Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Autonomie écossaise

 | 
Keith Dixon

La défaillance écossaise

Cairns Craig

Texte intégral

  • 1 Grigor M. et B., « Scotch Myths : An Exploration of Scotchness », 1981. Dans l’introduction au cat (...)
  • 2 MacArthur C., Scotch Reels, Londres, British Film Institute, 1982.
  • 3 The Bulletin of Scottish Politics, vol. 1, no 2, printemps 1981, p. 56-86.

1Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, la culture écossaise a donné lieu à une véritable chasse aux mythes. Les spécialistes se sont mis en quête des origines de certaines représentations considérées comme erronées alors même qu’elles étaient perçues à l’étranger comme caractéristiques de la culture écossaise. On a dénoncé les conceptions « dominantes » de la culture écossaise comme autant de fictions destinées à occulter la réalité de la nation telle que la vivait le peuple au quotidien ; ces conceptions ont été remises en cause de diverses façons : dans des expositions (« Scotch Myths » de Murray Grigor1), des livres (Scotch Reels de Colin MacArthur2) ou des articles (voir par exemple toute la série d’articles publiés dans The Bulletin of Scottish Politics, no 23.

  • 4 Nairn T., The Break-up of Britain, Londres, Verso, 1981.
  • 5 Trevor-Roper H., « The Highland Tradition of Scodand », dans The Invention of Tradition, Eric Hosb (...)
  • 6 Voir, par exemple, Prebble J., The King’s Jaunt : George IV in Scotland, August 1822, Londres, Col (...)
  • 7 Dans The Bulletin of Scottish Politics, vol. 1, no 2, Lindsay Paterson écrit, par exemple : « La d (...)

2À la base de cette opération de déconstruction on trouve des ouvrages comme The Break-up of Britain4 dans lequel Tom Nairn analyse les échecs de la culture écossaise, ou l’étude de Hugh Trevor Roper sur l’invention du kilt dans The Invention of Traditions5 ou encore les différentes publications traitant de la célèbre invention par Walter Scott d’un monarque « scotticisé » lors de la visite de George IV en Écosse en 1822.6 Toutes ces analyses convergentes affirmaient, dans l’ensemble, que depuis deux cents ans (depuis les poèmes d’Ossian de Macpherson jusqu’à l’émission de télévision The White Heather Club d’Andy Stewart) l’« identité écossaise » n’était qu’un amalgame d’anecdotes fictionnelles, d’histoires fausses et de contrevérités historiques. Loin d’être une nation, historiquement ou potentiellement, l’Écosse était une entité politique et intellectuelle totalement schizophrénique, trompée par les images mythiques et illusoires de sa propre identité jusqu’à concevoir une conscience sentimentale de sa différence par rapport au reste du monde en porte-à-faux avec les réalités de l’expérience vécue. La démystification des mythes allait, selon ces auteurs, rendre l’Écosse aux Écossais : la correction des distorsions qui jusque là entravaient toute action politique, allait permettre aux Écossais d’affronter les défis posés par leur véritable environnement et ce processus commencerait par l’acceptation de l’échec fondamental de leur culture.7

  • 8 La lecture qu’Alasdair MacIntyre fait de David Hume est particulièrement représentative de ce phén (...)

3Peu des grands artistes et écrivains écossais et aucun des moins grands n’ont résisté à cette analyse : les portraits par Raeburn des chefs des Highlands ont contribué à l’élaboration de la notion de tartanry, les romans de Walter Scott présentent une vision fausse et rétrograde de l’Écosse, occultant la véritable histoire de son époque ; John Galt a été l’initiateur du sentimentalisme provincial de l’« école du jardin potager » (Kailyard school) qui a inspiré les écrivains de la fin du xixe siècle ; l’utilisation par Robert Burns de la culture populaire a conduit au sentimentalisme bucolique de la poésie en langue écossaise du xixe ; même les quelques sommités qui ont adopté un mode d’écriture « international » (comme David Hume et Adam Smith) ont été accusées d’avoir, du fait même de leur résistance aux traditions locales, désagrégé le psychisme écossais, vouant leurs successeurs à l’échec.8 La culture de l’Écosse n’était donc qu’un potentiel non abouti ; les plus grands auteurs n’étaient tous, d’une manière ou d’une autre, que des génies manqués ; les meilleurs réalisations, aussi bonnes fussent-elles, ne l’étaient jamais suffisamment pour ne pas être accusées de contribuer aux mensonges sentimentaux entretenant la fausse image que la nation avait d’elle-même.

4Lorsque l’on considère l’analyse qui a été faite de la culture écossaise jusqu’à la fin des années quatre-vingt, il apparaît de façon frappante que même les auteurs qui se sont attachés à rechercher et à célébrer les réalisations écossaises du passé, l’ont fait sur un arrière-fond de déclin et d’échec inévitables. David Craig par exemple, dans Scottish Literature and the Scottish People, 1680-1830, présente le passé de l’Écosse comme une réalisation faussée, fruit des effets destructifs des conflits internes et de l’arriération, vouée à l’échec :

  • 9 Craig D., Scottish Literature and the Scottish People, Londres, Chatto and Windus, 1961, p. 287. C (...)

Après le déclin de l’Édimbourg de l’époque de The Review et de Scott, l’Écosse n’a plus de classe littéraire locale qui puisse être considérée comme représentative des grands esprits de la société.9

  • 10 Davie G., The Democratic Intellect, Edinburgh University Press, 1961.

5Dans The Democratic Intellect10, un ouvrage qui a lui-même atteint un statut presque mythique dans la culture écossaise moderne, George Davie s’attache lui aussi à l’étude de l’échec du concept qu’il considère comme essentiel à la distinction culturelle écossaise. C’est justement Davie qui attribue l’échec de la culture écossaise non pas à quelque problème systémique inhérent à l’expérience écossaise ou aux accidents de l’évolution historique mais à une « défaillance », un manque d’audace.

  • 11 Ibid., p. 3 37.

Il y a eu une défaillance, un manque d’audace intellectuelle de la part des Ecossais [...]. Les universités écossaises, dans leur désir de participer à la mode impériale des réceptions et des célébrations officielles ont soudainement tourné le dos au cortège des personnalités locales dont la mémoire avait jusque là, inspiré la longue aventure de l’esprit démocratique. Un oubli général a alors englouti tous les héros de la culture écossaise depuis l’époque de la Renaissance et de la Réforme [...]. Ainsi, au moment précis où les pays voisins s’intéressaient de plus en plus à leur histoire, les Écossais perdaient le sens de leur passé ; leurs principales institutions, y compris les universités, se déclaraient farouchement résolues à « ne plus être prisonnières de leur propre histoire » pour reprendre une expression en vogue dans l’Ecosse du début du xxe siècle.11

  • 12 Davie G., The Crisis of the Democratic Intellect, Édimbourg, Polygon, 1986.

6Pour Davie, l’échec de la tradition de l’esprit démocratique n’est ni l’aboutissement inévitable de processus historiques ni la conséquence obligée d’intérêts propres à certains groupes de la société : en parlant de « défaillance », Davie implique qu’une autre voie aurait pu être suivie si les parties en présence n’avaient pas flanché dans l’adversité, ne s’étaient pas résignées à une issue qui n’était pas inéluctable. Avec un peu plus d’audace, les traditions écossaises auraient pu être conservées au xxe siècle. Le volontarisme de cette position est bien sûr accablant pour ceux qui ont échoué à ce divins ; le droit des paroissiens à exercer cette conscience en décidant eux-mêmes de la personne qui serait leur ministre du culte a constitué le principal problème à l’origine de la division de l’Église d’Ecosse et de la rupture de 1843. C’est l’une des nombreuses et profondes désunions qui ont épuisé les énergies de l’Ecosse du xviiie siècle par la dispute et l’amertume partisane, d’ailleurs caractéristiques de la race, pour en arriver à imposer un idiome d’une monotonie abrutissante sur le plan religieux, politique ou poétique, une partialité d’une inhumanité extrême, dans le cadre desquelles les positions se définissaient davantage par la violence des oppositions que par des valeurs positives. » test d’« audace », mais il est en même temps libérateur pour les générations qui suivent. La tradition perdue par la lâcheté d’une génération peut être reconquise par le courage d’une autre ; un raffermissement intellectuel pourrait permettre de récupérer ces valeurs perdues puisque justement leur perte n’avait rien d’inévitable. C’est d’ailleurs l’idée centrale d’un autre livre de Davie, The Crisis of the Démocratie Intellect.12 Dans cet ouvrage, il montre comment les débats qu’il avait, dans son livre précédent, déclarés clos à la fin du xixe siècle se sont, en fait, poursuivis jusqu’aux années vingt, et il suggère que le courage de certains n’a pas flanché dans la première de ces périodes, même s’il allait flancher dans la seconde.

  • 13 Voir à ce propos ma propre analyse « Fearful Selves : Character, Community and the Scottish Imagin (...)

7Il y a deux points à préciser sur la façon dont Davie conçoit l’échec écossais. D’abord sa conception subordonne la réussite d’une culture à la force psychologique de son intelligentsia, laissant complètement de côté la culture « populaire » de la nation ; ensuite, sa terminologie fait appel à une longue tradition de l’écriture dans laquelle « la crainte » apparaît comme un élément fondamental de l’expérience écossaise. Dans la culture laïcisante de la fin du xixe siècle, « la crainte de Dieu » des calvinistes s’est transformée en une morale séculière se définissant surtout en terme de crainte. La « défaillance » du pays en cette fin du xixe siècle n’est que la généralisation d’un phénomène que l’on retrouve dans de nombreux romans de l’époque, The Master of Ballantrae de Stevenson par exemple ou encore The House with the Green Shutters de Douglas Brown.13 Ce dernier livre dépeint justement l’expérience écossaise sous la forme d’une société déchirée par la peur dans laquelle les personnages principaux sont jugés en fonction de leur incapacité à maîtriser leur lâcheté. En attribuant l’échec de la culture écossaise dans son ensemble à une cause semblable, Davie établit un leitmotiv qui sera par la suite repris dans de nombreuses analyses historiques.

8Ainsi Marinell Ash, dans son étude des traditions écossaises, impute leur déclin aux mêmes causes que Davie :

Pourquoi, malgré l’immense influence de Scott sur les historiens de l’Europe du xixe siècle, l’histoire écossaise s’est-elle si grossièrement fourvoyée dans la seconde moitié de ce siècle ? C’est en Ecosse qu’il faut chercher la réponse à cette question. De nombreux historiens ont souligné que de spécifiquement écossaise, la société était passée vers le milieu du xixe siècle à une société (ou à plusieurs sociétés) d’orientation britannique, voire impériale. Pourtant cette époque où l’Ecosse cessait d’être une entité distincte, confiante en sa propre spécificité est aussi l’époque où l’on a commencé à dénoncer les pièges sentimentaux du passé. C’est un paradoxe supplémentaire dont les symboles sont la chère Ecosse des bens et des glens, les cabanes de berger dans la brume, les Jacobites, Marie reine d’Ecosse, la tartan mania et le développement de la statuaire historique.

  • 14 Ash M., The Strange Death of Scottish History, Édimbourg, Ramsay Head Press, 1980, p. 10.

Il y a eu une défaillance historique.14

9Cette « défaillance historique » correspond à une incapacité à entretenir un véritable savoir historique et à voir dans le passé autre chose qu’un mythe. L’histoire était là, ne demandant qu’à être comprise, les outils pour le faire étaient là mais l’intelligentsia a failli. Allan Massie a recours à une explication similaire dans son analyse du roman écossais du xixe siècle :

  • 15 Massie A., recension de Francis Hart, The Scottish Novel, The London Magazine, octobre 1979.

De deux choses l’une : soit les romanciers écossais du xixe siècle ne se jugeaient capables que de traiter des scènes de la vie rurale, soit ils étaient attirés par les histoires d’amour au décor plus prestigieux parce qu’appartenant au passé. Il n’est pas [...] injuste de voir là une défaillance, à la fois un manque d’audace et d’imagination [...]. Cela pose un problème que personne en Ecosse n’a pu résoudre de façon satisfaisante. Comment écrire sur une société d’emprunt15

10D’après Massie, les écrivains écossais auraient pu écrire différemment, ils auraient pu être plus compétents, être moins attirés par le factice si, une fois encore, l’audace ne leur avait pas fait défaut, s’ils n’avaient pas capitulé devant les mythes qui faisaient de l’Ecosse une illusion. On a donc, à chaque fois, l’évocation d’une histoire parallèle en comparaison de laquelle la réalité de l’histoire de l’Ecosse apparaît déficiente ; cette contre-hypothèse n’est cependant pas simplement suggérée rétrospectivement par l’exégète, elle est présentée comme une réalité qui aurait pu se concrétiser si les personnes concernées n’avaient pas failli. L’authentique histoire de l’Ecosse est celle qui aurait existé avec un peu d’audace ; son histoire factuelle n’est donc pas seulement voilée d’un faux prestige de passés truqués, elle est, elle-même, une histoire truquée, la représentation « d’emprunt » d’une réalité et non la réalité elle-même.

11L’hypothèse de la « défaillance » qui aurait affecté l’évolution de la culture écossaise n’est qu’une facette d’une problématique plus large selon laquelle la culture écossaise ne peut se comprendre qu’en fonction de ce qui ne s’est pas passé et non en fonction de ce qui s’est effectivement passé. C’est une idée qui a été développée récemment par Colin Kidd dans son ouvrage Subverting Scotland’s Past. Il s’attache d’abord à comprendre non pas ce qui s’est passé en Ecosse mais ce qui ne s’est pas passé :

  • 16 Kidd C., Subverting Scotland’s Past : Scottish Whig Historians and the Creation of an Anglo-Britis (...)

Cette facile acceptation d’idéaux anglais par la culture politique écossaise est très probablement liée au vide idéologique qui caractérise l’histoire moderne de l’Ecosse et dont les causes posent d’ailleurs un second problème historique dans le cadre de cette étude. Au xixe siècle, les Écossais, au contraire des Irlandais, des Italiens, des Hongrois, des Polonais et de la plupart des autres nations d’Europe privées d’autonomie politique effective, sont passés à côté d’un véritable nationalisme « romantique ». Le mouvement nationaliste qui s’est effectivement développé plus tard, dans la seconde partie du siècle, est resté le parti d’une minorité.16

12Colin Kidd impute ensuite ce « vide » à une sorte d’équivalent de la « défaillance », ce qu’il appelle la « dissolution de la confiance historique écossaise au xixe siècle » (SSP, p. 7). La nation a perdu confiance en son propre passé, a perdu le contact avec son propre passé et s’est soumise à des constructions de son identité plus anglo-britanniques que scoto-britanniques. Il faut bien chercher l’explication de cette dissolution dans des causes psychologiques de ce genre puisqu’il apparaît que l’Ecosse était, de fait, l’un des pays d’Europe les plus riches en matériaux favorables à l’épanouissement d’un « nationalisme romantique ».

En 1689, les whigs écossais disposaient de tous les ingrédients dont les intellectuels européens allaient, un siècle et demi plus tard, se servir pour créer les mouvements nationalistes. Les Écossais formaient une « nation historique », ils avaient dans l’histoire une place en tant que communauté politique indépendante et viable, au contraire de bien d’autres « nations potentielles » d’Europe, qui encore soumises à des empires dynastiques pluri-ethniques étaient en mal d’un passé historique dont elles pussent être hères et furent contraintes de recourir aux contrefaçons et aux gloires inventées d’intellectuels du xixe siècle pour construire leur nationalisme. En tant que vieille nation bien établie, l’Écosse disposait également d’un discours politique de tradition éminemment ethnocentrique dans lequel étaient clairement définis pour les whigs écossais les notions d’indépendance nationale et de liberté constitutionnelle par rapport aux rots tyranniques. Les chroniqueurs, les humanistes et les archéologues de l’Écosse du haut Moyen Âge et du début de l’époque moderne avaient créé une formidable idéologie de la nation écossaise qui aurait pu, telle quelle, nourrir un nationalisme libéral à venir et dans l’intervalle entretenir une solide identité whig. (SSP, p. 28, 29)

13Puisque tous les éléments nécessaires étaient réunis et accessibles, l’absence de concrétisation politique et culturelle ne peut donc être attribuée qu’à quelque défaut essentiel de l’élite intellectuelle écossaise qui n’a pas été en mesure de construire sur ces fondements et a préféré s’aligner sur les idéaux et le passé anglais. C’est ainsi que le passé de l’Ecosse a perdu toute signification par rapport au présent :

Le passé de l’Écosse est resté vivant et spécifique mais il a été dépossédé de toute signification idéologique. Tandis que la menace des Jacobites s’éloignait, le sous-genre de l’histoire des Stuart a perdu son rôle partisan pour ne survivre que sous la forme d’une historiographie stérile au service de la couleur locale et du romantisme. (SSP, p. 210)

14Cette déperdition marque de façon définitive l’échec de la culture dans son ensemble. Le problème n’est cependant pas propre à l’Ecosse, il s’agit d’un débat qui concerne la culture du xixe siècle en général et dans lequel le nationalisme joue un rôle fondamental. Il apparaît, en effet, que pour éviter l’échec, toute culture devait impérativement s’affirmer en tant qu’entité nationale et imposer la signification idéologique de son passé national. C’est un raisonnement qui repose sur une conception normative de la culture du xixe siècle à laquelle ne satisfait pas la culture écossaise ; c’est un raisonnement qui tourne en rond : la culture écossaise est défaillante ; son échec est imputable à son incapacité à produire un nationalisme romantique ; l’absence de nationalisme romantique prouve sa défaillance. On en conclut implicitement qu’il n’y a pas d’autre moyen de comprendre la culture écossaise : il faut nécessairement partir de son échec et on ne peut juger de sa réussite que par rapport à ce modèle imposé. On pourrait cependant arriver à des conclusions bien différentes en cessant d’utiliser des critères tout à fait inadaptés à la société considérée. C’est ce qu’explique succinctement Graeme Morton :

  • 17 Morton G., thèse non publiée, Université d’Édimbourg.

Il est peu pertinent de juger l’Ecosse en terme d’Etat-nation potentiel dans la mesure où cette question ne se posait guère à l’époque. L’État victorien n’était pas centralisé par nature. Une campagne pour un État écossais de type Westminster (c’est-à-dire centralisé) eût été en complète contradiction avec les idées de l’époque. Le nationalisme écossais, le sous-nationalisme culturel écossais et la culture écossaise, à supposer qu’il soit possible de les distinguer au xixe siècle, doivent se comprendre par référence à une bourgeoisie qui avait tous les pouvoirs nécessaires pour gouverner sa propre société [...]. Nationalisme et politique pouvaient parfaitement être menés de front par la bourgeoisie écossaise au niveau local.17

15D’où vient donc cette idée de « défaillance » de la culture écossaise ? De façon peut-être paradoxale, c’est une idée développée par la génération qui a cherché à réaffirmer l’identité écossaise après la Première Guerre mondiale, la génération de la « Renaissance écossaise ». Selon de nombreuses analyses de l’Ecosse moderne, c’est cette génération héroïque qui, par ses efforts, a rendu possible le renouveau d’une culture écossaise moderne et authentique et a sauvé l’Écosse après l’échec de la culture du xixe siècle. Dans une certaine mesure, cela n’a pu se faire que par l’engagement effectif de ces écrivains dans un mouvement nationaliste qui a redonné une dimension politique à leurs activités culturelles. Ce qui est cependant frappant, c’est que le sauvetage de la culture nationale ne s’est pas fait en mobilisant le passé du pays dans un élan nationaliste vers la construction d’une identité nationale renouvelée mais au contraire en déniant à la culture passée tout rôle dans ce renouveau. Le nationalisme du mouvement de la Renaissance écossaise est très problématique dans la mesure où il a précisément cherché à reléguer une bonne part des grandes réalisations culturelles du passé dans la catégorie de l’histoire truquée, une histoire réalisée mais non conforme à la véritable signification de l’identité écossaise.

  • 18 MacDiarmid H., Contemporary Scottish Studies, Édimbourg, The Scottish Educational Journal, p. 31 ; (...)

16Pour beaucoup, la culture moderne écossaise doit son existence à Hugh MacDiarmid, figure créatrice exceptionnelle de ce mouvement de la Renaissance écossaise, qui a marqué par son œuvre originale et son souffle polémique non seulement ses contemporains mais aussi les générations suivantes d’auteurs écossais. L’idée de la « renaissance » pose cependant problème s’il faut la relier à MacDiarmid car si ce dernier souhaitait une renaissance de la culture écossaise, ce n’était certainement pas une renaissance qui préserve ou revitalise beaucoup d’éléments du passé. S’il est presque toujours vrai que les nationalistes sont attachés à la transformation d’une nation préexistante en fonction d’un certain idéal, il est, en revanche, bien rare que les nationalistes souhaitent se débarrasser des grandes figures de leur histoire nationale surtout lorsqu’il est possible de leur prêter des sympathies nationalistes. Avec MacDiarmid, la Renaissance écossaise correspondait davantage à la naissance d’une scotticité toute neuve qu’à la renaissance d’une scotticité ancienne ; s’il s’agissait de retrouver une scotticité passée, cela devait se faire en niant presque tout ce qui avait représenté la scotticité depuis quatre siècles. Ainsi, faisant l’éloge d’Edwin Muir (à l’époque où tous deux étaient encore alliés au sein du mouvement de la Renaissance écossaise), MacDiarmid commence par déclarer que « la majorité des auteurs écossais des cent dernières années étaient dépourvus des capacités intellectuelles nécessaires à une carrière internationale, voire nationale, tout bien considéré »18 ; l’étendue de cette déficience est ensuite soudainement augmentée pour inclure tous les auteurs depuis les poètes du xve siècle :

L’Ecosse s’est par conséquent insularisée et s’est contentée de produire des œuvres qui ne reflétaient que sa dégénérescence et son infériorité intellectuelle aux yeux de tous les autres pays européens. La plupart des auteurs écossais célébrés par leurs contemporains étaient même (ou sont encore) trop « inconscients » pour éprouver un sentiment de frustration. Ils étaient trop dépourvus d’intégrité artistique. C’est en cela que Muir se distingue si nettement de la grande majorité, voire de tous ses prédécesseurs depuis l’époque des « Auld Makars », à la fois comme critique et comme créateur. (CSS, p. 31)

17L’ensemble de la tradition écossaise est atteinte par la même maladie, une maladie qui remonte à la Réforme puisque « si l’on n’admet pas que les voies religieuses et politiques que nous avons poursuivies se sont interposées entre nous et la réalisation de nos potentiels les plus prometteurs, il est impossible d’expliquer notre relative stérilité » (CSS, p. 32). La « renaissance » que propose MacDiarmid est donc fondée sur la négation de la quasi-totalité de l’histoire de la culture écossaise. À propos de Francis George Scott, MacDiarmid affirme que la tradition populaire est « indéniablement l’une des plus belles du monde » (CSS, p. 3 2) mais qu’elle n’a été utilisée par aucun auteur moderne pour établir un pont entre l’art populaire et le grand art ; cependant, lorsqu’il s’exprime sur Burns, les potentialités de la tradition populaire s’envolent et toute possibilité de pont disparaît, Burns n’est plus qu’un poète qui n’est pas parvenu à exploiter pleinement son talent :

Burns est probablement le poète lyrique le plus puissant que le monde ait connu. Il est bien caractéristique de l’histoire culturelle écossaise qu’un tel Pégase ait dû se mettre en attelage avec le plus lourd des chevaux de trait, que la puissance de son chant ait été muselée aussi prosaïquement, que son talent d’exception ait dû se manifester derrière une telle gamme sans intérêt de lieux communs les plus banals. Il est tout aussi caractéristique de l’histoire culturelle écossaise que même ainsi il soit apprécié pour la forme conformiste de son œuvre, pour tout ce qui est justement étranger à son génie, le masque et le dépare plutôt que pour l’essence de son génie lui-même. (CSS, p. 114)

18Burns n’est pas considéré comme le poète qui a cherché à exploiter la plus belle tradition populaire du monde, il devient une sorte de MacDiarmid, un talent prométhéen entravé par les insuffisances de la culture qui se trouve être la sienne :

Ce qui est tragique chez Burns c’est que ce grand poète a vécu à une époque et dans un contexte désespérément peu propices à l’exercice de son art et que par conséquent il n’a pas pu accéder à un plan intellectuel en rapport avec son génie lyrique ; il y a un fossé béant entre sa matière et sa manière, entre son envergure en tant que poète et le genre de poésie auquel il s’est trouvé limité en raison de son manque d’ouverture, entre ses capacités et l’œuvre qu’il a effectivement produite et l’influence que cette œuvre a eue. (CSS, p. 113)

19Ces mêmes arguments, formulés en 1926, seront plus tard utilisés par Edwin Muir à propos de Walter Scott dans Scott and Scotland (1936) :

  • 19 Muir E., Scott and Scotland, Londres, Roudedge, 1936, p. 11-12.

... les hommes qui possèdent un génie aussi considérable que celui de Scott ont rarement ses défauts ; ils peuvent en avoir d’autres mais pas précisément les siens ; j’en suis donc venu nécessairement à chercher dans son environnement la raison de ce hiatus, en invoquant le fait — si le lecteur veut bien admettre qu’il s’agit d’un fait — qu’il a passé la majeure partie de sa vie en plein hiatus, dans un pays qui n’était ni une nation ni une province et avait en son milieu, au lieu d’un centre, un vide, un Édimbourg. Mais ce néant dans lequel écrivait Scott n’était pas seulement un néant spatial, c’était aussi un néant temporel parsemé de quelques personnalités sans rapport les unes avec les autres, placées à des intervalles divers : Henryson, Dunbar, Allan Ramsay et Burns que seul un rudimentaire contrefort de ballades et de chants populaires empêchait de tomber.19

20En d’autres termes, les auteurs du mouvement de la Renaissance écossaise ont jeté hors du panthéon de la culture les écrivains écossais qui avaient justement eu la plus grande influence sur la littérature européenne et dont l’œuvre représentait l’essai le plus convaincant d’utilisation d’une tradition populaire qui était « indéniablement l’une des plus belles du monde ».

21Bien sûr, MacDiarmid et Muir écrivaient tous deux dans l’ombre de la formidable transformation apportée à la critique par les premiers ouvrages d’Ezra Pound et de T.S. Eliot et qui allait bientôt déboucher sur une véritable école de critique grâce au travail d’auteurs tels que I.A. Richards. D’un côté, ce mouvement renforçait le caractère central d’une tradition poétique résolument anglaise, marginalisant un poète comme Burns, par exemple, au profit des productions d’un Woodworth ; d’un autre côté la poésie romantique se trouvait dévalorisée au profit notamment de l’écriture du xviie siècle. Les deux grandes figures créatrices écossaises des deux siècles précédents ayant écrit respectivement au début et à la fin de la période romantique étaient donc exposées à la critique de cette nouvelle esthétique pour laquelle toute littérature marquait une décadence par rapport aux normes élisabéthaines et jacobéennes. Mais si MacDiarmid et Muir ont adopté cette perspective ce n’est pas simplement pour imposer cet « internationalisme » que MacDiarmid retrouve et loue dans la critique de Muir ; ni même pour imposer un nationalisme différent mais positif dont le but aurait été de retrouver une scotticité fondamentale. Je suggérerai qu’il s’agissait plutôt justement d’une « défaillance », d’une incapacité à défendre les points forts de leur propre tradition culturelle par rapport à ses faiblesses, une incapacité à favoriser les potentialités de leur culture quand il était plus facile de la nier en bloc.

  • 20 MacDiarmid H., The Complete Poems of Hugh MacDiarmid, éd. Grieve et Aitken, Londres, Martin, Brian (...)

22Lorsque l’on considère la période 1920-1970, il est frappant de constater que ceux qui attaquent la culture écossaise et ceux qui aspirent à une renaissance de cette culture sont d’accord sur une question fondamentale : l’absence de valeurs qui la caractérise depuis la Réforme. Loin d’avoir réuni les conditions nécessaires à la renaissance d’une culture écossaise, le mouvement de la Renaissance, du moins par les écrits de ses chefs, a creusé la tombe de la culture passée, une tombe qui allait aussi accueillir leurs propres œuvres, de façon qu’il soit ensuite possible de répéter pour chacun d’entre eux ce que MacDiarmid avait dit pour Burns : il « a vécu à une époque et dans un contexte désespérément peu propices à l’exercice de son art et par conséquent il n’a pas pu accéder à un plan intellectuel en rapport avec son génie lyrique » (CSS, p. 113). Citons à ce propos un poème de MacDiarmid.20

Just as Frenchmen, loathing war,
With the intelligent distaste of that paradoxical nation,
Fought for Anatole France and the Louvre,
Germans for Bach, Beethoven, and Bierhalle,
Italians for Verdi and the Sistine Chapel

We Scots have nothing to fight for like any of these.

Comme les Français qui détestent la guerre
Avec le déplaisir intelligent de cette nation paradoxale
Se sont battus pour Anatole France et le Louvre,
Les Allemands pour Bach, Beethoven et la Bierhalle,
Les Italiens pour Verdi et la Chapelle Sixtine.

Nous autres Ecossais n’avons rien de tel à défendre.

  • 21 Voir mon analyse de cet aspect de la construction de l’expérience écossaise dans Out of History, É (...)

23On a souvent expliqué les limites du mouvement de la Renaissance écossaise par l’inexistence d’un nationalisme politique capable de le soutenir (au contraire de la situation en Irlande par exemple), chacun des grands écrivains écossais se trouvant très isolé de la culture qu’il aspirait à sauver. Cette interprétation correspond à l’idée que l’Ecosse n’a connu que « tardivement » le nationalisme qui a caractérisé l’Europe du xixe siècle, si tardivement que le nationalisme écossais ne s’est pas organisé en parti politique avant 1920 et n’a pas obtenu de véritable succès électoral avant les années soixante.21

24Mais peut-être sommes-nous ici victimes d’un certain aveuglement dû à la façon dont on en est venu à comprendre le « nationalisme » et les processus politiques de l’État moderne.

25Les essais de MacDiarmid, initialement publiés dans The Scottish Educational Journal, vers 1920, ont été réédités dans les années soixante-dix. Dans l’introduction à cette réédition, MacDiarmid saisit l’occasion de s’attaquer à John Buchan, laissant entendre que les valeurs chères à celui-ci transparaissaient dans son commentaire selon lequel « mis à part l’audacieuse expérience du fascisme, la décennie n’a pas fourni de grandes figures politiques constructives » (CSS, iv).

  • 22 Lownie A., John Buchan, the Presbyterian Chevalier, Londres, Constable, 1995, p. 53 ; ouvrage réfé (...)

26Presque quarante ans après la mort de Buchan et cinquante ans après certains autres commentaires de MacDiarmid sur le fascisme, le désir de ce dernier de se démarquer de Buchan est révélateur ; en effet, au début du siècle, Buchan a été l’une des sources d’inspiration de MacDiarmid et l’un des plus ardents défenseurs de la poésie en écossais. Buchan a également été l’un des vaillants pourfendeurs des effets débilitants de la Kailyard school, qu’il a attaquée dès 1897 dans un débat de l’Oxford Union, faisant « une présentation frappante de la nature de la véritable Ecosse, du charme romantique et de l’ironie de son histoire en opposition avec la conception étroite et provinciale du caractère écossais tel que dépeint par ces auteurs ».22 Pendant la Première Guerre mondiale, Buchan a écrit une préface à l’ouvrage de Violet Jacob Songs of Angus et publié en 1917, dans une édition à tirage limité un recueil de vingt-huit poèmes, moitié en anglais, moitié en écossais. En 1924, il a publié The Northern Muse, anthologie de poésies en écossais depuis Dunbar jusqu’à la fin du xixe siècle que MacDiarmid lui-même a salué, y voyant

un équivalent pour la poésie écossaise de The Golden Treasury de Palgrave pour la poésie anglaise [...] un livre de référence, comblant enfin un douloureux manque d’une façon susceptible de donner une telle impulsion à la poésie écossaise qu’il restera un monument de notre histoire littéraire...

27De plus Buchan a apporté une aide directe à MacDiarmid dans sa carrière journalistique, si bien que l’ouvrage de MacDiarmid Annals of the Five Senses (1923) lui est dédié et qu’on lui a demandé d’écrire une introduction au premier recueil de poèmes en écossais publié par Grieve, Sangschaw (1925). La contribution de Buchan à la régénération de l’écriture en écossais a été telle que MacDiarmid a dit de lui qu’il était « le doyen de la faculté des lettres écossaises contemporaines » (JB, p. 191).

  • 23 En français dans le texte.
  • 24 Voir par exemple « Notes on our Forerunners, Sir Walter Scott » publié par MacDiarmid dans The Voi (...)

28Dans ce contexte, l’attaque de MacDiarmid contre Buchan semble peu généreuse ; il convient cependant de préciser que Buchan représentait un genre de nationalisme très en vogue au xixe siècle, un nationalisme qui, loin d’être en révolte contre l’Union et l’Empire britannique, trouvait son épanouissement au sein de ses structures politiques. En d’autres termes, il s’agissait d’un nationalisme qui ne cherchait pas à renverser les structures politiques en place mais aspirait à maintenir et à développer le statut de quasi-indépendance de l’Ecosse au sein de ces structures. L’aspect paradoxal de la situation de MacDiarmid provient non pas de sa position de poète écossais en révolte contre les pouvoirs colonialistes de l’État britannique mais contre la culture florissante d’un nationalisme unioniste qui avait déjà très largement fait usage des « ingrédients idéologiques à partir desquels les intellectuels européens allaient, un siècle plus tard, créer leurs mouvements nationalistes ». Si donc le nationalisme de MacDiarmid est si « vide » et n’existe que par la négation des réalisations passées c’est en fait parce que la tradition « nationale » écossaise du xixe siècle tout en étant particulièrement riche ne voyait pas la nécessité de revendiquer plus que l’autonomie (Home Rule) au sein de l’Union ou l’indépendance au sein de l’Empire. Sans souhaiter une indépendance politique, Buchan déclarait dans son deuxième discours à la Chambre des Communes : « Je crois que tout Écossais devrait être un nationaliste écossais au vrai sens du terme » (JB, p. 211) ; sa position s’inscrivait directement dans le prolongement de celle de Walter Scott dont il a publié une biographie en 1932, précisant dans la préface : « C’est un livre que je me devais d’écrire car j’ai eu la chance d’être né et d’avoir grandi dans l’ombre de cette grande tradition. » (JB, p. 186) Voir dans l’écriture écossaise du xixe siècle une « grande tradition », voilà qui était impossible à MacDiarmid comme à Muir ; leur négation des traditions réunissant Burns, Scott et Stevenson les privait des éléments sur la base desquels un nationalisme écossais moderne aurait pu fonder un passé littéraire, une mythologie, une « ethnie ».23 Bien que MacDiarmid ait fini par considérer Muir lui-même comme partie prenante de la tradition de Scott et Buchan24, ils se sont tous deux pareillement employés à vider la culture écossaise de toutes ses réalisations significatives ; ils ont créé un désert et l’ont nommé commencement de la victoire. Dans son introduction à la réédition de Contemporary Scottish Studies, MacDiarmid admet qu’« on ne peut prétendre que l’objectif principal du Mouvement [de la Renaissance écossaise] ait été atteint » puis il définit cet objectif comme « l’émergence d’un génie spécifiquement écossais » (CSS, iv). Le problème est qu’il fallait que ce génie spécifiquement écossais vu par MacDiarmid s’inscrive dans une scotticité n’ayant aucun rapport avec l’histoire effective de l’Écosse depuis la formation de la nation écossaise ou presque. Voici comment l’un des correspondants du Scottish Educational Journal résumait la position de MacDiarmid en quelques points :

Le propos de la Renaissance écossaise est de créer à partir d’un champ de ruines une nouvelle culture qui devra s’affirmer comme une force vive dans une culture mondiale catholique.
Il est impossible et peu souhaitable d’élever cette culture sur des fondements celtiques.
Il n’est pas davantage souhaitable de l’asseoir sur la culture moderne anglaise, laquelle est décadente.
Elle ne peut pas davantage s’appuyer sur la culture de l’après-réforme, désespérément provinciale.
Il est, en revanche, possible et souhaitable de développer de façon moderne et créative la culture scoto-anglaise interrompue au xve siècle. (CSS, p. 68)

29MacDiarmid déclara à ce propos que le journaliste « [exposait) très clairement sa position générale » et que ces points « [décrivaient] admirablement [sa] position et [son] programme » (CSS, p. 72). Ce programme impliquait l’anéantissement de la quasi-totalité de la culture écossaise existante pour permettre la création d’une « nouvelle culture », guidée par une élite nietzschéenne ; l’Ecosse de MacDiarmid devait consister en une « aristocratie intellectuelle composée de ceux chez qui les caractères distinctifs de la psychologie écossaise sont naturellement forts » et en une multitude inculte « dont le devoir [...] [serait] de reconnaître ces esprits supérieurs et de suivre leur exemple » (CSS, p. 68).

30Le fait que l’Écosse ait ainsi été spoliée de ses véritables traditions par MacDiarmid et Muir dans les années vingt et trente allait avoir des conséquences importantes et profondément négatives sur la vision de la culture de l’Ecosse pendant près de cinquante ans, même si l’œuvre de création de ces deux auteurs a, par ailleurs, inspiré un nouvel élan à l’écriture en Écosse. C’est en fonction de leur vision foncièrement négative de la culture écossaise que plusieurs générations de critiques se sont employés à rechercher les faiblesses, les défauts et les échecs de l’écriture écossaise plutôt que d’essayer d’analyser et de mettre en évidence ses points forts. La « défaillance » de l’Écosse, qu’elle soit intellectuelle, historique ou d’imagination, n’était pas la réalité du passé de l’Écosse : c’était le préalable à une idéologie qui exigeait que l’Écosse ait failli afin de pouvoir repartir de zéro pour construire une nouvelle culture autour d’une conception des « caractères distinctifs de la psychologie écossaise » bien éloignée du véritable psychisme passé ou présent des Écossais et des Ecossaises. Ironiquement, pendant les cinquante années précédant MacDiarmid et Muir, l’Écosse a, en fait, traversé une période particulièrement riche du point de vue culturel mais ces réalisations ne cadraient pas avec les exigences de leurs principes esthétiques « modernistes ».

31L’environnement culturel de l’Écosse de la fin du xixe siècle, au moment où d’après Davie, l’Écosse a « failli » était loin d’être le désert qu’ont dépeint des générations de spécialistes. D’abord, il a souvent été souligné que bon nombre des grands écrivains londoniens de l’époque étaient d’origine écossaise. Dire que ces auteurs n’appartiennent pas à la culture écossaise simplement parce qu’ils vivaient à Cambridge ou à Londres revient à procéder à une amputation que l’on ne risquerait pour aucune grande nation : Thomas Mann a-t-il cessé d’appartenir à la culture allemande lorsqu’il était en exil en Amérique ? Joyce a-t-il cessé d’appartenir à la culture irlandaise lorsqu’il était à Trieste ? James Baldwin a-t-il cessé d’être un auteur noir américain à Paris ? Les écrivains du Sud des États-Unis cessent-ils d’être du Sud parce qu’ils vivent à New York ? Pour l’Écosse du xixe siècle, Londres est la grande métropole : la culture écossaise fait des allers et retours entre Londres et l’Ecosse. Considérer Londres comme le pôle de la seule culture anglaise revient à faire une grossière erreur d’interprétation de la réalité culturelle de cette période. Londres est partie prenante dans le processus par lequel la culture écossaise doit s’exprimer et se mettre à l’épreuve et tant mieux si cela complique notre notion de ce qu’est la culture « écossaise ».

32On trouve le meilleur exemple de cette culture écossaise élargie dans ce qu’Alasdair MacIntyre a appelé « la seconde période écossaise des Lumières », c’est-à-dire la période qui a vu l’apparition des théories de Clerk Maxwell sur l’électromagnétisme et la neuvième édition de l’Encyclopaedia Britannica, édition qui pour la première fois tentait d’intégrer la théorie évolutionniste dans toutes les disciplines et à laquelle ont participé non seulement Clerk Maxwell mais James George Frazer et une foule d’écossais, professeurs de philosophie et de sciences. Même si cette neuvième édition est la dernière qui soit à prédominance écossaise, elle montre bien la formidable vitalité intellectuelle de l’Ecosse du xixe siècle. Comme le signale T.O. Beidelman dans son étude sur Robertson Smith, responsable de cette édition,

  • 25 Beidelman T.O., W Robertson Smith and the Sociological Study of Religion, University of Chicago Pr (...)

... cette neuvième édition a été baptisée « encyclopédie des érudits », d’une part, parce qu’elle comprend des essais rédigés par un ensemble d’érudits internationaux des plus distingués et, d’autre part, parce qu’elle est la première à tenir compte des grandes avancées intellectuelles réalisées au xixe siècle dans presque tous les domaines des connaissances.25

33La vivacité intellectuelle de cette neuvième édition ne laisse transparaître aucune « défaillance » de la part de l’intelligentsia écossaise ; elle dénote à la fois une volonté de comprendre et une aptitude à transmettre les aspects fondamentaux d’un savoir humain en mutation.

34De même, la tant décriée Kailyard school n’était pas la seule manifestation de la culture écossaise entre 1880 et 1930. En fait, il apparaît clairement que cette école s’inscrit dans un contexte où les auteurs écossais ont joué un rôle majeur dans le développement de nouveaux genres littéraires destinés à un public de masse. Ce genre d’écriture était peut-être sans valeur aux yeux de MacDiarmid et de Muir mais rétrospectivement, d’un point de vue dicté plus par l’analyse culturelle que par une critique purement littéraire, le fait que les auteurs écossais aient joué un rôle aussi déterminant dans l’apparition de ces nouveaux genres témoigne d’une culture en prise directe avec les derniers développements du moment plutôt que d’une culture repliée sur elle-même. Depuis l’invention par George MacDonald du roman fantastique moderne, en passant par l’archétype du récit d’aventure de Stevenson jusqu’à la création par Conan Doyle des premiers romans policiers et du thriller par Buchan, les écrivains écossais ont considérablement contribué à la définition des nouveaux genres de la culture populaire de masse. La Kailyard n’était qu’un aspect de ce qui allait être l’une des périodes les plus riches en réalisations culturelles « populaires » qu’une petite culture ait jamais connue puisque tant d’auteurs écossais ont ainsi joui d’un grand succès international et inventé des modèles qui allaient être adoptés par des auteurs de l’ensemble des pays de langue anglaise. C’est justement contre ce succès de la culture populaire écossaise que MacDiarmid et Muir sont entrés en révolte tout en se gardant de reconnaître la puissance d’une tradition capable de permettre à une telle palette d’écrivains de participer avec autant de succès aux développements de l’écriture populaire.

  • 26 Crampsey B., The Scottish Football League : the First 100 Years, Glasgow, The Scottish Football Le (...)

35L’hypothèse de la « défaillance » évacue la culture écossaise en avalisant justement une notion de « culture » qui ne tient aucun compte de l’énergie et du dynamisme d’une culture qui a su s’imposer, sinon dans le cadre d’un combat nationaliste du moins en préservant sa position spécifique dans un marché culturel en voie d’internationalisation rapide. Un des événements les plus significatifs de l’opiniâtreté de cette culture s’est peut-être déroulé à l’époque qui, pour George Davie, caractérise la destruction des traditions écossaises dans les universités, c’est-à-dire entre 1858 et 1892. L’Association écossaise de football a été créée, en 1871. Les Ecossais s’irritent depuis des années de ce que l’Association anglaise se nomme simplement Association de football tandis qu’en Écosse il est nécessaire d’ajouter l’adjectif « écossaise ». Cette différence est perçue comme le symptôme d’une supériorité anglaise. C’est pourtant un Écossais du nom de McGregor qui a créé l’Association de football à Manchester, en 1870, sans en « nationaliser » le titre parce qu’il la concevait comme une organisation commune aux équipes écossaises et anglaises.26 Les Écossais ont ensuite insisté pour avoir leur propre ligue et leurs propres règles (fixées par Queen’s Park), règles qui ont d’ailleurs servi à fonder la version moderne du jeu. Aujourd’hui, alors que, pour la première fois, l’équipe de football écossaise représente une nation qui a tenu bon et voté pour l’autonomie, il est utile de rappeler que la culture populaire écossaise n’a souffert aucune défaillance : elle a trouvé des moyens de garder sa propre conception de l’identité nationale tout en s’intégrant aux nouvelles structures internationales de « l’industrie culturelle ». Après trente ans d’analyse destructrice, le succès international que connaissent des auteurs comme Irvine Welsh et Alan Warner semble prouver que la culture écossaise est capable de survivre aux spoliations de ceux qui ont cherché à la réinventer en commençant par la détruire.

Notes

1 Grigor M. et B., « Scotch Myths : An Exploration of Scotchness », 1981. Dans l’introduction au catalogue de l’exposition, Murray Grigor affirme : « Notre but principal est de remettre en question une culture qui continue à donner d’elle-même l’image de stéréotypes nationaux déformés » et dans le texte de clôture, Duncan Macmillan compare la culture écossaise à un poulet sans tête : « Ce que nous avons là, est-ce le cadavre décervelé de ce qui fut autrefois une créature complète ? »

2 MacArthur C., Scotch Reels, Londres, British Film Institute, 1982.

3 The Bulletin of Scottish Politics, vol. 1, no 2, printemps 1981, p. 56-86.

4 Nairn T., The Break-up of Britain, Londres, Verso, 1981.

5 Trevor-Roper H., « The Highland Tradition of Scodand », dans The Invention of Tradition, Eric Hosbawm et Terence Ranger (éd.), Cambridge University Press, 1983, p. 29.

6 Voir, par exemple, Prebble J., The King’s Jaunt : George IV in Scotland, August 1822, Londres, Collins, 1988.

7 Dans The Bulletin of Scottish Politics, vol. 1, no 2, Lindsay Paterson écrit, par exemple : « La décentralisation de la démocratie va exiger bien plus que la simple mise en place des institutions sociales correspondantes [...] elle va aussi exiger un désir de participation, un élan populaire pour aider à modeler l’avenir de la société. Un tel projet va ensuite exiger une image nationale capable d’inspirer un changement social plutôt que de fournir un moyen de surseoir à cette nécessité. Ce projet exige une idéologie nationale, l’idée d’une Ecosse qui s’engage dans la réalité sociale et non dans un fantastique conte de fées des Highlands » (p. 71).

8 La lecture qu’Alasdair MacIntyre fait de David Hume est particulièrement représentative de ce phénomène : il voit dans le plus grand des philosophes écossais l’auteur qui a signé la fin de la tradition de pensée écossaise en tant que telle : « Hutcheson a donc suscité un nouveau type de conflit au sein de la vie intellectuelle écossaise et il a lui-même fixé les termes du débat, ce qui marque bien son importance. Rétrospectivement, il est facile de voir dans ce conflit la continuation des débats internes à la tradition écossaise. Après tout, les participants au débat étaient tous des Ecossais. Il s’agissait cependant d’un conflit qui remettait en cause la pérennité de la tradition écossaise. Ce que représentait Hume, dans presque tous les aspects importants de son œuvre, et de fait ce que Smith allait lui aussi représenter, malgré son statut d’élève le plus éminent et le plus apprécié d’Hutcheson, c’est l’abandon des modes de pensée spécifiquement écossais au profit d’une approche nettement anglaise et anglicisée de la vie sociale et de son contenu moral », Whose Justice ? Which Rationality ?, Londres, Duckworth, 1981, p. 280.

9 Craig D., Scottish Literature and the Scottish People, Londres, Chatto and Windus, 1961, p. 287. C’est, sans doute, dans son essai « Bums and the Scottish Culture » (dans The Voice of Scotland A Quarterly Magazine of Scottish Arts and Affaire, de Hugh MacDiarmid, vol. VII, no 3-4, p. 28) que Craig expose le plus directement sa vision de la culture écossaise : « Dans une culture aussi mince et aussi mal positionnée que la culture écossaise, les conflits de société mènent presque immanquablement au gâchis et à la confusion. L’esprit nationaliste a largement investi la religion évangéliste, sous une forme souvent extrême, mais son esprit (de résistance pure et sans aucune compromission au matérialisme et au pouvoir matériel) était incompatible avec l’éthique qui était prônée [...]. Par l’intermédiaire de “la grâce”, la foi religieuse se justifiait par la propre conscience qu’avait chacun de l’inspiration et du salut

10 Davie G., The Democratic Intellect, Edinburgh University Press, 1961.

11 Ibid., p. 3 37.

12 Davie G., The Crisis of the Democratic Intellect, Édimbourg, Polygon, 1986.

13 Voir à ce propos ma propre analyse « Fearful Selves : Character, Community and the Scottish Imagination », Cencrastus, no 4, hiver 1980-1981, p. 29 à 32.

14 Ash M., The Strange Death of Scottish History, Édimbourg, Ramsay Head Press, 1980, p. 10.

15 Massie A., recension de Francis Hart, The Scottish Novel, The London Magazine, octobre 1979.

16 Kidd C., Subverting Scotland’s Past : Scottish Whig Historians and the Creation of an Anglo-British Identity, Cambridge University Press, 1995, p. 1 ; ouvrage référencé dans la suite du texte par les initiales SSP.

17 Morton G., thèse non publiée, Université d’Édimbourg.

18 MacDiarmid H., Contemporary Scottish Studies, Édimbourg, The Scottish Educational Journal, p. 31 ; ouvrage référencé dans la suite du texte par les initiales CSS.

19 Muir E., Scott and Scotland, Londres, Roudedge, 1936, p. 11-12.

20 MacDiarmid H., The Complete Poems of Hugh MacDiarmid, éd. Grieve et Aitken, Londres, Martin, Brian & O’Keefe, 1978, vol. I, p. 628.

21 Voir mon analyse de cet aspect de la construction de l’expérience écossaise dans Out of History, Édimbourg, Polygon, 1986, chap. 4 « Absences ».

22 Lownie A., John Buchan, the Presbyterian Chevalier, Londres, Constable, 1995, p. 53 ; ouvrage référencé dans la suite du texte par les initiales JB.

23 En français dans le texte.

24 Voir par exemple « Notes on our Forerunners, Sir Walter Scott » publié par MacDiarmid dans The Voice of Scotland, vol. II, no 1, juin-août 1939 : « Comment expliquer, à ce tournant des affaires écossaises, les prises de position pro-Scott non seulement d’unionistes comme lord Tweedsmuir ou Sir Herbert Grierson mais aussi de socialistes notoires comme M. Edwin Muir ? Ce que l’on peut dire de Scott and Scotland s’applique aussi aux écrits de lord Tweedsmuir et de Sir Herbert Grierson à plus d’un titre. Scott and Scotland est une réaffirmation des arguments littéraires en faveur de l’unionisme écossais, cette caste de laquais mis à profit par l’impérialisme anglais pour perpétuer le statut provincial de l’Ecosse et faciliter son exploitation ; cet ouvrage a pour but de discréditer les idées du mouvement de la Renaissance écossaise et pis encore, pour annihiler ce mouvement littéraire et le mouvement politique qu’il a suscité, de réconcilier avec l’autorité anglaise l’opposition et les voix qui se sont élevées dans le cadre de la Renaissance et sont désormais sans objet. » (p. 26-27)

25 Beidelman T.O., W Robertson Smith and the Sociological Study of Religion, University of Chicago Press, 1974, p. 25.

26 Crampsey B., The Scottish Football League : the First 100 Years, Glasgow, The Scottish Football League, 1990, p. 5 et suivantes.

© UGA Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540