Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La querelle du roman-feuilleton

 | 
Lise Dumasy

II. Le débat parlementaire et journalistique

Discours à la Chambre des députés, le 6 avril 18471

Le Moniteur universel, 7 avril 1847

Chapuys-Montlaville

Texte intégral

  • 1 Ce discours fut prononcé par Chapuys-Montlaville en appui de sa proposition d’affranchir du droit d (...)

1M. le baron Chapuys de Montlaville. Je prie la Chambre de me venir en aide. Ma position est difficile, et il a fallu toute la force de ma conviction pour me déterminer à l’accepter dans sa rigueur. Je vais m’attaquer à la partie la plus vive et la plus hardie de la presse. Ce ne sont pas seulement des amours-propres que je serai obligé de blesser, mais ce sont des calculs que je serai contraint de déranger.

  • 2 Il s’agit vraisemblablement de Thiers, patron politique du Constitutionnel (voir n. 3, p. 97).

2La sympathie d’un grand nombre de mes honorables collègues ne me fera pas défaut, je l’espère. Déjà plusieurs ont accueilli avec beaucoup d’empressement l’intention qui m’a dirigé. Des propos bienveillants ont été tenus au sujet de ma proposition : je n’en citerai qu’un seul. Un député, homme d’esprit, homme d’État, qui siège au sommet du centre gauche, et qui exerce une influence considérable sur l’un de nos plus grands journaux, disait à l’un de ses amis, en parlant du journal et des feuilletons à longue haleine que ce journal a publiés : « Avouez, mon cher, qu’il est bien désagréable d’occuper le premier étage d’une maison dont le rez-de-chaussée est aussi mal habité ».2

  • 3 Le Journal des débats, qui avait publié, entre autres, Les Mystères de Paris d’Eugène Sue.

3Le gouvernement, qui occupe le premier étage d’un autre grand journal à feuilleton3, pourrait en dire autant. Il le dit peut-être, mais bien bas, de manière à ce que le son de cette parole indiscrète n’aille pas éveiller le courroux des hauts et puissants seigneurs de la rue des Prêtres.

4Et malgré cet appui moral que j’ai rencontré partout, je n’aurais point osé aborder ce sujet périlleux, s’il ne m’était apparu que l’intérêt de la presse, de la publicité, de la moralité générale, de l’éducation sociale du pays, était en cause.

5Messieurs, j’ai pour la presse, en tant qu’elle est une institution politique, nécessaire au jeu régulier des autres institutions, en tant qu’elle est une garantie et un droit, le respect le plus profond ; mais c’est précisément à cause de ce respect, de cette haute estime que je professe pour elle, c’est à cause de l’influence légitime qu’elle doit exercer sur le gouvernement et sur l’opinion, que je viens réclamer de vous des mesures qui la préservent des entraînements de l’imagination.

6Jusqu’à ce jour la presse était un pouvoir politique, un instrument de règne à l’usage du peuple ; on en a fait une industrie, on l’a mise en boutique, et, si ce mouvement mercantile se continue, la spéculation emportera le peu d’organes intelligents, honnêtes et libres, qui vivent encore aujourd’hui, et vous n’aurez plus ni presse sérieuse, ni instrument politique, pour le service de l’opinion.

7Je ne veux pas abuser des moments de la Chambre ; je n’insisterai pas sur cette grande face de la question. Il m’a suffi de l’avoir indiquée pour que ma pensée soit saisie et comprise par vous tous.

8Le feuilleton est d’origine moderne. Il est né de l’affaiblissement de la société et de la mollesse des temps.

9Aux jours de sa puissance, la presse ne songeait pas à publier des romans en feuilletons. Dans notre société moderne, les feuilles politiques ont exercé, dans deux ou trois circonstances, une influence considérable sur les déterminations publiques, aux approches et pendant la durée de la Révolution française, sous la Restauration, la veille, le jour et le lendemain de la révolution de juillet. En ces temps-là, il n’était pas question dans les journaux des œuvres de l’imagination. C’était la politique qui envahissait toutes les colonnes ; c’était les grands intérêts du pays qui étaient discutés diversement, mais avec une vivacité et un entraînement qui réveillaient chez le peuple la même vivacité et le même entraîentraînement ; c’étaient des étincelles qui, lancées d’en haut sur la société, allaient allumer partout les passions et soulever les esprits. Si les romans feuilletons avaient été connus et publiés alors, les écrivains d’abord, et les lecteurs ensuite, auraient perdu peut-être une partie de leur énergie dans ces lectures énervantes, et je ne sais pas si les principes qui ont triomphé n’auraient pas perdu à leur tour un peu de leurs défenseurs et de leur force. Ce qui me le fait croire, c’est la diminution graduelle de l’importance des journaux vraiment politiques, et l’influence croissante des journaux industriels. Je ne prétends blesser aucun journal en particulier : je voudrais même qu’ils fussent convaincus tous que j’éprouve un regret profond d’être contraint de les signaler ici ; mais la discussion le veut.

10Quels sont les journaux qui ont le plus d’abonnés ? Ce sont incontestablement les journaux qui publient les romans feuilletons, et c’est le roman qui fournit des lecteurs à la politique. Je le prouve par un fait. Les feuilles publiques qui ont résisté pendant un temps, tel que Le Constitutionnel, par exemple, ont vu successivement diminuer leurs abonnés qui leur étaient enlevés par les journaux à feuilletons. Dans cette situation, comme il s’agissait de vie ou de mort pour eux, ils se sont mis à l’unisson et ils ont publiés des romans. Le Constitutionnel a gagné plus de 20 000 abonnés au moment de sa transformation ; Le Juif errant a eu la bonne fortune de le répandre dans tous les coins de la terre. Ce n’est donc plus la couleur politique qui détermine l’abonnement, c’est le feuilleton. Le roman est-il plus ou moins amusant, il procure plus ou moins d’abonnés.

11Quel est le résultat de ceci P C’est de détruire l’esprit politique en France ; c’est de rendre les citoyens indifférents à la manière dont les affaires publiques sont traitées. Cela est un grand mal, à mon avis : dans les pays libres, l’agitation politique est la garantie des libertés. C’est par la lutte digne, légale, mais courageuse, incessante, que les droits des citoyens se conservent : plus les mœurs d’un pays sont fortes et actives, plus il est capable d’exercer la liberté en grand ; à mesure que le thermomètre de la moralité publique descend, soyez sûrs que les abus de pouvoir, les empiètements de l’autorité, l’invasion des doctrines opposées aux principes représentatifs s’accroissent et s’élèvent.

12Je ne voudrais pas qu’il en advînt de la France comme il est advenu jadis de ce peuple notre aîné, qui, après avoir pratiqué la liberté dans sa plus vaste étendue, a fini par devenir la proie honteuse de ses empereurs dégradés, qui ont conduit, à travers une orgie de deux siècles, la vieille société romaine aux gémonies et à la mort.

13La moralité publique est le fondement de toute puissance, et c’est ici que je crois faire de la politique essentiellement conservatrice à l’usage de tous les partis : en effet, que ce soit celui-ci ou celui-là qui triomphe, il faut bien que le sol résiste sous ses pieds. Je parle donc à tous et dans l’intérêt de tous.

14Je vais aborder plus directement le mal que je viens de signaler.

  • 4 Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale et politique, de Louis Reybaud, roman satiriqu (...)

15Quel est l’effet de ces publications bizarres et fantastiques qui, chaque matin, viennent nous trouver à notre réveil et nous bercer des plus folles illusions P Nous allons le voir ; mais je veux avertir la Chambre auparavant que ma critique porte sur l’ensemble de ces publications, et non pas sur toutes d’une manière absolue. Je sais qu’il y a eu des exceptions honorables et que des romans pleins d’une bonne instruction, charmants d’esprit et de langage, pleins de la plus douce et de la plus aimable philosophie, ont été publiés en feuilletons, au grand bénéfice de l’honnêteté publique. Je n’en citerai qu’un seul, Jérôme Paturot4, écrit avec une vérité de détails, une verve et une sincérité qui lui ont assuré le succès. Je ne parle pas de ces romans-là ; je parle de la tourbe des romans-feuilletons, et j’affirme qu’il est impossible de trouver dans ces feuilles légères quelque chose qui soit utile à l’assemblée publique, ou à la famille, ou à l’individu. Est-ce que par hasard ce seraient des œuvres d’art, des chefs-d’œuvre littéraires dont la forme couvrirait le fond ? J’en appelle à vos souvenirs. L’intention morale n’apparaît nulle part, les faits sont vulgaires, passionnés, violents, le langage est hardi, cynique ; les auteurs ne se soumettent, pour l’invention ou le style, à aucune règle : c’est le genre échevelé par excellence. Ces industriels littéraires n’ont pour but et pour objet que d’exciter la curiosité, de tenir l’abonné en baleine et de mettre en émoi les mauvaises passions : oui, les mauvaises passions. N’avons-nous pas vu attaquées tour à tour, dans ces pages menteuses et indiscrètes, les institutions les plus saintes, les croyances les plus révérées, celles pour lesquelles vous avez fait vos lois : la religion, l’organisation civile, les fondements, les bases de l’ordre social P Le présent tout entier, avec ses intérêts et ses grandeurs, a été insulté, ridiculisé ; on a calomnié à la fois la société dans son ensemble et la famille dans ce qu’elle a de plus intime ; le passé lui-même a subi les effets de ce vandalisme : on a fouillé l’histoire pour bafouer les hommes et les choses, et les personnages qui font, à bon droit, l’ornement de nos annales ont été la proie des charlatans les plus effrontés.

16C’est ainsi qu’on ébranle la société en la corrompant. Les hommes, en effet, s’habituent bien vite aux œuvres de l’imagination. Il est si naturel de se plaire dans ces régions infinies où l’esprit libre vous crée une existence fabuleuse, chargée de plaisirs, entourée de splendeurs : la chimère vous détourne de la réalité. On se dégoûte de tout ce qui doit faire simplement la joie et l’envie de l’homme dans la réalité des choses.

17Lorsque l’on descend de ce ciel où l’on a vu tant de belles créations, tout est bien laid autour de soi. On prend en pitié sa situation, on méprise l’état, la profession de son père ; on n’obéit plus à la raison, mais à cet appétit dévorant, bizarre, qui vous pousse vers les satisfactions extrêmes de l’orgueil et du bien-être matériel : c’est, la fièvre qui vous agile dans le délire : l’homme est malade, et, si cela continue, la société sera malade à son tour.

18Les périls de cette nature sont plus graves en France que partout ailleurs. Notre caractère national est empreint d’une vivacité, d’une ardeur d’imagination que l’on ne remarque pas au même degré chez les autres peuples. Nous sommes sujets aux excès de l’esprit ; nous ne résistons pas à l’enthousiasme. C’est bien, il est vrai, la cause de nos grands succès, le principe de cette initiative, qui nous a placés comme un chef intellectuel à la tête du monde européen, devançant l’avenir par la force et la portée de notre intelligence, et entraînant les autres peuples dans les voies qui nous sont propres.

19Mais, si une telle disposition dans un peuple est admirable, si c’est un don providentiel, elle impose au gouvernement de ce peuple des ménagements extrêmes. Si, au lieu de diriger avec modération, de maintenir dans la mesure cette impétuosité de l’esprit, on l’excite, on l’anime, l’équilibre se rompt, les limites de la puissance humaine sont bien vite franchies, la nature épuisée fléchit sous l’excès : la raison, le jugement diminuent à mesure que l’imagination s’élève, le génie fait place au délire.

20Cette question du roman quotidien touche aux points les plus divers et les plus profonds de la politique, et il faudrait vingt discours pour la traiter.

21La lecture habituelle de ces romans, en dégoûtant, ainsi que je viens de le dire, chaque citoyen de sa situation, et en lui faisant concevoir pour son avenir des espérances chimériques, cette lecture provoque le déclassement, en dérangeant le point où chacun doit placer sa dignité personnelle.

22La dignité de l’homme, du citoyen libre, ne réside ni dans le rang, ni dans la fonction, ni dans la richesse ; elle réside dans le bon emploi de la vie. Tout homme qui porte bien son état, quel qu’il soit, qui en remplit les devoirs, qui en accomplit le travail avec suite et dévouement, comprend bien sa dignité.

23Malheureusement, tout le monde ne le comprend pas ainsi. Pour ceux dont la tête est encombrée de chimères, leur dignité, l’honneur de leur vie, ne peuvent être satisfaits que par des situations éblouissantes. Il leur faut de la lumière, de l’éclat, de la puissance, des plaisirs, de l’or, et c’est pour cela qu’ils accumulent effort sur effort pour sortir de la condition de leur père, et s’élever vers les sommités ; et comme chez la plupart les forces manquent à de tels desseins, ils retombent épuisés, ou bien ils se jettent dans les partis extrêmes et cherchent à ébranler les bases d’une société qui n’a pas été assez généreuse pour leur donner à chacun des portefeuilles et des millions.

24Cela conduit au déclassement, maladie épidémique de ce temps, je suis bien aise de le dire ici. Il est bien insensé celui qui cherche, par un sentiment de vanité maladroite, à échanger la veste ou le simple habit de village de ses pères pour les vêtements élégants des grandes villes : au lieu de s’élever, il s’abaisse. Pour mon compte, j’estime bien plus un simple ouvrier de la ville ou de la campagne, travaillant sur place à cultiver son intelligence et à préparer sa fortune par les labeurs sérieux et quotidiens, que ces esprits inquiets, légers, ambitieux, qui se précipitent, sans réflexion, sans vocation, dans les hasards des grandes villes, où ils trouvent trop souvent la misère et la honte.

25Si ces fausses idées se répandent et s’accréditent, c’est le résultat de plusieurs causes qui ont agi sur les mœurs et les ont relâchées ; les romans-feuilletons ne sont pas étrangers à cette funeste direction d’une partie de la société française. Mais c’est aussi la faute du pouvoir et des lois : lorsque l’État aura placé les droits des citoyens sur la même ligne ; lorsqu’il aura fait cesser cette distinction entre le pays légal et le pays réel ; lorsque, dans ses habitudes administratives, il tiendra un compte aussi sérieux de celui qui laboure ou de celui qui travaille sur le bois ou sur les métaux, que de celui qui occupe les fonctions salariées ou privilégiées de la société, lorsqu’il se sera, une fois pour toutes, interdit les avancements irréguliers, scandaleux, qui blessent l’équité, et excitent des ambitions effrénées jusque dans le sein du Parlement, le mal sera coupé dans sa racine, la véritable égalité sera conquise et pratiquée, et le peuple pourra jouir de sa prospérité, à la condition de respecter les lois du pays, les situations autres que les siennes et en conformant strictement sa vie aux prescriptions des lois morales.

  • 5 Cette allusion vise Alexandre Dumas, qui avait été autorisé à ouvrir un théâtre « de drame, de comé (...)

26Après les intérêts de la politique, de la moralité publique, viennent les intérêts de la littérature, de la langue, les intérêts de ceux mêmes qui se livrent à cette coupable industrie. Cette langue française, si belle dans sa simplicité, si claire, si bien ordonnée, la langue des chefs-d’œuvre de l’esprit humain, celle de la science et de la diplomatie, cette langue destinée peut-être à devenir universelle, comment est-elle traitée par ces aventuriers romantiques ? Si encore on se bornait à la mutiler, le temps guérit les blessures, mais on la bouleverse, on la surcharge, on ajoute des mots nouveaux, sonores, mais vides, et, sans respect pour la pudeur publique, on essaye d’introduire dans le dictionnaire l’argot du bagne. Il en est de la littérature comme de la langue : le goût se perd, les traditions classiques disparaissent, et l’on entend médire des véritables princes de l’intelligence française. On se moque de Racine et de Molière, et on profane les vieilles gloires de notre littérature. Nous avons eu, il y a quelques années, une bande noire qui, poussée par l’appât du gain, démolissait les monuments encore debout des siècles passés. Nous sommes en proie, à cette heure, à une bande noire d’une autre espèce, qui démolit à son tour les grands monuments de notre histoire, ne respectant rien, ni les traditions nationales, ni la vérité historique ; et à ce propos, j’adresserai un reproche sérieux à M. le ministre de l’Intérieur, que je regrette de ne pas voir sur ces bancs, pour avoir permis aux feuilletonistes de faire parader sur les tréteaux les personnages menteurs de leurs prétendus romans d’histoire. C’est une véritable profanation que cette manière de travestir la vie des personnages les plus illustres, et de les offrir, sous un aspect ridicule, à la risée publique. Le théâtre autorisé récemment par M. le ministre de l’Intérieur ne devrait pas s’appeler le Théâtre-Historique, mais bien le Théâtre des travestissements historiques.5 (Très bien ! très bien !)

27(En ce moment M. le ministre de l’Intérieur entre dans la salle.)

28Plusieurs voix. Recommencez.

29(L’orateur reprend son discours et continue.)

30Cette façon d’entendre le commerce littéraire a privé le pays des services que pouvaient lui rendre les plus nobles esprits, elle a détourné les hommes sérieux et capables de leur vocation naturelle. La facilité du gain et de l’ouvrage les a séduits et ils ont préféré une vie joyeuse et sans gloire à une existence laborieuse, mais qui devait les conduire à la renommée. Oui, je le dis ici à quelques-uns d’entre eux, ils auraient compté un jour parmi nos illustrations littéraires, s’ils n’avaient point dissipé dans les folles orgies de l’imagination les richesses intellectuelles dont la Providence les a doués.

31Il est temps que ce désordre ait un terme et que la justice de l’État mette chacun et chaque chose à sa place. Vous êtes un grand pouvoir, vous exercez sur la société une influence considérable, c’est le cas de vous en servir. Que vous preniez une mesure législative, ainsi que je le demande, ou que vous donniez à mes faibles paroles l’autorité, la puissance de votre approbation, une action salutaire sera produite sur les esprits. Lorsqu’on verra le premier corps de l’État, dans sa vigilance, pénétrer le mal et le signaler, les citoyens, les pères de famille réfléchiront ; vous donnerez de la force aux esprits qui ne veulent pas laisser s’éteindre la génération qui vient dans les langueurs de l’oisiveté et qui prétendent la retremper dans les habitudes d’une vie occupée et sévère.

32Maintenant, dirai-je un mot sur la nécessité de supprimer le timbre sur les journaux politiques ? La Chambre m’en dispensera ; je ne pourrais que répéter ce que j’ai dit en 1844 lorsqu’elle a bien voulu prendre ma première proposition en considération. Je rappellerai seulement que l’impôt est d’une telle exagération, qu’il équivaut à la confiscation : ainsi, sur 40 francs, prix de l’abonnement pour Paris, Le Siècle paye pour timbre 21 F, et sur 48 F, prix de l’abonnement pour les départements, il paye 14 F pour la poste et 21 F pour le timbre, total, 35 F de sorte qu’il lui reste par abonnement 13 F pour frais de composition, de papier, de tirage, pour frais généraux, pour intérêts du capital engagé, pour rédaction et pour bénéfice. Je crois que cette question est jugée et qu’elle ne peut tarder à être gagnée devant vous.

  • 6 Il s’agit d’une pétition de soixante libraires parisiens à l’appui de la proposition de Chapuys-Mon (...)

33Je me bornerai également à indiquer à la chambre le côté commercial de la question. Par l’introduction du roman-feuilleton, le journal s’est substitué au livre : la librairie s’est trouvée ainsi amenée à un état de crise qui empire tous les jours ; la pétition que j’ai déposée aujourd’hui6 en fait foi.

34Maintenant répondrai-je à quelques-unes des objections dont ma proposition a été l’objet. Est-ce quelque chose de contraire à la liberté que j’ai l’honneur de vous soumettre ? Je ne le crois pas. Je n’interdis pas la publication du roman-feuilleton, je laisse aux journaux existants et aux journaux à venir le plein exercice de leur volonté à ce sujet, je ne change rien à leur situation. S’ils veulent continuer leurs publications, ils le pourront sans que l’autorité soit armée contre eux du plus petit article de loi de plus. Seulement, je crois que l’État, qui a un intérêt sérieux à voir se produire, se répandre la littérature sérieuse, honnête, la bonne discussion politique, a le droit d’accorder une franchise de timbre, une exemption d’impôt, à ceux qui entreront dans ces voies. Est-ce que, pour encourager l’agriculture et le commerce, vous ne donnez pas des primes, vous ne constituez pas des franchises P Et vous ne pourriez pas faire pour la morale publique, pour le salut des bonnes doctrines, ce que vous faites pour l’industrie et pour la terre. Je l’avoue, je n’éprouve aucun scrupule sur ce point, et je ne crois pas faillir le moins du monde à mes principes en vous soumettant ma proposition. Ce n’est pas de la prévention que je fais, ce n’est pas même de la répression, c’est de l’encouragement. Mais, m’a-t-on fait l’honneur de me dire, comment distinguera-t-on le roman d’une nouvelle, d’un trait d’histoire ? D’abord roman et nouvelle, c’est la même chose ; quant à l’histoire, eh ! mon Dieu, les tribunaux feront ce que chacun de nous fait, ils examineront, ils compareront et ils prononceront.

35Je vous prie, messieurs, de me permettre de vous faire remarquer un des mérites de cette proposition. Elle n’a point de sanction pénale spéciale ; la punition d’avoir manqué à l’engagement, c’est la perte de l’avantage : le journal rentre dans le droit commun. Vous avouerez que la partie pénale du projet se distingue par une extrême mansuétude. Il fallait qu’il en fût ainsi. Un de nos devoirs est de ne jamais oublier les services que la presse rend journellement à la politique, et de ne la toucher, même pour la réformer, qu’avec une extrême délicatesse.

36Voici ma réponse à une dernière objection. La proposition est inutile : ou les romans-feuilletons offensent les mœurs, ou ils sont très innocents ; dans le premier cas, c’est aux procureurs généraux à faire leurs devoirs, stimulez leur zèle et ne venez pas demander de loi nouvelle ; dans le cas contraire, ils ont le droit de vivre comme toutes les autres publications du temps. Il n’y a qu’une réponse à cela, je la puise dans les faits. La presse est constituée de telle façon, c’est un monopole si étroit, que les pouvoirs politiques et les partis sont en quelque sorte chacun dans la dépendance d’un ou deux journaux : ainsi le ministère actuel, qui hier encore avait deux feuilles publiques attachées à sa défense, n’en a plus qu’une aujourd’hui, et encore, cette feuille lui fait-elle quelquefois d’étranges articles dans son intérêt. De bonne foi, croyez-vous que M. le procureur général à Paris oserait, le cas échéant, poursuivre Le Journal des débats ? Je l’en défie. La raison d’État dans ces circonstances fait fléchir la justice particulière ; les faits sont là encore pour l’attester. Il y a quelques années, deux de nos honorables collègues ont dénoncé à M. Hébert, procureur général alors, une scène effrayante de démoralisation qui faisait partie d’un roman-feuilleton. M. le procureur général a demandé deux jours de réflexion ; au bout de deux jours il a répondu que ses substituts réunis à lui, d’une voix commune, avaient déclaré qu’il n’y avait pas lieu à suivre. Ce jour-là, par exception, les substituts ont fait fonctions d’hommes d’État.

37Eh bien, je le demande, lorsqu’on n’a pas poursuivi une telle atteinte à l’honnêteté publique, peut-on espérer que l’on poursuivra quelque chose dans ce genre ? Non, on ne poursuivra pas, et c’est pour cela que j’ai cru devoir vous soumettre ma proposition. La commission peut la modifier et vous la soumettre sous une forme nouvelle si elle le juge convenable. Déjà une proposition sur le timbre a été adoptée. Si la Chambre veut bien prendre celle-ci en considération, les deux propositions pourront être renvoyées à la même commission.

38Je termine.

39Les intérêts essentiels d’une grande nation se tiennent et sont solidaires. Si l’un d’eux est affecté, les autres souffrent ; le désordre qui trouble l’un trouble l’autre ; si l’intérieur de l’homme, si la paix de la famille sont agités outre mesure par les rêves chimériques de l’imagination, le gouvernement doit s’en ressentir ; les obstacles arriveront en foule, et le peuple lui-même, dans sa vie difficile, rencontrera des difficultés nouvelles.

40L’harmonie entre toutes les facultés et les puissances de ce temps est nécessaire à la prospérité publique. Ces publications immorales et enflammées que j’ai signalées en rompent l’équilibre, et je viens résolument, sans me préoccuper des orages de toute nature que cela peut soulever contre moi, vous proposer la répression de leurs excès. (Approbation.)

41M. le Président. La prise en considération est-elle appuyée ?

42Voix diverses. Oui ! oui !

43M. le Président. La parole est à M. le ministre des Finances.

44M. la Plagne, ministre des Finances. Messieurs, il n’est certainement personne dans cette chambre qui ne rende justice aux intentions qui ont dicté à l’honorable M. de Chapuys-Montlaville la proposition qu’il vient de vous soumettre, et qui n’applaudisse au sentiment qui lui inspire la guerre si vive et si persévérante qu’il a déclarée aux romans-feuilletons. Mais les haines vigoureuses entraînent quelquefois trop loin, et c’est le cas de la proposition actuelle. Je crois qu’elle peut être définie par un seul mot ; c’est une sorte de censure fiscale qu’il s’agit d’établir.

45M. de Chapuys-Montlaville. Pas le moins du monde.

46M. le Ministre. Ce sont ces considérations que j’avais indiquées, dans le bureau dont je fais partie, pour élever des objections contre la lecture de la proposition. La Chambre ayant autorisé cette lecture, je crois que la position est un peu changée à raison de cette circonstance, qu’il y a lieu de nommer une commission pour examiner une autre proposition qui a également pour objet la suppression du timbre sur les journaux.

47Si la Chambre décidait que les deux propositions doivent être renvoyées à une même commission ; que, par conséquent, il n’y eût qu’une seule discussion, et qu’il n’en résulterait pas une perte de temps inutile, je ne m’opposerais pas à sa prise en considération, pourvu qu’elle se fondât sur les motifs très honorables qui ont dicté la proposition et que cela n’impliquât en aucune manière une approbation des procédés auxquels on veut avoir recours pour atteindre le but que s’est proposé l’honorable M. de Chapuys-Montlaville. Je crois, sous ces réserves, qu’il n’y a aucun inconvénient à prendre la proposition en considération.

48M. Glais-Bizoin. Auteur d’une proposition qui a pour objet la suppression de l’impôt du timbre, je vote cependant pour la prise en considération de la proposition de l’honorable M. de Chapuys-Montlaville.

49Toutefois, sous peine de m’exposer à être taxé d’inconséquence, je dois dire les motifs de mon vote. Si l’honorable M. de Chapuys-Montlaville tenait à la forme dans laquelle il a présenté sa proposition, il y aurait obligation pour moi de la repousser ; mais il l’a déclaré lui-même, il ne tient point à la formule : il est tout prêt à adopter celle qu’une commission pourrait trouver, sans maintenir le droit du timbre sur les journaux politiques. Cette déclaration doit me satisfaire : l’honorable M. de Chapuys-Montlaville veut proscrire le roman-feuilleton des colonnes de la presse, parce qu’il fait, selon lui, diversion à la grande affaire, à l’affaire sérieuse, à la politique.

50J’avoue que c’est une question pour moi que celle de savoir si, au contraire, le roman-feuilleton ou plutôt la partie littéraire de la presse, ne sert pas de véhicule aux idées politiques. Mais le roman-feuilleton sert de couvert à toutes sortes de pensées immorales, cela n’est que trop vrai ; mais je crois que, si les extraits de La Gazette des tribunaux devaient prendre la place du roman-feuilleton par l’effet de l’adoption de la proposition de notre honorable collègue, personne n’y aurait gagné, et que l’honorable M. de Chapuys-Montlaville en aurait lui-même bien du regret et qu’il penserait qu’il y aurait lieu à une nouvelle proposition de sa part. Ce peu de mots suffisent pour témoigner de mon peu de confiance dans les résultats que se propose d’obtenir l’honorable auteur de la proposition.

51Ce qui me détermine surtout à en appuyer la prise en considération, c’est le désir que M. le ministre de l’Intérieur et le garde des Sceaux considèrent ce vote comme un vœu de la part de la Chambre pour que ces deux gardiens de la morale publique apportent plus de vigilance pour arrêter l’action démoralisante de la plupart des romans-feuilletons et des représentations théâtrales, justement signalés à la réprobation des honnêtes gens par notre collègue et ami M. de Chapuys de Montlaville. Nos lois suffisent à cette tâche : il ne faut que vouloir leur application.

52M. Saint-Marc Girardin. Je demande à la Chambre la permission de lui présenter quelques courtes observations contre la prise en considération de la proposition de M. de Chapuys-Montlaville.

53Quant à moi, je ne puis assurément pas être suspect d’aucune partialité, ni d’aucune affection pour le genre de littérature que M. de Chapuys-Montlaville poursuit avec une si louable persévérance. Comme lui, j’aimerais mieux, sans aucun doute, que les journaux ne publiassent pas de romans-feuilletons ; comme lui, je crois que même, pour les romans, cette forme de littérature est mauvaise. Mais je crois qu’il faut en général laisser les choses se corriger par elles-mêmes, lorsqu’il s’agit de littérature, lorsqu’il s’agit de goût public. Il s’agit ici de la république des lettres ; or, dans la république des lettres, il n’y a pas de tribunal littéraire : le tribunal littéraire, voulez-vous le constituer ? J’avoue que, quant à moi, malgré la grande confiance que j’ai dans la Chambre, malgré la grande confiance que j’ai dans l’honorable M. de Chapuys-Montlaville, quoique je veuille atteindre le même but, cependant, j’aurais quelque défiance à voir la Chambre s’ériger en tribunal littéraire, et c’est ce qu’elle ferait par la prise en considération. Dans ses commencements l’Académie française a voulu aussi être un tribunal littéraire ; il est vrai qu’elle était conseillée par un ministre puissant, par Richelieu : elle a eu la main malheureuse.

54Je ne dis pas que nous soyons exposés à rencontrer des chefs-d’œuvre comme Le Cid, et que ce soient là les inconvénients qui soient à craindre de nos jours ; mais je crois qu’il est nécessaire que le goût public, qui est le seul véritable législateur en fait de littérature, fasse justice des erreurs passagères qui peuvent se rencontrer.

55Messieurs, vous savez quelles vicissitudes règnent dans la littérature ; comment, perpétuellement, un goût en chasse un autre. Qu’arrivera-t-il P La critique, éveillée même au besoin par les représentations de l’honorable M. de Chapuys-Montlaville, ne manquera pas d’avertir le goût public ; et un jour, un jour qui n’est pas éloigné, vous verrez tomber cette littérature, vous la verrez tomber sans que vous vous soyez mêlés le moins du monde de régler et de censurer la littérature, sans que vous soyez entrés dans un domaine qui ne vous appartient pas.

56L’honorable M. de Chapuys parle, qu’il me permette de le lui dire, parle comme un législateur antique, et je l’en approuve ; mais je parle, et je suis bien obligé de le faire, comme un député de nos jours, de notre pays, et je revendique les droits et toutes les libertés de la littérature, même dans ses excès et dans ses erreurs. On nous parle des romans-feuilletons ? Mais n’y a-t-il donc que les romans-feuilletons qui soient blâmables ?

57M. D’Haubersart. Il y a aussi certains premiers-Paris ! (On rit.)

58M. Saint-Marc Girardin. Sont-ce les romans-feuilletons seulement qui doivent encourir une excommunication parlementaire ? À Dieu ne plaise ! Mais vous rencontrerez sans cesse ailleurs les mêmes inconvénients : si vous chassez ce que vous appelez la littérature mauvaise du feuilleton, elle saura bien se faire une part ailleurs. La question, c’est de corriger l’esprit public ; or, dans cette vue, donnez des avertissements, je le veux bien ; ces avertissements auront l’autorité de votre tribune ; ils auront celle aussi du zèle de M. de Chapuys-Montlaville ; mais, encore une fois, vous ne pouvez pas avoir d’autorité sur les règles mêmes de la littérature. C’est ici une question de critique, une question de liberté littéraire : les pouvoirs publics n’y peuvent rien.

59M. le Président. Je consulte la Chambre sur la prise en considération de la proposition.

60(La Chambre, consultée, décide qu’elle prend la proposition en considération.)

61M. le Président. La Chambre prend en considération la proposition, ordonne qu’elle sera imprimée et distribuée.

62On a proposé de renvoyer la proposition de M. de Chapuys-Montlaville à la commission qui doit être nommée par les bureaux pour l’examen de la proposition de MM. Glais-Bizoin et Émile de Girardin. Y a-t-il opposition ? (Non ! non !)

  • 7 La proposition ne sera pas retenue.

63En ce cas, les bureaux seront convoqués pour nommer la commission qui sera chargée de faire un rapport sur les deux propositions.7

Notes

1 Ce discours fut prononcé par Chapuys-Montlaville en appui de sa proposition d’affranchir du droit de timbre les journaux politiques qui ne publieraient pas de roman-feuilleton. Nous reproduisons son discours intégralement, ainsi que le court débat qui le suivit.

2 Il s’agit vraisemblablement de Thiers, patron politique du Constitutionnel (voir n. 3, p. 97).

3 Le Journal des débats, qui avait publié, entre autres, Les Mystères de Paris d’Eugène Sue.

4 Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale et politique, de Louis Reybaud, roman satirique, parut en feuilleton dans Le National en 1841. Il eut huit éditions entre 1841 et 1850 et fut l’un des « best-sellers » de la monarchie de Juillet.

5 Cette allusion vise Alexandre Dumas, qui avait été autorisé à ouvrir un théâtre « de drame, de comédie et de féerie » sur le boulevard du Temple. Le Théâtre-Historique ouvre ses portes le 19 février 1847 avec une adaptation théâtrale de La Reine Margot, qui eut un succès populaire. La débâcle financière entraînée par la révolution de février 1848 le forcera à fermer ses portes.

6 Il s’agit d’une pétition de soixante libraires parisiens à l’appui de la proposition de Chapuys-Montlaville.

7 La proposition ne sera pas retenue.

© UGA Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540