Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits littéraires en prose

 | 
Nicolas Machiavel

Écrits littéraires en prose

Exhortation à la pénitence

Texte intégral

1Ainsi que le texte lui-même nous en informe dès le début et par la suite encore, l’Exhortation à la pénitence/Esortazione alla penitenza est une œuvre de commande, mais pour une occasion qu’on ne saurait préciser. Elle se présente comme un sermon rédigé pour être lu en public, devant un public de religieux et de laïcs. On ne sait si elle a été effectivement lue en public, ni quand ni par qui.

2Le texte contient d’abord un appel à la miséricorde divine, et la célébration de la possibilité offerte à l’homme de se repentir de ses péchés et de faire pénitence. Puis, passant de la considération des bienfaits de Dieu pour la vie de l’homme sur terre à l’ingratitude humaine qui fait offense aussi bien à Dieu qu’aux hommes, Machiavel conclut en rappelant la voie du rachat que Dieu a montrée à l’homme, et en insistant sur la nécessité de la pénitence : une pénitence qui doit s’exercer aussi bien dans l’intention, par le repentir auprès de Dieu, que dans l’action, par la charité envers autrui.

3L’œuvre a donné lieu à des interprétations divergentes, voire totalement opposées. Elle a été lue comme une profession de foi profonde capable de mettre au jour le fond de l’âme véritable de l’homme, la conscience religieuse et chrétienne de Machiavel, cachée sous le masque du penseur sans religion. Cette interprétation a pu être mise en relation avec la date de composition, probablement tardive dans la vie de Machiavel, comme un retour au réconfort de la foi, puisque l’écriture du manuscrit autographe a été datée des deux dernières années de la vie de l’auteur (1526-1527). Mais l’œuvre a été lue aussi et à l’inverse comme une plaisanterie entièrement ironique. Même s’il est vrai que peuvent ici surprendre sous la plume de Machiavel des pensées qui renversent du tout au tout certaines convictions machiavelliennes, en matière de religion, caractéristiques des grandes œuvres politiques, il reste que le texte ne laisse apparaître d’une prétendue ironie aucune sorte d’indice, pas le moindre signal de dévoilement d’un autre sens en direction du public ou du lecteur. Pour en trouver, il faudrait se convaincre de la nécessité d’aborder un certain nombre d’expressions ou d’idées au second degré, et au second degré seulement.

4Il reste quoi qu’il en soit le reproche fait à l’homme concernant la nécessaire méditation sur Dieu, convertie hélas par les hommes en méditation sur le monde : Machiavel n’aurait-il pas lui-même et pendant longtemps commis le grand péché de méditer sur le monde ? Ce pourrait être là de l’auto-ironie sur la totalité de soi-même. Quant à la citation finale tirée du sonnet liminaire du Canzoniere de Pétrarque, elle peut renvoyer à l’aveu pétrarquien d’impuissance de l’homme à se racheter de ses fautes, car, ne serait-ce que par ces deux vers, Pétrarque qui reconnaît que les plaisirs terrestres ne sont qu’un rêve éphémère, qu’il en a clairement conscience, et que le salut est dans le nécessaire repentir, ne cesse de dire aussi qu’il ne sait pourtant délaisser le monde, qu’il ne peut malgré tout s’en détacher.

5Mais on s’accorderait plutôt aujourd’hui à reconnaître l’importance de l’obligation ou de la commission demandée ou imposée à Machiavel pour écrire ce texte, texte en tout point tout à fait orthodoxe, chargé de références bibliques, destiné à animer, pour un dimanche de Carême, une réunion de membres d’une confrérie laïque à vocation religieuse, que Machiavel selon toutes les apparences s’est plié à rédiger dans les formes attendues, et avec une certaine réussite.

EXHORTATION À LA PÉNITENCE

  • 1 Des profondeurs, je t’ai invoqué, Seigneur ; Seigneur, entends ma voix (Psaumes, CXXX, 1-2).

De profundis clamavi ad te, Domine ;
Domine, exaudi vocem meam1.

6Mes vénérables pères et frères aînés, ayant ce soir à m’adresser à vos charités, pour obéir à mes supérieurs et dire quelques mots de la pénitence, il m’a semblé bon de commencer mon exhortation par les paroles du lecteur du Saint-Esprit, le prophète David, afin que ceux qui comme lui ont péché puissent espérer recevoir par ses paroles la miséricorde de Dieu très haut et très clément. Et de pouvoir l’obtenir, comme David l’a obtenue, qu’ils ne désespèrent pas, car son exemple montre qu’il ne peut y avoir plus grande faute ni plus grande pénitence en un seul et même homme, et qu’on ne peut trouver en Dieu plus grande libéralité pour pardonner. Aussi dirons-nous avec les paroles du prophète : « Ô Seigneur, plongé dans les profondeurs du péché, c’est d’une voix humble et pleine de larmes que j’ai appelé vers toi, Seigneur, et demandé miséricorde ; je te prie de me l’accorder, accepte au nom de ta bonté infinie ». Personne ne doit donc désespérer de pouvoir l’obtenir, dès lors qu’on la demande les yeux baignés de larmes, le cœur affligé et la voix emplie de douleur. Ô immense pitié de Dieu ! Ô bonté infinie ! Dieu très haut a su combien il était facile pour l’homme de se laisser aller dans le péché ; il a vu que si lui-même restait attaché à la rigueur de la vengeance, aucun homme ne pourrait être sauvé ; et il n’a pu remédier à la fragilité des hommes d’une manière plus charitable qu’en avertissant l’espèce humaine que ce n’était pas le péché mais la persévérance dans le péché qui pouvait rendre sa justice implacable. Aussi a-t-il ouvert aux hommes la voie de la pénitence par laquelle, quand dans l’autre voie ils se seraient égarés, ils puissent, grâce à elle, accéder au ciel.

7La pénitence est donc seule capable d’effacer tous les maux, toutes les erreurs des hommes. Bien que nombreuses et commises de diverses et multiples manières, ces erreurs peuvent néanmoins être réparties approximativement en deux catégories : dans l’une on montre de l’ingratitude envers Dieu, dans l’autre de l’animosité envers son prochain. Mais si nous voulons mesurer l’étendue de notre ingratitude, il nous faut considérer les bienfaits que nous avons reçus de Dieu. Songez, pour cela, que toutes les choses faites et créées l’ont été au bénéfice de l’homme. Voyez en premier lieu l’immense surface terrestre que Dieu, afin que les hommes puissent l’habiter, a préservée des eaux qui l’entourent et a laissée découverte pour leur usage. Il y fit naître ensuite à leur bénéfice tant d’animaux, tant de végétaux, tant de prairies, et toutes les choses qui sur cette surface sont engendrées ! Et non seulement il a voulu que la terre pourvoie à la survie de l’homme, mais il a en outre ordonné aux eaux de nourrir une infinité d’animaux pour sa subsistance. Mais détachons-nous de ces choses terrestres, levons les yeux au ciel, considérons la beauté des autres choses que nous y voyons : Dieu en a créé une partie à notre usage, et une autre pour que, connaissant leur splendeur et leur action admirable, nous viennent la soif et le désir de posséder celles qui nous sont cachées. Ne voyez-vous pas quelle peine endure le soleil pour nous faire partager sa lumière, pour faire vivre par sa puissance aussi bien nous que les choses que Dieu a créées pour nous ? Donc toute chose est créée en l’honneur et pour le bien de l’homme, et l’homme n’est créé que pour le bien et en l’honneur de Dieu. Dieu lui a donné la parole pour qu’il puisse le louanger ; il lui a donné un visage qui n’est pas tourné vers la terre comme chez les autres animaux, mais vers le ciel pour qu’il puisse continuellement le contempler ; il lui a donné des mains pour qu’il puisse construire des temples et accomplir des sacrifices en son honneur ; il lui a donné la raison et l’intelligence pour qu’il puisse méditer sur la grandeur divine et la mesurer.

8Voyez donc avec quelle ingratitude l’homme peut se dresser contre un si grand bienfaiteur ! et quelle punition il peut mériter quand il détourne l’usage de ces choses pour les retourner vers le mal ! Sa langue, créée pour honorer Dieu, blasphème contre lui ; de sa bouche faite pour s’alimenter, il fait un cloaque et un moyen pour satisfaire ses appétits et son ventre avec des mets délicats et superflus ; ses méditations sur Dieu, c’est en méditations sur le monde qu’il les convertit ; son besoin de perpétuer l’espèce humaine devient luxure et toutes sortes de voluptés. À travers ces actions bestiales, l’homme, d’animal rationnel se transforme en brute animale. En faisant preuve d’une telle ingratitude envers Dieu, l’homme passe ainsi d’ange à démon, de maître à esclave, et de l’homme à la bête.

  • 2 1 Corinthiens, XIII, 1.
  • 3 1 Corinthiens, XIII, 4-7.
  • 4 Matthieu, XXII, 11-13.

9Et ceux qui se montrent ainsi ingrats envers Dieu, ils ne peuvent que se montrer également ennemis de leur prochain. L’ennemi de son prochain c’est celui qui est dépourvu de toute charité. Et la charité, mes pères et mes frères, est seule capable de mener nos âmes au ciel ; elle est la seule à valoir plus que toutes les autres vertus des hommes ; elle est celle dont l’Église traite si amplement : disant que celui qui n’en a pas n’a rien du tout. C’est d’elle que saint Paul dit : « Si linguis non solum hominum, sed angelorum loquar, caritatem autem non habeam, factus sum sicut aes sonans2 » (« Parlerais-je dans toutes les langues, et des hommes et des anges, si je n’avais pas la charité, je ne serais vraiment que comme un son sans utilité »). C’est sur elle qu’est fondée la foi du Christ. Celui qui n’est pas rempli de foi, ne peut être rempli de charité, car la charité est patience, elle est bienveillance, elle n’est ni envieuse, ni perverse, elle ne connaît ni l’orgueil, ni l’ambition, ne recherche pas son propre bien-être, elle ne connaît pas la colère, ne pense pas le mal, ne se réjouit pas de lui, ne jouit pas dans les vanités, elle supporte tout, croit en tout, espère tout3. Ô divine vertu ! Heureux ceux qui te possèdent ! Elle est la parure céleste que nous devons revêtir si nous voulons être introduits aux noces célestes de notre empereur Jésus-Christ, dans son royaume des cieux ; celle dont quiconque ne sera pas orné sera chassé du banquet et plongé dans le feu éternel4.

  • 5 Matthieu, XVIII, 21-22. Soixante-dix fois sept fois par jour : c’est-à-dire sans compter.
  • 6 2 Samuel, XI.
  • 7 Pierre a dit trois fois aux prêtres juifs et au Caïphe qui cherchaient des témoignages contre Jésus (...)
  • 8 Psaumes, LI, 3.
  • 9 Matthieu, XXVI, 75 ; Luc, XXII, 62.

10Ainsi quiconque en est dépourvu est nécessairement l’ennemi de son prochain, ne l’aide en rien, n’accepte pas ses défauts, ne le console pas dans ses tribulations, ne comble pas son ignorance, ne le conseille pas quand il se trompe, n’aide pas les bons, ne punit pas les méchants. Ce sont là, contre son prochain, de graves offenses, mais l’ingratitude envers Dieu est plus grave encore. Et parce que nous tombons souvent dans ces deux catégories de vices, notre créateur Dieu bienveillant nous a montré la voie pour nous relever : celle de la pénitence. Par l’action et par les paroles il nous a montré la puissance de celle-ci : par les paroles, quand il a ordonné à saint Pierre de pardonner soixante-dix fois sept fois par jour à l’homme qui lui demanderait son pardon5 ; par l’action, quand il a pardonné à David son adultère et son homicide6 et à saint Pierre l’injure que celui-ci lui avait faite en le reniant, non pas une fois seulement mais trois7 . Quel péché ne vous sera pardonné par Dieu, mes frères, si vous faites pénitence véritable, dès lors qu’il leur a pardonné ces péchés-là ? Et non seulement il a pardonné mais il leur a fait l’honneur de les recevoir parmi les élus du ciel les plus éminents, pour la seule raison que David, prosterné devant lui, empli d’affection et de larmes, criait : Miserere mei, Deus8 ; pour la seule raison que saint Pierre flevit amare9, regretta toujours amèrement son péché par des pleurs. Et David aussi regretta le sien en pleurant ; l’un et l’autre méritèrent d’être pardonnés.

11Mais comme il ne suffit pas de se repentir et de pleurer, car il faut aussi se préparer aux bonnes œuvres contraires au péché, afin de ne plus risquer de tomber dans l’erreur, afin de balayer toute occasion de faire le mal, on doit imiter saint François et saint Jérôme : pour réprimer l’aiguillon de la chair et lui ôter tout pouvoir de les forcer à accomplir des actions iniques, l’un se roulait dans les ronces épineuses, l’autre se lacérait la poitrine avec un caillou. Mais avec quels cailloux ou avec quelles épines réprimerons-nous les tentations de l’usure, de l’infamie, de la tromperie à l’égard de notre prochain, si ce n’est en lui faisant l’aumône, en l’honorant, en le comblant de bienfaits ? Mais nous nous laissons abuser par notre volupté, rouler dans l’erreur, envelopper dans les pièges du péché, et nous voilà aux mains du démon. Aussi, pour lui échapper, nous faut-il recourir à la pénitence, crier avec David : Miserere mei, Deus ! et avec saint Pierre pleurer amèrement et, de toutes les fautes que nous avons commises, avoir honte

  • 10 « e pentirsi e cognoscer chiaramente / che quanto piace al mondo è breve sogno » : Pétrarque, Canzo (...)

et nous repentir et voir clairement
que tout ce qui plaît au monde n’est que rêve éphémère10.

Notes

1 Des profondeurs, je t’ai invoqué, Seigneur ; Seigneur, entends ma voix (Psaumes, CXXX, 1-2).

2 1 Corinthiens, XIII, 1.

3 1 Corinthiens, XIII, 4-7.

4 Matthieu, XXII, 11-13.

5 Matthieu, XVIII, 21-22. Soixante-dix fois sept fois par jour : c’est-à-dire sans compter.

6 2 Samuel, XI.

7 Pierre a dit trois fois aux prêtres juifs et au Caïphe qui cherchaient des témoignages contre Jésus qui venait d’être livré par Judas, qu’il ne le connaissait pas : Matthieu, XXVI, 69-75 ; Marc, XIV, 53-72 ; Luc, XXII, 54-61.

8 Psaumes, LI, 3.

9 Matthieu, XXVI, 75 ; Luc, XXII, 62.

10 « e pentirsi e cognoscer chiaramente / che quanto piace al mondo è breve sogno » : Pétrarque, Canzoniere, sonnet I, vers 13-14.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540