Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Philosophie de Thomas Reid

 | 
Patrick Chézaud

Première partie. La science de l'homme

II. Fondements et possibilités de la science de l’homme

Texte intégral

1Pour mieux comprendre comment Reid se propose d’édifier une philosophie inductive inspirée des sciences de la nature et de définir un universel-homme comme objet de cette nouvelle science, laquelle n’est pas la psychologie individualiste de ses adversaires, il est nécessaire de pénétrer plus avant dans les fondements épistémologiques qu’il propose. Bien que se voulant novatrice et reconstructrice, sa philosophie n’est pas sans subir d’influences. Elle résonne des échos d’autres recherches contemporaines. Nous considérerons le réalisme cartésien et ses déviations, qui forment la base théorique de l’édifice qu’il construit. Nous nous pencherons également sur le problème posé par une certaine tendance au conceptualisme qui, en dehors de tout dogmatisme est de nature à ramener vers le solipsisme. Enfin, les similitudes de ses théories avec les doctrines de Kant nous conduiront à envisager la philosophie de Reid sous l’angle transcendantal, lequel fournit à la fois les conditions de possibilité d’une science de l’homme et ses limites.

1. Cartésianisme et intuitionnisme

  • 1 Voir 468a-b où Reid fait pour ainsi dire l’arbre généalogique du courant empiriste sceptique qu’il (...)
  • 2 Dauriac, p. 106.

2Quelles que soient les différences profondes séparant Reid et Descartes, n’oublions pas, en effet, que Reid s’est fait le critique sévère du philosophe français en qui il voyait l’initiateur du système des idées représentatives1, il n’en subsiste pas moins une certaine identité de vues et des similitudes de fond, quoique à des niveaux différents, entre les deux systèmes. Lionel Dauriac2 a pu dire que la conclusion réaliste de Descartes avait été le point de départ de Reid. En effet, c’est au sujet du scepticisme radical que se montre le mieux ce qui unit et sépare les deux philosophies. Descartes commence par appliquer un doute qu’il qualifie d’hyperbolique afin de le résorber par le raisonnement du cogito. Ce dernier ne vient, en fin de compte, que confirmer par le raisonnement une intuition première qui affirmait déjà l’existence du sujet et ensuite, par déduction, celle du monde. Reid ne s’attache qu’à ce dernier aspect discursif. Il ne voit pas que le doute est posé comme une méthode de recherche pour contrebalancer une intuition irrésistible, que la raison ne fait que confirmer.

  • 3 100a. Descartes, finding nothing established in this part of philosophy, in order to lay the found (...)

Descartes, ne trouvant rien d’établi dans cette philosophie résolut, afin d’en poser des fondements solides, de ne pas croire à sa propre existence tant qu’il ne pourrait en donner une bonne raison. Il fut sans doute le premier à prendre une telle résolution, mais, s’il avait pu effectivement mener à bien son projet et en venir à douter de sa propre existence, son cas eût été déplorable et sans espoir de remède de la part de la raison ou de la philosophie. […] Descartes, en fait, voudrait nous faire croire qu’il sortit de ce délire par l’argument logique suivant : Cogito, ergo sum, mais il est évident qu’il était sain d’esprit depuis toujours et n’avait jamais douté de son existence, car il la tient pour acquise dans cet argument et ne prouve rien du tout.3

3Le point de départ de Descartes est donc finalement le même que celui de Reid. Il est constitué d’une intuition d’où procèdent la clarté et l’évidence. La raison discursive n’est qu’une manière de la révéler, non de la faire naître. Reid accuse Descartes d’utiliser le cogito comme un raisonnement alors que comme Victor Cousin l’a montré‚ il ne s’agit que d’une intuition directe :

  • 4 Victor Cousin, Philosophie écossaise, p. 403. Cousin veut rattacher Reid au courant rationaliste c (...)

Il faut donc reconnaître que Descartes va de la pensée à l’être pensant par un tout autre procédé que le raisonnement, par une intuition simple et directe, simplici mentis intuitu, laquelle ressemble beaucoup au sens commun de Reid.4

4Il est vrai, le sens commun de Reid se réfère au même type d’intuition qui est par nature indémontrable. L’avantage d’un tel intuitionnisme est qu’il lui est possible d’affirmer l’esprit comme actif par essence, notamment dans la perception, en opposition avec la théorie de la table rase de Locke. Cela ouvre la voie, non seulement à une connaissance de type cartésien, à partir de l’intérieur, qui est aussi connaissance du monde extérieur à travers les sens, dans la mesure où le témoignage de la conscience n’est pas réfutable car il est l’origine même de l’évidence.

  • 5 231b. The operations of our minds are attended with consciousness ; and this consciousness is the (...)

Les opérations de l’esprit sont accompagnées de conscience, et c’est cette conscience qui est la preuve, la seule preuve que nous ayons ou puissions avoir de leur existence. […] Ce dont la conscience témoigne, et tout ce qui jouit de ce témoignage doit être pris comme premier principe.5

5La conscience selon Reid fait partie intégrante de la théodicée rationaliste. La Lumen naturale‚ claire et distincte constitue la conscience, et l’évidence naturelle est une découverte de l’immanence qui parcourt la conscience et le monde. Elle est comme une sorte de découverte d’elle-même et des voies de Dieu.

  • 6 447b, 448a. How then come we to be assured of this fundamental truth on which all others rest ? Pe (...)

Comment en arrivons-nous à avoir la certitude de cette vérité fondamentale sur laquelle toutes les autres reposent ? Peut-être l’évidence, qui ressemble à la lumière sous beaucoup d’autres aspects, lui ressemble aussi de la manière suivante : comme la lumière qui fait découvrir tout objet visible se montre en même temps elle-même, de même l’évidence, qui garantit toute vérité, est aussi sa propre garantie.6

  • 7 P. P. Royer-Collard, Fragments philosophiques, Paris, Alcan, 1913 et E. Boutroux « De l’influence (...)

6Son disciple français, Royer-Collard analyse parfaitement l’avantage de ce retour au cartésianisme. « Puisque l’âme met du sien dans la perception, c’est que son énergie propre est source de connaissance. »7 C’est ainsi que le naturalisme qui fondait le réalisme chez Reid pourra également servir de base au spiritualisme français en jouant sur le second terme de l’analogie entre le monde et le sujet. Si l’idée claire et distincte de Descartes fournit un critère d’accès épistémique au monde, elle justifie également la connaissance de l’esprit. Pourtant ce n’est pas tant l’idée claire qui fonde l’épistémologie de Reid, mais plutôt un principe de croyance. L’ego n’est pas uniquement une intuition intellectuelle noétique, mais d’abord une conviction irrésistible.

  • 8 232a. I take it for granted that all the thoughts I am conscious of, or remember, are the thoughts (...)

Je prends comme allant de soi que toutes les pensées dont j’ai conscience ou que je peux me rappeler sont les pensées du seul et même principe pensant que j’appelle moi-même ou mon esprit. Chaque homme a une conviction irrésistible et immédiate, non seulement de son existence présente, mais encore de la continuité de cette existence et de son identité aussi loin qu’il s’en souvienne.8

  • 9 Dauriac, p. 54. L’instinct est, par ailleurs, considéré par Reid comme antérieur et de plus d’auto (...)
  • 10 Un point de vue comparable se trouve chez Ludwig Wittgenstein, Tractatus Logico-Philosophicus,(...)
  • 11 Toute l’architecture de la raison chez Reid se fonde donc sur la croyance qui procède de l’évidenc (...)

7La « chose qui pense » devient un principe pensant. Reid renverse le cogito, l’existence précède la pensée. Si le naturalisme rapproche Reid de Descartes, il y a pourtant un grand paradoxe dans ce rapprochement. Son intuitionnisme est plutôt l’image inversée du cartésianisme car c’est finalement la croyance qui fonde l’existence et par suite la pensée. Le doute hyperbolique de Descartes est par hypothèse écarté comme un non-sens. L’instinct réaliste9 doit être justifié par la raison chez le philosophe français ; chez Reid, il est le point départ de toute raison, donc en dehors d’elle et inaccessible.10 Si la conscience, siège de l’intuition, est la racine de l’évidence, elle est par là même la source de la croyance qui précède et rend possible toute connaissance.11 Les principes, qui sont les lois de la conscience, déterminent la croyance d’une manière irrésistible, comparable à l’évidence des axiomes mathématiques.

  • 12 230b. There are, therefore, common principles, which are the foundation of all reasoning and of al (...)

Il y a donc des principes communs qui sont les fondements de tout raisonnement et de toute science. Ces principes communs sont rarement accessibles à la preuve directe et n’en ont pas besoin. […] Ces principes, quand il nous arrive de les utiliser dans les sciences, sont appelés axiomes.12

  • 13 328a. We give the name of evidence to whatever is a ground of belief. Par ailleurs, Reid réfute le (...)

8La définition de l’évidence se fonde sur sa capacité à faire surgir la croyance. « Nous donnons le nom d’évidence à tout ce qui sert de fondement à la croyance. »13 Là encore, de même que Descartes devait s’appuyer sur la conviction de la véracité divine, Reid fonde son évidence sur la théodicée. L’autorité de l’évidence est en dernière analyse celle de Dieu.

  • 14 32b. Shall we say, then, that this belief is the inspiration of the Almighty ? I think this may be (...)

Dirons-nous, donc, que cette croyance est une inspiration du Tout-Puissant ? Je pense que l’on peut dire cela à bon droit, car je crois qu’il s’agit d’un effet immédiat de notre constitution, laquelle est l’œuvre du Tout-Puissant.14

9Loin d’être une philosophie de la remise en question, comme celle de Descartes, la pensée de Reid est d’abord une acceptation. Les principes sont inaccessibles au raisonnement puisqu’ils le fondent, les remettre en question n’a donc pas de sens.

  • 15 Dauriac, p. 2.
  • 16 434b.

10Si l’évidence de Reid est une forme supérieure de la croyance, alors que Descartes avait résolu dans un premier temps de « substituer partout l’évidence à la croyance »15, son champ d’application recouvre tout le domaine du sens commun, lui-même composé d’un ensemble de principes définis comme des croyances irrésistibles et naturelles. Reid cite la définition donnée par Cicéron et Shaftesbury.16

  • 17 Voir Hume, Treatise of Human Nature, III, i, 1, et Schulthess, 2, p. 89

11L’évidence-croyance s’applique ex-hypothesi aussi bien à l’esprit qu’au monde qui sont tous deux également naturels de même que la faculté qui permet leur connaissance. Nous revenons au point de départ du naturalisme. Il semble pourtant qu’il serait injuste de taxer ici Reid de pétition de principe. Par définition, le sens commun peut n’apparaître, bien sûr, que comme une vaste tautologie. On pourrait alors reprocher à Reid de tomber dans l’illusion naturaliste. La naturalistic fallacy que Hume dénonce à propos des principes moraux en disant que les états de fait ne sont pas démontrables parce qu’ils ne sont pas accessibles à la raison et que vouloir les prouver par leurs conséquences ou leurs relations équivaut à admettre ce que l’on veut prouver.17 Cependant, il faut reconnaître que le sens commun tel que défini par Reid se veut essentiellement non discursif. Il serait donc abusif de lui appliquer un critère de validité des raisonnements alors qu’il se défend d’en être un.

12Bien que très proche en apparence de la démarche cartésienne par son intuitionnisme, le philosophe écossais suit en fait une tout autre route. À l’opposé de la déduction cartésienne, il ne propose pas une découverte dynamique du monde à partir d’une intuition simple du sujet pensant, mais une statique qui procède par élargissement de l’évidence et dénombrement des principes. Descartes fait découler le monde d’une intuition première au moyen d’une déduction et se trouve confronté au problème de la fourniture d’une preuve de l’existence du non-moi, alors même que le dualisme entre l’esprit et le monde est radical. Reid pose le monde à côté du cogito, le moi et le monde sont les deux aspects d’une même nature faisant l’objet d’une intuition similaire. L’évidence du cogito devient l’évidence des principes. Il évite ainsi, dans une certaine mesure, les pièges du solipsisme.

2. Conceptualisme et solipsisme

  • 18 Voir 428a-b.

13L’accent mis sur la croyance garantissant l’existence permet à Reid d’éviter le conceptualisme vers lequel sa théorie de l’abstraction, dérivée de Berkeley, est susceptible de le mener. Il prend grand soin de distinguer l’idée-concept de l’idée représentative.18 Le domaine de l’abstraction est clairement délimité, les objets de l’esprit ne sont autres que des concepts.

  • 19 428b. By ideas here I mean things conceived abstractly, without regard to their existence. We comm (...)

Par idées, j’entends ici les choses conçues abstraitement, indépendamment de leur existence. Nous les appelons communément notion, conceptions, idées abstraites. Les péripatéticiens les appelaient universaux.19

  • 20 Voir 338b.

14Bien sûr, le conceptualisme à la manière de Berkeley est écarté par la disjonction opérée entre la faculté d’abstraction et le jugement d’existence qui procède de la croyance. L’objection du solipsisme conceptualiste est écartée, de même que le danger d’un autre solipsisme inhérent à l’intuitionnisme cartésien. Il subsiste pourtant des traces de conceptualisme que l’on rencontre dans son analyse des cas de perception non véridique, comme par exemple lorsqu’il évoque la douleur ressentie dans une jambe amputée.20 Ailleurs, il souligne le rôle essentiel joué par l’activité conceptuelle dans le fonctionnement cognitif de l’esprit.

  • 21 360b, 361a. It may be observed that conception enters as an ingredient in every operation of the m (...)

On peut observer que les conceptions sont un ingrédient de toute opération de l’esprit. Nos sens ne peuvent nous donner de croyance en aucun objet sans nous donner en même temps une conception de lui. Aucun homme ne peut raisonner sur les choses ou se les rappeler s’il n’en a pas une conception. Quand nous voulons exercer l’une de nos facultés actives il doit exister une conception de ce que nous voulons faire. Il ne peut y avoir ni désir, ni aversion, ni amour, ni haine sans une conception quelconque de leur objet. Nous ne pouvons ressentir de douleur sans la concevoir, bien que nous puissions la concevoir sans la ressentir. Toutes ces choses sont évidentes. Dans chaque opération de l’esprit, donc, dans tout ce que nous appelons pensée, la conception doit intervenir.21

  • 22 Voir 368a et aussi 223b.

15La conception fait partie de tout acte de l’esprit, mais elle diffère de la perception dans la mesure où son objet peut ne pas exister.22 Elle n’a pas nécessairement d’objet réel et puisqu’elle est un élément constitutif de tout acte mental, il s’ensuit que l’objet de tout acte mental pourrait, au moins théoriquement, être douteux. C’est compter sans la croyance irrésistible qui s’attache à la perception et qui fonde le monde en lui donnant un objet nécessairement réel.

  • 23 223b et 224a. Most of the operations of the mind, from their very nature, must have objects to whi (...)

La plupart des opérations de l’esprit, par leur nature propre, doivent avoir des objets qu’elles prennent pour cible et desquels elles rendent compte. Qui perçoit doit percevoir quelque chose et ce qu’il perçoit est appelé objet de sa perception. Percevoir, sans avoir d’objet de perception, est impossible.23

  • 24 Sur les hésitations de Reid et sur l’emploi polémique de la théorie immédiate en contradiction ave (...)
  • 25 363a. They are not the copies of any original that exists, but are originals themselves.
  • 26 Voir 326b, 327a, voir aussi 367a. Pour une plus ample étude des problèmes de la conception et de l (...)

16À ce point une difficulté se pose au niveau de la théorie de la connaissance immédiate. L’affirmant dans la perception, il est contraint de la nier dans la conception dont l’objet, s’il est non-existant, ne peut être qu’une représentation. Comme nous l’avons déjà remarqué, Reid hésite entre deux théories, l’une immédiate, l’autre médiate. Ce qui traduit son embarras face à la réfutation philosophique de la théorie des idées, en dehors de tout dogmatisme de la croyance.24 Le problème est similaire en ce qui concerne la conception. Refusant l’existence du contenu représentatif de l’esprit, Reid est amené à nier toute dépendance de la conception par rapport au réel. Celle-ci le forcerait à admettre que le travail d’abstraction s’opère à partir de données représentatives. Il faut alors que la conception soit une faculté de création d’originaux, d’où son opinion sur les créations de l’imagination. « Elles ne sont pas des copies d’un original existant, mais des originaux elles-mêmes. »25 Mais il doit admettre qu’elle n’est tout de même pas entièrement originale puisqu’elle doit disposer d’objets de conscience fournis par la nature.26

  • 27 Voir M. Hooker, « A Mistake about Conception in Thomas Reid », Critical Interpretations, p. 86 et (...)

17Il reste que pour Reid, contrairement à Hume, la concevabilité ne vaut pas preuve de possibilité. Le concept ne peut en soi fournir d’accès au réel.27 R. Greenberg propose une solution à ce problème reposant sur une interprétation intentionnaliste de la théorie de Reid.

  • 28 A. R. Greenberg, « Hamilton and Reid’s Realism », The Modern Schoolman, vol. LVI no 1, 1976, p. 27 (...)

Puisque Reid a admis des cas de perception non véridique et puisque il a utilisé la conception comme le noyau intentionnel des états psychologiques, y compris la perception, […] sa version du réalisme direct pourra s’appeler « réalisme indirect intentionnel ».28

  • 29 Greenberg, p. 24.

18Cette analyse repose sur l’intentionnalité supposée de la conception comme acte de l’esprit.29

  • 30 341a-b. Sur la théorie actuelle voir infra 2e partie, chap. i, sect. 2.
  • 31 Voir 223a.
  • 32 A. D. Woozley, Introduction aux Intellectual Powers. Voir aussi la position réiste défendue par Fr (...)
  • 33 Pierre-Paul Royer-Collard, Fragments philosophiques, Paris, Alcan, 1913.
  • 34 Voir 363b. Les Lilliputiens de Swift, par exemple, ne sont pas des originaux, mais des recompositi (...)
  • 35 Sur les hésitations de Reid et sa défense de deux théories perceptives opposées, l’une immédiate, (...)

19Pourtant, si Reid défend une théorie actuelle de la perception et même de la mémoire30, il ne va jamais jusqu’à voir dans la conception un acte impliquant le réel. À cet égard, il est plutôt question d’un acte virtuel, d’un pouvoir qui ne se réalise en acte qu’à l’occasion d’une rencontre dans la perception.31 Dans ce cas, l’intentionnalité serait à doubler d’une théorie dispositionnelle, telle qu’évoquée par A. D. Woozley32 faisant ressortir la veine naturaliste déjà très évidente chez lui. En effet, si la conception n’est pas un acte mais une virtualité, attendant sa rencontre avec l’objet, il devient possible de voir comment l’esprit agit, ou comme le disait Royer-Collard33, « met du sien dans la perception » et peut également, ensuite, mais seulement ensuite, à l’aide de la mémoire, recomposer les éléments qu’il a, pour ainsi dire, reconnus dans l’expérience. Il est d’ailleurs notable que les exemples donnés ne sont que des arrangements de phénomènes perceptifs réels ou de concepts tirés de l’expérience.34 Une telle théorie se fonde sur la correspondance naturelle qui lie la faculté conceptuelle au réel donné par la sensation, auquel elle confère forme et définition. Elle n’efface la contradiction née du conceptualisme qu’à la condition expresse de s’en tenir à une théorie immédiate de la perception que Reid ne peut cependant se résoudre à adopter définitivement.35 Dans ce cas, la faculté conceptuelle n’invente pas, mais simplement reconnaît, ce qui lui est donné. On en revient à une théorie qui reconnaît une connaissance présentative du monde extérieur et une utilisation représentative des données des sens par l’esprit. La conception ne peut aboutir au solipsisme car elle est rencontre avec le monde. C’est d’ailleurs ce qui se dégage de la décomposition de l’acte perceptif.

  • 36 258a. If therefore, we attend to that act of our mind which we call the perception of an external (...)

Si, donc, nous nous tournons vers cet acte de notre esprit que nous appelons la perception d’un objet extérieur au moyen des sens, nous y trouverons trois choses. D’abord une conception ou notion de l’objet perçu, ensuite une forte conviction et une irrésistible croyance en son existence présente, enfin que cette conviction et cette croyance sont immédiates et non l’effet d’un raisonnement.36

  • 37 111a-b. Reid emprunte la suggestion à Berkeley et également l’exemple de la voiture qui passe. (Vo (...)

20La conception précède la croyance mais elle est pourtant dépendante de la perception et se réalise par elle. La théorie de la suggestion37 vient à point nommé éclairer ce problème.

  • 38 111a. I beg leave to make use of the word suggestion, because I know not one more proper, to expre (...)

Je demande la permission d’utiliser le mot suggestion parce que je n’en connais pas de plus approprié pour exprimer un pouvoir de l’esprit qui semble avoir entièrement échappé aux philosophes et auquel nous devons un grand nombre des notions simples qui ne sont ni des impressions ni des idées et aussi un grand nombre de principes originaux qui fondent la croyance.38

  • 39 111b. Certain sensations of touch, by the constitution of our nature, suggest to us extension, sol (...)
  • 40 Voir 184b, 194b, 195a-b et 450a. Cette théorie de la suggestion est à inclure dans l’hypothèse sém (...)

21La suggestion est une faculté signifiante naturelle qui rappelle la notion contenue dans l’esprit. À l’occasion de l’expérience, le contenu inné de l’esprit se fait jour et s’applique à cette dernière, il l’informe et la définit. « Certaines sensations du toucher, par la constitution de notre nature, nous suggèrent l’étendue, la solidité et le mouvement alors que ces notions ne sont nullement semblables à des sensations. »39 Là encore, Reid ne choisit pas entre les deux aspects pourtant incompatibles de la suggestion. Celle-ci apparaît dans son œuvre comme une faculté de déchiffrage de la signification naturelle originale, antécédente à l’expérience, comme dans le cas des qualités premières. Elle peut aussi être le simple rappel par association d’un concept ou d’une image dans la mémoire, comme dans l’exemple de la voiture de Berkeley dont seul le son perçu suffit à faire renaître la connaissance. Il va de soi que seul le premier de ces deux types de suggestion peut résoudre le problème conceptualiste, car pour que le déchiffrage puisse s’opérer, il faut que quelque chose hors de l’esprit percevant se manifeste à lui.40 Grâce à la suggestion, la rencontre avec l’expérience, ou avec la situation dans le domaine de l’éthique, révèle la notion. Cette faculté souligne encore l’aspect naturaliste de la philosophie de Reid. On mesure à nouveau la similarité qui rapproche le philosophe écossais de Descartes. Pour lui également, l’existence du monde extérieur est enseignée par la nature. Ce qui sépare radicalement les deux penseurs est que chez Reid la nature est aussi bien intérieure qu’extérieure, et comme nous l’avons vu, tout cogito superflu. La nature humaine fournit tous les outils nécessaires à la connaissance de la nature extérieure parce qu’elle en émane. En fait, le solipsisme chez Reid est impossible, puisque la philosophie ne part pas du sujet. La conséquence de son rejet des idées représentatives a été de replacer la source de la connaissance dans un au-delà du sujet, dans une immanence qui englobe le sujet et l’objet et dont la connaissance n’est possible qu’à travers le sujet, comme à travers l’objet, dans ses manifestations à la conscience. Elle se résout dans une théodicée.

  • 41 Locke, Essay Concerning Human Understanding, L. II, chap. iv, § 1, 2.
  • 42 Voir 123ab.
  • 43 Newton, Principia, Regula III.
  • 44 Voir 56b, 57b, 5 a, 7a, 231a et 436-437.

22Cette conception, qui forme la base du naturalisme du philosophe, est apparente dans la théorie des qualités premières empruntée à Locke et non à Descartes, car ce dernier ne prend en compte que la figure, l’étendue et le mouvement en omettant la solidité‚ défendue par Locke41 et reprise par Reid sous l’appellation de dureté.42 À l’évidence, il choisit de suivre ici les empiristes, car la résistance qui sous-tend solidité et dureté implique déjà l’existence d’un monde extérieur interagissant avec la sensibilité. Il suit en cela Newton43 pour qui la dureté est une propriété fondamentale des corps. Un tel recours aux sciences de la nature, manifeste depuis Locke, est en parfaite cohérence avec les théories du sens commun et montre l’influence déterminante du découvreur de la gravitation44 sur l’élaboration de la « science de l’esprit ». Mais il reste à envisager comment, après avoir été rapproché de Descartes, sous l’aspect de l’épistémologie du sujet, Reid peut être vu comme proposant une théorie de type transcendantal à la manière de Kant. Une interprétation tentée par l’école française du début du xixe siècle. Il s’agit de savoir si l’immanence manifestée dans le naturalisme de Reid ne définit pas un type de connaissance fermée sur elle-même dont l’objet dépend des conditions de possibilité données par la nature même de la faculté cognitive. Bref, si le monde intérieur ou extérieur offert à la raison n’est pas d’abord son propre monde.

3. Vers un solipsisme transcendantal

  • 45 Leibniz, Nouveaux Essais sur l’Entendement humain. Le philosophe allemand présente, par ailleurs, (...)

23Reid s’accorde avec Leibniz45 pour qui le cogito ne montre pas seulement l’évidence du moi mais aussi celle du non-moi et du monde, car penser c’est de facto penser quelque chose. La pensée, ou plutôt l’évidence qui se révèle en elle et par elle, se fait condition de possibilité de l’existence du monde, découlant des mêmes premiers principes. Cette vision rapproche Reid de Kant en répandant la clarté de l’évidence cartésienne sur le monde extérieur.

24Face au problème de la causalité qui conduit Hume à la remise en question de la raison, Kant et Reid élaborent deux stratégies radicalement opposées. Kant choisit de suivre Hume sur le terrain de la remise en cause du concept. Reid se contente d’affirmer la futilité de l’entreprise et maintient l’existence de principes à l’origine des croyances communes et dont il est impossible de douter, ce qui vaut à son école les foudres du philosophe de Koenigsberg.

  • 46 E. Kant, Prolégomènes, Paris, Gibelin, trad., Vrin, 1957, p. 12.

Les adversaires de cet homme célèbre auraient dû, pour donner une solution satisfaisante, pénétrer bien avant dans la nature de la raison, en tant qu’elle ne s’occupe que de pensée pure, mais cela leur était inopportun. Ils inventèrent donc un moyen plus commode pour affecter de la morgue sans rien savoir. Ce fut d’en appeler au sens commun. C’est, en effet, un grand don du ciel d’avoir un sens droit (du simple bon sens, comme on l’a appelé récemment). Toutefois, il faut le manifester par des actes, par ce que l’on pense et ce que l’on dit de réfléchi et de raisonnable, mais non en s’y référant comme à un oracle, lorsqu’on ne sait rien dire d’intelligent pour se justifier.46

25Kant ne voit pas que Reid n’a pas à justifier ses premiers principes, car il les considère à la manière aristotélicienne, comme des axiomes de la raison commune, et par extension, de la raison spéculative. Mais pour Reid comme pour Kant, ces principes forment l’armature a priori de toute expérience contre le dogme de la table rase. Cependant, pour le philosophe allemand, ces principes, qu’ils soient catégories esthétiques ou principes de l’entendement, demeurent des cadres vides.

  • 47 Ibid., p. 44.

Il n’y a pour mon intuition qu’une seule manière d’être antérieure à la réalité de l’objet et de se produire comme connaissance a priori, c’est de ne contenir autre chose que la forme de la sensibilité qui dans mon sujet précède toutes les impressions réelles par lesquelles les objets m’affectent car je peux a priori savoir que les objets des sens ne peuvent être perçus que suivant cette forme de la sensibilité.47

  • 48 Ibid., p. 85.

26Ces cadres donnent un accès au réel, certes, mais restreint aux phénomènes. L’objet en soi reste inconnaissable. Il n’est offert à la connaissance que d’une manière elliptique, comme substrat des phénomènes de l’expérience. « Le concept de cause, n’indique pas du tout une condition inhérente aux choses, mais seulement une condition inhérente à l’expérience ».48

  • 49 125b. They are not beings, but rather the receptacles of every created being, without which it cou (...)

27À la question première de l’accès au monde, Reid et le sens commun apportent une réponse de même nature mais diamétralement opposée. Reid considère le problème sous l’angle du contenu, Kant sous l’angle formel. Nul sujet n’est plus révélateur à cet égard que l’analyse menée par les deux penseurs sur les concepts de temps et d’espace. Pour le penseur écossais, temps et espace sont des principes dont l’existence est nécessaire, mais cette nécessité n’apparaît pas in abstracto, comme pour les vérités mathématiques. Elle apparaît à travers l’expérience à l’occasion de la rencontre du sujet et du monde. L’expérience seule ne peut livrer le principe, cependant, elle ne fournit que l’occasion de son apparition à la conscience. Le principe n’est donc pas une condition formelle de l’expérience, mais un contenu inné de l’esprit donné avec elle. Pourtant, Reid se rapproche d’une conception kantienne lorsque, considérés comme réceptables de l’expérience, les principes du temps et de l’espace deviennent les conditions de possibilité de celle-ci. « Il ne s’agit pas d’êtres, mais plutôt des réceptacles de chaque créature, sans lesquels ils n’auraient pas pu exister ».49

  • 50 Kant, p. 75.
  • 51 Kant, p. 75.

28Kant a pourtant raison d’affirmer que les principes de Reid sont édifiés « de manière dogmatique à partir des choses elles-mêmes »50, les siens étant construits à partir de l’entendement. En fait, le philosophe écossais va même plus loin dans son dogmatisme en affirmant la correspondance donnée par les principes entre les lois de la nature et celles de l’entendement. Il ne fait en cela que paraphraser Kant d’ailleurs : « Les principes d’une expérience possible sont aussi des lois générales de la matière qui peuvent être connues a priori. »51 Mais il étend la correspondance aux choses en soi. Par exemple, le premier principe métaphysique permet la connaissance aussi bien du sujet que de l’objet à travers les phénomènes.

  • 52 454a. The qualities which we perceive by our senses must have a subject which we call body, and th (...)

Les qualités que nous percevons par nos sens doivent avoir un sujet que nous appelons corps et les pensées dont nous sommes conscients doivent avoir un sujet que nous appelons esprit.52

  • 53 Reid devient par là celui qui a érigé la « naturalistic fallacy » en principe, en se réclamant de (...)

29De cette manière, la connaissance du monde réel est ouverte à Reid, alors qu’elle ne peut être que partielle et subjective aux yeux de Kant. Reid se contente d’énumérer des principes sans sortir des conditions de l’expérience commune qu’il a élargie et à laquelle il a donné une valeur épistémologique. Il fonctionne à l’intérieur des limites du naturalisme en s’interdisant de dépasser les états de fait premiers, posés comme principes.53 Il reste effectivement dans le domaine modeste mais certain que Kant assigne aux philosophes du sens commun.

  • 54 Kant, p. 37.

Ils avoueront qu’il ne leur est pas permis de faire même des conjectures sur ce qui dépasse les limites de toute connaissance possible, mais seulement d’admettre ce qui est possible et même indispensable pour la conduite de l’intelligence et de la volonté dans leur vie.54

30Après avoir légitimé aux yeux de la raison la connaissance directe du monde extérieur, Reid peut se contenter d’évoluer à l’intérieur de la sphère qu’il a définie par ses principes. Le domaine des limites posées par Kant est aussi le domaine des limites de la raison et du monde, et vouloir s’en affranchir, espérer faire reculer la zone d’ombre au-delà de la frontière voulue par Dieu, l’instigateur des principes, est littéralement insensé‚ et de surcroît sacrilège.

31Thomas Reid inscrit sa philosophie dans les limites intangibles d’une épistémologie fermée sur elle-même. Il existe un domaine connaissable et un en dehors impénétrable. La conscience, lieu de l’évidence découlant de la correspondance de l’intuition avec le monde, constitue un univers de clarté au-delà duquel règne l’ombre absolue. Cela ramène vers un solipsisme partiel. Nous avons vu que pour Descartes le monde n’existe que par déduction à partir du sujet. Avec Reid il est donné avec la conscience et garanti par les principes qui la régissent. Cependant, on ne saurait sortir de la bulle dont les principes forment l’armature transcendantale et toute tentative pour forcer les limites métaphysiques constituées par les principes est condamnée au non-sens. La philosophie doit prendre pour base le sens commun, mais celui-ci limite l’explication philosophique à la simple description ou justification de ses principes constitutifs et interdit toute recherche, toute remise en question et toute hypothèse explicative. Les principes sont par nature inaccessibles à la raison puisqu’ils sont à la fois ses fondements et ses limites. Au-delà règne le mystère de ce que les facultés humaines ne peuvent prétendre atteindre.

  • 55 468b. Our intellectual powers are wisely fitted by the Author of our nature for the discovery of t (...)
  • 56 Voir 102b et 280b. Reid renvoie d’ailleurs dos à dos aussi bien l’ancienne philosophie scolastique (...)

32Le sens commun est un corpus de faits premiers à partir desquels l’induction ou la déduction sont possibles, mais toute remontée en deçà des principes est rationnellement interdite, la métaphysique doit faire place à la théodicée et la confiance dans la sagesse divine. « Nos facultés intellectuelles sont sagement adaptées à la découverte de la vérité par l’auteur de notre nature, autant qu’il sied à notre existence présente ».55 La seule science possible est donc celle qui se propose d’explorer le monde inclus à l’intérieur des limites assignées par Dieu au sens commun ; vouloir les dépasser signifie s’abandonner à l’hypothèse, à la conjecture et au non-sens.56 La connaissance se devant d’être connaissance de quelque chose, s’efforcer de connaître ce qui est en dehors de la connaissance possible n’a pas de sens. Plus récemment, Wittgenstein pose le problème dans les mêmes termes en parlant de la logique comme structure de la pensée.

  • 57 Ludwig Wittgenstein, Tractatus Logico-Philosophicus, § 5-61.

La logique remplit le monde, les limites du monde sont aussi ses propres limites. […] Ce que nous ne pouvons penser, nous ne pouvons le penser ; donc nous ne pouvons dire ce que nous ne saurions penser.57

  • 58 261b. We know not the limit which has been set to human knowledge, and our knowledge of the works (...)
  • 59 Reid se retrouve tout de même en accord avec Hume qui voulait montrer le peu de confiance dont la (...)

33Reid, de la même manière, enferme la philosophie dans la prison du sens. En établissant comme principe la correspondance mystérieuse, mais certaine, entre le sujet et le monde, il établit également les limites de la métaphysique, la pensée se meut dans un infini fermé. La définition des limites de la philosophie n’instaure pas une limite quantitative mais qualitative. Il n’y a pas de limites perceptibles à l’augmentation de la connaissance à l’intérieur de la sphère du sens commun. « Nous ne connaissons pas la limite assignée aux connaissances humaines et notre connaissance des œuvres divines ne peut jamais être poursuivie trop loin ».58 Cette sape de la métaphysique permet la victoire du sens commun, de la raison naturelle, sur cette excroissance monstrueuse que constitue pour lui la philosophie sceptique.59 La pensée de Reid pourrait s’exprimer à travers cette formule de Wittgenstein :

  • 60 Wittgenstein, § 6-51.

Le scepticisme n’est pas réfutable, mais est évidemment dépourvu de sens s’il s’avise de douter là où il ne peut être posé de question. Car le doute ne peut exister que là où il y a une question ; une question que là où il y a une réponse, et celle-ci que là où quelque chose peut être dit.60

34En définissant le sens commun comme cadre transcendantal de la pensée et donc de la philosophie, Reid rejette fermement le scepticisme dans le non-sens. L’école spiritualiste française a souvent reproché à Reid sa timidité envers la métaphysique. C’était méconnaître que toute sa pensée se voulait être, par son naturalisme et son transcendantalisme, avant tout une description et une exploration du domaine réservé à la connaissance humaine, s’interdisant les délires de la spéculation. En voulant rétablir la philosophie sur des bases solides avec une méthode héritée de la philosophie naturelle de Bacon, il voulait lui faire gagner en clarté ce qu’elle perdait en audace spéculative.

  • 61 Ibid., § 4-121.

35Au-delà de la lumière que les principes répandent sur la connaissance, demeure pourtant le mystère de leur origine métaphysique que Reid s’interdit d’explorer. Une zone inconnaissable entoure tout le sens commun, une immanence à jamais inaccessible. En paraphrasant encore Wittgenstein qui, d’une manière parallèle, analyse l’immanence qui transparaît dans le langage en déclarant : « ce qui se reflète dans le langage, le langage ne peut le représenter »61, il pourrait dire : « ce qui se reflète dans le sens commun, la philosophie ne peut ni le représenter ni le connaître. »

  • 62 Notamment Locke et toute la philosophie empiriste anglaise. Sur la psychologie, science de l’espri (...)
  • 63 L. Marcil-Lacoste qualifie ainsi le système de Reid dans « La notion d’évidence et le sens commun  (...)

36Avec la théorie de l’évidence, construite à partir du cartésianisme, mais posée a priori sur un champ d’application transcendantal, il ne reste à la philosophie que l’infini fermé d’une connaissance ne pouvant dépasser la description et le dénombrement de ses principes. Cette description et ce dénombrement n’étant possibles qu’à partir de l’interaction de l’esprit et du monde, par laquelle les principes transcendantaux se révèlent, il reste à l’intérieur du champ, un espace épistémologique inexploré, celui de l’esprit. De plus, la nature et la nature humaine faisant l’objet d’une identité sous-jacente et fondamentale, les sciences de la nature se trouvent fondées à fournir leur méthode pour cette recherche. L’armature théorique est en place pour l’apparition d’une science de l’esprit humain que Reid se propose, après bien d’autres62, de fonder. Son entreprise visera à parer la philosophie de l’aura que la science de la nature a gagnée, notamment avec Newton, en lui empruntant sa méthode pour former un système « introspectif-inductif »63, lequel saura rester modeste en refusant tout systématisme.

  • 64 211a-b. If Galileo had attempted a complete system of natural philosophy, he had, probably, done l (...)

Si Galilée s’était attelé à un système complet de philosophie naturelle il n’aurait probablement pas rendu grand service à l’humanité, mais, en se confinant à ce qui était à la portée de sa compréhension, il a posé les fondements d’une connaissance systématique qui s’élève par degrés et fait honneur à l’entendement humain. Newton, construisant sur ces fondements et, d’une manière identique, limitant ses investigations à la loi de gravitation ainsi qu’au propriétés de la lumière, a fait des merveilles. S’il avait entrepris bien plus, il aurait fait bien moins et peut-être rien du tout.64

Notes

1 Voir 468a-b où Reid fait pour ainsi dire l’arbre généalogique du courant empiriste sceptique qu’il appelle cartésien en remontant à Descartes, en passant par Malebranche et Arnauld pour aboutir à Collier, Berkeley et Hume.

2 Dauriac, p. 106.

3 100a. Descartes, finding nothing established in this part of philosophy, in order to lay the foundation of it deep, resolved not to believe his own existence till he should be able to give a good reason for it. He was, perhaps, the first that took up such a resolution ; but, if he could indeed have effected his purpose, and really become diffident of his existence, his case would have been deplorable, and without any remedy from reason or philosophy. […] Descartes, indeed, would make us believe that he got out of this delirium by this logical argument, « Cogito, ergo sum » ; but it is evident he was in his senses all the time, and never seriously doubted of his existence ; for he takes it for granted in this argument, and proves nothing at all.
Reid ne se conforme pas toujours à cette analyse. Plus loin dans l’Inquiry il fait ressortir l’aspect intuitif du cogito et l’incorpore à ses premiers principes en tant que témoignage de la conscience. Voir 268b.

4 Victor Cousin, Philosophie écossaise, p. 403. Cousin veut rattacher Reid au courant rationaliste cartésien car il voit en lui un continuateur des théories innéistes, lesquelles lui permettent de fonder l’école spiritualiste française en s’inspirant également de Kant. À cet effet, il s’efforce avec succès de démontrer que ce que Reid croit être un raisonnement dans le cogito, n’est en fait qu’une intuition résultant d’une idée innée. Pour justifier l’argument ontologique de Descartes, il s’appuie sur Reid en faisant intervenir le sens commun comme faculté par laquelle les intuitions se donnent à la conscience. Le sens commun devient ainsi une noématique. Voir Victor Cousin, Philosophie écossaise, dixième leçon.

5 231b. The operations of our minds are attended with consciousness ; and this consciousness is the evidence, the only evidence, which we have or can have of their existence. […] What consciousness testifies, and everything that hath this testimony is to be taken as a first principle.

6 447b, 448a. How then come we to be assured of this fundamental truth on which all others rest ? Perhaps evidence, as in many other respects it ressembles light, so in this also-that, as light, which is the discoverer of all visible objects, discovers itself at the same time, so evidence, which is the voucher for all truth, vouches for itself at the same time.
En dépit du caractère immanent de l’évidence, Reid conserve la distinction scolastique entre nécessaire et contingent. Il y a deux modes de révélation de l’évidence à l’intuition, la vérité contingente diffère de la vérité nécessaire en ce qu’elle n’est pas a priori évidente mais se révèle dans l’expérience, ce qui suppose l’existence du non-moi, donc du monde. L’accès à la conscience des vérités contingentes, c’est-à-dire dépendantes de la volonté divine, s’opère à l’occasion de la rencontre entre le moi et le non-moi (voir 231a). C’est ainsi que Reid procède à l’élargissement du type d’évidence naturelle qu’il trouve chez Descartes. Sur les vérités contingentes et nécessaires, voir infra 1re partie, chap. iii, sect. 2.

7 P. P. Royer-Collard, Fragments philosophiques, Paris, Alcan, 1913 et E. Boutroux « De l’influence de la philosophie écossaise sur la philosophie française » dans études dhistoire de la philosophie, Paris, 1897, p. 424.

8 232a. I take it for granted that all the thoughts I am conscious of, or remember, are the thoughts of one and the same thinking principle, which I call myself, or my mind. Every man has an immediate and irresistible conviction, not only of his present existence, but of his continued existence and identity, as far back as he can remember.

9 Dauriac, p. 54. L’instinct est, par ailleurs, considéré par Reid comme antérieur et de plus d’autorité‚ que la raison, il est le fondement du sens commun et donc de la raison elle-même. Voir 548b et 54a.

10 Un point de vue comparable se trouve chez Ludwig Wittgenstein, Tractatus Logico-Philosophicus, où une théorie de l’en dehors apparaît également à propos du lanlangage : « Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde » (5.6). La croyance instinctive est l’en dehors de la raison chez Reid, et elle n’est pas susceptible de connaissance active de type causal, car pour lui, toute connaissance est connaissance des causes. Il s’agit d’une acceptation, connaissance passive ou plutôt prise en compte.

11 Toute l’architecture de la raison chez Reid se fonde donc sur la croyance qui procède de l’évidence naturelle accessible à la connaissance. On peut ramener cela au schéma aristotélicien. L’évidence intuitive est une noétique qui appartient au sens commun par la lumière naturelle qu’il renferme. Elle entraîne une croyance irrésistible qui est l’effet de la constitution de l’homme résultant de la volonté du créateur. Au-delà de cette connaissance intuitive et immédiate s’étend le domaine de la dianoétique, du discursif fondé‚ sur la noématique des principes qui sont les lois d’apparition de l’évidence.
Voir 30b, 243b, et 328a-b, 32a, 425b, 435a, 476a et 477a-b.

12 230b. There are, therefore, common principles, which are the foundation of all reasoning and of all science. Such common principles seldom admit of direct proof, nor do they need it. […] Such principles, when we have occasion to use them in science, are called axioms.

13 328a. We give the name of evidence to whatever is a ground of belief. Par ailleurs, Reid réfute le cogito comme jugement de convenance d’idées en affirmant l’antécédence de la croyance qui devient ainsi un jugement naturel intuitif. Voir 243b.

14 32b. Shall we say, then, that this belief is the inspiration of the Almighty ? I think this may be said in a good sense ; for I take it to be the immediate effect of our constitution, which is the work of the Almighty. Voir aussi 341a-b et 422b.
Le sens commun est le réceptable de la lumière divine car il est la loi de l’évidence manifestée à la conscience. À ce sujet, Reid invoque l’autorité du Dr Johnson et de Bentley. Voir 423a.

15 Dauriac, p. 2.

16 434b.

17 Voir Hume, Treatise of Human Nature, III, i, 1, et Schulthess, 2, p. 89

18 Voir 428a-b.

19 428b. By ideas here I mean things conceived abstractly, without regard to their existence. We commonly call them abstract notions, abstract conceptions, abstract ideas, the Peripatetics called them universals.

20 Voir 338b.

21 360b, 361a. It may be observed that conception enters as an ingredient in every operation of the mind. Our senses cannot give us the belief of any object, without giving some conception of it at the same time. No man can either remember or reason about things of which he hath no conception. When we will to exert any of our active powers, there must be some conception of what we will to do. There can be no desire nor aversion, love nor hatred, without some conception of the object. We cannot feel pain without conceiving it, though we can conceive it without feeling it. These things are self-evident. In every operation of the mind, therefore, in everything we call thought, there must be conception.

22 Voir 368a et aussi 223b.

23 223b et 224a. Most of the operations of the mind, from their very nature, must have objects to which they are directed, and about which they are employed. He that perceives, must perceive something ; and that which he perceives is called the object of his perception. To perceive, without having any object of perception, is impossible.

24 Sur les hésitations de Reid et sur l’emploi polémique de la théorie immédiate en contradiction avec l’analyse médiate de la perception comme signe, voir infra 2e partie, chap. i, sect. 3 et 5.

25 363a. They are not the copies of any original that exists, but are originals themselves.

26 Voir 326b, 327a, voir aussi 367a. Pour une plus ample étude des problèmes de la conception et de l’abstraction, voir infra 2e partie chap. i.

27 Voir M. Hooker, « A Mistake about Conception in Thomas Reid », Critical Interpretations, p. 86 et A. Casullo, « Reid and Mill on Hume’s maxim of conceivability », Analysis, no 33, 1979 p. 12-21.

28 A. R. Greenberg, « Hamilton and Reid’s Realism », The Modern Schoolman, vol. LVI no 1, 1976, p. 27. Since Reid acknowledged cases of non-veridical perception, and since he utilized conception as the intentional core of psychological states, including perception. […] His version of direct realism will be called « intentionalist direct realism. »

29 Greenberg, p. 24.

30 341a-b. Sur la théorie actuelle voir infra 2e partie, chap. i, sect. 2.

31 Voir 223a.

32 A. D. Woozley, Introduction aux Intellectual Powers. Voir aussi la position réiste défendue par Franz Brentano dans, Was an Reid zu loben, selon laquelle les choses peuvent faire l’objet de conception et sont donc, d’une certaine manière anticipées par l’esprit. Voir T. Kotarbinski, « Franz Brentano comme réiste », Revue internationale de Philosophie, no 20, 1966, p. 45-76.
La pensée appliquée à un objet possède alors une conception de cet objet. L’accès au monde est ainsi non seulement dépendant d’un occasionalisme mais aussi une véritable reconnaissance dans l’extériorité des principes de l’intériorité. Ce qui est l’essence même du monisme naturaliste de Reid. De la même manière, Husserl fait découler l’objet d’une intentionnalité première qui est partie intégrante du cogito :
Il doit y avoir ici une certaine intentionnalité immédiate, partant de la couche profonde du « monde primordial » qui, en tout cas, reste toujours fondamentale. Cette intentionnalité représente une « coexistence » qui n’est jamais et ne peut jamais être là « en personne ». Il s’agit donc d’une espèce d’acte qui rend coprésent, d’une espèce d’aperception par analogie que nous allons désigner par le terme d’« apprésentation », Emmanuel Husserl, Méditations cartésiennes, Paris, Vrin, 1969, p. 1-2.
Reid résout le problème d’une manière analogue, quoique inverse, par un parallèle entre cogito et principes de l’existence des choses. Pourtant, il ne conduit la réduction phénoménologique qu’en deçà du naturalisme en affirmant l’égalité épistémologique du cogito et des autres principes, rendant ainsi impossible toute intentionnalité au sens propre.

33 Pierre-Paul Royer-Collard, Fragments philosophiques, Paris, Alcan, 1913.

34 Voir 363b. Les Lilliputiens de Swift, par exemple, ne sont pas des originaux, mais des recompositions abstraites conçues à partir d’originaux empiriques. Ils résultent de l’affectation de la qualité de la petitesse au concept de nation. L’opération est originale, le contenu ne l’est pas.

35 Sur les hésitations de Reid et sa défense de deux théories perceptives opposées, l’une immédiate, l’autre médiate, voir infra, 2e partie chap. i, sect. 3 et 5.

36 258a. If therefore, we attend to that act of our mind which we call the perception of an external object of sense, we shall find in it these three things : First, some conception or notion of the object perceived ; secondly, a strong and irresistible conviction and belief of its present existence ; and, thirdly, that this conviction and belief are immediate, and not the effect ofreasoning.
Reid utilise immédiat d’une manière très floue et ambigüe pour un terme de l’art pourtant essentiel à la compréhension et à la cohérence de ses théories. Tantôt il semble signifier sans intermédiaire et s’oppose donc aux théories représentatives, tantôt, comme dans le passage cité, il ne s’oppose qu’à discursif comme si, parfois, Reid assimilait les idées à un raisonnement.

37 111a-b. Reid emprunte la suggestion à Berkeley et également l’exemple de la voiture qui passe. (Voir New Theory of Vision, § 12-17-25.) Il y ajoute la notion de suggestion naturelle qui appartient à la constitution humaine (110b) Voir R. E. Beanblossom : « In defence of Reid’s use of suggestion », Gräzer Philosophische Zeitschrift, 1975 p. 1-24.

38 111a. I beg leave to make use of the word suggestion, because I know not one more proper, to express a power of the mind, which seems entirely to have escaped the notice of philosophers, and to which we owe many of our simple notions which are neither impressions nor ideas, as well as many original principles of belief.

39 111b. Certain sensations of touch, by the constitution of our nature, suggest to us extension, solidity, and motion, which are nowise like to sensations.

40 Voir 184b, 194b, 195a-b et 450a. Cette théorie de la suggestion est à inclure dans l’hypothèse sémiotique de la perception-signification qui, bien loin de constituer une réponse philosophique aux sceptiques, semble s’en rapprocher dans la mesure où la signification ne permet pas la connaissance du signifié autrement que comme cause occulte du phénomène-signe. Sur ce point, voir le développement infra. 2e partie, chap. i, sect. 6. et 134b, 135a et 121a-b. Voir aussi Schulthess, p. 238.

41 Locke, Essay Concerning Human Understanding, L. II, chap. iv, § 1, 2.

42 Voir 123ab.

43 Newton, Principia, Regula III.

44 Voir 56b, 57b, 5 a, 7a, 231a et 436-437.

45 Leibniz, Nouveaux Essais sur l’Entendement humain. Le philosophe allemand présente, par ailleurs, une théorie qui annonce à la fois Reid et Kant. Il formule une conception dispositionnelle de la connaissance pour laquelle la rationalité commune constitue un savoir a priori implicite qui se comporte comme un axiome incorporé aux choses perçues. Cette raison commune implicite est évidemment ce que Reid pourrait appeler principes du sens commun. Elle est aussi la condition de possibilité des phénomènes. Essai IV, chap. xii, § 1.
Sur l’interprétation dispositionnelle de la doctrine de Reid, voir Woozley, Introduction aux Intellectual Powers, 1941.

46 E. Kant, Prolégomènes, Paris, Gibelin, trad., Vrin, 1957, p. 12.

47 Ibid., p. 44.

48 Ibid., p. 85.

49 125b. They are not beings, but rather the receptacles of every created being, without which it could not have had the possibility of existence. Voir aussi 343a-b, 654b et 657a. Reid suit en cela Newton et Clarke qui, en soutenant la nature abstraite du temps et de l’espace, concepts qui s’imposent à l’esprit, annoncent Kant et le transcendantalisme (Voir 343b). Voir Newton, Philosophy of Nature Selection from his Writings, New York, H. S. Thayer éd., 1953.
Samuel Clarke, Demonstration of the Being and Attributes of God, Londres, Knapton, 1705.

50 Kant, p. 75.

51 Kant, p. 75.

52 454a. The qualities which we perceive by our senses must have a subject which we call body, and that the thoughts we are conscious of must have a subject which we call mind.

53 Reid devient par là celui qui a érigé la « naturalistic fallacy » en principe, en se réclamant de l’état de fait dans la conscience interprété comme d’une noématique.

54 Kant, p. 37.

55 468b. Our intellectual powers are wisely fitted by the Author of our nature for the discovery of truth, as far as suits our present state. Voir aussi Lectures on the Fine Arts, p. 28

56 Voir 102b et 280b. Reid renvoie d’ailleurs dos à dos aussi bien l’ancienne philosophie scolastique que les nouveaux empiristes en les accusant de se complaire dans l’hypothèse métaphysique qui n’est à ses yeux, et conformément à sa théorie, qu’un vaste sophisme, une élucubration sans aucun fondement rationnel puisqu’elle s’éloigne du sens commun, source de la raison (voir 104a).

57 Ludwig Wittgenstein, Tractatus Logico-Philosophicus, § 5-61.

58 261b. We know not the limit which has been set to human knowledge, and our knowledge of the works of God can never be carried too far.

59 Reid se retrouve tout de même en accord avec Hume qui voulait montrer le peu de confiance dont la raison et ses systèmes étaient dignes. Il s’agissait bien sûr de la raison discursive, créatrice de systèmes absurdes et choquant le sens commun. Reid a en fait la même attitude mais là où son compatriote avait sapé la discursivité à l’aide de ses propres armes, Reid exhume un tout autre concept de la raison, la faculté de connaissance intuitive, immédiate, ce que la théorie des idées représentatives interdisait à Hume puisque toute connaissance se devait d’être médiate. La querelle entre les deux philosophes n’est donc pas une affaire de sens commun et Reid ne s’en sert que comme d’une arme polémique. Ce n’est pas davantage une querelle de mots, il s’agit d’un désaccord radical sur la nature de la raison et de la connaissance.

60 Wittgenstein, § 6-51.

61 Ibid., § 4-121.

62 Notamment Locke et toute la philosophie empiriste anglaise. Sur la psychologie, science de l’esprit dont Reid accorde la paternité à Descartes, dans l’Angleterre des xviie et xviiie siècles, voir Tedeschi, Le Paradoxe de la pensée anglaise au xviiie siècle, Paris, 1961. Le besoin de fonder un système scientifique de l’esprit à l’image de celui élaboré par Newton pour la physique était également présent chez Hume dans le Treatise of Human Nature, mais seul Reid peut se prévaloir d’avoir défini un cadre épistémologique qui dépasse l’atomisme et peut ouvrir la voie à une construction scientifique (voir 102a).

63 L. Marcil-Lacoste qualifie ainsi le système de Reid dans « La notion d’évidence et le sens commun », Journal of the History of Philosophy, no 15, 1977.

64 211a-b. If Galileo had attempted a complete system of natural philosophy, he had, probably, done little service to mankind, but by confining himself to what was within his comprehension, he laid the foundation of a system of knowledge, which rises by degrees, and does honour to the human understanding. Newton, building upon this foundation, and, in like manner, confining his inquiries to the law of gravitation and the properties of light, performed wonders. If he had attempted a great deal more, he had done a great deal less, and perhaps nothing at all.

© UGA Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540