Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits littéraires en prose

 | 
Nicolas Machiavel

Écrits littéraires en prose

Discours sur le sujet de notre langue

Texte intégral

1Le Discours sur le sujet de notre langue est un texte qui ne fut publié pour la première fois qu’en 1730, plus de deux siècles après sa composition. Il a en revanche circulé en son temps sous forme manuscrite, dans les milieux littéraires de l’époque de l’auteur, participant des débats littéraires et linguistiques qui agitaient les cercles érudits de la péninsule italienne, alors que la question de la langue était âprement discutée en Italie.

2Au sein des gens de lettres, écrivains ou théoriciens animés par l’intuition vague de la nécessité d’une langue unique pour tous les Italiens, un conflit passionné opposa au cours de la première moitié du XVIe siècle les partisans de la thèse d’une langue italienne d’origine noble, de nature courtisane et latinisante, soutenue notamment par Baldassare Castiglione, et ceux qui, comme le Vénitien Pietro Bembo, entendaient promouvoir plutôt une langue spécifiquement florentine, mais néanmoins illustre, issue des modèles littéraires du XIVe siècle, notamment Pétrarque pour la poésie et Boccace pour la prose, sans oublier certes, mais à l’arrière-plan, l’exemple de la Comédie de Dante. L’opposition d’opinions était en fait double, de nature géographique mais aussi historique. Ainsi au gré de ses propres origines et de sa propre démarche littéraire et linguistique, on prend alors parti soit pour une langue régionale, le toscan ou plus précisément encore le florentin, soit pour une langue supra-régionale, définissable comme italienne ou bien courtisane. Et au sein des Toscans, soit on défend l’idée et l’idéal d’une langue ancienne, c’est-à-dire classique, celle des grands écrivains du siècle d’or italien, de l’aureo Trecento, le XIVe siècle, celle qui en définitive triomphera dès la seconde moitié du XVIe siècle, soit l’on prend parti pour une langue moderne, issue du parler florentin contemporain.

3L’œuvre, attribuée en fait dans un premier temps à Machiavel sur la foi du témoignage indirect de son fils aîné Bernardo, a fait longtemps l’objet d’une intéressante polémique critique sur l’époque et les circonstances de sa composition, et sur l’attribution à Machiavel. Elle est aujourd’hui, par les tenants de cette attribution, considérée comme ayant été écrite tardivement dans la vie de Machiavel, probablement à l’automne de l’année 1524 ou 1525. Elle pourrait avoir constitué en quelque sorte une réponse florentine aux thèses de Gian Giorgio Trissino, lequel, partant des théories du De Vulgari Eloquentia de Dante qu’il avait réexhumé et présenté quelques années auparavant et dont il donnera quelques années plus tard une traduction en langue vulgaire, soutenait que la langue littéraire italienne devait prendre sa source dans les différentes régions de la péninsule italienne, qu’elle devait être constituée d’éléments communs à tous les parlers nobles de l’Italie.

4Dans cette confrontation entre écrivains et érudits épris de lettres mais animés aussi de patriotisme, la démarche de Machiavel s’insère dans le filon provincial, étroitement florentin, considérant surtout le florentin contemporain parlé, le florentin vivant, comme étant par nature supérieur à toute autre langue de la péninsule. C’est une position qui a partie liée également avec, à l’arrière-plan, la question de la formation d’un État national. Son projet apparaît en outre clairement polémique, car il s’en prend à ceux qui, avec présomption dit-il, cherchent à priver sa patrie Florence de la gloire linguistique qui à son sens lui revient. Et il ne ménage pas les critiques, linguistiques bien sûr mais pas seulement, à l’égard des parlers des autres régions, de Rome, de Naples, de Ferrare, de Milan, auxquels il reproche une naturelle barbarie.

5Le texte de Machiavel, riche de considérations linguistiques tout à fait pertinentes et d’une grande modernité jusque dans l’analyse phono-morphologique, présente deux parties sans distinction ni coupure mais de nature différente : le début et la fin de l’œuvre sont faits d’une prose solennelle, didactique, explicative, voire pesante, et rhétorique, tandis que la partie centrale est vive, enlevée, constituée d’un dialogue serré, organisé en répliques brèves et percutantes entre deux personnages hauts en couleurs, un dialogue en quelque sorte théâtralisé. Cette double constitution du texte fut perceptible, dès sa découverte et pendant longtemps encore, jusque dans l’hésitation des éditeurs sur le titre – tantôt Dialogo, tantôt Discorso – voire dans le titre hésitant qui a pu lui être attribué et l’est encore souvent (Discorso o dialogo intorno alla nostra lingua), issu d’une formule de Giuliano de’ Ricci qui a copié ce texte en 1577.

6Le paragraphe de prose du début constitue un exorde contenant une déclaration politique et patriotique forte, avec pour arrière-plan le sujet linguistique qui va être traité par la suite et qui motive cette déclaration. À la première personne et avec une force de conviction qui a quelque chose d’émouvant, l’auteur affirme son profond attachement de toujours à sa patrie – sa cité Florence – quelles qu’en aient pu être sa récompense ou les conséquences subies. Il y soutient la nécessité de la respecter et de la défendre quand bien même on pourrait en être frappé d’un exil injuste. C’est là de toute évidence la première allusion à son compatriote Dante Alighieri, qui deux siècles plus tôt avait été banni de Florence, et qu’il va convoquer plus loin dans un dialogue fictif pour débattre âprement avec lui sur le sujet de la langue, en discutant des exemples précis, et lui faire avouer que la langue qu’il a utilisée dans la Divine Comédie est bien la langue florentine.

7Cette affirmation appuyée de patriotisme municipal va jusqu’à soutenir – idée de l’époque humaniste qui renverse la perspective médiévale – qu’il n’existe pas de lien plus fort que celui qui lie l’homme à sa patrie, le citoyen à sa cité, que même les liens familiaux les plus directs tels que l’attachement filial à ses parents lui sont inférieurs. Le filigrane littéraire sous-jacent à ce morceau d’éloquence patriotique est multiple, et par une sorte d’identification autobiographique renvoie à des figures de patriotes célèbres, citoyens idéals comme Cicéron, voire à des citoyens injustement châtiés pour avoir trop aimé leur patrie, comme Socrate ou Giano della Bella. Fidèle à lui-même, Machiavel tire donc exemple et leçon des anciens, retrouve chez eux le modèle de sa propre expérience. C’est en somme la figure du juste, injustement traité, châtié ou exilé, et néanmoins honnête et fidèle à l’égard de sa patrie, dans laquelle se reflète Machiavel lui-même, qui s’oppose à la figure de Dante, celle de l’exilé vindicatif, aveuglé par sa rancune contre sa patrie.

8Quant à la partie dialoguée, qui occupe grosso modo un peu moins d’un quart du texte, elle a suscité néanmoins un vif intérêt auprès de la critique, car elle met en présence deux géants de la culture italienne dans une originale et improbable confrontation. C’est un dialogue fictif engagé par Machiavel avec son compatriote Dante, mort deux siècles auparavant, qui se présente un peu comme une scène de comédie, un dialogue à deux, vif et brillant, au tutoiement spontané de Niccolò vers Dante. Il est fait de répliques percutantes, échangées du tac au tac, développant une courtoise mais vive dispute fabriquée, destinée à mettre l’adversaire à genoux. Plus qu’un dialogue en effet, c’est une démonstration dialoguée à sens unique, car à Dante, harcelé par un questionnement serré, il n’est donné que de répondre humblement à ce questionnement orienté, construit de manière à éclairer et lui faire admettre son erreur, et au bout du compte à lui faire reconnaître ses torts sur sa conception de la langue et sur son attitude à l’égard de sa patrie. Et même après que Dante cesse de parler, qu’il n’est plus appelé à répondre, alors que le dialogue proprement dit a pris fin, Niccolò continue jusqu’à son terme d'interpeller Dante, et de le prendre à témoin de la validité de la thèse qu’il développe. La fougue militante de Machiavel s’achève alors comme dans le plus beau des rêves, où l’on triomphe quand l’adversaire reconnaît son erreur avant de s’effacer humblement. Et le texte se referme sur le souhait de parvenir à convaincre tout aussi bien les adversaires de sa propre époque.

DISCOURS SUR LE SUJET DE NOTRE LANGUE

9Chaque fois que j’ai eu la possibilité d’honorer ma patrie, je l’ai fait volontiers, fût-ce à mes risques et périls ; car on n’a pas d’obligation plus grande qu’envers sa patrie, dès lors que nous lui devons d’abord notre existence et ensuite tout ce que la fortune et la nature nous ont concédé de meilleur ; et l’obligation est d’autant plus grande que la patrie reçue en partage est plus noble. Et vraiment celui qui, par ses sentiments et par ses actions, se fait l’ennemi de sa patrie, peut à bon droit, quand bien même l’aurait-elle gravement offensé, être qualifié de parricide ; parce que, si battre son père et sa mère, quelle qu’en soit la raison, est une chose abominable, il s’ensuit nécessairement que déchirer sa patrie est une chose bien plus abominable encore. De sa part on ne subit rien de tel qu’elle puisse mériter qu’on l’offense en retour. On doit au contraire reconnaître qu’on lui doit tout. C’est pourquoi, si elle se prive d’une partie de ses citoyens, on se doit de l’en remercier pour ceux qu’elle conserve plutôt que de l’en blâmer pour ceux qu’elle abandonne. Et dès lors que ce que je dis là est vrai – et c’est même plus que vrai – je ne crains jamais de me tromper à prendre sa défense et à combattre ceux qui, bien trop présomptueux, cherchent à lui retirer son honneur.

  • 1 Le Discours sur le sujet de notre langue a sans doute été rédigé en septembre 1524 ou 1525, en péri (...)

10La raison pour laquelle j’ai engagé ce discours est qu’un débat a surgi, à plusieurs reprises ces derniers jours, pour savoir si la langue dans laquelle ont écrit nos poètes et orateurs florentins peut être dite florentine, toscane ou italienne. Dans ce débat, j’ai observé que certains, moins malhonnêtes que d’autres, veulent la croire toscane, que certains autres, particulièrement malhonnêtes, la désignent comme italienne, et que d’autres encore estiment qu’on doit absolument l’appeler florentine. Chacun d’eux s’est efforcé de défendre son parti, de sorte que, la querelle restant ouverte, il m’a semblé bon, pendant ce loisir que m’offrent les vendanges1, de vous écrire amplement ce que j’en pense, que ce soit pour clore le débat ou pour donner à chacun matière à une opposition plus farouche.

  • 2 En langue vulgaire, par opposition au latin.
  • 3 Désignation ample qui correspondait alors à l’ensemble de l’Italie du Nord.

11Si donc l’on veut savoir en quelle langue ont écrit les écrivains qui se sont illustrés dans notre langue moderne2, au premier rang desquels se trouvent, incontestablement, Dante, Pétrarque et Boccace, il faut mettre ces trois-là ensemble face à tout le reste de l’Italie ; province à laquelle, quant à l’affection pour la langue qu’ils ont tous trois utilisée, il semble que toute autre le cède. En effet l’espagnol comme le français et comme l’allemand ont moins de prétentions sur ce point que le lombard. Cela fait, il faut passer en revue tous les endroits d’Italie et voir les différences qui courent entre un parler et l’autre, afin de donner la préférence à ceux qui se rapprochent le plus de la langue de ces écrivains, leur reconnaître une dignité supérieure et une place plus grande dans cette langue, et, si vous souhaitez nuancer parfaitement au sein de toute l’Italie, distinguer non seulement entre toutes ses villes mais aussi entre toutes ses bourgades. Mais pour échapper à cette complication, nous diviserons l’Italie seulement selon ses régions : Lombardie3, Romagne, Toscane, Territoire de Rome et Royaume de Naples.

12Et en vérité, si on examine bien chacune d’elles, on verra de grands écarts entre leurs parlers. Mais si l’on veut chercher à en connaître le motif, il faut d’abord voir quelques-unes des raisons pour lesquelles il y a entre elles tellement de ressemblances que ceux qui écrivent aujourd’hui estiment que les écrivains du passé ont parlé la langue commune aux Italiens, et voir aussi la raison pour laquelle, parmi tant de diversité, nous nous comprenons néanmoins.

13Les uns pensent que chaque langue reçoit sa délimitation de la particule affirmative, qui parmi les Italiens prend la forme : ils estiment qu’on comprend un même parler dans toute une étendue géographique où l’affirmation s’exprime avec un même terme. Et ils allèguent l’autorité de Dante, qui a désigné l’Italie en la nommant à l’aide de cette particule, quand il a dit :

  • 4 Dante, Enfer, XXXIII, 79-80.

Ah ! Pise, déshonneur des peuples
de ce beau pays où résonne le4.

14Ils allèguent également l’exemple de la France, où pourtant le pays tout entier est appelé France, et la langue est dite elle aussi langue d’oui et langue d’oc, termes qui signifient chez eux la même chose que le chez les Italiens. Ils apportent en outre l’exemple de la langue de toute l’Allemagne, qui dit hyò, et celui de toute l’Angleterre, qui dit jeh. Et beaucoup d’entre eux, sans doute influencés par ces arguments, estiment que tous ceux qui parlent ou écrivent en Italie, s’expriment dans une seule et même langue, que ce soit en parlant ou en écrivant.

  • 5 Il est curieux de constater que, pour l’auteur, la Sicile n’est pas italienne.
  • 6 Les partes orationis sont les catégories grammaticales des éléments du discours. Elles étaient trad (...)
  • 7 Deschetto (« table », « établi d’artisan » ou « tabouret ») et guastada (« carafe ») sont de purs f (...)

15D’autres estiment que cette particule n’est pas ce qui définit la langue, car s’il en était ainsi, les Siciliens comme les Espagnols seraient eux aussi, par leur langue, des Italiens5. Aussi faut-il qu’elle soit définie par d’autres critères. Ils disent alors que si l’on considère bien les huit parties qui divisent le discours quelle que soit la langue qu’on parle6, on s’apercevra que celle qui est appelée verbe est le lien et le nerf de la langue ; et chaque fois que cette partie-là reste la même, les autres changeraient-elles même notablement, il faut admettre que les langues ont une certaine entente en commun. Les noms qui nous sont inconnus, en effet, c’est le verbe placé au milieu d’eux qui nous permet de les comprendre ; et ainsi, à l’inverse, lorsque les verbes diffèrent, quand bien même les autres mots seraient semblables, on a affaire à des langues différentes. Et l’on peut donner comme exemple l’Italie, où les verbes diffèrent très peu, mais les autres mots énormément : en effet les Italiens disent bien tous amare, stare et leggere, mais tous ne disent pas deschetto, tavola et guastada7 ; et parmi les pronoms, les plus importants ne sont pas partout les mêmes, comme mi qu’on emploie à la place de io, ou ti au lieu de tu. Ce qui différencie les langues, sans que pour autant on soit dans l’incapacité de se comprendre, ce sont aussi la prononciation et les accents. Les Toscans font terminer tous les mots par une voyelle, mais les Lombards et les Romagnols les tronquent presque tous au niveau de la consonne : ainsi pane et pan.

16Donc, une fois toutes ces différences prises en compte, et d’autres encore que comportent ces langues italiques, si l’on veut savoir laquelle peut aussi manier la plume, laquelle les écrivains anciens ont utilisée pour écrire, il faut d’abord regarder d’où sont issus Dante et les premiers écrivains, et s’ils ont écrit dans la langue de leur patrie ou non. Il faudra ensuite avoir leurs œuvres sous les yeux et, à côté d’elles, quelque écrit en pur florentin ou en pur lombard ou bien d’une autre région d’Italie, qui cependant ne soit pas artistique mais entièrement naturel ; et la langue la plus proche de la leur pourra être désignée, selon moi, comme la langue dans laquelle ils ont écrit.

  • 8 Machiavel évoque ici, par allusion culturelle, trois poètes des XIIIe et XIVe siècles : le Bolonais (...)
  • 9 Le Décaméron, recueil de cent nouvelles réunies par Boccace vers 1351. La référence renvoie à IV, i (...)
  • 10 Le traité en latin, de Dante, intitulé De Vulgari Eloquentia, rédigé entre 1303 et 1305. La référen (...)

17Il est bien connu que les premiers écrivains (à l’exception d’un Bolonais, un Arétin et un autre de Pistoia, lesquels n’ont pas écrit dix chansons à eux trois)8 furent tous florentins. Parmi eux, Dante, Pétrarque et Boccace occupent la première place, une place même si élevée que personne n’espère plus atteindre à leur hauteur. De ces trois-là, Boccace, dans son Cent Nouvelles, affirme qu’il écrit en langue vulgaire florentine9 ; Pétrarque, je ne sais qu’il en dise quoi que ce soit ; et Dante, dans son livre qui traite De l’éloquence en langue vulgaire10, où il condamne tous les particularismes linguistiques d’Italie, affirme avoir écrit non pas en florentin mais en une langue de cour ; de sorte que s’il fallait l’en croire, tomberait l’exigence que j’ai formulée plus haut d’apprendre d’eux d’où leur venait cette langue qu’ils ont employée.

  • 11 La Divine Comédie de Dante, en trois livres (qui seront appelés plus loin ‘poèmes’) : l’Enfer, le P (...)

18Pour ce qui est de Pétrarque et de Boccace, je ne tiens pas à répliquer quoi que ce soit, puisque l’un est de notre côté, et l’autre sans position. Je m’arrêterai en revanche sur Dante, lequel a montré son excellence en toute chose, par son génie, son érudition et son jugement, sauf quand il lui est arrivé de parler de sa patrie, qu’il a alors persécutée, au-delà de ce qu’il est humainement et philosophiquement permis, par toutes sortes de paroles d’offense. N’ayant d’autre moyen que la couvrir d’infamie, il l’a accusée de tous les vices, il a damné ses citoyens, critiqué son site, dit du mal de ses mœurs et de ses lois ; et cela non seulement dans un passage délimité de son Poème11, mais dans la totalité, avec des mots différents et de diverses manières, tant il se sentit injustement outragé par l’exil qu’il eut à subir, tant il aspirait à en tirer vengeance ! Aussi se vengea-t-il autant qu’il le put. Et si le sort avait voulu que Florence reçoive le moindre des malheurs que Dante a appelés sur elle, elle aurait à se plaindre davantage d’avoir élevé cet homme en son sein, que d’aucune autre des calamités qui ont pu la toucher. Mais, pour le faire mentir et recouvrir de la gloire de la cité ses accusations calomnieuses, la fortune a rendu Florence sans cesse plus prospère et plus célèbre parmi toutes les provinces de la chrétienté ; elle l’a portée à présent à une félicité si grande et à une condition si paisible que, si Dante ressuscitait pour la voir, soit il s’en voudrait à lui-même soit, frappé à son tour par cette haine innée chez lui, il voudrait mourir de nouveau. Il n’est donc pas étonnant que Dante, qui en toute chose n’a cessé de jeter le déshonneur sur sa patrie, ait voulu lui ôter également quant à la langue ce prestige qu’il pensait lui avoir acquis par ses écrits. Et, dans le but de ne l’honorer en aucune manière, il a composé cette œuvre-là afin de montrer que la langue dans laquelle il avait écrit n’était pas le florentin. Il faut en cela le croire sur parole tout autant que lorsqu’il dit avoir trouvé Brutus dans la gueule du grand Lucifer, ou cinq citoyens florentins au nombre des voleurs, ou son cher Cacciaguida au paradis, et d’autres choses semblables, de l’ordre de la passion et du parti pris. Là, son aveuglement fut tel qu’il en perdit toute gravité, toute science et tout jugement, et devint totalement un autre homme ; à tel point que s’il avait porté un jugement du même ordre sur tout le reste, soit il aurait fini sa vie à Florence, soit il en aurait été chassé comme simple fou à lier.

19Mais, étant donné que ce l’on ne conteste que par des discours génériques et des conjectures peut être aisément critiqué, je veux montrer au moyen d’arguments vivants et véridiques que sa langue est en tout point florentine, bien plus encore que celle que Boccace désigne pour lui-même comme florentine, et répondre en partie par là même à ceux qui sont de l’avis de Dante.

20Une langue italienne commune serait celle dans laquelle prévaudrait le langage commun à toutes sur les particularités propres à chacune ; de même, une langue particulière sera celle qui comporte davantage de particularités propres à une seule que d’éléments d’aucune autre ; car il n’existe pas de langue qui exprime tout par elle-même sans avoir rien emprunté aux autres. En effet, dans les échanges de la conversation, les locuteurs issus de diverses régions s’empruntent les expressions les uns aux autres. Il faut ajouter à cela que, chaque fois que pénètrent dans une ville soit de nouveaux savoirs, soit de nouvelles techniques, nécessairement y pénètrent aussi des vocables nouveaux, issus de la langue d’où est venu ce savoir nouveau ou cette technique nouvelle ; mais s’adaptant dans l’expression aux modes, aux cas, aux désinences et aux accents locaux, ils adoptent la même consonance que les mots de la langue qui les accueille, et ainsi deviennent siens ; autrement les langues auraient l’air rapetassées, et elles ne fonctionneraient pas bien.

21De cette manière ce sont les vocables étrangers qui se convertissent en florentins, et non pas les florentins qui deviennent étrangers, et pour autant notre langue ne devient pas autre que florentine. Il en résulte que les langues, dès leur origine, se mettent à prospérer et deviennent plus belles en devenant plus riches. Mais il est bien vrai aussi qu’avec le temps, par la multiplication de ces mots nouveaux, elles s’abâtardissent et deviennent tout autres. Il faut cependant pour cela des centaines d’années ; et on ne s’en aperçoit qu’une fois que la langue est déchue à une barbarie extrême. Cette mutation se fait bien plus rapidement s’il arrive qu’une population nouvelle vienne s’installer dans le pays. En pareil cas la langue se transforme en l’espace de la vie d’un être humain. Mais dans l’un comme dans l’autre de ces deux cas d’évolution, il faut que la langue qui s’est perdue, si on veut qu’elle soit conservée, se trouve condensée dans les livres des bons écrivains qui l’ont employée, comme cela a été le cas et l’est encore pour la langue latine et la langue grecque.

22Mais je laisse de côté cette question qui n’est pas utile à mon propos, car notre langue n’est pas encore en déclin, et je reviens à mon point de départ pour dire qu’une langue peut être dite commune dans un pays si aucune des langues particulières de ce même pays n’utilise en majorité ses vocables et leurs emplois ; et on appellera particulière une langue, quand aucune autre langue du même pays n’utilise la majorité de son vocabulaire.

23Et dès lors que ce que je dis là est vrai (car c’est même plus que vrai), je voudrais pouvoir convoquer Dante, afin qu’il me montre son poème ; et, avec auprès de moi quelque document en florentin, je le questionnerais sur ce qui dans son poème pourrait ne pas être écrit en florentin. Et comme il me répondrait que bien des formes ne le sont pas, car issues du lombard ou inventées par lui-même, ou tirées du latin… Mais en fait je veux parler un peu avec lui ; aussi, afin d’éviter les « dit-il alors » et « lui répondis-je », je vais signaler les interlocuteurs en face des répliques.

24N. — Quelles sont celles que tu as empruntées au lombard ?

25D. — Celle-ci :

  • 12 « À la tête du pont, près de Bénévent » (Purg., III, 128). Le terme lombard est « co », réduction d (...)

in co del ponte presso a Benevento12 ;

26et cette autre-là :

  • 13 « Avec vous naissait et se cachait avec vous » (Par., XXII, 115). La forme désignée comme lombarde (...)

con voi nasceva e s’ascondeva vosco13.

27N. — Et au latin qu’as-tu emprunté ?

28D. — Ces mots, comme bien d’autres encore :

  • 14 « [Ce qu’est] transhumanare [ne peut] se dire per verba » (Par., I, 70).

transhumanare significar per verba14.

29N. — Quels sont ceux que tu as toi-même créés ?

30D. — Ceux-ci :

  • 15 « Si je m’entoyais comme tu t’enmoies » (Par., IX, 81). Créations verbales à partir des pronoms per (...)

s’io m’intuassi come tu ti immii15.

31Et ces mots, mêlés avec les mots toscans, forment tous ensemble une tierce langue.

32N. — Soit. Mais dis-moi : dans cette œuvre combien de ces mots étrangers ou latins ou inventés par toi-même as-tu introduits ?

33D. — Dans les deux premiers poèmes, il y en a peu, mais beaucoup dans le dernier, empruntés surtout au latin, car les diverses notions dont je traite m’obligent à choisir des mots qui me permettent de les exprimer ; et, comme cela ne peut se faire qu’avec des termes latins, ce sont eux que j’ai employés, mais je les ai adaptés de telle sorte que, combinés avec les désinences, ils se sont assimilés à la langue du reste de l’œuvre.

34N. — Quelle est cette langue de l’œuvre ?

35D. — La langue de cour.

36N. — Et qu’entend-on par langue de cour ?

  • 16 Il s’agit du duché de Milan, avec à sa tête François II Sforza, en place à partir de novembre 1521.

37D. — C’est une langue que parlent les hommes de cour, celle du Pape, du Duc16, lesquels, étant cultivés, parlent mieux que l’on ne parle dans les diverses localités d’Italie.

38N. — Tu vas dire des choses fausses. Dis-moi un peu : que veut dire morse dans cette langue de cour ?

39D. — Cela veut dire « il mourut ».

40N. — Et en florentin, qu’est-ce que cela veut dire ?

41D. — Cela veut dire « mordre quelqu’un avec les dents ».

42N. — Quand tu écris dans tes vers :

  • 17 « Et quand la dent lombarde mordit » (Par., VI, 94).

Et quando il dente longobardo morse17,

43que veut dire morse ?

44D. — « Piqua, blessa et attaqua » : par métaphore, à partir de ce verbe mordere qu’emploient les Florentins.

45N. — Tu parles donc en florentin et non comme un courtisan.

46D. — C’est vrai, la plupart du temps. Néanmoins je me garde bien d’employer certains mots qui nous sont propres.

47N. — Et comment t’en gardes-tu ? Lorsque tu dis :

  • 18 « Il ruait violemment de ses deux quilles » (Enfer, XIX, 120).

forte spingava con ambe le piote18,

48que veut dire ce spingare ?

49D. — À Florence, quand une bête lance des ruades, l’usage est de dire : ella spinga una coppia di calci. J’ai donc dit spingava parce que j’ai voulu montrer que l’autre ruait avec ses pieds.

50N. — Dis-moi encore : tu dis aussi, en parlant des jambes,

  • 19 « Et celui qui pleurait avec ses cannes » (Enfer, XIX, 45).

et quello che piangeva con le zanche19,

51pourquoi dis-tu cela ?

52D. — Parce qu’à Florence on appelle zanche ces échasses avec lesquelles marchent ceux qui se déguisent en esprits le jour de la Saint-Jean, et comme ils s’en servent de jambes, j’ai employé zanche pour signifier les jambes.

53N. — Par ma foi, tu te gardes vraiment bien d’utiliser des mots florentins ! Mais dis-moi encore : quand tu dis

  • 20 « Mortels, ne prenez pas les vœux à la légère » (Par., V, 64).

Non prendete, mortali, i voti a ciancie20,

54pourquoi dis-tu ciancie, à la florentine, et non zanze, à la lombarde, alors que tu dis vosco et co del ponte ?

55D. — Je n’ai pas dit zanze pour ne pas employer un mot si barbare ; et si j’ai dit co et vosco, c’est certes parce que ce ne sont pas des mots à ce point barbares, mais également parce que, dans une œuvre de grande envergure, il est permis d’utiliser quelque vocable étranger ; ainsi Virgile a-t-il dit :

  • 21 « Le trésor de Troie sur les flots » (Énéide, I, 119). Le vocable étranger, c’est le mot « gaza », (...)

Troica gaza per undas21.

56N. — D’accord, mais est-ce pour autant que Virgile n’aurait pas écrit en latin ?

57D. — Non, bien sûr.

58N. — Alors toi non plus, bien qu’ayant écrit co et vosco, tu n’as pas pour autant délaissé ta propre langue. Mais nous tenons là une vaine discussion, car en plusieurs endroits de ton ouvrage tu avoues toi-même parler toscan et florentin. Ne dis-tu pas, dans l’Enfer, au sujet de quelqu’un qui t’a entendu parler :

  • 22 « Et lui, entendant parler toscan » (Enfer, XXIII, 76).

Et egli ch’intese la parola tosca22 ?

59Et ailleurs, par la bouche de Farinata s’adressant à toi :

  • 23 « Ton langage te dénonce clairement / comme originaire de cette douce patrie / que j’ai, sans doute (...)

La tua loquela ti fa manifesto
di quella dolce patria natio
alla qual forse fui troppo molesto
23 ?

60D. — C’est vrai que je dis tout cela.

61N. — Pourquoi alors soutiens-tu que tu ne parles pas florentin ? Mais je veux te convaincre livres en main, par la comparaison. Lisons ton ouvrage et ensuite le Morgante. Allons lis.

D. — Nel mezzo del cammin di nostra vita

mi ritrovai per una selva scura

  • 24 « Au milieu du chemin de notre vie/je me retrouvai dans une forêt obscure / car j’avais perdu le dr (...)

che la diritta via era smarrita24.

62N. — Cela suffira. Maintenant lis un peu le Morgante.

63D. — À quel endroit ?

64N. — Où tu voudras. Lis par ici, au hasard.

65D. — Voilà, j’y suis :

  • 25 « Ce n’est pas celui qui commence qui est le plus méritant, est-il écrit dans ton saint Évangile, P (...)

Non chi comincia ha meritato, è scritto
nel tuo santo Vangel, benigno Padre
25.

66N. — Bien. Maintenant quelle différence vois-tu entre cette langue et la tienne ?

67D. — J’en vois peu.

68N. — Moi je n’en vois pas la moindre.

69D. — Il y a bien cependant quelque chose.

70N. — Quoi donc ?

71D. — Ce chi, il est trop florentin.

72N. — Tu vas devoir te rétracter ; toi-même ne dis-tu pas :

  • 26 « Je ne sais qui tu es, ni comment/tu es descendu jusqu’ici, mais florentin… » (Enfer, XXXIII, 10-1 (...)

Io non so chi tu sia, né per qual modo
venuto sei quaggiù, ma fiorentino…
26 ?

73D. — C’est vrai, je le dis, et c’est moi qui ai tort.

74N. — Mon cher Dante, je souhaite que tu t’amendes et que tu aies une meilleure opinion du parler florentin ainsi que de ton propre ouvrage : tu t’apercevras que si quelqu’un doit avoir honte, c’est Florence plutôt que toi. Prête bien attention à ce que tu as écrit et tu verras que dans tes vers tu n’as pas échappé à la trivialité, comme dans celui-ci :

  • 27 « Puis nous nous séparâmes, et nous marchions pendant ce temps » (Enfer, XX, 130). L’adverbe introc (...)

Poi ci partimmo et n’andavamo introcque27,

75ni à la vulgarité, comme dans celui-là :

  • 28 « Qui transforme en merde tout ce qu’on avale » (Enfer, XXVIII, 27).

che merda fa di quel che si trangugia28,

76ni à l’obscénité, comme ici :

  • 29 « Il leva ses deux mains pour faire la figue » (Enfer, XXV, 2).

le mani alzò con ambedue le fiche29 ;

77et n’ayant pas évité toutes ces choses, qui déshonorent l’ensemble de ton travail, tu ne peux moins encore avoir évité une infinité de ces mots que ta patrie est la seule à utiliser, car l’art ne peut jamais se dégager totalement de la nature.

78Songe en outre, je te prie, au fait que les langues ne peuvent être pures, qu’elles résultent forcément de la contamination avec d’autres. Mais on dit d’une langue qu’elle est la langue d’une patrie quand elle parvient à adapter à son propre usage les mots qu’elle a empruntés à d’autres, et qu’elle est suffisamment forte pour les réorganiser, et ne pas s’en trouver elle-même désorganisée ; étant donné que ce qu’elle va chercher chez les autres, elle l’amène à soi jusqu’à le faire paraître sien.

79Et les écrivains qui se servent de cette langue doivent, par attachement pour elle, faire ce que tu as fait, mais non pas dire ce que tu en as dit. En effet, si tu as emprunté de nombreux termes aux Latins et aux étrangers, et si tu en as créé de nouveaux, tu as très bien fait ; mais tu as eu vraiment tort de dire que pour autant elle est devenue une autre langue. Horace dit la chose suivante :

  • 30 « Le parler de Caton et celui d’Ennius/ont enrichi la langue de leur patrie » (Horace, Art poétique(...)

quod lingua Catonis et Enni
sermonem patrium ditavit
30,

80et il fait l’éloge de ceux-ci qui ont été les premiers à enrichir la langue latine.

81Chez les Romains, une armée ne comptait pas plus de deux légions de soldats romains, soit environ douze mille hommes, mais elle en comptait encore vingt mille originaires d’autres nations ; et malgré cela, les soldats romains formant avec leurs chefs le nerf de l’armée, servant tous ensemble sous l’ordre et la discipline de Rome, ces armées conservaient le nom de Rome, son autorité et sa dignité. Et toi qui, dans tes écrits, as introduit vingt légions de vocables florentins, toi qui n’emploies que les cas, les temps, les modes et les désinences du florentin, tu voudrais que quelques termes venus d’ailleurs aboutissent à en faire une autre langue ?

82Et si, même si on y employait tous les verbes qu’utilise Florence, tu tenais à l’appeler autrement, que ce soit langue commune à l’Italie ou langue de courtisan, je te réponds que, si on y a fait entrer les mêmes verbes, on n’y emploie pas néanmoins les mêmes termes, dès lors que les mots y ont une prononciation si différente qu’ils deviennent tout autres. En effet, tu sais bien que les gens qui ne sont pas de Florence soit altèrent le c en un z, comme on l’a dit plus haut pour cianciare et zanzare, soit ajoutent des lettres, comme entre verrà et vegnirà, ou encore en retranchent, comme entre poltrone et poltron ; à tel point que, même les mots qui sont semblables aux nôtres, ils les estropient jusqu’à les rendre tout autres.

83Voudrais-tu invoquer le langage de cour ? Je te réponds que, si tu veux parler des cours de Milan ou de Naples, leurs langues sont conditionnées par leurs régions, et elles sont d’autant meilleures qu’elles se rapprochent plus du toscan et l’imitent davantage. Et croire que la copie sera supérieure au modèle, c’est imaginer ce qui le plus souvent ne se produit pas. Mais si c’est de la cour de Rome que tu veux parler, tu te réfères alors à un endroit où l’on parle d’autant de façons différentes qu’il y a de nationalités présentes, où aucune règle ne peut en aucune manière être donnée. Par ailleurs je trouve fort surprenant de ta part que tu veuilles trouver un modèle de bonne langue précisément dans ce lieu où ne se trouve rien de bon ni de louable ; car là où les mœurs sont corrompues, le parler est nécessairement corrompu, et il adopte cette lascivité efféminée qui caractérise ceux qui le pratiquent.

84Mais ce qui trompe beaucoup de gens sur ce vocabulaire commun à tous, c’est que, à travers toi et nos autres écrivains qui avez été célébrés et lus un peu partout dans le monde, de nombreux vocables de chez nous ont été appris et suivis par quantité d’étrangers à Florence, si bien que, de vocables propres à nous, ils sont devenus communs à tous. Et si tu veux t’en assurer, tu n’as qu’à prendre un livre composé par l’un de ces étrangers qui ont écrit après vous, et tu verras combien de mots à vous ils emploient et à quel point ils cherchent à vous imiter. Pour preuve, fais lire à ces gens quelque livre de chez eux écrit avant votre naissance, et il sera clair qu’il ne comporte ni vocable ni terme de Florence. Il apparaîtra ainsi que la langue dans laquelle ils écrivent aujourd’hui, c’est la vôtre, et par conséquent la nôtre, et que notre langue n’est pas commune avec la leur. En outre, cette langue que, suant sang et eau, ils cherchent à imiter, est néanmoins, comme tu peux t’en apercevoir à la lecture de ce qu’ils écrivent, en mille endroits employée maladroitement et tout de travers, car l’art ne pourra jamais faire mieux que la nature.

85Si tu veux constater la dignité de la langue de ta patrie, songe encore à une autre chose : les étrangers à Florence qui choisissent d’écrire sur quelque sujet nouveau, pour lequel ils n’ont pu apprendre de vous aucun exemple de vocabulaire, doivent nécessairement recourir à la Toscane ; ou alors, s’ils choisissent des termes à eux, ils doivent les lisser et en étendre l’emploi conformément à l’usage toscan, car sans cela l’emploi de ces termes ne recevrait l’approbation ni d’eux-mêmes ni des autres.

86Et ils ont beau dire que toutes les langues municipales sont laides si elles ne sont pas mâtinées d’autres langues (si bien que, laide, pas une seule ne le serait), moi je soutiens au contraire que c’est celle qui a le moins besoin de l’être qui mérite le plus d’éloges ; et c’est sans aucun doute la langue florentine qui en a le moins besoin.

87J’ajoute que bien des œuvres qu’on écrit sans les expressions et les termes propres à leur patrie n’ont aucune beauté. À cette catégorie appartiennent les comédies : car, même si la comédie a pour but d’offrir un miroir de vie privée, elle doit néanmoins s’y prendre avec une certaine urbanité et en des termes qui suscitent le rire, afin que les spectateurs, d’abord avides de ce plaisir, goûtent ensuite l’exemple utile qu’il recèle. Aussi seuls des personnages qui ne s’accommodent guère de gravité peuvent servir à la traiter ; car un serviteur malhonnête, un vieillard ridicule, un jeune homme éperdu d’amour, une putain racoleuse, un parasite affamé ne peuvent être des personnages graves, même si, il est vrai, de cette combinaison de personnages résultent des leçons graves et utiles pour la vie des hommes. Mais puisque les choses sont traitées de manière à faire rire, il faut choisir des termes et des expressions capables d’atteindre cet effet, et s’ils ne sont pas des idiotismes locaux, seraient-ils seulement compris et connus, ils ne peuvent susciter le rire. Il s’ensuit qu’un auteur non toscan ne pourra jamais bien réussir dans ce domaine, car en utilisant des expressions drôles de chez lui il ne fera qu’un habit d’Arlequin, une composition mitoscane mi-étrangère ; et on reconnaîtrait à cela la langue qu’il a apprise, si elle est commune ou municipale. Mais s’il n’utilise pas celles de chez lui, ne connaissant pas les expressions toscanes, il ne fera qu’une œuvre imparfaite, à laquelle manque ce qui fait une œuvre bien finie.

  • 31 Expression plaisante et hardie, au sens gras, tirée de Ludovico Ariosto, I Suppositi, acte II, scèn (...)
  • 32 Des « Baquets », avec allusion comique à leurs poignées percées, pour évoquer les oreilles (acte I, (...)

88Si tu en veux la preuve, lis la comédie qu’a écrite quelqu’un de la famille Arioste de Ferrare. Tu y trouveras une composition élégante et un style orné et régulier, une intrigue bien ficelée et mieux encore dénouée ; mais tu la trouveras dépourvue du sel que doit avoir une comédie, uniquement pour la raison que j’ai dite : parce que, n’aimant pas les expressions ferraraises et ne connaissant pas les florentines, il n’en a point utilisé. Il a bien employé une expression drôle commune, et encore, me semble-t-il, devenue commune à travers le florentin, lorsqu’il dit d’un avocat au béret pointu qu’il paierait bien sa dame en doublons31 ; et une autre encore, de sa patrie, qui montre combien est maladroit le mélange de ferrarais et de toscan : à l’endroit où l’une des femmes dit ne pas vouloir parler là où pourraient se trouver des oreilles indiscrètes, il lui fait répondre par une autre de ne pas parler où se trouveraient des bigonzoni32 ; mais le bon goût sait combien il est choquant de lire ou d’entendre prononcer bigonzoni. Aussi voit-on aisément, ici comme en maints endroits encore, avec quelle grande difficulté il s’efforce de maintenir la dignité de cette langue qu’il a empruntée.

89Je conclus donc de cela qu’il y a quantité de choses qu’on ne peut bien écrire si on ne maîtrise pas les idiotismes de la langue la plus appréciée de tous. Et si on veut les employer, il faut aller les puiser à la source d’où cette langue tire son origine, sans cela on ne peut faire qu’une composition de morceaux disparates.

  • 33 L’allusion fait probablement référence à Matteo Maria Boiardo (Scandiano, 1441-1494), l’Arioste (Re (...)

90Et que l’essentiel de cette langue dans laquelle vous avez écrit, toi Dante et tous les autres qui sont venus et avant toi et après toi, soit dû à Florence, la preuve en est que vous avez été florentins, que vous êtes nés dans une patrie qui parlait une langue mieux adaptée que n’importe quelle autre à l’écriture, en vers comme en prose ; ce à quoi aucune autre d’Italie ne pouvait s’adapter aussi bien. Tout le monde sait en effet que ce sont les Provençaux qui, les premiers, ont écrit en vers, et que, depuis la Provence, cet usage est venu en Sicile, et de Sicile en Italie, et, entre toutes les provinces d’Italie, en Toscane et, entre toutes les villes de Toscane, à Florence, pour la seule raison que là se trouvait la langue la plus appropriée. Car si Florence a mérité d’être la première, et d’engendrer des écrivains tels que vous, c’est non pas tant pour la commodité de son site, ni pour le génie de ses habitants, ni pour aucune autre de ses particularités, que pour l’aptitude de sa langue à suivre la discipline littéraire, avantage que les autres villes ne pouvaient offrir. C’est si vrai qu’on voit de nos jours maints Ferrarais, Napolitains, Vicentins et Vénitiens33, pourvus de réelles qualités pour écrire, et qui écrivent fort bien, ce qu’ils n’auraient pu faire avant que vous n’ayez écrit, toi, Pétrarque et Boccace. Car pour qu’ils puissent atteindre à ce degré de perfection, leur propre langue étant pour eux un désavantage, il fallait nécessairement que quelqu’un avant eux, par son exemple, leur fasse comprendre qu’ils devaient se départir de cette barbarie naturelle dans laquelle leur propre langue les faisait s’enfoncer.

91La conclusion de tout cela est qu’il n’y a pas de langue qu’on puisse appeler ni commune d’Italie ni de cour, car toutes celles qui pourraient être ainsi désignées doivent faire fond sur les écrivains florentins et sur la langue florentine, à laquelle, au moindre besoin, il leur faut recourir comme à leur véritable source et fondement. Et s’ils ne veulent pas se montrer farouchement obstinés, ils doivent avouer que la langue en question est bien le florentin.

92Après avoir entendu tout cela, Dante avoua qu’il en était bien ainsi, puis il me quitta. Je suis alors demeuré très satisfait, car j’ai bien eu l’impression de l’avoir détrompé. Je ne sais cependant si je parviendrai à détromper aussi bien ceux qui sont si peu reconnaissants à notre patrie des bienfaits dont elle les a comblés, qu’ils veulent mettre sa langue dans un même panier avec celles de Milan, de Venise, de Romagne et avec toutes les hérésies de Lombardie.

Notes

1 Le Discours sur le sujet de notre langue a sans doute été rédigé en septembre 1524 ou 1525, en période de vendanges, alors que Machiavel se trouvait dans son domaine de l’Albergaccio, à Sant’Andrea in Percussina, près de San Casciano dans le Val di Pesa. En outre, l’adresse à un « vous » non identifié laisse penser à une rédaction de l’opuscule en forme de lettre missive.

2 En langue vulgaire, par opposition au latin.

3 Désignation ample qui correspondait alors à l’ensemble de l’Italie du Nord.

4 Dante, Enfer, XXXIII, 79-80.

5 Il est curieux de constater que, pour l’auteur, la Sicile n’est pas italienne.

6 Les partes orationis sont les catégories grammaticales des éléments du discours. Elles étaient traditionnellement au nombre de huit (nom, pronom, verbe, adverbe, participe, préposition, interjection et conjonction).

7 Deschetto (« table », « établi d’artisan » ou « tabouret ») et guastada (« carafe ») sont de purs florentinismes ; tavola : « planche » ou « table ».

8 Machiavel évoque ici, par allusion culturelle, trois poètes des XIIIe et XIVe siècles : le Bolonais Guido Guinizelli (1230-1276), l’Arétin Guittone del Viva (1235-1294) et Cino dei Sighibuldi da Pistoia (1270-1336). Quant à la modestie de leur production poétique, il exagère passablement.

9 Le Décaméron, recueil de cent nouvelles réunies par Boccace vers 1351. La référence renvoie à IV, introd., § 3.

10 Le traité en latin, de Dante, intitulé De Vulgari Eloquentia, rédigé entre 1303 et 1305. La référence renvoie à I, 18.

11 La Divine Comédie de Dante, en trois livres (qui seront appelés plus loin ‘poèmes’) : l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis, rédigés entre 1304 et 1321.

12 « À la tête du pont, près de Bénévent » (Purg., III, 128). Le terme lombard est « co », réduction du lat. caput.

13 « Avec vous naissait et se cachait avec vous » (Par., XXII, 115). La forme désignée comme lombarde est « vosco », issue du lat. vobiscum.

14 « [Ce qu’est] transhumanare [ne peut] se dire per verba » (Par., I, 70).

15 « Si je m’entoyais comme tu t’enmoies » (Par., IX, 81). Créations verbales à partir des pronoms personnels « tu » et « me ».

16 Il s’agit du duché de Milan, avec à sa tête François II Sforza, en place à partir de novembre 1521.

17 « Et quand la dent lombarde mordit » (Par., VI, 94).

18 « Il ruait violemment de ses deux quilles » (Enfer, XIX, 120).

19 « Et celui qui pleurait avec ses cannes » (Enfer, XIX, 45).

20 « Mortels, ne prenez pas les vœux à la légère » (Par., V, 64).

21 « Le trésor de Troie sur les flots » (Énéide, I, 119). Le vocable étranger, c’est le mot « gaza », issu du toponyme persan Gaza, qui était devenu nom commun en latin, au sens de trésor (parce que la ville renfermait les richesses du roi Cambyse).

22 « Et lui, entendant parler toscan » (Enfer, XXIII, 76).

23 « Ton langage te dénonce clairement / comme originaire de cette douce patrie / que j’ai, sans doute, traitée trop durement » (Enfer, X, 25-27).

24 « Au milieu du chemin de notre vie/je me retrouvai dans une forêt obscure / car j’avais perdu le droit chemin » (Enfer, I, 1-3).

25 « Ce n’est pas celui qui commence qui est le plus méritant, est-il écrit dans ton saint Évangile, Père bienveillant » (Luigi Pulci, Morgante maggiore, XXIV, I, 1-2). Le poème de Luigi Pulci (1432-1484) est écrit en florentin.

26 « Je ne sais qui tu es, ni comment/tu es descendu jusqu’ici, mais florentin… » (Enfer, XXXIII, 10-11).

27 « Puis nous nous séparâmes, et nous marchions pendant ce temps » (Enfer, XX, 130). L’adverbe introcque, Dante lui-même l’a condamné en tant qu’horrible florentinisme plébéien (De Vulgari Eloquentia, I, xiii). Quant aux écarts, flagrants ici, avec le texte de Dante que nous lisons aujourd’hui, ils sont dus peut-être à une mauvaise édition suivie par Machiavel, ou peut-être à des citations faites de mémoire.

28 « Qui transforme en merde tout ce qu’on avale » (Enfer, XXVIII, 27).

29 « Il leva ses deux mains pour faire la figue » (Enfer, XXV, 2).

30 « Le parler de Caton et celui d’Ennius/ont enrichi la langue de leur patrie » (Horace, Art poétique, 56-57).

31 Expression plaisante et hardie, au sens gras, tirée de Ludovico Ariosto, I Suppositi, acte II, scène 2, une comédie contemporaine, jouée pour la première fois à Ferrare en 1509.

32 Des « Baquets », avec allusion comique à leurs poignées percées, pour évoquer les oreilles (acte I, scène 1).

33 L’allusion fait probablement référence à Matteo Maria Boiardo (Scandiano, 1441-1494), l’Arioste (Reggio Emilia, 1474-1533), Iacopo Sannazzaro (Naples, 1455-1530), Gian Giorgio Trissino (Vicence, 1478-1550), et Pietro Bembo (Venise, 1470-1547).

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540