Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits littéraires en prose

 | 
Nicolas Machiavel

Écrits littéraires en prose

Conte de l’archidiable Belphégor

Texte intégral

1Bien qu’il ne nous reste de lui que cette seule nouvelle, Machiavel semble avoir été un conteur apprécié en son temps. À ses talents de narrateur comique dont il fait preuve dans nombre de ses écrits, notamment dans sa correspondance familière et parfois même dans ses œuvres historiques et politiques, on peut ajouter l’anecdote que rapporte Matteo Bandello (1485-1561) : le prolixe auteur de nouvelles lombard rappelle au seigneur Jean des Bandes Noires, de la famille des Médicis, dans la dédicace d’une nouvelle qu’il lui adresse (I, XL), qu’à la suite d’un dîner en sa demeure, en 1526, ce seigneur lui-même avait demandé à Machiavel, messager de l’illustre Guichardin, alors présent à sa table, de divertir l’assistance par une de ses plaisantes nouvelles. Machiavel s’exécuta, et la nouvelle dans le style de Boccace plut beaucoup. Aussi Bandello fut-il alors chargé de l’écrire.

2Le Conte de l’archidiable Belphégor est un autre texte à la date de composition controversée, une date qui ne cesse d’être repoussée par la critique. Il ne fut imprimé pour la première fois avec le nom de son auteur que plus de vingt ans après la mort de Machiavel. S’il a autrefois semblé appartenir à la jeunesse de l’auteur, il a ensuite pendant longtemps été considéré comme appartenant à la maturité de Machiavel, dans une fourchette de date longtemps acceptée – 1518-1520, années encore d’inactivité politique forcée – confortée voire précisée par l’analyse graphologique du manuscrit, aux années 1519-1520. Cette datation vient récemment d’être mise en doute pour proposer de repousser la nouvelle à la fin de la vie de l’auteur, vers 1526, sur la base d’une comparaison graphologique du manuscrit avec d’autres autographes datés.

3Le point de départ du récit situé en enfer est la nécessité de faire vérifier sur place par un diable venu sur terre la véracité des accusations que les damnés portent contre leurs épouses. On peut pour cela imaginer que la plaisanterie aura eu plus de saveur encore si elle fut le fait d’un homme ayant expérimenté le mariage plutôt que d’un célibataire. C’est quoi qu’il en soit un récit qui a connu une fortune certaine, bénéficiant d’ailleurs moins de traductions que de réécritures, adaptations et transpositions de toutes sortes, littéraires, théâtrales, lyriques, musicales ou cinématographiques.

4Ce qu’on désigne couramment comme la Nouvelle de l’archidiable Belphégor / Novella di Belfagor arcidiavolo, dont le titre véritable donné par Machiavel est simplement Conte / Favola, est un texte qui entre dans une tradition florentine bien enracinée, depuis Boccace et même avant, la tradition comique de la nouvelle, celle de la « beffa », c’est-à-dire le bon tour (ou le tour de cochon), et de la critique des mœurs, et des superstitions. Elle renoue également avec le municipalisme florentin, la satire du clergé et le récit plus que vaguement misogyne.

5Machiavel hérite en fait de deux noyaux thématiques déjà fondus en un seul récit par les sources de sa nouvelle. Il s’agit du motif d’origine orientale du diable mal marié d’une part, et du motif occidental, typique des fabliaux, de la satire du vilain, astucieux et rapace, ici plus malin que le diable, d’autre part. De manière originale, il situe l’ensemble dans l’autre monde avec la scène initiale d’un branle-bas en enfer, montrant comiquement l’inquiétude de ce monde de l’au-delà sur sa justice et sur sa réputation.

6À travers ce texte apparaît l’esprit polémique, au sens moral et politique, de Machiavel, s’exerçant sur les faiblesses et les travers des hommes. La scène se passe dans l’au-delà, et c’est déjà une première ironisation des questions de gouvernement et de justice qui s’y trouvent évoquées. Dans une dualité pédagogique courante entre le bien et le mal, entre le ciel et la terre, l’introduction du diable et de la scène infernale a ordinairement une valeur métaphorique intrinsèque, elle doit servir théoriquement de repoussoir pour mettre idéalement en valeur le monde terrestre, par inversion implicite. Or si dans la nouvelle le monde de l’au-delà n’apparaît pas si infernal que ce à quoi l’on s’attendrait, le monde terrestre par contre dans lequel arrive le diable Belphégor chargé d’une mission sur terre, est gouverné par les vices : par l’orgueil, la cupidité, la malice, la tromperie.

7Et le lieu du monde que Belphégor choisit pour s’installer est précisément Florence. Dans la tradition du Décaméron de Boccace, Machiavel a le souci de donner aussi, complaisamment et critiquement, couleur historique florentine à son récit, qu’il situe dans une époque large et imprécise, mais riche de ferment socio-politique à travers des noms prestigieux de l’histoire locale. C’est le goût du réalisme et de la florentinité qui est ainsi mis à l’honneur, avec l’évocation du quartier alors le plus chic de Florence, de ses fêtes médiévales splendides, de ses boutiques de luxe, de la richesse de ses habitants, de leurs dépenses somptuaires, mais aussi du goût des femmes pour la mode vestimentaire sans cesse changeante, pour le luxe et pour l’exhibition, de celui des hommes pour les honneurs et les pompes, pour les louanges et les flatteries, et enfin avec la mise en œuvre d’une spécialité florentine traditionnelle, celle du commerce local et international et de l’activité bancaire et usuraire.

8L’enfer présenté par contre, lieu de départ de toute l’histoire, n’a rien d’un sombre lieu de désordre et de douleur, aux habitants monstrueux et animalisés, tel qu’on se le représente d’ordinaire. Il est au contraire pour ainsi dire civilement organisé : on s’inquiète de la réputation du lieu, on y ouvre une enquête sur des rumeurs délétères à vérifier, on prend le moindre problème très au sérieux, on convoque un conseil de sages, on souhaite sortir de l’incertitude sur la vérité. Le maître suprême des lieux y tient un discours équilibré de présentation des difficultés et de méthodologie de la prise de décision. On s’interroge sur la valeur du témoignage, on discute diverses manières de s’y prendre, on confi e la décision à la majorité démocratique, laquelle repousse sagement une proposition expéditive et cruelle, on accorde toute confiance à l’expérience en dépêchant sur place un observateur sans parti pris. Et l’on obtient sans peine l’obéissance de l’individu retenu, malgré le caractère unanimement reconnu comme rébarbatif de la mission. Tout dénote là un monde moralement et politiquement structuré.

9Quant au discours tenu à la première personne par Pluton, maître des enfers – suggestion probable du Filocolo de Boccace (I, IX-X), où le diable en personne prend la parole pour planifier une expédition sur terre de lui-même déguisé en noble chevalier – c’est un passage de littérature politique dans lequel on retrouve le penseur Machiavel. Partie de l’invention d’un passé relativement lointain et du monde imaginaire de l’enfer, la nouvelle réintroduit alors les problèmes politiques les plus actuels et les plus aigus, qui tiennent à cœur à l’auteur du traité sur le Prince et des Discours. Prince plutôt libéral que despotique, Pluton évoque en effet, dans un langage digne d’une cour de justice plus que d’une réunion infernale, la légitimité du pouvoir, considéré d’origine divine, la souveraineté conférée par cette légitimité, la sagesse à accepter d’être conseillé en dépit du pouvoir exclusif détenu, particulièrement quand la question met en jeu l’autorité de son propre pouvoir. On entre même dans la complexité d’une pensée technique de nature politique avec l’introduction d’une jolie morale sous forme de paradoxe : plus on a de pouvoir, et moins on doit l’exercer de façon unilatérale et exclusive, plus son autorité est grande, et plus on a intérêt à tenir compte de l’avis d’autrui. Pluton s’interroge encore sur l’exercice de la justice, questionnant la valeur du témoignage. Il s’inquiète surtout de la renommée de son royaume, songeant au risque de discrédit venu d’un pouvoir exercé de manière soit trop souple soit injuste. Il offre en somme l’image idéale d’un État bien gouverné, démocratique et parfaitement mature.

10Le Conte est entièrement bâti sur un jeu de retournements. Non seulement il propose le retournement du thème classique du retour sur terre depuis l’au-delà pour en rapporter des nouvelles, mais en outre ce renversement de la perspective ouvre sur un monde à l’envers. La morale du Conte n’est autre que l’enfer est sur terre, que le genre humain est diabolique. Les personnages de l’enfer ne sont pas animalisés, ni physiquement ni moralement, mais présentés au contraire comme raisonnables, et même raisonnablement effrayés à l’idée de se rendre sur terre, et le protagoniste Belphégor est un diable en quelque sorte civilisé, et chargé à travers une mission humaine de trouver et de révéler une vérité incertaine, lequel honnêtement et presque ingénument accomplira sa mission. À l’inverse, les personnages de la terre, issus de la société florentine en quelque sorte unie contre lui, apparaissent tout au contraire tour à tour vaniteux, dépensiers, ingrats, calculateurs, intéressés, cupides, superstitieux, ou animés d’une totale méchanceté, à commencer par l’épouse qui, malgré sa grande beauté et son nom ironiquement rassurant – Onesta – se comporte avec son mari amoureux et aimant comme une harpie de la pire espèce : prétentieuse, frivole, insolente, bouffi e de superbe plus que Lucifer, revêche, acariâtre et despotique, au point de faire fuir même tous les diables à son service, qui tous préféreront retourner supporter les flammes de l’enfer plutôt que cette vie sur terre.

11En somme la lecture du Conte prête à rire certes, mais le rire s’y accompagne toujours de la claire conscience du sérieux de la leçon.

CONTE DE L’ARCHIDIABLE BELPHÉGOR

12On lit dans les chroniques anciennes de la Florence passée ce qu’on racontait autrefois à propos d’un très saint homme dont la vie était pour tous un objet d’éloge : qu’un jour où il était absorbé dans ses oraisons il vit à travers elles que, parmi l’infinité des âmes de ces malheureux mortels qui, mourant privés de la grâce de Dieu, allaient en enfer, la plupart sinon toutes se plaignaient de n’être conduites à pareille infélicité que pour avoir pris femme.

13Minos et Rhadamante, ainsi que les autres juges des Enfers, en étaient pris d’une immense stupéfaction et ne pouvaient croire à ces calomnies dont on accablait le sexe féminin. Les plaintes se multipliant chaque jour davantage, tout ayant été dûment rapporté à Pluton, celui-ci décida d’examiner mûrement cette affaire avec tous les princes des enfers, et de prendre ensuite le parti qui serait jugé le meilleur pour révéler cette tromperie ou établir tout ce qu’il y avait là de vrai. Pluton les convoqua donc en conseil, et voici la teneur de son discours : « Mes très chers sujets, bien que je sois le maître irrévocable de ce royaume, par disposition du ciel et par fatale destinée, et que pour cela je ne puisse être lié à aucun avis, ni céleste ni terrestre, j’ai néanmoins décidé, car il est de la plus grande sagesse pour quiconque a davantage de pouvoir de se soumettre davantage aux lois et de davantage tenir compte de l’avis des autres, de prendre votre conseil sur la conduite que je dois tenir dans une affaire dont les conséquences pourraient jeter quelque discrédit sur notre autorité. En effet, comme toutes les âmes des hommes qui sont envoyées dans notre royaume disent l’avoir été à cause de leurs épouses, et que cela nous paraît impossible, il est à craindre que nous ne soyons accusés d’être trop crédules si nous fondons notre jugement sur ces affirmations, et de manquer de rigueur et de sens de la justice si nous les ignorons. Dans un cas c’est pécher par légèreté, dans l’autre par injustice. Et pour échapper aux charges que dans un cas comme dans l’autre cela ferait peser sur nous, mais n’en trouvant pas le moyen, nous vous avons convoqués afin que vous nous aidiez par votre conseil et permettiez que ce royaume qui a toujours joui d’une bonne renommée par le passé continue d’en jouir dans l’avenir. »

14L’affaire sembla, à chacun de ces princes, de grande importance et digne d’un examen approfondi : et si tous conclurent à la nécessité de découvrir la vérité, ils étaient en grand désaccord sur la manière d’y parvenir. En effet, certains préféraient qu’on envoyât sur terre un émissaire, et d’autres plusieurs, pour apprendre personnellement, sous forme humaine, cette vérité ; tandis que beaucoup d’autres avaient dans l’esprit que cela pouvait se faire sans prendre cette peine, simplement en soumettant quelques âmes à diverses tortures pour la leur faire avouer. Néanmoins, la majorité étant favorable à la mission, on se tourna vers cette solution. Et comme il ne se trouvait aucun volontaire pour se charger de cette entreprise, on décida de désigner quelqu’un par tirage au sort. Le hasard tomba sur Belphégor, archidiable, mais qui avait été archange avant sa chute du ciel. Contraint par l’autorité de Pluton, car il ne prenait cette charge qu’à contrecœur, celui-ci se disposa néanmoins à obéir aux décisions du conseil, et se soumit à ces obligations qui avaient été solennellement fixées en commun. Voici de quoi il s’agissait : aussitôt désigné, celui auquel serait confiée cette mission devrait recevoir cent mille ducats, avec lesquels il lui faudrait venir sur terre et, sous forme humaine, y prendre femme pour vivre dix années avec elle. Il devrait ensuite, feignant de mourir, retourner en enfer et, à travers l’expérience vécue, témoigner auprès de ses supérieurs des charges et des inconvénients du mariage. On arrêta également que pendant tout ce temps il devrait se soumettre à tous les désagréments et subir tous les maux que comporte la condition humaine, issus de la pauvreté, la prison, la maladie et de tous les autres malheurs auxquels les hommes sont sujets, sauf à s’en libérer par la ruse ou par l’astuce.

  • 1 Florence, centre européen de l’artisanat textile et du commerce international depuis le milieu du X (...)
  • 2 La fin de la phrase, soigneusement effacée dans le manuscrit, a pu être ainsi philologiquement reco (...)

15Belphégor adopta donc la condition humaine, emporta l’argent, et s’en vint sur terre. Après avoir au sein de sa troupe institué chevaux et compagnons, il fit son entrée en très grande pompe dans Florence, ville qu’entre toutes il choisit d’habiter car elle lui semblait la plus propre à accepter quelqu’un qui avait à faire fructifier son argent par des activités usuraires1 [et qu’elle était soit de peu de religion, soit chargée d’autres semblables défauts]2.

  • 3 Ognissanti (« Toussaints » en français) est un quartier de Florence, au nom comiquement interprétab (...)

16Se faisant appeler Rodrigue de Castille, il loua une maison dans Borgo d’Ognissanti3, et afin qu’on ne puisse retrouver ses origines, il dit avoir quitté l’Espagne étant enfant, avoir été en Syrie, et y avoir gagné toute sa fortune dans la ville d’Alep, qu’il avait ensuite quittée pour venir en Italie, s’installer et prendre femme dans des lieux plus civilisés et plus adaptés à la vie publique et à ses propres inclinations. Rodrigue était un très bel homme, affichant une trentaine d’années. Au bout de quelques jours on avait pu constater l’étendue de ses richesses et les qualités d’humanité et de libéralité dont il était pourvu ; aussi, bien des citoyens de qualité, ayant nombre de filles à marier mais peu d’argent, lui offraient-ils leurs filles.

  • 4 Les Donati appartiennent à une très ancienne famille de la noblesse florentine, célèbre dans l’hist (...)

17Entre toutes, Rodrigue choisit une très belle jeune fille nommée Onesta, fille d’Amerigo Donati4. Ce dernier en avait encore trois autres, ainsi que trois garçons tous adultes, et toutes étaient à peu près en âge d’être mariées. Et bien qu’appartenant à une très noble lignée, et que de lui on fît grand cas à Florence, il était néanmoins très démuni, eu égard à la nombreuse famille qu’il avait et à son rang. Rodrigue fit célébrer avec magnificence des noces en tout point splendides, sans négliger quoi que ce soit de ce qu’on attend de telles festivités. Et, soumis à toutes les passions humaines par la loi qui lui avait été imposée à sa sortie de l’enfer, il se mit aussitôt à prendre plaisir aux honneurs et aux pompes de ce monde, à se sentir flatté d’être distingué des autres par les louanges, ce qui lui occasionnait certaines dépenses, et non des moindres. En plus de cela, il n’eut pas longtemps à partager sa vie avec Onesta, maintenant sa femme, qu’il ne s’éprenne d’elle follement, et il ne vivait plus chaque fois qu’il la voyait triste et souffrir le moindre déplaisir.

18Dame Onesta avait apporté avec elle sous le toit de Rodrigue, avec sa noblesse et sa beauté, tant de superbe que même Lucifer n’en eut jamais autant. Et Rodrigue lui-même, qui avait éprouvé l’une et l’autre, jugeait celle de sa femme supérieure. Mais à peine se rendit-elle compte de l’amour que lui portait son mari, que sa superbe devint bien plus grande encore. Persuadée de pouvoir en toute chose le gouverner, elle le commandait sans la moindre rémission et sans le moindre égard, et n’avait aucun scrupule, quand il lui refusait quelque chose, à le blesser par des paroles discourtoises et injurieuses, qui causaient à Rodrigue une douleur infinie.

19Néanmoins, le beau-père, ses frères, la parenté contractée, l’obligation instituée par le mariage et, par-dessus tout, le grand amour qu’il lui portait, tout cela lui faisait prendre son mal en patience. Je laisse de côté les grandes dépenses qu’il faisait pour la contenter, à l’habiller en suivant la nouvelle mode et à la satisfaire avec de nouvelles toilettes, que, par nature, notre ville ne cesse traditionnellement de varier. Il lui fut nécessaire surtout, s’il voulait vivre en paix avec elle, d’aider son beau-père à marier ses autres filles, ce à quoi il dépensa de grosses sommes. Après quoi, pour être en bons termes avec elle, il lui fallut envoyer l’un de ses frères en Orient avec du drap, et un autre en Occident avec des soieries, ouvrir pour un autre une orfèvrerie à Florence : choses dans lesquelles il dépensa la plus grande partie de sa fortune. En plus de cela, aux époques de Carnaval et de la Saint-Jean, quand, selon une antique tradition, toute la ville est en fête et de nombreux citoyens nobles et riches s’honorent les uns les autres par de somptueux banquets, dame Onesta voulait, pour ne pas demeurer en arrière des autres dames, que son Rodrigue surpasse tout le monde par de semblables festivités.

20Toutes ces choses, il les supportait pour les raisons qui ont été dites ; et, bien que très pénibles, elles ne lui auraient pas semblé pénibles à faire si cela avait pu apporter la tranquillité dans sa maison, et s’il avait pu attendre en paix le moment de sa ruine. Mais c’était le contraire qui lui arrivait, car, outre les dépenses impossibles à supporter, la nature arrogante de sa femme lui causait des désagréments infinis. Et il n’y avait dans sa maison ni serviteur ni servante qui pouvait la supporter, non seulement dans la durée mais fût-ce quelques jours à peine. Rodrigue s’en trouvait très fortement embarrassé, ne pouvant garder un serviteur de confiance capable de prendre à cœur ses intérêts. Et non seulement les autres serviteurs, mais même ces diables qu’il avait emmenés avec lui comme domestiques choisirent de retourner au milieu des flammes de l’enfer plutôt que de vivre dans le monde sous l’autorité de cette femme.

21Rodrigue vivait donc dans ce trouble et dans cette agitation ; et, ayant déjà consumé, à cause des dépenses extravagantes, toutes les liquidités qu’il avait mises de côté, il dut commencer à vivre sur l’espoir des profits qu’il attendait d’Orient comme d’Occident. Jouissant encore d’un bon crédit, afin de ne pas manquer à sa condition, il fit des emprunts contre lettres de change. Il se trouva alors rapidement sous la menace de quantité de ses propres signatures en circulation, et bien vite eurent l’œil sur lui les gens rompus à ces pratiques qui exercent sur la place du Marché. Sa situation était déjà délicate, quand soudain arrivèrent des nouvelles d’Orient et d’Occident à la fois : l’un des frères de dame Onesta avait perdu au jeu tout le capital venu de Rodrigue ; l’autre, de retour sur un navire chargé mais sans la moindre assurance, avait péri en mer avec toute la cargaison des marchandises de Rodrigue. À peine la chose fut-elle rendue publique que ses créditeurs se réunirent pour se concerter ; et, estimant qu’il était un homme fini, mais ne pouvant encore se manifester légalement car le terme de leurs créances n’était pas échu, ils conclurent qu’il serait bon de le surveiller adroitement, de sorte que, du jour au lendemain, il ne prenne pas la fuite en cachette. Rodrigue, de son côté, ne voyant aucun remède à sa situation, et connaissant les obligations qui lui étaient imposées par la loi de l’enfer, songea à s’enfuir par tous les moyens.

  • 5 Nom probablement allusif, appartenant à une famille influente dans la vie publique florentine, déjà (...)

22Un beau matin il monta à cheval et, comme il habitait près de Porta al Prato, quitta la ville par cette porte. On ne s’aperçut pas plus tôt de sa fuite que le tumulte gronda parmi ses créanciers, lesquels, après en avoir appelé aux magistrats, non seulement lancèrent à ses trousses les huissiers de justice, mais se lancèrent eux-mêmes en foule à sa poursuite. Au moment où le tumulte s’éleva contre lui, Rodrigue n’avait pas encore fait un mille hors de la ville ; de sorte que, se voyant en danger, il décida, pour protéger sa fuite, de quitter la route et de tenter sa chance à travers champs. Mais comme il se heurtait pour cela à l’obstacle des nombreux fossés qui jalonnent le pays, et ne pouvait donc poursuivre à cheval, il continua sa fuite à pied, après avoir abandonné sa monture sur la route, traversant un champ après l’autre, caché par les vignes et les roselières qui abondent dans les environs. Il arriva, à proximité de Peretola, à la maison de Gianmatteo del Bricha, un ouvrier agricole de Giovanni del Bene5, et par chance il trouva Gianmatteo qui rapportait pour ses bœufs quelque chose à se mettre sous la dent. Il le supplia de l’aider, lui promettant que, s’il le tirait des griffes de ses ennemis, qui le poursuivaient dans le but de le faire mourir en prison, il ferait de lui un homme riche, et qu’il lui donnerait de cela avant de partir un avant-goût tel qu’il ne pourrait que le croire ; et s’il manquait à sa parole, il voulait bien que Gianmatteo le livre lui-même aux mains de ses adversaires. Bien que paysan, Gianmatteo était un homme courageux, et, estimant n’avoir rien à perdre à choisir de le sauver, il lui promit de l’aider. L’ayant poussé sur un amas de fumier qui se trouvait devant sa maison, il le recouvrit de roseaux et d’autres débris qu’il avait rassemblés pour les brûler. Rodrigue n’avait pas plus tôt fini de se cacher que survinrent ses poursuivants. Mais ils eurent beau agiter devant Gianmatteo maintes frayeurs, ils ne parvinrent jamais à lui faire avouer qu’il l’avait vu ; de sorte que, après avoir poussé plus avant et l’avoir cherché en vain ce jour-là et le jour suivant, fourbus, ils s’en retournèrent à Florence.

23L’agitation s’étant calmée, Gianmatteo le tira de sa cachette et lui réclama donc de tenir sa promesse. Ce à quoi Rodrigue répondit : « Mon frère, j’ai une grande dette envers toi, et je tiens à tout prix à l’honorer ; et, afin que tu sois assuré que je peux le faire, je vais te révéler qui je suis. » Il lui raconta alors tout sur sa propre nature, sur les obligations qui lui avaient été imposées au sortir de l’enfer, et sur celle qu’il avait épousée. Il lui dit en outre de quelle manière il comptait le faire riche. En résumé de la manière suivante : sitôt que Gianmatteo entendrait parler d’une femme possédée, il devrait être assuré que c’est lui qui est en elle ; et qu’il ne la quitterait que lorsque Gianmatteo viendrait l’en délivrer ; ce qui offrirait à Gianmatteo l’occasion de se faire payer comme il le voudrait par la famille. Et l’accord conclu, sur ce il disparut.

  • 6 Autre famille de haut rang, appartenant à l’ancienne noblesse florentine, aux racines légendairemen (...)
  • 7 Saint Zanobi (337-417), évêque de Florence qui, selon la légende, protégea la ville à l’époque du s (...)
  • 8 Saint Jean Gualbert (999-1073), bénédictin d’une grande austérité, devint abbé de Vallombreuse, prè (...)
  • 9 On ne sait trop à quel roi de Naples, à quelle époque précise, l’auteur fait allusion : à Charles I(...)

24Il ne s’écoula alors que quelques jours avant que se répande dans tout Florence la nouvelle qu’une fille de messire Ambruogio Amidei6, que ce dernier avait promise à Bonaiuto Tebalducci, était possédée du démon. Et la famille ne négligea aucun des remèdes qu’on utilise lors d’un semblable malheur, la coiffant du crâne de saint Zanobi7, la revêtant du manteau de saint Jean Gualbert8 ; toutes choses dont Rodrigue se jouait. Et afin d’assurer tout le monde que le mal dont souffrait la jeune fille venait bien d’une possession, et non pas de quelque autre imagination superstitieuse, il parlait en latin, et disputait de philosophie, et révélait les péchés de beaucoup de gens. Entre autres, il révéla ceux d’un frère qui avait gardé une femme travestie en moinillon pendant plus de quatre ans dans sa cellule. Et tout cela à la stupeur générale. Messire Ambruogio en était profondément affecté. Ayant en vain essayé tous les remèdes, il avait perdu tout espoir de la guérir, quand Gianmatteo vint le trouver et lui promit de rendre la santé à sa fille, à condition qu’il lui donne cinq cents florins pour s’acheter une terre à Peretola. Messire Ambruogio accepta le marché. Ainsi donc, après avoir d’abord fait dire certaines messes puis simulé lui-même quelque cérémonie afin de donner du lustre à la chose, Gianmatteo s’approcha de la jeune fille et lui dit à l’oreille : « Rodrigue, je suis venu te trouver pour que tu tiennes ta promesse ». — « Je suis bien d’accord », répondit Rodrigue, « mais cela ne suffira pas à faire de toi un homme riche. Aussi, une fois que je serai parti d’ici, j’entrerai dans le corps de la fille du roi Charles de Naples9, et n’en sortirai plus sans toi. Tu n’auras alors qu’à te faire payer le service comme il te plaira. Et ensuite tu ne viendras plus m’importuner ». Cela dit, Rodrigue libéra la possédée de sa présence, à la satisfaction et à l’admiration générale de tous les Florentins.

25Il ne passa ensuite que peu de temps avant que dans toute l’Italie se répande la nouvelle du malheur qui frappait la fille du roi Charles. Et comme on n’y trouvait point remède, le roi, qui avait entendu parler de Gianmatteo, le fit quérir à Florence. Une fois arrivé à Naples, celui-ci fit quelque simulacre de cérémonie et la guérit. Mais avant de partir, Rodrigue lui dit : « Comme tu vois, Gianmatteo, j’ai tenu promesse et j’ai fait de toi un homme riche. Aussi, libéré de ma dette, je ne suis plus tenu à quoi que ce soit envers toi. Tu voudras bien par conséquent ne plus te présenter devant moi, car si je t’ai fait du bien je pourrais parfaitement à l’avenir te faire du mal. »

  • 10 Auprès du gouvernement de Florence.

26Gianmatteo retourna donc richissime à Florence, car il avait obtenu du roi plus de cinquante mille ducats, et il pensait profiter tranquillement de ces richesses, donc sans imaginer que Rodrigue penserait à lui faire du tort. Mais ce projet fut aussitôt perturbé par l’arrivée d’une nouvelle : une fille de Louis VII, roi de France, était possédée à son tour. Cette nouvelle bouleversa complètement l’esprit de Gianmatteo, quand il pensa au grand pouvoir d’un tel roi et aux paroles que Rodrigue lui avait adressées. Donc le roi, ne trouvant remède pour sa fille, et entendant parler du pouvoir de Gianmatteo, le fit d’abord quérir par un simple envoyé. Mais, comme il alléguait quelque indisposition, le roi fut contraint de le réclamer auprès de la Seigneurie10, laquelle obligea Gianmatteo à obéir. Fort affligé, Gianmatteo se rendit par conséquent à Paris, où il expliqua au roi d’abord que, certes il y avait bien certaines choses qui par le passé lui avaient permis de guérir quelque possédée, mais que ce n’était pas pour autant qu’il savait ou pouvait guérir tout le monde, car on trouvait des démons à la nature si maligne qu’ils ne craignaient ni les menaces, ni les enchantements, ni aucune religion ; que néanmoins il allait remplir son devoir mais que, en cas d’insuccès, il présentait ses excuses et en demandait pardon. Irrité, le roi lui dit que s’il ne la guérissait pas il le ferait pendre. Gianmatteo éprouva à ces mots une grande douleur. Néanmoins, s’armant de courage, il fit venir la possédée et, s’approchant de son oreille, se recommanda humblement à Rodrigue, lui montrant, après lui avoir rappelé le service qu’il lui avait rendu, quelle ingratitude ce serait que de l’abandonner au moment où il avait tant besoin de lui. « Ah ! traître de paysan, répondit Rodrigue, tu as même l’audace de te présenter devant moi ? Crois-tu pouvoir te vanter d’être devenu riche grâce à moi ? Je veux te faire voir, à toi et à tous les autres, que je suis capable de tout donner et de tout retirer à mon gré ; et avant que tu ne partes d’ici je te ferai pendre par tous les moyens. »

  • 11 Dans les paroles que Gianmatteo adresse au roi, le passage au tutoiement est surprenant, car assuré (...)

27Ne voyant pas de solution immédiate, Gianmatteo pensa tenter sa chance par une autre voie. Il fit emmener la possédée et dit au roi : « Sire, comme je vous l’ai dit, il existe de nombreux esprits qui sont si malins que contre eux rien ne peut aboutir, et celui-là en fait partie. Je veux néanmoins tenter une expérience ultime. Si elle donne un résultat, votre Majesté et moi-même aurons atteint notre but ; si elle n’en donne pas, je serai à ta merci et tu devras avoir pour moi la miséricorde que mérite mon innocence11. Tu feras dresser à cet effet, sur la place de Notre-Dame, une grande estrade capable d’accueillir tous tes barons et la totalité du clergé de cette ville ; tu la feras draper de soie et d’or ; tu feras édifier en son centre un autel ; et je veux que dimanche prochain au matin, tu t’y rendes, accompagné du clergé, avec tous tes princes et barons, au milieu d’une pompe royale, tous parés de somptueux et riches vêtements, et que vous vous rassembliez sur l’estrade où, après la célébration d’une messe solennelle, tu feras venir la possédée. Je veux en outre que, à une extrémité de la place, soient regroupées vingt personnes au moins munies de trompettes, de cors, de tambours, de cornemuses, de timbales, de cymbales et de toutes autres sortes d’instruments bruyants. Quand je lèverai mon chapeau, qu’elles fassent retentir leurs instruments et, tout en les faisant sonner, s’avancent vers l’estrade : je pense que toutes ces choses ajoutées à certains remèdes secrets feront fuir cet esprit ».

28Tout fut aussitôt commandé par le roi. Et une fois le dimanche matin venu, alors que l’estrade était entièrement remplie par les personnalités, et la place par la population, après la célébration de la messe, arriva la possédée, conduite par la main sur l’estrade par deux évêques, au milieu de nombreux seigneurs. Quand Rodrigue vit une telle foule assemblée et un tel apparat, il demeura pour ainsi dire stupéfait et se dit en lui-même : « Qu’a donc pensé faire ce misérable paysan ? Croit-il m’effrayer avec cette pompe ? Ne sait-il pas que je suis habitué à voir les pompes célestes, et les fureurs infernales ? Je le châtierai par tous les moyens ». Et quand Gianmatteo s’approcha de lui et le pria de sortir : « Oh belle idée que tu as eue là !, lui dit-il. Que crois-tu pouvoir faire avec tout cet apparat ? Crois-tu échapper pour autant à ma puissance et à la colère du roi ? Scélérat de paysan, je te ferai pendre par tous les moyens. » Et ainsi, l’un priant l’autre, et l’autre accablant le premier d’avanies, Gianmatteo jugea bon de ne pas perdre davantage de temps. Il donna le signal avec son chapeau, et tous ceux qui étaient là pour faire du bruit se mirent à faire sonner leurs instruments et, dans un tintamarre qui montait jusqu’au ciel, ils s’avancèrent en direction de l’estrade. À ce vacarme, Rodrigue dressa l’oreille et, tout interdit, ne sachant de quoi il pouvait bien s’agir, demanda complètement abasourdi à Gianmatteo de quoi il s’agissait là. Affichant un grand trouble, Gianmatteo lui dit : « Hélas, mon cher Rodrigue ! C’est ta femme qui vient te retrouver ! » C’est à peine si on peut imaginer combien les esprits de Rodrigue furent retournés au simple rappel du nom de sa femme ! C’est à tel point que, sans se demander s’il était chose possible ou pensable que ce fût bien elle, et sans répliquer quoi que ce soit, il prit la fuite tout épouvanté, libérant ainsi la jeune fille. Il préféra s’en retourner en enfer, rendre compte de ses actions, plutôt que se soumettre de nouveau à tant de désagréments, de tracasseries et de dangers, sous le joug du mariage. Et c’est ainsi que, une fois retourné en enfer, Belphégor témoigna des maux qu’une épouse apportait dans une maison. Et Gianmatteo, qui fut plus astucieux que le diable, s’en retourna chez lui tout heureux.

Notes

1 Florence, centre européen de l’artisanat textile et du commerce international depuis le milieu du XIIIe siècle, était aussi depuis la fin du XIIIe siècle la capitale européenne de l’activité bancaire, du change et du prêt d’argent.

2 La fin de la phrase, soigneusement effacée dans le manuscrit, a pu être ainsi philologiquement reconstruite par les éditions critiques modernes.

3 Ognissanti (« Toussaints » en français) est un quartier de Florence, au nom comiquement interprétable dès lors qu’il accueille le diable Belphégor.

4 Les Donati appartiennent à une très ancienne famille de la noblesse florentine, célèbre dans l’histoire de la ville depuis le début du XIIIe siècle.

5 Nom probablement allusif, appartenant à une famille influente dans la vie publique florentine, déjà bien avant l’époque de l’auteur.

6 Autre famille de haut rang, appartenant à l’ancienne noblesse florentine, aux racines légendairement romaines, une famille largement impliquée dans les péripéties de la vie politique médiévale de la cité, depuis le début du XIIIe siècle.

7 Saint Zanobi (337-417), évêque de Florence qui, selon la légende, protégea la ville à l’époque du siège mis par le barbare goth Radagaise, en 405. Il jouissait à Florence à l’époque de Machiavel d’une grande réputation d’exorciste répandue depuis le XIVe siècle.

8 Saint Jean Gualbert (999-1073), bénédictin d’une grande austérité, devint abbé de Vallombreuse, près de Florence, fondateur de l’ordre des Vallombrosiens, vénéré lui aussi pour son combat contre le démon.

9 On ne sait trop à quel roi de Naples, à quelle époque précise, l’auteur fait allusion : à Charles Ier d’Anjou, dit Charles l’Ancien (1266-1285) ; ou bien à son successeur Charles II, dit le Boiteux (1285-1309) ; ou encore à Charles III, dit le Petit (1381-1386) ; voire par allusion à Charles Quint, contemporain de l’auteur ?

10 Auprès du gouvernement de Florence.

11 Dans les paroles que Gianmatteo adresse au roi, le passage au tutoiement est surprenant, car assurément abrupt. Il souligne sans doute sa prise en main des opérations, par les indications et préparatifs qu’il exige du roi sous forme d’ordres.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540