Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Philosophie de Thomas Reid

 | 
Patrick Chézaud

Deuxième partie. De l'individuel au collectif

De l’individuel au collectif

Texte intégral

1Les domaines de la représentation et du langage figurent parmi les meilleurs exemples de la genèse de la pensée du xixe siècle au sein de celle du xviiie. L’âge de la raison, des Lumières qui, bien que riche en obscurités, s’efforçait d’éclairer le monde, laisse peu à peu la place à la critique puis à l’idéologie, devant la faillite des tentatives explicatives qui ne mènent qu’au renversement des certitudes acquises depuis Descartes. Le terme d’idéologie a été considérablement galvaudé depuis son apparition sur la scène de la pensée chez les idéologues français comme Destutt de Tracy et De Gérando. Ce mouvement voulait aussi être l’instigateur de la science des sciences, mais il demeurait fidèle au sensualisme. Avec cette science de l’esprit, cette science des idées, il s’agissait encore d’étudier la manifestation des processus mentaux comme phénomènes observables chez l’individu. Mais, avec les philosophes allemands on en viendra vite à dépasser le cadre individuel pour considérer l’idée en elle-même, non plus comme une représentation, mais comme la manifestation d’une réalité spirituelle qui se montre en l’homme et, en quelque sorte, à travers lui. L’homme, conçu, non plus dans son individualité‚ mais comme le paradigme de l’humanité idéale, deviendra le réceptacle de l’Esprit, de la transcendance. L’idée deviendra alors métaphysique et l’on pourra parler d’idéologie au sens d’une norme qui s’impose de l’intérieur ou, selon une autre perspective, comme imposée de l’extérieur par les philosophes, à la reconquête de leurs prérogatives face à la science. Ce glissement, ce passage insidieux de l’idéalisme individualiste à l’idéologie totalisante, il est aisé d’en apercevoir les prémisses dans la philosophie du sens commun de Reid.

2Comme nous l’avons montré dans la première partie de cette étude, Reid anticipe sur les idéologues en promouvant sa science de l’esprit, sa « pneumatologie ». Déjà, il s’agit de voir en l’homme un objet de science, d’introduire la connaissance généralisante, de pénétrer l’individu de principes généraux à l’autorité desquels il est illusoire de vouloir se soustraire. Par sa réaction, par sa volonté d’opposer à l’atomisme sceptique une noématique générale, nécessaire et commune à toute l’humanité, Reid permet à l’étude des principes de l’esprit humain en général de poser des normes et de découvrir ou d’édicter des lois auxquelles tout individu et a fortiori tout philosophe doit être soumis. Nul ne peut y déroger sans tomber dans l’absurde. Plus précisément, à travers la représentation et le langage, l’aspect collectif, dont le sens commun est porteur, peut, par la science de l’homme devenu objet universel, tenter de faire place nette de l’ancien atomisme né de l’individualisme cartésien pour lequel l’individu était la seule source de toute connaissance. Bien sûr, cette tendance vers l’idéologie n’en est avec Reid qu’à ses premiers balbutiements. Sa philosophie est à cet égard loin d’afficher une cohérence et une constance absolues. Il n’en demeure pas moins qu’au-delà des difficultés nombreuses, des obscurités et des paradoxes d’une pensée nourrie de polémique, qui tient avant tout à défendre ses certitudes, l’œuvre de Reid montre le mouvement de la pensée en cette époque charnière, ainsi que le rôle considérable que la philosophie écossaise y joue.

© UGA Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540