Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du Futur

 | 
António Vieyra

Introduction

3. La vie exemplaire et paradigmatique d’Antoine Vieyra (bref hommage au doyen Cantel et au lusitanisme historique)

Texte intégral

  • 23 Rappelons, pour mémoire, les deux volumes monumentaux de Lúcio de Azevedo, en 1918, História de An (...)
  • 24 Successivement, Les Sermons de Vieira : étude du style et Prophétisme et messianisme dans l’œuvre (...)

1Pas plus qu’il n’était dans notre propos de juger de l’orthodoxie religieuse du discours et de l’entreprise d’Antoine Vieyra, il ne saurait être question de refaire ici une nouvelle biographie du grand sermonnaire. Cela a été largement fait, dès le XVIIIe siècle puis, selon des critères plus proches de la critique moderne, dès la fin du XIXe siècle et au début du siècle suivant23. À l’autre bout de la chaîne des honneurs rendus, le cinéma lui-même s’en est emparé, à travers le très beau film de l’inusable Manoel de Oliveira, sous le titre très signifiant de Verbe et Utopie (2003). Par contre, et puisque que Vieyra, dans ses écrits, se réfère si fréquemment aux Pères de l’Église, il nous a paru non seulement légitime, mais nécessaire, de rendre ici hommage au doyen Raymond Cantel, l’un des « pères fondateurs du lusitanisme français », lequel a rédigé en son temps une double et magistrale thèse sur l’œuvre d’Antoine Vieyra, l’une des toutes premières dans un secteur qui était alors pionnier, sinon ésotérique, pour le commun des lettrés24.

2Nous profiterons donc de ces remarques liminaires, indispensables au bon entendement de l’homme et de son grand œuvre, pour donner la place que mérite en la matière le regretté Raymond Cantel, même si, depuis les prémices de l’aventure, des travaux plus récents, et nombreux, sans doute inspirés par un aussi brillant initiateur, n’ont fait qu’enrichir la matière, sans jamais d’ailleurs en démentir la sagacité originelle.

3À ce propos, nous verrons plus loin, plus en détails, tout aussi bien ce qui fait la gloire publique d’Antoine Vieyra, et ce par quoi il est resté au panthéon des célébrités, que le fonctionnement de cette extraordinaire et redoutable machine du Quint Empire et Espérances du Portugal, mais il importe de retracer ici brièvement ce qui définit le personnage dans sa longue, hasardeuse et remarquable existence.

  • 25 Pour d’autres détails ponctuels, on se reportera à la chronologie proposée à la fin du présent ouv (...)
  • 26 Voir, entre autres, à ce propos, les travaux récents de Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Les Ouvr (...)

4On soulignera ainsi le caractère précoce et impérieux de la vocation qui saisit le jeune Antoine, là-bas, du côté de Salvador de Bahia, vers 162325, et qui lui fait abandonner sa famille, pourtant raisonnablement aisée, pour entrer dans la Compagnie de Jésus, qu’il ne quittera plus jamais usque ad mortem. Pendant de longues années durant, sous l’humble bure des soldats du Christ, l’ambassadeur de sa majesté Jean IV, roi du Portugal, le sermonnaire brillant que tout Rome et tout Lisbonne s’arrachent, ne cessera, outre son grand rêve messianique, d’œuvrer pour la conversion des gentils, en l’occurrence cette immense foule des inconnus, ou des oubliés, de la Bible, les Amérindiens26. Un parcours aussi constant et linéaire, entre les ors les plus glorieux et les brousses les plus impénétrables, malgré les désillusions, les attaques de tous ordres, l’affront de l’Inquisition, l’emprisonnement qui s’ensuit, sans oublier les incessants voyages d’un côté à l’autre de l’Atlantique, assortis d’inévitables naufrages ou d’attaques de corsaires, et de fantastiques pérégrinations pastorales dans les immensités sauvages du Brésil, tout cela mérite le recueillement et un silence admiratif. Quel homme, quelle passion !

  • 27 Date du coup d’État qui permet la « restauration » de la Maison de Bragance sur le trône portugais (...)

5Il y a ainsi dans la vie de Vieyra des constantes intangibles, son apostolat des Indiens, son verbe fulgurant qui remplissait les églises, son projet fou de Quint Empire. Il y aussi des phases remarquables, son affirmation brillante chez les jésuites brésiliens, dans le contexte chaotique de l’invasion batave, puis, passé le 5 décembre 164027, son entrée à la cour de Lisbonne, auprès de Jean IV, et son labeur diplomatique infatigable de par l’Europe pour sauver le petit royaume lusitan redevenu indépendant (1646). Viendront ensuite la disgrâce, ou au moins une moindre influence, après la mort du roi (1656), et bientôt l’épuisant procès devant l’Inquisition de Coïmbre (1662-1667). Rien n’arrêtera pour autant l’ardeur de l’homme, rien n’endiguera ses convictions, et c’est dans la Ville éternelle, dans la Rome papale, qu’il retrouvera la gloire du prédicateur et, chose stupéfiante pour l’époque, un sauf-conduit pontifical qui l’exonère du poids de l’Inquisition portugaise (1674) ! Enfin, la vieillesse venant et ses espoirs de visionnaire s’écroulant les uns après les autres, il finira sa vie, quatre-vingt-dix ans ou peu s’en faut d’une activité sans relâche, à nouveau sous la luxuriance des tropiques alors retrouvés (1681), toujours aussi sûr de sa vérité, de la Vérité messianique qu’il n’a cessé de proclamer, noircissant encore et encore des pages, les unes en portugais, les autres en latin, autour de sa formidable chimère, l’empire du Christ, pourtant si proche, pourtant si improbable.

6Raymond Cantel a parfaitement définit cette merveilleuse et irréfragable vocation :

La vie de Vieyra a été mouvementée, elle offre le spectacle d’une agitation qui paraît désordonnée. On pourrait se demander si cet homme ne s’est pas trompé sur sa vocation.
Il n’en est rien. Cette activité prodigieuse et multiple, disparate même, ne doit pas faire illusion. Le vrai Vieyra n’a pas été un inconstant, une sorte de touche-à-tout, sans vie spirituelle profonde et accaparée par l’agitation extérieure.
C’est le contraire qui est la vérité. Par-delà son activité de prédicateur, de missionnaire, de patriote, d’homme politique, d’adversaire de l’Inquisition, de protecteur des Indiens ou des nouveaux chrétiens, il existe un principe qui a informé cette activité polymorphe. Ce principe, c’est sa foi de chrétien, vivifiée par son espérance d’une intervention prochaine de Dieu dans les affaires des hommes. C’est sa conviction que le Christ va établir incessamment son royaume sur terre, et que le Portugal sera le principal bénéficiaire du nouvel état de choses, car il en assumera la direction temporelle. C’est l’utopie du Cinquième Empire du Monde, le Quinto Império. (Cantel, 1960, p. 18-19)

  • 28 Augmentée entre-temps de cette étrange introduction au mystère du Quint Empire, qu’il appellera le (...)

7Ce qui est remarquable dans ce parcours hors du commun, c’est bien la parfaite symbiose des éléments qui le déterminent et le structurent, à savoir la liaison sans cesse présente et sans cesse enrichie entre le politique, l’orateur et l’homme de foi. Visiter les « nouveaux chrétiens » de Rouen ou d’Amsterdam pour acheter des navires qui permettront de reconstituer la flotte portugaise, de telle sorte qu’elle puisse faire face à son ennemie castillane, participe de la même ardeur et de la même conviction que les envolées rhétoriques les plus retentissantes qui font le renom du sermonnaire et qui lui vaudront la reconnaissance des plus hautes autorités du Portugal « restauré », l’estime, sinon l’amitié, du roi lui-même. Et tout ceci se forge, s’assemble, se revigore intensément dans le creuset de la foi, là où l’exégète, totalement illuminé, transcendé par ce qu’il découvre, arrache dans les arcanes et les secrets des textes bibliques la conviction absolue que le règne du Christ est pour demain, qu’il convient d’œuvrer dans ce sens-là, d’être prêt pour le moment suprême de la parousie. L’ensemble de cet effort colossal aboutira, outre de fréquentes allusions dans les sermons, et dans diverses lettres panégyriques, à ce travail monumental, et passablement anarchique, que constituent l’Histoire du Futur28 et la Clavis Prophetarum, la Clé des Prophètes, sans oublier les milliers de pages des diverses « représentations » et justifications présentées sur le même sujet devant l’Inquisition (voir chapitre 6 de cette introduction).

8Dans la version française que nous proposons de ces textes épars mais d’une formidable richesse, où nous suivrons souvent Raymond Cantel, nous tenterons par nos choix de mieux mettre en lumière ce fil conducteur si bien analysé. Toutefois, il nous semble nécessaire d’aller d’abord à la matière essentielle qui, outre la foi, l’inextinguible exaltation de l’âme, rend possible et impérieux ce grand œuvre, ce que l’on pourrait appeler presque vulgairement, la rhétorique, le maniement infiniment savant, subtil, virtuose au dernier degré, de la langue, du syntagme, de la dialectique et de tous ses ressorts jusqu’à l’extrême limite de ses grandioses possibilités. Nous évoquions la musique, au chapitre du divin, c’est le théâtre ici, merci au passage à Denis Diderot, qui donnerait la meilleure mesure, celle de la sublimation d’un texte, qui aussi brillant soit-il ne peut vivre que du souffle de l’acteur, de la transgression faite de sa chair.

9C’est parce qu’il a su d’abord maîtriser le génie du verbe que Vieyra a cru pouvoir audacieusement, merveilleusement, se lancer aussi dans l’aventure de l’esprit. Et c’est à ce stade qu’il nous paraît inévitable de passer, après bien d’autres, par un parallèle qui s’est imposé, ne fût-ce que par la correspondance des dates, celui qui mettrait en communion l’Aigle de Meaux et le sublime orateur de la cour de Jean IV. S’il n’avait été l’homme du Verbe, dans une époque où l’art du sermon atteint son apogée, Vieyra n’aurait sans doute pas écrit, ni l’Histoire du Futur, ni la Clé des Prophètes, ni toutes les pages qui ont servi à nourrir l’opus magnum, sortes d’échafaudages d’une fantastique tour de Babel, restée nécessairement et ontologiquement inachevée.

Notes

23 Rappelons, pour mémoire, les deux volumes monumentaux de Lúcio de Azevedo, en 1918, História de António Vieira (Azevedo, 1992), suivis, quelques décennies après, à partir de 1940, par les travaux d’Hernâni Cidade (Cidade, 1979).

24 Successivement, Les Sermons de Vieira : étude du style et Prophétisme et messianisme dans l’œuvre d’Antonio Vieira (Cantel, 1959 et 1960).

25 Pour d’autres détails ponctuels, on se reportera à la chronologie proposée à la fin du présent ouvrage, p. 336-368.

26 Voir, entre autres, à ce propos, les travaux récents de Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Les Ouvriers d’une vigne stérile (Castelnau-L’Estoile, 2000), et de João Viegas, dans La Mission d’Ibiapaba (Vieyra, 1998).

27 Date du coup d’État qui permet la « restauration » de la Maison de Bragance sur le trône portugais, en lieu et place de Philippe IV d’Espagne, fugacement Philippe III du Portugal.

28 Augmentée entre-temps de cette étrange introduction au mystère du Quint Empire, qu’il appellera le Livre antépremier de l’Histoire du Futur.

© UGA Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540