Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits littéraires en prose

 | 
Nicolas Machiavel

Écrits littéraires en prose

Livre des persécutions d’Afrique

Texte intégral

1Il ne s’agit pas là d’un texte original mais d’une traduction depuis le latin. Machiavel donne dans ces brèves pages, redécouvertes tardivement en 1869, la version italienne des cinq premiers chapitres du premier livre de l’Historia persecutionis africanæ provinciæ de l’évêque Victor de Vita (Ve siècle). L’interruption se situe à la fin du chapitre V, avant la dernière phrase.

2Ce texte est le plus souvent négligé par les lecteurs critiques de Machiavel, qui ne l’éditent pas toujours, le considérant comme une ébauche de traduction sans importance, lecteurs qui, quand ils l’éditent, l’offrent au public telle une relique ou une simple curiosité, sans explication ni commentaire.

3Il est vrai qu’on ne connaît rien des circonstances de cette entreprise de Machiavel, ni de son abandon. L’interruption pourrait signifier que seul ce passage traduit a retenu l’intérêt du traducteur, ou bien qu’il lui a paru suffisamment représentatif de la totalité, ou autre chose encore. Il reste que le choix de traduire en langue vulgaire une description des souffrances subies par les premiers chrétiens d’Afrique peut laisser perplexes les lecteurs de Machiavel habitués à lire sous sa plume des lignes peu tendres à l’égard de l’Église. Cet intérêt de Machiavel pour ce texte doit inciter à interroger la nature exacte de l’œuvre de Victor, afin de comprendre ce qui peut avoir séduit Machiavel – l’homme, le penseur ou l’historien – dans ce récit.

4Le texte que Machiavel peut avoir connu et utilisé est soit un exemplaire de l’editio princeps imprimée à Paris par l’éditeur Jean Petit, sous le règne de Louis XII (1498-1515), et que Machiavel peut donc avoir acquis lors de l’un de ses voyages en France, soit un manuscrit plus ou moins fidèle contenant cette œuvre. Pour ce qui concerne les lacunes, obscurités, erreurs ou apparentes libertés de traduction qu’on croit déceler par la confrontation avec une édition critique moderne, il faut avoir conscience d’abord que la fi délité à l’original n’était pas la première qualité exigée d’une traduction, en des temps où l’idée générale et le sentiment d’ensemble primait sur tout le reste. Mais surtout en l’occurrence, il faut bien imaginer qu’elles sont dues très probablement à l’état du texte original – fût-ce l’editio princeps, elle-même passablement rudimentaire – dont le traducteur a pu disposer. L’œuvre de Victor de Vita par ailleurs n’était alors pas connue en Italie, et l’ébauche de traduction faite par Machiavel, sur un latin très différent du latin classique, qui n’a rien de la rigueur, de l’équilibre et de l’harmonie cicéroniennes, est d’autant plus remarquable qu’elle est unique en son temps, et le sera pour des siècles encore.

5Le texte de Victor de Vita tient à la fois de la chronique historique, de l’hagiographie et du martyrologe. L’auteur rapporte de manière particulièrement émouvante, à partir de récits de témoins contemporains, en plus de son propre témoignage, des faits atroces sur les vicissitudes de l’Afrique qu’il a connue, dans une relation vivante de type martyrologique, pour relater les différents épisodes d’une longue persécution des chrétiens catholiques par les Vandales ariens.

6Les Vandales sont un groupe de peuples germaniques établis en Silésie au IIIe siècle, qui franchissent le Rhin en 406, pillent la Gaule, puis en 409 gagnent l’Espagne. Combattus par les Wisigoths, ils passent en Afrique en 429 et sous Genséric conquièrent la Numidie (Est de l’Algérie), la Byzacène et la Proconsulaire (Tunisie). Maîtres de la mer par la conquête de la Corse, la Sardaigne, les Baléares, la Sicile, ils pillent les côtes de la Méditerranée. En tant qu’Ariens, ils persécuteront les Catholiques, surtout de 482 à 484, sous Hunéric, successeur de Genséric. Ils s’effaceront ensuite grâce à la reconquête byzantine menée en 533-534, sous Justinien I er, par Bélisaire. Quant à Genséric ou Geiséric, il fut roi des Vandales Asdings, de 428 à 477, date de sa mort. C’est lui qui conduisit les Vandales à la conquête de l’Afrique en 429. Après avoir pris Carthage en 439 où il établit sa capitale, il se rendit maître d’une partie de l’Afrique romaine en 442, dépouilla les Romains de leurs terres et persécuta les catholiques. Il ira jusqu’à piller Rome en 455. Machiavel évoque la descente des Vandales, parmi les autres envahisseurs, au début de son Histoire de Florence (I, 1-3). La descente des barbares en Afrique racontée par Victor a duré un siècle environ : de 429 à 534. La date, l’an 500, donnée par Machiavel situe grosso modo l’époque de l’ouvrage qui en fait le récit.

7Le début de l’œuvre de Victor de Vita, dans un aperçu synthétique qui peut avoir séduit le traducteur, concerne en particulier les premiers temps de la présence vandale en Afrique et les exactions commises en vue d’une politique de la terre brûlée, ayant pour but d’exterminer les Romano-Africains catholiques. Aussi le terme moderne de « vandalisme » issu du nom ethnique, désormais compris comme destruction gratuite, par ignorance, ne convient-il pas pour qualifier ces faits, d’autant que Victor met l’accent dès le début sur le choix médité des Vandales de faire des exemples en brisant d’entrée les notables et les hautes personnalités représentant le pouvoir romain.

8Ce texte, qui cherche à émouvoir sur le sort de ceux qui subissent l’adversité, apparaît en outre de bout en bout comme un éloge de la foi des premiers temps chrétiens, et plus précisément encore comme un éloge de la noble voire sublime attitude des clercs dans la persécution : un éloge de la fermeté héroïque, de la foi inébranlable, de la dévotion poussée jusqu’au fanatisme, en dépit des horreurs subies, des tortures et des massacres auxquels ces hommes et ces femmes, notables le plus souvent, ont été soumis.

9Ce texte en somme se présente comme un exemple historique que Machiavel pouvait projeter d’utiliser comme l'illustration dans sa réflexion politique, soit de la destination de la force morale de l’homme, ou de la « virtù », soit de la valeur de la foi, soit du rôle politique de l’Église, soit de l’influence historique de la religion chrétienne, et quoi qu’il en soit sans doute en relation avec l’action et le réel immanent.

10Ajoutons qu’on trouvera dans son Histoire de Florence un passage (I, 5) qui évoque l’Afrique, l’arianisme, les Vandales, les persécutions des Romano-Africains, pour regretter l’absence d’unité dans la foi chrétienne.

LIVRE DES PERSÉCUTIONS D’AFRIQUE

Commises par Genséric roi des Vandales, composé en l’an de grâce 500, par saint Victor évêque d’Utique1

  • 1 Victor, évêque de Vita – ville non identifiée de la Bizacène en Afrique – longtemps appelé « d’Utiq (...)
  • 2 Saint Victor de Vita dit écrire soixante ans après l’arrivée des Vandales en Afrique, si bien que l (...)
  • 3 Le détroit de Gibraltar, entre la pointe de l’Espagne et le Maroc.

11I. 1. Voilà soixante ans déjà2 que ce peuple cruel des Vandales a pénétré en Afrique en passant par le détroit de mer qu’il y a entre l’Afrique et l’Espagne3. Ils étaient, cette engeance de peuple, entre petits et grands, jeunes et vieux, plus de huit cent mille, selon ce qu’ils affirmaient eux-mêmes dans le but d’effrayer les populations par le chiffre et de décourager les résistances. Ils vinrent et, trouvant l’Afrique pacifique et calme, pleine de richesses et de tous les bienfaits de la terre en abondance, ne se privèrent d’aucune sorte de méfaits à l’encontre des gens aussi bien que du pays, qu’ils brûlèrent et dévastèrent où qu’ils passaient. Ils détroussaient les gens, assassinaient, emmenaient des prisonniers qu’ils faisaient mourir en prison par toutes sortes de supplices. Leur cruauté n’épargna ni les arbres ni les plantes, et, pire encore, ils ne laissèrent debout ni les églises ni les sépultures des saints, qu’ils incendièrent et détruisirent toutes. Rien ne servait de se cacher ni de cacher ses biens à travers les vallons, forêts ou cavernes, car où que ce fût on était retrouvé, dépouillé et tué.

  • 4 Comme dans une forêt, ils ont abattu ses portes à coups de hache ; par les haches et les pioches il (...)

12Et c’est avec une haine plus féroce encore et un acharnement plus grand que pour les maisons particulières, qu’ils détruisaient les temples de Dieu ; quand ils les trouvaient clos, c’est à la hache qu’ils les attaquaient, comme on fait pour les chênes dans la forêt, afin qu’on puisse réciter ce verset des Écritures : « Quasi in silva lignorum, securibus consciderunt ianuas eius ; in securi et ascia deiecerunt eam ; incenderunt igni Sanctuarium tuum4. »

13I. 2. Que d’illustres évêques et prélats, que de nobles prêtres furent mis à mort, après diverses sortes de supplices destinés à leur faire avouer qu’ils détenaient de l’or ou de l’argent ! Et il ne leur suffisait pas qu’on leur donne ce qu’on avait car, estimant toujours qu’on pouvait en donner davantage, plus les gens leur en donnaient plus ils les torturaient, enfonçant dans la gorge de l’un de la boue infecte, faisant ingurgiter à d’autres de l’eau de mer, à d’autres du vinaigre, à d’autres encore des excréments ou de la lie de vin ou tout autre liquide infect ; et ils les remplissaient ainsi comme des outres sans la moindre pitié, n’épargnant ni les femmes ni les jeunes filles. Ils ne respectaient alors ni la noblesse ni la science, n’avaient aucune révérence pour le sacerdoce ; au contraire cela les rendait plus féroces encore, et plus la noblesse et la qualité des personnes étaient élevées, plus on voyait s’exercer leur fureur. Que de prêtres éminents, que d’hommes illustres ne voyait-on pas ployer sous le faix comme des chameaux ou des ânes ! Ils les piquaient même comme des bœufs à l’aide d’aiguillons afin de les faire avancer plus vite, et beaucoup mouraient sous le poids de leurs fardeaux.

  • 5 « Il dit à mes ennemis qu’ils incendieront mes territoires, massacreront mes jeunes gens et fracass (...)

14Ils n’éprouvaient de pitié ni pour la vieillesse ni pour la jeunesse, et d’innombrables enfants étaient arrachés du sein de leur mère, pour être envoyés en captivité ou, pris par les pieds, pour être battus contre le sol en présence de leur mère ou bien, tenus en l’air par les jambes, fendus en deux jusqu’à la tête. Et partout pouvait résonner ce verset : « Dixit inimicis incendere se fines meos, interficere infantes meos, et parvulos meos elisurum ad terram5. »

  • 6 Ville de l’Afrique du Nord, à 15 km de Tunis, fondée en – 813, selon Virgile par la reine Didon. El (...)
  • 7 Martyres d’Afrique, mortes en 203 à Carthage avec leurs compagnons Saturus, Saturninus, Revocatus, (...)

15I. 3. Les monuments qui, à cause de leur grandeur fastueuse, ne pouvaient être attaqués par le feu, ils les détruisaient en les démolissant, de sorte qu’il n’apparaît plus rien de l’antique beauté de bien des cités telles qu’elles étaient jadis, et que bien des villes sont soit entièrement désertées soit très peu habitées ; et à Carthage6 on voit que les arènes, les églises, la rue qu’on appelait De Cælestis et bien d’autres belles constructions ont été démolies. En outre, de nombre d’églises qu’ils ne détruisirent pas, telle la basilique où se trouvent les corps des saintes martyres Perpétue et Félicité7, ils firent des temples qu’ils consacrèrent à leur religion. Et partout où ils trouvaient quelque citadelle ou place fortifiée dont ils ne pouvaient s’emparer, ils massacraient quantité de gens dans les alentours, dont ils apportaient là les corps afin que les assiégés fussent par l’infection soit obligés de mourir soit contraints de se rendre.

  • 8 Pampinianus, évêque de Vita.
  • 9 Mansuetus, évêque d’Uruc, en Proconsulaire.
  • 10 La porte de la ville ouvrant sur la route de Furnos.

16On ne pourrait dénombrer combien de saints hommes d’église ont été par eux suppliciés et mis à mort. Parmi eux le vénérable Pampinianus8, évêque de notre ville, fut entièrement brûlé vif avec des lames de fer rougi. Et Mansuetus9 également fut brûlé devant la porte dite Furnitana10.

  • 11 Ancienne ville de Numidie sur la Méditerranée, colonie carthaginoise, puis romaine, Hippone fut ill (...)
  • 12 « Tant que le pécheur se tint devant moi, je me tus ». Voir Psaumes, XXXIX, 2-3.
  • 13 Une omission dans le texte de Machiavel après le mot « Évangiles » [atque tractaribus popularibus = (...)

17À la même époque la cité d’Hippone11 fut assiégée ; elle avait pour évêque saint Augustin, un homme digne des plus grands éloges pour son fleuve d’éloquence qui s’étendait sur tous les domaines de l’Église ; mais en ces temps d’adversité ce fleuve en arrivait à se tarir et la douceur de sa parole avait pris l’amertume de l’absinthe. Se vérifiait alors cette parole de David : « Dum consisteret peccator adversum me, obmutui12. » Il avait écrit jusqu’alors deux cent trente-deux livres, outre les innombrables épîtres qu’il avait rédigées – avec l’exposition du Psautier complet et des Évangiles13 – qu’on appelle ordinairement homélies et qui sont en nombre incalculable.

  • 14 La classe dirigeante, l’aristocratie en général : c’est-à-dire les notables et les riches clercs de (...)
  • 15 Valentinien III (Flavius Placidus Valentinianus), né à Ravenne en 419, mort près de Rome en 455, em (...)
  • 16 Odoacre, roi des Hérules (478-493). D’abord au service des Romains, il se révolta et déposa l’emper (...)

18I. 4. Est-il besoin d’en dire davantage ? Après bien des cruautés impies, Genséric prit d’assaut et enleva la belle et grande cité de Carthage, et asservit son antique, originelle et noble liberté en réduisant en esclavage tous ses sénateurs14. Il décréta avant tout que chacun devait lui apporter tout ce qu’il possédait d’or, de pierres précieuses et de riches parures ; et c’est ainsi que bientôt on dut se défaire des objets hérités de son père et de son grand-père. Il partagea entre ses soldats toutes les provinces conquises, se réservant les principales pour lui-même, et cela même si l’empereur Valentinien en défendit certaines, lesquelles furent par la suite quand même occupées par Genséric après la mort de l’empereur15. En ce temps-là il occupait l’Afrique tout entière ainsi que les îles qui se trouvent entre elle et l’Italie, comme la Sicile, la Sardaigne, Majorque et Minorque, qu’il occupa et tint avec son arrogance habituelle. Néanmoins il dut par la suite céder la Sicile à Odoacre, roi d’Italie16, se réservant quelque tribut. Une fois cette distribution faite, Genséric ordonna à tous les Vandales de chasser tous les évêques et tous les nobles de leurs propriétés et de leurs terres, ce qui fut fait en bien des endroits ; et nous avons appris et pu voir que quantité de nobles évêques et d’hommes honorables et illustres étaient devenus esclaves des Vandales.

  • 17 Saint Cyprien (Thascius Caecilius Cyprianus), écrivain latin chrétien et Père de l’Église (Carthage (...)

19I 5. À la même époque, l’évêque de la ville de Carthage, du nom de Quodvultdeus, en même temps qu’une foule d’autres clercs, furent dépouillés, embarqués sur des navires et chassés d’Afrique ; et ce n’est que grâce à la miséricorde de Dieu qu’ils purent arriver à Naples en Italie. Une fois effectivement chassés, leur église appelée Restituta, dans laquelle résidaient ordinairement les évêques, fut par Genséric consacrée à sa religion, et toutes les autres églises, aussi bien à l’intérieur de la ville qu’hors les murs, furent pillées ; en particulier deux grandes et belles églises élevées en l’honneur de saint Cyprien17, l’une sur le lieu où il fut martyrisé et mis à mort, l’autre où il fut enterré, dans un endroit qu’on appelle Mappalia.

  • 18 Le roi barbare Genséric.
  • 19 . Pour la désignation « lito massilitano » (Maxulitanum litus) on a pensé autrefois génériquement a (...)

20Qui pourrait sans larmes se rappeler de quelle manière ce cruel tyran ordonnait que les corps de nos saints fussent enterrés sans la moindre récitation de psaumes ni autre cérémonie religieuse ? Et pendant que tout cela se passait, les prêtres qui n’avaient pas encore subi l’exil de ces provinces qu’il avait distribuées décidèrent d’aller trouver le roi pour le supplier d’avoir pitié d’eux. C’est ainsi que, tous ensemble rassemblés, ils se rendirent devant le roi18, qui se trouvait sur le bord de mer de Maxula19, le suppliant de leur laisser, pour la consolation du peuple de Dieu, ne fût-ce que la possibilité de rester en Afrique et de mendier leur subsistance ; à quoi le roi leur répondit : « J’ai décidé de ne rien laisser subsister de votre nom et de votre race, et vous avez l’audace de me demander grâce ? » Et il voulut sur-le-champ les faire tous jeter à la mer, si ce n’est que ses barons le prièrent longuement de ne pas commettre ce crime. Tristes et accablés, c’est comme ils pouvaient et où ils le pouvaient qu’ils se mirent à célébrer les rites divins.

Notes

1 Victor, évêque de Vita – ville non identifiée de la Bizacène en Afrique – longtemps appelé « d’Utique » par erreur. Il a écrit vers l’an 486 une Histoire de la persécution des Vandales en cinq livres. Machiavel traduit ici, assez librement selon les habitudes de l’époque et sans doute aussi en fonction du texte dont il disposait, depuis le latin en italien, le début du livre I de son Historia persecutionis africanæ provinciæ.

2 Saint Victor de Vita dit écrire soixante ans après l’arrivée des Vandales en Afrique, si bien que le début de son texte peut être daté de 489 environ.

3 Le détroit de Gibraltar, entre la pointe de l’Espagne et le Maroc.

4 Comme dans une forêt, ils ont abattu ses portes à coups de hache ; par les haches et les pioches ils les ont jetées à bas ; ils ont brûlé par le feu ton sanctuaire ». Voir Psaumes, LXXIV, 5-7.

5 « Il dit à mes ennemis qu’ils incendieront mes territoires, massacreront mes jeunes gens et fracasseront par terre mes nourrissons ». Voir Judith, XVI, 4 ; II Rois, VIII, 12.

6 Ville de l’Afrique du Nord, à 15 km de Tunis, fondée en – 813, selon Virgile par la reine Didon. Elle fleurit vraiment après la décadence de Tyr, vers 550-450, puis fut au cœur des Guerres puniques. Deviendra le centre intellectuel et religieux de l’Afrique romaine puis chrétienne (en sont originaires Apulée, Tertullien, saint Cyprien, Arnobe, saint Augustin). Prise en 439 par les Vandales, reconquise en 534 par Bélisaire.

7 Martyres d’Afrique, mortes en 203 à Carthage avec leurs compagnons Saturus, Saturninus, Revocatus, Secundulus. La Passion de Perpétue et Félicité, récit en latin et en grec, est un des premiers exemples de passions de martyrs, précieux par sa qualité de témoignage contemporain des événements et son élévation spirituelle.

8 Pampinianus, évêque de Vita.

9 Mansuetus, évêque d’Uruc, en Proconsulaire.

10 La porte de la ville ouvrant sur la route de Furnos.

11 Ancienne ville de Numidie sur la Méditerranée, colonie carthaginoise, puis romaine, Hippone fut illustrée par saint Augustin, son évêque de 395 à 430. Assiégée sans succès par les Vandales (430-431), puis cédée à eux (442), elle fut détruite par les Arabes au VIIe siècle.

12 « Tant que le pécheur se tint devant moi, je me tus ». Voir Psaumes, XXXIX, 2-3.

13 Une omission dans le texte de Machiavel après le mot « Évangiles » [atque tractaribus popularibus = et les sermons populaires] fait que le reste de la phrase se rapporte aux « épîtres ».

14 La classe dirigeante, l’aristocratie en général : c’est-à-dire les notables et les riches clercs de la ville.

15 Valentinien III (Flavius Placidus Valentinianus), né à Ravenne en 419, mort près de Rome en 455, empereur romain de 425 à 455. Fils de Constance III et de Galla Placidia, il fut placé sur le trône d’Occident par Théodose II à l’âge de six ans et laissa gouverner l’empire par sa mère et un de ses généraux, Aetius, qu’il assassina en 454. C’est pourquoi l’empire se morcela : les Barbares s’emparèrent de la Bretagne, de la Gaule et de l’Espagne, et les Vandales de l’Afrique.

16 Odoacre, roi des Hérules (478-493). D’abord au service des Romains, il se révolta et déposa l’empereur Romulus Augustule (476) dont il tua le père, Oreste. Maître de l’Italie, il renvoya les insignes impériaux à Zénon, empereur d’Orient, rétablissant ainsi l’unité de l’Empire. Ce dernier, inquiet de sa puissance croissante, lança contre lui Théodoric le Grand qui l’assiégea dans Ravenne (490-493) et l’assassina.

17 Saint Cyprien (Thascius Caecilius Cyprianus), écrivain latin chrétien et Père de l’Église (Carthage, début iii e s. – Carthage, 258). Évêque de Carthage en 248, il dut se cacher lors de la persécution de Dèce (250-251), prêcha l’indulgence en faveur des chrétiens qui avaient abjuré, mourut martyrisé en 258.

18 Le roi barbare Genséric.

19 . Pour la désignation « lito massilitano » (Maxulitanum litus) on a pensé autrefois génériquement au bord de mer, et à tort à la partie de la côte méditerranéenne habitée par les Massyles, à l’ouest, en Numidie. Mais il est acquis désormais que cette désignation de lieu renvoie très précisément à un site alors résidentiel de la presqu’île de Carthage, Maxula, aujourd’hui Radès, sur le rivage du cordon littoral qui sépare de Carthage le lac de Tunis.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540