Version classiqueVersion mobile

Flaubert savait-il écrire ?

 | 
Gilles Philippe

I. Été 1919. Flaubert savait-il écrire ?

Paul Souday (1869-1929)

« Flaubert savait-il écrire ? », Le Temps, 29 août 1919, p. 1

Paul Souday

Texte intégral

1Le texte de Louis de Robert visait le public étroit mais acquis que lui garantissaient la confidentialité et l’exigence littéraire de La Rose rouge. On sait que le propos du « Flaubert écrivait mal » ne contenait rien de nouveau en 1919 (il s’inscrit dans la longue tradition des bêtisiers de Flaubert) et Robert n’imaginait sans doute pas un instant qu’il eût la moindre chance d’obtenir une audience quelconque au-delà du lectorat de l’hebdomadaire. Fort symptomatiquement d’ailleurs, Orion, le critique littéraire de L’Action française, devait faire allusion au dernier numéro de La Rose rouge quelques jours après sa parution, sans même mentionner l’ouverture de Louis de Robert.

  • 8 Outre ses chroniques du Temps reprises en trois séries chez Émile-Paul de 1913 à 1929, Paul Souday (...)
  • 9 En 1913, Souday s’était ainsi indigné des libertés prises par Proust ; en 1923, il aura avec Gide u (...)

2La querelle sur le style de Flaubert n’a pu prendre l’ampleur exceptionnelle qui fut la sienne que parce qu’une figure bien plus médiatique que Louis de Robert s’en mêla : Paul Souday, qui a succédé à Anatole France comme chroniqueur littéraire d’un des plus importants quotidiens de l’époque, Le Temps. Souday est d’ailleurs, de tous les participants de la querelle, celui qui a la position institutionnelle la plus claire, puisqu’il entre dans le débat en tant que critique littéraire sans convoquer de garantie universitaire (comme le feront rapidement Boulenger et Thibaudet), ni revendiquer une pratique littéraire (comme bientôt Céard ou Proust)8. Dans la querelle que Souday va chercher à Robert, il faut faire sa part à une cruauté qui ne saurait être la moindre des qualités demandées à un chroniqueur : il y a dans le contrat qui lie un feuilletoniste à ses lecteurs un devoir de dérision et Souday y répond habituellement d’une façon somme toute facile : en épinglant la langue des auteurs de son temps9 et en les comparant – à leur évidente défaveur – aux maîtres qui les ont précédés.

  • 10 La Rose rouge, no 15, 7 août 1919, p. 234.
  • 11 Voir les articles qui ouvrent la première série des Livres du Temps, Émile-Paul, 1929.
  • 12 Voir plus bas, p. 71.

3Cependant, ce n’est pas dans son feuilleton littéraire, mais bien en première page de l’édition du 29 août 1919 que Paul Souday répondait à Louis de Robert et la véhémence de l’attaque peut étonner. Assurément les deux hommes se connaissaient et l’on veut bien imaginer qu’une animosité personnelle ne fut pas étrangère à l’affaire. Par ailleurs, Souday avait des raisons d’en vouloir à La Rose rouge, dont il était devenu la bête noire. Dès le premier numéro de la revue, en mai 1919, André Salmon inaugurait sa série « La critique des critiques » par une charge contre Souday qui semblait incarner toutes les valeurs contre lesquelles la revue affirmait se battre (suivront des attaques contre Rachilde du Mercure de France, Orion de L’Action française, Abel Hermant du Figaro, etc.). Le numéro 15 de La Rose rouge contenait encore une fort cruelle « Interview imaginaire de M. Paul Souday », où étaient épinglés sa prétention et son purisme maladif10. Le critique du Temps pouvait donc légitimement se reconnaître derrière l’allusion de Louis de Robert à ce « critique le plus sévère et le plus pointilleux, celui qui n’admet pas chez ses contemporains la plus petite négligence grammaticale, qui nous signale impitoyablement dans l’œuvre qu’il juge le plus léger accroc à la syntaxe », mais qui « dès qu’on prononce en sa présence le nom de Flaubert, prend une posture de disciple et un ton de voix déférent ». Paul Souday avait en effet toujours soutenu la réputation de Flaubert contre les assauts réguliers qu’elle subissait. Il l’avait fait dès 191211 ; il devait le faire encore peu après, face à André Suarès, en 192212.

4Le propos du texte qui suit est fort simple : il s’agit de présenter l’attaque de Louis de Robert à un public qui n’y a probablement pas eu accès et de sauver une à une les phrases de Flaubert contestées. Paul Souday a quelques victoires faciles : Louis de Robert a en effet négligé dans son repérage des bizarreries langagières de Madame Bovary tout ce qui ressortit à l’effet de citation, à l’infléchissement de la langue de la narration vers celle du milieu décrit. D’autres formulations jugées malheureuses par Robert sont gagées sur Littré ou bien encore rétablies dans leur dignité au titre d’écart stylistique. On ne pouvait pas attendre autre chose de Souday : il s’agit pour lui de sauver à la fois un écrivain qu’il admire sincèrement et un souci de pureté langagière élevé au rang de critère esthétique premier et de garantie de fidélité à une nation et à son histoire. Mais l’estoc est violent : « puriste improvisé », Louis de Robert est indirectement ravalé au rang des « cacographes » : lui est ainsi implicitement déniée cette confraternité de romanciers qui l’autorisait à critiquer Flaubert, et cette qualité d’écrivain qui lui donnait l’avantage sur Souday.

Flaubert savait-il écrire ?

5Flaubert écrivait mal : c’est le titre d’un article de M. Louis de Robert, publié par La Rose rouge, et qui a fait quelque bruit. Il y avait de quoi, et l’auteur y comptait bien. Voyons ses preuves. Ayant ouvert Madame Bovary « au hasard », M. Louis de Robert trouva ceci : « Il reprit une à une les phrases qu’elle lui avait dites, tâchant de se les rappeler, d’en compléter le sens, afin de se faire la portion d’existence qu’elle avait vécue dans le temps qu’il ne la connaissait pas encore. » L’expression se faire, pour se représenter, reconstituer par l’imagination, realize, diraient les Anglais, est un peu bizarre et forcée, si l’on veut : elle n’est pas précisément incorrecte. « Plus loin », M. Louis de Robert note ceci : « … et quoiqu’il eût pu ne pas les payer, néanmoins il rougissait de cette obligation. » Mais un pléonasme n’est pas nécessairement une faute : il peut avoir une raison d’être. M. Louis de Robert ajoute : « Plus loin :… Mais qu’est-ce que la culture vous regarde ? » Et voilà qui est un peu étonnant. Se figure-t-il vraiment que Flaubert ignorait qu’il faut dire : Est-ce que la culture vous regarde… et non pas : Qu’est-ce que… ? Comment n’a-t-il pas senti l’invraisemblance de prêter à un Flaubert ce solécisme épais, qu’évite le moindre écolier ? Si l’on se reporte au texte, tout s’explique. C’est la mère Lefrançois, l’aubergiste d’Yonville, qui s’exprime ainsi, parlant à M. Homais. Flaubert a simplement reproduit la syntaxe de cette villageoise, pour donner de la couleur au dialogue. Est-ce que M. Louis de Robert impute à Molière le jargon paysan de Charlotte et de Mathurine ?

6D’ailleurs, la phrase en question n’est pas située dans l’ouvrage « plus loin » que celle du pléonasme, quoi qu’en dise M. Louis de Robert, dont les citations sont faites un peu vite. Même observation pour la suivante : « Ce fut à l’époque où le père Rouault envoya son dinde… » M. Louis de Robert affirme que le masculin est employé là innocemment et non pas en manière d’ironie. Qu’en sait-il ? Plus haut, vers la fin de la première partie, page 95 de l’édition Michel Lévy, on lit : « Vers la fin de février, le père Rouault, en souvenir de sa guérison, apporta lui-même à son gendre une dinde… » Mais à la page 242, il écrit : « C’était l’époque où le père Rouault envoyait (et non envoya) son dinde… » parce que c’était devenu une habitude un peu comique, qu’il est bon de mentionner dans le langage même du bonhomme. D’ailleurs, logiquement un dinde et une dinde étaient admissibles, puisqu’il s’agit dans le premier cas d’un coq d’Inde et dans le second d’une poule. Continuons. « On voyait des gens accoudés à toutes les fenêtres, d’autres debout sur toutes les portes… » Où est l’objection ? Ne se tient-on pas en effet sur le seuil ou sur le pas de sa porte, et par conséquent sur sa porte, par une métonymie élémentaire ?

  • 13 Littré atteste bien la possibilité d’une construction se tourner en pour se transformer en, mais se (...)

7M. Louis de Robert raconte qu’un professeur de faculté lui avait assuré d’abord qu’il n’y avait dans Madame Bovary que quelques négligences, trop rares et trop peu importantes pour qu’il se donnât le ridicule de les signaler. Mais le même universitaire taxa de fautes caractérisées contre la grammaire les locutions suivantes, que M. Louis de Robert lui soumit comme empruntées à un essai d’un jeune confrère et qu’il avait relevées en réalité dans les premières pages de Madame Bovary : « 1° C’était le curé de son village qui lui avait commencé le latin… » Commencer un élève est de la meilleure langue : et cette forme voisine, certainement employée par les parents du jeune Charles Bovary, n’a rien de si choquant. « 2° À la façon du vin éventé qui se tourne en vinaigre. » M. de Robert prétend qu’il faut dire tourne et non se tourne. On peut dire l’un et l’autre, et Littré en fait foi13. « 3° Il l’envoyait se promener sur le port à regarder les bateaux. » M. de Robert déclare qu’on s’occupe, qu’on s’amuse, mais qu’on ne se promène pas à regarder… Mettons que c’est une ellipse. « 4° Le soir de chaque jeudi, il écrivait une longue lettre à sa mère avec de l’encre rouge et trois pains à cacheter. » M. de Robert pense qu’on n’écrit pas avec des pains à cacheter. Mais il supprime la virgule que Flaubert avait introduite après le mot mère. Les pains à cacheter se rapportent à lettre et non à écrivait. Au pis, c’est une anacoluthe.

8Moralité. Consulter Littré et les manuels de grammaire ou de rhétorique, qui mentionnent l’existence de divers tropes et la légitimité des tournures un peu libres, avant d’accuser un maître de ne pas savoir écrire. Ce n’est pas de pareilles vétilles et de pareilles chicanes que dépend la qualité d’une langue et d’un style. Nous avons aujourd’hui des puristes improvisés dont les scrupules portent à faux et sont presque aussi nuisibles que les excès des cacographes. L’article de M. Louis de Robert est, dans son genre, un symptôme frappant de la crise du français. – P.S.

Notes

8 Outre ses chroniques du Temps reprises en trois séries chez Émile-Paul de 1913 à 1929, Paul Souday est l’auteur de quelques préfaces et, dans ses dernières années, de travaux plus développés sur France ou Loti, mais surtout d’une trilogie sur les grands auteurs de son temps (André Gide ; Marcel Proust ; Paul Valéry, Kra, 1927).

9 En 1913, Souday s’était ainsi indigné des libertés prises par Proust ; en 1923, il aura avec Gide une passe d’armes sur le même sujet, etc.

10 La Rose rouge, no 15, 7 août 1919, p. 234.

11 Voir les articles qui ouvrent la première série des Livres du Temps, Émile-Paul, 1929.

12 Voir plus bas, p. 71.

13 Littré atteste bien la possibilité d’une construction se tourner en pour se transformer en, mais semble la réserver à des abstraits. Les liquides qui « tournent » ne sont évoqués qu’avec la construction non pronominale.

© UGA Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search