Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Autonomie écossaise

 | 
Keith Dixon

Société civile et Parlement écossais

Lindsay Paterson

Texte intégral

1L’Ecosse actuelle a été modelée par une société civile locale qui a fonctionné de manière tout à fait autonome à l’intérieur du Royaume-Uni. Cette autonomie est en fait l’une des raisons qui expliquent que l’Union avec l’Angleterre soit restée acceptable en Écosse : une certaine dose de liberté intérieure s’ajoutait à la possibilité d’accéder aux marchés et aux sphères culturelles de Grande-Bretagne et d’ailleurs. Ce vieil équilibre entre société civile écossaise et État britannique a cependant été considérablement perturbé par le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher qui n’a pas respecté cette tradition d’autonomie. C’est la raison pour laquelle, dès le milieu des années quatre-vingt, des secteurs entiers de la société civile ont fait campagne pour obtenir un Parlement écossais élu ; leurs propositions concrètes, exprimées par la convention constitutionnelle écossaise (Scottish Constitutional Convention), ont finalement obtenu un soutien populaire massif au référendum de septembre 1997 organisé par le nouveau gouvernement travailliste. La première élection du Parlement s’est déroulée en mai 1999 ; le Parlement est entré en fonction en juillet de la même année.

2Cependant, même si l’on peut dire que l’une a accouché de l’autre, les relations entre société civile et Parlement ne vont pas être faciles. À quelles tensions peut-on s’attendre ? Dans quelles directions ces tensions vont-elles entraîner l’Ecosse sur le plan politique et constitutionnel ? Telles sont les questions que nous nous proposons de traiter dans le présent chapitre. Malgré les déclarations de campagne, le Parlement sera probablement obligé de défier les institutions qui ont présidé à sa naissance et par conséquent de mettre en cause les fondements mêmes de l’Union entre l’Angleterre et l’Ecosse.

3Avant d’en arriver à cette conclusion, nous étudierons en détail l’autonomie de la société civile écossaise et les tensions qui l’ont conduite à se rebeller et à prendre position pour l’autonomie.

L’autonomie de l’Écosse moderne

  • 1 Voir Fry M., Patronage and Principle : a Political History of Modem Scotland, Aberdeen University (...)

4Pour bien comprendre l’Union de 1707 entre l’Ecosse et l’Angleterre, il faut d’abord comprendre qu’elle était partielle.1 Les pressions militaires et économiques ont conduit le vieux Parlement écossais à voter sa fusion dans le nouveau Parlement de Grande-Bretagne, au sein duquel les représentants écossais ont toujours été en petite minorité. Les Anglais ont insisté sur ce point (jugé préférable à un arrangement plus nettement fédéral) de façon à parer à toute menace militaire par le Nord. Jusqu’au xvie siècle, jusqu’à la Réforme qui marqua l’adoption par l’Écosse d’un protestantisme particulièrement strict, l’allié traditionnel de l’Ecosse avait toujours été la France. L’Angleterre continuait à redouter que la France ne cherche à utiliser l’Ecosse comme voie d’invasion.

5L’Union a sans doute été assez impopulaire en Ecosse même si l’on peut supposer que la population comme les institutions y sont, en majorité, restés plutôt indifférents. On peut expliquer l’acceptation générale de cet arrangement par trois facteurs interdépendants. D’abord, et c’est là le point le plus important, l’Union n’a rien changé aux grands piliers institutionnels de l’indépendance écossaise. Elle maintenait l’existence séparée d’une loi et d’un système judiciaire écossais ; elle garantissait l’autonomie du système scolaire et du gouvernement local et surtout, elle sauvegardait la prédominance de l’église presbytérienne. Ces institutions avaient davantage d’importance aux yeux des Ecossais que le Parlement qu’ils perdaient et c’est la seconde raison qui explique le caractère acceptable de l’Union : à la différence du Parlement anglais, le Parlement écossais n’avait jamais eu un rôle central dans la vie de la nation et en particulier, l’Assemblée générale de l’église constituait une source de propositions législatives bien plus puissante. Cela s’explique, et c’est là le troisième point, par le fait que l’on considérait généralement que le Parlement s’occupait surtout des affaires extérieures et non de la politique sociale intérieure. Renoncer au Parlement semblait donc une démarche relativement dénuée d’importance si cela pouvait garantir le maintien de l’autonomie des institutions et offrir au commerce écossais la possibilité de se développer sur les marchés anglais et gallois.

6Les principes généraux de ce curieux arrangement constitutionnel sont restés remarquablement stables pendant environ deux cents ans. Pendant la majeure partie du xviiie siècle, la vie sociale a été réglée par l’Eglise, l’administration locale (élue par un corps électoral très limité) et par le sheriff, juge local également chargé de coordonner les réseaux de commissions spécialisées. Les institutions et les groupes sociaux conservaient leur propre autonomie dans ces réseaux, notamment les cinq universités, le corps médical, les propriétaires terriens. La cohésion de l’ensemble était assurée par les institutions judiciaires nationales, manifestation aussi proche que possible d’un gouvernement central, les hautes cours de justice, le barreau des avocats et le Lord Advocate, qui renseignait le gouvernement de Londres sur l’atmosphère en Ecosse mais avait aussi une énorme influence en Ecosse même. Cette société civile aurait sans doute évolué de façon similaire s’il n’y avait pas eu d’Union. De fait, le gouvernement de Londres ne se mêlait pas du quotidien.

  • 2 Sher R.B., Church and University in the Scottish Enlightenment, Edinburgh University Press, 1985.
  • 3 Colley L., Britons. Forging the Nation, iyoy-1832, Yale University Press, 1992.

7Ou presque pas, car Londres a toujours veillé consciencieusement à éviter tout soulèvement militaire en Ecosse. En particulier, il écrasa sauvagement le soulèvement des Jacobites de 1745-1746, dernière tentative des Stuart catholiques pour reprendre le trône britannique. Dans ces interventions, l’État britannique avait cependant un large soutien des institutions écossaises et même probablement de la population à l’exception des Highlands et des îles où les Stuart avaient des alliés dans les clans de langue gaélique. On en est venu à établir une adéquation entre sauvegarde du protestantisme et maintien de l’Union puis même à associer ces deux points avec la philosophie des Lumières et les débuts de la liberté civile et religieuse.2 Lorsque la Grande-Bretagne est entrée en guerre avec la France catholique, ces sentiments se sont encore exacerbés.3

  • 4 Voir Checkland S. et Checkland O., Industry and Ethos : Scotland 1832-1914, Edward Arnold, 1984 ; (...)

8Même si le xixe siècle a vu certaines réformes, les changements n’ont fait que renforcer les tendances en présence4. La réforme de 1832 a considérablement étendu les pouvoirs de l’administration locale et élargi le droit de vote. Après délibération du Parlement de Londres, l’administration locale a encore acquis des pouvoirs supplémentaires, lui permettant notamment de promouvoir l’expansion économique. D’autres organisations locales ont fait leur apparition, le plus souvent, comme au siècle précédent, placées sous l’autorité du sheriff. À la fin du siècle, il y avait des organismes chargés de superviser les lois en faveur des pauvres, de l’éducation, de la santé publique, des prisons, de l’agriculture et du développement dans les Highlands et les îles. C’est le déclin de l’influence de l’église, en particulier après le schisme désastreux de 1843, qui a rendu nécessaire la création de ces organismes. Certains traditionalistes ont d’ailleurs critiqué ce transfert de compétence, considéré comme une menace pour l’autonomie écossaise. Cependant, la politique écossaise de l’époque était dominée par les réformistes libéraux pour qui ces institutions, nouvelles ou profondément remaniées, étaient tout aussi écossaises que les précédentes. L’administration de l’Ecosse, en restant fermement locale, restait parfaitement écossaise ; c’est d’ailleurs par ce biais que les philanthropes des classes moyennes ont pu continuer à imposer une éthique reposant sur la responsabilité presbytérienne alors même que l’influence des Églises s’effondrait. Malgré une grande méfiance vis-à-vis de l’Etat, c’est sur ce terreau qu’a pu se développer l’idée d’un service public : la politique écossaise consistait surtout en une activité bénévole soutenue par les institutions locales.

9Ce nouveau système resta acceptable parce qu’il combinait autonomie intérieure et accès à l’Empire britannique en expansion.

  • 5 Paterson L. 1994, op. cit.
  • 6 Donaldson W., Popular Literature in Victorian Scotland, Aberdeen University Press, 1986 ; Morris R (...)

10La classe moyenne écossaise, avec l’excellent système scolaire au mérite mis en place dans les écoles communales et les universités, avait ainsi la possibilité de profiter des avantages des deux sociétés. L’Empire s’ouvrait aux représentants de cette classe, en particulier dans les domaines requérant une grande compétence professionnelle ; ils pouvaient désormais proposer au monde les produits de la très puissante industrie écossaise tout en gardant la possibilité de protéger et même de développer leurs racines écossaises par la mise en œuvre d’une politique sociale au niveau local. Ils n’avaient nullement besoin du genre de nationalisme que l’on a vu fleurir à l’époque dans certains autres petits pays d’Europe jusqu’à dominer la vie politique. Ils disposaient déjà des libertés pour lesquelles luttaient les nationalistes d’Irlande, de Bohême ou de Pologne,5 Rien ne les empêchait de satisfaire leur goût pour la culture écossaise qui n’était pas perçue par l’Etat comme une menace (ce qui n’était pas le cas en Irlande catholique, pays bien moins autonome confronté au même Etat, ni dans les territoires dominés par les Empires austro-hongrois ou russe). Le reste de la population ne manifesta aucun signe de désaccord sérieux. Les classes populaires, aussi bien urbaines que rurales continuèrent à soutenir le libéralisme par des manifestations populaires, par le choix d’un journal, ou par les urnes, lorsque vers la fin du siècle, un certain nombre d’ouvriers des classes populaires (les hommes uniquement) obtinrent le droit de vote. Ils restèrent fidèles à l’Empire et à différentes formes de protestantisme. Ils étaient aussi de grands consommateurs de culture écossaise sans pour autant remettre en cause l’Union puisqu’il semblait que l’Union elle-même leur garantissait cette liberté de choix culturel.6 L’ensemble des groupes sociaux a donc acquis une sorte d’identité duale qui devait subsister tout au long du xxe siècle : ils étaient britanniques pour les affaires extérieures, en rapport avec l’Empire, et écossais pour les affaires locales et domestiques.

11On voit donc qu’à l’orée du xxe siècle, l’Ecosse s’administrait elle-même au niveau local, sous la supervision assez vague d’un Parlement lointain surtout préoccupé par l’Empire et ses éventuelles incidences sur la diplomatie et la guerre.

  • 7 Fry M., 1987, op. cit. ; Harvie C., No Gods and Precious Few Heroes, 3e édition, Edinburgh Univers (...)

12Au milieu du xxe siècle la situation avait déjà profondément changé. Comme dans la plupart des autres pays européens, la crise économique et la démocratisation de masse des années 1920 et 1930 ont conduit l’Etat à prendre en charge les grands secteurs publics : développement économique, éducation, santé, transports, protection sociale.7 Comme ailleurs encore, les sociaux démocrates (en Ecosse, les travaillistes) étaient principalement responsables de cette évolution, entraînant derrière eux le réticent parti conservateur. Parce qu’un pouvoir central fort impliquait une perte de responsabilité au niveau local, les conservateurs ont souvent soutenu qu’il privait l’Ecosse de son autonomie traditionnelle. Apparemment la force de cette argumentation n’était en rien atténuée par le fait que ces mêmes institutions dont on pleurait la perte, administration locale, assemblées locales etc., avaient elles aussi été accusées de saper l’autonomie écossaise depuis 1832.

13Mais l’évolution après 1930 allait être aussi tortueuse qu’au siècle précédent. En particulier, le Scottish Office, organisme spécifique à l’Ecosse, émanation de l’État central, a pris de l’ampleur à cette époque. Malgré d’humbles débuts en 1885, cet organisme a fini par être responsable de la mise en œuvre de la majeure partie de la politique sociale après 1970. Il a finalement acquis la haute responsabilité sur l’éducation, la santé, le travail social, le logement, le développement économique, l’environnement, l’agriculture, la pêche, la justice, le sport et les arts. Importante lacune dans la liste de ses attributions : le large domaine de la protection sociale n’était pas de son ressort. Autour de ce noyau s’est développée toute une série d’organisations, de groupes de pression ou de consultation. Il ne s’agissait pas de simples instruments d’une politique dictée depuis Londres ; ces différents groupes contribuaient de fait et dans une large mesure à l’élaboration de la politique. Dans le domaine scolaire, ils ont par exemple été à l’origine de l’introduction de programmes spécifiques, de systèmes de formation et d’examens pour les enseignants. En ce qui concerne les affaires sociales, ils ont présidé à la mise en place, dans les années soixante, d’un système judiciaire pour les jeunes délinquants, très original par rapport à ce qui s’est fait ailleurs en Europe puisqu’il privilégie l’aspect social sur l’aspect juridique. Ces mêmes organisations ont imaginé dans les années cinquante un système de logement reposant sur un parc locatif appartenant aux collectivités locales plutôt qu’à des propriétaires privés et ont ensuite maintenu ce système en place. Dans le domaine du développement économique, à partir des années trente, et plus encore dans les années cinquante, elles ont persuadé l’État britannique de mettre en place des politiques régionales efficaces de manière à limiter les effets du déclin industriel. C’est justement cette possibilité constante de recours aux ressources plus grandes du Royaume-Uni qui explique que l’Union n’ait jamais été remise en question dans son principe. À la fin des années cinquante, les conservateurs soutenaient avec autant d’enthousiasme que les travaillistes cette façon de sauvegarder à la fois l’autonomie de l’Écosse et sa protection sociale.

14De plus, même à cette époque de développement du pouvoir central, l’autonomie locale jouissait encore d’une marge confortable. Les collectivités locales élues avaient toujours un certain pouvoir sur l’éducation, les affaires sociales, l’environnement, le logement, les transports locaux et la planification à l’échelon local. Le Scottish Office, comme beaucoup de cabinets ministériels de nombreux États, n’était pas en mesure de tout gérer lui-même et déléguait donc certains pouvoirs à diverses commissions chargées de superviser les services de santé ou le développement économique. Bien que nommées par le Scottish Office, ces commissions jouissaient d’une parfaite autonomie sur le terrain. Autour de ces commissions gravitaient des groupes de pression, des associations professionnelles, des syndicats qui bien souvent en fournissaient également les membres et contribuaient à tirer les commissions vers la société civile en les éloignant toujours plus de l’État.

15Le système judiciaire écossais, qui disposait toujours de structures institutionnelles indépendantes, assurait la cohésion de l’ensemble. Jusque dans les années soixante, le protestantisme presbytérien et sa culture encore forte ont également apporté une certaine cohérence morale. Leur influence ainsi que celle des organisations gouvernementales sur l’opinion écossaise étaient encore renforcées par le caractère spécifique des médias : les journaux lus en Ecosse étaient principalement écossais ; les radios et chaînes de télévision écossaises affirmaient de plus en plus leurs particularités en prenant davantage confiance en leur culture spécifique.

  • 8 Cohen A.P., « Personal Nationalism : a Scottish View of some Rites, Rights and Wrongs », American (...)
  • 9 Mitchell J., Strategies for Self Government, Polygon, 1996 ; Paterson L., A Diverse Assembly : the (...)

16En bref, on peut donc dire que l’État providence en Écosse était largement écossais dans sa mise en œuvre. Sur certains points stratégiques, la conception de la politique était, elle aussi, écossaise : pour l’éducation, la justice, les services sociaux, les arts. Ces domaines étaient stratégiques dans la mesure où ils modelaient le caractère de la société bien davantage que d’autres domaines non administrés en Écosse, la politique macro-économique par exemple. D’un point de vue constitutionnel, cette autonomie ne reposait sur aucune base garantie, et c’est cette fragilité qui allait être à l’origine de la rupture finale des années quatre-vingt. Cependant, en Ecosse, cette idée d’autonomie en était venue à être considérée comme un droit et l’opinion populaire estimait désormais que les institutions écossaises constituaient l’identité nationale.8 Ces institutions étaient considérées comme la concrétisation d’une tradition de souveraineté populaire, jugée plus ancienne et plus légitime que le Parlement de Westminster.9

Résistance à Margaret Thatcher

  • 10 Brown A., McCrone D. et Paterson L., Politics and Society in Scotland, Macmillan, 1998 ; Fry, 1987 (...)

17Les premiers signes d’un malaise populaire lié au problème de l’autonomie écossaise se sont fait sentir après i960, dans les années où le Scottish National Party a commencé à attirer une part importante des voix.10 Le SNP était favorable à une indépendance pure et simple, mais les trois autres grands partis, travailliste, conservateur et libéral, ont répliqué en proposant différents projets incluant une assemblée élue aux pouvoirs limités. Le bien faible gouvernement travailliste des années 1974-1979 a finalement réussi à mettre l’une de ces propositions à l’ordre du jour mais, approuvée par une trop juste majorité au référendum de 1979, elle ne fut jamais mise en œuvre. De nombreux facteurs peuvent expliquer ce manque d’enthousiasme de l’électorat, notamment le caractère limité des pouvoirs de l’assemblée en question, l’impopularité du gouvernement à l’origine du projet et l’attrait, encore minoritaire, des propositions d’indépendance du SNP. Cependant, l’explication la plus plausible est, sans doute, que la majorité de la population espérait que le vieux système d’autonomie locale partielle pourrait encore fonctionner. Les votants, pour la plupart, avaient toujours vécu avec ce délicat équilibre entre autonomie et accès aux ressources de l’État central et préféraient cet arrangement confortable et sûr à une expérience constitutionnelle risquée.

18Malheureusement pour cette partie de la population, et pour la Constitution, il s’est finalement avéré qu’il n’était plus possible de continuer comme par le passé. Le gouvernement de Margaret Thatcher est arrivé au pouvoir en 1979 avec une hostilité envers la société civile sans précédent dans les annales du conservatisme britannique moderne. En accord avec certains dogmes de la nouvelle pensée de droite, Margaret Thatcher voyait dans la société civile une conspiration des experts contre les gens ordinaires qui limitait la liberté de marché sans laquelle aucune autre liberté n’était possible ; elle y voyait aussi une survivance du corporatisme qui avait empêché les gouvernements, travaillistes ou conservateurs, de moderniser l’économie britannique. Elle s’est donc attachée à supprimer nombre des organismes publics jugés les plus corporatistes dans l’ensemble de la Grande-Bretagne (c’est-à-dire ceux qui regroupaient des syndicalistes, des employeurs ou des fonctionnaires par exemple) ; dans les nombreuses commissions restantes elle a fait nommer des personnes dont elle était sûre idéologiquement et elle a affaibli l’autonomie des collectivités locales, des universités et d’autres institutions publiques qui jouissaient auparavant d’une certaine indépendance.

19Rien de tout cela n’était délibérément anti-écossais mais c’est ainsi que cela fut ressenti parce que l’Écosse, et en particulier ses classes moyennes, restait très attachée au corporatisme, à la société civile et aux contrepoids institutionnels au pouvoir de l’État central. Ces prédilections s’expliquaient par toutes les raisons exposées plus haut et notamment les presque trois siècles au cours desquels l’autonomie écossaise s’était appuyée sur ces arrangements institutionnels. C’est pourquoi, plus le gouvernement Thatcher poursuivait son programme de restructuration de l’État et moins ce projet soulevait d’enthousiasme en Écosse dans les groupes sociaux qui auraient normalement dû le soutenir. Les classes populaires continuaient à penser que l’État providence était leur meilleure garantie de bien-être ; on accusait le gouvernement conservateur d’être responsable de la destruction de grands pans de cette industrie qui fournissait jusque-là du travail à la classe ouvrière écossaise et avait symboliquement contribué à l’élaboration de l’identité écossaise au xxe siècle : un consensus anticonservateur s’est peu à peu dégagé dans la politique écossaise dont on a vu le résultat spectaculaire aux élections générales de 1987. À cette date, le parti conservateur est tombé au-dessous de la barre des 2 5 % et a perdu 11 des 21 sièges qu’il détenait précédemment (sur un total de 72). Le fort soutien dont il disposait dans le sud de l’Angleterre ou il recueillait à nouveau une forte majorité, a renforcé le sentiment que l’Écosse dans son ensemble se retrouvait confrontée à une Angleterre conservatrice.

20La société civile écossaise a réagi de façons diverses au thatchérisme. Elle a œuvré activement contre certaines mesures. Il y a eu, par exemple, une opposition massive à la réforme des collectivités locales proposée par le gouvernement conservateur en 1991 (et mise en place en 1996). On a cherché à ressusciter les idées corporatistes : une commission permanente sur l’économie écossaise a été créée et les propositions de restructuration qu’elle devait faire en 1989 rappelaient davantage la politique régionale des années soixante que les élans enthousiastes de Mme Thatcher pour le « laissez-faire ». On a même trouvé moyen d’utiliser le Scottish Office pour exercer une pression discrète sur l’administration : ces pressions permirent, par exemple, d’éviter la fermeture des aciéries de Ravenscraig au début des années 1980 (elles furent fermées dix ans plus tard) ; l’administration a également été convaincue d’adopter un système d’enseignement professionnel différent de celui de l’Angleterre. Dans certains cas, il y a même eu une opposition pure et simple à la politique officielle, parfois avec succès (les conseils d’administration des écoles ont par exemple obtenu l’abandon du projet de tests obligatoires pour les enfants d’école primaire) mais le plus souvent en vain (l’opposition massive à la réforme des impôts locaux, la poll-tax, appliquée un an plus tôt qu’en Angleterre, est restée sans effet tant que l’Angleterre n’a pas, elle aussi, manifesté son mécontentement).

21Finalement, après les compromis insatisfaisants obtenus par cette opposition disparate, la plupart des secteurs de la société civile se sont retrouvés pour mettre au point un projet de Parlement plus acceptable que celui qui avait achoppé en 1979. Entre 1989 et 1996, c’est la Convention constitutionnelle (Constitutional Convention) qui allait servir de véhicule à ce projet ; elle regroupait des travaillistes, des libéraux-démocrates et des représentants de nombreuses organisations de la société civile (collectivités locales, syndicats, Églises, associations de femmes et organisations représentant les groupes ethniques minoritaires). La Convention proposa un Parlement élu à la proportionnelle, disposant d’une autonomie législative dans tous les domaines politiques administrés par le Scottish Office. Ces idées ont été reprises sans grand changement par le gouvernement central travailliste élu en 1997 ; à ces mêmes élections de 1997, les conservateurs essuyèrent une défaite plus cinglante encore qu’en 1987, perdant tous leurs sièges et n’engrangeant que 18 % des suffrages. Le 11 septembre, le projet de Parlement fut approuvé par référendum avec une majorité des trois quarts (pour 60 % de votants) ; deux tiers des votants approuvèrent l’idée de confier au Parlement des pouvoirs, limités, en matière d’impôt.

22Il apparaît donc que les gouvernements de Margret Thatcher et John Major ont joué un rôle déterminant dans cette évolution. Ils ont poussé la société civile écossaise à modifier fondamentalement sa vision de l’État britannique. En conséquence, elle a ensuite produit des propositions très radicales en matière d’autonomie nationale. Ces propositions étaient radicales d’abord par l’étendue des pouvoirs qu’elles prévoyaient pour le Parlement, ensuite parce qu’elles suggéraient une représentation proportionnelle, la parité hommes/femmes et une conduite des affaires bien plus transparente, plus proche des gens, plus consensuelle que celle du Parlement britannique.

23La société civile écossaise en est donc venue à hériter d’une tradition nationale de gouvernement qui concrétisait les courants sociaux-démocrates dominants au xxe siècle et déjà sensibles dans la philanthropie presbytérienne du xixe siècle. Elle héritait de l’autonomie des réseaux sociaux de l’État providence, de l’autonomie des conseils et des collectivités locales qui avaient dirigé l’Écosse aux beaux jours de l’industrialisation du xixe siècle, et de l’autonomie des paroisses directement léguée par l’Union. Elle avait également la bonne fortune de pouvoir revendiquer l’héritage de la scotticité, se réclamer d’un sentiment, vieux de trois siècles, selon lequel une assemblée paroissiale, un conseil de notables ou un comité d’experts comprenaient mieux les désirs de la population écossaise que le lointain gouvernement de Londres. Ces dignes acteurs de la société civile étaient peut-être pompeux, conservateurs et provinciaux mais on les préférait à l’agression arrogante d’un gouvernement pour lequel, à l’évidence, les Ecossais n’avaient pas voté.

  • 11 McCrone D., 1992, op. cit.
  • 12 Keane J., Civil Society and the State, Verso, 1988 ; Kumar K., « Civil Society : an Inquiry into t (...)

24C’est ainsi que s’est développée l’idée que la société civile écossaise était radicale, plutôt à gauche et irrévérencieuse envers l’autorité.11 La gauche écossaise a désarmé la méfiance, vieille de trois siècles, des socialistes européens pour la société civile et elle a bientôt été suivie par toute la gauche britannique12 ; la droite, ne disposant plus que du pouvoir de l’État pour contrer la résistance de la société civile, a été contrainte de réviser ses positions. De ces changements de perspectives est né le désir de voir le Parlement, que la société civile avait contribué à créer, assumer des positions radicales et associer la société civile, son alliée naturelle, à la mise en place de la réforme de la société écossaise.

Tensions entre Parlement écossais et société civile

25La question qui se pose maintenant est de savoir si cette alliance entre société civile et Parlement a des chances de se réaliser. Comme le Parlement est la conséquence directe du conflit entre institutions écossaises et thatchérisme, il peut parfaitement affirmer sa légitimité en recherchant la continuité avec ces institutions. L’élite politique écossaise, qui a montré un enthousiasme marqué pour une certaine forme de nationalisme civique, risque de pousser dans la même direction. Pour elle, l’identité nationale se définit davantage par l’allégeance à des institutions spécifiques que par des caractéristiques ethniques, linguistiques, culturelles, religieuses ou par la couleur de la peau, caractéristiques qui ailleurs pourraient être considérées comme essentielles. D’ailleurs, l’idée que le Parlement peut et donc va travailler en collaboration avec la société civile prévaut à un tel point que la société civile n’a émis aucune crainte en la matière : elle ne redoute plus, comme ce fut le cas dans les années soixante-dix, d’être menacée par un corps élu tirant son autorité directement du peuple. Cet accueil favorable du Parlement par la société civile a connu quelques exceptions qui ont abouti à la création de commissions supplémentaires qui pourraient renforcer l’enracinement du Parlement dans la société civile. En fait, ce sont les collectivités locales, plus que les associations, qui ont exprimé des craintes concernant une éventuelle dérive centralisatrice du Parlement. De nombreuses conférences ont été organisées à ce propos ; une commission indépendante a été chargée de se pencher sur les relations entre collectivités locales et Parlement et le sujet a souvent mobilisé l’ordre du jour de commissions spécialisées censées étudier des domaines particuliers (citons par exemple la commission sur l’avenir de l’éducation, conjointement dirigée par l’organisation nationale représentative des collectivités locales et le principal syndicat enseignant).

  • 13 Brown C.J., The Social History of Religion in Scotland, 1780-1914, Methuen, 1987 ; Logue K., Popul (...)

26D’un autre côté, il y a de bonnes raisons de penser que la relation Parlement/société civile va poser des problèmes. D’abord, et c’est sans doute la principale de ces raisons, la société civile s’est depuis dix-huit ans installée dans une habitude d’opposition au pouvoir conservateur dont elle aura peut-être du mal à se débarrasser rapidement. C’est d’ailleurs ce que laissent penser certaines réactions à certains aspects de la politique du gouvernement travailliste de Londres, citons, par exemple, la proposition de faire payer des frais de scolarité aux étudiants qui a été largement débattue lors de la campagne pour les élections du Parlement au printemps 1999 et a ensuite dominé les négociations de coalition. La même tendance est sensible dans les réactions négatives aux allusions anglaises, qu’elles soient d’origine travailliste ou conservatrice, sur la nécessité de revoir à la baisse la subvention gouvernementale qui constitue la principale ressource du Parlement. Il est facile d’évoquer toute une série de traditions écossaises, remontant jusqu’au xviiie siècle, pour légitimer ce genre d’opposition systématique : on peut presque parler d’une composante anarchiste du radicalisme écossais déjà sensible dans les désirs d’indépendance des contestataires presbytériens des xviie et xviiie siècles.13 ; Cette opposition systématique risque d’être renforcée, pendant la période de mise en place du Parlement, par la nécessaire continuité de la plupart des autres institutions de l’administration écossaise. Le Parlement écossais ne ressemble guère aux autres nouveaux Parlements apparus ces dernières années sur la scène européenne (dans les régions autonomes d’Espagne, par exemple, ou encore dans les anciens pays communistes d’Europe centrale et d’Europe de l’Est). Il s’inscrit dans un paysage institutionnel déjà très occupé. Il lui faudra pour agir, utiliser les mêmes canaux exécutifs qu’utilisait précédemment le pouvoir central ; ces corps exécutifs obéissaient généralement sans discuter aux instructions issues d’un gouvernement conservateur haï. Il apparaît donc que le Parlement aura du mal à plaire à la société civile en passant outre l’avis de ses fonctionnaires. Les groupes de pression de l’éducation ou de la santé qui trouvaient les fonctionnaires du Scottish Office peu coopératifs du temps des conservateurs auront du mal à apprécier les mêmes individus aujourd’hui sous prétexte qu’ils obéissent désormais à de nouveaux dirigeants, surtout si ces fonctionnaires font preuve d’autant d’imagination pour modifier les politiques qu’ils le faisaient à l’époque de Margaret Thatcher.

  • 14 Fairley J., « The Democratic Reform of Scotland ? », Scottish Affaire, no 18, hiver 1997 » p. 18-2 (...)

27C’est le sujet des collectivités locales qui risque de provoquer le plus de tension.14 Malgré les efforts qui se multiplient pour aplanir les difficultés, le Parlement aura du mal à trouver la bonne attitude en la matière. Le Parlement jouit dans un premier temps d’une popularité plus grande que les collectivités locales mais il va sans doute être amené à les réformer de façon à leur donner davantage de légitimité, en instituant une représentation proportionnelle par exemple (selon la recommandation de la commission indépendante). De plus, l’harmonie entre collectivités locales et Parlement risque fort d’être compromise par la présence dans les assemblées locales du SNP et du parti conservateur, qui pourraient tous deux tirer parti de la proportionnelle et d’une certaine impopularité du gouvernement central travailliste ou de l’administration dirigée par les travaillistes en Écosse.

  • 15 Giddens A., Beyond Left and Right, Polity, 1994 ; Hirst P., « Quangos and Democratic Government »,(...)

28Toutes ces tensions potentielles sont également liées à un changement de comportement de la population vis-à-vis du gouvernement que l’on constate en Écosse comme dans la plupart des autres pays européens. Au cours des trente dernières années, les citoyens des États pourvus d’un système de protection sociale, ont commencé à remettre en cause l’autorité, phénomène directement induit par le système de l’État providence.15 Le niveau d’éducation a monté, la situation sanitaire s’est améliorée et les gens n’ont plus accepté la répartition des rôles sociaux traditionnels. Cette tendance à la révolte individuelle s’est d’abord manifestée en Europe dans la gauche des années soixante ; lorsque la social-démocratie s’est révélée incapable de traiter le problème de manière satisfaisante, ce sentiment, dans de nombreux pays, a contribué à la montée des partis de la nouvelle droite. Même si les Écossais n’ont jamais fait preuve de beaucoup d’enthousiasme pour le parti conservateur, ils se sont pourtant montrés favorables aux mesures qui semblaient vouloir libérer les individus de l’autorité paternaliste de l’État. Par exemple, les ouvriers écossais ont acheté leurs HLM ; les parents ont profité de la liberté qui leur était offerte d’inscrire leurs enfants dans l’école de leur choix ; beaucoup ont acheté des actions lorsque le gouvernement conservateur a privatisé les industries autrefois nationalisées. Les Écossais ont activement pris part à l’évolution européenne vers une érosion des comportements traditionnels. Les femmes, en Écosse comme ailleurs, ont remis en question le partage des rôles entre les sexes ; les gens ont acquis une plus grande mobilité grâce à la généralisation de la voiture et comme ailleurs, les vieilles institutions, comme l'Église, ont connu un rapide déclin.

  • 16 Hall S. et Held D., « Citizens and Citizenship », dans Hall S. et Jacques M. (éd.), New Times, Law (...)

29Il n’y a aucune raison de penser que ces tendances puissent s’inverser. Il est donc légitime de supposer que les Écossais accueilleront leur Parlement avec autant de scepticisme que les citoyens de beaucoup d’autres pays. Le Parlement sera probablement perçu comme une nouvelle institution d’État, composée d’hommes politiques éloignés des problèmes quotidiens et servie par des fonctionnaires qui font barrière au pouvoir populaire tout autant qu’ils sont des serviteurs de la démocratie. À peine le rêve utopique avait-il laissé place à la réalité tangible de 129 nouveaux législateurs faillibles et pour la plupart inexpérimentés, que la presse donnait déjà dans le cynisme (pour avoir une idée du ton des articles, on pourra se référer au numéro du 5 juillet 1999 du New Statesman qui est cependant loin d’être le plus virulent). Malgré de courageuses tentatives pour contrecarrer cette vision cynique de la politique, en favorisant la participation de la population aux prises de décisions, il sera difficile de combler rapidement ce gouffre entre gouvernants et gouvernés, pas plus en Écosse qu’ailleurs. Si le Parlement lui-même est composé d’une assez grande proportion de femmes (37 %)J ü y en a, par exemple, bien peu parmi les hauts fonctionnaires et dans les organes exécutifs, du moins pour le moment. De plus, en raison de l’inévitable confrontation entre parti travailliste et SNP, certaines des députées ont adopté un style bien plus agressif que ne l’auraient souhaité les féministes très critiques de l’agressivité des débats à Westminster. Ceux qui ont mené campagne pour un changement radical du style de politique ont de grandes chances d’être déçus. Dans la mesure où le nouveau Parlement cherche, comme cela a été fréquemment demandé, à favoriser une participation plus active des citoyens, il va forcément fournir à la population des moyens d’exprimer son mécontentement : même si, en Écosse, les citoyens sont généralement considérés comme la base du Parlement, celui-ci risque néanmoins d’être perçu par des citoyens actifs comme la source potentielle d’un pouvoir centralisateur et arbitraire.16

  • 17 Brown A., McCrone D., Paterson L. et Surridge P., The Scottish Electorate : the 1997 General Elect (...)

30Le sentiment de désillusion va se renforcer lorsque les espoirs, étonnamment grands, soulevés par la création du Parlement seront inévitablement déçus. Selon un sondage réalisé en 1997, au moment du référendum, entre deux tiers et trois quarts de la population espéraient que le Parlement allait améliorer le système éducatif, les services de santé, les services sociaux et l’économie tandis qu’une petite minorité seulement pensait que les choses allaient empirer.17 C’est la force de ses sentiments qui explique les résultats décisifs du référendum. Mais aucune institution politique ne pourrait satisfaire de tels espoirs. Il est donc inévitable que des tensions naissent entre le Parlement et la population.

31Qui va ensuite s’approprier ces attentes et ces doutes populaires ? C’est la question qui sera au cœur d’un débat déterminant pour la politique écossaise. Si la société civile réussit encore à refléter l’humeur de la société écossaise en général, elle continuera à jouir de la légitimité qui était la sienne pendant la période de l’Union puis a été renforcée par son rôle dans la résistance au thatchérisme. Dans ce cas, le Parlement apparaîtra comme l’intrus tandis que le mythe de la souveraineté populaire se concrétisera dans la résistance légitime des institutions civiles aux empiétements du Parlement. L’idée que le Parlement devra fonctionner sur la base de la concertation et de la consultation risque d’amplifier encore ce phénomène en l’obligeant à s’aligner sur un consensus entre différents groupes de pression et lobbies institutionnels.

32Si, par exemple, le Parlement cherche à passer outre aux désirs de collectivités locales d’une couleur politique différente de la sienne, son action sera perçue comme une tentative d’Édimbourg d’imposer ses propres vues à l’ensemble du pays. Ce discours sera d’autant plus crédible qu’il pourra s’appuyer sur l’une des principales sources de méfiance observée avant et pendant la campagne du référendum de 1997, c’est-à-dire la crainte que le Parlement ne s’arroge des pouvoirs appartenant à d’autres centres d’autorité. On imagine facilement que des conflits de ce genre puissent survenir dans des domaines comme l’éducation. En cas de réforme du système électoral pour l’élection des collectivités locales, une administration nationale majoritairement travailliste pourrait, à propos de l’éducation, se trouver en conflit à la fois avec les collectivités locales SNP de gauche et les collectivités conservatrices de droite.

  • 18 McPherson A. et Raab C.D., Governing Education, Edinburgh University Press,

33Le SNP pourrait se plaindre de ce que le Parlement coupe les subsides aux écoles ou cherche à imposer une uniformité des programmes à l’échelon national par l’entremise des inspecteurs. Il est tout à fait possible que les travaillistes tentent des actions de ce genre puisqu’ils partagent le désir du parti travailliste britannique de diminuer les dépenses publiques et d’imposer un contrôle central fort sur l’éducation, prétendument pour assurer de meilleurs niveaux ; de plus le style de gestion traditionnel du Scottish Office a entretenu l’idée que le contrôle central correspond à la manière écossaise.18 Les conservateurs, quant à eux, pourraient réclamer un retour à la sélection dans les établissements du secondaire et reprocher à l’administration travailliste de ne pas permettre ce choix à l’échelon local.

34Les collectivités locales pourraient mobiliser les associations pour les soutenir dans ces campagnes. Le Parlement peut également se retrouver en conflit direct avec ces associations. Si, par exemple, il se montre incapable de répondre aux attentes d’augmentation des dépenses publiques, les positions risquent de se radicaliser sur le front de la lutte contre la pauvreté. De plus, la prédominance des représentants des régions d’Écosse les plus peuplées pourrait nuire à son image dans les Highlands ou le Sud, régions qui pourraient se juger négligées. Le Parlement va-t-il radicalement réformer le système de propriété terrienne, subventionner les petites écoles rurales, développer les liaisons avec les Borders (au sud d’Édimbourg) ou soutenir le projet d’établissement d’une université dans les Highlands et les îles ? Il pourra entreprendre certains de ces projets mais ne pourra se permettre de les réaliser tous (sans se voir taxer de favoritisme par les populations des zones urbaines, comme cela avait été le cas lors de l’application du programme d’éducation en gaélique). Par conséquent, les associations qui mènent campagne en faveur de ces projets dans l’Ecosse rurale pourraient se révéler aussi opposées au Parlement qu’elles l’étaient précédemment au Scottish Office et à Westminster.

  • 19 Nairn T., Faces of Nationalisme Verso, 1997, p. 194-209.
  • 20 Kumar K., 1993, op. cit.

35Il est donc probable que la société civile pourrait continuer à se poser comme représentant légitime de l’opinion. Le Parlement, bien sûr, sera peu enclin à accepter docilement cet État de choses et contre-attaquera en invoquant le fait qu’en Écosse, société civile et establishment ne font qu’un depuis longtemps. Cette tendance risque de s’amplifier dans la mesure où les travaillistes ne détiennent qu’une majorité relative au Parlement (56 sièges sur un total de 129). Les autres partis pourront arguer que de larges pans de la société civile sont de sensibilité travailliste, ce parti ayant dominé les affaires publiques écossaises (à l’exclusion du Scottish Office) depuis plus de trente ans. La société civile n’est pas aussi radicale que son discours anti-Thatcher a pu le laisser croire. Elle a, certes, fait preuve d’efficacité dans sa résistance aux tentatives de réformes du gouvernement conservateur, mais ne s’est guère montrée imaginative en matière de politique publique depuis les années soixante. Trop confiantes dans la qualité du système éducatif, peu critiques de la position dominante des spécialistes dans de nombreux domaines, les institutions les plus puissantes se sont ralliées avec beaucoup de réticence aux idées d’égalité des sexes et de lutte contre le racisme ; enfin, dans le domaine culturel, elles sont freinées par un mélange d’esprit de clocher et de méfiance à l’égard de tout ce qui est anglais. La campagne en faveur du Parlement a aussi été largement motivée par le désir d’échapper à la vie tristement conformiste que la société civile a créée pour l’Écosse au sein du Royaume-Uni.19 De façon plus générale, comme l’a montré Kumar20, l’enthousiasme pour la société civile dont fait montre actuellement la gauche britannique fait l’impasse sur le conservatisme de nombreuses institutions. Il se pourrait que certains parlementaires de gauche voient dans la société civile un problème plutôt qu’une solution dans la mesure où elle a été complice de l’absence de réforme du Royaume-Uni.

36En adoptant cette position hostile à la société civile, les partis d’opposition pourraient tirer avantage du changement d’attitude de la population envers le gouvernement que nous avons évoqué plus haut. En d’autres termes, ils pourraient tenter une version écossaise de la campagne très réussie menée en Angleterre par Margaret Thatcher dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Comme elle le fit à l’époque, ils pourraient rejeter sur la société civile tous les maux de la nation. Ils pourraient suggérer que seul un programme fort de réformes nationales permettra de mener à bien une rénovation du pays qui corresponde aux attentes de la population. Ils pourraient aussi chercher à s’associer à des courants sympathisants d’autres pays, même s’il fallait cette fois les chercher en Europe alors que Mme Thatcher s’était tournée vers les États-Unis. Bref, les partis d’opposition pourraient partir en croisade contre les institutions civiles qui ont donné naissance au Parlement. Le risque en sera d’autant plus fort que le Parlement adoptera une interprétation plus radicale du travail par consensus. Si le Parlement tient davantage compte de l’opinion publique, reflétée par des dispositifs nouveaux tels que les mini-sondages, les groupes témoins (focus groups), les référendums électroniques, etc., on peut s’attendre à ce que les partis d’opposition s’adressent directement à la population sans passer par les canaux traditionnels.

37Les relations entre Parlement et société civile n’auront donc rien du confortable consensus souvent dépeint dans les commentaires des travaux de la convention constitutionnelle, pour la bonne raison que la société civile est loin d’être aussi homogène qu’on ne l’a dit au moment où elle menait obligeamment la résistance écossaise contre le thatchérisme. De plus, il est probable que les conflits, quels qu’ils soient, finissent par renforcer l’importance du Parlement dans la vie de tous les jours. Le Parlement n’est guère plus homogène que la société civile. Les controverses entre l’exécutif et la société en général seront traitées à la chambre. En supposant que la société civile parvienne encore à se poser en leader du scepticisme populaire à l’égard de l’autorité centrale, une pléthore de parlementaires d’opposition seront eux aussi disposés à s’associer à ce populisme. Comme le gouvernement écossais est mené par un parti travailliste prudent encore très lié au parti anglais, il ne sera pas difficile de voir dans le manque d’indépendance de l’Ecosse vis-à-vis de l’Angleterre la source des problèmes écossais. À ce stade, les exigences de la souveraineté populaire s’imposeront à la société civile : si le peuple est souverain, et si la société civile représente le peuple, alors toute contrainte extérieure sur la politique écossaise s’avérera intolérable. Si seulement, dira-t-on, nous avions un Parlement plus démocratique dont l’unique source d’autorité provienne véritablement du peuple écossais représenté par les institutions de la société civile, alors il serait possible d’oublier la déception de tous ces espoirs qui n’ont été que partiellement réalisés.

  • 21 Brown A., McCrone D. et al., 1998, op. cit.

38D’un autre côté si le Parlement devait finalement produire une majorité capable de susciter le mécontentement public contre un establishment écossais trop confiant, il s’engagerait alors dans un combat contre les institutions qui ont su préserver la spécificité de l’Ecosse au sein du Royaume-Uni mais ont en même temps entretenu les liens entre ces deux entités. Cela impliquerait que le Parlement acquière davantage de pouvoirs, en particulier en ce qui concerne la politique de redistribution des richesses, domaine dans lequel les positions écossaises sont bien plus à gauche que les positions anglaises.21 Cela impliquerait également que le Parlement s’oppose aux composantes les plus britanniques de la culture écossaise, à tous ces salariés des classes moyennes qui se sont accrochés à une identité duale alors même que les ouvriers l’abandonnaient progressivement. Ce scénario poussera lui aussi le Parlement vers une plus grande indépendance, ancrée dans une souveraineté populaire dont il sera le champion.

39Pour conclure, précisons que nous n’avons pas cherché ici à suggérer que « l’indépendance » est la seule solution possible aux tensions entre la société civile et le nouveau Parlement écossais. Ce que nous avançons cependant c’est que le processus qui va s’engager mènera nécessairement à une extension des pouvoirs et de l’autorité du Parlement dans la mesure où celui-ci sera le forum où s’exprimeront les grandes tensions de la société écossaise. Le résultat final est imprévisible puisque le terme « indépendance » est en train de prendre une nouvelle dimension au sein de la nouvelle Europe. Ce qui semble certain, cependant, c’est que la dynamique qui va être mise en route marque la fin du rôle de l’Ecosse comme simple composante autonome d’un Royaume-Uni souverain.

Notes

1 Voir Fry M., Patronage and Principle : a Political History of Modem Scotland, Aberdeen University Press, 1987 ; Harvie C., Scotland and Nationalism : Scottish Society and Politics, 1707-1994, Allen Unwin, 1994 ; Lenman B., Integration, Enlightenemnt and Industrialisation : Scotland 1746-1832, Edward Arnold, 1981 ; Lynch M., Scotland. A New History, Century, 1991 ; McCrone D., Understanding Scotland : the Sociology of a Stateless Nation, Roudedge, 1992 ; Paterson L., The Autonomy of Modem Scotland, Edinburgh University Press, 1994 ; Scott P.H., 1707 : the Union of Scotland and England, Chambers, 1979.

2 Sher R.B., Church and University in the Scottish Enlightenment, Edinburgh University Press, 1985.

3 Colley L., Britons. Forging the Nation, iyoy-1832, Yale University Press, 1992.

4 Voir Checkland S. et Checkland O., Industry and Ethos : Scotland 1832-1914, Edward Arnold, 1984 ; Hutchinson I.G.C., A Political History of Modem Scotland, 1832-1924, John Donald, 1986.

5 Paterson L. 1994, op. cit.

6 Donaldson W., Popular Literature in Victorian Scotland, Aberdeen University Press, 1986 ; Morris R.J., « Scotland : 1830-1914 : the Making of a Nation within a Nation », dans Fraser et Morris (éd.), People and Society in Scotland, 1830-1914, vol. 3, John Donald, 1990, p. 1-7 ; Morton G., « A Tale of Two States : Scotland in the Eighteenth and Nineteenth Centuries », dans Beramendi J.G. et Nunez Xosé (éd.), Nationalism in Europe. Past and Présent, Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, 1994, p. 223-245.

7 Fry M., 1987, op. cit. ; Harvie C., No Gods and Precious Few Heroes, 3e édition, Edinburgh University Press, 1998 ; Paterson L., 1994, op. cit.

8 Cohen A.P., « Personal Nationalism : a Scottish View of some Rites, Rights and Wrongs », American Ethnologist, vol. 23, p. 802-815.

9 Mitchell J., Strategies for Self Government, Polygon, 1996 ; Paterson L., A Diverse Assembly : the Debate on the Scottish Parliament, Edinburgh University Press, 1998.

10 Brown A., McCrone D. et Paterson L., Politics and Society in Scotland, Macmillan, 1998 ; Fry, 1987, op. cit. ; Harvie, 1994, op. cit. ; Paterson, 1994, op. cit.

11 McCrone D., 1992, op. cit.

12 Keane J., Civil Society and the State, Verso, 1988 ; Kumar K., « Civil Society : an Inquiry into the Usefulness of an Historical Term », British Journal of Sociology, no 44 1993. P. 375-401.

13 Brown C.J., The Social History of Religion in Scotland, 1780-1914, Methuen, 1987 ; Logue K., Popular Disturbances in Scotland, 1780-1817, John Donald, 1979 ; Sher R.B., « Moderates, Managers and Popular Politics in Mid Eighteenth Century Edinburgh », dans Dwyer J. et al (éd.), New Perspectives on the Politics and Culture of Early Modem Scotland, John Donald, 1982, p. 179-209 ; Whatley C., « An Uninflammable People ? », dans Donnachie I. et Whadey C. (éd.), The Manufacture of Scottish History, Polygon, 1992, p. 51-71.

14 Fairley J., « The Democratic Reform of Scotland ? », Scottish Affaire, no 18, hiver 1997 » p. 18-23.

15 Giddens A., Beyond Left and Right, Polity, 1994 ; Hirst P., « Quangos and Democratic Government », Parliamentary Affairs, vol. 48, 1995, p-341-359 ; Inglehart R., Cultural Shift in Advanced Industrial Societies, Princeton University Press, 1990.

16 Hall S. et Held D., « Citizens and Citizenship », dans Hall S. et Jacques M. (éd.), New Times, Lawrence and Wishart, 1989, p. 173-188 ; Paterson L., « Education, Local Government and the Scottish Parliament », Scottish Educational Review, vol. 30, 1998, p. 52-60.

17 Brown A., McCrone D., Paterson L. et Surridge P., The Scottish Electorate : the 1997 General Election and Beyond, Macmillan, 1998.

18 McPherson A. et Raab C.D., Governing Education, Edinburgh University Press,

19 Nairn T., Faces of Nationalisme Verso, 1997, p. 194-209.

20 Kumar K., 1993, op. cit.

21 Brown A., McCrone D. et al., 1998, op. cit.

Auteur

Rédacteur en chef de Scottish Affairs, Université d’Édimbourg

© UGA Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540