Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits littéraires en prose

 | 
Nicolas Machiavel

Écrits littéraires en prose

La vie de Castruccio Castracani de Lucques

Texte intégral

1Rapidement rédigée en quelques semaines au cours de l’été 1520, à l’occasion d’un séjour de Machiavel à Lucques pour une mission de récupération de créances au nom de la République florentine et d’une compagnie de marchands, La vie de Castruccio Castracani de Lucques apparaît comme un exercice de biographie historique, banc d’essai préparatoire à la rédaction imminente de son Histoire de Florence. L’exercice était sans doute destiné à démontrer des capacités rhétoriques d’historien en vue de postuler à la fonction d’historiographe officiel de Florence, fonction alors à pourvoir et à laquelle ses amis proches manœuvraient pour le faire nommer.

2L’œuvre est le récit de la vie d’un condottiere italien qui sut faire trembler la puissance florentine au début du XIVe siècle en tentant de créer une seigneurie territoriale sur la majeure partie de la Toscane.

3De la vie de l’homme, on sait qu’elle fut brève et mouvementée. Réduite à ses points saillants, elle se présente ainsi : Castruccio naquit à Lucques en 1281 dans une famille traditionnellement gibeline. Après avoir servi comme condottiere auprès de divers seigneurs, il participe en 1314 à la conquête de Lucques sous les ordres de Uguccione della Faggiuola, seigneur gibelin de Pise, avant d’obtenir peu après le pouvoir sur cette ville de Lucques. Il participe ensuite à la défaite des Guelfes de Florence commandés par Philippe d’Anjou et ses alliés napolitains lors de la bataille de Montecatini en 1315. Il deviendra par la suite un chef reconnu du parti gibelin en Toscane. Dix ans plus tard, en 1325, il bat de nouveau l’armée florentine à la bataille d’Altopascio, avant de s’emparer de Pise en 1327 et de diriger la ville au nom de l’empereur. À sa mort inopinée en 1328, les Guelfes revinrent au pouvoir à Lucques et se partagèrent sa fortune.

4Le récit fait par Machiavel de la brève vie de ce condottiere lucquois (1281-1328) occupe la majeure partie du texte et s’achève par un discours final de Castruccio sur son lit de mort, pièce maîtresse de la forme rhétorique de l’œuvre. C’est sans doute la partie idéologiquement la plus riche, dans laquelle, à la première personne, Castruccio délivre à son successeur moins audacieux que lui des conseils chargés de modération et de réalisme politique. On y trouve en effet un certain nombre de remarques proches des développements les plus engagés de l’œuvre politique de Machiavel : le pessimisme sur la fortune, leitmotiv de la production machiavellienne ; la nécessité de ne pas rester sur une demi-victoire mais de détruire entièrement l’adversaire pour ne pas encourir sa vengeance (Le Prince, III, 18) ; le conseil d’avoir une attitude prudente avec ses voisins et de chercher avec eux un bon accord (Histoire de Florence, II, 38 ; IV, 14 ; Discours, II, 21) ; la nécessité de bien se connaître et de savoir mesurer ses propres forces (Discours, II, 10 ; III, 2). Suivent enfi n un bref portrait physique de l’homme, qui s’inspire de celui fait par Giovanni Villani plutôt que de celui de Niccolò Tegrimi, et une énumération des dits mémorables de Castruccio, qui sont une collection de pièces tirées des Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres de Diogène Laërce, à travers la traduction latine d’Ambrogio Traversari éditée à partir de 1472. Ces dits mettent en exergue le plus souvent un trait d’esprit, adapté au personnage de Castruccio. Ils ont été jugés, déjà par l’un des dédicataires de l’œuvre, ainsi que par d’autres lecteurs contemporains, d’une longueur excessive et d’un manque d’originalité flagrant, mais ils participent sans aucun doute de l’aspect rhétorique incontournable propre au genre biographique.

5Les exploits militaires du personnage étaient sans doute encore vivants à Lucques, dans les mémoires de l’imaginaire collectif local et dans les légendes populaires de la ville, qui se plaisent ordinairement à caricaturer et à amplifier, quand Machiavel y séjourna pour quelques semaines. Tantôt classée de nos jours parmi les œuvres historiques, tantôt parmi les œuvres littéraires, La vie de Castruccio Castracani de Machiavel n’appartient en fait au domaine de l’histoire que parce qu’elle traite d’un personnage qui a eu une existence réelle et bien attestée, voire a tenu un rôle non négligeable dans l’histoire de la Toscane. Mais il apparaît à l’évidence que ce texte n’est pas à lire comme une chronique historique, comme le récit véridique et fi able d’un moment historique de la Toscane vu à travers le récit de la vie d’un homme d’exception. Le but du récit n’est pas essentiellement la reconstruction historique, car la reconstitution des temps et des événements y est faite sur la base d’un aménagement constant des faits. Le personnage de Castruccio y est présenté sous le jour du chef courageux, audacieux et en tout point capable et compétent qui, sans proposer une démonstration, ni constituer l’illustration d’un paradigme, ni l’application des théories du Prince comme on l’a soutenu dans un passé encore récent, aboutit néanmoins à retrouver dans l’histoire une sorte d’archétype en relation avec l’idéal machiavellien. Le simple fait d’utiliser pour ce personnage doté de toutes les qualités nécessaires pour conquérir le pouvoir, s’y maintenir et étendre son champ de domination, le terme de « prince », dans une certaine mesure anachronique pour l’époque dont traite le récit, révèle une sorte d’ habitus mentis de l’auteur. Ce n’est que l’échec final – la fortune infidèle, la mort précoce, d’une simple maladie sans gloire, le pouvoir acquis réduit et fragilisé, l’avenir peu engageant pour l’État conquis, promis sans lui aux plus grands aléas – un échec reconnu, avoué et expliqué dans le discours de Castruccio mourant lui-même, qui ramène le personnage vers l’horizon de la dure sinon prosaïque réalité historique.

6L’œuvre a pour but de dresser le portrait d’un personnage manifestement présenté comme illustre suivant la tradition la plus consacrée, par une narration qui emprunte aux modèles les plus classiques, et par une utilisation très libre des sources historiques. Il ne s’agit guère en fait d’une biographie au sens moderne, ni même d’ailleurs d’un panégyrique. Si l’homme en question y a bien l’importance totale qu’on lui accorde généralement dans une biographie, le récit néanmoins est plus artistique qu’historique pour construire le portrait évocateur d’un Castruccio Castracani, homme d’État de grande envergure, auquel n’a manqué que l’aide de la fortune pour durer plus longtemps et devenir idéal.

7La biographie de Castruccio dressée par Machiavel s’appuie essentiellement, et sans doute exclusivement, sur deux sources historiques : d’une part, les éléments relatifs à ce personnage présents dans la chronique écrite par le Florentin Giovanni Villani, contemporain de Castruccio, au cours de la première moitié du XIVe siècle (ou peut-être l’un des condensés tardifs de cette œuvre toujours très prisée à Florence), et d’autre part, la vie de Castruccio écrite par Niccolò Tegrimi de Lucques à la fin du XVe siècle dans une intention apologétique. Mais du modèle disert et éloquent de Tegrimi, Machiavel a éliminé les longues énumérations, les digressions, la banalité de détail de la biographie, les menus événements, l’étalage de culture, en somme tout ce qui lui paraissait superflu. La narration est essentialisée, à la manière d’un récit de Plutarque, et pour cela elle ne conserve en fait que les actions, c’est-à-dire ce qui pouvait mettre en lumière concrètement la valeur du tacticien, du guerrier et de l’homme politique avisé, ainsi que le destin de l’homme.

8L’aspect classique, voire topique, de cette biographie est clairement visible dans les modèles héroïques littéraires qui ont sollicité l’imagination de l’auteur : les héros mythiques que sont Moïse, Cyrus, Romulus et Thésée, pour la naissance, la prime enfance et la prédestination à la gloire ; le Jugurtha de Salluste, pour l’adolescence prometteuse et divers épisodes plus tardifs, comme les encouragements de Castruccio à ses troupes – avec quelque écho du grand Alexandre de Plutarque ou du Cyrus de Xénophon ; les grands capitaines de guerre Philippe de Macédoine et Scipion l’Africain, pour la glorieuse destinée militaire.

9Quant aux nobles attitudes du grand capitaine qui harangue ses troupes avant la bataille, qui est toujours le premier en selle et le dernier à en descendre, qui attend ses troupes victorieuses pour les féliciter, elles sont elles aussi le plus souvent reprises aux usages des héros classiques de la littérature antique. Et pour ce qui concerne les diverses anticipations de dates (la rencontre de Castruccio avec l’Empereur, son titre de Sénateur de Rome, sa nomination par l’Empereur à la tête de Pise), elles visent sans doute à étaler dans un temps plus long les lumières d’une gloire qui dans la réalité n’a touché Castruccio que sur une trop brève période tout à la fin de sa vie.

10Outre cela, on lit aussi dans cette vie de l’homme une collection de tactiques de guerre, de différentes mises en application de stratégies fines, de manœuvres guerrières soigneusement méditées, de coups et réussites tactiques astucieusement pensés, auxquels s’ajoutent du point de vue humain les comportements réactifs face au danger aussi bien politique que militaire. Et ces stratagèmes militaires réécrivent toujours librement des épisodes de la carrière militaire de Castruccio. Ainsi le récit de la mise en formation inverse de celle de l’ennemi, contre les Florentins à la bataille de Montecatini, est-elle reprise par Machiavel de son propre Art de la guerre (IV, 1), et déjà inspirée de Tite-Live (Histoire romaine, XXVIII, 14). Quant au stratagème mis en œuvre pour s’emparer de Pistoia – une conquête cynique et inventée, que Castruccio n’obtint en fait que grâce à la trahison de Filippo Tedici – il est remodelé à partir d’un passage de la Cyropédie de Xénophon (VII, 4), contaminé avec un autre au moins de l’Histoire romaine de Tite-Live (II, 44-45), lui-même déjà exploité par Machiavel dans ses Discours (III, 26-27). Enfi n, l’épisode de guerre contre les ennemis florentins en train de passer l’Arno à gué doit l’idée de l’affaiblissement de l’ennemi dans l’eau à l’épisode d’Hannibal en Espagne écrasant ses ennemis en train de traverser le Tage (Tite-Live, Histoire romaine, XXI, 5). Tout cela participe de l’intérêt de Machiavel pour un renouveau militaire à son époque, marqué par un renouveau de publications au XVIe siècle sur le sujet de la guerre qui va bientôt passionner les milieux européens cultivés.

11Si le réalisme dans le domaine politique est froid et calculateur, voire cruel et sans états d’âme parfois pour atteindre le but fixé, c’est l’astuce dans le domaine militaire qui tient la plus grande part. Le suspense n’est pas dans l’issue de l’épisode guerrier, car on se doute d’avance que Castruccio va réussir, mais dans la découverte de l’astuce des manœuvres militaires gagnantes imaginées et mises en œuvre. Seule compte la finesse de la ruse de guerre vers laquelle tend tout le récit. Il est aisé de relever le retour fréquent des termes « disegno » (« dessein »), « disegnare », « disegnato » qui dénotent une tactique et renvoient immanquablement et laudativement à une stratégie de la victoire. Et on remarque aisément aussi un continuel intérêt admiratif du narrateur pour la bonne gestion du temps, recherchée et réalisée par son personnage, avec fréquentes coïncidences temporelles dans les mouvements organisés de troupes. Cet aspect de leçon de tactique militaire au service du projet de vaincre nous renvoie singulièrement au traité sur l’Art de la guerre, auquel Machiavel était alors précisément en train de mettre la dernière main.

LA VIE DE CASTRUCCIO CASTRACANI DE LUCQUES

racontée par Nicolas Machiavel et envoyée à ses amis très chers Zanobi Buondelmonti et Luigi Alamanni

  • 1 Zanobi Buondelmonti (1491-1527) et Luigi Alamanni (1495-1556), dédicataires de l’œuvre, sont des am (...)
  • 2 Ce sont « Moïse, Cyrus, Romulus, Thésée, et d’autres », déjà évoqués ainsi dans Le Prince (VI, 7).

12Mes très chers Zanobi et Luigi1, il semble extraordinaire – pour le moins à ceux qui veulent bien considérer la chose – que tous ceux ou pour le moins la plupart de ceux qui ont œuvré à de grandes choses en ce monde et ont fait preuve d’excellence parmi leurs contemporains aient commencé par une naissance et des débuts modestes et obscurs, ou tourmentés au plus haut point par la fortune. Tous en effet, soit ont été exposés aux bêtes sauvages, soit ont eu un père si humble qu’ils en ont eu honte et se sont dits fils de Jupiter ou de quelque autre dieu. De quels personnages il est question, il serait fastidieux et bien peu agréable pour les lecteurs d’en dresser la liste, car ils sont pour beaucoup connus de tous ; aussi omettrons-nous ce rappel superflu2. Mais je crois bien que cela est dû au fait que la fortune, désireuse de montrer au monde que c’est elle qui fait la grandeur de l’homme, et non sa sagesse, commence à faire étalage de sa puissance dès le temps où la sagesse ne peut aucunement encore s’exercer, et où l’on doit même reconnaître exclusivement sa toute-puissance.

13Castruccio Castracani de Lucques fut donc de ceux-là. Relativement à l’époque où il vécut et à la ville où il naquit, il accomplit de très grandes choses et pourtant il n’eut une naissance ni plus heureuse ni plus célèbre que les autres, comme on le verra dans le récit du cours de sa vie. Si j’ai cru bon de rappeler cette vie au souvenir des hommes, c’est qu’il m’a semblé trouver en elle bien des choses tout à fait exemplaires sur la valeur individuelle et sur la fortune. Et j’ai choisi de vous l’adresser car je vous sais friands d’actions valeureuses plus que tous les hommes que je connaisse.

  • 3 Cette reconstruction de la famille de Castruccio est de pure invention, tout comme les premiers évé (...)
  • 4 Le titre de « messire », traduction du latin Dominus, préposé au nom, était en Italie traditionnell (...)

14Je dis donc que la famille des Castracani est répertoriée au nombre des familles nobles de la ville de Lucques, bien qu’elle soit aujourd’hui éteinte, suivant l’évolution des choses de ce monde. Dans cette famille naquit autrefois un certain Antonio3 qui, devenu religieux, fut chanoine de Saint-Michel de Lucques, et à titre honorifique il était appelé messire Antonio4. Il n’avait qu’une sœur, qu’il maria autrefois à Buonaccorso Cennami, mais qui, lorsqu’elle resta veuve après la mort de Buonaccorso, choisit de demeurer avec son frère dans l’intention de ne pas se remarier.

15Derrière la maison qu’il habitait, messire Antonio avait une vigne à laquelle on pouvait accéder de plusieurs côtés et sans grande difficulté, car elle était entourée de plusieurs jardins. Il arriva un jour que, alors qu’elle allait un matin, peu après le lever du soleil, se promenant dans la vigne et cueillant selon les habitudes féminines certaines herbes aromatiques pour ses assaisonnements, dame Dianora – c’était le nom de la sœur de messire Antonio – entendit bruisser au pied d’une vigne au cœur des pampres. Dirigeant son regard vers cet endroit, elle entendit comme des pleurs. Elle s’approcha de l’endroit des bruits et découvrit les mains et le visage d’un petit enfant qui, recouvert de feuilles, semblait lui demander de l’aide. Aussi, mi-émerveillée mi-embarrassée, attendrie et stupéfaite, elle le recueillit et, après l’avoir porté chez elle, l’avoir lavé et enveloppé dans des langes blancs selon la coutume, elle le présenta à messire Antonio dès qu’il rentra à la maison. Instruit de l’affaire et à la vue de l’enfant, Antonio ne fut pas moins surpris et attendri que l’avait été sa sœur. Après s’être tous deux concertés sur la décision à prendre, lui prêtre et elle sans enfant, ils choisirent de l’élever. Ils engagèrent une nourrice à la maison et, avec le même amour que s’il avait été leur fils, ils s’occupèrent de lui. Ils le firent baptiser et l’appelèrent Castruccio du nom de leur père.

16Avec les années Castruccio devenait de plus en plus gracieux, et en toute chose il faisait preuve d’intelligence et de sagesse ; et bien vite, relativement à son âge, il apprit tout ce à quoi messire Antonio le formait. Ce dernier avait pour projet de le faire prêtre et plus tard de renoncer en sa faveur à sa charge canoniale et autres bénéfices, et il l’éduquait dans ce but. Mais il avait trouvé en lui un sujet totalement étranger à l’âme sacerdotale. En effet, à peine Castruccio atteignit-il l’âge de quatorze ans et commença-t-il à acquérir un peu d’indépendance face à messire Antonio, et à dame Dianora qu’il ne craignait point, qu’il laissa de côté les livres de messe et se mit à pratiquer les armes. Rien ne lui plaisait davantage, que ce fût de manier ces dernières, ou de courir, sauter, se colleter avec ceux de son âge, ou de pratiquer d’autres jeux du même type. Et en cela il montrait une très grande vaillance physique et morale, jusqu’à dépasser de très loin tous les autres de son âge. Et quand parfois il lui arrivait de lire, rien d’autre ne lui plaisait que ce qui traitait de guerre ou d’actions accomplies par de grands hommes. Aussi messire Antonio en éprouvait-il une douleur et un désespoir inestimables.

  • 5 Les Guinigi sont une noble famille de Lucques qui produira au XVe siècle des gouvernants, mais ce F (...)

17Il y avait dans la ville de Lucques un gentilhomme de la famille des Guinigi, appelé messire Francesco5, lequel dépassait de très loin tous les autres Lucquois par la richesse, par la bienveillance et par la valeur. C’était un homme de guerre, et il avait servi longuement sous les Visconti de Milan. Il était gibelin et, à Lucques, le plus estimé de tous ceux de ce parti. Alors qu’il se trouvait à Lucques, et qu’il participait à des réunions de citoyens matin et soir, à partir du portique du palais du podestat, en haut de la place Saint-Michel, la plus grande de Lucques, il aperçut plusieurs fois Castruccio pratiquant les exercices de lutte dont j’ai parlé plus haut avec les autres enfants de son quartier. Voyant que non seulement il surpassait les autres dans ces jeux mais qu’il avait en outre sur eux un ascendant royal, et que les autres d’une certaine manière l’aimaient et le respectaient, il fut alors au plus haut point désireux de savoir qui il était. Après avoir obtenu toute information des personnes environnantes, il s’enflamma plus encore du désir de l’avoir à ses côtés. Ainsi, un jour il le fit appeler et lui demanda où il préférait vivre : chez un gentilhomme capable de lui enseigner à aller à cheval et à manier les armes, ou bien chez un prêtre chez qui on ne peut entendre que messes et offices. Messire Francesco se rendit compte de la joie éprouvée par Castruccio à seulement entendre parler d’armes et de chevaux et, bien qu’il fût quelque peu intimidé, aidé par l’encouragement de messire Francesco à parler, il répondit que, si son maître était d’accord, rien ne lui ferait plus plaisir que de laisser de côté les études de prêtre pour s’engager dans celles de soldat. Sa réponse plut beaucoup à messire Francesco, et quelques jours suffirent à ce dernier pour qu’il obtienne l’accord de messire Antonio, lequel y fut poussé plus que tout par le caractère du garçon, estimant qu’il ne pouvait le garder plus longtemps dans cette condition.

18Castruccio passa donc de la maison du chanoine messire Antonio Castracani à celle du condottiere messire Francesco Guinigi, et il est extraordinaire de songer qu’en si peu de temps il se trouva pourvu de toutes les qualités et de tous les usages qu’on exige d’un véritable gentilhomme. Il devint premièrement un excellent cavalier : il dirigeait en effet avec une habileté supérieure n’importe quel cheval même indomptable ; et dans les joutes et les tournois, bien que tout jeune encore, il se distinguait de tous les autres au point que dans tous les jeux, que ce soit de force ou d’adresse, il ne trouvait personne qui lui fût supérieur. À cela s’ajoutaient les manières, en lesquelles on pouvait voir une modestie infinie ; jamais on ne le voyait faire un geste ni dire une parole pouvant déplaire ; et il était respectueux à l’égard de ses supérieurs, modeste avec ses égaux, aimable avec ses inférieurs. Et tout cela faisait qu’il était aimé non seulement par toute la famille des Guinigi, mais également par toute la ville de Lucques.

  • 6 Les gibelins furent effectivement chassés de Pavie en 1311, mais l’épisode militaire est inventé.
  • 7 Entre 1296 et 1314, le jeune Castruccio voyagea en effet beaucoup comme homme d’armes, tour à tour (...)

19Castruccio avait déjà dix-huit ans quand, à cette époque, les gibelins furent chassés de Pavie par les guelfes, et messire Francesco Guinigi fut envoyé à leur secours par les Visconti de Milan. Et avec lui partit Castruccio, chargé alors de commander l’ensemble de ses troupes6. Lors de cette expédition, Castruccio fournit tant de preuves de sa sagesse et de son courage que personne d’autre lors de cette entreprise ne remporta autant de considération et il acquit un renom immense non seulement à Pavie mais dans toute la Lombardie7.

  • 8 Le personnage de Pagolo Guinigi est lui aussi de pure invention.
  • 9 Les sources historiques donnent comme nom celui de Lucio degli Obizzi.
  • 10 Robert d’Anjou, roi de Naples (1309-1343), chef du parti guelfe en Italie, avait été nommé par les (...)

20Rentré à Lucques bien plus estimé encore qu’il n’en était parti, Castruccio ne manquait pas une occasion chaque fois que c’était possible de se gagner des amitiés, en employant tous les moyens utiles pour conquérir les hommes. Lorsque messire Francesco Guinigi mourut, laissant un fils de treize ans, nommé Pagolo8, il institua Castruccio tuteur et administrateur de ses biens : il l’avait en effet fait venir à lui avant sa mort et prié de bien vouloir élever son fils avec le même dévouement qu’il l’avait élevé lui-même, et de l’en remercier en faisant pour son fils ce que Castruccio n’avait pas eu le temps de faire pour le père. Ainsi après la mort de messire Francesco Guinigi, Castruccio, demeuré administrateur et tuteur de Pagolo, gagna tellement en réputation et en pouvoir que cette considération dont il jouissait à Lucques se changea pour une part en jalousie ; à tel point que beaucoup le calomniaient en éveillant contre lui le soupçon d’aspirer à devenir tyran. Le premier d’entre eux était messire Giorgio degli Opizi9, chef du parti guelfe. Après avoir espéré, par la mort de messire Francesco, devenir le premier personnage de Lucques, il lui semblait que Castruccio, ayant acquis la position qui était la sienne par la grâce de ses grandes qualités, lui en ôtait toute possibilité ; et c’est pourquoi il répandait des rumeurs pour le discréditer. Castruccio en fut d’abord indigné, puis peu après vint s’ajouter la crainte, car il pensait que messire Giorgio ne cesserait jamais de le discréditer aux yeux du représentant du roi Robert de Naples, qui le ferait chasser de Lucques10.

  • 11 Uguccione della Faggiuola (1250-1319) fut d’abord seigneur gibelin d’Arezzo (1308-1313) puis de Pis (...)
  • 12 La nature du récit est changeante. Ce verbe, tout à fait technique, est emprunté aux chroniqueurs. (...)

21À l’époque, c’était Uguccione della Faggiuola d’Arezzo qui était seigneur de Pise : il avait d’abord été élu capitaine par les Pisans, avant de se faire leur seigneur11. Il y avait aux côtés d’Uguccione certains exilés lucquois du parti gibelin, avec lesquels Castruccio entra en relation pour leur permettre de réintégrer leur ville avec l’aide d’Uguccione, un dessein qu’il communiqua également à ses partisans dans la ville, lesquels ne pouvaient supporter le grand pouvoir des Opizi. Après avoir organisé ce qu’ils avaient à faire, Castruccio fit secrètement fortifier la tour des Onesti et la garnit de munitions ainsi que de vivres en quantité afin de pouvoir, au besoin, résister là quelques jours. À la date fixée en accord avec Uguccione, une fois la nuit venue, il donna le signal à ce dernier qui était descendu dans la plaine entre les montagnes et Lucques avec une troupe nombreuse. Au signal, Uguccione s’avança vers la porte Saint-Pierre et mit le feu aux fortifications de la porte. De l’autre côté Castruccio déclencha le soulèvement en appelant le Peuple aux armes et força la porte de l’intérieur. Une fois entrés, Uguccione et ses troupes pillèrent la ville et tuèrent messire Giorgio avec tous ses gens, ainsi que de nombreux autres de ses alliés et partisans. Ils chassèrent le gouverneur et l’État fut réformé selon le bon vouloir d’Uguccione, au grand dam de la cité, car on trouve12 que plus d’une centaine de familles furent alors chassées de Lucques.

22Parmi ceux qui durent fuir, une partie s’en alla à Florence, une autre à Pistoia, dans des villes soumises au parti guelfe et donc pour cela ennemies d’Uguccione et des Lucquois. Les Florentins et les autres guelfes de Toscane trouvèrent alors que les gibelins avaient acquis trop de poids dans la région et s’accordèrent pour rétablir dans leur ville les guelfes exilés de Lucques. Ils constituèrent une grosse armée, vinrent dans le Val di Nievole et occupèrent Montecatini ; de là ils allèrent s’emparer de Montecarlo afin de s’ouvrir le passage vers Lucques. Aussi Uguccione réunit-il de nombreuses troupes de Pise et de Lucques, ainsi que de nombreux cavaliers allemands qu’il fit venir de Lombardie, et il marcha sur le camp des Florentins. Ceux-ci, ayant appris l’arrivée des ennemis, avaient quitté Montecarlo et s’étaient postés entre Montecatini et Pescia. Uguccione se plaça sous les murs de Montecarlo, à deux milles de distance de l’ennemi. Là, pendant plusieurs jours les cavaliers d’un camp comme de l’autre ne s’affrontèrent qu’au cours de légères escarmouches : Uguccione en effet était malade, c’est pourquoi les Pisans et les Lucquois étaient réticents à engager la bataille avec l’ennemi.

  • 13 L’absence d’Uguccione à la bataille est déjà envisagée par la source Tegrimi, mais pas par la sourc (...)

23Mais la maladie d’Uguccione s’étant aggravée, il se retira à Montecarlo pour se soigner, laissant à Castruccio la direction de l’armée13. Et ce fut la raison de la déroute des guelfes car ils s’enhardirent pensant que l’armée ennemie était restée sans capitaine. Castruccio vint à le savoir et fit en sorte pendant quelques jours de renforcer en eux cette opinion, leur faisant croire qu’on les craignait, en ne laissant sortir personne du camp retranché. Dans l’autre camp, plus les guelfes constataient cette appréhension, plus ils prenaient de l’audace, et chaque jour, en formation de combat, ils se présentaient devant l’armée de Castruccio. Quand il lui sembla les avoir rendus suffisamment hardis et, ayant pu connaître ainsi leur ordre de bataille, il décida d’engager le combat : avant tout il parla à ses soldats pour raffermir leur courage et leur montra que la victoire était assurée si tout le monde suivait bien ses ordres.

  • 14 La bataille de Montecatini (29 août 1315) est célèbre pour avoir été meurtrière, mais les chiffres (...)

24Castruccio avait pu voir que l’ennemi avait placé toutes ses forces au centre de ses alignements, et ses troupes les plus faibles sur les côtés. Aussi fit-il le contraire, plaçant aux ailes de son armée les troupes les plus valeureuses qu’il avait, et au centre celles auxquelles il faisait moins confiance. Il sortit de son campement dans cet ordre de bataille, et à peine fut-il en vue de l’armée ennemie qui venait au-devant de lui avec son insolence habituelle qu’il ordonna à ses troupes du centre d’avancer lentement et à celles des ailes de faire mouvement rapidement. C’est ainsi que, au moment où la bataille s’engagea, seules les ailes des deux armées combattaient, tandis que les troupes centrales étaient encore inactives car au centre les hommes de Castruccio étaient restés tellement en arrière que l’ennemi ne les avait pas encore atteints. C’étaient donc les troupes de Castruccio les plus vaillantes qui se trouvaient à combattre contre les plus faibles des ennemis, tandis que leurs meilleures troupes ne pouvaient qu’attendre, sans pouvoir encore attaquer ceux qui venaient vers elles ni venir en aide à leurs hommes. Aussi est-ce sans grande difficulté que les deux ailes ennemies furent mises en fuite, et également les ennemis du centre lorsqu’ils se virent découverts sur les deux flancs, et c’est sans avoir pu faire montre de la moindre valeur qu’ils prirent la fuite. Ce fut une grande déroute et un grand massacre, car on compta alors plus de dix mille morts, dont de nombreux chefs et de grands chevaliers du parti guelfe issus de toute la Toscane, sans compter plusieurs grands princes qui étaient venus leur apporter leur soutien tels que Pierre, le frère du roi Robert, et Charles, son neveu, ainsi que Philippe, seigneur de Tarente. Quant aux pertes de Castruccio elles ne s’élevèrent pas à plus de trois cents hommes, parmi lesquels mourut Francesco, le fils d’Uguccione, qui tout jeune encore et plein d’allant fut tué au cours du premier assaut14.

25Cette déroute qu’il leur infligea fit la grande renommée de Castruccio, à tel point qu’Uguccione en éprouva une jalousie et une méfiance telles à son égard, redoutant la position qu’il avait acquise, qu’il ne pensait plus désormais qu’à la manière d’éclipser sa renommée, car cette victoire lui paraissait avoir affaibli son propre pouvoir au lieu de l’accroître. Alors qu’il ruminait cela, attendant une occasion respectable pour mettre en œuvre son projet, à Lucques fut assassiné Pier Agnolo Micheli, un homme de qualité et de haute considération, et l’assassin trouva refuge dans la maison de Castruccio ; et lorsque les sergents du capitaine de police vinrent l’arrêter, ils furent repoussés par Castruccio si bien que le coupable put s’enfuir grâce à l’aide reçue. Alors qu’il se trouvait à Pise, Uguccione, apprenant cela, pensa avoir trouvé l’occasion que justement il attendait pour s’en prendre à Castruccio. Il fit appel à son fils Neri, auquel il avait confié la seigneurie de Lucques, et lui commanda de s’emparer de Castruccio en l’attirant sous le prétexte d’une invitation à sa table, et de l’assassiner. Ainsi Castruccio qui se rendit au palais de la seigneurie en toute confiance, et sans la moindre crainte, fut-il d’abord retenu à dîner puis retenu captif. Mais, craignant un soulèvement populaire, à le faire tuer sans justification, Neri le garda en vie en attendant de mieux savoir par Uguccione comment il comptait s’y prendre. Ce dernier, condamnant la lenteur et la lâcheté de son fils, quitta Pise à la tête de quatre cents cavaliers pour aller à Lucques afin d’achever le travail. Il n’était même pas encore arrivé à Bagni que les Pisans prirent les armes, tuèrent le suppléant d’Uguccione et tous ceux de sa maison qui étaient restés à Pise, et donnèrent la seigneurie au comte Gaddo della Gherardesca.

  • 15 Par le terme Lombardie, on désignait alors une grande partie de l’Italie du Nord, la majeure partie (...)

26Avant même d’arriver à Lucques, Uguccione apprit ce qui s’était passé à Pise, mais crut bon de ne pas y retourner, craignant que les Lucquois édifiés par l’exemple des Pisans ne lui interdisent l’entrée eux aussi. Mais les Lucquois, apprenant les troubles de Pise, et malgré la venue d’Uguccione, prirent ainsi l’occasion de libérer Castruccio : ils commencèrent d’abord par exprimer librement leur mécontentement sur les places dans les divers groupes de citoyens, puis ils se mirent à faire grand bruit et de là ils en vinrent à prendre les armes pour demander la libération de Castruccio ; si bien que, craignant le pire, Uguccione le fit sortir de prison. Castruccio rassembla aussitôt ses partisans et avec la faveur du Peuple se lança contre Uguccione. Celui-ci, voyant qu’il ne pouvait rien faire d’autre, prit la fuite avec les siens et s’en alla trouver refuge chez les seigneurs Della Scala, en Lombardie, où il mourut dans la misère15.

  • 16 Nommé Capitaine en juin 1316, il sera élu seigneur de Lucques le 26 avril 1320.

27Quant à Castruccio, de prisonnier devenu en quelque sorte prince de Lucques, avec l’aide de ses amis et la faveur toute fraîche du Peuple, il fit en sorte de se faire nommer capitaine des troupes pour la durée d’une année. Après avoir obtenu cela, afin d’acquérir une réputation à la guerre, il forma le dessein de reconquérir pour les Lucquois de nombreuses villes qui s’étaient rebellées au lendemain du départ d’Uguccione. Il alla donc livrer bataille contre Sarzana, fort de l’appui des Pisans avec lesquels il avait fait alliance, et pour faire tomber la ville il fit construire une place forte au-dessus d’elle, celle qui, par la suite ceinte de murailles par les Florentins, s’appelle aujourd’hui Sarzanello. Et en l’espace de deux mois il parvint à s’emparer de la ville. Puis avec cette réputation acquise, il prit Massa, Carrare et Lavenza, et en très peu de temps il occupa toute la Lunigiana. Afin de fermer le passage qui mène de Lombardie en Lunigiana, il fit tomber Pontremoli et en expulsa messire Anastasio Pallavicini qui en tenait la seigneurie. À son retour à Lucques victorieux, tout le Peuple vint l’accueillir, aussi lui sembla-t-il qu’il ne fallait pas retarder le moment de prendre le pouvoir, et avec l’aide de Pazino dal Poggio, Puccinello dal Portico, Francesco Boccansacchi et Cecco Guinigi, des hommes très appréciés à Lucques, et qu’il avait achetés pour les gagner à sa cause, il se fit seigneur de la ville, et c’est en toute solennité que par décision du Peuple il fut élu prince16.

  • 17 Ludovic (Ludovic IV de Wittelsbach, le Bavarois) et non Frédéric (de Habsbourg).
  • 18 Jusqu’en 1320 Castruccio exerça en Toscane la fonction de représentant du prétendant à l’empire, Fr (...)

28À cette époque, Frédéric de Bavière, roi des Romains, était venu en Italie afin de se faire couronner empereur17. Castruccio lui déclara sa fidélité et alla le trouver accompagné de cinq cents cavaliers, laissant pour gouverner à Lucques son lieutenant Pagolo Guinigi, qu’il considérait comme son propre fils, eu égard à la mémoire de son père. Castruccio fut reçu avec tous les honneurs par Frédéric, qui lui accorda de nombreux privilèges et le nomma son représentant en Toscane. Les Pisans, toujours effrayés par Gaddo della Gherardesca qu’ils avaient chassé, avaient demandé l’aide de Frédéric. Celui-ci institua Castruccio comme seigneur de Pise, et les Pisans, par peur du parti guelfe et en particulier des Florentins, acceptèrent cette décision18.

29Ainsi lorsque Frédéric fut rentré en Allemagne, après avoir laissé un gouverneur à Rome, tous les gibelins toscans et lombards fidèles au parti de l’empereur en appelèrent à Castruccio, lui promettant chacun le pouvoir dans sa patrie dès lors qu’il pouvait y rentrer grâce à son aide, au nombre desquels : Matteo Guidi, Nardo Scolari, Lapo Uberti, Gerozzo Nardi et Piero Buonaccorsi, tous gibelins et exilés de Florence. Castruccio conçut alors le dessein de devenir, au moyen de ces derniers et de ses propres forces, le maître de toute la Toscane, et pour accroître encore sa réputation il se rapprocha de messire Matteo Visconti, prince de Milan, et prépara toute la ville et son territoire à la guerre. Puisque la cité de Lucques avait cinq portes, il divisa son territoire environnant en cinq parties, qu’il fit armer et répartit sous la responsabilité de chefs et d’enseignes, si bien qu’en un rien de temps il réunissait ainsi vingt mille hommes, sans compter ceux de Pise qui pouvaient venir l’épauler.

30Il était ainsi entouré de telles forces et de tels alliés. C’est alors que messire Matteo Visconti fut attaqué par les guelfes de Plaisance qui avaient chassé les gibelins et qui avaient reçu l’aide de troupes envoyées par les Florentins et le roi Robert. Messire Matteo fit donc appel à Castruccio pour attaquer les Florentins, afin que, obligés de défendre leurs propres habitations, ils rappellent leurs troupes envoyées en Lombardie. C’est ainsi que Castruccio à la tête de nombreuses troupes attaqua le Val d’Arno et occupa Fucecchio et San Miniato causant de nombreux dommages dans la région ; et les Florentins durent nécessairement rappeler leurs troupes. Mais celles-ci étaient péniblement rentrées en Toscane, quand Castruccio fut obligé par une nouvelle nécessité de retourner à Lucques.

31Dans cette ville, la famille de Poggio était puissante, car elle avait pris part non seulement à la grandeur de Castruccio mais encore à son accession au pouvoir, et comme il ne lui semblait pas en être récompensée à la hauteur de ses mérites, elle s’accorda avec d’autres familles de Lucques pour retourner la ville contre Castruccio et l’en faire chasser. Elles saisirent l’occasion un matin, coururent en armes vers le lieutenant que Castruccio avait laissé pour administrer la justice et le tuèrent. On avait l’intention de continuer en suscitant un soulèvement populaire, quand Stefano di Poggio, un vieil homme pacifique qui n’avait pas pris part au complot, intervint de toute son autorité pour contraindre les siens à déposer les armes, s’offrant comme médiateur entre eux et Castruccio afin de leur faire obtenir ce qu’ils désiraient. Ils déposèrent donc les armes, mais plus imprudemment encore qu’ils ne les avaient prises : en effet, Castruccio qui avait appris ce qui se passait à Lucques, sans perdre un instant, ayant laissé Pagolo Guinigi à la tête du reste des troupes, revint à Lucques avec une partie de ses soldats. Contre toute attente il trouva la révolte apaisée, et estimant alors pouvoir plus aisément rétablir son autorité, il disposa ses partisans armés dans tous les endroits stratégiques. Stefano di Poggio pensait que Castruccio devait se sentir redevable envers lui et il alla le trouver : il ne parla pas pour luimême car il estimait n’en avoir pas besoin, mais en faveur des autres de sa famille, priant Castruccio de pardonner diverses choses au nom de la jeunesse, et bien d’autres au nom de la vieille amitié qui le liait d’obligation avec sa famille. Castruccio répondit en exprimant sa gratitude et le conforta à ne pas s’inquiéter, lui expliquant qu’il avait apprécié de trouver les désordres apaisés plus encore qu’il n’avait mal pris leur soulèvement. Et il encouragea Stefano à les faire tous venir à lui, disant qu’il remerciait Dieu pour cette occasion de leur montrer sa clémence et sa libéralité. Et quand ils furent venus, appelés par la parole de Stefano et de Castruccio, ils furent tous, y compris Stefano, emprisonnés et exécutés.

32Entre-temps, les Florentins avaient récupéré San Miniato, de sorte que Castruccio préféra faire cesser cette guerre car, pensait-il, tant qu’il n’assurait pas son autorité à Lucques il ne pouvait s’éloigner de chez lui. Ayant lancé l’idée d’une trêve en direction des Florentins, il les trouva tout disposés à cela : le fait est qu’eux aussi étaient épuisés et désiraient mettre fin à la dépense. On conclut donc une trêve de deux ans, étant entendu que chacun gardait ce qu’il avait acquis. Castruccio était ainsi délivré du souci de la guerre, et pour ne plus courir les risques qu’il avait courus auparavant, sous différents prétextes et motifs il réduisit dans sa ville tous ceux qui auraient pu nourrir des ambitions de pouvoir : et sans rémission pour aucun d’eux, il les priva de leur patrie, de leurs biens et, pour ceux qu’il pouvait tenir entre ses mains, de la vie, affirmant qu’il avait pu se rendre compte par expérience que pas un parmi eux ne pouvait lui être fidèle. Enfin, pour plus de sûreté, il fit élever une forteresse dans Lucques, et utilisa pour cela les matériaux des tours de ceux qu’il avait exilés ou tués.

33Pendant que Castruccio avait déposé les armes face aux Florentins, et qu’il fortifiait ses positions dans Lucques, il ne manquait pas d'entreprendre tout ce qu’il pouvait pour faire prospérer sa propre grandeur, sans mener aucune guerre ouverte. Aspirant fortement à occuper Pistoia, car il lui semblait que, une fois cette ville conquise, il aurait un pied dans Florence, il s’acquit par tous les moyens l’amitié de toute la montagne, et avec les deux partis de Pistoia il agissait de telle manière qu’il sut gagner la confiance de l’un comme de l’autre.

  • 19 L’épisode du complot ourdi à Pistoia ainsi que les noms de ses acteurs sont de pure invention. Cast (...)

34Cette ville était alors divisée, comme elle l’a toujours été, entre Blancs et Noirs. À la tête des Blancs se trouvait Bastiano di Possente, et pour les Noirs c’était Iacopo da Già. Chacun d’eux entretenait avec Castruccio des relations secrètes très étroites, et chacun des deux désirait chasser l’autre, de sorte qu’après bien des marques d’hostilité ils en vinrent à prendre les armes. Iacopo se retrancha dans une position forte à la porte de Florence, Bastiano à la porte de Lucques, et l’un comme l’autre se fiant davantage à Castruccio qu’aux Florentins, car ils le jugeaient plus efficace et plus prompt à la guerre, ils envoyèrent en secret l’un et l’autre des messagers pour solliciter son aide. Castruccio promit son aide à l’un comme à l’autre, répondant à Iacopo qu’il viendrait en personne, et à Bastiano qu’il lui enverrait Pagolo Guinigi son disciple. Il leur donna le moment exact de sa venue, puis envoya Pagolo par la route de Pescia et lui-même marcha en droite ligne sur Pistoia. À minuit, comme convenu entre Castruccio et Pagolo, chacun d’eux fut à Pistoia, et l’un et l’autre furent reçus en amis. Une fois entrés, Castruccio, quand il jugea le moment venu, donna le signal à Pagolo : l’un tua de son côté Iacopo da Già et l’autre du sien Bastiano di Possente ; quant à leurs partisans, ils furent tous soit faits prisonniers soit tués ; puis, sans autre résistance, ils mirent Pistoia à sac pour leur propre compte. Après avoir chassé du palais la seigneurie en place, Castruccio obligea le Peuple à se soumettre à lui, en accordant de nombreuses rémissions d’anciennes dettes et maintes libéralités. Il fit de même pour tous ceux du territoire environnant, qui pour beaucoup étaient accourus pour voir le nouveau maître ; si bien que tous, pleins d’espoirs, pour une bonne part rassurés par ses qualités, s’apaisèrent19.

  • 20 Castruccio ne sera fait sénateur de Rome qu’en janvier 1328, l’année de sa mort.

35À cette époque, à Rome, le Peuple commença à se soulever à cause de la vie chère, donnant la faute à l’absence du souverain pontife qui se trouvait en Avignon et blâmant les gouvernants allemands, à tel point que chaque jour étaient commis des meurtres et autres désordres, sans que Henri, lieutenant de l’Empereur, pût y faire quoi que ce soit. Ce fut à tel point que Henri se mit à craindre grandement que les Romains ne fassent appel au roi Robert de Naples et qu’il ne soit chassé de Rome, pour que la ville soit rendue au Pape. Et n’ayant d’autre allié plus proche que Castruccio à qui recourir, il le fit prier non seulement de bien vouloir lui envoyer de l’aide mais également de venir en personne à Rome. Castruccio estima devoir répondre à son appel sans tarder, aussi bien pour rendre service à l’Empereur, que parce qu’il pensait que si jamais l’Empereur ne prenait plus pied dans Rome, lui-même était perdu. Il laissa donc Pagolo Guinigi à Lucques et à la tête de six cents cavaliers s’en alla à Rome, où il fut reçu par Henri avec les plus grands honneurs. En très peu de temps sa présence redonna tant de crédit au parti impérial que, sans que fût versé le sang ni commise la moindre violence, tout rentra dans l’ordre. En effet, Castruccio avait fait venir par la mer de grandes quantités de blé depuis le terroir de Pise, supprimant de la sorte toute raison de mécontentement ; puis, un peu par la réprimande un peu par le châtiment, il amena les notables romains à se soumettre de bon gré au gouvernement d’Henri. Castruccio fut par la suite fait sénateur de Rome et reçut du Peuple romain quantité d’autres distinctions20. Il reçut cet honneur en très grande pompe, portant lors de la cérémonie une toge de brocart sur le devant de laquelle était inscrit : « C’est lui que Dieu veut » ; et sur le derrière : « Et il sera tel que Dieu le voudra ».

36Au même moment, les Florentins, mécontents que Castruccio se soit rendu maître de Pistoia pendant le temps de la trêve, tentaient d’imaginer comment pousser la ville à se révolter, ce qui leur semblait alors facile du fait de son absence. Parmi les exilés de Pistoia qui se trouvaient à Florence, il y avait Baldo Cecchi et Iacopo Baldini, deux hommes de grande autorité, et prêts à prendre tous les risques. Ceux-ci complotèrent avec leurs amis de l’intérieur de la ville, si bien qu’avec l’aide des Florentins ils pénétrèrent de nuit dans Pistoia et en chassèrent les partisans et les officiers de Castruccio, et en tuèrent certains, pour rendre sa liberté à la ville. Castruccio fut passablement fâché et irrité par la nouvelle, aussi prit-il congé d’Henri pour revenir à Lucques à marche forcée avec ses troupes.

37À peine les Florentins surent-ils que Castruccio était sur la route du retour que, pensant bien qu’il n’allait pas en rester là, ils décidèrent de devancer son retour et pour cela de pénétrer avant lui dans le Val di Nievole avec leurs troupes, car ils estimaient qu’en occupant cette vallée ils en venaient à lui barrer le chemin à emprunter pour récupérer Pistoia. Et ayant réuni une grosse armée composée de tous leurs alliés du parti guelfe, ils entrèrent en territoire de Pistoia. De son côté, Castruccio arriva avec ses troupes à Montecarlo, apprit où se trouvait l’armée florentine, et décida de ne pas aller à sa rencontre dans la plaine de Pistoia ni aller l’attendre dans la plaine de Pescia, mais de l’affronter, dans la mesure du possible, dans le défilé de Serravalle, certain de remporter la victoire si son plan réussissait, car il savait les Florentins forts en tout de trente mille hommes alors que lui n’avait que douze mille soldats d’élite. Bien que confiant quant à sa propre capacité et à la grande valeur de ses troupes, il craignait néanmoins de se trouver encerclé par la multitude des ennemis si, pour combattre, il se tenait sur un terrain largement ouvert.

38Serravalle est un château entre Pescia et Pistoia, situé sur une colline qui ferme le Val di Nievole, pas exactement sur le col mais à deux portées d’arc au-dessus. L’endroit par où l’on passe est moins raide qu’étroit, car des deux côtés cela monte en pende douce ; mais il est si serré, surtout au pied de la colline où se partagent les eaux, qu’il ne laisserait pas passer plus de vingt hommes coude à coude. C’est à cet endroit que Castruccio avait projeté de placer l’affrontement avec l’ennemi, aussi bien parce que ses troupes, peu nombreuses, pourraient ainsi avoir l’avantage, que parce qu’il craignait qu’elles ne découvrent les ennemis avant l’engagement et ne s’effraient en voyant leur multitude.

39Le château de Serravalle avait à sa tête messire Manfredi, un allemand qui, avant que Castruccio ne se rendît maître de Pistoia, avait été installé dans ce château considéré comme commun aux gens de Lucques et de Pistoia ; et par la suite non plus, personne n’avait eu à s’en prendre à lui, car il promettait à tous de rester neutre, de ne s’allier ni avec les uns ni avec les autres ; si bien que, pour cette raison et parce que son fort était inexpugnable, il s’était maintenu en ce lieu. Mais une fois ce bouleversement advenu, Castruccio éprouva le désir d’occuper ce lieu : lié d’étroite amitié avec l’un des habitants, il se mit d’accord avec lui pour que, la nuit précédant l’assaut, il fasse entrer quatre cents de ses soldats et tue le châtelain. Se tenant ainsi prêt, il fit en sorte de ne pas déplacer son armée depuis Montecarlo, dans le but d’encourager les Florentins à traverser le défilé. Ceux-ci, désirant éloigner la guerre de Pistoia et la porter dans le Val di Nievole, établirent leur campement en dessous de Serravalle avec l’intention de franchir la colline le jour suivant. Mais Castruccio, qui avait déjà la nuit même, sans désordre, pris le château, leva le camp de Montecarlo vers minuit et, en silence, arriva avec ses troupes le matin au pied de Serravalle, de sorte que ce fut au même moment que les Florentins et lui, chacun de son côté, commencèrent à monter la côte.

40Castruccio avait fait marcher en droite ligne son infanterie par la voie ordinaire et avait envoyé un détachement de quatre cents cavaliers vers le château par le côté gauche. De l’autre côté de la colline, les Florentins avaient envoyé eux aussi quatre cents cavaliers mais à l’avant-garde, puis ils avaient fait partir l’infanterie, et derrière elle la cavalerie lourde. Ils ne s’attendaient pas à trouver Castruccio en haut du col, car ils ne savaient pas qu’il s’était emparé du château. C’est ainsi qu’à leur grande surprise les cavaliers florentins, une fois arrivés au sommet, trouvèrent face à eux l’infanterie de Castruccio, et ils se retrouvèrent même si près d’eux que c’est tout juste s’ils eurent le temps de boucler leurs heaumes. Les cavaliers surpris subirent donc l’assaut des troupes bien préparées et en bon ordre qui enfoncèrent leurs rangs vigoureusement tandis qu’ils résistèrent tant bien que mal. Certains essayèrent bien de tenir tête, mais la nouvelle de l’attaque descendit pour se répandre dans tout le camp des Florentins et tout ne fut plus que confusion. Les cavaliers de tête étaient poussés vers l’avant par les fantassins, les fantassins écrasés par la cavalerie de derrière et par les chariots. Les officiers ne pouvaient se déplacer ni vers l’avant ni vers l’arrière à cause de l’étroitesse du lieu, de sorte qu’au milieu de tant de confusion personne ne savait ce qu’il pouvait ou devait faire. Pendant ce temps les cavaliers de tête qui étaient aux prises avec l’infanterie adverse se faisaient tuer et tailler en pièces sans pouvoir se défendre à cause du lieu totalement défavorable. Ils résistaient néanmoins, non pas poussés par leur valeur mais contraints par l’obligation car, avec les montagnes d’un côté comme de l’autre, leurs propres fantassins derrière, et devant eux l’ennemi, ils n’avaient pas la moindre ouverture pour s’enfuir.

41Pendant ce temps, Castruccio qui voyait que ses hommes ne suffisaient pas à faire tourner les talons aux ennemis envoya mille fantassins par le chemin du château, et les fit fondre sur eux en même temps que les quatre cents cavaliers qu’il avait expédiés là auparavant. Ils chargèrent l’ennemi de flanc avec une telle furie que les Florentins ne purent tenir le choc et, vaincus par le lieu défavorable plus encore que par l’adversaire, se mirent à prendre la fuite. Leur fuite commença par ceux qui se trouvaient en queue : en direction de Pistoia, ils s’éparpillaient dans la plaine, chacun du mieux qu’il pouvait, ne pensant qu’à son salut.

  • 21 Cette bataille de Serravalle, avec tous ses détails sur les mouvements de troupes, n’est qu’inventi (...)

42Ce fut une déroute immense et sanglante21, au cours de laquelle furent capturés de nombreux chefs, au nombre desquels Bandino de’ Rossi, Francesco Brunelleschi et Giovanni della Tosa, tous nobles Florentins, ainsi que beaucoup d’autres Toscans, et bien des sujets napolitains envoyés par le roi Robert en renfort des guelfes pour se battre aux côtés des Florentins.

43À l’annonce de cette défaite, les habitants de Pistoia chassèrent sans tarder le parti allié aux guelfes et se soumirent à Castruccio. Celui-ci, non content de cela, occupa Prato et tous les châteaux de sa plaine, aussi bien d’un côté que de l’autre de l’Arno, et il s’arrêta avec son armée dans la plaine de Peretola, à deux milles de Florence. Il y demeura plusieurs jours, à partager le butin et à fêter la victoire, faisant battre monnaie, organisant des courses de chevaux, d’hommes et de prostituées, le tout au grand mépris des Florentins. Il ne manqua pas non plus de tenter d’acheter quelque noble citoyen pour se faire ouvrir de nuit les portes de Florence ; mais le complot fut découvert, Tommaso Lupacci et Lambertuccio Frescobaldi furent pris et décapités.

  • 22 C’est en décembre 1525 que les Florentins offrent une fois encore le pouvoir dans leur ville pour d (...)

44Effarés donc par cette défaite, les Florentins ne voyaient aucun moyen de pouvoir sauver leur liberté ; et pour s’assurer davantage encore l’aide à recevoir, ils envoyèrent des ambassadeurs auprès du roi Robert de Naples pour lui offrir la ville et le pouvoir tout entier. Celui-ci accepta, non pas tant pour l’honneur que lui faisaient les Florentins que parce qu’il savait combien il était utile pour lui-même que le parti guelfe continue de dominer en Toscane. Ayant convenu avec les Florentins de recevoir deux cents mille florins par an, il envoya à Florence son fils Charles, à la tête de quatre mille cavaliers22.

  • 23 Le complot présenté ici mêle deux épisodes différents : d’une part une conspiration ourdie par les (...)

45Entre-temps, les Florentins s’étaient sentis quelque peu soulagés par le départ des hommes de Castruccio, car il avait dû partir vers le nord de leur territoire, et aller à Pise pour réprimer une conspiration contre lui à l’initiative de Benedetto Lanfranchi, l’un des premiers personnages de Pise23. Ne pouvant accepter que sa patrie fût asservie à quelqu’un de Lucques, celui-ci complota contre Castruccio, projetant d’occuper la citadelle, d’en chasser la garnison, et de tuer ses partisans. Mais dans ce domaine, si le faible nombre sert à la préservation du secret il ne suffit pas à sa mise à exécution, aussi, pendant qu’il cherchait à convaincre un plus grand nombre d’hommes, tomba-t-il sur quelqu’un qui révéla son projet à Castruccio. Et cette révélation fit l’infamie de Bonifacio Cerchi et Giovanni Guidi, deux Florentins qui se trouvaient exilés à Pise. C’est ainsi que, ayant fait saisir Benedetto, Castruccio le fit exécuter, envoya en exil tout le reste de sa famille, et fit décapiter bon nombre d’autres nobles citoyens.

  • 24 Là aussi, ces mouvements de troupes et le déroulement de la bataille ne sont pas rapportés par les (...)

46Il sentait que Pistoia et Pise ne lui étaient guère fidèles, aussi s’efforçait-il de s’assurer, par la douceur ou par la force, de l’une comme de l’autre, ce qui laissa aux Florentins le temps de reprendre des forces et leur permit d’attendre la venue de Charles. Lorsque Charles fut là, ils décidèrent de ne pas perdre de temps et rassemblèrent de nombreuses troupes, car ils demandèrent l’aide de presque tous les guelfes d’Italie, réunissant de la sorte une énorme armée de plus de trente mille fantassins et dix mille cavaliers. S’étant consultés pour savoir laquelle des deux, entre Pistoia et Pise, ils devaient attaquer d’abord, ils décidèrent qu’il valait mieux s’en prendre à Pise, qui serait plus facile à faire tomber à cause de la conspiration qu’elle venait de connaître, et parce qu’elle serait plus utile, dès lors que, une fois Pise enlevée, Pistoia se rendrait d’elle-même24.

47Les Florentins se mirent donc en campagne avec pareille armée au début de mars 1328 : ils occupèrent aussitôt La Lastra, Signa, Montelupo et Empoli, et vinrent avec toute l’armée à San Miniato. Castruccio de son côté, apprenant que les Florentins avaient levé contre lui une grande armée, ne se troubla nullement. Il pensa au contraire que le moment était venu où la fortune allait lui mettre entre les mains le pouvoir sur la Toscane, estimant que ses ennemis ne feraient pas mieux à Pise qu’ils n’avaient fait à Serravalle, mais aussi qu’ils n’auraient pas le même espoir de se refaire. Il rassembla vingt mille hommes à pied et quatre mille cavaliers et se posta avec cette armée à Fucecchio, tandis que Paolo Guinigi fut envoyé à Pise avec cinq mille fantassins.

48Fucecchio est une position plus forte que n’importe quel autre château appartenant à Pise, car il est situé à mi-chemin entre la Gusciana et l’Arno, et parce qu’il domine quelque peu l’étendue de la plaine. Et la place forte étant située là, l’ennemi ne pouvait, sans diviser ses forces en deux parties, empêcher l’arrivée de son ravitaillement depuis Lucques et depuis Pise ; il ne pouvait non plus, si ce n’est à son grand désavantage, ni marcher directement sur elle ni aller du côté de Pise, car dans un cas l’ennemi risquait d’être encerclé entre les troupes de Castruccio et celles de Pise, et dans l’autre, devant franchir l’Arno, il ne pouvait le faire avec l’adversaire dans le dos si ce n’est en courant de grands risques. Et dans le but d’inciter les Florentins à faire le choix de traverser, Castruccio ne s’était pas posté avec ses troupes sur la rive de l’Arno, mais tout près des remparts de Fucecchio, laissant un large passage entre le fleuve et lui.

49Après avoir occupé San Miniato, les Florentins tinrent conseil sur le choix à faire : soit marcher sur Pise, soit aller à la rencontre de Castruccio ; et ayant mesuré la difficulté d’un parti comme de l’autre, ils se résolurent à aller l’attaquer de front. Le fleuve Arno était assez bas pour être traversé à gué, mais insuffisamment néanmoins pour que les fantassins ne soient obligés de se mouiller jusqu’aux épaules et les chevaux jusqu’à la selle. Ainsi donc, quand fut venu le matin du 10 juin, les Florentins prêts pour l’affrontement commencèrent à faire traverser une partie de leur cavalerie ainsi qu’un bataillon de dix mille fantassins. Castruccio de son côté, préparé à mettre en œuvre ce qu’il avait prévu de faire, les attaqua avec un bataillon de cinq mille fantassins et trois mille cavaliers. Sans leur laisser le temps de sortir tous de l’eau, il fut aux prises avec eux, envoyant mille fantassins légèrement équipés sur la rive de l’Arno en aval et mille autres en amont.

50Les fantassins florentins étaient alourdis par l’eau et par leurs armes, et tous n’avaient pas encore franchi le bord escarpé du fleuve. Les chevaux, une fois que les premiers furent passés, piétinant le fond de l’eau, rendirent le passage plus malaisé aux suivants ; aussi nombreux furent ceux qui se renversèrent sur leur cavalier, et de nombreux autres s’enfonçaient tellement dans la vase qu’ils ne pouvaient plus s’en extraire. C’est ainsi que les capitaines florentins, voyant la difficulté qu’ils avaient à passer par cet endroit, les firent se retirer et firent remonter les chevaux plus en amont du fleuve, afin de trouver un fond non piétiné et une rive plus accessible pour les recevoir. Mais ils étaient repoussés par ces fantassins que Castruccio avait envoyés en amont de la berge : avec leur équipement léger, ils les frappaient à la tête et dans le poitrail à l’aide de rondaches et de javelots, en poussant de grands cris, de sorte que, effrayés par les cris et les coups, les chevaux, ne voulant plus avancer, se renversaient les uns sur les autres. Le combat entre les hommes de Castruccio et ceux qui avaient réussi à passer fut âpre et terrifiant : il en tombait beaucoup de part et d’autre, et chacun faisait tous les efforts possibles pour avoir le dessus sur l’adversaire. Ceux de Castruccio voulaient rejeter les autres à l’eau, et les Florentins voulaient enfoncer leur ligne pour permettre à ceux qui étaient encore dans l’eau d’en sortir et de combattre ; et à cet acharnement contribuaient les exhortations des capitaines. Castruccio rappelait aux siens que c’étaient ces mêmes ennemis que peu auparavant ils avaient vaincus à Serravalle, et les Florentins mettaient en garde les leurs : que le grand nombre ne se laisse pas vaincre par si peu.

51Mais voyant que la bataille durait, et que les siens, comme leurs adversaires, étaient déjà épuisés, qu’il y avait déjà de part et d’autre un grand nombre de morts et de blessés, Castruccio poussa en avant un autre corps de cinq mille fantassins, qu’il conduisit jusque dans le dos des siens qui combattaient, puis donna l’ordre à ceux de devant de s’écarter et, comme s’ils voulaient prendre la fuite, une moitié vers la droite, une moitié vers la gauche, de se retirer. Une fois la manœuvre réalisée, cela permit aux Florentins de s’avancer et de gagner un peu de terrain ; mais désormais appelés à combattre contre des troupes fraîches, ils ne tinrent pas longtemps avant d’être repoussés jusque dans le fleuve.

52Entre la cavalerie des uns et celle des autres, aucune n’avait encore l’avantage. Castruccio en effet, conscient de l’infériorité de la sienne, avait ordonné à ses condottieri de seulement contenir l’ennemi, car il espérait battre l’infanterie adverse et, une fois celle-ci battue, pouvoir ensuite plus facilement vaincre la cavalerie. Et c’est bien ce qui se produisit, suivant le dessein qu’il avait imaginé. En effet, ayant vu les fantassins ennemis se retirer dans le fleuve, il envoya le reste de sa propre infanterie au-devant des cavaliers ennemis pour les assaillir à coups de lances et de piques tandis que sa cavalerie continuait à les presser par-derrière avec plus de fureur encore, jusqu’à les mettre en fuite.

53Les capitaines florentins, voyant la difficulté qu’éprouvaient leur cavaliers à traverser l’Arno, tentèrent de faire passer leur infanterie par l’aval du fleuve afin d’attaquer de flanc les troupes de Castruccio. Mais la rive était haute et, dessus, tenue par les troupes de Castruccio ; aussi leur tentative fut-elle vaine. Le camp des Florentins fut donc mis en déroute, tout à l’honneur et à la grande gloire de Castruccio, et d’une telle multitude d’ennemis il ne resta pas même le tiers. De nombreux chefs de guerre furent capturés ; quant à Charles, le fils du roi Robert, il s’enfuit à Empoli, en même temps que les commissaires florentins Michelagnolo Falconi et Taddeo degli Albizzi. Le butin fut considérable, et le carnage fut immense, ainsi qu’on peut l’imaginer pour une pareille bataille. En effet, dans l’armée florentine il y eut vingt mille deux cents trente et un morts, et du côté de Castruccio mille cinq cent soixante-dix.

54Mais la fortune en voulait à sa gloire, et alors que le moment était venu de lui conférer plus de vie, elle la lui retira, et brisa ces desseins que longtemps auparavant il avait pensé mettre en œuvre, et que seule la mort pouvait interrompre. Dans la bataille, Castruccio s’était dépensé sans compter toute la journée durant, quand, à la fin, haletant et en sueur, il s’arrêta à la porte de Fucecchio pour attendre ses hommes de retour de leur victoire : il voulait les recevoir et par sa présence les remercier ; et en même temps, si venait à naître quelque difficulté de la part de certains ennemis qui en quelque endroit résisteraient encore, pouvoir être prêt à y remédier. Il estimait que le devoir d’un bon capitaine était d’être le premier en selle et le dernier à descendre de cheval. C’est pourquoi, exposé à un vent qui la plupart du temps se lève au milieu de la journée au-dessus de l’Arno, et d’ordinaire, presque toujours, chargé de miasmes, il prit un grand coup de froid. Il n’y prêta pas attention, car il était habitué à supporter de telles épreuves, et ce coup de froid lui fut fatal. La nuit suivante, il fut pris d’une très forte fièvre qui ne cessa de monter. Son mal fut jugé mortel par tous les médecins, et Castruccio qui s’en rendit compte appela à son chevet Pagolo Guinigi pour lui dire ceci :

  • 25 Autre manipulation des faits historiques : Castruccio en vérité avait épousé Pina dei Vallecchia e (...)
  • 26 Pise avait été soumise tour à tour à l’autorité de divers seigneurs, celle du comte Ugolino della G (...)

« Mon fils, si j’avais pensé que la fortune avait décidé de briser au milieu de son cours le chemin qui mène à cette gloire que je m’étais promise par tant d’heureux succès, je ne me serais pas donné autant de peine et je t’aurais laissé, fût-ce avec moins de grandeur, moins d’ennemis et moins d’envieux. Comblé par le pouvoir sur Lucques et sur Pise, je n’aurais pas soumis les gens de Pistoia ni irrité les Florentins par tant d’offenses ; et m’étant fait de ces deux peuples des amis, j’aurais mené une vie, sinon plus longue, du moins certainement plus tranquille, et je t’aurais légué un pouvoir, certes moins grand mais sans aucun doute plus sûr et plus solide. Mais la fortune, qui prétend arbitrer toutes les affaires humaines, ne m’a pas donné suffisamment de sagesse pour comprendre plus tôt ses caprices, ni assez de temps pour pouvoir les dominer. Tu as dû savoir – ce que beaucoup ont dû te dire et que moi-même je n’ai jamais nié – que je suis arrivé dans la maison de ton père alors que j’étais encore très jeune et dépourvu de toutes les espérances qu’une âme généreuse doit comporter, et que je fus par lui élevé et aimé bien plus que si j’avais été de son propre sang. C’est ainsi que, sous sa férule, je devins valeureux et apte à maîtriser cette fortune que tu as vue toi-même et que tu vois encore. Et parce que, sur le point de mourir, il te confia à moi ainsi que tous ses biens, je t’ai élevé et j’ai fait fructifier ses richesses avec tout l’amour et toute la loyauté que je lui devais et lui dois toujours. Et afin que t’appartienne non seulement ce que ton père t’avait laissé, mais également ce que la fortune et ma valeur ont ajouté, je n’ai jamais voulu prendre femme, de sorte qu’aucun amour filial ne pût en quoi que ce soit m’empêcher de montrer à l’égard du sang de ton père la gratitude à laquelle j’ai toujours estimé être tenu25.
Je te laisse ainsi un grand État, dont je suis très fier ; mais je te le laisse affaibli et fragile, et j’en suis très triste. Tu as à toi la ville de Lucques, qui ne se satisfera jamais de vivre sous ton autorité. Tu as à toi la ville de Pise, où les hommes sont par nature changeants et pleins de fausseté, une ville pourtant habituée, à diverses époques, à subir l’autorité26, mais qui néanmoins s’indignera toujours d’obéir à un seigneur lucquois. Tu as à toi également la ville de Pistoia, peu fiable car divisée, et encore irritée contre nous par les récents affronts qu’elle a subis. Comme voisins tu as les Florentins, que nous venons d’offenser et de blesser de mille façons, sans les réduire entièrement, pour lesquels la nouvelle de ma mort sera mieux reçue que ne le serait la conquête de toute la Toscane. Tu ne peux te fier ni aux princes de Milan ni à l’Empereur, car ils sont loin de nous, et lents à se décider, aussi leur aide ne peut être que tardive. Tu ne peux donc compter sur rien d’autre que ta propre énergie et la mémoire de mon action, et sur la réputation que t’apporte la présente victoire. Et si tu sais intelligemment utiliser cette réputation, elle t’aidera à trouver un bon accord avec les Florentins qui, effarés par cette déroute, désireront certainement y consentir. Et avec eux, alors que moi j’ai cherché à m’en faire des ennemis, pensant que leur inimitié devait m’apporter puissance et gloire, tu devras de toutes tes forces chercher à t’en faire des amis, car leur amitié t’apportera la sécurité et sera tout à ton avantage.
Se connaître soi-même et savoir mesurer ses propres forces et celles de son État, est une chose, en ce monde, d’une extrême importance ; et celui qui se sait peu capable de faire la guerre doit s’efforcer de régner en usant de l’art de la paix. C’est là un conseil qu’il serait bon que tu suives, et il faudra que tu t’efforces par cette voie de la paix de retirer le fruit des efforts que j’ai faits et des dangers que j’ai affrontés. Tu y parviendras aisément, si tu juges mes conseils judicieux. Et il te faudra te plier à ces deux obligations : la première, assumer le pouvoir que je t’ai laissé ; la deuxième, tenir compte de ce que je t’ai enseigné pour le conserver ».

  • 27 Castruccio mourut le 3 septembre 1328.
  • 28 Un descendant de la famille Guinigi, Paolo (1376-1432), sera effectivement au pouvoir à Lucques ent (...)

55Puis, ayant fait venir les grands citoyens qui, depuis Lucques, Pise et Pistoia, étaient ses partisans, il leur recommanda Pagolo Guinigi, à qui il leur fit jurer obéissance, et mourut27. Il laissa de lui un heureux souvenir à tous ceux qui avaient seulement entendu son nom ; et à tous ceux qui avaient été ses amis, il laissa un sentiment de manque tel que jamais aucun autre prince, à aucune autre époque, n’a laissé à sa mort. Ses obsèques furent célébrées en très grande pompe, et sa sépulture fut placée dans l’église Saint-François à Lucques. Mais Pagolo Guinigi n’eut pas les mêmes capacités ni la même fortune que Castruccio : peu après en effet il perdit Pistoia, et après cela Pise, et c’est à grand-peine qu’il conserva le pouvoir à Lucques, un pouvoir qui néanmoins perdura dans sa famille jusqu’à son arrière-petit-fils Pagolo28.

56Castruccio fut donc, ainsi qu’on l’a montré, un homme rare non seulement en son temps mais également au regard de bien d’autres époques passées. Il fut d’une taille peu commune, et chacun de ses membres était parfaitement proportionné. Il avait un physique si gracieux et accueillait les gens avec une telle humanité, que jamais personne, après lui avoir parlé, ne le quitta mécontent. Ses cheveux tendaient vers le roux et il les portait courts au-dessus des oreilles ; et il allait toujours, par tout temps, qu’il pleuve ou qu’il neige, la tête découverte. Il était bienveillant avec ses amis, terrible contre ses ennemis, juste à l’égard de ses sujets, sans foi avec les étrangers. Jamais il ne chercha à vaincre par la force s’il pouvait vaincre par la ruse, car il disait que c’est la victoire et non la façon de vaincre qui apporte la gloire.

57Personne ne fut jamais plus hardi que lui pour s’exposer au danger, ni plus avisé pour en sortir ; et il disait couramment que les hommes doivent tout tenter et ne jamais s’effrayer de rien, et que Dieu aime les hommes forts, car on voit bien que toujours il châtie les sans-pouvoir à l’aide des puissants.

58Il faudrait dire également de Castruccio à quel point il était admirable pour répondre ou bien blesser, par une parole piquante ou bien courtoise ; de même qu’il n’épargnait personne de ses pointes, tout aussi bien il ne s’offusquait pas quand il était victime de celles des autres. Aussi ont été conservés nombre de ses traits d’esprit, et bien d’autres qu’il a de bonne grâce reçus.

59Comme un ami lui reprochait d’avoir fait acheter une perdrix pour un ducat, Castruccio répondit : « Toi tu ne la paierais pas plus d’un sou. » L’autre dit que c’était bien vrai et Castruccio rétorqua : « Un ducat vaut pour moi beaucoup moins. »

60Il avait un jour un flatteur à ses basques sur lequel, de mépris, il cracha. Le flatteur répondit ainsi : « Pour prendre un petit poisson les pêcheurs se laissent mouiller entièrement par la mer ; moi je me laisserai bien mouiller d’un crachat pour prendre une baleine. » Castruccio non seulement reçut le bon mot avec indulgence, mais le récompensa.

61À quelqu’un qui lui reprochait ses dépenses somptuaires, Castruccio répondit : « Si c’était mal, on ne donnerait pas des banquets si somptueux pour fêter nos saints. » En passant dans une rue, il vit un jeune homme qui sortait de la maison d’une prostituée, tout rouge car on l’avait vu, et il lui dit : « Tu ne dois pas avoir honte lorsque tu en sors, mais lorsque tu y entres. » Alors qu’un ami lui avait donné à dénouer un nœud soigneusement embrouillé, il lui dit : « Tu es bien stupide, tu ne crois tout de même pas que je veuille dénouer un nœud qui, noué, me donne déjà tant de tracas ? »

62Comme Castruccio disait à quelqu’un qui se déclarait philosophe : « Vous êtes comme les chiens, toujours à tourner autour de celui qui peut leur donner le plus à manger », l’autre répondit : « Nous sommes plutôt comme les médecins, car nous allons chez ceux qui ont le plus besoin de nous. »

63Alors qu’il allait depuis Pise à Livourne par voie de mer, survint une dangereuse tempête ; et comme Castruccio se montrait passablement troublé, il fut accusé de lâcheté par l’un de ceux qui voyageaient avec lui, qui disait n’avoir, lui, jamais peur de rien. Castruccio répondit que c’était bien normal, car chacun estime sa vie pour ce qu’elle vaut.

64Interrogé par quelqu’un qui voulait savoir comment faire pour se faire apprécier, Castruccio lui dit : « Fais en sorte, lorsque tu te rends à un banquet, de ne pas faire asseoir une bûche sur une autre bûche. »

65À quelqu’un qui se glorifiait d’avoir beaucoup lu, Castruccio dit : « Il serait plus glorieux d’en avoir beaucoup retenu. »

66À quelqu’un qui se vantait de n’être jamais ivre même en buvant beaucoup, il dit : « Un bœuf en fait autant. » Castruccio entretenait une jeune femme chez lui, ce dont un ami le blâma, lui reprochant surtout de s’être laissé prendre par une femme : « Tu te trompes, lui dit Castruccio, c’est moi qui l’ai prise, et pas elle. »

67Blâmé également par quelqu’un pour sa nourriture trop délicate, il dit : « Toi tu ne dépenserais pas pour cela autant que moi. » L’autre lui dit que c’était bien vrai, et alors il ajouta : « Tu es donc encore plus avare que je ne suis gourmand. »

68Invité à dîner par Taddeo Bernardi de Lucques, un homme très riche au train de vie splendide, Castruccio arriva chez lui et Taddeo lui montra une chambre entièrement décorée de tentures, le sol finement dallé de pierre taillée qui représentait, par l’assemblage de différentes couleurs, des fleurs, des feuillages et autre végétation. Castruccio, ayant réuni une grande quantité de salive dans sa bouche, la lui cracha au visage. L’autre s’indigna et Castruccio lui dit : « Je ne savais pas où cracher pour t’offenser le moins. »

69Quand on lui demanda comment était mort César, il répondit : « Dieu veuille que je meure comme lui ! »

70Il était dans la maison de l’un des gentilshommes de son entourage, où se trouvaient de nombreuses dames invitées à la fête, et dansait et s’amusait plus qu’il ne convenait à sa qualité. Repris par un de ses amis, il lui dit : « Celui qui passe pour sage le jour ne passera jamais pour fou la nuit. »

71Quelqu’un vint un jour lui demander une grâce et Castruccio fit mine de ne pas entendre ; l’autre à genoux se jeta à ses pieds et, quand Castruccio le reprit, il lui dit : « C’est de ta faute, tu as les oreilles au niveau des pieds. » Aussi obtint-il en grâce le double de ce qu’il demandait.

72Castruccio avait coutume de dire que le chemin de l’enfer est facile, qu’il suffit d’aller vers le bas et les yeux fermés.

73À quelqu’un qui lui demandait une grâce au moyen de nombreuses paroles superflues, Castruccio répondit : « La prochaine fois que tu voudras quelque chose de moi, tu enverras quelqu’un d’autre. »

74Un autre du même genre, qui l’avait agacé par un long discours, termina en ces termes : « Je vous ai peut-être ennuyé avec mes paroles. — Pas du tout, répondit-il, car je n’ai rien entendu de ce que tu as dit. »

75Il avait coutume de dire de quelqu’un qui avait été joli garçon et était devenu bel homme que c’était trop blessant car il avait pris tant de maris à leur femme et ensuite tant de femmes à leur mari.

76À un envieux en train de rire, il dit un jour : « Tu ris parce que tu es heureux ou parce que quelqu’un d’autre est malheureux ? »

77Quand il était encore sous la férule de messire Francesco Guinigi, à un de ses camarades qui lui dit : « Je t’offre ce que tu veux, et ensuite tu me laisses te donner une gifle », il répondit : « Offre-moi un heaume. »

78Il avait fait exécuter un citoyen de Lucques qui avait été à l’origine de sa grandeur, et à ceux qui lui dirent alors qu’il avait eu tort de tuer un vieil ami, il répondit qu’ils se trompaient parce qu’il n’avait tué qu’un nouvel ennemi.

79Castruccio louait grandement les hommes qui promettaient aux femmes le mariage mais ne les épousaient pas, de même que ceux qui disaient vouloir naviguer et ne naviguaient jamais.

80Il disait s’étonner des hommes qui, avant d’acheter un vase de terre ou de verre, le faisaient sonner pour s’assurer qu’il est bon, et puis qui, au moment de choisir une femme, se contentaient de la regarder.

81À quelqu’un qui lui demandait, alors qu’il était sur le point de mourir, comment il voulait être enterré, il répondit : « Le visage tourné vers le sol, car je sais que, après ma mort, ce pays sera mis sens dessus dessous. »

82Quand on lui demanda si, pour sauver son âme, il avait jamais songé à devenir frère, il répondit que non, car il lui semblait surprenant que frère Lazzero dût aller au paradis et Uguccione della Faggiuola en enfer.

83Quand on lui demanda à quel moment il fallait manger pour bien se porter, il répondit : « Pour les riches, quand on a faim, pour les pauvres, quand on peut. »

84Voyant un gentilhomme de son entourage se faire lacer les chausses par son valet, il lui dit : « Je prie le Seigneur pour que tu te fasses aussi donner la becquée. »

85En voyant que quelqu’un avait, en haut de sa maison, fait écrire en latin que Dieu interdise l’entrée des méchants, il commenta : « Il faut donc qu’il n’y entre pas lui-même. »

86En passant dans une rue où se trouvait une maison toute petite avec une grande porte, il dit : « C’est par cette porte que cette maison prendra la fuite. »

  • 29 Le sous-entendu s’appuie sur la réputation des habitants de Pérouse qui passaient alors pour sodomi (...)

87Apprenant qu’un étranger avait fait mal à un jeune garçon, il dit : « Ce doit être quelqu’un de Pérouse29. »

  • 30 Là aussi, c’est la réputation de tricheurs des Lucquois qui est visée. Le renvoi au chant XXI de l’(...)

88Quand il demanda quelle ville avait la réputation d’être celle des trompeurs et des tricheurs, on lui répondit « Lucques », d’où naturellement ils viennent tous, sauf Bontura30

89Castruccio discutait avec un ambassadeur du roi de Naples sur le sujet de biens appartenant à des exilés en relégation. Comme il s’irritait quelque peu, l’ambassadeur lui dit : « Mais tu ne crains donc pas le roi ? » Castruccio demanda : « Est-il bon ou mauvais votre roi ? » L’autre répondit qu’il était bon et Castruccio répliqua : « Pourquoi veux-tu donc que j’aie peur des hommes bons ? »

90On pourrait rapporter tant d’autres paroles qu’il a prononcées, à travers lesquelles on verrait bien sa subtilité et sa gravité, mais je veux que celles-ci suffisent pour témoigner de ses grandes qualités.

91Il vécut quarante-sept ans, et il se comporta en véritable prince dans toutes les circonstances. Et de même que restent bien des témoignages de sa bonne fortune, il voulut que restent également ceux de sa mauvaise fortune. Ainsi les menottes avec lesquelles il fut enchaîné en prison sont-elles aujourd’hui encore visibles, scellées à l’intérieur de la tour de sa maison, où par lui-même elles furent mises afin qu’elles témoignent pour toujours de son adversité. Et comme au cours de sa vie il ne fut inférieur ni à Philippe de Macédoine, père d’Alexandre, ni à Scipion l’Africain de Rome, et qu’il mourut au même âge que l’un et l’autre, il aurait sans aucun doute surpassé et l’un et l’autre si, au lieu de naître à Lucques, il avait eu pour patrie la Macédoine ou bien Rome.

Notes

1 Zanobi Buondelmonti (1491-1527) et Luigi Alamanni (1495-1556), dédicataires de l’œuvre, sont des amis de Machiavel, qu’il a fréquentés lors des rencontres culturelles des Orti Oricellari. Le premier était déjà dédicataire des Discours sur la première décade de Tite-Live, tandis que le second est l’un des interlocuteurs de l’Art de la guerre.

2 Ce sont « Moïse, Cyrus, Romulus, Thésée, et d’autres », déjà évoqués ainsi dans Le Prince (VI, 7).

3 Cette reconstruction de la famille de Castruccio est de pure invention, tout comme les premiers événements de sa vie, tels que la découverte du bébé ou l’adoption, comme le seront également les jeux et inclinations de l’adolescence. La naissance obscure ainsi que l’exposition aux pires dangers font partie de la topique du héros. Les sources historiques le font naître à Lucques, dans la maison paternelle de Puccia Streghi, épouse du riche marchand Gerio di Castracane degli Antelminelli, le 26 février 1281.

4 Le titre de « messire », traduction du latin Dominus, préposé au nom, était en Italie traditionnellement réservé aux nobles, aux chevaliers et aux hommes de loi (juges, notaires, docteurs en droit), ainsi qu’aux hommes d’Église (évêques, abbés, cardinaux), avant de se démocratiser et devenir un titre de courtoisie à partir du milieu du XVIe siècle.

5 Les Guinigi sont une noble famille de Lucques qui produira au XVe siècle des gouvernants, mais ce Francesco est un autre personnage d’invention.

6 Les gibelins furent effectivement chassés de Pavie en 1311, mais l’épisode militaire est inventé.

7 Entre 1296 et 1314, le jeune Castruccio voyagea en effet beaucoup comme homme d’armes, tour à tour au service de Philippe le Bel dans les Flandres, des Scaligers à Vérone, de la République de Venise à Capodistria et d’Uguccione della Faggiuola à Pise.

8 Le personnage de Pagolo Guinigi est lui aussi de pure invention.

9 Les sources historiques donnent comme nom celui de Lucio degli Obizzi.

10 Robert d’Anjou, roi de Naples (1309-1343), chef du parti guelfe en Italie, avait été nommé par les Florentins Seigneur de Florence depuis décembre 1313, pour contrer la marche de l’empereur Henri VII, peu avant la mort inopinée de ce dernier. Son représentant avait pouvoir sur la Toscane.

11 Uguccione della Faggiuola (1250-1319) fut d’abord seigneur gibelin d’Arezzo (1308-1313) puis de Pise (1313-1316).

12 La nature du récit est changeante. Ce verbe, tout à fait technique, est emprunté aux chroniqueurs. Il est l’indice d’un récit qui, sans être véridique, est désormais néanmoins plus historique et mieux informé. Machiavel a manifestement ici consulté des sources historiques. Les bannis sont bien sûr les grandes familles guelfes de Lucques. Le sac de Lucques eut lieu en juin 1314.

13 L’absence d’Uguccione à la bataille est déjà envisagée par la source Tegrimi, mais pas par la source contemporaine, celle de G. Villani, et Machiavel lui-même, dans son Histoire de Florence (II, 25), le dira présent à la tête de l’armée.

14 La bataille de Montecatini (29 août 1315) est célèbre pour avoir été meurtrière, mais les chiffres de Machiavel sont exagérés, et son récit présente globalement une certaine amplification.

15 Par le terme Lombardie, on désignait alors une grande partie de l’Italie du Nord, la majeure partie de la vallée du Pô. Uguccione della Faggiuola mourra à Vicence en 1319.

16 Nommé Capitaine en juin 1316, il sera élu seigneur de Lucques le 26 avril 1320.

17 Ludovic (Ludovic IV de Wittelsbach, le Bavarois) et non Frédéric (de Habsbourg).

18 Jusqu’en 1320 Castruccio exerça en Toscane la fonction de représentant du prétendant à l’empire, Frédéric de Habsbourg. Mais c’est par son rival Louis de Bavière (Ludovic IV) qu’il sera nommé duc de Pise, et seulement en 1328.

19 L’épisode du complot ourdi à Pistoia ainsi que les noms de ses acteurs sont de pure invention. Castruccio ne s’empara de Pistoia qu’en mai 1325, grâce à une trahison, celle de Filippo Tedici.

20 Castruccio ne sera fait sénateur de Rome qu’en janvier 1328, l’année de sa mort.

21 Cette bataille de Serravalle, avec tous ses détails sur les mouvements de troupes, n’est qu’invention construite suivant certains éléments de la bataille d’Altopascio du 23 septembre 1525.

22 C’est en décembre 1525 que les Florentins offrent une fois encore le pouvoir dans leur ville pour dix ans au roi Robert d’Anjou, qui envoie son fils aîné Charles de Calabre.

23 Le complot présenté ici mêle deux épisodes différents : d’une part une conspiration ourdie par les Florentins en 1326 pour tuer Castruccio, qu’il éventa aisément lui-même, et d’autre part une conspiration organisée par Castruccio lui-même en 1323, avec la complicité de Betto Malepa dei Lanfranchi, contre Neri da Donoratico, seigneur de Pise.

24 Là aussi, ces mouvements de troupes et le déroulement de la bataille ne sont pas rapportés par les sources historiques. Cet affrontement raconté par Machiavel réélabore librement sans doute le siège de Pistoia, ville que Castruccio a perdue en janvier 1328 puis reconquise le 3 août de la même année.

25 Autre manipulation des faits historiques : Castruccio en vérité avait épousé Pina dei Vallecchia e Corvara, dont il eut neuf enfants, cinq filles et quatre garçons.

26 Pise avait été soumise tour à tour à l’autorité de divers seigneurs, celle du comte Ugolino della Gherardesca (1285-1289), de Guido da Montefeltro (1289-1290), de l’archevêque Ruggieri degli Ubaldini (1290-1295), de Uguccione della Faggiuola (1313-1316), de Gaddo della Gherardesca (1316-1324) et de Ranieri della Gherardesca, comte de Donoratico (1324-1327).

27 Castruccio mourut le 3 septembre 1328.

28 Un descendant de la famille Guinigi, Paolo (1376-1432), sera effectivement au pouvoir à Lucques entre 1400 et 1430. Mais à la mort de Castruccio, Lucques, après avoir connu avec lui l’apogée de son extension et de sa puissance, subit une longue période de décadence : d’abord enlevée aux fils de Castruccio par l’empereur Ludovic de Bavière et confiée à un représentant impérial, elle passera ensuite tour à tour entre les mains des Milanais, des Génois, des Florentins et des Pisans, avant de retrouver son indépendance.

29 Le sous-entendu s’appuie sur la réputation des habitants de Pérouse qui passaient alors pour sodomites (voir par exemple le Décaméron de Boccace, V, 10).

30 Là aussi, c’est la réputation de tricheurs des Lucquois qui est visée. Le renvoi au chant XXI de l’Enfer de Dante consacré aux peines subies par les tricheurs est très clair : « Ô Malebranche, / voici l’un des anciens de sainte Zita ! / Mettez-le au fond, moi je retourne pour d’autres / dans cette ville qui en est bien fournie : / tous sont des tricheurs, sauf Bonturo ; / d’un “non”, pour de l’argent, on y fait un “oui” » (vers 37-42). Bontura Dati fut l’un des gouvernants de Lucques à l’époque de Dante, trafiqueur notoire cité très ironiquement comme une exception.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540