Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La querelle du roman-feuilleton

 | 
Lise Dumasy

II. Le débat parlementaire et journalistique

La politique et la littérature. Le feuilleton et la Chambre1

La Démocratie pacifique, 11 avril 1847

Alexandre Weill

Texte intégral

  • 1 La Démocratie pacifique, dirigée par Victor Considérant, était un journal fouriériste, qui parut d (...)

1C’est le propre de la vertu civilisée d’être maigre, peu attrayante et à rebrousse-poil ; tandis que le vice est gras, dodu et provoquant. La laideur et la négation sont d’ordinaire destinées à être vertueuses et très fortes en morale. La beauté, hélas ! et l’activité tombent bien vite dans le vice et dans l’erreur : bref, la vertu de la société n’est qu’un non, le vice, au contraire, s’énonce par un oui.

2Cette distinction se retrouve dans toutes les relations de la société. La femme maigre et laide accuse la beauté et les formes voluptueuses d’être des causes de vice et les condamne comme telles. À l’entendre, il n’y a rien de plus heureux pour une femme vertueuse que d’être peu accidentée vers les régions du cœur et d’avoir la figure décolorée. Cela ne l’empêche cependant pas de faire ouater son corset, et même de mettre du rouge. Il en est ainsi de nos puritains politiques, dont la laideur est toute la vertu, la négation, l’exclusion, et, pour tout dire, l’ignorance absolue des véritables causes et effets de la vie.

3Cette semaine encore, la Chambre des députés, ne sachant pas comment excuser sa nullité et sa laideur vertueuse, a fait de l’indignation contre la beauté du vice littéraire. La prose s’est révoltée contre la poésie, le calcul en partie double a lancé des poignées de poussière contre les images féeriques de la fantaisie, l’ennui a bâillé contre l’amusement.

4C’est M. de Chapuys-Montlaville qui s’est chargé d’en fournir l’occasion. M. de Chapuys-Montlaville est un homme plein de cœur, d’honnêteté et d’excellentes intentions, mais il a le malheur de se trouver allié à cette école de démocrates prosaïques, élevés dans l’amour de Racine et de la guillotine, et cela l’expose à quelques erreurs fort excusables du reste : sa motion à la Chambre des députés en est une.

5On n’a peut-être pas assez insisté sur ce fait historique : que tous les terroristes étaient et sont encore classiques. Rien cependant n’est plus logique. Le classicisme n’est au fond qu’une négation, absolument comme la guillotine. Il n’admet ni Shakespeare, ni Schiller, ni Molière même, il exclut la naïveté, la péripétie, la couleur, l’imagination, les forêts, les prairies, l’orage, l’arc-en-ciel, l’aurore, le rossignol, l’homme, la femme, tout enfin. Pour lui, l’homme n’est qu’un squelette habillé scandant des sentences ; la femme, un homme manqué, récitant des tirades, et la nature entière, une rosière sale et sage, couronnée par Dieu et mariée devant le maire à l’homme qui en est devenu le propriétaire.

6Même système pour la politique classique et puritaine, elle commence par exclure la royauté ; puis l’aristocratie, même celle du talent, puis la bourgeoisie, puis les nations étrangères, il ne lui reste que le peuple : mais comme ce peuple peut être empoisonné par les loisirs de la poésie et les rêves d’un meilleur avenir, la politique pense qu’il vaut mieux le laisser mourir de faim en lui débitant des tirades vertueuses.

7En d’autres termes, M. de Chapuys-Montlaville, craignant pour le peuple français les indigestions des romans de George Sand, d’Eugène Sue et d’Alexandre Dumas, propose de le faire mourir de faim ou d’inanition, en lui servant exclusivement des discours prononcés à la Chambre.

8À qui la faute, si le lecteur français préfère le plus mauvais feuilleton à votre politique et à vos premiers-Paris ? On vous accorde le droit d’ennuyer le peuple, laissez-lui le droit de chercher son plaisir ailleurs. – Mais, dites-vous, les feuilletons-romans sont ennuyeux et nuls. Soit, mais vous qui prêchez la libre concurrence, pourquoi ne voulez-vous pas qu’on l’applique à vos discours ?

9M. de Chapuys-Montlaville est malheureux des mauvais romans qui se publient, M. Glais-Bizoin est malheureux des mauvaises plaisanteries qui se débitent au théâtre ; mais la majorité des Français préfère ces romans et ces calembours aux vertueuses tirades des plus vertueux puritains de la Chambre. Il y a un moyen de mettre tout le monde d’accord, c’est de crever les yeux à M. de Chapuys-Montlaville et de couper les oreilles à M. Glais-Bizoin.

10C’est cruel et inique, dira-t-on. Mais c’est la loi du talion. Ces messieurs veulent nous couper l’imagination, la poésie, et jusqu’à la gaieté, rien que pour avoir le plaisir d’être vertueux, parlementaires et constitutionnellement somnifères.

  • 2 Allusion au roman de Sue, Mémoires d’un valet de chambre ou Martin, l’enfant trouvé, publié dans L (...)
  • 3 La Cousine Bette de Balzac fut publiée en feuilletons dans Le Constitutionnel d’octobre à décembre (...)

11Je pourrais sans doute rappeler les mérites et les tendances du roman-feuilleton ; je pourrais le montrer tel qu’il s’est développé sous la plume puissante d’Eugène Sue et de George Sand, plus riche de raison, plus élevé par le sentiment et la portée politique et sociale que les doctes et ennuyeux écrits de MM. Thiers et de Lamennais ; je pourrais comparer ce vieillard paralytique, sourd et revêche, que l’on appelle le premier-Paris du Constitutionnel à la désinvolture et aux larges tendances du jeune Martin2 et de la cousine Bette3 ; mais ce serait peine perdue, le feuilleton le plus grossier et le plus sot peut encore tenir tête à nos législateurs et hommes d’État.

  • 4 Félix Pyat (1810-1889), auteur dramatique et homme politique, de tendance républicaine, qui eut un (...)

12Il ne suffit pas, pour être homme d’État, de se boutonner l’habit jusqu’au cou et de singer l’homme sérieux l’âne est le plus sérieux des animaux, et la citrouille, comme dit Félix Pyat4, est l’homme sérieux des légumes. Il ne suffit pas d’être vertueux et impuissant, il ne suffit même pas d’avoir de l’esprit, il faut avoir un grand cœur et dans ce cœur il faut qu’il y ait de la poésie, cette irradiation de Dieu créateur. Sans poésie, sans imagination on ne crée rien, on rabâche. L’imagination, c’est la révélation de Dieu, c’est l’éclair brûlant du ciel qui allume les âmes, les met d’abord en fusion, puis les cristallise par la froide raison pour créer des monuments, immenses de grandeur, sublimes de conception, divins d’exécution. Vous avez beau crier que la poésie fait du tort aux affaires pratiques, oui, votre poésie à vous, qui n’est que le regain rabougri et fané de la grande poésie de nos grands hommes, cette poésie de phrases et de mots sans âme, ni idées, ni sentiments. Loin de nuire aux affaires d’État, la véritable poésie leur est nécessaire, comme la fleur au fruit, comme la verdure à tout ce qui existe dans la nature. La poésie n’est pas une chose à part, elle est partout comme Dieu ; il n’est pas un champ de froment sans fleurs, pas d’existence sans amour, pas de religion sans anges. Elle est partout, dis-je, même dans les romans, excepté dans la Chambre des députés.

13Il sied mal à des bourgeois patentés et engraissés, dont tout le talent consiste à n’avoir ni livre, ni roman, de s’ériger en Catons censeurs pour des hommes qui s’appellent George Sand, Balzac ou Eugène Sue. Il sied mal à MM. de Chapuys-Montlaville et Glais-Bizoin de condamner les romans-feuilletons, et de n’avoir rien à mettre à la place que des discours de la Chambre, fussent-ils de M. Thiers ou de M. Guizot.

14La France de juillet n’existera dans l’histoire que pour quelques chefs-d’œuvre sortis des rangs des hommes que vous appelez Messieurs ; ce n’est pas vos discours que l’Europe et l’Amérique lisent et admirent, demandez plutôt aux éditeurs des romans de M. Sue et des pièces de M. V. Hugo.

15Il est vrai que la postérité lira vos discours quand on ne lira plus ni Shakespeare, ni Sue, ni Balzac, mais pas avant !

Notes

1 La Démocratie pacifique, dirigée par Victor Considérant, était un journal fouriériste, qui parut du 1er août 1843 au 3o novembre I85I. Il était plutôt favorable au roman-feuilleton. Alexandre Weill, littérateur français, né en 1811 ; doué d’une solide instruction, il fut plusieurs années journaliste en Allemagne avant de se rendre à Paris, où il collabora à la Revue du progrès de Louis Blanc avant d’entrer, en 1847, à La Démocratie pacifique. De là, il passa à La Presse, puis à la légitimiste Gazette de France. Il a publié des ouvrages de toutes sortes, romans, poèmes, études historiques, ouvrages philosophiques, brochures satiriques. Sa défense du roman-feuilleton est avant tout fondée, ici, sur l’exaltation du plaisir (romanesque) contre l’ennui (distillé par les orateurs de la Chambre), et sur le déni de la compétence de la Chambre en matière de jugement critique.

2 Allusion au roman de Sue, Mémoires d’un valet de chambre ou Martin, l’enfant trouvé, publié dans Le Constitutionnel de juin à septembre 1846.

3 La Cousine Bette de Balzac fut publiée en feuilletons dans Le Constitutionnel d’octobre à décembre 1846.

4 Félix Pyat (1810-1889), auteur dramatique et homme politique, de tendance républicaine, qui eut une influence certaine dans la conversion d’Eugène Sue aux idées de gauche, et à la représentation romanesque du peuple. Il adapta plusieurs romans de Sue au théâtre.

© UGA Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540