Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La querelle du roman-feuilleton

 | 
Lise Dumasy

II. Le débat parlementaire et journalistique

Discours à la chambre des députés, 13 juin 1843 (extrait)1

Le Moniteur universel, 14 juin 1843

Chapuys-Montlaville

Texte intégral

  • 1 Le cadre du discours est la discussion annuelle du budget. Le baron Benoît-Marie Chapuys-Montlavil (...)

1Malheureusement en France, on recueille beaucoup, mais on dépense plus qu’on ne recueille.

2Cette disposition, qui est l’un des défauts de notre nature française, au lieu d’être contenue et réprimée par une politique habile et sage, a été au contraire développée et excitée par les fautes du gouvernement. L’homme est un être d’imitation, il fait ce qu’il voit faire, il suit trop souvent les exemples qui lui viennent de haut. Depuis tantôt vingt années, le peuple en France a pour guide des gouvernements qui s’inquiètent fort peu d’équilibrer les recettes et les dépenses, qui se livrent à des emprunts quand la caisse est vide, et il a imité ces gouvernements. Les départements ont suivi l’exemple de l’État, ils ont chargé les contribuables, les villes ont fait comme les départements et l’État, et les particuliers, à leur tour, ont fait comme les communes, les départements et l’État.

  • 2 Sic. Sans doute épuisé.

3De là est venue une certaine excitation qui a gagné toutes les classes de la société. Chacun a voulu paraître plus qu’il ne pouvait, l’imprévoyance s’est mêlée à toutes les affaires, et puis, quand le moment difficile est arrivé, quand le crédit a été puisé2, ont paru les ardeurs de l’imagination, les impatiences de la gêne, les colères intérieures : on s’est jeté dans les spéculations, on les a entreprises honnêtement d’abord, plus tard, on y a mis beaucoup d’adresse, et enfin, on a fini par la friponnerie. De là, les banqueroutes simples et composées, les fraudes, les prospectus mensongers, les ventes de propriétés imaginaires, les secrets merveilleux pour faire rendre de l’or, aux choses qui n’en contenaient pas une parcelle, et tout cet attirail enfin de mauvais moyens et de basses intrigues, qui ont compromis tant de fortunes, jeté sur le pavé tant de familles et qui ont conduit des malheureux, des dupes et des victimes, à la mort et au suicide.

4Je me hâte de reconnaître que ce mouvement honteux de spéculation et d’agiotage, que ce misérable et sanglant charlatanisme est diminué, mais il reste encore beaucoup d’agitation intérieure dans les esprits et beaucoup de gêne dans les fortunes. Il est certain qu’à notre époque les besoins sont extrêmes et nouveaux, que l’amour du luxe a remplacé le simple désir du bien-être, que les situations cherchent mutellement à se dépasser, et qu’il est peu de citoyens contents de leur sort, vivant paisiblement chez eux, sans désirer de sortir de la condition que leur ont léguée leurs pères.

5Ceci est grave et vous prouve que si vous avez un jour des sacrifices considérables d’argent à demander à cette nation, elle sera dans l’impossibilité d’y satisfaire.

6C’est donc votre dernière ressource qui vous est enlevée, et j’avais bien raison de dire que, dans la situation où se trouve le pays, si la guerre venait à éclater, vous seriez conduits fatalement à la banqueroute et à l’emprunt forcé.

7Je suis bien aise, messieurs, de vous faire remarquer ici, et cette considération n’est peut-être pas la moins importante, que le mal serait d’autant plus grand, qu’il surprendrait la nation, au sein d’un découragement moral déplorable.

8Ne nous le dissimulons pas, les âmes françaises tendent à s’amollir ; il est triste de le dire, mais, depuis quelque temps, on quitte les choses sérieuses pour les choses légères. Les œuvres d’une imagination sans règle et sans mesure, sont accueillies avec une faveur marquée ; aussi l’avidité mercantile s’est-elle empressée de chercher par tous les moyens à les faire pénétrer dans les masses, afin de gagner de l’argent. La spéculation, messieurs, vous le savez, s’inquiète peu de la valeur morale des marchandises qu’elle vend, pourvu qu’elle ait un grand débit et qu’elle fasse bien ses affaires, peu lui importe si elle altère ou fortifie la santé publique. La spéculation est de sa nature aveugle, insensible, elle vend de l’opium aux Chinois et des romans à la France.

9Que voyons-nous, en effet, depuis quelque temps ? Une littérature nouvelle s’est emparée des esprits, on ne produit plus des ouvrages sérieux, honnêtes et utiles, on ne fait usage du talent qui vous a été donné par la Providence que pour composer des romans en feuilletons, dans lesquels abondent les tableaux les plus vifs, les expressions les plus passionnées, les situations les plus immorales, les principes les plus pervers.

10Il semble qu’on se plaît à augmenter par de déplorables entraînements les dispositions de notre peuple à se laisser séduire et emporter par les élans de l’imagination, principal, brillant, mais dangereux attribut (quand il n’est pas réglé par le jugement) de notre nature française.

11On en est arrivé à un point extrême, on ne respecte rien, ni la grammaire ni le bon goût littéraire, ni les mœurs ni la religion : même les secrets des ménages ont été répandus sur la place, non pas avec des noms supposés, mais avec des noms retournés, de telle sorte qu’il ne s’agissait que de rétablir les lettres dans leur ordre naturel, pour connaître les dates, les familles et les personnages.

12On se moque agréablement et il faut le reconnaître, souvent avec une certaine grâce d’intelligence et une belle fleur de langage, de tout ce qu’il y a de plus sacré et de plus religieux parmi les hommes et, chose inouïe, ce ne sont pas des jeunes gens et des littérateurs de pacotille qui se rendent coupables de ces faits, ce sont des hommes éminents par l’intelligence, déjà vieux d’âge et de renommée et qui n’ont pas à donner pour excuse leur inexpérience ou les difficultés de leur position.

13Les effets de cette diffusion des mauvais romans et des pernicieuses doctrines se font sentir dans toutes les classes de la société. Il n’est pas une ville, pas un village, pas un salon, pas une taverne, où ils ne pénètrent et ne fassent de grands ravages dans les âmes.

14Au lieu de vivre tout simplement suivant la vieille mode du genre humain sur le sol, au milieu des joies et des labeurs alternatifs de la vie réelle, on vit dans le monde idéal, on se berce d’illusions, on se repaît de chimères, chacun, après avoir bu à cette coupe parfumée, remplie des liqueurs les plus enivrantes, perd le sentiment et le goût de la réalité ; les effets de ce redoutable opium se révèlent bientôt. Alors on reçoit en songe les plus brillantes et les plus inconcevables fortunes, les fleurs, les femmes, les applaudissements, les richesses de toutes sortes, pleuvent sur la tête du patient, qui prend en pitié sa situation réelle, qui se met à mépriser l’habit, l’outil, le cabinet, l’étude, la maison de son père, et n’aspire plus qu’à quitter son modeste patrimoine, pour aller se précipiter dans les hasards et dans les flammes des grandes villes, où il rencontre, pour achever sa perte, des fêtes que je ne qualifierai pas et des théâtres dont la licence est proverbiale.

15Certes ce n’est pas à l’opposition que le pays peut attribuer un pareil désordre, car non seulement elle gémit des causes qui le produisent, mais elle donne elle-même l’exemple de la retenue. L’organe le plus avancé de la cause démocratique, Le National, et je le dis à son grand honneur, a toujours refusé d’admettre dans ses colonnes les romans de l’espèce dont je parle.

  • 3 Cette allusion vise La Muse du département, de Balzac, et plus précisément, semble-t-il, un épisod (...)

16Quelle est au contraire la feuille qui a publié le roman le plus détestable, où les doctrines les plus saintes, les plus nécessaires à la société étaient foulées aux pieds, avec un cynisme révoltant ; c’est le journal officiel du gouvernement, c’est Le Messager3 (rires au centre) : c’est très sérieux, messieurs.

17M. Poulle. C’est Le Moniteur qui est le journal du gouvernement.

  • 4 Allusion aux Mystères de Paris, en cours de parution depuis le 19 juin 1842 dans Le Journal des dé (...)

18M. Chapuys-Montlaville. Vous ne direz pas que Le Messager n’est pas un journal officiel. Après lui, on peut citer un autre journal qui se fait gloire d’être ultra-ministériel et qui, depuis tantôt douze mois, promène ses lecteurs dans les égouts de la vie parisienne.4 (Très bien ! très bien !)

19Aussi beaucoup de gens disent-ils, à tort sans doute, que le pouvoir est satisfait de ce qui se passe, qu’il accepte cette diversion, comme un appui (vives réclamations au centre), et qu’il espère amortir ainsi sous les extravagances de l’imagination la virilité de notre jeunesse française. Tout ce qui éloigne de la politique, même les mœurs relâchées, lui plairait donc. En vérité, malgré la vraisemblance, je ne peux pas pousser mes accusations jusque-là. Mais ce que je puis affirmer, c’est que ce fait si grave en lui-même est la conséquence et la faute de la législation financière qui accable la presse, et dont le ministère augmente la rigueur par la manière dont il interprète les lois. En effet, les charges qui pèsent sur les journaux périodiques sont telles qu’ils ne peuvent subvenir à leur vie, qu’à travers mille difficultés. Ils sont donc obligés d’avoir recours à tous les moyens pour augmenter leur clientèle. C’est pour cela que, réduits à l’extrémité, ils ont fait appel aux passions et se sont mis à éditer des romans dans leurs feuilletons. C’est une mesure fiscale qu’ils ont prise, en regard de celles dont le gouvernement les accable.

20N’ont-ils pas à se défendre tous les jours contre de nouvelles atteintes ?

21L’interprétation donnée à la loi sur les annonces judiciaires n’a-t-elle pas ébranlé ou ruiné les journaux des départements ?

22À Paris, n’avez-vous pas récemment des exemples du mauvais vouloir que le gouvernement ne cesse de manifester contre la publicité ?

23Le journal La Presse qui soutient le ministère, qui est une feuille dévouée sinon à toute sa politique, du moins aux principes sur lesquels elle repose ; La Presse a voulu ajouter un bulletin des tribunaux à sa feuille politique : le ministère aussitôt fait fouiller les lois pour y découvrir un article qui puisse autoriser une poursuite. On trouve l’article et on parvient à supprimer le nouveau moyen de publicité et de fortune que La Presse croyait avoir trouvé.

24D’autre part, Le Commerce, lui, publiait depuis de longues années, un supplément à onze heures ; il pouvait se croire à l’abri par une sorte de prescription : pas du tout, on le poursuit à son tour, et on le force à cesser de faire paraître son supplément ou à subir de nouvelles conditions.

25Mais si cela continue la liberté de la presse sera bientôt un vain mot, une lettre morte, comme l’article de la charte qui promet la liberté de l’enseignement, que nous n’avons pas encore, et que nous n’aurons jamais.

26Voix à droite. Je l’espère bien.

27M. Chapuys-Montlaville. Les feuilles périodiques ont donc adopté les romans dans les feuilletons, dans un but de défense. Levez les entraves qui pèsent sur elles, abolissez les droits de timbre et de poste, ne gênez point par de mensongères interprétations l’allure active et libre de la pensée, et alors, ceux des organes de l’opinion publique qui descendraient encore à de pareils et de si dangereux moyens seraient impardonnables, et vous auriez le droit de venir les accuser et vous plaindre comme je viens de le faire ici. (Très bien ! très bien !)

28J’ai cru devoir m’étendre, messieurs, sur un sujet qui touche aux grands intérêts de ce pays. En effet, un tel état de choses compromet les mœurs publiques, l’ordre intérieur et la liberté aussi.

  • 5 Rappelons que la monarchie de Juillet était un régime censitaire. Le suffrage universel masculin n (...)

29Plus les mœurs d’un peuple sont sévères, plus ses besoins sont simples, plus il lui est facile d’être paisible et libre. Et c’est précisément parce que je désire sincèrement que ce pays entre de plus en plus et de jour en jour dans les voies pacifiques et profondes de la démocratie, et que la loi électorale réformée appelle enfin tous les citoyens à concourir directement ou indirectement au gouvernement5, qui doit être une œuvre commune, que je me préoccupe davantage de tout ce qui peut altérer la sévérité des mœurs publiques.

30Vous le voyez donc, messieurs, tout s’enchaîne dans le monde ; les mauvais systèmes financiers, les dépenses exorbitantes d’un État, entraînent à leur suite les dépenses effrénées des citoyens, et cette exagération des dépenses générales et particulières diminue la force des nations et les éloigne de l’exercice de la liberté.

31Prenez-y garde, vous qui prétendez conserver dans un repos absolu une des nations les plus actives de la terre, si, au lieu de lui donner l’exemple de la sobriété en toutes choses, vous excitez tous ses désirs, vous mettez en émoi toutes ses passions avides, les désirs augmenteront, vous ne pourrez y satisfaire, et les intérêts que vous aurez créés, plaçant leurs espérances au-delà d’une révolution, dans un autre pouvoir, se soulèveront contre ce qui est.

32Je suis fondé à vous donner cet avertissement, car votre système de gouvernement consiste à vous rattacher le plus grand nombre de dévouements possible par des intérêts privés.

33Ce n’est pas en satisfaisant les intérêts généraux du pays, en gouvernant avec sagesse, dignité et modération, que vous espérez affermir la dynastie et consolider l’œuvre de 1830 ; non, c’est en arrachant, par l’appât de places richement salariées, du sein des partis, un à un, les hommes influents qui vous combattent.

34Le mouvement actuel de la société, ce qui se passe autour de nous depuis bientôt vingt années, n’a pas pour résultat de chercher et d’exciter ces nobles passions qui ont pour objet les grands intérêts publics ou les devoirs sérieux de l’homme, mais bien d’augmenter et d’accroître ces passions mesquines et égoïstes qui n’ont pour but que l’individu, son bien-être ou son ambition.

35Ainsi, toute la puissance de l’homme se concentre sur l’individu, au lieu de s’épancher au-dehors et de profiter à la généralité des citoyens.

36Le précepte chrétien de l’amour des autres est mis en oubli et le dogme païen de la jouissance individuelle et matérielle reparaît pour dégrader la société.

37Ceci ne vous promet pas des jours paisibles et sans dangers. Il est temps de vous replier sur vous-mêmes et d’aviser à ce qui se passe.

38N’oubliez pas, croyez-moi, que la Providence toujours équitable, mais sévère dans ses jugements, a voulu que la prospérité d’une nation, comme la richesse d’un individu, ne fût jamais que le résultat d’une bonne conduite, d’une conduite honnête et morale, et c’est ainsi que la vertu est un double trésor, qui suffit à cette vie et à l’autre.

39Hâtez-vous donc de modérer, à la fois par votre exemple et vos leçons, cette fièvre d’ambition, cette avidité d’argent, ces appétits de luxe, ces aspirations vers la haute fortune, qui étreignent tant de citoyens. Mettez de l’ordre et de l’économie dans les finances, vous qui êtes à la tête des services publics, tempérez vos instincts ambitieux, au lieu de rechercher le pouvoir et de vous y tenir avec une persistance qui ne peut pas s’allier avec une certaine hauteur morale ; sachez le quitter, quand il vous est révélé qu’il est temps de partir.

40Et vous, messieurs, à qui le pays a confié le soin de sa fortune, n’oubliez pas les besoins et les difficultés de l’avenir, ne prodiguez pas dans le présent toutes les ressources de ce grand pays ; laissez en réserve, dans le sein de la nation, des forces vives qui vous seront remises quand le temps sera venu, pour garantir l’indépendance et assurer la grandeur de la France.

41Je vote contre le budget (mouvement), contre le budget tel qu’il est présenté.

Notes

1 Le cadre du discours est la discussion annuelle du budget. Le baron Benoît-Marie Chapuys-Montlaville (1800-1868), député de Saône-et-Loire de 1833 à 1848, faisait partie de la gauche anti-dynastique. Il se rallia à Louis-Napoléon dès 1849 et nommé sénateur d’Empire en 1853.Il se spécialisa dans les attaques contre le roman-feuilleton : aux trois discours dont nous donnons le texte ci-dessous succédera en mars 1861 une nouvelle attaque, proposant l’établissement d’un impôt spécial sur le roman-feuilleton et l’interdiction de la vente des journaux-romans afin d’arracher les Français aux excitations de l’imagination.

2 Sic. Sans doute épuisé.

3 Cette allusion vise La Muse du département, de Balzac, et plus précisément, semble-t-il, un épisode, publié dans le feuilleton du 6 avril 1843 du Messager, au cours duquel le journaliste Étienne Lousteau, pour faire croire que l’héroïne, Dinah Piédefer, lui a cédé au cours d’une promenade en calèche, froisse sa robe d’organdi, « la seule étoffe dont le chiffonnage ne se rétablit pas » : voir lettre de Balzac à Mme Hanska du 9 avril 1843 (lettres à Madame Hanska, éd. R. Pierrot, Paris, Laffont (Bouquins), 1990, t. I, p. 666-667).
Dans une lettre du 18 juin 1843 à Mme Hanska, Balzac réagit à l’attaque de Chapuys-Montlaville : « J’ai été attaqué à la Chambre des députés par un brave Auvergnat nommé Chapuys-Montlaville, qui, je ne sais pourquoi, m’incrimine et me dit immoral. Ça m’a fait rire : la Chambre des députés devenant juge des œuvres littéraires est une de ces bouffonneries qui ne se voient qu’en France » (op. cit., t. I, P.699).

4 Allusion aux Mystères de Paris, en cours de parution depuis le 19 juin 1842 dans Le Journal des débats.

5 Rappelons que la monarchie de Juillet était un régime censitaire. Le suffrage universel masculin ne sera établi qu’après la révolution de 1848.

© UGA Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540