Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits littéraires en prose

 | 
Nicolas Machiavel

Écrits littéraires en prose

Portraits de quelques Florentins

Texte intégral

1Ces portraits de divers personnages florentins portent le titre original de Nature di uomini fiorentini. Ils ont été attribués, de manière concordante par deux études de la graphie des écrits de Machiavel, aux années 1506-1508. Ils s’intègrent dans l’intérêt constant montré par Machiavel pour les hommes, les hommes de valeur, et constituent déjà des sortes de compléments ou d’approfondissements à l’analyse que Machiavel donnera plus tard de l’histoire de Florence.

2De tels portraits de personnages mettent en lumière, à travers diverses personnalités politiques florentines, une évaluation de la nature humaine, de sa capacité à influer sur la politique, sur l’histoire, sur le monde. La topique du portrait proprement dite y est d’ailleurs mise à l’écart, ou du moins profondément adaptée aux intérêts de l’auteur. En effet, toute descriptio superficialis est absente, jugée inutile pour définir ou illustrer les caractères. Seul le vague schéma de la mythologie du héros peut transparaître parfois d’une enfance cachée avant l’épiphanie héroïque. Globalement très élogieux, ces portraits n’offrent aucune indication physique et ne développent qu’une descriptio intrinseca, ne s’attachant qu’aux caractères de la nature humaine, pour éclairer compétences et capacités relativement aux nécessités politiques de la cité.

3Ils livrent surtout un aperçu de la relation – telle que la voit Machiavel, variable et mouvementée – entre le citoyen et sa cité, entre le patriote et sa patrie, entre l’homme et l’État. Ils rappellent ainsi le paragraphe d’ouverture du Discours sur le sujet de notre langue, d’un homme qui se présente comme viscéralement attaché à sa cité.

4Le premier portrait présente un homme, par son ascendance, ses qualités, sa réussite personnelle et ses actions d’abord sous un jour ambivalent, avant de mettre en évidence l’action d’un jour qui rachète tout, action ponctuelle héroïque qui en fait un exemple lumineux, le héros de la patrie.

5Du second personnage, Machiavel rappelle en premier lieu le rejet subi par sa patrie qui a exilé sa famille, puis présente son caractère aristocratique et ambitieux qui le détournera du commerce au profit du métier des armes et de la politique : deux domaines où il excellera jusqu’à conquérir les plus grands honneurs à Florence. Toutes ses vertus – compétence, sagacité, courage, rectitude, exigence, libéralité et abnégation – étaient mises au service de la gloire de sa patrie, laquelle sut les reconnaître au moment où elle en avait le plus besoin, et hautement les récompenser.

6Le portrait suivant est double et très bref. Après avoir été, l’un exilé par le gouvernement précédent, l’autre méconnu, les deux hommes de qualité et de mérite ont été récompensés par la juste nomination à une charge à la hauteur de leurs capacités, sous le régime autoritaire de Savonarole.

7Le dernier portrait enfin, est celui d’un homme politique au plus haut point fidèle à sa cité pendant tout le temps où il fut aux affaires, injustement haï par ses concitoyens qui n’ont pas su le reconnaître, fidèle à sa cité jusqu’au point de prendre la défense du gouvernement précédent déchu.

8Ce sont donc des hommes dont Machiavel veut présenter la compétence et la fi délité à la patrie développées en dehors de tout parti-pris et de toute affiliation politiques.

PORTRAITS DE QUELQUES FLORENTINS

Piero de Gino Capponi

  • 1 Famille d’hommes politiques florentins : Piero Capponi (1446-1496). Son grand-père Neri (1388-1457) (...)

9Mourut donc Piero Capponi, un homme fort réputé à travers les vertus de son aïeul et de son bisaïeul1. La bonne opinion qu’on avait d’eux, ternie par son père, il sut la regagner grâce à son courage et à son éloquence, deux qualités dont il se prévalait grandement. Il fut néanmoins inégal dans ses actions, à tel point que Laurent de Médicis, lorsqu’il parlait de lui, disait que Piero lui rappelait tantôt son père, tantôt son aïeul.

10Sa bonne fortune ne fut pas moins inégale que lui-même, car quelle que fût la situation politique, il fut de diverses manières tantôt élevé par la fortune, tantôt rabaissé.

  • 2 En novembre 1494, alors que, envahie par les Français, Florence négociait les conditions de sa capi (...)
  • 3 Marcus Furius Camillus, général romain, tribun puis dictateur, parvint à chasser les Gaulois qui s’ (...)

11On peut le louer pour, entre autres choses, avoir été le seul à tenir bon quand tous les autres citoyens avaient abandonné, lorsqu’il déchira à la face du roi ces clauses qui ôtaient la liberté à sa patrie2, et cela sans se laisser impressionner par l’insolence et la puissance des Français, ni par la lâcheté de ses compatriotes. Ce n’est que grâce à lui que Florence put éviter de vivre esclave des Français, tout comme grâce à Camille Rome put éviter de se trouver rachetée auprès d’eux3.

Antonio Giacomini, lorsqu’il fut élu Commissaire4

  • 4 Antonio Giacomini Tebalducci (1456-1518). La fonction de commissaire à Florence est une magistratur (...)
  • 5 Très probablement Luca Pitti (1398-1472), allié de Piero de Médicis entre 1464 et 1469.
  • 6 Pierre ier, dit le Goutteux (1414-1469), fils de Côme l’Ancien auquel il succéda en 1464, et père d (...)
  • 7 Roberto Sanseverino (1418-1487) fut un condottiere célèbre au XV e siècle, au service de Francesco (...)

12Son enfance, il l’a vécue en relégation avec son père chassé hors de la ville par le parti de messire Luca5 et de Pierre de Médicis l’ancien6. Son père, retiré dans sa villa de campagne, l’envoya à Pise se former au commerce, activité que toute la noblesse de Florence exerce comme la plus rentable et donc la plus prisée dans leur patrie. Il n’y resta pas bien longtemps car, tourné vers de plus grandes ambitions, il choisit de demeurer dans les cours princières et c’est auprès du seigneur Roberto da Sanseverino7, alors le plus grand capitaine d’Italie, qu’il passa une partie de sa jeunesse.

  • 8 Homme politique florentin (mort en 1498), ardent partisan du régime de Savonarole. Voir le dernier (...)
  • 9 Le Peuple n’est pas la plèbe, humble population rurale et prolétariat urbain, et n’est pas non plus (...)

13Rentré à Florence peu avant 1494, il fut, pour ses qualités, introduit pour la première fois aux affaires publiques par Francesco Valori8. Il montra de telles capacités lors des premières missions qui lui furent confiées qu’on l’estima par la suite digne de tâches toujours plus importantes ; si bien que le Peuple9 lui confia toutes les charges, aussi bien intérieures qu’extérieures, dont on honore en fonction de son âge tout honnête citoyen.

14Antonio était, plus que tout autre citoyen florentin, particulièrement expert dans les choses de la guerre ; prudent dans les décisions à prendre, mais déterminé dans leur exécution ; ennemi des méchants et des lâches, il aimait et récompensait les bons et les valeureux ; intransigeant dans la préservation de la grandeur publique, mais, chose admirable et rare, extrêmement généreux de son propre bien comme extrêmement respectueux de celui d’autrui. Et lorsqu’il était à la tête d’une troupe armée ou d’un territoire, il exigeait de ses subordonnés l’obéissance absolue, et n’avait aucune indulgence pour l’indiscipline. Dans la vie privée il était sans parti pris et sans ambition aucune ; et dans la vie publique il n’était soucieux que de la gloire de la cité, et qu’elle fasse parler d’elle. En peu de temps, face à de telles qualités, le Peuple de Florence pensa ne pouvoir, sous aucune autre direction que la sienne, ni triompher de ses ennemis ni leur résister ; aucune haute entreprise exigeant courage ou comportant danger ne pouvait être pour un autre que lui, et personne n’acceptait cela plus volontiers que lui. Aussi sa renommée grandit-elle non seulement à Florence mais également dans toute la Toscane. Et c’est ainsi que, auparavant inconnu et obscur, Antonio acquit une grande réputation dans cette ville où tous les autres citoyens illustres et réputés avaient perdu la leur.

Messire Cosimo de’ Pazzi et messire Francesco Pepi, nommés ambassadeurs auprès de l’Empereur

  • 10 Lors de la venue en Italie, en 1496, de Maximilien Ier, alors que le souverain cherchait à s’allier (...)
  • 11 Cosimo de’ Pazi (1466-1513). D’une puissante famille guelfe de Florence, rivale des Médicis, dont l (...)
  • 12 Francesco Pepi a enseigné le droit à Florence. Prieur de 1492 à 1495, il fut aussi membre des Dix e (...)
  • 13 Le nouveau régime, celui de Savonarole, après que fut chassé de Florence Pierre II de Médicis en 14 (...)

15Furent choisis comme ambassadeurs10 messire Cosimo de’ Pazzi11, évêque d’Arezzo, et messire Francesco Pepi12, jurisconsulte, des hommes non seulement nobles, titrés et sages, mais en qui le nouveau régime13 avait une grande confiance : ainsi avait-on rendu à l’un sa patrie, à l’autre sa condition et, de simple légiste qu’il était, on l’avait appelé à cette responsabilité qui dans une société de libertés ne pouvait lui être refusée, compte tenu de ses grandes qualités.

Francesco Valori

  • 14 Homme politique florentin, quatre fois élu gonfalonier de justice. Chef laïque du parti savonarolie (...)

16La fin de Francesco Valori14 fut indigne de sa vie passée et de sa valeur citoyenne, car jamais sa patrie ne posséda citoyen qui désirât davantage son bien ni qui en fût plus ardent et plus acharné défenseur. C’est ce qui le rendit haïssable aux yeux de beaucoup, car beaucoup ignoraient son patriotisme, et ceux qui lui en voulaient personnellement se mirent en tête de l’assassiner. Et qu’il ait eu un cœur et un esprit citoyens, en témoigne le fait que, bien qu’ayant toujours été au pouvoir, il est mort sans le sou, à tel point que ses descendants refusèrent son héritage. En témoigne encore le fait qu’il n’a jamais été en rien à l’origine du moindre bouleversement politique, mais qu’il a toujours été au contraire le ferme défenseur des statuts en vigueur dans la cité. Et il ne fut pas responsable de la chute de l’État médicéen, qu’il défendit après la mort de Laurent contre ses détracteurs. Il ne fut pas non plus peu actif à la consolidation de l’État libre : tous les dispositifs de protection et toutes les institutions qui le caractérisent, on doit reconnaître qu’ils sont dus à son courage et à son obstination.

Notes

1 Famille d’hommes politiques florentins : Piero Capponi (1446-1496). Son grand-père Neri (1388-1457), alter ego et rival de Côme de Médicis (Machiavel, Histoire de Florence, VI, 6), et son arrière grand-père Gino (1350-1421), resté célèbre pour son action lors de la conquête de Pise en 1406 (loc. cit.).

2 En novembre 1494, alors que, envahie par les Français, Florence négociait les conditions de sa capitulation, Piero Capponi, un des quatre négociateurs florentins, refusa les exigences sévères du roi de France et déclara Florence prête à se battre. Charles VIII dut céder. Pour compléter le portrait de Piero Capponi par Machiavel, voir Machiavel, Les Décennales, I, 25-39 ; Machiavel, Histoire de Florence, VIII, 14.

3 Marcus Furius Camillus, général romain, tribun puis dictateur, parvint à chasser les Gaulois qui s’étaient emparés de Rome en-390, en battant le chef gaulois Brennus, alors que Rome était sur le point de racheter sa liberté à prix d’or. Voir Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, II, 30.

4 Antonio Giacomini Tebalducci (1456-1518). La fonction de commissaire à Florence est une magistrature extraordinaire destinée à affronter une situation d’urgence, souvent militaire. Chassé enfant de Florence avec son père au lendemain de la mort de Côme de Médicis, Antonio sera par la suite, entre 1498 et 1505, l’un des plus prestigieux commissaires de guerre florentins, intermédiaire entre le pouvoir de la cité et ses différents chefs des opérations militaires, appelé à contrôler leurs choix et leurs actions. Il sera évoqué élogieusement dans les Discours de Machiavel (I, liii et III, xvi).

5 Très probablement Luca Pitti (1398-1472), allié de Piero de Médicis entre 1464 et 1469.

6 Pierre ier, dit le Goutteux (1414-1469), fils de Côme l’Ancien auquel il succéda en 1464, et père de Laurent le Magnifique.

7 Roberto Sanseverino (1418-1487) fut un condottiere célèbre au XV e siècle, au service de Francesco Sforza, puis de Ludovic le More, et Capitaine général de Venise. Maintes fois évoqué par Machiavel dans son Histoire de Florence (VII, 27 ; VIII, 13 et suiv.) et dans Le Prince (XII).

8 Homme politique florentin (mort en 1498), ardent partisan du régime de Savonarole. Voir le dernier portrait.

9 Le Peuple n’est pas la plèbe, humble population rurale et prolétariat urbain, et n’est pas non plus le plus grand nombre opposé à l’élite socioéconomique. Au sens historiquement marqué, c’est la part de la population avec ou sans noblesse qui constitue l’aristocratie, à majorité constituée de la haute et moyenne bourgeoisie, aisée et politiquement structurée.

10 Lors de la venue en Italie, en 1496, de Maximilien Ier, alors que le souverain cherchait à s’allier avec Florence, ils furent choisis, après le refus de deux autres personnages pressentis, pour signifier à Maximilien que leur ville ne souhaitait pas entrer dans la ligue contre les Français.

11 Cosimo de’ Pazi (1466-1513). D’une puissante famille guelfe de Florence, rivale des Médicis, dont les membres conspirèrent contre Julien et Laurent en 1478. Évêque d’Arezzo puis de Florence.

12 Francesco Pepi a enseigné le droit à Florence. Prieur de 1492 à 1495, il fut aussi membre des Dix en 1495 (et 1509), puis ambassadeur à Rome en 1502 et 1506.

13 Le nouveau régime, celui de Savonarole, après que fut chassé de Florence Pierre II de Médicis en 1495.

14 Homme politique florentin, quatre fois élu gonfalonier de justice. Chef laïque du parti savonarolien, en qualité de gonfalonier, il eut une influence dominante pendant les quatre premières années qui suivirent la chute des Médicis (1494-1498), et Machiavel dans les Discours dit qu’il était alors « comme le prince de la cité » (I, 7). Il fut tué en avril 1498 lors de l’émeute qui aboutit à la chute de Savonarole.

© UGA Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540