Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Autonomie écossaise

 | 
Keith Dixon

Le mouvement ouvrier et la question nationale (1886-1997)

Christian Civardi

Texte intégral

  • 1 Ce que n’est pas The Dévolution of Power, du député travailliste J.P. Mackintosh (1968), propositi (...)

1En Écosse, mouvement ouvrier et revendication autonomiste se structurent à la même époque : la Scottish Home Rule Association (Association autonomiste écossaise, SHRA) est fondée en 1886, le Scottish Labour Party (Parti travailliste écossais, SLP) en 1888, le Scottish Trades Union Congress (STUC) en 1897. Depuis un siècle, l’attitude du premier par rapport à la seconde peut se résumer d’un mot : pragmatisme. C’est en vain que l’on cherchera la moindre réflexion de fond d’un homme politique écossais de gauche sur la question nationale1 — pas plus, d’ailleurs, que sur la nature, la fonction et l’idéologie de l’État britannique.

  • 2 Forward, 28 avril 1924, et New leader, 1er juillet 1932.

2Faute de dogme, la position du mouvement ouvrier face aux revendications nationales peut se lire comme une cynique succession de volte-face : ex-secrétaire londonien de la SHRA, Ramsay MacDonald néglige le Home Rule (Autonomie écossaise) une fois au pouvoir ; président de l’Independent Labour Party (Parti travailliste indépendant, ILP), James Maxton, qui clamait en 1924 : « Je ne vois aucun objectif plus important dans ma vie que de mener cette Écosse régie par les Anglais et les nantis vers une communauté écossaise autonome », concède huit ans plus tard : « Le combat pour la seule liberté politique est aujourd’hui dépassé, que ce soit en Inde, en Irlande ou en Écosse »2 ; le communiste Aitken Ferguson, qui accusait en 1927 les autonomistes du STUC de « s’habiller en couleurs écossaises » (don the tartan), rédige dix ans plus tard une brochure favorable au Home Rule ; le travailliste Jim Sillars remporte en 1970 la législative partielle du South Ayrshire en faisant campagne contre la dévolution, puis en 1988 celle de Glasgow-Govan en tant que candidat du... Scottish National Party (SNP) ; Robin Cook mène campagne pour le « non » au référendum de 1979, pour le « oui » à celui de 1997. Si Keir Hardie, John Smith et Donald Dewar, constants partisans du Home Rule, John Wheadey et Tam Dalyell, opposants tout aussi fermes, font figure d’exceptions, c’est que la position du mouvement ouvrier sur cette question a été, pendant la majeure partie du xxe siècle, fondée sur l’appréciation du rapport de forces, toujours fluctuant, entre socialistes, nationalistes et conservateurs, et donc foncièrement réactive, voire défensive, plutôt que constructive.

3En un siècle, la position du mouvement ouvrier sur la question nationale est, me semble-t-il, passée par cinq grandes phases. 1886-1923 : l’héritage libéral, marqué par la Highland question (question des Hautes-Terres écossaises) ; 1923-1940 : le repli stratégique, imposé par la crise économique ; 1940-1968 : la foi en la planification centralisée ; 1968-1979 : l’opportunisme des gouvernements Wilson et Callaghan, soumis à la pression du SNP ; 1979-1997 : le temps de la réflexion, produit de dix-huit années d’opposition. On notera que le mouvement ouvrier a accordé le primat, tantôt au politique, tantôt à l’économique. Dans le premier cas (phases I et V), il a adopté une attitude constructive face à la question nationale, dans le second (phases II, III et IV), une attitude défensive.

L’héritage libéral : 1888-1923

4Réclamé par la plupart des députés écossais, le poste de Scottish Secretary est rétabli en 1885. Cette ébauche de « dévolution administrative » ne satisfait qu’à moitié l’opinion publique, qui estime que les affaires écossaises sont négligées à Westminster. Aussi la Scottish Home Rule Association, fondée en 1886, milite-t-elle pour la création d’un Parlement autonome sur le modèle de celui que Gladstone vient de proposer aux Irlandais. La SHRA n’a aucunement pour objectif l’indépendance de l’Ecosse, mais un meilleur fonctionnement des institutions du Royaume-Uni ; non partisane, elle rassemble députés libéraux (très majoritaires) et du Crofters’ Party, industriels, universitaires et syndicalistes, tels les dirigeants des mineurs Robert Smillie et Keir Hardie.

Les travaillistes

5Keir Hardie fonde en 1888 le Scottish Labour Party, partisan d’une réforme agraire, de la nationalisation des compagnies ferroviaires, des mines et des banques, de la journée de travail de huit heures, de l’abolition du liquor traffic (trafic de l’alcool) et de l’autonomie de toutes les nations de l’Empire. La Scottish Land Restoration League (Ligue écossaise pour la restitution de la terre) et la Scottish Land and Labour League adhèrent au nouveau parti. En 1893, Hardie préside à la fondation de l’Independent Labour Party britannique, au programme plus ouvertement socialiste que celui du SLP, qu’il absorbe. À son tour, l’ILP contribue, avec le Trades Union Congress (TUC), à la formation en 1900 du Labour Représentation Committee (Comité de représentation du travail) puis, six ans plus tard, du Labour Party, dont Hardie est élu président, et Ramsay MacDonald secrétaire. Désormais composante du parti travailliste, l’ILP, bien implanté en Ecosse, suscite l’adhésion de bourgeois(es) et d’intellectuelle) s pacifistes et autonomistes, pour la plupart anciens libéraux.

6Revenus au pouvoir en 1906, ces derniers rouvrent le chantier du Home Rule. En vain : aucun de leurs Government of Scotland Bills (projets de loi sur le gouvernement de l’Ecosse) ne franchit le cap de la deuxième lecture aux Communes, sauf celui de 1913, qui s’enlise en commission jusqu’à ce que la déclaration de guerre bouleverse les priorités, entraînant la disparition de la SHRA.

  • 3 En 1921, la SHRA compte 213 organisations affiliées, dont 89 sociétés coopératives, 6 5 sections s (...)

7Elle renaît en 1918, sous l’impulsion du tanneur ILP Roland Muirhead. Une forte majorité de ses adhérents est issue du mouvement ouvriers3 ; outre Muirhead, ses personnalités marquantes appartiennent toutes à l’ILP : William (et non « Willie ») Gallacher, président de la Scottish Co-operative Society (Société coopérative écossaise), le révérend James Barr, Thomas Johnston, James Maxton. Aux législatives de 1918, le parti travailliste fait campagne pour « l’autonomie pour tous » (home rule ail round) ; il présente un « programme écossais » (Scottish programme) en dix points, dont le premier est « Complété restoration of the land of Scotland to the Scottish people », et le troisième « The self determination of the Scottish people » : on le voit, la revendication autonomiste procède de la lutte pour une réforme agraire, en particulier dans les Hautes-Terres.

Les partis révolutionnaires

8L’extrême gauche est à cent lieues de ces préoccupations.

  • 4 Matheson J.C., « Socialism and Nationalism », The Socialist, novembre 1910.

Forward et l’ILP sont responsables de l’assimilation du socialisme écossais à un mouvement agraire rétrograde... Les gens des Hautes-Terres ne font pas davantage partie de la nation écossaise que les Sioux ne font partie de la nation américaine.4

  • 5 « Willie » Gallacher au congrès de 1912 : « Les travailleurs doivent se défendre en tant qu’intern (...)

9L’organe du Socialist Labour Party (Parti travailliste socialiste) ne mâche pas ses mots. Il est vrai que le SLP, fondé en 1903 par la sécession du district écossais de la Social Democratic Federation (Fédération sociale démocrate, SDF), est un petit parti au recrutement industriel et urbain. La même attitude prévaut dans le district écossais du successeur de la SDF, le British Socialist Party (Parti socialiste britannique), fondé en 1911.5

Les syndicats

10En 1895, le TUC expulse du nombre de ses affiliés les Trades Councils (bourses du travail), coupables de s’être trop tôt érigés en champions de la représentation ouvrière autonome à Westminster. Mécontents de cette décision, les syndicats écossais fondent, deux ans plus tard, le Scottish TUC. Pour les petits syndicats, le Home Rule représente une bouée de sauvetage face à la vague de fusions syndicales qui menace leur existence ; pour les bourses du travail, une possibilité d’établir le socialisme plus rapidement qu’en Angleterre ; pour les cheminots du district écossais de la National Union of Railwaymen (Syndicat national des chemins de fer), l’espoir de mettre un terme aux opérations de rationalisation qu’a entraînées la fusion en 1921 des cinq compagnies ferroviaires écossaises au sein de deux sociétés britanniques. Surtout, il représente, pour les uns comme pour les autres, un moyen de mettre fin à l’exode rural, notamment en provenance des Highlands, qui chasse vers les villes une main-d’œuvre aussi nombreuse que bon marché. Aussi une résolution favorable au Home Rule est-elle votée par chaque congrès du STUC entre 1914 et 1923. Celle-ci sera la dernière avant 1969.

Le repli stratégique : 1923-1940

11En effet, quatre facteurs vont entraîner, au lendemain de la guerre, le mouvement ouvrier dans une direction assimilationniste : la création du parti communiste, le ralliement des catholiques au travaillisme, la crise économique, et la stratégie électorale du parti travailliste britannique.

Les partis révolutionnaires

12Fondé en 1920, le Communist Party of Great Britain (Parti communiste de Grande-Bretagne, CPGB) ne représente pas une menace électorale pour le Labour ; mais son implantation syndicale lui permet de jouer un rôle réel au congrès du STUC. Quoique majoritairement dirigé par des Écossais — Willie Gallacher, J.R. Campbell, Helen Crawfurd, Bob Stewart, Tom Bell —, il adopte d’emblée une ligne antinationaliste. « Les travailleurs de la Clyde vont-ils maintenir leur détermination à ne pas accepter une diminution de leur salaire, ou sont-ils trop occupés par le Home Rule pour l’Écosse ? », s’interrogeait The Communist du 30 avril 1921 après que le STUC eut voté une motion en faveur de l’autonomie.

  • 6 « Maclean est resté fidèle au principe... de la troisième Internationale, selon lequel il ne devai (...)

13Ayant échoué à former un Scottish Communist Party, John Maclean fonde en 1923 le Scottish Workers’ Republican Party (Parti ouvrier et républicain écossais, SWRP), qui survivra une dizaine d’années à son fondateur, mort en novembre 1923. La seule allusion du manifeste que publie le SWRP en 1925 à l’indépendance de l’Ecosse est foncièrement défensive : « Elle n’est pas plus incompatible avec l’internationalisme que ne l’est la revendication d’une République ouvrière en Inde, en Égypte ou en Irlande. » Tactique (se démarquer du CPGB)6 et stratégique (contribuer à l’implosion de l’Empire), le nationalisme de Maclean trouve sa justification théorique dans la vision idéalisée d’une société clanique proto-communiste. Face à cette argumentation sujette à caution, relayée par l’aristocratique président de la Scots National League (Ligue nationale écossaise), Ruaraidh Erskine of Marr, le CPGB aura beau jeu de traiter Maclean de « communiste en kilt » (claymore communist).

  • 7 McLennan R., « The National Question and Scotland », Communist Review, octobre 1932.
  • 8 « Il est douteux que les Celtes aient jamais contribué en quoi que ce soit aux cultures nationales (...)

14L’internationalisme prolétarien du CPGB nie la spécificité écossaise, tant économique (aucune analyse du « développement inégal ») que culturelle. Au moment même où Gramsci s’érige en défenseur de la langue sarde, les efforts de la Scots National League pour promouvoir le gaélique sont comparés par le communiste R. MacLennan à une tentative de « ressusciter les morts afin d’étayer le système en décomposition du capitalisme international7, » et Lewis Grassic Gibbon, dans un recueil d’essais publié en collaboration avec Hugh MacDiarmid, provoque ouvertement ce dernier.8

Les catholiques

15On assiste, au lendemain de la guerre, à un transfert d’allégeance des catholiques d’origine irlandaise des libéraux vers les travaillistes, qui ont soutenu le financement par l’État des écoles catholiques, et qui bénéficient du travail de propagande de la Catholic Socialist Society de John Wheatley, député ILP de Glasgow-Shettleston, qui lance cette mise en garde :

  • 9 « Catholic Socialist Notes », Forward, 5 avril 1928.

La question de l’autonomie écossaise, qui commence à connaître un certain retentissement, intéresse naturellement les Irlandais. Beaucoup d’entre nous, malgré leur foi dans l’autodétermination pour tous, sont forcés de reconnaître que la passion brûlante du nationalisme irlandais empêche depuis longtemps le rassemblement des ouvriers autour des questions sociales... Les États-Unis d’Europe représentent un idéal bien plus accessible que beaucoup d’autres et tout mouvement qui tend à renforcer les barrières entre une parcelle de terre, ses habitants et une autre parcelle est à décourager. Il semble qu’en Écosse il n’y ait aucun désir spontané d’indépendance de la part de la population et il est regrettable de consacrer du temps à un désir artificiel. Une meilleure répartition des centres administratifs pourrait se révéler plus efficace mais nous considérerons avec beaucoup de tristesse toute velléité de claironner en Écosse les mérites naturels du Calédonien en les opposant aux faiblesses notoires de chacun de ses compatriotes.9

16C’est un avertissement que le Labour ne peut prendre à la légère : après la loi électorale de 1918, les catholiques constituent 20 % ou plus de l’électorat dans 23 circonscriptions écossaises. Aussi les protestations renouvelées d’autonomisme des non-catholiques de l’ILP commencent-elles à sonner creux.

La stratégie électorale

17D’autant que certains d’entre eux se voient un destin national, c’est-à-dire britannique. En 1923, J.R. Bell constate devant le Scottish Council of the Labour Party (SCLP) :

Si l’Ecosse avait bénéficié de l’autonomie, il est certain qu’un gouvernement travailliste serait maintenant au pouvoir au nord de la Tweed et cette pensée devrait solliciter des efforts encore plus importants de la part des Écossais, de plus en plus nombreux, qui demandent avec insistance un Parlement à Édimbourg pour gérer les affaires écossaises.

18Il est vrai qu’aux législatives de 1922 (et à chaque élection jusqu’en 1935), le iMbour obtient un meilleur résultat en Ecosse qu’en Angleterre, d’où le vœu qu’émet le délégué du National Executive Comumittee (NEC) travailliste devant la même assemblée de voir « la périphérie celtique sauver l’Angleterre de la folie de son propre conservatisme ». On voit bien le dilemme : le second constate que, sans les Écossais et les Gallois, point de gouvernement travailliste à Londres, le premier que, sans les Anglais, l’Ecosse aurait un gouvernement travailliste.

  • 10 Il proposait le statut de Dominion, ce qui impliquait le retrait de Westminster des députés écossa (...)

19Paradoxalement, c’est l’arrivée massive à Westminster, en 1922, d’une génération brillante de députés ILP écossais presque unanimement partisans du Home Rule qui sonne le glas de cette revendication : exerçant un pouvoir réel dans la vie politique britannique et conscients du fait que le parti travailliste avait besoin de leurs sièges pour obtenir la majorité, il était inévitable qu’ils fussent tentés de proposer des solutions nationales à la crise que traversait le royaume. Le parcours sans fautes de John Wheatley, très efficace ministre de la Santé et du Logement du gouvernement MacDonald de 1924, les confirmera dans cette option : comment pourrait-on se contenter d’améliorer le sort de la seule Ecosse alors que l’on a l’occasion d’implanter le socialisme en Grande-Bretagne ? Aussi MacDonald, Premier ministre, ne soutiendra-t-il pas plus le Scottish Home Rule Bill présenté en 1924 par George Buchanan que, leader de l’opposition, celui défendu en 1927 par James Barr.10

20Déjà passablement distendus par l’échec de ces deux Bills, les liens entre SHRA et ILP sont rompus en 1928 lorsque Muirhead et Cunninghame Graham se présentent en tant que candidats nationalistes indépendants à deux élections partielles, puis qu’est fondé le National Party of Scotland. Non sans mauvaise foi, Thomas Johnston s’en offusque :

  • 11 Forward, 2 juin 1928.

Le parti travailliste s’est déclaré officiellement en faveur d’une décentralisation politique, ce qui implique l’autonomie écossaise, mais il n’a pas eu l’occasion de traduire son programme en actes législatifs... Si le parti travailliste avait eu cette occasion et avait trahi les espoirs écossais, alors la question de la création d’un nouveau parti se serait posée tout à fait autrement.11

21Certes, le nouveau programme travailliste adopté en 1928, Labour and the Nation (Le parti travailliste et la nation), prévoit « la création d’assemblées législatives séparées en Ecosse, au Pays de Galles et en Angleterre, dotées de pouvoirs autonomes dans les affaires locales ». Il est clair, toutefois, qu’il ne s’agit là que d’une déclaration de pure forme. Revenu au pouvoir en 1929, le gouvernement travailliste n’a pas de temps à consacrer à ces questions constitutionnelles, considérées comme secondaires.

La crise économique

  • 12 « Je suis... de plus en plus mal à l’aise à l’idée que nous puissions obtenir un pouvoir politique (...)
  • 13 « On devrait établir un Parlement, économisant ainsi du temps et de l’argent et donnant au peuple (...)
  • 14 J. Carmichael, de la Workers’Union, au congrès de 1924 : « Il serait... assez courageux pour dire (...)

22C’est que la crise économique les relègue, en effet, au second plan. Phénomène mondial à partir de 1929, la Dépression semble rendre dérisoire toute tentative de solution purement régionale, poussant Johnston, secrétaire d’Etat au Scottish Office de 1929 à 1931, à remettre en question, désabusé, son long passé de militant autonomiste.12 Les syndicats n’ont pas attendu la mondialisation de la crise pour tenir le même discours. Majoritaire au lendemain de la guerre, le point de vue autonomiste13 est peu à peu supplanté par la position centralisatrice qu’expose devant le STUC de 1923 le délégué de la National Union of Distributive and Allied Workers (Syndicat national des travailleurs de la distribution) : « Nous ne sommes pas particulièrement favorables à l’autonomie écossaise, puisque nous voulons des taux de rémunération nationaux s’appliquant à l’Angleterre et à l’Ecosse. » C’est qu’entre-temps, l’environnement économique a changé du tout au tout. D’offensives pendant le boom de 1919-1920, les luttes syndicales sont devenues défensives face à un patronat sachant tirer parti du chômage qui gangrène l’Ecosse à partir de 1921. Il devient clair que pour gagner en efficacité la riposte syndicale doit être, à l’échelle de l’attaque, nationale. Dans la logique de ce raisonnement, d’aucuns n’hésitent pas à remettre en cause l’existence même du STUC. Cela est particulièrement vrai des syndicats généraux14 et de l’aile gauche du mouvement, notamment les bourses du travail de Glasgow et Édimbourg, représentées au STUC par les communistes Peter Kerrigan et Aitken Ferguson.

23Au congrès du STUC de 1931, pour la première fois en huit ans, une motion autonomiste est mise aux voix : elle est nettement défaite. Il est révélateur de déceler au nombre des rares organisations à avoir soutenu cette motion les bourses du travail de Hawick et Galashiels, centres textiles des Borders (région frontalière) où subsistent de petits syndicats locaux, ainsi que les ouvriers agricoles de la Scottish Farm Servants’ Union (Syndicat écossais des travailleurs agricoles). Une revendication défendue par les seuls groupes situés aux franges professionnelles et/ou géographiques du monde ouvrier ne pouvait plus guère être prise au sérieux par les syndiqués des Central-Lowlands (région du centre).

24En 1932, après le désastre électoral de 1931 et la désaffiliation de l’ILP, le Labour tient son congrès national à Glasgow. Le Home Rule n’y est même pas évoqué : l’heure est à la reconstruction du parti et au renforcement du rôle de l’État pour tenter de sortir le Royaume-Uni de la crise qu’il traverse. Ce n’est pas la Scottish Renaissance (Renaissance écossaise) qui fera changer les travaillistes d’avis. Pendant l’été de 1927, Forward publie un échange de correspondance sur le nationalisme entre C.M. Grieve (Hugh MacDiarmid) et J.S. Clarke (député ILP de Maryhill). Un an plus tard, Clarke y attaque un article de Grieve dans la Pictish Review :

  • 15 « More Nationalistic Bunkum », Forward, 16 juin 1928.

Le nationalisme [est] l’invention d’un capitalisme naissant ou en difficulté... Aujourd’hui il ne constitue même pas un mythe significatif, il est plutôt un obstacle... Le « nationaliste » moderne, comme le Jacobite qui pose sa couronne de fleurs au pied de la statue du roi Charles chaque année, ou l’Orangiste qui revit tous les ans la bataille de la Boyne, est une anomalie historique... M. Grieve a probablement raison [lorsqu’il écrit que], parmi ceux qui « dirigent » le mouvement travailliste, il y a trop de mépris pour la culture et pour les autres raffinements de la vie. Mais où se trouve la logique dans les positions nationalistes ? Toute l’évolution culturelle actuelle va à l’encontre du nationalisme... Qui aurait l’idée de dire que la relativité est une invention judéo-allemande ou la radioactivité une invention franco-polonaise ? Actuellement, au xxe siècle qui a vu naître les vols transatlantiques et la télévision, il y a encore des hommes pour écrire dans la Revue Picte. Pourquoi pas Les Nouvelles néolithiques Le Bulletin de l’âge de bronze ?15

  • 16 Crawfurd H., « The Scottish National Movement », Communist Review, février 1933.

25Paradoxalement, c’est le CPGB qui reprend le flambeau nationaliste. « Certaines sections de la classe capitaliste » soutiennent le nationalisme écossais à seule fin de « détourner la jeunesse écossaise de la lutte des classes », écrivait Helen Crawfurd en 1932.16 Trois ans plus tard, changement de discours : abandonnant sa ligne de « classe contre classe » Staline prône le « front populaire » antifasciste. Il importe donc de battre sur leur propre terrain les nationalistes, qui captent une partie du vote des mécontents de la classe moyenne. En 1937, une brochure de Aitken Ferguson, Scotland, propose un Parlement écossais doté de pouvoirs fiscaux et économiques.

La planification nationale : 1940-1968

26L’Écosse a proportionnellement moins contribué que l’Angleterre au raz-de-marée travailliste de 1945 : l’exécutif national du parti estime ne plus avoir un besoin impérieux de ses voix pour arriver au pouvoir. À Westminster, les mld Clydesiders turbulents et talentueux ont laissé la place à une nouvelle génération d’élus, souvent d’anciens permanents syndicaux méritants, dociles et peu ambitieux ; Scottish Secretary pendant la guerre, Johnston a utilisé au mieux le potentiel de la dévolution administrative. Ce système, expliquent ses successeurs, permet à l’Écosse, non seulement de bénéficier d’un traitement préférentiel au sein du Cabinet, mais aussi d’influer sur les grandes décisions affectant le royaume ; et il est vrai que la mise en place de l’État providence et des nationalisations est un défi exaltant. Toutefois, la très forte centralisation qui préside aux réformes d’Attlee irrite en Écosse, y compris au SCLP, qui, en 1947, « réitère sa demande d’un examen [de la dévolution], et déplore qu’il ait pris du retard » — allusion à son Plan for Post-War Scotland (Plan pour l’Écosse d’après-guerre) de 1941, proposant que siège à Édimbourg une assemblée composée des députés élus pour l’Écosse à Westminster, mis au placard par le NEC.

  • 17 Dont l’avènement, toutefois, est subordonné aux « wider issues of the political struggle ».

27Certes, la menace nationaliste a été repoussée : élu pour le SNP à la partielle de Motherwell en avril 1945, Robert Maclntyre perd son siège aux législatives de juillet. Mais le séparatisme défait, l’autonomisme prend la relève. John MacCormick, qui a quitté le SNP en 1942, fonde la Scottish Convention. En 1947, elle convoque une Scottish Assembly, qui rédige un Scottish Covenant, pétition autonomiste qui obtiendra deux millions de signatures. Député communiste du West Fife jusqu’en 1950, Willie Gallacher soutient la Convention, et John Gollan, secrétaire national du CPGB, présente en 1948 Scottish Prospect (Perspectives écossaises), favorable à un Parlement écossais.17 Le STUC de cette même année repousse une motion du délégué des mineurs, le communiste Abe Moffat, revendiquant un Parlement écossais, au profit d’une autre prônant la planification économique nationale et la dévolution administrative. Cela restera sa ligne jusqu’en 1969.

28Telle est également celle du gouvernement Attlee, dont le White Paper on Scottish Affairs (Livre blanc sur les affaires écossaises) de janvier 1948, proposant d’accroître le rôle du Scottish Grand Committee à Westminster, est entériné par le congrès écossais du parti. On est en pleine phase d’assimilation. Devant le congrès écossais de 1955, Gaitskell soutient que la planification économique et les négociations collectives nationales ont rendu caduque l’idée de Home Rule. Il est vrai que la menace nationaliste semble écartée : le SNP n’obtient pas même 1 % des voix écossaises aux législatives de 1955 et de 1959. Aussi le SCLP tombe-t-il dans la suffisance : en 1961, il refuse de débattre d’une motion déplorant la présence de missiles nucléaires américains au Holy Loch au prétexte qu’il « ne s’agit pas d’un problème écossais ». Trois ans plus tôt, le SCLP a présenté sa stratégie dans Let Scotland Prosper (Que l’Ecosse soit prospère), qui répudie toute idée d’un Parlement autonome et postule : « Les problèmes de l’Écosse peuvent être résolus au mieux par la planification socialiste à l’échelle du Royaume-Uni », formule reprise en 1963 dans Signposts for Scotland (Pistes pour l’Écosse) :

Le parti travailliste en Écosse considère que les problèmes spécifiques de l’Écosse peuvent être résolus seulement si l’industrie est réorientée du Sud vers le Nord. Ceci implique une stratégie déterminée de planification économique à l’échelle du Royaume-Uni.

  • 18 À l’issue desquels il fut minoritaire de, respectivement, 16, 28 et 10 sièges en Angleterre. Voir (...)

29Scottish Secretary de Harold Wilson, Willie Ross va s’y employer. Tout en stigmatisant les autonomistes, il ne manque pas de rappeler que, sans l’appoint de ses bastions écossais et gallois, le parti travailliste n’aurait pu accéder au pouvoir en 1964, ni en février et octobre I97418, et obtient la création du Highlands and Islands Development Board (Conseil de développement des Hautes-Terres et des Iles, 1965) et de la Scottish Development Agency (Agence de développement écossaise, 1975), ainsi que la désignation de la quasi-totalité de l’Écosse comme « zone de développement » (1967).

L’opportunisme : 1968-1979

30Cela ne suffit pas à enrayer le déclin économique du pays. En 1967, Winnie Ewing remporte pour le SNP la législative partielle de Hamilton, bastion travailliste de la Clyde. Les succès du SNP aux élections locales de 1968 prouvent que Hamilton n’était pas un simple vote de protestation des déçus du wilsonisme. Willie Ross n’en tient pas compte, qui propose simplement d’étendre la dévolution administrative, et tance le STUC de 1968, coupable d’avoir osé débattre — sans la mettre aux voix — d’une motion autonomiste du leader communiste des mineurs, Mick McGahey.

31À partir de 1968, l’attitude face à la question nationale de l’exécutif travailliste britannique et celle de l’exécutif écossais se mettent à diverger. Tandis que Wilson ruse et esquive — il nomme à la fin de l’année une dilatoire Royal Commission on the Constitution (Commission royale sur la constitution) —, le SCLP persiste et signe. En dépit des objurgations du fédéraliste John P. Mackintosh, le SCLP réaffirme dans The Government of Scotland (1970) et Scotland and the UK (1973) sa foi en la planification économique centralisée, panacée censée rendre inutile toute dévolution législative. Tel n’est pas l’avis des milliers d’ouvriers des chantiers navals Upper Clyde Shipbuilders, que le gouvernement de Edward Heath laisse mettre en faillite. Menée par deux syndicalistes communistes, Jimmy Reid et Jimmy Airlie, leur grève avec occupation de 1971-1972 met en cause le « gouvernement de Londres », incapable de faire face aux urgences locales. C’est là qu’apparaît pour la première fois l’idée que le gouvernement conservateur n’a pas de mandat écossais, et qu’une assemblée écossaise majoritairement travailliste pourrait faire contrepoids à un Parlement britannique à majorité conservatrice.

32En octobre 1973, la commission royale (Kilbrandon) publie son rapport, majoritairement favorable à la dévolution législative en Ecosse et au Pays de Galles. La veille, le SCLP a publié Scotland and the UK. La sanction ne se fait pas attendre : une semaine plus tard, le SNP remporte la législative partielle de Glasgow-Govan, bastion travailliste des chantiers navals, résultat d’autant plus humiliant que le Labour est alors dans l’opposition. Il est vrai que la découverte du pétrole de la mer du Nord a changé les données de la question : une Ecosse indépendante paraît désormais viable. L’opportunisme n’est pas l’apanage des travaillistes : « Le pétrole est écossais », clament les affiches du SNP.

33Le slogan porte : aux élections de février 1974, le SNP obtient 7 sièges, et 11 à celles d’octobre, qui en font le second parti (en voix : 30,4 %) d’Ecosse derrière les travaillistes. En août Wilson, revenu au pouvoir, le NEC et le STUC convainquent un SCLP réticent de se rallier à l’idée émise par la commission Kilbrandon d’une « assemblée directement élue avec des pouvoirs législatifs dans le cadre de l’union politique et économique du Royaume-Uni ». Cette précision n’est pas que de pure forme : le Livre blanc de 1975, Our Changing Democracy, propose certes une assemblée écossaise, mais dépourvue de pouvoirs économiques. C’en est trop pour Jim Sillars, député travailliste naguère antidévolutionniste, qui fonde le Scottish Labour Party. Nombre de ses (rares) membres, recrutés surtout parmi la gauche intellectuelle du parti travailliste, sont des ex-opposants à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE, qui se rabattent sur une revendication de représentation autonome de l’Ecosse à Bruxelles.

34Présentés par les gouvernements travaillistes de James Callaghan, les Scotland & Wales Bills (Projets de loi sur l’Ecosse et le Pays de Galles) de 1976 et 1978 ne sont pas tant les premières pierres d’une réforme constitutionnelle globale que le résultat d’un calcul politique ponctuel : ne disposant pas d’une majorité absolue à Westminster, le gouvernement a besoin du soutien des libéraux et des nationalistes. Après l’échec du premier projet de loi, le Scotland Act — mise en place d’une assemblée et d’un exécutif écossais dépourvus de pouvoirs fiscaux et soumis au contrôle du Secretary of State for Scotland (ministre pour les Affaires écossaises) — n’est voté en février 1978 que grâce à l’adjonction d’un amendement prévoyant son approbation ultérieure par référendum par au moins 40 % des électeurs inscrits en Écosse.

  • 19 51,6 % de « oui » et 48,4 % de « non » parmi les votants, mais, parmi les inscrits, 36,3 % d’abste (...)

35La campagne se déroule en février 1979, au sortir du « winter of discontent ». Si les libéraux et les communistes, d’une part, les conservateurs de l’autre, appellent, les premiers à un « oui », les seconds à un « non » francs et massifs, le parti travailliste étale ses divisions : face à la campagne travailliste officielle « Le parti travailliste dit “oui” » (Labour says “Yes” campaign), menée par John Smith et Donald Dewar, et dans laquelle des éléments de la droite du parti tel Bruce Millan côtoient son extrême gauche (jusqu’alors antidévolutionniste, la Militant Tendency écossaise s’est ralliée au « oui » sous la pression de ses camarades anglais), une campagne « Le parti travailliste dit “non” » (Labour says “No” campaign), menée par Tam Dalyell, Robin Cook et le Tribunite Norman Buchan, a toute latitude de s’exprimer ; d’où la perplexité, et souvent le manque d’entrain, des sections locales censées mener campagne pour le « oui ». La confusion des résultats fut à la mesure des ambiguïtés de la campagne.19

Le temps de la réflexion : 1979-1997

  • 20 Notamment Scottish International, Radical Scotland, Cencrastus.

36Salutaire fiasco, qui oblige autonomistes, indépendantistes et socialistes à mener enfin un travail de réflexion, notamment sur la dialectique de leurs idéologies respectives et sur l’identité nationale, qu’avaient entamé The Red Paper on Scotland (Gordon Brown éd., 1975) et surtout The Break-Up of Britain (Tom Nairn, 1977), et que vont poursuivre nombre de livres et de périodiques20, mais aussi une nouvelle génération d’artistes et d’écrivains, souvent issus du milieu ouvrier, ainsi que la majeure partie du contingent travailliste écossais à Westminster, considérablement renouvelé : plus jeune, moins ouvrier, moins conservateur, et moins sensible au dogme de l’antinomie entre luttes nationales et lutte des classes — à laquelle peu d’entre eux persistent à croire.

La question du « mandat écossais »

37Il faut dire que Mme Thatcher, qui semble prendre un malin plaisir à lier les deux, donne l’impression de privilégier un Sud individualiste et donc dynamique au détriment d’un Nord communautaire et donc archaïque. La carte électorale du royaume s’en ressent, et les législatives de 1983 posent au Labour cette question : combien de temps encore ses électeurs écossais vont-ils continuer à soutenir un parti qui, compte tenu de ses piètres résultats en Angleterre, semble n’avoir aucune chance d’arriver au pouvoir à Westminster ? Question d’autant plus épineuse que, si le parti clame avoir un mandat en Ecosse (41 sièges sur 72) pour y combattre Mme Thatcher, il reprend le discours du SNP, et obère par avance la position d’un éventuel futur gouvernement travailliste disposant d’une majorité à Westminster grâce aux sièges écossais.

38Toute l’habileté de John Smith, qui a piloté le Scotland Bill aux Communes en 1977, de Donald Dewar, ministre fantôme pour l’Ecosse, et de Gordon Brown, va consister à « vendre » la dévolution — avec l’aval de Neil Kinnock, naguère opposant — sans pour autant tomber dans le piège du « mandat écossais ». Périlleuse gageure : le SNP (3 élus) a beau jeu de traiter de « cinquante faiblards » les 50 élus travaillistes écossais de 1987, bridés par leur volonté de ne pas se réclamer d’un « mandat écossais », tant il est évident qu’ils sont impuissants à ralentir le rouleau compresseur thatchérien, propulsé par une imposante majorité tory à Westminster. Ainsi, le SCLP refuse, en 1988, de se joindre à la campagne de non-paiement de la poll tax que mènent le SNP et certains groupes travaillistes dissidents tels Scottish labour Action (« against the poil tax and for Home Rule ») et Scottish Militant Labour. C’est en grande partie cette attitude légaliste qui cause en novembre 1988 la défaite du candidat travailliste à la partielle de Glasgow-Govan au profit du SNP, représenté par... Jim Sillars, qui a rejoint les nationalistes après le sabordage du Scottish Labour Party en 1979. Sillars est sans conteste un « homme de gauche » : l’anathème de tartan tories (conservateurs en kilt) maintes fois jeté contre les nationalistes, notamment par Lewis Grassic Gibbon et Willie Ross, est devenu caduc.

La Scottish Constitutional Convention

  • 21 Edwards O.D., éd., A Claim of Right for Scotland, Édimbourg, Polygon, 1989, 202 pages, contient le (...)

39Lancée en 1980, la Campaign for a Scottish Assembly, non partisane, publie en 1988 A Claim of Right for Scotland21, qui propose la tenue d’une Scottish Constitutional Convention transpartisane. Elle se réunit de 1989 à 1991, puis de 1993 à 1995 : libéraux-démocrates, verts, communistes et travaillistes y participent, ainsi que le STUC, les Églises — y compris la catholique, à laquelle le Home Rule a cessé de faire peur — et nombre de collectivités territoriales et d’associations culturelles ; nationalistes et tories la boycottent. Fin 1995, la convention publie Scotland’s Parliament. Scotland’s Right, qui propose la création d’un Parlement et d’un exécutif écossais dotés de larges pouvoirs, entre autres celui de faire varier de 3 % le taux de l’impôt voté à Westminster. Aussitôt, les tories crient à la « tartan tax » ; d’où la proposition de Tony Blair, en juin 1996, d’organiser un référendum — idée fermement rejetée par la convention et le parti travailliste un an plus tôt — à deux questions, l’une sur la création d’un Parlement, l’autre sur ses pouvoirs en matière de fiscalité.

40On sait que les électeurs écossais ont très majoritairement répondu « oui » aux deux questions qui leur furent posées en septembre 1997. Même si la valse-hésitation de 1996 sur l’opportunité d’un référendum rappelle les pires calculs des années soixante-dix, Tony Blair et son gouvernement ont eu l’habileté d’inscrire le Home Rule écossais et gallois dans le cadre d’une réflexion globale sur le nécessaire toilettage des institutions britanniques, ce que n’avaient osé faire leurs prédécesseurs travaillistes depuis Keir Hardie, pourfendeur de la monarchie et de la chambre des Lords. Dix-huit années de conservatisme thatchéro-majorien — mais aussi de création artistique, de réflexion politique, historique et sociologique — ont mis en évidence les lignes de fracture sociétales entre Angleterre et Ecosse.

41Le principal grief formulé dix-huit ans durant par une forte majorité d’Ecossais à l’encontre du « gouvernement de Londres » — son absence de mandat écossais — serait-il devenu caduc après les législatives de mai 1997, qui ont fait de l’Ecosse une « tory-free zone » ? La réponse est tombée en juillet, avec la publication du rapport Dearing proposant, avec l’aval du Premier ministre, une augmentation massive des droits d’inscription à l’université : levée de boucliers quasi unanime au nord de la Tweed, où l’on s’est empressé de faire savoir que le recrutement des étudiants était plus ouvert qu’au sud, et que jamais un Parlement écossais ne souscrirait à une telle mesure. Si, après trois-quarts de siècle d’hésitations, le mouvement ouvrier s’est massivement rallié au Home Rule, c’est en grande partie parce qu’il a fait de nouveau sien le postulat de Hardie, en vogue jusqu’au milieu des années vingt : affranchie du conservatisme anglais — dont le rapport Dearing confirme aux yeux de nombreux Ecossais qu’il n’est pas l’apanage des tories —, l’Ecosse retrouvera ses traditions solidaristes, et son mouvement ouvrier sa vocation première : changer la société.

Bibliographie

Bibliographie sélective

Donnachie I., Harvie C., Wood I. S., éd., Forward ! Labour Politics in Scotland, 1888-1988, Édimbourg, Polygon, 1989, 184 pages.

Keating M., Bleiman D., Labour and Scottish Nationalism, Londres, MacMillan, 1979, 215 pages.

Civardi C., Le Mouvement ouvrier écossais, 1900-1931 : travail, culture, politique, Presses universitaires de Strasbourg, 1997, 464 pages.

Notes

1 Ce que n’est pas The Dévolution of Power, du député travailliste J.P. Mackintosh (1968), proposition argumentée d’un fédéralisme à la britannique. Gordon Brown n’aborde pas la question dans son introduction au Red Paper on Scotland (1975), en dépit d’un paragraphe intitulé : « Socialism and Nationalism », qui se résume à une dénonciation du SNP en tant que parti capitaliste bourgeois.

2 Forward, 28 avril 1924, et New leader, 1er juillet 1932.

3 En 1921, la SHRA compte 213 organisations affiliées, dont 89 sociétés coopératives, 6 5 sections syndicales, 26 sections ILP, 12 bourses du travail.

4 Matheson J.C., « Socialism and Nationalism », The Socialist, novembre 1910.

5 « Willie » Gallacher au congrès de 1912 : « Les travailleurs doivent se défendre en tant qu’internationalistes et ne pas se préoccuper du nationalisme ». Cité dans Kendall W., The Revolutionary Movement in Britain, 1900-1921, Londres, Weidenfeld & Nicholson, 1969, p. 5 5.

6 « Maclean est resté fidèle au principe... de la troisième Internationale, selon lequel il ne devait y avoir qu’un seul parti communiste par pays. Comme Maclean en voulait un différent du PC britannique (CPGB), la découverte que l’Ecosse était un pays séparé lui a fourni le moyen de réussir la quadrature du cercle », J. McHugh & B.J. Ripley, « John Maclean : The Scottish Workers’Republican Party and Scottish Nationalism », Bulletin of the Scottish Labour History Society, no  18, 1983, p. 43.

7 McLennan R., « The National Question and Scotland », Communist Review, octobre 1932.

8 « Il est douteux que les Celtes aient jamais contribué en quoi que ce soit aux cultures nationales des pays que l’on nomme à tort “celtiques”... Ils furent et demeurent l’un des pires fléaux qu’ait connus l’Ecosse... avares, incompréhensibles, agressifs, dépourvus de culture et réfractaires à toute civilisation », L. Grassic Gibbon, « The Antique Scene », dans A Scots Hairst, 1934 ; Londres, Hutchinson, 1967, p. 123.

9 « Catholic Socialist Notes », Forward, 5 avril 1928.

10 Il proposait le statut de Dominion, ce qui impliquait le retrait de Westminster des députés écossais, privant ainsi le Labour de tout espoir de revenir rapidement au pouvoir.

11 Forward, 2 juin 1928.

12 « Je suis... de plus en plus mal à l’aise à l’idée que nous puissions obtenir un pouvoir politique sans avoir d’abord, ou au moins en même temps, suffisamment d’économie à administrer. À quoi rimerait un Parlement écossais à Édimbourg qui n’aurait à administrer qu’un système d’émigration, une admirable loi sur la pauvreté et un cimetière ? », Johnston T., Memories, Londres, Collins, 1952, p. 66.

13 « On devrait établir un Parlement, économisant ainsi du temps et de l’argent et donnant au peuple écossais une juste occasion de trouver le chemin de son propre salut », Hugh Lyon, de la Scottish Horse and Motormen’s Association, devant le STUC de 1918, qu’il présidait.

14 J. Carmichael, de la Workers’Union, au congrès de 1924 : « Il serait... assez courageux pour dire aux travailleurs écossais qu’un TUC écossais était à consigner dans le passé. Il savait que cela poserait sans doute des problèmes pour ceux qui se trouvaient dans de petits syndicats d’ouvriers hautement qualifiés en Écosse, mais pour ce qui concernait le grand mouvement ouvrier, leur but était de centraliser le pouvoir exécutif sur le plan britannique. Le STUC avait trente ans : il avait fait un travail de propagande utile, mais rien d’autre. À cause de sa façon de fonctionner, il ne pouvait rien faire de plus », TGWU Area no 7, Area Committee Minutes (NLS).

15 « More Nationalistic Bunkum », Forward, 16 juin 1928.

16 Crawfurd H., « The Scottish National Movement », Communist Review, février 1933.

17 Dont l’avènement, toutefois, est subordonné aux « wider issues of the political struggle ».

18 À l’issue desquels il fut minoritaire de, respectivement, 16, 28 et 10 sièges en Angleterre. Voir Leruez J. et Morère P., L’Écosse contemporaine, Paris-Gap, Ophrys-Ploton, 1995, p. 14.

19 51,6 % de « oui » et 48,4 % de « non » parmi les votants, mais, parmi les inscrits, 36,3 % d’abstentionnistes, 32,9 % de « oui » et 30,8 % de « non ».

20 Notamment Scottish International, Radical Scotland, Cencrastus.

21 Edwards O.D., éd., A Claim of Right for Scotland, Édimbourg, Polygon, 1989, 202 pages, contient le texte du document, ainsi qu’un certain nombre de prises de positions sur la question.

Auteur

Université de Strasbourg

© UGA Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540