Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits littéraires en prose

 | 
Nicolas Machiavel

Écrits littéraires en prose

Pensées diverses

Texte intégral

1Huit pensées brèves, en grande majorité tirées de comportements exemplaires puisés dans l’histoire romaine. On ne sait rien de leur date de composition, ni de leur destination. On peut imaginer que, issues pour la plupart de la curiosité historique, elles étaient destinées à nourrir ou illustrer la réflexion politique.

2Machiavel se place là toujours du point de vue de l’homme d’État, et toujours sur un plan supérieur pour examiner les alternatives qui peuvent être offertes, les choix à faire.

3La première pensée relie la capacité des hommes à exercer le pouvoir ou le commandement à la classe sociale, par les habitudes acquises comme une seconde nature. Dans les deux suivantes, ce sont les ruses de guerre et les choix gagnants, dans le domaine militaire, qui retiennent l’attention de Machiavel, avec une référence aux Gaulois, c’est-à-dire aux Français, fréquente chez Machiavel et généralement dévalorisante. Les trois pensées qui suivent illustrent l’éternelle méfiance du souverain face à l’ambition de son entourage. Et tout à fait intéressante est alors l’opposition faite entre le rationnel d’une part – du mathématicien qui compte les années et établit son jugement sur la base de statistiques du vieillissement et de l’espérance de vie – et l’irrationnel d’autre part, de l’augure, de l’astrologie et de l’horoscope : une opposition dans laquelle curieusement et paradoxalement la rationalité ne l’emporte pas forcément. L’avant-dernière pensée exprime les limites de la mission, selon Machiavel, d’une garde prétorienne : veiller sur son prince seulement s’il se montre digne de sa fonction, ou bien en débarrasser l’État dans le cas contraire. La dernière pensée enfin, qui se rattache à la réflexion sur la discipline et le dévouement dans l’art de la guerre, limite la capacité de l’homme à obéir sous les drapeaux à un âge inférieur à trente ans.

PENSÉES DIVERSES

4Dans les républiques, les hommes issus des métiers manuels, lorsqu’ils sont promus aux magistratures, ne peuvent savoir commander aussi bien que les princes, car ils n’ont jamais appris qu’à servir. Il faut donc choisir, pour commander, parmi ceux qui n’ont jamais été aux ordres, si ce n’est des rois et des lois, tels que ceux qui vivent de leurs rentes.

  • 1 Machiavel modernise toujours leur désignation en « Français », lorsqu’il parle des Gaulois.

5Lorsque les Romains eurent à affronter les Français1, afin de contenir leur premier assaut et de rendre leurs premiers coups inefficaces, ils placèrent, contre leur propre usage, les hastaires en première ligne, afin que les Français, ralentis par les javelots et occupés à briser les hastes, soient freinés dans leur premier élan et leur ardeur initiale.

  • 2 Hamilcar Barca, dit « l’orage », chef militaire carthaginois du III e siècle av. J. -C. (-280/-229) (...)

6Hamilcar2, alors qu’il se déplaçait, se voyant assailli par ses ennemis de deux côtés à la fois, fit aussitôt intervertir la formation de ses troupes, faisant passer derrière les soldats qui étaient en première ligne et devant ceux de derrière ; de sorte que, croyant à une fuite, les deux groupes d’ennemis rompirent leurs rangs afin de poursuivre Hamilcar et, ainsi en désordre, ils se trouvèrent à affronter ceux qui, en bon ordre, prenaient la place des précédents, et ils furent vaincus.

  • 3 Titus Flavius Domitianus (Rome, 51-96), empereur romain de 81 à 96, second fils de Vespasien, il su (...)
  • 4 Marcus Cocceius Nerva (26-98), empereur romain de 96 à 98, fut proclamé empereur après l’assassinat (...)

7Domitien3 étudiait la naissance des sénateurs, et assassinait ceux qu’il voyait nés sous d’heureux auspices et en mesure d’assurer les plus hautes fonctions. Il voulut faire assassiner Nerva son futur successeur ; si ce n’est qu’un de ses amis, mathématicien, lui dit qu’il n’y avait pas de danger car, déjà vieux, il allait mourir sous peu ; et c’est ainsi que par la suite Nerva lui succéda4.

  • 5 Titus Aurelius Fulvius Antonius Pius (86-161), empereur romain de 138 à 161. Adopté par Hadrien en (...)

8Antonin le Pieux5 dit un jour à l’un de ses espions que les empereurs se donnaient bien du mal en vain car personne n’a jamais réussi à assassiner son successeur.

  • 6 Marcus Ulpius Trajanus (53-117), empereur romain de 98 à 117. Proclamé empereur à la mort de Nerva, (...)
  • 7 Il faut comprendre qu’il fut accusé de complot contre son souverain, et donc de haute trahison, d’a (...)

9Trajan6, quand Licinius fut traîné devant sa justice sous l’accusation de complot parricide7, se rendit seul chez lui pour partager son toit. Le lendemain, il dit en présence de celui qui l’avait accusé : « Hier Licinius avait la possibilité de me tuer. » Trajan, en confiant à Licinius le commandement des soldats prétoriens, le ceignit d’une épée et lui dit : « Je te ceins de cette épée afin que, si je suis bon empereur, avec elle tu me défendes ou, si je ne le suis pas, tu m’assassines. » Il faut garder ses sujets en activité dans l’armée quand ils ont entre dix-sept et trente ans, puis les mettre à la retraite car, passé cet âge, les hommes perdent leur docilité et ne veulent plus obéir.

Notes

1 Machiavel modernise toujours leur désignation en « Français », lorsqu’il parle des Gaulois.

2 Hamilcar Barca, dit « l’orage », chef militaire carthaginois du III e siècle av. J. -C. (-280/-229), commandant en chef en Sicile à partir de-248. Lors de la première Guerre punique, il opposa une vive résistance aux Romains. Secondé par Hannon le Grand, il réprima à Carthage la révolte des mercenaires. Dédaignant le pouvoir à Carthage, il alla conquérir en Espagne un État où il prépara la revanche, inculquant sa haine de Rome à son fils Hannibal.

3 Titus Flavius Domitianus (Rome, 51-96), empereur romain de 81 à 96, second fils de Vespasien, il succéda à son frère Titus. Reprenant les traditions du césarisme dynastique, il se rendit maître du sénat par l’exercice d’une censure perpétuelle, et revendiqua pour lui-même le pouvoir absolu.

4 Marcus Cocceius Nerva (26-98), empereur romain de 96 à 98, fut proclamé empereur après l’assassinat de Domitien. Il passa les deux années de son règne à réparer les maux de son prédécesseur et sut préparer sa succession en adoptant Trajan qu’il désigna comme futur empereur.

5 Titus Aurelius Fulvius Antonius Pius (86-161), empereur romain de 138 à 161. Adopté par Hadrien en 138 à condition qu’il adoptât lui-même Lucius Verus et le futur Marc Aurèle, il s’était fait remarquer pour ses qualités d’administrateur : proconsul en Asie, membre du Conseil impérial, il devait rester après son accession au pouvoir un empereur civil.

6 Marcus Ulpius Trajanus (53-117), empereur romain de 98 à 117. Proclamé empereur à la mort de Nerva, il séduisit par sa simplicité, sa déférence pour le Sénat et son dévouement au bien public.

7 Il faut comprendre qu’il fut accusé de complot contre son souverain, et donc de haute trahison, d’attentat contre la patrie.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540