Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La querelle du roman-feuilleton

 | 
Lise Dumasy

II. Le débat parlementaire et journalistique

Un peu d’histoire à propos de roman1

Le Siècle, 5 septembre 1847

Louis Desnoyers

Texte intégral

  • 1 Sur Louis Desnoyers, voir n. 23, p. 37. Le Siècle était le plus important journal de l’opposition (...)

1La publication de romans en feuilletons est depuis quelque temps l’objet d’attaques systématiques, et plus intéressées qu’intéressantes, de la part de certains journaux soi-disant vertueux, à qui manque, soit la volonté, soit l’argent indispensable pour imiter la perversité littéraire de la presque totalité de la presse. Ces attaques sont tellement futiles, qu’il faudrait s’abstenir de les repousser, si l’on ne savait qu’à la longue, et à force d’être reproduite sans contradiction, la plus monstrueuse erreur finit par ressembler pour beaucoup de gens à la plus auguste vérité. Les plus sots préjugés ne sont pas autre chose : énormes balourdises opiniâtrement rabâchées.

2Nous nous garderons toutefois de réfuter directement les journaux pauvres, mais honnêtes, qui déclament chaque matin, ou chaque semaine, ou chaque mois, contre la prétendue immoralité de la littérature, car nous avons en grande aversion tout ce qui peut faire descendre la presse à des querelles de boutique à boutique. Il faut laisser cette sorte de guerre, fort incivile, aux filateurs, aux serruriers et aux arracheurs de dents. Nous croyons plus convenable, puisque l’occasion nous en est donnée, de remonter à l’origine de ces diatribes, et de répondre, autant que nous en serons capable, à la voix parlementaire qui les a fait entendre la première, et dont les déclamations incessantes d’une partie de la presse ne sont aujourd’hui que le faible écho.

3Deux motions fort hostiles à la littérature et à la gent canine ont été soumises à la Chambre des députés, pendant la dernière session.

  • 2 Voir p. 104-114 le discours de Chapuys-Montlaville du 6 avril 1847.

4La première motion avait pour but d’exempter du timbre, en totalité ou en partie, les feuilles virginales et ennuyeuses qui cesseraient de publier des romans, et de maintenir cet impôt, sinon de l’aggraver, par manière de châtiment, pour celles qui persisteraient dans cet usage, éminemment incompatible avec la moralité de la France en général, et le bonheur de M. de Chapuys-Montlaville en particulier.2

5La seconde motion avait pour but de frapper les chiens d’une taxe personnelle, absolument comme s’ils n’eussent été que des hommes ; et cela, sous le frivole prétexte que les chiens sont des animaux hargneux, méchants, malfaisants, qui mordent beaucoup plus qu’ils ne défendent, qui propagent la plus affreuse de toutes les maladies, et qui dévorent annuellement pour plus de soixante millions de subsistances.

6Les caniches, il faut bien le dire, ont été plus heureux que les romanciers. Leurs innombrables qualités ont trouvé d’ardents apologistes ; les plus touchantes sympathies ont éclaté en leur faveur ; la majorité s’est déclarée aussi satisfaite d’eux que du ministère, et, enfin ils ont été exemptés de toute patente pour l’exercice de leur honorable profession.

7Le roman, au contraire, n’a excité que des mumures de réprobation sur un grand nombre de bancs. Les plus modérés de ses adversaires ont été : M. Lacave-Laplagne, ci-devant ministre des Finances, et M. Saint-Marc-Girardin, professeur en Sorbonne.

8Celui-ci, en sa qualité d’ex-trésorier, tout en déclarant qu’une pareille fiscalité présentait des difficultés d’application, a protesté de sa profonde horreur pour ce genre de littérature. Celui-là, en sa qualité d’écrivain, et, nous devons le dire, d’écrivain élégant et érudit, tout en repoussant l’impôt en question comme ressemblant un peu trop à la défunte censure, a voué cette même littérature au mépris public, qui seul doit en faire justice ; ajoutant qu’en ce qui le concernait, il n’avait jamais eu rien de commun avec les productions auxquelles le journal où il écrit a dû ses plus grands succès. Tout le monde en était convaincu d’avance.

9Bref, M. de Chapuys-Montlaville a été complimenté sur tous les tons ; sa proposition a été prise par la Chambre en considération très distinguée, et on l’a renvoyée à l’examen d’une commission déjà chargée d’étudier la question générale du timbre. On sait que la France est le pays par excellence des commis, des commissaires et des commissions.

10Nous dûmes alors nous borner à exprimer brièvement notre opinion, voulant attendre le rapport de cette commission, pour discuter le tout ensemble s’il y avait lieu. Par malheur, la sécurité des caniches, l’innocence des ministres, l’incorruptibilité de leurs agents, la candeur du budget, plusieurs autres questions non moins patriarcales, ont absorbé tout le temps de la Chambre ; si bien qu’aucun rapport n’a été fait sur ce point avant la clôture de la session. Voilà pourquoi les romans ont encore la même immunité que les caniches : mais cette égalité de la littérature et du quadrupède français devant la loi ne saurait durer longtemps, sans être menacée du moins, soit qu’à la session prochaine la commission fasse un rapport conforme aux conclusions de M. de Chapuys-Montlaville, soit que l’honorable député de Louhans les renouvelle pour la quatrième fois. La destruction des romanciers paraît être son idée fixe, son delenda Carthago. Ah ! si l’on pouvait s’en débarrasser comme des caniches, en leur jetant des boulettes !

11M. de Chapuys-Montlaville est sans contredit une des notabilités les plus estimables du monde politique ; c’est un esprit loyal, généreux, ferme, éclairé, honnête, progressif, et incorrompu, ce qui n’est pas un mince éloge par la satisfaction qui court ; mais il est une nouvelle preuve que les erreurs les plus étranges peuvent se mêler dans les meilleures intelligences aux vérités les plus vraies ; que la tête humaine ressemble, au-dedans comme au-dehors à notre pauvre petit globe, lequel n’est jamais éclairé qu’à moitié ; que les plus favorisés sont ceux chez qui, du moins, il fait clair de lune d’un côté, tandis qu’il fait soleil de l’autre ; et qu’enfin tel discoureur qui raisonne admirablement sur ceci, l’instant d’après déraisonnera formidablement sur cela.

  • 3 Chapuys-Montlaville avait publié chez Dupont (Paris), en 1827-1828, une Histoire du Dauphiné en de (...)

12M. de Chapuys-Montlaville a reproduit en effet le bizarre phénomène que présentait le libéralisme de la Restauration, lequel demandait et reconnaissait le progrès de l’intelligence en toutes choses excepté dans celles qui exigent le plus d’intelligence, – la littérature et les arts. Tout se perfectionnait incessamment, depuis les lois et les institutions, jusqu’à la manière de se loger, de se vêtir, de voyager, de tuer les lièvres et d’allumer sa chandelle ; le chemin de fer et le bateau à vapeur avaient remplacé le coche et le coucou ; la capsule avait succédé à la pierre à feu ; le briquet phosphorique avait brillé un instant, et l’allumette chimique allemande de la rue des Lombards allait l’éclipser à son tour ; en un mot, nous marchions à pas de géants, dans toutes les voies d’un mieux à peu près infini, selon l’expression de M. de Chapuys-Montlaville ; nos artistes seuls étaient insensés, et nos gens de lettres des crétins, des barbares et, qui pis est, des sacripants. Tel fut le thème invariable du libéralisme de la Restauration. M. de Chapuys Montlaville continue de le mettre en variations selon l’opportunité des circonstances, à la grande satisfaction de MM. Lacave-Laplagne et Saint-Marc Girardin, mais au regret sincère des hommes qui, comme nous, font grand cas de son esprit et de son caractère. Cela vient de ce que, malgré son intelligence et son savoir, M. de Chapuys-Montlaville, comme la plupart des hommes de sa génération, a beaucoup lu peut-être, mais à travers ses routines de collège et qu’il s’est fait ainsi des préjugés, en cette matière, bien plutôt que des opinions. L’avenir en politique et le passé en littérature, voilà sa devise et celle des siens. Quant au présent, il n’offre que décadence, médiocrité, futilité, extravagance et immoralité. Nous présumons qu’il excepte de cette condamnation sa belle Histoire du Dauphiné.3

  • 4 Louis Viardot (1800-1833), ami de Balzac, époux de Pauline Garcia, la célèbre cantatrice, sœur de (...)
  • 5 Les Trois Mousquetaires fut publié dans Le Siècle de mai à juillet 1844, Vingt ans après de janvie (...)

13Que si M. de Chapuys-Montlaville s’étonne de nous avoir pour contradicteur dans ce journal, nous plutôt que tel autre, nous à peu près son compatriote et qui professons pour lui la plus sincère estime, nous dont il représente à peu près la province natale à la Chambre (où par conséquent nos opinions littéraires ne sont qu’à peu près représentées), – son étonnement cessera sans doute lorsqu’il apprendra que ce contradicteur fort indigne est la cause même, la cause originelle de tous les méfaits romanesques dont la chambre est si peu satisfaite, et qu’en défendant ici, non pas les caniches – il n’est pas assez éligible pour cela –, mais le roman-feuilleton, c’est à peu près son œuvre personnelle qu’il défend. M. de Chapuys-Montlaville se trompe en attribuant à M. Émile de Girardin la création de cette abominable littérature, de cette littérature de bas étage (style parlementaire) que le public recherche avec autant d’avidité à peu près que les Histoires du Dauphiné. M. Émile de Girardin a introduit dans la presse périodique tant d’autres innovations, beaucoup meilleures assurément, que les gens mal renseignés sur les détails de la révolution opérée en 1836 par les journaux à bon marché lui ont attribué celle-ci avec les autres. Ge n’était qu’une de plus. Nous n’avons point jugé à propos de réclamer notre brevet d’invention, tant que l’innovation a été tenue pour excellente par les uns, pour insignifiante par les autres, pour innocente du moins par tout le monde ; mais à présent que quelques personnnes, à la Chambre et dans la presse, la proclament exécrable et funeste, il est de notre loyauté d’en revendiquer, non pas l’honneur, mais la coupable pensée. Hélas ! il n’est que trop vrai, Le Siècle est le premier grand journal qui ait fait paraître un feuillleton quotidien consacré à la publication régulière de nouvelles et de romans, ce qui est la même chose, comme l’a dit justement M. de Chapuys-Montlaville. Notre collection en fait foi. Le Siècle avait annoncé cette amélioration dans son prospectus, et la promesse en fut réalisée dès son apparition. Le 1er juillet 1836, date de la fondation du journal, son feuilleton commençait la publication d’un petit roman, orné déjà de l’avis devenu si fameux : « (la suite à demain) ». Le petit roman appartenait au genre historique et était intitulé : La Rue du Candilejo ; il portait un nom des plus honorables, celui de M. Louis Viardot4, dont certes le talent sévère ne peut pas être accusé de tendances subversives et, immorales. Voilà le point de départ. Nous le répétons, c’est notre faute, notre très grande faute. Mais le public seul est coupable du reste. Sa curiosité est devenue chaque jour plus exigeante. Après le petit roman en deux ou trois feuilletons, puis en cinq ou six, puis en sept ou huit, il a fallu lui offrir le volume tout entier, c’est-à-dire de dix à douze feuilletons ; puis les deux volumes, puis les quatre, puis les six, puis les dix ; et maintenant le voici qui demande des suites aux suites – telles que Le Vicomte de Bragelonne, dont Le Siècle commencera bientôt la publication, lequel fera suite à Vingt ans après, lequel faisait suite aux Trois Mousquetaires,5 Enfin, on a parlé d’un roman qui n’aurait pas moins de quatre-vingts volumes ! Mon Dieu oui, quatre-vingts volumes ! Quarante fois plus que l’Histoire du Dauphiné. Qui sait si le public, dans son insatiable avidité, n’en viendra pas à vouloir des romans à peu près infinis ? des romans à la rédaction desquels devront être employées plusieurs générations d’écrivains ? Mais en vérité où est le mal ? Le moment viendra peut-être où le public voudra que les discours de certains orateurs durent également plusieurs jours, plusieurs mois, plusieurs années. Que faut-il pour cela ? moins que rien : il suffît de leur donner le degré d’intérêt qu’ils n’ont pas.

14Cela posé, examinons sommairement les forfaitures que M. de Chapuys-Montlaville reproche au feuilleton en général et au roman en particulier, et qu’après lui certaines feuilles s’évertuent depuis quelque temps à reproduire de toutes façons.

151° La forme du roman-feuilleton est nuisible aux intérêts de ceux mêmes qui se livrent à cette coupable industrie. (Opinion de M. de Chapuys-Montlaville, Moniteur du 7 avril 1847.) M. Saint-Marc Girardin est du même avis, et il ajoute : « Je crois que, même pour les romans, cette forme de littérature est mauvaise. »

16Il manque uniquement à la sollicitude des deux législateurs, pour les intérêts de cette coupable industrie, d’être aussi fondée qu’elle est tendre. Les faits les plus éclatants la démentent. Et d’abord, ce mode de publication par fragments successifs n’est pas un mode nouveau ; la seule innovation, c’est de l’avoir appliqué en 1836 à la presse quotidienne. On l’avait pratiqué dans tous les temps, tous les pays, et tous les autres genres. Les revues, les magazines, les recueils, toutes les publications périodiques en faisaient usage de toute éternité. Les journaux pareillement avaient toujours publié des séries d’articles critiques sur un sujet donné, en mettant de longues distances entre chaque article. Les libraires, de leur côté, éditaient, de temps immémorial, de longs ouvrages, par volumes, par livraisons même, et, qui pis est, ne les achevaient pas toujours. Enfin, pour ne citer qu’un exemple, le fameux roman de Clarisse Harlowe n’a-t-il point paru, par chapitres isolés, cent ans et plus avant Les Mousquetaires et Les Mystères de Paris ? Cette méthode fragmentaire a-t-elle été nuisible aux intérêts de l’auteur, ce coupable industriel qu’on appelait Richardson ? Nous doutons que l’Histoire du Dauphiné et les cours de la Sorbonne aient jamais eu un succès égal à celui de l’ouvrage anglais, bien que ce dernier ait paru par lambeaux, et que les deux autres aient été publiés en masse. Nous croyons plutôt que ce genre de publication par feuilletons, ou, pour parler plus généralement, par fragments successifs, est extrêmement favorable aux ouvrages de toute sorte, bien loin de leur être nuisible ; nous croyons qu’il prévient la satiété et l’ennui ; qu’il augmente l’intérêt en le prolongeant ; qu’il surexcite la curiosité en la tenant en éveil ; et qu’enfin MM. de Chapuys-Montlaville et Saint-Marc Girardin ne feraient point mal d’ajouter cet élément de succès à tous ceux qui distinguent d’ailleurs leurs productions. Mais, au surplus, à bien considérer les choses, tout n’est que feuilleton en ce bas monde, c’est-à-dire morcellement, succession, fragment, suite au lendemain. N’est-ce point par leçons isolées, et parfois même beaucoup trop isolées, que M. Saint-Marc Girardin développe chaque année le plan qu’il s’est tracé pour son cours, à supposer qu’il se trace un plan quelconque ? Feuilleton ! – N’est-ce point par discours successifs, au bas desquels on pourrait mettre : « la suite à... la session prochaine », que depuis cinq ou ou six ans M. de Chapuys-Montlaville exerce le sacerdoce destructif qu’il a revêtu contre le roman ? Feuilleton ! – N’est-ce point par séances successives que les tribunaux jugent les grands procès ? Feuilleton ! – N’est-ce point par livraisons successives que les écrivains les plus sérieux, les Thiers, les Lamartine, les Louis Blanc, les Sismondi, les Thierry, etc, publient leurs importantes histoires ? Feuilleton ! – Enfin, la Chambre des députés elle-même ne consacre-t-elle pas quinze jours, s’il le faut, à la discussion du budget, à la parodie des discours du trône, à l’examen de la moralité des ministres, en un mot, à toutes les grandes questions plus ou moins romanesques, car il n’y a guère que les caniches en faveur de qui la majorité vote d’enthousiasme et séance tenante P Or, que fait alors la Chambre des députés, en renvoyant quinze jours de suite la discussion au lendemain ? Ne fait-elle pas évidemment du lambeau, du fragment, du feuilleton ? C’est qu’en vérité, depuis l’individu qui dîne une fois par jour, et qui recommence le jour suivant, jusqu’au soleil, qui en met 365 à parcourir le cercle de l’année, tout n’est que série, succession, suite et feuilleton ici-bas.

172° Le roman-feuilleton est nuisible à « cette belle langue française... qu’on surcharge de mots nouveaux... et dans laquelle on essaie d’introduire l’argot du bagne. »

18Nous aimons assez peu, même l’argot qu’on parle quelquefois à la Chambre, car la politique a aussi le sien, comme toute spécialité ; mais n’est-ce pas montrer une excessive indignation, pour une ou deux fois que le roman-feuilleton a cru devoir pousser l’imitation jusqu’à la réalité ? Cet exemple d’ailleurs, ne lui a-t-il pas été donné par nos plus classiques écrivains, y compris notre grand Molière ? Quand les meilleurs comiques placent du patois gascon, auvergnat, alsacien, savoyard, périgourdin, dans la bouche de leurs personnages ; – quand ils font baragouiner le français par des Italiens, des Anglais, des nègres et des Allemands ; – quand ils font dire, par leurs villageois, des « j’avions », des « j’étions », etc. ; quand ils prêtent à leurs médecins, à leurs apothicaires, à leurs faux Turcs, un idiome qui n’est ni français, ni latin, ni turc, ni quoi que ce soit, ce qui le rend d’autant plus drôle, – que font-ils, je vous le demande, sinon, de l’argot à leur façon ? Pourquoi donc blâmer vos contemporains d’imiter ceux-là mêmes que vous leur proposez sans cesse pour modèles ?

19Quant aux mots nouveaux, s’ils sont mauvais, pourquoi s’en inquiéter ? Ce sont d’éphémères néologismes. S’ils sont bons, pourquoi les repousser ? Ce sont d’utiles conquêtes. Nous en serions encore à parler Rabelais, sans les sacrilèges inventeurs de mots nouveaux.

203° Le roman-feuilleton est nuisible au sentiment du beau : « Les traditions classiques disparaissent. » (Il serait plus exact de dire ont disparu, ce qui n’est guère à regretter.) – « On se moque de Molière. » (Où ? Quand ? Comment P) – « Le goût se perd. » (Lequel ? Le bon ou le mauvais ?) Hé ! mon Dieu ! du temps de Corneille, de La Rochefoucauld et de La Fontaine, il ne manquait pas de rhéteurs chagrins pour crier à la disparition des traditions classiques, à la perte du goût, à l’invention des mots nouveaux, à la décadence de l’espèce humaine. Ce fut là de tout temps la piteuse complainte de ces esprits tardifs, qui pensent assurément, mais comme marchent certaines montres, en retardant toujours sur la pensée de leurs contemporains.

214° Le roman-feuilleton est nuisible au bonheur privé.

22Au bonheur privé de M. de Chapuys-Montlaville, c’est possible ; mais nous doutons que cette calamité soit générale. La raison qu’il alléguait sur ce point, dès l’an de grâce et de romans 1843, c’est que : « L’illusion est l’ennemie de la vérité ; c’est un mensonge général, c’est un mensonge de théorie. L’illusion tue la réalité, enfante dans la pensée un monde merveilleux, qui dégoûte du monde réel. L’imagination qui est À PEU PRÈS INFINIE (étrange accouplement de mots ! appartient-il aussi à cette belle langue française dont on parlait tout à l’heure ?) – qui ne reconnaît ni les lois de l’esprit, ni celles des sens, et qui ne s’arrête pas même devant les choses éternelles qu’elle arrange au gré de ses vains caprices, ne laisse rien exister de ce qui vit sur cette terre ; elle défigure la vraie création par une multitude de créations nouvelles, bizarres, emportées, haletantes, imprévues, qui s’effacent les unes par les autres, et ne laissent que du vide dans cette pauvre âme qui, après avoir été secouée dans les espaces, retombe lourdement sur la terre pour y souffrir. » Nous examinerons la valeur de cette objection aussitôt que nous serons parvenu à en distinguer parfaitement le sens. On a l’intelligence un peu étourdie après avoir été si agréablement secoué dans les espaces d’une pareille éloquence.

23« Je croirais faire injure à la Chambre, continue l’orateur,... si je ne faisais point passer sous ses yeux les inconvénients graves que cette littérature entraîne après elle. Je ne montrerai pas ces feuilles romanesques... ouvrant une carrière sans limite à toutes les ambitions, faisant prendre en pitié et déjouant les devoirs les plus sacrés, les habitudes les plus simples... Si les romans précipitent souvent la jeunesse riche dans la débauche et dans une farouche indépendance, ils exercent d’autres ravages sur la jeunesse des classes ouvrières : ils lui apprennent à mépriser la condition de leurs pères et à rougir de leur origine... Je ne veux pas développer ces deux griefs ; je me suis fait suffisamment comprendre ».

24Mais non, en vérité, pas assez suffisamment, qu’on nous pardonne ce pléonasme, comme la seule formule qui puisse exprimer notre regret. Où diable vend-on des romans qui inspirent à leurs lecteurs une farouche indépendance, qui leur ouvrent des carrières sans limite, qui leur apprennent à mépriser la condition de leurs pères et à rougir de leur origine ? Si les romans connus sont susceptibles de dégoûter de quelque chose, ce peut être de certaines histoires, mais l’auteur de celle du Dauphiné a certainement trop de mérite pour qu’elle soit du nombre.

25Et cependant, il faut bien que le grief allégué par lui soit des plus réels, car il y revient à plusieurs fois :

26« Les hommes, dit-il dans une de ses autres harangues, les hommes s’habituent bien vite aux œuvres de l’imagination. Il est si naturel de se plaire dans ces régions (à peu près) infinies (voir les espaces de tout à l’heure), où l’esprit libre vous crée une existence fabuleuse, chargée de plaisirs, entourée de splendeurs ; la chimère vous détourne de la réalité. On se dégoûte de tout ce qui doit faire simplement la joie et l’envie de l’homme dans la réalité des choses. » Sans doute les cours de la Sorbonne, les rapports de finance et les Histoires du Dauphiné. « Lorsque l’on descend de ce ciel (voir toujours les espaces ci-dessus), où l’on a vu tant de belles créations (ces créations se sont singulièrement embellies depuis tout à l’heure, d’imprévues, d’emportées, de bizarres et de haletantes qu’elles étaient), tout est bien laid autour de soi. (Cette observation, faite du haut de la tribune, ne manquait pas d’une certaine vérité.)... La lecture habituelle de ces romans, en dégoûtant ainsi que je viens de le dire, chaque citoyen de sa situation, et en lui faisant concevoir des espérances chimériques, cette lecture provoque le déclassement.... Pour ceux dont la tête est encombrée de chimères, leur dignité, l’honneur de leur vie, ne peuvent être satisfaits que par des situations éblouissantes... Cela conduit au déclassement, maladie épidémique de ce temps. »

27Comme on le voit, M. de Chapuys-Montlaville est foncièrement hostile au déclassement des individus. C’est une anomalie de plus dans les doctrines de l’honorable démocrate. Il ne veut pas que les enfants s’efforcent de s’élever au-dessus de leur condition native ; il ne faut pas même qu’ils aspirent jamais à professer en Sorbonne. Ceux qui sont nés de ferblantiers, de bimbelotiers, de rémouleurs, d’équarisseurs, etc., doivent s’abstenir de lire des romans, ne pas s’encombrer la tête de chimères, ne pas rêver qu’ils deviennent ministres des Finances, ne pas laisser leur pauvre âme s’envoler dans les régions à peu près infinies, dans les espaces où la fiction la secouerait si agréablement ; ils doivent rester équarisseurs, rémouleurs, ferblantiers, bimbelotiers, etc., ce qui est la vraie dignité ; ils doivent continuer de passer de petits couteaux sur la meule paternelle, ou de vaquer à telle autre besogne de famille, ce qui est le seul sort vraiment digne d’envie. Voilà pour les jours ouvrables. Quant aux dimanches et fêtes, j’imagine qu’ils doivent s’amuser à lire des Histoires du Dauphiné, ce qui est une joie douce et honnête, tout à fait incapable de remplir leur pauvre âme de belles créations, de leur procurer une existence chargée de plaisirs, et, en les dégoûtant de la réalité, de leur faire troquer, par exemple, la lime ou le marteau de leurs ancêtres, contre la plume de l’historien ou le verre d’eau sucrée de l’orateur.

28Une question se présente naturellement ici : est-ce que par hasard, dans la famille de M. de Chapuys-Montlaville, on a toujours écrit, de père en fils des Histoires du Dauphiné ? Ce serait peut-être un peu monotone, mais ce serait logique.

29Quoi qu’il en soit, nous ne pensons pas que, depuis le bœuf Apis, on ait jamais prêché avec autant d’enthousiasme la doctrine du statu quo. On croirait lire quelques-unes des devises qui ornent les momies de l’ancienne Égypte, de ce pays si grotesquement hiérarchique, où les hommes étaient irrévocablement parqués dans la profession paternelle, mais où les positions les plus éblouissantes étaient accessibles aux animaux et aux légumes. La majorité de la Chambre aime beaucoup les animaux sans doute : elle l’a suffisamment prouvé naguère par la loi contre les chasseurs, et par son vote en faveur des caniches ; mais, certes, les rois d’Égypte poussaient encore cette affection plus loin. Le roman-feuilleton n’étant pas inventé de leur temps (et véritablement des malheureux sujets des Pharaons avaient bien assez de leurs autres fléaux !), il en résultait que tout allait pour le mieux dans la meilleure des Égyptes. Un fils de rémouleur ne pouvait pas devenir autre chose que rémouleur, mais rien n’empêchait les bœufs, les crocodiles et les concombres d’aspirer à la profession de divinité.

30De nos jours, à coup sûr, l’Égypte les ferait ministres des Finances.

31Que si nous accordions de telles conséquences à M. de Chapuys-Montlaville ; si les lecteurs des romans contemporains abandonnaient, pour de chimériques espérances, comme il le prétend, la réalité de leur profession, eh bien ! il a l’esprit trop bon dialecticien pour ne pas attribuer la même influence aux romans d’autrefois, et non seulement aux romans anciens et modernes, mais aux contes, aux fables, aux fabliaux, aux comédies, aux tragédies, aux drames, aux mélodrames, aux opéras, aux vaudevilles, aux poèmes épiques et aux contes de fées ; à tout ce qui est fiction, création chimérique, soit belle soit haletante ; à tout ce qui est propre à secouer notre pauvre âme dans les espaces, dans les régions à peu pres infimes ; en un mot, à la littérature de tous les temps et de tous les pays.

32Ainsi, la société d’autrefois n’eût été pleine que d’Achilles, d’Amadis, de Galathées, de Corydons, de Don Quichottes, de Lovelaces, de Clarisses, de Cids, de George Dandins, de Pourceaugnacs, de Candides, de Gil Blas, de Saint-Preux, de Figaros, d’Armides, de Faublas, etc. ; de même que, par l’effet de la littérature actuelle, les ateliers, les échoppes et les études d’huissiers seraient peuplés d’aspirants à la position sociale de Quasimodo, d’Esmeralda, de Jocelyn, de Capitaine Paul, d’Antony, de Valérie, de Rigolette, de Juif errant, de Bamboche, d’hommes-poissons, de Mère Major, de d’Artagnan, etc. Or, nous avons beau regarder autour de nous, rien de semblable n’apparaît à nos faibles regards, ce qui bien nous fâche, car ce serait amusant. Nous ne voyons partout que des prolétaires qui veulent être propriétaires, des propriétaires qui veulent être des électeurs, des électeurs qui veulent être éligibles ; des éligibles qui veulent être élus, des élus qui veulent être des orateurs, toutes choses infiniment peu divertissantes.

33C’est qu’en effet les œuvres d’imagination n’exercent à peu près aucune influence de ce genre. Tout au plus apportent-elles une distraction utile, indispensable, aux préoccupations d’avarice, de gloutonnerie et de rapacité qui se disputent la société présente. Oui, ces romans, tant méprisés, tant vilipendés par les économistes et les historiens ; ces futilités, ces folies, ces extravagances, nous ne craignons pas de le dire, forment pour leur part un nécessaire contrepoids à ce que les esprits sérieux ont appelé les intérêts positifs. C’est de la fantaisie, du caprice, de l’action, de la passion ; de la déraison, de la chimère, tout ce qu’il vous plaira ; mais du moins c’est encore de l’élégance, de la générosité, du désintéressement, du dévouement, de l’amour, de l’amitié, de la poésie et du sentiment, en opposition à la grossière voracité des instincts matériels. Où en serions-nous, bon Dieu, si la fiction ne consolait de la réalité, si les poètes ne nous faisaient oublier les banquiers, si les romans enfin ne nous dédommageaient un peu de l’histoire !

  • 6 La charte fondatrice du régime de Juillet.

34Et puisque ce dernier mot vient de couler de notre plume, nous dirons à l’honorable préopinant que l’histoire, bien plutôt que le roman, est propre à favoriser, dans une certaine mesure, cet amour du déclassement qu’il déplore et dont nous félicitons notre époque. La fiction, en définitive, ne laisse pas plus de traces dans la mémoire que les cours en Sorbonne, mais il est des réalités dont le souvenir ne saurait s’effacer. Croit-il donc, lui, homme sérieux, qui voudrait remplacer tous les romans par des histoires, y compris naturellement celle du Dauphiné ; croit-il qu’à voir briller dans nos dernières annales tant de fortunes subites, tant de soudaines renommées ; à voir tant d’héroïques soldats devenir généraux, tant de maréchaux passer rois, et un simple lieutenant d’artillerie se couronner lui-même empereur ; croit-il qu’il n’y ait pas, dans ces grandes féeries du monde réel, cent fois plus d’ivresse et d’excitation fiévreuse que dans les plus éblouissantes fantasmagories du monde imaginaire ? Ce sont là, sincèrement, des spectacles à donner le vertige à toute une génération, et nous ne craignons pas d’être démentis par le plus fort statisticien de la Chambre, en disant que nos échoppes renferment plus d’aspirants Napoléons que de candidats Monte-Cristo. Faudrait-il donc supprimer aussi l’histoire, comme surexcitante, comme enivrante, hormis celle du Dauphiné, bien entendu, laquelle n’est propablement pas de nature à surexciter personne ? Non vraiment ! Et d’abord cette mesure ferait trop crier les libraires, aux infortunes de qui M. de Chapuys-Montlaville s’intéresse aussi vivement, que s’il y avait contribué. Et puis, une telle influence, si tant est qu’elle existe, est un bien, selon nous, et non pas un mal. Cette tendance universelle, au déclassement, que vous déplorez, comme l’eussent pu faire Isis et Osiris ; cette louable émulation de tous, ce noble élan de chacun, voilà justement le plus grand bienfait de la civilisation moderne ; c’est l’avènement de toutes les capacités à la véritable place que la Providence leur a destinée ; c’est l’application du sublime principe d’égalité proclamé par l’Évangile ; c’est l’exercice d’un droit de nature que la raison humaine a fini par graver profondément dans nos mœurs, dans nos lois, dans nos institutions. Si vous en faites hommage au roman, c’est que la charte6 elle-même vous semble appartenir à ce genre de littérature, opinion qui peut se justifier jusqu’à certain point, par la manière dont quelquefois on la pratique. Poursuivons :

355° Le roman-feuilleton, dit encore M. de Chapuys-Montlaville, est nuisible... à... Mais le défaut d’espace nous force à ajourner l’examen de ses autres griefs, lesquels sont encore plus terribles que les précédents. Nous nous servirons donc ici, et bien malgré nous, d’une formule dont il a horreur : « La suite prochainement. » Cette formule fragmentaire est imposée aux journaux, hélas ! par leur nature de feuille isolée. Les livres en sont heureusement dispensés, et nous sommes bien sûrs qu’en fermant le volume à la fin d’un chapitre les lecteurs de l’Histoire du Dauphiné n’ont jamais eu à en faire usage.

Notes

1 Sur Louis Desnoyers, voir n. 23, p. 37. Le Siècle était le plus important journal de l’opposition dynastique sous la monarchie de Juillet. Il fut fondé par Dutacq et lancé le 1er juillet 1836, en même temps que La Presse et sur les mêmes principes : Dutacq et Girardin avaient en effet projeté un journal commun, mais n’avaient pu s’entendre sur le choix du rédacteur en chef. Malgré la concurrence de La Presse, Le Siècle, qui s’assura vite la collaboration (quasi) exclusive de Dumas, Soulié et Balzac, eut un succès rapide : il avait 30 000 abonnés en 1839, et ce chiffre ne fit que croître jusqu’en 1848. Organe de l’opposition constitutionnelle sous la monarchie de Juillet, il devint républicain en 1848, et fut le principal organe de l’opposition libérale sous le Second Empire. Si Louis Desnoyers était le rédacteur en chef de la partie littéraire du journal, Chapuys-Montlaville appartenait, avec, entre autres, Odilon Barrot et Jacques Laffitte, à la direction politique. Cette opposition est significative : la querelle du roman-feuilleton révèle l’opposition en train de se constituer, au sein même de la bourgeoisie libérale, entre l’activité politique et l’activité littéraire.
Les trois articles que nous reproduisons dans ce volume constituent, en même temps qu’une tentative de ridiculiser Chapuys-Montlaville et ses collègues de la Chambre par des attaques ad hominem, une des défenses les plus détaillées du roman-feuilleton. Louis Desnoyers souligne d’abord, comme Alexandre Weill (voir p. 117 et suiv.), l’incompétence littéraire du député et de la Chambre, rappelle l’engouement du public pour le roman-feuilleton ; puis il combat point par point les arguments de Chapuys-Montlaville, avec beaucoup de verve. Il nie l’exaltation excessive de l’imagination par le roman-feuilleton qu’incrimine le député ; il note que le désir de s’élever au-dessus de sa condition, s’il est inspiré aux lecteurs par le roman-feuilleton, comme le prétend Chapuys-Montlaville, ne peut qu’être considéré comme un effet bénéfique par un homme de gauche. Il dément enfin que le roman-feuilleton nuise à la presse politique ; bien plutôt amène-t-il à cette presse des lecteurs, qu’elle ne saurait trouver par ses seules forces. Louis Desnoyers déplore pour sa part le goût exclusif qu’a la société moderne pour le roman, et le roman de divertissement, mais il l’attribue au fait qu’il s’agit d’une société marchande et matérialiste, qui n’a plus le loisir d’avoir du goût pour les choses de l’esprit (pour un argument du même ordre, voir ci-dessus l’article de Cuvillier-Fleury, p. 67-68). Enfin, reconnaissant que les romans-feuilletons sont plutôt de l’ordre de la fresque que de la miniature, il conteste cependant l’importance des accrocs à la langue, à l’histoire et à la morale que dénonce Chapuys-Montlaville.

2 Voir p. 104-114 le discours de Chapuys-Montlaville du 6 avril 1847.

3 Chapuys-Montlaville avait publié chez Dupont (Paris), en 1827-1828, une Histoire du Dauphiné en deux volumes.

4 Louis Viardot (1800-1833), ami de Balzac, époux de Pauline Garcia, la célèbre cantatrice, sœur de la Malibran, est surtout l’auteur de nombreuses publications sur la peinture et sur l’Espagne.

5 Les Trois Mousquetaires fut publié dans Le Siècle de mai à juillet 1844, Vingt ans après de janvier à août 1845, la publication du Vicomte de Bragelonne commencera en octobre 1847.

6 La charte fondatrice du régime de Juillet.

© UGA Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540