Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La querelle du roman-feuilleton

 | 
Lise Dumasy

II. Le débat parlementaire et journalistique

Discours à la Chambre des députés, 14 mars 1845 (extraits)1

Le Moniteur universel, 15 mars 1845

Chapuys-Montlaville

Testo integrale

  • 1 Chapuys-Montlaville prononça ce discours à l’appui de la proposition qu’il avait déposée de supprim (...)

1M. le Président. [...]

2L’ordre du jour appelle la discussion de la proposition de M. Chapuys de Montlaville sur le timbre des journaux et écrits périodiques.

3La chambre connaît la proposition de M. Chapuys de Montlaville, celle de la commission, et les amendements qui ont été proposés par M. de Tracy et par M. Mortimer Ternaux.

4La discussion générale est ouverte. La parole est à M. Chapuys de Montlaville.

5M. Chapuys de Montlaville. Messieurs, je ne veux pas reproduire ici tous les motifs à l’appui de mon opinion sur l’abolition totale du timbre sur les feuilles périodiques. Cette question a été traitée dans les journaux ; un rapport vous a été fait, et ce serait abuser des moments de la chambre que de ne pas la supposer suffisamment instruite du fond même de la question, et de développer de nouveau devant elle les arguments contenus dans ma discussion, dans celle de la presse quotidienne, et, dans le rapport de votre commission.

6Je me bornerai à répondre aux objections faites par la commission et consignées dans son rapport, objections qui, à mon avis, ne me semblent pas fondées, et qui cependant l’ont déterminée non seulement à modifier profondément ma proposition, mais à en changer l’esprit et la portée.

7Ma tâche remplie sur ce point, je demanderai à la chambre la permission d’appeler son attention la plus sérieuse sur la transformation opérée depuis quelque temps dans la presse par l’importance exagérée et malheureuse qu’ont prise les feuilletons. Je lui demanderai d’examiner et de s’enquérir pour savoir si cette prédominance incontestable de la partie secondaire sur la partie principale, de la littérature courante et de bas étage sur la littérature élevée et digne et sur la politique, est une chose bonne et salutaire.

8J’espère lui démontrer que cette situation nouvelle doit compromettre nécessairement, dans un avenir rapproché, la moralité générale de ce pays, et détruire chez lui l’esprit politique. [...]

  • 2 Dans une première partie de son discours, Chapuys-Montlaville critiquait l’industrialisation de la (...)

9Maintenant, qu’il me soit permis d’arriver à la seconde moitié de ma discussion2, c’est-à-dire à l’examen de l’influence nouvelle et pernicieuse du feuilleton dans la presse.

10La presse quotidienne a subi depuis quelques années une sorte de transformation. La partie principale et politique, tout à coup, est devenue la partie secondaire ; le feuilleton a pris dans le journal l’importance qui appartenait autrefois à la politique, à ces articles de premiers-Paris ou de fond que plusieurs de ses publicistes les plus honorés se faisaient un devoir d’écrire pour l’instruction générale et pour la discussion publique.

11Ce nouvel état de choses, cette situation anormale est, à nos yeux, un symptôme grave qui prouve à la fois la défaillance des moeurs, et l’affaiblissement de l’esprit politique.

12Un de nos honorables collègues, l’année dernière, dans les journaux, s’est opposé à la lecture de ma proposition, et il me disait que son motif unique était la crainte de voir l’esprit politique du pays diminué et emporté par cette quantité de journaux, qui jetteraient bientôt la confusion dans les partis en énervant les convictions. Je ne partageais pas, il est inutile de le dire, les craintes de l’honorable député ; je crois, au contraire que le meilleur moyen de soutenir la vie politique dans ce pays c’est d’appeler à elle une foule de citoyens qui, par le manque de publicité, les journaux étant rendus trop chers par l’impôt et le monopole qui en est la conséquence, ne peuvent pas suivre les mouvements divers des affaires publiques. Mais si ma proposition ne doit pas alarmer sur ce point les bons citoyens, la prépondérance, la suprématie que s’arroge le roman sur la politique doit attirer leurs sérieuse attention.

13Aujourd’hui, en effet, on ne s’abonne plus à un journal à cause de son opinion semblable à la sienne : on s’y abonne, toutes couleurs indifférentes, suivant que le feuilleton, passez-moi le mot, est plus ou moins amusant : aussi avez-vous vu des fortunes étranges dues à la puissance magique des feuilletons. Je vais citer des faits et des noms ; mais, avant je veux prendre une précaution que la difficulté de la situation rend très légitime. Je prie les puissants seigneurs de la presse quotidienne de vouloir bien ne pas prendre en mauvaise part ce que je vais dire. Je ne suis animé que par le pur mouvement de ma conscience, et c’est contre eux-mêmes, aveuglés qu’ils sont sur leurs vrais intérêts, que j’ai la prétention de les défendre.

  • 3 Tombé à 3 600 abonnés, Le Constitutionnel acheta Le Juif errant à Eugène Sue 10 000 F, et le publia (...)

14L’année dernière encore, Le Constitutionnel, ce vieil athlète du libéralisme, cet organe des opinions modérées du centre gauche, tirait à quelques milliers d’exemplaires. Malgré l’habileté de la rédaction, il ne pouvait pas atteindre le chiffre des abonnés de la presse à 40 F. Il pliait sous le poids du timbre et des énormes frais de poste, lorsqu’une inspiration lui vient. Il se décide, lui, le défenseur honoré de la bonne littérature, lui qui avait combattu les novateurs romantiques, et qui, comme nous, continuait à honorer la pureté de style, et à observer les lois de la grammaire, il se décide, pour ressaisir sa fortune, à sacrifier à l’idole : il s’entend avec un écrivain que la célébrité de ses feuilletons a rendu important dans ce genre ; il lui demande une oeuvre de longue haleine. Le marché se conclut : Le Juif errant se met en route, et il marche, et il marchera longtemps [on rit), jusqu’à la fin des siècles, dit la légende. Le but a été atteint ; le nombre des abonnés s’est élevé à un chiffre considérable, et il va toujours croissant.3

  • 4 Il s’agit d’Émile de Girardin. Voir n. 11, p. 33. Celui-ci, qui avait combattu à la Chambre la prop (...)

15La Presse, dont le rédacteur en chef siège dans cette chambre4 et qui est entré dans cette voie le premier de tous, car c’est La Presse qui a publié d’abord des romans en feuilletons, a éprouvé la même bonne fortune.

  • 5 Le Siècle était un journal du centre gauche parlementaire, c’est pourquoi ChapuysMontlaville le mén (...)

16Le Siècle lui-même est-il bien sûr que son feuilleton n’a pas contribué à son immense succès5 ?

  • 6 Le Journal des débats consacra un long article, le 16 juin 1843, non à réfuter Chapuys-Montlaville, (...)

17Quant au Journal des débats, je n’en parlerai pas ; je me suis permis un jour de dire un mot de vérité sur son feuilleton et j’en ai été récompensé le lendemain par un article d’un goût si pur, d’une modération si édifiante et d’un style si parfait, que je me suis bien promis de n’y pas revenir.6 (On rit.)

18Des écrivains de talent ont fourni des romans en abondance à ces divers journaux, aussi le registre des abonnés s’est promptement rempli.

19Eh bien, messieurs, croyez-vous que cet accroissement dans le nombre des adhésions par les abonnements soit venu de ce qu’un plus grand nombre de personnes se sont converties à l’opinion politique représentée par ces journaux P De nos jours, les conversions ne s’opèrent pas par milliers en quelques mois. Les abonnés ont afflué, non pas vers la politique du journal, mais bien vers le feuilleton qui, disait-on, était piquant et extraordinaire.

20Croyez-vous que ceci soit une chose si bonne et salutaire ? L’esprit politique pourrait-il résister à une pareille anomalie, et dans un temps où l’on veut apprendre la science politique à une nation qui ne l’a pratiquée jusqu’ici que par intérêt ou par passion, et qui par conséquent ne la sait pas P Est-il possible de tolérer que le choix de la feuille où l’on puise les éléments de sa science ou de son opinion soit déterminé par un roman ? Ce serait le moyen de mettre les romanciers au-dessus des hommes politiques ; ces messieurs deviendraient les éducateurs de la société française, et, en vérité, j’aurais de graves appréhensions pour l’avenir si la direction des esprits était remise en de telles mains.

21Je déplore sincèrement que des hommes de talent et que des gens d’études se soient laissé entraîner à faire un tel usage de la riche part d’intelligence et de savoir qui leur a été départie, et si, par un retour heureux, ils pouvaient être détournés de cette voie, la France aurait le droit de s’enorgueillir d’avoir conquis parmi eux pour le bienfait de la morale publique des esprits d’élite et des coeurs de choix.

22Il est temps de porter remède, au moins par la discussion, à ce mal qui va toujours en s’aggravant. Il y a deux ans à peine, je l’avais signalé à cette tribune. La chambre tout entière avait donné une pleine adhésion à mes paroles, et, l’on pouvait croire que cet avertissement aurait un résultat, et calmerait quelque peu cette fièvre. Il n’en a rien été cependant, le mal, au lieu de se tempérer, a fait des progrès, et il tend à devenir de plus en plus général. Le public, entraîné par la curiosité, excité par des tableaux dont l’imagination a fait tous les frais, se précipite dans cette lecture avec une ardeur incroyable. C’est que tout est remué profondément par ces pages brûlantes, il n’est pas une passion qu’elles n’éveillent, pas un espoir qu’elles ne flattent, pas un remords qu’elles n’endorment, pas un devoir qu’elles ne fassent oublier. Ce sont d’enivrants parfums qu’on respire avec délices, et qui engourdissent à la fois l’âme et le corps. Le danger est si grand, le mal s’est propagé si rapidement, qu’il n’est pas permis à l’homme de bien, qui a l’honneur d’exercer une fonction publique, de tenir un mandat populaire, de se taire et de ne pas dire ce qu’il pense des tristes choses qu’une première fois il a signalées.

23Tous les partis sont intéressés dans cette grave question, il n’en est aucun qui doive y rester indifférent.

24Le parti conservateur ne comprend-il pas que la meilleure sauvegarde de l’ordre public et des institutions, c’est le respect de l’ordre moral, c’est l'apaisement des passions, c’est une sage limite placée librement, naturellement, par les moeurs privées aux inventions extravagantes de la pensée humaine ; c’est par conséquent l’équilibre établi entre les deux grandes facultés de l’homme, l’imagination qui crée et le jugement qui règle ses créations ?

25Les hommes de génie, ceux qui approchent de plus près la perfection angélique ou divine, sont précisément ceux chez lesquels cette double faculté est à la fois aussi étendue et aussi exactement balancée que possible.

26Les peuples sont des êtres de génie encore, et il appartient à ceux qui ont reçu la mission de leur direction morale de veiller à ce que ces deux grandes facultés humaines se maintiennent dans la même proportion.

27Et les autres partis, en dehors de cette dernière considération qui leur est commune avec le parti du gouvernement ou des affaires, n’ont-ils pas d’autres raisons plus sérieuses encore pour vouloir que les esprits n’épuisent pas leurs forces, les coeurs leur courage, les caractères leur vertu, dans des rêves impossibles et imaginaires ?

28L’illusion est l’ennemie de la vérité. C’est un mensonge général, c’est un mensonge de théorie. L’illusion tue la réalité, enfante dans la pensée un monde merveilleux qui dégoûte du monde réel. L’imagination, qui est à peu près infinie, qui ne reconnaît ni les lois de l’esprit ni celles des sens, et qui ne s’arrête pas même devant les choses éternelles, qu’elle arrange au gré de ses vains caprices, ne laisse rien exister de ce qui vit sur cette terre : elle défigure la vraie création par une multitude de créations nouvelles, bizarres, emportées, haletantes, imprévues, qui s’effacent les unes par les autres, et ne laissent que du vide dans cette pauvre âme, qui, après avoir été secouée dans les espaces, retombe lourdement sur la terre pour y souffrir.

29Au mileu de ce désordre des esprits, où voulez-vous que germent les grands principes de liberlé et de patrie, de philosophie et de religion ?

30Pour fonder un empire, pour assurer la liberté d’un peuple, pour grandir ce peuple jusqu’à la hauteur de la démocratie pure, ou pour lui inspirer l’amour et la foi de nos pères, il faut d’abord préparer son âme, il faut qu’il apprenne la valeur, l’importance du devoir, et puis il faut que des habitudes graves, sérieuses, prennent place dans sa vie. Tout ce qui est efféminé et d’imagination est contraire à la liberté ; tout ce qui est sévère et de réflexion est favorable au progrès politique et à l’émancipation des hommes.

31Vous voyez donc, messieurs, que j’avais bien raison de dire que tous les partis sont intéressés également à ce que cette cause de démoralisation et d’abaissement cesse.

32Je croirais faire injure à la chambre si, redoutant de la fatiguer, je ne faisais point passer sous ses yeux rapidement les inconvénients graves que cette littérature entraîne après elle. Je ne répéterai pas ce que j’ai dit déjà, et je ne montrerai pas ces feuilles romanesques pénétrant dans les familles malgré la vigilance du père et du maître, ébranlant toutes les convictions, ouvrant une carrière sans limite à toutes les ambitions, faisant prendre en pitié et déjouant les devoirs les plus sacrés, les habitudes les plus simples, et troublant ainsi la marche régulière et paisible de la famille.

33Je ne rappellerai pas les désastreux effets de ces illusions sur les esprits timides et inexpérimentés. Si les romans précipitent souvent la jeunesse riche dans la débauche et dans une farouche indépendance, oublieuse de tout devoir, ils exercent d’autres ravages sur la jeunesse des classes ouvrières : ils lui apprennent à mépriser la condition de leurs pères et à rougir de leur origine ; ils faussent ainsi la notion la plus simple et malheureusement la moins répandue de l’égalité.

34On se persuade trop dans les campagnes et dans les ateliers que l’égalité consiste à porter le même habit que son voisin, et à lui être semblable par la fortune. Ce n’est pas la richesse qui fait et donne le rang dans ce pays ; c’est l’intelligence, la probité et le travail. Tel ouvrier, tel laboureur, occupe dans l’estime publique un rang plus élevé que tel millionnaire, qu’on le sache bien, et peut être cette vérité contribuera-elle à apaiser cette ardeur de déclassement, cette vivacité à se précipiter dans les services publics ou dans les professions libérales, quittant trop souvent une existence assurée et heureuse pour des chances hasardées et vaines.

35Je ne veux pas développer ces deux griefs ; je me suis fait suffisamment comprendre ; mais il y a des dangers politiques qu’il est de mon devoir d'indiquer.

36La F rance règne dans le monde ; elle y règne par la puissance de son génie littéraire, plus encore que par les principes d'indépendance et de liberté, plus encore que par le souvenir de ses victoires et par la crainte de ses armes ; c’est l’esprit français qui est le véritable conquérant des deux hémisphères ; c’est lui qui porte partout nos idées, nos goûts, nos sentiments, notre langue. En tous lieux on veut apprendre notre grammaire pour être initié plus vite et plus complètement aux merveilles de notre littérature.

37Les peuples les moins avancés, les plus en garde contre notre politique, ont été séduits cependant par notre intelligence nationale. Pendant qu’ils nous combattaient sur les champs de bataille, sous la tente au retour du combat, ils lisaient nos chefs-d’oeuvre littéraires ; et à la suite d’une victoire de nos armées, nos livres en ajoutaient d’autres plus durables. Nous avons vu des rois et de grandes reines aux pieds de nos simples littérateurs. Et d’où est venue cette puissance universellement répandue P De la facilité, de la perfection de notre langue et de notre littérature, de l’étendue et de la variété de notre génie, de la grâce et du bon goût de nos lettres. Si toutes ces qualités s’évanouissent, si la langue est mutilée, si le mauvais goût nous envahit, si l’enflure remplace l’enthousiasme, si le désordre des idées, l’emportement des situations, la bizarrerie ou la folie des plans se montrent partout, nous perdrons bientôt notre réputation, et par suite, notre influence.

38Pourrait-il en être autrement lorsque l’histoire elle-même n’est pas respectée ? Au lieu de chercher à éclaicir les points les plus douteux, à réunir les faits oubliés ou perdus, à rétablir les caractères dans leur vérité, on prend à tâche de tout confondre, de tout mêler, de tout dénaturer. On ne respecte rien, ni les institutions ni les hommes : on fausse l’esprit des unes, on diminue la taille des autres. Il n’est pas jusqu’à la plus grande figure des temps modernes qui n’ait subi de tels affronts. Je suis forcé de le dire ici, mais l’empereur Napoléon a été la victime privilégiée des feuilletonistes : on a entassé sur cette vie glorieuse des anecdotes plus ou moins bizarres, des traits d’esprit plus ou moins équivoques ; on a semé de taches le manteau impérial. Et je ne sais pourquoi, en vérité, on n’a pas attribué encore à une intrigue le salut de l’armée, à Austerlitz et à Wagram. C’est une nouvelle manière de calomnier. La vie du passé, telle qu’elle s’est faite, n’est pas assez piquante et assez vive ; on la refait à sa guise, on la pare de fleurs artificielles et de perles fausses ; et c’est ainsi que la masse du peuple apprend quelle a été la suite des actions de nos pères.

39De telles leçons assurément sont déplorables.

40C’est une grande et terrible tâche que d’écrire l’histoire.

41Il s’agit de juger à la fois les actes et les intentions de ceux qui ont passé avant nous, et de savoir ce qu’ils ont fait de ce pouvoir de la vie qui leur a été remis en dépôt. Il s’agit de savoir s’ils l’ont appliqué exclusivement à leur profit personnel, ou à celui du peuple, cette masse immense et agitée au sein de laquelle la Providence veut que l’on verse tous les trésors de l’intelligence que l’on possède, car le bonheur du peuple est une des vues essentielles de Dieu, et par conséquent le premier devoir de ceux qui aspirent à marcher dans ses voies.

42Aujourd’hui, chose malheureuse à dire, cette mission s’est dégradée entre les mains des feuilletonistes, ils en ont fait une industrie.

43Les nobles souvenirs de notre vieille littérature, les traditions que nous ont laissées les grands esprits de ces derniers siècles, sontils donc perdus, et n’y a-t-il plus personne en France, à la ville, à l’Académie, qui ose relever le culte de l’honnêteté et de la pureté littéraire ?

44Messieurs, je vous l’avoue, je crains fort que le mal ne soit grand, car, depuis un demi-siècle, à part quelques ouvrages éminents, que je ne citerai pas, parce qu’ayant paru, ils sont connus de tous, ou parce qu’ils vont paraître signés par de grands noms, la librairie ne fournit plus de bons livres. Cette librairie elle-même souffre et meurt sous l’action du mercantilisme qui l’a abandonnée pour les feuilles quotidiennes dont l’usage est plus financier.

45Ceci est un immense désordre, il faut y porter remède, et dès lors la question de l’abolition du timbre devient l’une des questions les plus hautes et les plus fécondes de la politique. Il s’agit, en effet, de mettre à la portée du peuple, en le moralisant, les éléments de son instruction : il s’agit d’élever les masses à la hauteur des meilleurs sentiments, et de préparer ainsi leur prospérité morale et matérielle, ainsi que la force et la gloire de la patrie.

46Le peuple n’est pas toujours destiné à faire des révolutions et à briller seulement au milieu des éclats de sa puissance.

47Il est destiné, d’autres fois, à travailler paisiblement dans les arts, dans les sciences, à rechercher cette milice éclairée qui se place d’elle-même et par la seule force de son génie à la tête des nations.

48Votre devoir, à vous législateurs, c’est d’aider au développement de ces germes précieux que la Providence a déposés au sein de la multitude. Vous devez mettre à la portée de tous les enseignements publics, et assurément la presse est l’agent le plus actif de l’instruction ; vous devez le faire, afin que celui qui, dans nos ateliers, sent travailler l’inspiration dans son sein, puisse lui obéir, et ne soit pas condamné à la laisser s’éteindre, solitaire et immobile.

49Levez donc les entraves qui s’opposent à la diffusion de la pensée humaine, faites que les feuilles périodiques puissent journellement porter partout, jusque dans nos hameaux les plus reculés, et jeter dans les rangs travailleurs du peuple, les éléments de la vie littéraire, scientifique, politique et nationale.

50L’émancipation intellectuelle de la nation française a été la vie essentielle de la révolution. L’émancipation intellectuelle ne peut arriver que par la publicité. Donnez donc à ce grand pays cette publicité qu’il a gagnée par tant de combat, de gloire et de douleurs, vous accomplirez, vous achèverez ainsi la tâche qu’ont si magnifiquement entreprise nos assemblées nationales.

Note

1 Chapuys-Montlaville prononça ce discours à l’appui de la proposition qu’il avait déposée de supprimer le droit de timbre sur les journaux et écrits périodiques. Nous reproduisons ci-après la partie du discours de Chapuys-Montlaville concernant plus particulièrement le roman-feuilleton.

2 Dans une première partie de son discours, Chapuys-Montlaville critiquait l’industrialisation de la presse, devenue objet de spéculation et non plus guide et éducateur politique du peuple. Il en accusait les mauvaises lois prises à son égard par le gouvernement, en particulier l’abus des impôts, qui, écrasant la presse, la forçaient à devenir commerciale pour survivre.

3 Tombé à 3 600 abonnés, Le Constitutionnel acheta Le Juif errant à Eugène Sue 10 000 F, et le publia du 25 juin 1844 au 26 août 1845 ; immédiatement 20 000 lecteurs s’abonnèrent au journal.

4 Il s’agit d’Émile de Girardin. Voir n. 11, p. 33. Celui-ci, qui avait combattu à la Chambre la proposition de Chapuys-Montlaville, consacra un bref éditorial, dans La Presse du 15 mars 1845, à la question, alléguant que la suppression du timbre ne changerait rien à la publication de romans-feuilletons par les journaux et que du reste ceux-ci n’étaient pas nuisibles à la partie politique du journal.

5 Le Siècle était un journal du centre gauche parlementaire, c’est pourquoi ChapuysMontlaville le ménage, quoique son évolution soit strictement analogue à celle de La Presse. Voir n. 11, p. 33.

6 Le Journal des débats consacra un long article, le 16 juin 1843, non à réfuter Chapuys-Montlaville, mais à le tourner en ridicule, à brocarder ses talents d’orateur et d’écrivain (Chapuys-Montlaville avait écrit une biographie de Lamartine et une Histoire du Dauphine).

© UGA Éditions, 1999

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540