ci est au sommaire des Cahiers idéalistes français d’Édouard Dujardin, où il rend compte de la thèse de Fusil, et de la revue d’art de Justin-Frantz Simon, Les Trois Roses.

  • 33 Jacques Élie Henri Ambroise Mathieu Ernest Ner, dit Han Ryner ou Henri Ner (Nemours, Algérie, 1861 (...)
  • 34 Symptomatiquement, Rythme et Synthèse ne figure pas (la Revue du feu non plus, mais on y trouve Cr (...)

431919. Marcello-Fabri fonde la Revue de l’Époque (octobre), point seulement consacrée au synchronisme et qui s’ouvrira aux avant-gardes (il y vante Matisse, Severini, Marinetti, Picabia), à la psychanalyse (avec les articles de Han Ryner33) et ne négligera pas René Ghil : y contribueront, entre autres, Mercereau, Divoire, Royère, Broussov, Dujardin, Yvan Goll, Ricciotto Canudo, Paul Jamati, Nicolas Beauduin, Antoine Orliac, Philippe Soupault. Paul et Georges Jamati, assistés de Charles Cousin, fondent Rythme et Synthèse (novembre), revue de la « poésie cosmique », imprimée par Goussard et essentiellement consacrée à la divulgation et à la propagation de la pensée et de la poésie du Maître34 : y contribueront, entre autres, Noël Bureau, Gabriel Brunet, Vielé-Griffin, Dujardin, Orliac, Strentz, Paul Valéry, Cécile Périn, René Morand, Van Dooren, Georges Pillement. Au baptême de Pierre Jamati (fils aîné de Paul), dont il est le parrain, Ghil donne lecture de « Paroles pour l’imposition du nom », second des trois poèmes de Dire de la Loi, composé pour la circonstance. Marie-Antoinette Chaix, La Correspondance des arts dans la poésie contemporaine : seconde thèse de doctorat s’attachant plus particulièrement au Traité. Ghil est au sommaire de la Revue du Feu d’Arthur Pétronio, publiée en trois langues, français, anglais, allemand, à Amsterdam.

441920. Il collabore également, jusqu’en 1922, à la Revue de l’Époque, où il publie « Du sens universel de la Poésie scientifique » (mars-avril) et dans laquelle Marcello-Fabri lui consacre un long et élogieux article (juin). Sa réponse au questionnaire « Pourquoi écrivez-vous ? » paraît dans Littérature (janvier). Au mariage de Marcel Gromaire, il donne lecture de « Paroles pour le Mariage », troisième et ultime poème de Dire de la Loi, composé pour la circonstance (7 avril). Compte rendu de La Tradition de Poésie-scientifique, par Fusil, dans Rythme et Synthèse (octobre). Mort de sa nièce et filleule Hélène Alice Thibault, âgée de 22 ans : il consacre une brève plaquette hors commerce à sa mémoire.

  • 35 « Ce livre est la Guerre entière, il est tout ce qu’ont éprouvé par leurs cinq sens, des millions (...)

451921 Article de Fabri sur Ghil dans la Revue du Feu (mai). Au mariage de Georges Jamati et Yvonne Périn (fille de Georges et Cécile), il donne lecture de « Paroles pour le mariage » (4 avril). Il est à nouveau au sommaire des Cahiers idéalistes (octobre, « L’Ouragan », à propos du roman de guerre de Florian-Parmentier35). Il envoie à Pétronio, « pour la Revue du Feu », ses « Paroles à l’Élite future » qui paraîtront dans le n ° 1 du Libre Essor, à Liège : c’est une sorte de conclusion à ses « Écrits de guerre ».

461922. « Parmi l’Œuvre de René Ghil », soirée au Grenier jaune, salle attitrée du Laboratoire Art et Action, la compagnie d’expérimentation théâtrale de Louise Lara et Édouard Autant : poèmes dits par Mme Louise Lara, M. Pierre Lestringuez et Mlle Akakia-Viala (11 février). Rythme et Synthèse publie un « Hommage à René Ghil », plaquette hors commerce et à tirage limité, pour le soixantième anniversaire du poète (27 septembre). « Pour René Ghil et la Poésie scientifique », au Mardi poétique du Caméléon, le cabaret fondé à Montparnasse par Géo Charles et A. Mercereau (1922-1926) : conférence de Paul Jamati et lecture de poèmes par Art et Action (décembre).

471923. Les Dates et les Œuvres : une première mouture en avait été, de 1904 à 1909, les « Lettres sur la poésie française » qu’il avait destinées à Viessy. Compte rendu, par Paul Jamati, dans Rythme et Synthèse (juillet-août-septembre). Noël Bureau assume seul la direction de Rythme et Synthèse (novembre).

481924. André Breton publie le premier Manifeste du surréalisme. Visite de Pétronio (ou début 1925 ?).

  • 36 A. Got, « René Ghil, poète des écoliers », Rythme et Synthèse, numéro spécial, op. cit., p. 125-13 (...)

491925. « Le Pantoun des Pantoun », conférence de Noël Bureau (publiée dans Rythme et Synthèse, mars-avril) et spectacle de marionnettes javano-malais au Grenier jaune par le théâtre Art et Action, dans une mise en scène due à Akakia-Viala et Louise Lara (13, 14 et 15 février). Sollicité par Armand Got, instituteur et secrétaire de rédaction de La Renaissance provinciale à Bordeaux, en vue d’une anthologie scolaire, il lui envoie quatre poèmes, assortis de commentaires (mars), et devient ainsi « poète des écoliers36 ». Après une sérieuse alerte en été, René Ghil meurt le 15 septembre, d’une hémorragie cérébrale, à l’hôpital de Niort. Il est enterré dans le cimetière de Saint-Pierre, à Melle, sous un étrange monument évoquant quelque monolithe brut et adorné de sa signature gravée à même la matière. Le 25, paraît aux Nouvelles littéraires « Un curieux document inédit, René Ghil par lui-même » : texte autobiographique initialement rédigé pour la Revue de l’Époque. Le Sublet vendu (1928), Anna-Alice Ghil résidera à Paris jusqu’à sa mort, en 1954.

501926. Œuvre : Dire des Sangs, Les Images de l’Homme : dernier volume réalisé de l’Œuvre-une, paru à titre posthume tel que le poète l’avait préparé, mais sans qu’il ait eu le temps d’en revoir les épreuves. Reprise du « Pantoun des Pantoun » par Art et Action (23 et 24 octobre).

51Rythme et Synthèse publie son numéro spécial Hommage à René Ghil, qui sera le dernier : outre un poème liminaire et dédicatoire de Vielé-Griffin et, bien sûr, un inédit du poète disparu, on y rencontre les signatures de Paul et Georges Jamati, Florian-Parmentier, Marcel Batilliat, Noël Bureau, Gabriel Brunet, Marius-Ary Leblond, Gérard Walch, Constantin Balmont, Alexis et Alexandra de Holstein, etc. ; Paul Valéry lui-même y va de son hommage, en compagnie de Nicolas Beauduin, Saint-Pol-Roux, Fernand Divoire, Albert Mockel, Rachilde, Ferdinand Brunot, Édouard Dujardin… ; quelques lettres de Huysmans, Mallarmé, Verhaeren, Brussov, Paul Adam, John-Antoine Nau et Max Elskamp, des extraits de presse, une bibliographie, achèvent d’en faire une pièce de choix dans l’édifice ghilien.

521935. Quelques lettres de René Ghil : publication préparée par le Comité René Ghil pour le 10e anniversaire de sa mort. Lettres tour à tour intimes et littéraires, s’échelonnant de 1904 à 1925, à Brussov, Moreilhon, Bureau, Brunet, Batilliat, Beauduin, Larronde, Cousin, Paul et Georges Jamati, ainsi qu’à Georges Périn, Sadia Lévy, Jean de Cours, Charles Beaudouin, Hilda de Steiger, et à sa nièce, Hélène Thibault.

Notes

1 Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 1. L’élève Ghilbert obtint quant à lui, pour l’année 1882-1883, l’appréciation : « Bon élève, travail soutenu, résultats satisfaisants. »

2 Voir A. Fontainas, Mes souvenirs du symbolisme, Bruxelles, Labor, 1991, p. 39-40.

3 Précisions apportées par Ghil (« en 82, il me semble […] alors que nous étions en philosophie ») dans sa réponse à l’enquête de 1924 sur « Les revues d’avant-garde (1870-1914) », Belles-Lettres, p. 145 et dans Les Revues d’avant-garde (1870-1914) : enquête de 1924, Paris, Ent’revues/Jean-Michel Place, 1990 (reprint ; même pagination). « En 82 », c’est-à-dire, pendant l’année scolaire 1882-1883, mais le premier numéro de ce bulletin plutôt frondeur (il fut interdit dans l’enceinte du lycée) ne parut qu’en février 1883, et le douzième et dernier en juin. Sur Le Fou, mais aussi sur La Ruche, puis La Basoche et La Pléiade, voir J.-J. Lefrère, Les Saisons littéraires de Rodolphe Darzens, Paris, Fayard, 1998, p. 20-26, 42-43 et 69-88 ; une lettre de René Ghilbert à Rodolphe Darzens y est citée, p. 28-30. Sur Ghil et La Basoche, voir R. Montal, René Ghil : du symbolisme à la poésie cosmique, op. cit., p. 225-227. Sur Le Fou, voir également J.-M. Place et A. Vasseur, Bibliographie des revues et journaux littéraires des xixe et xxe siècles, Paris, Éditions de la Chronique des Lettres françaises, t. I, 1973.

4 Ghil pour sa Légende et Laforgue pour ses Complaintes sont associés, pour leur illisibilité supposée, par Robert Caze dans Le Voltaire (18 août) et Victor-Émile Michelet ou Darzens lui-même dans La Jeune France (septembre). Voir J.-J. Lefrère, Jules Laforgue, Paris, Fayard, 2005, p. 295-297.

5 Ces entrevues sont racontées dans « Quatre visites à Verlaine », Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 43-53. Première mouture dans « Lettres sur la Poésie française I. Un cycle poétique », Viessy, no 2, février 1904.

6 Ghil, dans Les Revues d’avant-garde, op. cit., p. 144.

7 Il y distinguera cependant Laforgue et « sa très spéciale pensée » (28 octobre).

8 Marcel Batilliat (Lyon, 1871-1941) : La Joie, 1905 (compte rendu par Ghil dans Écrits pour l’Art, novembre 1905). Disciple de la première heure au sein des Écrits, et distingué par Ghil qui le place en tête de la liste des « vingt-six poètes » de « l’école évolutive instrumentiste », dans sa réponse à l’Enquête de Jules Huret (« Marcel Batilliat, dont va paraître Elle toute, un délicieux et rationnel poème »), il participe au volume collectif L’Idée évolutive (1893) ; auteur d’un essai consacré à Paul Adam, 1903, il sera encore de l’hommage posthume rendu au Maître dans le numéro spécial de Rythme et Synthèse (1926, op. cit.), avec un article intitulé « René Ghil et l’Œuvre-une ». Entre-temps, il aura développé une œuvre romanesque abondante : Chair mystique, 1897 (compte rendu par Charles-Louis Philippe dans L’Enclos, mai 1897), La Beauté, 1900, Versailles-aux-Fantômes, 1902, La Vendée-aux-Genêts, 1908 (compte rendu par Apollinaire dans La Phalange, juillet 1908), La Liberté, 1912 (compte rendu par Ghil dans La Pensée russe, mars 1913), et une conception du roman, non dénuée de résonances ghiliennes (par exemple, dans la Revue de l’Époque, avril 1922) : à ses yeux en effet, le roman à venir – vers lequel tend tout son effort – « sera très largement humain, passionné de la vie et de sa beauté. Il mettra en scène les personnages réels, mais représentatifs d’une idée générale, d’une phase de l’évolution humaine, d’un état social. Il sera symbolique au sens éternel du mot. Le roman doit être et sera l’interprétation harmonieuse et décorative de la nature, de la vie et de la pensée. » (Cité dans H. Talvart et J. Place, Bibliographie des auteurs modernes de langue française, Paris, Éditions de la Chronique des Lettres françaises, t. I, 1928, p. 279-281.) Dans une belle lettre du 25 août 1921, Ghil rend compte à Batilliat de l’empathique lecture, qu’il vient de faire au Sublet, de son dernier roman, La Loi d’Amour, 1921. Il devait également laisser un Émile Zola, 1931.

9 Colonel Paul Gros-Long, dit Pierre Devoluy (Châtillon-en-Diois, 1862-1932) : Flumen, 1890 (compte rendu par Ghil dans Écrits pour l’Art, février 1891), Bois ton sang, 1892 (compte rendu par Ghil dans Écrits pour l’Art, août 1892) ; collaborateur des Écrits, de l’Indépendante et de la Revue occidentale, secrétaire de rédaction de la revue Chimère, il participe également au volume collectif L’Idée évolutive (1893) ; « après deux recueils en français, a surtout écrit en provençal » (P. Fort et L. Mandin, Histoire de la poésie française, op. cit., p. 77) : éditeur et traducteur de Mistral, il lui consacrera Mistral et la rédemption d’une langue, 1941.

10 Tous collaborateurs des Écrits, les trois derniers sont, diversement, cités par Ghil dans sa réponse à Huret (« Léon Dequillebecq [L’Épave, drame, 1898], Paul Souchon [Laudun, Gard, 1874 : Les Élévations poétiques, 1898 ; Hymne aux Muses, 1900 ; Nouvelles Élévations poétiques, 1902 ; plus tard Les Chants du stade, 1923], Jean Philibert qui ont des romans et des poèmes à l’étude [celui-ci avait en outre publié un article sur du Bartas dans les Écrits, en novembre 1889, un autre sur Ghil et la « Méthode » dans la Revue méridionale, en 1890] ; Pierre Devoluy, le poète de Flumen, un superbe poème évolutif, qui travaille à un second, sur la mission naturelle et sociale de la femme dans les âges et dans l’avenir […] ; Eugène Thebault [collaborateur de l’Indépendante, où il avait publié une « Paraphrase aux Niebelungen », janvier 1891] va publier Les Analogies, suite de poèmes rationnels ») ; mais non les dissidents Saint-Paul et Delaroche…

11 Voir, sur cette nouvelle époque de la Revue (qui marque un véritable retournement de tendance), J. Monférier, La Revue indépendante (1884-1893), Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1973, p. 347-460 : « Entre 1889 et 1892, La Revue indépendante devient un véritable instrument de combat contre l’idéalisme. Le “Réalisme scientifique” issu de J.-H. Rosny, après avoir prétendu triompher dans le roman, cherche à s’imposer dans la poésie : c’est le sens de la participation de René Ghil au combat mené par la Revue pour réconcilier l’art et l’époque moderne, pour que l’esprit positif et le sens du beau n’apparaissent plus comme antithétiques. » (P. 424-425.)

12 Voir R. Montal, René Ghil : du symbolisme à la poésie cosmique, op. cit., p. 72-75 et R. Biétry, Les Théories poétiques, op. cit., p. 197-207. En revanche, rien à ce sujet dans Les Dates et les Œuvres…

13 Descaves avait déjà publié un virulent article antimilitariste dans l’Indépendante (« Notes sur l’exposition de la guerre », août 1889), et Rosny y rendit compte des Sous-Offs (novembre-décembre).

14 Biétry évoque une véritable « offensive menée contre Ghil » : ibid. p. 243. Un exemple en est donné par l’article venimeux d’E. Vivien publié dans Le Républicain de l’Ouest, à Niort, le 22 juin 1889, suivi de la réponse de Ghil, le 29 juin, puis, le 18 juillet, de la diatribe d’un lecteur ( ?) anonyme, et d’une nouvelle réponse du poète offensé, le 25 juillet : la bataille de Niort devait, bien plus tard, tourner à son avantage, par le truchement de Paul Zahori, qui y publia une étude sur lui dans La République de l’Ouest, les 13, 20 et 25 mai 1893…

15 Sa contribution prend la forme d’une longue lettre, dont Huret ne donne que de brefs extraits, datée de « Melle, mars 1891 » (Huret lui avait écrit le 9) : signe qu’il séjourne alors loin de Paris, largement en dehors de la période estivale.

16 « Nous venons d’assister à la défaite d’une école littéraire à coup sûr peu recommandable de par l’injustifiée prétention de ses adeptes, la navrante impuissance dont elle a fait preuve, la vacuité de ses théories, la bassesse de ses tactiques. » (Revue indépendante, juillet 1891, p. 1.)

17 Deux autres éreintements du Pèlerin passionné, dus à Georges Bonnamour et Marie Krysinska, figuraient au même numéro.

18 Ghil raconte toute l’affaire, non sans verve, dans Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 152-162.

19 Son argumentation y évoque celle de La Rochefoucauld et ses « vertus apparentes » : mais un La Rochefoucauld frotté de Darwin, et résolument optimiste (en dépit de tout).

20 Voir M. Décaudin, Anthologie de la poésie française du xixe siècle, Paris, Gallimard, « Poésie », tome II, 1992, p. 38-40. Au sommaire de L’Enclos figurent également André Ibels, avec deux scènes de sa Gloire de Judas (déc. 1895), et à plusieurs reprises D. Maysonnier, avec deux sonnets et deux livraisons de son « Éthique sociale » (juil. 1895 et nov. 1896). Ghil, qui l’avait mentionné dans sa réponse à Huret (« D. Maysonnier publiera en octobre le premier livre de Vers l’Occident meilleur »), avait préfacé son volume, mimétiquement intitulé La Lutte meilleure : I Des fins de jours, en 1892 (imprimé par Goussard, à Melle) ; dans le numéro de juil. 1895, le Maître conclut immédiatement après le disciple en rendant compte de la Psychologie de l’anarchiste socialiste d’Augustin Hamon (qui lui rend hommage dans le numéro posthume de Rythme et Synthèse, op. cit.). Son ami Franck Vincent, également salué par Ghil dans sa réponse à Huret (« Franck Vincent, qui va publier un poème d’une très large pensée, Le Cycle évolutif »), dédia « À mon Maître et Ami René Ghil, en dévouement et affection » son volume, non moins mimétiquement intitulé Les Genèses : le cycle évolutif (livre-préface), en 1893 (également imprimé par Goussard, à Melle).

21 M. Batilliat, « René Ghil et l’Œuvre-une », art. cité, p. 79.

22 Appellation propagée par Maurice Barrès et Georges Clemenceau pour désigner les premières pétitions parues dans L’Aurore à la suite de la publication de « J’accuse » de Zola (13 janvier).

23 Ghil racontera et commentera l’épisode, non sans humour, dans sa « Lettre sur la poésie française II. De quelques poétiques rétrogrades actuelles », Viessy, no 3, mars 1904, et dans Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 287-291. Voir également E. Raynaud, La Mêlée symboliste, op. cit., p. 373-383.

24 Voir Paris-Moscou/1900-1930, Paris, Centre Georges Pompidou/Gallimard, 1991, p. 517, 529 et 532.

25 P. Read, « Apollinaire et Valery Brussov », Amis européens d’Apollinaire, M. Décaudin (dir.), Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1995, p. 192. Suivant Marie-Aude Albert, c’est plutôt Volochine qui aurait imposé Ghil à Brussov : il est vrai qu’elle le juge « confus et verbeux » (Maximilian Volochine. Esthète, poète et peintre, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 79). Henri Meschonnic, quant à lui, n’hésite pas à écrire à propos de Ghil : « Il est aussi revenu en France par les Russes […]. Sa théorie se retrouve en partie chez Biely, en partie chez les futuristes. » (Paris-Moscou/1900-1930, op. cit., p. 626-627.) Ce dont témoigneraient, pour le premier, qui collabora activement à Viessy, des phrases telles que : « Les sons sont d’anciens gestes dans les millénaires du sens […] Ainsi la gestuelle des sons compose-t-elle une danse. L’art des sons rythmiques est la langue des langues […] La Terre se forme, l’éther sonore s’affine en éther de vie. Union, dissociation sont désormais rythme conscient, alchimique. Et sa manifestation est l’union des sons : le langage se constitue […] J’ai à dire la vérité sauvage du son. » (A. Biely, Glossolalie, Caen, NOUS, 2002, p. 20, 21, 82 et 37.) Serge Fauchereau, également, le suggérait naguère : « Ghil était très connu en Russie, ses théories d’instrumentation verbale n’ont certainement pas été sans effet sur certaines théories futuristes et sur la zaoum. » (« Symbolisme littéraire », Futurisme & Futurismes, P. Hulten (dir.), Paris, Le Chemin vert, 1986, p. 177.)

26 Ce dernier, exclu dès le no 4 (mai) ; en revanche, c’est dans l’ultime numéro de la revue que Ghil introduisit Arcos et Vildrac (février 1906). Dès 1906 (15 juillet), le même Royère fonde La Phalange, dont Apollinaire deviendra dès 1907 un collaborateur régulier : comment imaginer qu’il n’ait pas été question alors, entre les deux poètes, de Ghil, dont le premier était un des plus fervents admirateurs ? Ou faut-il supposer que le malentendu, qui mena à la disparition rapide des Écrits, avait au moins momentanément tempéré cette admiration ? (Voir, sur ce point, M. Décaudin, La Crise des valeurs symbolistes (1960), Genève/Paris, Slatkine, 1981, p. 193-194 ; en tout état de cause, nulle mention ni des Écrits ni de Ghil dans la réponse de Royère à l’enquête des Belles Lettres, Les Revues d’avant-garde, op. cit., p. 187-188 ; et pas plus, en 1929, dans Le Musicisme…) Seulement nommé parmi d’autres – entre Kahn et Claudel… – dans « La Phalange nouvelle » (1908), l’auteur du Vœu de Vivre apparaissait pourtant au jeune Apollinaire comme « le plus grand poète de son temps […], en dépit de sa syntaxe » (1903). Mais il ne reçoit aucune rose dans « L’antitradition futuriste » (1913) et doit attendre la diffusion, en Sorbonne, de son enregistrement de « Chant dans l’Espace » pour se voir de nouveau qualifié, sous la plume admirative de l’auteur d’Alcools, de « grand poète » (1914). Ghil, pour sa part, ne semble pas même avoir aperçu Apollinaire…

27 Peintre, par ailleurs, apprécié d’Apollinaire : voir L’Intransigeant, 22 mars 1910, et Paris-Journal, 11 juin 1914.

28 A. Boschetti, La Poésie partout, Paris, Seuil, 2001, p. 101. Y publièrent effectivement, entre autres, Arcos, Vildrac et Duhamel…

29 Voir M. Décaudin, Anthologie de la poésie française du xixe siècle, op. cit., p. 317-318.

30 « Longtemps on a parlé de poésie scientifique. Mais… il ne peut y avoir de poésie scientifique. Comment avoir foi dans les données de la science ? Les savants eux-mêmes renversent leurs propres dogmes. » (Cité par L. Somville, Devanciers du surréalisme, op. cit., p. 95.)

31 Il ne ménagera pas pour autant son admiration, à l’auteur de L’Homme cosmogonique (1922), « l’un des poètes marquants de l’heure présente » (Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 282-283).

32 Pierre Louÿs, Royère, Henri Aimé, Kahn, André Spire, Henri Hertz, Fontainas, Paul Fort, Apollinaire, Ghil, Maurice de Faramond, Verhaeren.

33 Jacques Élie Henri Ambroise Mathieu Ernest Ner, dit Han Ryner ou Henri Ner (Nemours, Algérie, 1861 - Paris, 1938). Auteur prolifique et protéiforme (L’Homme-fourmi, 1899 ; Le Crime d’obéir, 1900 ; Les Paraboles cyniques, 1913 ; Les Pacifiques, 1914 ; Le Père Diogène, 1920 ; L’Église devant ses juges, 1937 ; Un art de vivre, posthume, 1968), apprécié de Rosny aîné autant que d’Apollinaire ou de Florian-Parmentier qui le publia, et sacré « prince des Conteurs » par les « Treize » de L’Intransigeant (1912 ; voir A. Billy, L’Époque contemporaine, Paris, Tallandier, 1956, p. 155), pourfendeur de tout « servilisme » comme de tout « dominisme », et qualifié à tort ou à raison d’anarchiste, conférencier infatigable, il s’était prononcé pour le « subjectivisme » (1909) : « On voit l’admirable esthétique qui se dégage de cette philosophie. Les faits, matière de la connaissance ou de la réalisation artistique, sont indifférents. Nous ne devons nous intéresser qu’aux formes que subit cette matière dans les esprits puissants. La vérité, la beauté particulière à tel ou tel écrivain, à tel ou tel artiste, c’est une conquête individuelle, c’est une création de conquérant. » (Florian-Parmentier, cité dans G. Walch, Anthologie des poètes français contemporains (1906), Paris, Delagrave, 1913, t. III, p. 601 [additions].)
C’est dans la rubrique « Philosophie » de la Revue de l’Époque, à partir de février 1920, qu’il donna « une série d’articles, sept en tout, au cours desquels, faisant le compte rendu de nombreux ouvrages de psychologie ou de psychanalyse, il présenta et commenta les théories de Freud » (L. Somville, Devanciers du surréalisme, op. cit., p. 158-167, et D. Steel, « Les débuts de la psychanalyse dans les Lettres françaises : 1914-1922 », Revue d’histoire littéraire de la France, 79e année, no 1, 1979, p. 72-74) – et notamment dans le no 5 (février, « La psychanalyse ») et le no 7 (mai, « Du rêve »). C’est à n’en pas douter l’une des sources d’information de Ghil, sur ces questions (rendant lui-même hommage à la Revue de l’Époque, il écrit, dans Les Dates et les Œuvres, op. cit., p. 326 : « – Marcello-Fabri rendit hommage à l’œuvre d’Han Ryner – ») ; mais il avait certainement eu connaissance des différents articles, favorables et défavorables à Freud, publiés depuis 1913 au Mercure de France (voir, sur ce point, D. Steel, ibid., p. 68-72).

34 Symptomatiquement, Rythme et Synthèse ne figure pas (la Revue du feu non plus, mais on y trouve Créer) dans le « Répertoire descriptif » très précis dressé par Richard L. Admussen dans Les Petites Revues littéraires, 1914-1939, Saint Louis (Missouri)/Paris, Washington University Press/Nizet, 1970. Il est vrai qu’elle a eu le malheur de paraître pendant un peu plus de cinq ans : mystère et misère des critères…

35 « Ce livre est la Guerre entière, il est tout ce qu’ont éprouvé par leurs cinq sens, des millions d’hommes qui habitèrent quotidiennement la certitude immédiate de leur cadavre !… » Violemment attaqué dans Le Crapouillot, Florian-Parmentier remercie Ghil dans une lettre émouvante où il lui confie, outre ses démêlés avec la Commission des dommages de guerre qui vient de le « sabrer », la dureté d’une vie de privations, revers et condition de son engagement littéraire, absolu (lettre inédite, 28 octobre 1921). Voir également, sur ce point, le beau portrait que fit Lucien Aressy de « l’auteur de ce livre prodigieux : L’Ouragan », dans : La Dernière Bohème. Verlaine et son milieu (1923), Paris, Jouve & Cie, 1944, p. 221-222.

36 A. Got, « René Ghil, poète des écoliers », Rythme et Synthèse, numéro spécial, op. cit., p. 125-135.

© UGA Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540