Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La querelle du roman-feuilleton

 | 
Lise Dumasy

II. Le débat parlementaire et journalistique

Un peu d’histoire à propos de roman (deuxième article)1

Le Siècle, 28 septembre 1847

Louis Desnoyers

Texte intégral

  • 1 Ce deuxième article parut, comme le premier, dans le feuilleton du Siècle.
  • 2 Nous n’avons pas trouvé trace d’un refrain de Béranger mettant ainsi en scène Voltaire et Rousseau. (...)
  • 3 Émile-Marc Hilaire, dit Émile Marco de Saint-Hilaire, auteur de nombreux écrits anecdotiques sur l’ (...)
  • 4 C’était le théâtre de Dumas. Voir p. 110, n. 5.

1On se rappelle que, sous la Restauration, tout ce qui arrivait de mal, dans n’importe quel petit coin du globe, était attribué par les gens bien-pensants à monsieur de Voltaire et à Jean-Jacques Rousseau. Cette croyance au maléfice des deux philosophes a même fourni à Béranger un de ses plus spirituels refrains.2 Eh bien ! il faut changer ce refrain, si on s’en réfère aux gens bien-pensants d’aujourd’hui, à M. de Chapuys-Montlaville, à M. Saint-Marc Girardin, à M. Lacave-Laplagne, ainsi qu’à leurs coopinants de la Chambre et de la presse ; il faut désormais substituer à ces deux noms néfastes ceux d’Alexandre Dumas, d’Eugène Sue, de Scribe, de Soulié, de George Sand, de tous les coupables industriels de ce genre, y compris surtout, comme nous le verrons plus tard, celui de notre collaborateur, Émile Marco de Saint-Hilaire3, un des écrivains les plus haletants, les plus emportés et les plus échevelés du temps présent. Si nous avons de mauvais ménages, de mauvais agioteurs, de mauvais gouvernés, de mauvais gouvernants, de mauvais électeurs, de mauvais élus, de mauvais orateurs, de mauvais historiens, et peut-être aussi de mauvaises récoltes, tandis que l’ancienne Égypte, qui n’était pas affligée du moindre feuilleton, avait tout cela dans les premières qualités, – soyez-en sûrs, c’est la faute au roman, c’est la faute au théâtre, c’est la faute aux Souvenirs intimes du temps de l’Empire, c’est la faute en un mot à toute la mauvaise littérature de notre mauvaise époque. Fermez le théâtre et particulièrement le Théâtre-Historique4, supprimez le roman, abolissez les Souvenirs intimes, frappez les journaux à feuilletons du droit de patente que, dans sa sollicitude, la majorité de la Chambre n’a pas voulu imposer aux caniches, – et tout va s’améliorer par enchantement : les ménages deviendront de petits paradis à deux, au lieu d’être souvent des enfers à trois ; – les marchands vendront à perte pour obliger leurs concitoyens : – le Château-Rouge, le Ranelagh et Mabille ne seront plus hantés que par des rosières ; – la Bourse foisonnera de philosophes ; – les ministres (tous, de beaux vieillards à longs cheveux blancs et à barbes ondoyantes) seront choisis, comme dans Télémaque, parmi les plus sages et les plus cacochymes de la tribu ; – les députés (tous incorruptibles, tous éloquents, tous orateurs et historiens du plus grand mérite) siégeront en plein air, les bras nus et le front couronné de chêne ; – les agents de police se feront infirmiers, d’assommeurs qu’ils étaient ; – la garde municipale n’aura plus ni sabres ni fusils : elle fera usage des seules armes du raisonnement pour dissiper, par la force de l’éloquence, les rassemblements qui n’existeront pas ; – tout le monde ira nu-pieds, par horreur du luxe, mais les fils de cordonniers n’en continueront pas moins de confectionner des chaussures, afin de ne pas se déclasser de l’alène paternelle ; – les journaux à feuilletons seront remplacés par des hérauts qui proclameront à haute voix dans les carrefours les grandes lois votées par les chambres en faveur des chiens et les grands discours prononcés par M. de Chapuys-Montlaville contre la littérature courante et efféminée ; – enfin, les populations, rendues à pureté primitive, ne perdront plus leurs soirées à voir représenter La Reine Margot ou à lire les Souvenirs intimes en famille, elles les passeront à filer, à tisser, à tricoter, dans le foyer domestique, au sein de leurs pénates, auprès de leurs dieux lares, sous d’humbles toits de chaume, pendant que les plus âgés d’entre les mortels présents raconteront l’histoire du Dauphiné à leur auditoire attentif et ému ; – on verra les brebis jouer à cache-cache avec les loups ; Louis-Philippe rendre la justice au peuple sous le grand marronnier du 20 mars ; les pasteurs de la banlieue fabriquer leur lait avec du lait de véritables génisses ; les bergers mener paître leurs troupeaux sur la butte Montmartre, au bord de clairs ruisseaux, dans des prairies émaillées de fleurs artificielles : les villageoises de Pantin apporter leurs légumes à la ville, vêtues de leur simple innocence et de bluets, en exécutant des danses gracieuses tout le long de la route, au son du tambourin et du galoubet, tandis qu’à leur aspect les femmes de la halle feront retentir l’air d’hymnes de reconnaissance envers l’Éternel. En un mot, supprimez la littérature perversive, subversive et corrosive et vous verrez renaître l’âge d’or, l’âge de Saturne, de Rhée et de M. de Chapuys-Montlaville.

  • 5 André, roman de George Sand, paru en 1835 dans la Revue des Deux Mondes ; Le Lion amoureux, de Fréd (...)

2Par malheur ce nouveau triomphe de l’antique vertu sur la perversité moderne est bien loin de se réaliser, et nous aurons encore à déplorer un grand nombre de turpitudes engendrées par les journaux à feuilletons, et à abonnés. Nous avons vu, par exemple, dans notre précédent article, que, selon l’honorable et sincèrement honoré représentant de la Bresse, et plusieurs journaux peu fortunés, qui cherchent à propager cette opinion par esprit d’économie, la littérature actuelle en général, et le roman-feuilleton en particulier, sont affreusement nuisibles : – au classement éternel de chaque individu dans la condition de ses père et mère, classement d’où serait résulté que la France n’aurait jamais joui de députés de Louhans, car les parents des premiers qui le furent évidemment ne pouvaient pas l’avoir été eux-mêmes ; – au sentiment du beau, tel que le comprend M. de Chapuys-Montlaville dans son Histoire du Dauphiné ; – au goût, tel que M. Saint-Marc Girardin le pratique en Sorbonne ; – à la pureté de cette belle langue française telle que M. Lacave-Laplagne la parle à la tribune ; – aux intérêts mêmes de ceux qui se livrent à cette coupable industrie, et qui sans doute gagneraient plus d’argent, d’estime et de gloire à être gardes champêtres à raison de 250 par an, qu’à écrire Le Juif errant, Notre-Dame de Paris, André, Le Lion amoureux5, Les Mousquetaires, etc., à raison de cinq à dix mille francs le volume.

3Eh bien ! tous ces premiers méfaits sont presque des vertus, en comparaison de ceux qu’il nous reste à signaler d’après M. de Chapuys-Montlaville et ses coopinants. Reprenons l’exemple de cette lamentable série de forfaitures littéraires, au point numérique où nous l’avons laissée.

45° Les journaux à romans-feuilletons, et à abonnés, sont nuisibles à la politique. Le feuilleton, dit M. de Chapuys-Montlaville, a pris dans le journal l’importance qui appartenait autrefois à la politique, « aux premiers-Paris ».

5C’est dans ce reproche surtout que se révèle, par le petit bout de l’oreille, la secrète pensée de l’orateur et des autres feuilletonicides de la chambre et de la presse. Ils ne se croient pas de force à lutter d’intérêt avec M. Paul de Kock. Inde irae. Ils y mettent vraiment trop de modestie. Non, le feuilleton n’a pas usurpé l’importance de la harangue et du premier-Paris : il s’en est fait une qui lui est propre, et qui n’a rien enlevé à aucune autre. C’est un attrait de plus dans le journalisme, voilà tout. Pourquoi ne pas accuser aussi les grands crimes, les grands accidents, les grandes catastrophes, etc., de faire quelquefois une fâcheuse diversion aux grands discours et aux grands articles P Vous verrez bientôt qu’il ne sera plus permis de se laisser corrompre, de dérailler, de rôtir en wagons, d’être englouti vivant dans une mine, de se jeter par la fenêtre, de tuer sa femme, d’empoisonner son mari, non pas seulement parce que de tels faits sont atroces ou lamentables, mais encore, mais surtout parce qu’ils surexcitent la curiosité publique, au détriment des orateurs et des publicistes. En ce cas, pour être conséquent, il faut frapper les grands scélérats d’un droit de timbre, pour les punir de l’odieuse concurrence qu’ils se permettent à l’égard des hommes d’État.

6Aujourd’hui, continue l’orateur, on ne s’abonne plus à un journal à cause de son opinion semblable à la sienne. (Nouvel exemple de ce que l’orateur appelle notre belle langue française.) On s’y abonne, toutes couleurs étant indifférentes, suivant que le feuilleton est plus ou moins amusant. Le Siècle lui-même est-il bien sûr que son feuilleton n’a pas contribué à son immense succès ?

7Oui sans doute, Le Siècle est parfaitement sûr de cela, et il se félicite de cette certitude, car elle lui coûte assez cher ; mais ce dont Le Siècle n’est pas moins sûr, c’est que la couleur de sa politique, qui est celle du plus grand nombre en France, et d’autre part la modicité de son prix d’abonnement, ont contribué pareillement à cet immense succès. La vérité, c’est qu’on ne s’abonnerait pas plus à un journal purement littéraire qu’on ne s’abonnerait maintenant à un journal exclusivement politique, ce qu’on veut c’est une publication complexe, composée de politique, de littérature et d’une foule d’autres amusements. Chacun choisit d’abord, parmi tous les journaux, ceux qui coûtent le moins cher, car on a fini par juger inutile d’acheter son opinion quotidienne quatre-vingts francs par an, quand on pouvait se la procurer pour quarante. Chacun choisit ensuite, parmi toutes ces opinions au rabais, celles qui sont les plus semblables à la sienne ; et enfin parmi toutes ces opinions plus ou moins sympathiques, chacun choisit celles qui lui arrivent accompagnées des feuilletons les plus amusants, des renseignements les plus certains et les plus variés, et même, lorsque la Providence le permet, des crimes les plus horribles, des catastrophes les plus épouvantables. Tels sont les quatre principaux motifs, bon marché, politique, littérature et chronique, dont la réunion seule détermine l’abonnement. Un peu d’histoire du Dauphiné en créerait peut-être un cinquième, mais c’est une expérience à faire, et j’avoue que j’hésiterais à m’en charger. En attendant, on peut dire avec M. de Lapalisse, de parlementaire mémoire, que le public s’intéresse à tout ce qui l’intéresse. C’était hier une discussion de la Chambre, un grand forfait, une aventure piquante ; c’est aujourd’hui un procès scandaleux, un roman nouveau, un accident déplorable ; ce sera demain une crise financière, une révolution à l’étranger, un opéra nouveau, un début de danseuse, et ainsi de suite. Si la haute discussionpolitique et la littérature grave, sérieuse et digne, ne figurent que rarement aujourd’hui parmi les préoccupations générales, à qui la faute P Lorsque je vois dormir un auditoire, c’est le harangueur que j’accuse, bien plutôt que les harangués.

8Mais au surplus, si, – comme vous l’avez dit à la Chambre en 1843, comme vous l’avez répété en 1845, comme vous l’avez reproduit en 1847, et comme vous le redirez probablement dans les sessions prochaines, – si c’est le roman qui fournit des lecteurs à la politique, comment se fait-il que ce soit vous, penseur fort sensé sur tout le reste, vous radical consciencieux, vous ardent progressiste, vous député de l’opposition, qui reprochiez un tel bienfait au roman, quand vous savez que ce sont les feuilles de cette même opposition qui possèdent la plus vaste clientèle ? Hé quoi ! vous vous plaignez qu’on vous procure des auditeurs, et quels auditeurs ! ceux que préfère, ceux que recherche toute vive croyance : des indifférents, des égarés, des idolâtres, des infidèles, des gens à convertir ? Hé quoi ! vous voulez répandre vos idées, et vous vous plaignez qu’on les répande dans des classes où elles n’auraient jamais pénétré autrement P Hé quoi ! vous parlez de propagande, et vous refusez celle qu’on vous offre ? Mais, mon Dieu ! vous ne vous sentez donc d’éloquence à persuader que ceux-là seuls qui sont persuadés d’avance ? C’est trop de modestie encore, ou trop d’ingratitude. M. Glais-Bizoin était mieux inspiré lorsque, tout en applaudissant comme les autres à vos antipathies littéraires, il émettait néanmoins un doute sur le point qui nous occupe. « J’avoue, disait-il dans cette même séance du 6 avril 1847, j’avoue que c’est une question pour moi que celle de savoir si le roman-feuilleton ne sert pas de véhicule aux idées politiques. » Oui, certes, et ne vous en plaignez pas. Depuis quand le voyageur se plaint-il du vaisseau qui le conduit à bon port ? Depuis quand un général se plaint-il des recruteurs qui grossissent son armée ? Depuis quand, si vous le préférez, le brochet se plaint-il de l’excellente sauce qui le rend appétissant ? Croyez-vous, enfin, que M. Saint-Marc Girardin lui-même aurait l’ingratitude de se plaindre, si quelque subite averse, quelque affiche trompeuse, quelque mystification ou quelque erreur amenait à son cours une foule extraordinaire, une foule insolite d’auditeurs ? Avec quelle joie, au contraire, n’accepterait-il pas ce public fourvoyé qui aurait cru se rendre à une partie de plaisir, par exemple, ou qui aurait oublié ses parapluies à la maison ? Il profiterait de cet auditoire de hasard pour prêcher ses doctrines autrement que dans le désert. Une fois n’est pas coutume. Quelqu’un serait à plaindre, je n’en disconviens pas, à coup sûr, ce ne serait point le professeur.

9« Est-il possible, ajoutez-vous, de tolérer que le choix de la feuille où l’on puise son opinion (l’aveu d’utile propagande est ici positif) soit déterminé par un roman !... Ce serait le moyen de mettre les romanciers au-dessus des hommes politiques. Ces messieurs (cette formule est décidement adoptée par le dédain parlementaire lorsqu’il s’agit de littérateurs contemporains), ces messieurs deviendraient ainsi les éducateurs de la société française. (Cette qualification d’éducateurs, qu’on ne trouve pas dans le dictionnaire de l’Académie, si ce n’est peut-être l’académie du Dauphiné, est assez étrange dans la bouche d’un orateur qui reproche aux romanciers de surcharger notre belle langue française de mots nouveaux, sonores, mais vides.) » « Et en vérité, continue l’orateur, j’aurais de graves appréhensions pour l’avenir si la direction des esprits était remise en de telles mains. » Nous ne nous arrêterons pas au ton méprisant de ce passage. L’histoire ne s’exprime jamais qu’avec cette amertume à l’égard du roman. C’est encore une question de concurrence. Passons au fond. Nous répondrons à ces messieurs que les romanciers n’ont pas heureusement la prétention de se poser toujours en éducateurs de qui que ce soit : il leur suffit souvent de plaire et d’intéresser, ce qui leur constitue déjà une assez grande supériorité sur leurs adversaires ; mais lorsqu’ils veulent se mêler d’éducation, ils ne s’en tirent vraiment pas plus mal que certains hommes politiques. Quelques romans de Cervantès, de Fénelon, de l’abbé Prévost, de Lesage, de Voltaire, de Rousseau, de Mme de Staël, de Chateaubriand, d’Eugène Sue, et d’une foule de messieurs de ce genre, ont exercé, ce nous semble, sur la société, une influence assez remarquable, et, pour ne citer qu’un fait contemporain, nous croyons qu’il y a plus de sentiments philantropiques, d’aperçus lumineux, de révélations utiles, de thèses progressives, d’impulsions généreuses, d’idées sociales enfin, dans un seul chapitre des derniers romans d’Eugène Sue que n’en produiront jamais la plupart de nos éducateurs officiels. La direction des esprits serait donc aussi sagement remise en de telles mains qu’en celles de ces messieurs.

10Mais M. de Chapuys-Montlaville n’est pas de cet avis. « Le roman-feuilleton, dit-il, ce symptôme de la décadence des mœurs, est né de l’affaiblissement de la société et de la mollesse des temps. » En vérité, quand nous imaginions cette abomination dans Le Siècle de 1836, pensant, à tort, qu’on ne saurait trop favoriser le développement de la littérature chez la nation la plus littéraire du monde, nous étions loin de nous douter que nous faisions acte de décadence, de mollesse et d’affaiblissement, et même, ô douleur ! que nous rendions impossible par là toute nouvelle révolution : « Si les romans-feuilletons, ajoute en effet l’orateur, avaient été connus et publiés alors (en 1789 et en 1830), les écrivains d’abord et les lecteurs ensuite auraient perdu peut-être une partie de leur énergie dans ces lectures énervantes, et je ne sais pas si les principes qui ont triomphé n’auraient pas perdu, à leur tour, un peu de leurs défenseurs et de leur force » (Moniteur du 7 avril 1847).

  • 6 Il s’agit des Aventures du jeune comte Potowski, roman inédit de Marat, publié dans la 2e série du (...)

11Vous le voyez, les Dumas, les Hugo, les Soulié, les Sand, etc., auraient étouffé les Mirabeau, les Louvet, les Marat, etc., et de nos jours les Villemain, les Salvandy, les Benjamin Constant, les Chateaubriand, les Guizot, etc. Il n’y a que deux petites objections à cette crainte rétrospective : c’est d’abord qu’avant 1789 et avant 1830, la librairie éditait dix fois plus de romans qu’elle n’en publie maintenant, et c’est ensuite que les Guizot, les Salvandy, les Chateaubriand, les Benjamin Constant, les Villemain, les Louvet, les Mirabeau, etc., ont pratiqué cette littérature de bas étage, et que Le Siècle publiait dernièrement un roman de cœur écrit par Marat lui-même6, à qui, j’imagine, M. de Chapuys-Montlaville ne refusera pas du moins d’avoir été dans ce genre un fier éducateur !

12Or, sans être historien, nous avons quelque vague souvenir que cela n’a point empêché nos deux révolutions de s’accomplir tant bien que mal. Et pour parler du temps présent, nous n’avons pas oublié qu’en 1840, au premier cri de guerre qui se fit entendre, malgré les publications énervantes de nos romanciers, l’esprit public se réveilla soudain avec une énergie que les éducateurs politiques eurent plus de peine à calmer qu’ils n’en avaient eu à la laisser naître. Et vous-même, messieurs les éducateurs, avez-vous donc oublié avec quelle indignation, ou tout au moins avec quelle curiosité haletante, la France tout entière écoutait naguère vos scandaleux débats, lorsque les mots de concussion, de dilapidation, de calomnie, de corruption et de mensonge résonnaient, d’une façon si tumultueuse, sous les voûtes ordinairement si suaves du Palais-Bourbon ? Rassurez-vous donc : l’esprit politique n’est pas énervé chez un peuple à qui tout prétexte de s’agiter est bon, qui, naguère encore, comme l’ont dit de mauvais plaisants, s’était mis à faire de l’émeute à propos de bottes. Donnez-lui de grandes réformes comme la Constituante, de grandes émotions de patriotisme comme la Convention, de grandes idées comme le Consulat, de grandes conquêtes comme l’Empire, et vous pourrez vous convaincre que son inattention n’est pas de l’indifférence, que son apathie n’est pas de l’énervation, que son sommeil n’est pas de la mort. Mais en attendant vous lui faites une si pauvre histoire, qu’en bonne conscience il est bien excusable de lui préférer quelquefois le roman.

13L’abondance des matières nous force à renvoyer la fin de cet article à demain.

Notes

1 Ce deuxième article parut, comme le premier, dans le feuilleton du Siècle.

2 Nous n’avons pas trouvé trace d’un refrain de Béranger mettant ainsi en scène Voltaire et Rousseau. En revanche, un poète suisse, Jean-François Chaponnière, écrivit en 1817 une chanson, dont Hugo s’est vraisemblablement inspiré pour écrire celle qu’il prête à Gavroche sur les barricades (Les Misérables, 5e partie, livre I, chap. XV, « Gavroche dehors »). En voici le texte : Si le diable, adroit et fin / À notre première mère / Insinua son venin / C’est la faute de Voltaire. / Si le genre humain dans l’eau, / Pour expier son offense / Termina son existence / C’est la faute de Rousseau. // Si Borgia, ce bon humain/Pour arrondir son affaire / Fut sacrilège, assassin, / C’est la faute de Voltaire. / Si l’on vit ce Loth nouveau / S’enflammer pour sa famille / Et faire un fils à sa fille, / C’est la faute de Rousseau.

3 Émile-Marc Hilaire, dit Émile Marco de Saint-Hilaire, auteur de nombreux écrits anecdotiques sur l’Empire, en particulier des Souvenirs intimes du temps de l’Empire, paru chez Dupont en 1838, qui connut de nombreuses rééditions.

4 C’était le théâtre de Dumas. Voir p. 110, n. 5.

5 André, roman de George Sand, paru en 1835 dans la Revue des Deux Mondes ; Le Lion amoureux, de Frédéric Soulié, parut dans le Journal des débats en quatre feuilletons entre le 13 et le 19 septembre 1839. Il venait d’être republié dans le « Musée littéraire » du Siècle.

6 Il s’agit des Aventures du jeune comte Potowski, roman inédit de Marat, publié dans la 2e série du « Musée littéraire » du Siècle en 1847. Alexandre Dumas s’en inspira, de très loin, en publiant dans Le Siècle, d’octobre à décembre 1854, Ingénue, roman adapté par ailleurs de l’Ingénue Saxancour de Restif de la Bretonne (1789).

© UGA Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540