Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Autonomie écossaise

 | 
Keith Dixon

Introduction

Keith Dixon

Texte intégral

1Le présent ouvrage tente de faire le point sur l’évolution actuelle dans les champs social, économique, politique et culturel en Écosse en ce début de xxie siècle, de mesurer le chemin parcouru depuis « l’éclatement de la Grande-Bretagne » repéré par Tom Nairn il y a une vingtaine d’années, et de proposer quelques pistes quant aux avenirs possibles d’une Écosse autonome. Nous avons fait appel à des spécialistes essentiellement écossais — sociologues, politologues, historiens et critiques littéraires — pour affiner notre compréhension des changements en cours, dont le plus important est sans doute l’octroi à l’Écosse, en juin 1999, d’une forte autonomie politique, après près de trois siècles de gestion directe par Londres (l’Acte d’Union de 1707 marqua effectivement la fin de la souveraineté politique écossaise et le début d’une Grande-Bretagne unifiée). L’analyse de ce changement constitutionnel majeur, dont la responsabilité immédiate relève du gouvernement néo-travailliste issu des élections législatives de mai 1997, ne peut pas se faire sans un retour sur le quart de siècle d’effervescence intellectuelle et culturelle qui lui a largement préparé le terrain.

2Il faut revenir à la fin des années soixante pour voir les premiers signes d’un processus politique qui devait changer fondamentalement la donne pour l’État britannique, même si, à l’époque, peu nombreux étaient ceux et celles qui, comme Nairn, prévoyaient les bouleversements à venir. Rétroactivement, l’on peut voir dans la victoire de la candidate nationaliste, Winnie Ewing, à l’élection partielle de Hamilton dans l’ouest de l’Écosse en novembre 1967, le premier signe de l’émergence d’un nationalisme écossais moderne qui, loin de n’être que le feu de paille qu’évoquaient tant de commentateurs contemporains, devait transformer durablement le paysage politique écossais, et partant le système politique britannique, en l’espace de quelques années. Si l’on y ajoute les « troubles » nord-irlandais et la percée politique moindre du nationalisme gallois, c’est en fait l’ensemble des pays de la périphérie britannique qui entrent dans une période de questionnement de leur statut constitutionnel et de l’avenir de leurs rapports avec le centre. Si les nationalismes irlandais et écossais ont peu de chose en commun, néanmoins la cotemporalité de leur émergence ou réémergence minait l’ensemble de l’édifice grand-britannique. Ce fut d’autant plus déstabilisant que les revendications nationalistes venaient dans le sillage de la « perte » de l’Empire (le processus de décolonisation s’étendit de la fin des années quarante, avec l’indépendance de l’Inde et du Pakistan, jusqu’au milieu des années soixante qui vit la libération des anciennes colonies britanniques en Afrique noire) qui avait mis sérieusement : en cause la vision traditionnelle et impériale de l’identité britannique.

3Désormais, avec l’ancrage des nationalismes périphériques dans les réalités politiques et électorales, les gouvernements successifs devaient choisir entre deux alternatives pour tenter d’endiguer le mouvement : soit la réforme, qui prendra la forme de la « dévolution » (un degré plus ou moins fort de décentralisation politique et de transfert de compétences du centre vers la périphérie), soit la défense, parfois musclée, du statu quo. Les gouvernements travaillistes de 1974 à 1979 et de nouveau depuis 1997 optèrent, avec plus ou moins d’enthousiasme, pour la première solution en ce qui concerne l’Ecosse, alors que pendant le long règne des conservateurs, de 1979 à 1997, c’est plutôt l’immobilisme qui caractérisa leur politique dans ce domaine. Pour la direction du parti travailliste, bien avant qu’Anthony Blair en occupe la première place, le changement constitutionnel a été considéré comme le moyen le plus sûr de maintenir l’union britannique ; le débat portait sur l’étendue du changement nécessaire pour contrer l’influence des nationalistes (qui, par ailleurs, menaçaient les travaillistes dans un de leurs bastions). Pour les conservateurs, l’octroi de l’autonomie à l’Ecosse (mais curieusement pas à l’Irlande du Nord) fut perçu comme le premier pas sur la « pente glissante » vers l’indépendance et la désintégration de l’union britannique ; cela explique le refus, aux allures héroïques, des gouvernements de Thatcher et de Major de céder le moindre terrain à la revendication d’autonomie, quitte à sacrifier, peut-être définitivement, le parti conservateur en Ecosse sur l’autel de cette intransigeance.

4Avec moins d’un dixième de la population britannique totale et une économie qui a longtemps traîné un sérieux retard sur celle du pays voisin (sa restructuration récente est analysée ici par David Newlands), l’Écosse ne pouvait être qu’un acteur dominé dans la relation historique qui la liait à l’Angleterre. Dominée l’Écosse l’a été pendant l’ensemble de la période de l’union, dans les domaines politique et culturel, mais on aurait bien tort de réduire les rapports entre les deux pays à cette seule domination. Parmi les Écossais, jusqu’à la période la plus récente, et y compris parmi ceux et celles qui se réclamaient du nationalisme émergent entre les deux guerres, il y a toujours eu une reconnaissance, tout au moins implicite, de leur statut privilégié au sein de l’ensemble britannique : on évoquait l’Acte d’Union non pas comme une annexion du territoire écossais mais plutôt comme le début d’un partenariat qui, certes, vit la fin de la souveraineté nationale écossaise mais ouvrit une longue période pendant laquelle Écossais et Anglais faisaient œuvre commune au sein d’un vaste Empire qui offrait aux uns et aux autres non seulement matières premières et débouchés protégés, mais aussi des carrières fructueuses pour qui acceptait l’expatriation temporaire ou définitive. En effet, dans l’histoire de l’administration coloniale britannique tous les observateurs ont souligné la sur-représentation des Écossais. Pendant tout le xixe siècle, l’économie écossaise faisait des bonds en avant remarquables grâce à son intégration grand-britannique : une partie considérable de son activité fut directement liée aux échanges impériaux.

5Dominés sur le plan intérieur (et encore, à la différence des Irlandais sous le joug anglo-écossais, ils conservaient une Eglise indépendante et reconnue, un système de justice indépendant et un ensemble d’institutions scolaires et universitaires dont certaines spécificités ont été maintenues jusqu’à présent) les Écossais avaient tous les attributs des dominants dans l’aventure coloniale grand-britannique. Sans évoquer le comportement des Écossais (administrateurs, évangélistes et troupes d’élite) dans les colonies sous domination britannique, on rappellera ici seulement le sort réservé aux immigrants pauvres en provenance de l’Irlande voisine, qui arrivèrent par dizaines de milliers dans la dernière moitié du xixe siècle et qui furent l’objet de racisme et de pratiques discriminatoires, souvent appuyées par les institutions écossaises. Si, aujourd’hui, les rapports entre Ecossais et « Irlandais d’origine » se sont largement apaisés, l’on aurait tort de sous-estimer l’influence des attitudes et des pratiques exclusives voire xénophobes, surtout de la part de l’élite sociale écossaise, au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Cette ambiguïté a longtemps marqué et entravé les tentatives de repenser un avenir autonome pour l’Ecosse et pour les Ecossais. Pour sortir du carcan grand-britannique il a fallu tout un travail de démystification et de démythification de l’histoire de l’Écosse et de son insertion au sein du Royaume-Uni, un travail qui avait pour but de faire la part de la reconstruction et de la réinvention dans les représentations nationaliste et unioniste, et ce faisant d’ouvrir la voie vers une meilleure compréhension de ce que l’Ecosse a effectivement gagné et perdu dans ses rapports complexes non seulement avec sa puissante voisine mais aussi avec les pays et les peuples sous domination britannique.

6Nous sortons à peine de ce travail (encore bien sûr incomplet), de ce retour sur soi qui a inspiré tant de chercheurs et de créateurs depuis une trentaine d’années. On trouvera d’ailleurs des échos vivaces des questions et des polémiques que ce travail a suscitées dans les pages qui suivent. Mais le chemin parcouru est déjà important. Les historiens critiques, contestant le sens commun oxbridgien, ont permis de revenir sur la présentation souvent infériorisante de l’Ecosse avant l’union avec l’Angleterre pour rappeler que le vent de la civilisation ne soufflait pas en sens unique, ni avant ni après 1707 ; plus récemment ils ont ouvert le chantier de l’analyse critique des rapports réels entre l’Écosse et l’Irlande, de l’évangélisation irlandaise de l’Écosse occidentale, au ve siècle, à la colonisation écossaise de l’Ulster au début du xxie siècle, sans oublier la situation des immigrés irlandais en Écosse à partir du milieu du xixe siècle et le rôle des Écossais d’origine dans la construction politique et culturelle de l’état orangiste de l’Irlande du Nord au xxe. Les critiques littéraires, dont Cairns Craig est un des plus éminents représentants, ont œuvré à la déconstruction de cette « littérature anglaise », encore enseignée dans nos facultés françaises, qui, on le sait maintenant, s’est toujours nourrie de l’innovation provenant de sa périphérie. Le dynamisme actuel de la culture écossaise, que cela soit dans le domaine du roman, du cinéma ou de la peinture, contribue très largement à la redéfinition des contours et des possibilités de la création dans les îles britanniques. Les sociologues nous ont aidés, par le travail minutieux d’examen critique de la réalité sociale écossaise, à démêler le mythique et le réel dans la société contemporaine, écorchant un ensemble d’illusions sur la supériorité prétendue des Ecossais dans tel ou tel domaine (plus égalitaires, plus démocratiques, plus ouverts, plus tolérants, moins xénophobes que leurs voisins anglais, selon la doxa nationaliste). Dans ce domaine, le travail de David McCrone, de Lindsay Paterson, d’Alice Brown ou d’Esther Breitenbach a été d’un apport précieux : d’ailleurs l’ensemble des travaux publiés d’abord dans le Scottish Government Yearbook et ensuite dans Scottish Affairs, deux revues auxquelles la majorité des auteurs de ce livre a été étroitement liée, sont à ranger parmi les acquis théoriques essentiels de la période récente.

7Mais il ne faut pas oublier non plus le rôle essentiel des créateurs - romanciers, poètes, peintres, sculpteurs, cinéastes - dans le processus de réappropriation critique de l’héritage écossais et de réécriture du présent. Ils ont, par leurs œuvres (abondantes et diverses ces dernières années), redessiné les frontières des Écosses possibles. Ce faisant, ils ont ouvert un espace qui rendait possible les changements dans le champ politique. De l’œuvre d’un Alasdair Gray ou d’un William McIlvanney, d’une Liz Lochhead ou d’une Jackie Kay, des peintures de Ken Currie, des chansons de Jesus and Mary Chain, on ressort avec une meilleure idée des tensions, des contradictions, voire des horreurs, mais aussi des interactions cosmopolites, de l’espérance sociale et des potentialités de l’Écosse moderne. C’est pour cette raison que nous consacrons plusieurs chapitres de cet ouvrage sur l’autonomie écossaise à l’évaluation critique du travail de l’art : Cairns Craig et Ian Brown non seulement évoquent le vaste continent (largement invisible au public français) de la création écossaise mais interrogent ses lacunes et ses certitudes précaires ; avec un sens tout à fait caractéristique de la polémique corrosive, Cairns Craig jette un regard neuf et sans complaisance, entre autres, sur celui qui fut sans doute la figure centrale de la culture écossaise au xxe siècle, C.M. Grieve, alias Hugh MacDiarmid, poète et militant, nationaliste et révolutionnaire.

8Sans cet énorme travail créateur des chercheurs et des femmes et des hommes de culture, et sans la pluralité de visions nouvelles de l’Ecosse qui imprègnent leurs travaux, l’Écosse nationaliste, l’Ecosse revendicative aurait pu sombrer dans le repli nostalgique ou la haine de soi qui caractérisent tant de nationalismes contemporains ; elle aurait pu se laisser séduire par un passé réinventé pour les besoins de la cause. À regarder le champ politique écossais de ce début de siècle, l’on est forcé de reconnaître que tel n’a pas été le cas. Si ici et là (surtout dans les interventions de Tom Nairn) l’on peut repérer des doutes quant à la viabilité du compromis constitutionnel actuel dans lequel l’Écosse recouvre une partie de ses prérogatives nationales tout en continuant à rester tributaire d’un système de gouvernance grand-britannique dont les rigidités et les tendances autoritaires sont héritées d’un autre âge, personne ne doute des potentialités du nouveau système, et des incontestables progrès dans la vie politique écossaise que les nouvelles institutions ont apportés. Ces avancées sont dues, dans une très large mesure, au travail de contestation de l’ordre britannique qui a influencé de larges couches de la société écossaise, surtout pendant la période de la glaciation thatchérienne. C’est pendant cette période que les différentes forces de la société civile écossaise ont appris à travailler ensemble, et que les partis traditionnels sont sortis (provisoirement ?) de leur surdité habituelle envers le mouvement social autour d’eux. Ainsi, partis et associations (à l’exception des nationalistes et des conservateurs), Églises et syndicats ont pu travailler plus au moins harmonieusement au sein de la Scottish Constitutional Convention sur des questions aussi diverses que le nouveau rôle des autorités locales dans une Écosse autonome (analysé ici par John Fairley) ou la prise en compte réelle des femmes ou des minorités ethniques dans le nouveau dispositif politique écossais. Les avancées ont été parfois très sensibles : abandon du système électoral britannique, majoritaire à un seul tour, pour aller vers un système fondé sur la représentation proportionnelle ; place garantie des femmes sur les listes présentées par les partis (lorsqu’on connaît le machisme traditionnel de la vie politique écossaise, c’est un fait remarquable) ; réorganisation du travail parlementaire pour en finir avec les confrontations ritualisées et les archaïsmes de la Chambre des Communes, etc. La législation néo-travailliste qui a donné naissance à l’autonomie politique écossaise s’est très largement inspirée du travail novateur de la Constitutional Convention.

9Ici encore on entend l’écho pas trop lointain du travail créateur de ceux et de celles qui ont représenté les spécificités écossaises sans les réifier, de manière critique mais positive, de ceux et de celles (surtout celles) qui ont entrepris la déconstruction des mythes phallocentriques de la société écossaise, y compris dans ses expressions les plus « progressistes ». Si nous bénéficions aujourd’hui des effets d’un nationalisme (au sens le plus large qui dépasse et de très loin le Scottish National Party) ouvert et inclusif, c’est également parce que des écrivains se sont attelés à la tâche de débarrasser la question de l’identité ou des identités écossaises de ses démons xénophobes (qu’ils soient anti-anglais ou anti-irlandais) : rappelons simplement qu’à deux reprises le romancier glaswégien, Alasdair Gray, parmi beaucoup d’autres, est intervenu fortement dans ce débat-là, non seulement pour démontrer, dans un pamphlet intitulé Why Scots Should Rule Scotland, le caractère raisonné de la revendication indépendantiste mais aussi pour rappeler que dans une vision large de la société écossaise contemporaine, sont écossais tous ceux et toutes celles qui vivent en Ecosse, quelle que soit leur origine géographique ou ethnique (c’est-à-dire, y compris la minorité considérable d’habitants qui viennent de l’Angleterre).

10Mais ne soyons pas non plus angélistes dans cette présentation des enjeux et des perspectives de l’autonomie écossaise. L’Ecosse, quoi que puissent en penser certains de ses défenseurs un peu trop ardents, est un petit pays situé sur les marges de l’Europe, et dont l’existence même est parfois mal perçue en dehors de ses frontières (pensons à cette incapacité, non uniquement française, de distinguer par le vocabulaire entre l’ensemble et les parties britanniques). Pour cette raison, l’on peut raconter (et l’on raconte effectivement) n’importe quoi à son égard : c’est le cas, dans les médias français où L’Écosse est souvent, y compris dans les journaux « de qualité », confondue avec l’Irlande dans une nébuleuse « périphérie celtique » des îles britanniques. Il faut dire que dans ce domaine une connaissance fine de la réalité contemporaine écossaise n’est pas facilitée par l’utilisation récurrente, dans des publicités destinées à l’étranger, des images kitsch et celticisantes utilisées par l’industrie touristique écossaise, sans parler des grandes marques de whisky. À l’extrême droite de l’échiquier politique français, l’on trouve encore quelques nostalgiques d’un ordre celte ancien, qui n’a existé que dans leurs imaginations en manque de pureté ethnique, qui voient dans l’Ecosse réinventée de Braveheart la confirmation de leurs rêves guerriers. Il va sans dire que l’Écosse de nos jours, celle qui est si bien représentée dans sa diversité par les créateurs et les chercheurs contemporains, n’a rien à voir avec ces chimères. Cet ouvrage a pour objectif de les dissiper un peu plus.

11Notre ambition ici est de présenter un panorama aussi large que possible de l’Ecosse contemporaine, qui sera accessible non seulement aux chercheurs et aux étudiants spécialisés en études écossaises, mais à un public bien plus large pour lequel les spécificités écossaises restent encore difficiles à appréhender. Le thème central de l’ouvrage est l’autonomie écossaise : c’est le fil conducteur qui permet de lier l’analyse des résultats du référendum de 1997 et les particularités du système politique écossais (Alice Brown), du rôle de la femme dans la société écossaise (Esther Breitenbach), l’examen de l’impact de l’autonomie sur l’économie écossaise (David Newlands) et du rôle historique de la société civile (Lindsay Paterson), la discussion des particularités sociologiques de l’Ecosse « nation sans Etat » (David McCrone) et de l’évolution de la gouvernance régionale en Ecosse (John Fairley). Christian Civardi évoque le rôle central joué par les organisations ouvrières dans la construction de l’Écosse moderne et l’évolution de leurs attitudes envers la « question nationale ». Fidèles à la démarche théorique générale que nous avons évoquée ici, Cairns Craig nous ramène au cœur des polémiques qui ont imprégné la culture écossaise au xxe siècle et propose une nouvelle vision décapante de l’autonomie culturelle et de ses conséquences dans le champ politique. Ian Brown nous rappelle l’importance de la représentation théâtrale dans le champ culturel écossais et ses liens avec la revendication autonomiste telle qu’elle a été formulée dans les autres arts. La postface de Tom Nairn, de lecture ardue peut-être mais qui déstabilise les facilités de l’auto-congratulation écossaise, est à la fois réflexion politique et historique, et dans la meilleure tradition du pays de David Hume, polémique intellectuelle ; quelle que soit l’évolution ultérieure de l’Écosse, ses dirigeants auront à affronter les difficiles questions posées ici par Nairn.

Auteur

Université Lumière, Lyon

© UGA Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540