Version classiqueVersion mobile

Écosse des Lumières

 | 
Pierre Morère

David Hume, John Bull et Sister Peg

Gilles Robel

Texte intégral

  • 1 Le Eighteenth Century Short Title Catalogue sur CD-ROM indique qu’il n’existe que deux exemplaires (...)
  • 2 Peg apparaît dans le second pamphlet « John Bull still in his Senses ». John Arbuthnot, The Histor (...)
  • 3 David R. Raynor, éd. et intro., Sister Peg – A Pamphlet Hitherto Unknown by David Hume, Cambridge, (...)

1Cet article présente un pamphlet anonyme retrouvé dans l’un des catalogues de la National Library of Scotland, intitulé Sister Peg’s Memorial to one of her Clerks, on the Subject of some Late and Present Grievances, qui fut publié à Edimbourg en 1763.1 Le Memorial n’est pas le premier pamphlet, paru au xviiie siècle, dans lequel l’Ecosse prend les traits de Sister Peg. Le personnage de Peg est en effet créé par John Arbuthnot dans The History of John Bull parue à Londres en 1712.2 On la retrouve ensuite dans une imitation parue en 1760 sous le titre The History of the Proceedings in the Case of Margaret, Commonly Called Peg only Lawful Sister to John Bull, Esq. Cette satire anonyme est généralement attribuée à Adam Ferguson. Toutefois, en 1982, David Raynor en publia une nouvelle édition en l’attribuant à David Hume, sans parvenir à emporter la conviction de certains spécialistes.3

  • 4 Sur l’importance des clubs comme véhicules de la politeness, voir les études de Nicholas Phillipso (...)

2De la polémique que suscita l’édition de Raynor, il ressort que la paternité de tels pamphlets peut rarement être déterminée avec certitude. En effet, dans la deuxième moite du xviiie siècle, Edimbourg était, selon les termes de Smollett dans Humphry Clinker, « a hot-bed ofgenius » : les literati et les artistes, en proportion plus nombreux à Edimbourg qu’à Londres, habitaient à quelques mètres les uns des autres et fréquentaient les mêmes clubs et tavernes. Certains de ces clubs, comme la Select Society ou le Poker Club, étaient des lieux où l’on encourageait le « commerce des idées » et où l’on cultivait le sens de l’humour, si bien que la plupart de leurs membres sont susceptibles d’avoir écrit un pamphlet tel que le Memorial.4

3En publiant ici Sister Peg’s Memorial, nous souhaitons avant tout porter à l’attention des lecteurs un nouvel exemple – inédit depuis sa première parution – du wit écossais un demi-siècle après la signature de l’Acte d’Union. Mais nous pensons aussi qu’il est intéressant de soulever la question de la paternité : l’existence du Memorial n’est en effet signalée dans aucune biographie consultée, et il diffère en bien des points du pamphlet attribué à Ferguson. C’est pourquoi il nous a paru fécond de nous demander s’il ne pourrait être l’œuvre de David Hume. On y retrouve en effet de nombreux thèmes chers au philosophe et « politicien » écossais, dont l’activité de pamphlétaire est encore un peu méconnue.

Hume pamphlétaire

  • 5 Comme le remarque Mossner, « le caractère liant de David Hume, allié à son grégarisme d’homme de l (...)
  • 6 Célébré dans les salons parisiens, il écrit à Adam Ferguson : « Je regrette souvent la franche rud (...)
  • 7 Lettre à Alexander Carlyle, 3 février 1761, Letters, op. cit., vol. 1, p. 341. Voir aussi Alexande (...)

4Membre fondateur de la Select Society en 1754, puis du Poker Club au début de l’année 1762, Hume est une figure emblématique de la société des clubs qui est au cœur des Lumières écossaises.5 Ainsi, dans plusieurs de ses lettres écrites depuis la France dans les années 1760, Hume, qui est alors la coqueluche des salons parisiens, dit regretter l’esprit acéré du Poker Club.6 Mais sa réputation de grand bavard (« a great blab » dit Carlyle) pousse ses amis à ne pas toujours le mettre dans la confidence de leurs coups littéraires : à en croire les mémoires de Carlyle, Hume n’avait pas été informé de ce que Ferguson était l’auteur du pamphlet de 1760. Afin de tirer ce secret au clair, convaincu que Carlyle en était l’auteur, Hume alla jusqu’à prétendre, dans l’une de ses lettres à Carlyle, qu’il l’avait lui-même écrit, afin de contraindre celui-ci à se démasquer.7 Hume était donc familier des intrigues littéraires qui se nouaient à Edimbourg, et l’on peut faire l’hypothèse que la publication par Hume du Memorial est une forme de revanche contre ses amis qui l’avaient exclu du secret précédent.

  • 8 Voir J.V. Price, The Ironic Hume, Austin, Texas University Press, 1965 et le chapitre « Leisure an (...)
  • 9 Dans l’index de sa biographie de Hume, Mossner fait mention d’œuvres publiées mais non localisées, (...)
  • 10 La première, The Pétition of the Patients of Westminster against James Fraser, Apothecary, est rep (...)
  • 11 Les imprimeurs d’Édimbourg refusèrent de publier cette satire mordante, et Hume dut la faire publi (...)

5Le goût de Hume pour la satire politique et pour l’ironie, comme « mode de vie », apparaît aussi clairement dans sa correspondance et dans son œuvre.8 Ses pamphlets sont tous publiés de manière anonyme ; et si certains, dont Hume reconnaît la paternité dans sa correspondance, sont parvenus jusqu’à nous, d’autres n’ont jamais été retrouvés.9 Ainsi, en 1748, il publie A True Account of the Behaviour and Conduct of Archibald Stewart, Esq. ; late Provost of Edinburgh, défense, pleine d’esprit, de Stewart qui fut accusé d’avoir livré Édimbourg aux mains des insurgés jacobites en 1745. En 1750 et en 1751, il écrit deux petites pièces satiriques contre James Fraser, une connaissance jacobite.10 Enfin, en 1751, Hume fait paraître The Petition of the Grave and Venerable Bellmen (or Sextons) of the Church of Scotland, to the Hon. House of Scotland.11 Il écrit à ce propos à son ami Gilbert Elliot of Minto :

  • 12 Hume fait preuve de son ironie coutumière. Lettre à Gilbert Elliot, 18 février 1751, Letters, vol. (...)

Je vous envoie une petite tentative de raillerie à l’encontre de certaines personnes qui ne se soucient guère d’être moquées. J’ai longtemps eu l’intention d’écrire un supplément à Gulliver qui ridiculiserait les prêtres... (a)12

  • 13 Hume, Letters, vol., p. 112-18 ; voir aussi E. C. Mossner, « Hume’s Episde to Dr Arbuthnot, 1734 : (...)
  • 14 J. G. A. Pocock, « Hume and the American Revolution : the dying thoughts of a North Briton », éd. (...)

6Cette lettre rend manifeste l’admiration de Hume pour les satiristes tories du temps de la reine Anne, membres du Scriblerus Club. Outre Swift, Hume appréciait beaucoup Arbuthnot, à qui il écrivit une longue lettre autobiographique en 1734.13 Parvenu à la fin de sa vie, ses dénonciations de la dégradation du climat politique – semblables à celles que l’on trouve dans le Memorial – le placent clairement dans cette tradition.14

  • 15 D.D. Raphael et T. Sakamoto, « Notes and discussions : anonymous writings of David Hum Journal of (...)
  • 16 David Raynor, « Hume’s Abstract of Adam Smith’s Theory of Moral Sentiments », Jour-nal of the Hist (...)

7Examinant la question des écrits anonymes de Hume, Raphaël et Sakamoto expliquent, dans un article paru récemment, que Hume était capable de diverses stratégies afin de dissimuler qu’il était l’auteur d’un écrit qu’il ne souhaitait pas reconnaître.15 Ils montrent ainsi qu’avant de publier le True Account de 1748 en défense de Archibald Stewart, Hume avait écrit un pamphlet attaquant le même Stewart. Il aurait envoyé des exemplaires du pamphlet à certains de ses amis, qui lui firent remarquer que ses informations étaient erronées. Hume aurait alors récupéré tous les exemplaires existants et les aurait détruits. Un autre exemple des « stratégies éditoriales » de Hume est la question de la paternité de l’abrégé et de la critique de la Theory of Moral Sentiments d’Adam Smith, perue anonymement dans la Critical Review en mai 1759. Contre toute attente, l'auteur de cette critique dans laquelle est fait l’éloge du « respect scrupuleux des principes de la religion » manifesté par Adam Smith, et où il est dit que le livre de Smith conteste la théorie morale de Hume par des arguments irréfutables ne serait autre que Hume lui-même.16 Ces remarques surprenantes auraient été destinées à dissimuler qu’il était l’auteur d’une critique censée avant tout contribuer au succès du livre d’un ami ; on peut aussi y voir les marques de l’ironie de Hume.

8Il paraît donc plausible que Hume ait écrit un pamphlet dans la veine des satiristes qu’il admirait, mais qu’il ait cherché et soit parvenu à en dissimuler la paternité. Un examen du contenu de cette dénonciation, et une évocation des attitudes politiques de Hume à la même époque semblent confirmer cette hypothèse.

Le propos de Sister Peg’s Memorial

9Le principal objet du pamphlet de 1760 était de défendre le droit de l’Ecosse à disposer d’une Militia. Le propos du Memorial est plus général. Par la voix de Sister Peg, l’Écosse dresse le bilan de ses relations avec son frère John Bull et les domestiques de ce dernier depuis l’Acte d’Union de 1707. Elle souligne les bénéfices mutuels qui ont résulté de cette union, mais déplore qu’en dépit des sacrifices consentis du côté écossais pour que l’Union se réalise, l’Ecosse soit encore considérée comme un partenaire de second ordre, et fasse l’objet de campagnes de dénigrement : Peg fait allusion au refus d’accorder une Militia à l’Écosse, mais surtout aux violentes campagnes anti-écossaises, orchestrées par John Wilkes, qui contribuent à la démission du Premier Ministre d’origine écossaise Lord Bute. Peg insiste, pour s’en indigner, sur le fait que le tort principal de Bute, aux yeux de ses détracteurs, est de ne pas être anglais. Tout en faisant valoir la question de principe selon laquelle l’Écosse et ses habitants devraient bénéficier des mêmes droits et égards que les citoyens anglais, Peg fonde surtout son argumentation sur le fait que le comportement « barbare » et factieux de certains sujets de Sir Thomas (le roi George III) nuit à terme à l’honneur et à la réputation du roi et de son royaume, qui apparaît divisé et donc plus vulnérable aux yeux de ses ennemis, notamment Lewis Baboon (le roi de France). Sister Peg prend finalement l’histoire à témoin et compte sur le récit de l’un de ses clercs pour que les affronts subis par le roi d’Angleterre et elle-même ne restent pas impunis, lorsque le Parlement examinera la question des différends familiaux.

10Quels sont donc les éléments qui nous permettent de penser que Hume aurait pu écrire un tel pamphlet ?

Hume et les campagnes anti-écossaises

  • 17 Bute fut amené à prendre des décisions difficiles. La signature du Traité de Paix de Paris en févr (...)

11Le début des années 1760 se caractérise par une grande instabilité politique qui transparaît dans les propos de Sister Peg. Suite aux démissions de Pitt puis de Newcastle, Lord Bute, pair écossais, est nommé Premier Ministre en mai 1762, mais il est contraint à démissionner lui-même onze mois plus tard.17 Ainsi que le souligne Peg, Bute est la cible d’attaques très violentes, qui ne portent pas toutes sur sa politique :

Qu’une coterie d’opposants, composée des principaux serviteurs de mon frère, soit apparue sitôt son poste occupé, avant même qu’on ait connu son attitude ou sa politique, suffit à prouver que leur animosité à son égard venait de ce qu’il n’est pas né à Bullhall [en Angleterre].

  • 18 John Brewer, « The Common People and Politics, 1750-1790S », The English Satirical Print 1600-1832(...)
  • 19 Sir L. Namier et J. Brooke, The History of Parliament, The House of Commons, 1754-1790, 3 vol., Lo (...)

12Comme l’indiquent nombre de caricatures publiées à l’époque, Bute, en tant qu’Écossais, est accusé d’être voleur, anti-anglais et jacobite en puissance.18 Namier et Brooke n’hésitent d’ailleurs pas à écrire, de manière certainement excessive, dans leur History of Parliament : « Les sentiments anti-écossais en Angleterre au dix-huitième siècle sont l’équivalent de l’antisémitisme contemporain ».19

13Le principal orchestrateur de ces campagnes anti-écossaises est John Wilkes. Il crée en 1762 le journal The North Briton, dont le titre indique bien les intentions satiriques à l’égard des Ecossais. On pouvait alors y lire :

  • 20 The North Briton, no 44, cité par G. Birkbeck Hill, Letters of David Hume to William Strahan, Oxfo (...)

Le caractère turbulent et tumultueux de la nation écossaise avant l’Union, son attachement constant à la France et son aversion déclarée pour l’Angleterre, ses perfidies et rebellions répétées depuis cette période, son attitude servile dans les périodes difficiles et son arrogante insolence au pouvoir ont, avec raison, rendu le nom d’Écossais haïssable par tout bon Anglais, (a)20

  • 21 Voir Georges Rudé, Wilkes and Liberty, Oxford, Clarendon, 1962.

14Outre les attaques xénophobes, le journal est d’une virulence extrême à l’égard de la Cour : la publication du célèbre numéro 45 vaut à Wilkes d’être emprisonné, ce qui déclenche une campagne populaire de soutien, dont le principal slogan est « Wilkes et la Liberté».21

  • 22 C’est moi qui souligne dans ces citations.
  • 23 Lettre à Gilbert Elliot, 2 juillet 1757, Letters, vol. 1, p. 255 ; « Of Civil Liberty », Essays Mo (...)

15De tous les literati écossais, celui que cette agitation indigne particulièrement est sans aucun doute David Hume. À partir du début des années 1760, période à laquelle le Memorial est rédigé, la correspondance de Hume abonde en commentaires rageurs sur « les barbares factieux de Londres » ou « les barbares qui habitent les rives de la Tamise ». De tels propos sont très voisins de ceux de Peg, qui, parlant des attaques lancées par les « champions of fac faction» dénonce « cet amas d’arguments et de fausses assertions ». Elle ajoute : « J’espère que tous mes domestiques le mépriseront, comme la marque de leur barbarie ».22 Hume explique aussi dans sa correspondance et dans ses Essays, Moral, Political and Literary que les Anglais sont bien moins civilisés que les Ecossais ou même que les Français. Il est fier de constater que les Ecossais sont « le peuple d’Europe le plus éminent en littérature » et la « monarchie civilisée » française, vouée aux gémonies par les « Religious Whigs », ne lui semble pas si condamnable.23

16Les réactions de Hume à l’égard du chauvinisme anglais attisé par Wilkes sont d’autant plus remarquables que Hume entretient des relations cordiales avec le journaliste, qui effectue une longue visite en Ecosse en 1754. Hume n’est d’ailleurs pas lui-même la cible des attaques de Wilkes dans le North Briton : dans le numéro 12, daté du 12 août 1762, Wilkes se félicite que Hume ait obtenu une pension royale.

17En fait l’attitude de Hume a plusieurs motivations qui se trouvent toutes exprimées par Sister Peg.

La dénonciation des factions et des idéologies

  • 24 Le procès de la métaphysique, et de l’usage qu’en font les factieux et les religieux, est un point (...)
  • 25 Voir notamment « Of the Coalition of Parties » et « Of the Parties of Great Britain », Essays, p.  (...)

18Les années 1760 se caractérisent par une renaissance des querelles entre factions et partis politiques, et l’on retrouve dans les propos de Peg (elle évoque les « champions des factions » ; « les factions et les querelles du Palais ») la dénonciation des factions et des idéologies qui, tout en étant un thème courant de la pensée politique anglaise dès la fin du xviie siècle, constitue l’un des principaux pivots de l’œuvre politique et philosophique de Hume.24 Si, dans le Treatise, Hume montre la fausseté des principes spéculatifs abstraits sur lesquels s’appuient les « factions of principles », il s’attache à prouver dans ses Essays et dans son History of England que le vieux clivage idéologique entre tories et whigs n’a plus lieu d’être, puisqu’il s’enracine dans des interprétations erronées de l’histoire et dans des querelles dynastiques depuis longtemps réglées.25 Il estime ainsi que les clivages ne devraient plus tant porter sur la nature de la Constitution de 1688 que sur la meilleure façon de la faire fonctionner : tories et whigs devraient se fondre en deux « Court and Country parties », garants de l’équilibre d’un régime mixte comme le régime anglais. Or, la subsistance de ces conflits idéologiques, dont se nourrissent les factions, risque à ses yeux de mettre en péril le fragile équilibre de la Constitution anglaise. Les troubles engendrés par Wilkes, la démagogie des « Religious Whigs » qui usent et abusent du dogme de l’« English Liberty » font courir, à ses yeux, de très sérieuses menaces à l’édifice politique et social.

  • 26 « Of the Original Contract », Essays, p. 465-488.

19Tout en contestant les principes des tories, Hume met en cause l’idéologie whig dans nombre de ses essais, démontrant par exemple l’absurdité des thèses contractualistes. Il conteste vigoureusement l’interprétation whig de l’Histoire qui fait de l’Angleterre la terre d’élection de la liberté civile, la Grande Charte de 1215 puis la Glorieuse Révolution de 1688 étant présentées comme deux moments de la conclusion du contrat social.26 Or, on trouve dans la bouche de Sister Peg une attaque très ironique du contractualisme et du dogme de la liberté anglaise :

Qu’il reste [Wilkes] sans pareil ce champion, sans second, sans rival, seul à avoir droit d’exhiber la grande charte de Bullhall, ornée et illustrée pour la postérité par ses seules inscriptions et artifices.

20D’un point de vue politique, Hume pensait que l’accession de Bute au pouvoir était de bon augure pour l’Écosse. Il écrit en octobre 1763 au sujet de Bute : « Je le crois très honnête homme, plus valeureux qu’un politicien », ce qui fait écho au texte du Memorial :

Sir Thomas l’avait promu [...] parce qu’il le jugeait plus valeureux que tous. Ce serviteur avait pris soin de ne jamais s’associer aux factions et aux querelles du Palais. Demeuré à l’abri des partis, il semblait qualifié pour en modérer et en restreindre l’influence.

  • 27 Hume estime que l’endettement public risque d’entraîner la « mort naturelle » du pays. « Of Public (...)
  • 28 « Jowler » est le surnom de Pitt, et un nom couramment donné aux bassets. Lettre à William Strahan (...)

21L’estime de Hume pour Bute n’a d’égal que le mépris qu’il éprouve pour Pitt. Hume voit en Pitt le promoteur du nationalisme anglais qui menace l’unité du royaume et qui risque de le mener à la faillite.27 Il aurait d’ailleurs écrit sur lui un texte satirique intitulé « Jowler », qui n’a jamais été retrouvé.28 Or Pitt est en filigrane la cible des attaques de Peg, comme nous le verrons à propos de la Scottish Militia.

Les réactions de l’homme de lettres

22Outre les fondements politiques de son indignation, Hume s’inquiète des campagnes anti-écossaises car elles risquent de nuire à sa carrière et à celle de ses amis. Sa correspondance, avant qu’il ne parte pour Paris en août 1763, abonde en passages où il dit son amertume face aux portes qui se ferment devant lui parce qu’il est écossais. Dans une lettre de mars 1763 – période probable de rédaction du Memorial – adressée à Andrew Millar, son éditeur, il s’inquiète des conséquences des campagnes anti-écossaises sur les ventes de son History :

  • 29 Lettre à Andrew Millar, 28 mars 1763, Letters, vol. 1, p. 382. Hume souhaite que Bute lui permette (...)

Les ventes languissantes de cette édition m’amènent à penser que le temps n’est pas venu [de continuer mon Histoire] ; et la fureur générale contre les Écossais est une autre source de découragement. Je pense que le ministre écossais devra bien me dédommager de tout cela, (a)29

  • 30 « Les Écossais sont partout décriés, et le Ministère actuel refuse de soutenir le moindre de nos c (...)

23Malheureusement Bute démissionne avant de pouvoir aider Hume, qui continue d’évoquer ces problèmes dans une lettre adressée deux ans plus tard à son frère.30

Le cosmopolitisme de Hume et sa conception de l’Union

  • 31 Duncan Forbes, « Hume and the Scottish Enlightenment », Philosopher.s of the Enlightenment, éd. S. (...)

24On pourrait s’attendre à ce que la dénonciation du chauvinisme anglais entraîne chez Hume ou chez Peg l’exaltation de la nation écossaise. Or l’un comme l’autre restent d’une grande modération. De fait, un aspect central de la pensée politique de Hume tient au fait qu’il n’est pas anglais, et qu’en tant qu’écossais, il appartient à la plus européenne des sociétés d’Europe au xviiie siècle. S’il s’intéresse beaucoup à l’histoire et à la politique de l’Angleterre, c’est toujours dans le contexte plus large de l’expérience européenne, et avec un détachement que lui confère sa position excentrée.31 Cet extrait d’une lettre écrite depuis la France en 1764 à son ami Gilbert Elliot est révélateur de l’attitude de Hume à l’époque et rappelle le ton du Memorial :

  • 32 Hume se réfère notamment ici au fait que nombre de ses amis se voient alors refuser des postes imp (...)

Certains me haïssent parce que je ne suis pas Tory, d’autres parce que je ne suis pas Whig, d’autres encore parce que je ne suis pas chrétien, et tous parce que je suis écossais. Comment peux-tu sérieusement me dire de continuer d’être anglais ? Suis-je, es-tu anglais ? Nous permettent-ils de l’être ? Ne traitent-ils pas par la dérision nos prétentions à ce titre, et par la haine nos justes aspirations à les surpasser et à les gouverner ? Citoyen du monde, voilà ce que je suis... (a)32

  • 33 David Hume, « Of the Authenticity of Ossian’s Poems », The Philosophical Works, éd. T.H. Green et (...)

25La position adoptée par Hume dans la controverse autour des poèmes d’Ossian témoigne également de son cosmopolitisme : dans un essai consacré à cette question, il critique son ami Hugh Blair, ardent défenseur de Macpherson, le prétendu « Homère des Hautes-Terres ». Suivant une argumentation qui rappelle celle de son essai sur les miracles, Hume conteste l’authenticité des poèmes et estime que Blair se laisse aveugler par sa foi patriotique.33

  • 34 Voir Michaël Murphy, « Marriage as a metaphor of the Anglo-Scottish Union : the example of Humphry (...)

26Sur la question de l’Union entre l’Ecosse et l’Angleterre, liée à celle du cosmopolitisme, on peut établir des parallèles intéressants entre les propos de Hume et ceux de Peg. Commençons par souligner que pour représenter l’Union entre l’Ecosse et l’Angleterre, l’auteur du Memorial., à la suite d’Arbuthnot, choisit un lien qui est loin d’être neutre : si l’Ecosse et l’Angleterre sont frère et sœur, les différends qui les opposent ont un caractère transitoire et superficiel, mais ne sauraient remettre en cause leur parenté. Or, une telle métaphore n’est pas employée par tous les auteurs au xviiie siècle : ainsi, dans The Stoy of the Injured Lady, Swift décrit un amant (l’Angleterre) abandonnant sa maîtresse (l’Irlande) pour épouser une rivale (l’Ecosse). L’Ecosse est aussi parfois présentée sous des traits masculins, tel le lieutenant Lismahago dans Humphy Clinker, tandis que l’Angleterre est une fiancée qui a besoin de la protection des virils guerriers du Nord. Plus généralement, Smollett présente les deux pays comme des partenaires, et il met l’accent sur leur complémentarité.34 En choisissant de faire de l’Ecosse et de l’Angleterre une sœur et un frère, l’auteur du Memorial se situe donc résolument du côté d’une union irrévocable.

27Peg insiste beaucoup sur les efforts qu’elle a dû faire pour obtenir le consentement des Écossais à l’Acte d’Union. Elle explique les raisons objectives qui ont pu pousser certains d’entre eux à refuser l’Union :

Rien ne put empêcher mes gens de se révolter, et de chercher à briser par la violence les liens qui m’associaient à mon frère [...] [Le pacte perpétuel] fut interprété comme une soumission des privilèges et des honneurs liés à l’indépendance de ma famille.

  • 35 Islay, qui gouverne l’Écosse de 1746 à 1761 s’assure par diverses machinations que les 45 députés (...)

28Peg se référe ici aux émeutes de Glasgow en 1725, aux fameuses Porteous Plots de 1736 à Édimbourg, aux insurrections jacobites de 1715 et 1745, mais aussi au fait que la représentation écossaise au Parlement de Westminster est en fait étroitement contrôlée par Londres. De manière générale, les classes dirigeantes écossaises ont du mal à accepter que l’Union fasse passer Édimbourg du rang de capitale à celui de ville de province.35

29Tout en faisant preuve de compréhension à l’égard de ceux de ses sujets qui se révoltent, c’est-à-dire essentiellement des Highlanders, Peg exprime le point de vue des habitants des Basses-Terres. Ainsi, elle approuve la répression violente des insurrections jacobites :

Tout ce qu’il [John Bull] fit et dit pour assurer l’établissement de notre pacte et perpétuer la concorde familiale fut accepté de bon cœur.

  • 36 Il s’agit des « Disarming of Highlands Acts » de 1746 et 1748 et du « Heritable Jurisdiction Act » (...)

30Or, rappelons que l’arsenal législatif qui suit la Rébellion de 1745 signe l’arrêt de mort de la culture et de la population des Hautes-Terres : les biens sont confisqués, les hommes exécutés ou déportés, le pouvoir administratif et judiciaire des chefs de clans est aboli et tout signe distinctif de la culture des Hautes-Terres et du système clanique (kilt, tartan, cornemuse etc.) interdit.36 Peg explique que ces mesures ne furent pas seulement imposées par Londres : elles reçurent l’assentiment de certains Ecossais eux-mêmes, qui sont des Lowlanders comme Lord Milton ou Forbes of Culloden :

J’approuvai, et par la voix de certains membres de ma famille, je consentis même aux arrêts de mort civile et aux exécutions qui furent ordonnées.

31Peg appelle de ses vœux une union et une égalité complète entre tous les sujets du Roi, et tempère volontairement ses réactions face aux injustices qui lui sont faites :

Même cet indéniable affront et ce traitement indigne subi par l’un de mes domestiques, je répugnai à le considérer comme une injure personnelle et à le transformer, par une aggravation du préjudice, en terrain de mésentente avec mon frère.

32Enfin, elle n’évoque que très furtivement la possibilité de mettre un terme à l’Union :

Si les tentatives récentes, et scandaleuses, de certains de ses servants pour blesser le decorum et fouler au pied les règles et l’ordre familial ne suffisent pas à l’affecter, alors je ne le tiendrai plus responsable de mon honneur.

33Lorsqu’elle brandit cette menace c’est avant tout pour rappeler à son frère la finalité de l’Union. Aux principes abstraits, aux arguments de droit, elle préfère les arguments pratiques, évoquant « le bien-être général consécutif à l’établissement de notre union et de notre concorde », et affirmant que son objectif est autant de protéger l’honneur et l’autorité du roi que le sien propre, contre les menaces des factieux.

  • 37 Dans sa critique des poèmes d’Ossian, il explique qu’un peuple guerrier comme celui des Hautes-Ter (...)
  • 38 Lettre à Montesquieu, 10 avril 1749, Letters, vol. 1, p. 134.
  • 39 « Of the Protestant Succession », Essays, p. 502. Hume n’en accepte pas pour autant le relativisme (...)

34Hume est, lui aussi, favorable à l’Union entre l’Ecosse et l’Angleterre. Il éprouve la même défiance mêlée de compréhension à l’égard des Highlanders et des jacobites.37 Aussi approuve-t-il une grande partie des mesures prises après l’insurrection de 1745, notamment l’abolition des heritable jurisdictions, qui permet d’uniformiser le système législatif, comme il l’écrit à Montesquieu à l’époque.38 Lorsqu’il cherche, dans son essai « Of the Protestant Succession », à convaincre les jacobites qu’il leur faut accepter la légitimité des Hanovre venus d’Allemagne, il explique que le nouveau régime tire avant tout sa légitimité de ce qu’il est devenu le régime établi. Pour Hume, un régime politique ne doit pas être évalué à l’aune de principes abstraits ou d’un passé idéalisé, mais de son utilité en terme d’intérêt général.39 Or les Écossais, après l’Acte d’Union, ont cessé de subir « les ravages causés par une noblesse barbare », et ont gagné la liberté civique, un régime stable, l’égalité devant la loi, qui sont autant de facteurs de progrès économique et social. Il rejoint à cet égard les points de vue de Forbes ou Lord Milton. Il affirme dans son History of England :

  • 40 David Hume, The History of England, 6 vol, 1778, Indianapolis, Liberty Classics, 1983, vol. 5, p.  (...)

Par la seule union définitive avec l’Angleterre, jadis leur ennemi juré, ils ont obtenu sans heurts un gouvernement parfaitement régulier, et exempt de toute violence ou injustice. (a)40

  • 41 Alasdair MacIntyre, « Humés anglicizing subversion », Whose Justice ? Which Rationality ?, Londres (...)

35Peg ne dit pas autre chose, même si elle déplore que dans les faits, en raison de manœuvres partisanes, la justice ne soit pas encore respectée. Alasdair MacIntyre voit même dans la fascination qu’exerce sur Hume la culture politique et philosophique anglaise l’un des éléments-clés de sa vie et de son œuvre. Hume aurait ainsi importé en Ecosse la morale d’une culture étrangère et non philo sophique, celle de l’ordre dominant en Angleterre après la Glorieuse Révolution ; mais déçu de ne pas réussir à se faire accepter par les Anglais comme l’un des leurs, il se serait réidentifié, dans la seconde moitié de sa vie, à la culture écossaise.41

  • 42 Les Highlanders y sont décrits comme « les plus courageux, mais les moins valeureux » de tous les (...)
  • 43 Devenu Lord Chatham, Pitt dénonce publiquement l’œuvre de Hume à la Chambre des Lords, et déclare (...)

36Ajoutons enfin que comme Peg, Hume ne prend pas l’insurrection jacobite très au sérieux, ainsi qu’en témoigne son récit dans The Account of Stewart.42 Il ressentira d’autant plus durement le fait d’être taxé de jacobitisme après la publication de son History, notamment par Pitt.43 C’est exactement ce qu’explique Peg lorsqu’elle dit :

Bien que les membres de ma famille qui prirent part à cette sédition [les jacobites] agirent à corps perdu..., leur comportement criminel m’est toujours imputé.

Hume et la question de la Scottish Militia

37Une question importante nous éclaire sur la paternité du Memorial : c’est celle de la Scottish Militia. Peg évoque à de nombreuses reprises la question de la politique étrangère de la Grande-Bretagne à la fin des années 1750. Elle explique que l’Écosse contribue largement à l’effort de guerre pour défendre les colonies britanniques convoitées par la France, notamment en Inde et en Amérique :

Louis Babouin [le Roi de France] fut sommé de cesser ses déprédations, et la famille fut appelée aux armes. Mes domestiques se rallièrent en troupe sous l’étendard.

  • 44 Contrairement au général Wade, Pitt y incorpore même des clans jacobites, en prévision de son « pr (...)

38Entre 1756 et 1815, près de 60 000 Highlanders sont enrôlés dans l’armée. Cruelle ironie, alors que la culture des Hautes-Terres vient d’être anéantie par les Anglais, les Highlanders sont autorisés à porter le costume traditionnel pour défendre les intérêts britanniques.44

39Face aux menaces plus ou moins réelles d’invasion de l’Angleterre par la France, un mouvement d’opinion apparaît en Angleterre au début des années 1750, en faveur du rétablissement d’un système de milice. Pitt tire habilement parti de cette agitation et fait adopter en 1757 l’English Militia Bill. Il écarte délibérément l’Ecosse de cette réforme, en raison de la méfiance qu’inspire encore un jacobitisme pourtant fraîchement décapité. C’est ce qu’explique Peg, lorsqu’elle déclare à propos de Pitt :

Ma conjecture était trop favorable envers les principaux administrateurs des affaires de mon frère. Ils lui murmurèrent à l’oreille, en affectant une grande sagacité, qu’on pouvait confier des armes à mes sujets aux frontières ennemies, mais pas à l’intérieur de la maison.

40Aussi en 1759, alors qu’une menace d’invasion française pèse sur des Basses-Terres sans défense, certains députés et literati écossais décident de faire campagne en faveur de l’extension à l’Écosse de l’English Militia Act. Le Scottish Militia Bill est présenté à la Chambre des Communes en avril 1760 par Gilbert Elliot, mais il est rejeté par une écrasante majorité de députés. Après ce premier rejet, la campagne en faveur de son adoption redouble d’intensité à l’approche du renouvellement de la loi, prévu pour 1762. C’est à cette occasion, et dans le but d’« attiser » l’esprit patriotique que le Poker Club est créé par Carlyle, Ferguson et Hume. Le projet est rejeté une seconde fois en mars 1762, et l’indignation fait place à une certaine résignation.

  • 45 « Le problème général de la défense nationale et de l’organisation militaire est au coeur des inve (...)
  • 46 Ces principes sont développés au xviie siècle en Écosse par Andrew Fletcher of Saltoun et en Angle (...)

41En fait, le débat autour de la Militia dépasse de beaucoup la simple question de la défense militaire : ce qui est en jeu, outre la nature des relations entre l’Ecosse et l’Angleterre, c’est une réflexion sur deux thèmes étroitement liés à la tradition martiale écossaise, que sont l’identité nationale de l’Ecosse et sa structure sociale et politique.45 Les pasteurs « Modérés » d’Edimbourg, au premier rang desquels Alexander Carlyle ou Adam Ferguson rapportent à l’expérience écossaise un courant de pensée qui se développe dans la Florence de la Renaissance : l’humanisme civique.46 S’inspirant de Machiavel, ils élaborent un modèle de communauté politique dans lequel le concept de milice citoyenne occupe une place centrale, puisque la participation du citoyen à la défense de la communauté est perçue comme l’expression la plus importante de sa liberté politique. Or, si la plupart des Literati d’Édimbourg se reconnaissent dans la tradition de l’humanisme civique, il existe des différences substantielles entre certains d’entre eux, notamment entre David Hume et Adam Ferguson.

42Ainsi, il est frappant de constater la modération avec laquelle Sister Peg évoque la question de la Scottish Militia, pourtant l’une des plus brûlantes à Édimbourg au début des années 1760 :

« Va-t-on les envoyer verser leur sang pour défendre le moindre fragment de territoire », me dis-je à moi-même, « et ne pas leur permettre, comme aux autres domestiques, de porter les armes pour se défendre eux-mêmes, leurs femmes et leurs enfants, sous leur propre toit ? » Mais je réprimai ce désagréable sentiment d’indignation... [c’est moi qui souligne]

43De fait, dans le présent pamphlet, le ton de Peg tranche avec celui de la longue lettre qu’elle fait parvenir à son frère dans le pamphlet de 1760, attribué à Ferguson :

  • 47 Sister Peg : A Pamphlet Hitherto Unknown by David Hume, op. cit., p. 79.

... quelles que soient mes faiblesses, comment avez-vous pu songer un seul instant à me réduire à la nécessité de demander comme une faveur, ce qui constitue le droit naturel de tout homme, la liberté de se défendre soi-même ? Je possédais cette liberté avant de confier mes affaires à l’administration de vos serviteurs, et si nous devions en conséquence cesser l’un comme l’autre de l’exercer, il vaudrait mieux passer ce pan de notre histoire sous silence, (a)47

  • 48 Ferguson s’inquiète de la séparation entre le guerrier et le citoyen, caractéristique des sociétés (...)
  • 49 John Robertson, The Scottish Enlightenment, op. cit., p. 83 et 120.

44Ces différences sont sans doute liées au fait que le Memorial a été rédigé après le second rejet du projet de loi en mars 1762, alors que s’ouvre une période de découragement pour la plupart des défenseurs de la cause. Toutefois, certains comme Ferguson continuent de militer en faveur de la Militia : en témoigne la place qu’occupe cette question dans son Essay on the History of Civil Society, paru en 1767.48 Aussi semble-t-il raisonnable de penser que le Memorial n’a pas été écrit par Ferguson, mais par l’un des literati ayant une approche plus modérée de la question. C’est également ce que semble impliquer le jugement exagérément flatteur de Peg sur Lord Bute : contrairement à Elliot, Bute ne soutiendra par vraiment le projet de loi lors de sa seconde présentation, décevant ainsi les espoirs placés en lui par les plus chauds partisans de la réforme.49

  • 50 « Of Public Credit », Essays, p. 362. Il regrette qu’en Grande-Bretagne les querelles de successio (...)
  • 51 « Of Refinements in the Arts », Essays, p. 273-274.
  • 52 Ferguson affirme clairement vouloir exclure le « peuple » de la Militia. Voir ses Réfections Previ (...)

45Bien que membre fondateur du Poker Club, Hume a une approche beaucoup moins partisane et militante que celle de Ferguson. Son intérêt pour la question de la Militia est essentiellement théorique, et les arguments qu’il développe en sa faveur ne font sens que dans le contexte plus large de son analyse du progrès social. Ses analyses sont d’ailleurs dispersées dans plusieurs essais politiques et économiques assez tardifs. Hume considère bien que les armées de métier font courir une menace sérieuse à la liberté des citoyens : elles sont, selon ses propres termes, « la voie ouverte au gouvernement arbitraire ».50 Mais, contrairement à ce que David Raynor suppose dans son édition du pamphlet de 1760, il n’épouse pas vraiment les positions de l’humanisme civique, ni celles de Ferguson. Adoptant un point de vue très libéral, il estime que le développement du commerce est la priorité absolue : rien ne doit l’entraver, pas même des problèmes de défense nationale. Pour Hume, l’accroissement des richesses qu’engendre l’essor commercial contribue au raffinement des valeurs, qu’elles soient civiles ou militaires.51 Il pense enfin que le développement économique atténue les différences sociales et diffuse les qualités requises pour être un citoyen à part entière : à terme, il n’y a donc pas de raison d’exclure une catégorie de la population du service militaire, et le modèle de défense qu’il imagine dans son essai « Idea of a Perfect Commonwealth » se rapproche plus d’un système de conscription générale que d’un système de milice.52 Tant par la place qu’il accorde à cette question, que par sa conception même de la Militia, Hume se distingue donc de nombre de literati écossais – notamment Ferguson – et sa position modérée paraît correspondre à celle de Peg.

La modération et ses limites

  • 53 Hume définit les « gouvernements libres » (free governments) comme présentant « un pouvoir partagé (...)
  • 54 Lettre à Gilbert Elliot, 21 février 1770, Letters, vol. 2, p. 216.

46La modération, mais une modération limitée, est le dernier point sur lequel les propos de Peg dans le Memorial font à plusieurs reprises écho aux analyses de Hume. Dans sa typologie des régimes politiques, Hume définit les « gouvernements libres », et prend pour exemple la « monarchie limitée » britannique.53 Celle-ci a en effet pour particularité d’être un régime mixte, essentiellement républicain, mais à fort caractère monarchique. À ses yeux, le problème essentiel de ce type de régime est le maintien de l’équilibre entre les divers corps qui les composent, problème qui est résolu, en Grande-Bretagne, par le développement de libertés spécifiques telles que la liberté religieuse, l’habeas corpus ou la liberté de la presse. Si Hume qualifie la Constitution anglaise de « système de liberté le plus parfait et le plus juste ayant jamais été jugé compatible avec l’exercice du gouvernement », l’idée de perfection n’est pas toujours sous sa plume une qualité, et ses commentaires sont parfois empreints d’ironie ; il parle aussi de « mécanisme le plus complexe pour le plus parfait des gouvernements ».54 À partir des années 1760, il corrige certains essais, insistant sur la complexité et l’extrême fragilité du système britannique, et sur l’importance primordiale de maintenir l’ordre et l’autorité centrale face à des libertés politiques excessives qui doivent être modérées.

47Dans le pamphlet, nous avons vu que Peg modère volontairement son indignation face aux injustices que lui font subir les sujets de son frère. En fait, elle semble s’inquiéter autant, sinon davantage, des offenses faites à son peuple que de la remise en cause de l’autorité du roi d’Angleterre :

C’est à vous, mes clercs, qu’il incombe de signifier que vous abhorrez, que vous exécrez cette violation de la dignité de Sir Thomas.

48Aussi, lorsqu’elle décrit les pressions exercées sur le roi par le peuple – pressions qui reviennent à contester les prérogatives royales dans le choix du Premier Ministre – comme « un exemple de licence aussi patent, aussi ignoble », on ne peut s’empêcher de penser aux propos de Hume dans son essai sur la liberté de la presse ou dans sa correspondance à la fin des années 1760 : il estime alors que le gouvernement britannique

  • 55 Ibid. C’est nous qui soulignons dans chacune des citations.

est devenu une chimère [...] trop parfait en termes de liberté pour les brutes abjectes que sont les Anglais [...] corrompus par plus d’un siècle de licence, (a)55

  • 56 L’essai connaît des modifications substantielles par rapport au texte original de 1741 dans toutes (...)

49Hume considère que le « curieux privilège » de l’Angleterre en matière de liberté de la presse peut vite devenir dangereux, et il supprime de son essai, à la lumière des troubles wilkites, les passages vantant l’inocuité de cette liberté.56 La position de Hume sur la modération, qu’il qualifie de « noble vertu de l’humanité », semble bien résumée dans son essai « That Politics May be Reduced to a Science » :

  • 57 « That Politics May be Reduced to a Science », Essays, p. 27.

Il existe bien assez de zélateurs de chaque côté qui enflamment les passions de leurs partisans, et sous l’apparence du bien public, suivent en fait les intérêts et les desseins de leur propre faction. En ce qui me concerne, je chercherai toujours à promouvoir la modération plutôt que le zèle ; même si la façon la plus sûre d’encourager la modération dans chaque parti est d’accroître notre zèle pour le public, (a)57

  • 58 Voir Didier Deleule, Hume et la naissance du libéralisme économique, Paris, Aubier-Montaigne, 1979 (...)

50Dans l’ensemble, la modération dont fait preuve Peg évoque la modération sceptique de Hume. Loin d’être une forme de mollesse, d’indécision ou de désengagement – marque de ce que l’on qualifie trop vite de « conservatisme » – la modération humienne procède d’une véritable méthode, dont les règles consistent à prendre le parti de ne pas prendre parti. Elle repose sur son analyse des limites du fonctionnement de l’esprit humain, et, en politique, sur son étude des fondements de l’allégeance.58 Aussi cette modération méthodique n’est-elle pas illimitée. À la fin du pamphlet, Peg paraît elle aussi sous-entendre que lorsque le régime lui-même, incarné par le roi, est mis en cause par les factieux, la modération doit faire place à une attitude plus radicale. Elle semble se demander d’ailleurs si les difficultés du moment ne sont pas le résultat d’une attitude trop modérée par le passé :

Rappelez-vous que les offenseurs ont attenté aussi bien à l’honneur de Sir Thomas qu’au mien, et qu’en de telles circonstances par le passé, j’aurais dû écrire un manifeste plutôt qu’un mémoire.

51Ce constat semble rejoindre celui que fait Hume à partir des années 1760, lorsqu’il durcit son ton et ses analyses pour ne pas tolérer l’intolérable.

  • 59 Un dernier élément vient confirmer cette hypothèse : la National Library of Scotland conserve l’an (...)

52Au terme de cet examen, Sister Peg’s Memorial apparaît comme un pamphlet sans doute mineur au regard de l’illustre exemple dont l’auteur s’inspire, mais qui retrace de manière alerte soixante ans de relations anglo-écossaises après l’Acte d’Union, et reflète avec précision l’état d’esprit qui prévalait à Edimbourg au début des années 1760. Il existe de bonnes raisons de penser que Sister Peg’s Memorial n’a pas été écrit par le même auteur que l’History of the Proceedings, dont la paternité semble bien revenir à Adam Ferguson.59 Mais en l’absence de manuscrit, la question de la paternité reste ouverte, et elle appelle la plus grande prudence. Nous espérons avoir montré que l’hypothèse selon laquelle Hume aurait pu écrire le Memorial n’est pas sans fondement. On y trouve en effet exprimées les principales préoccupations du « Bon David » à l’époque : rejet du chauvinisme anglais, dénonciation des factions, défense du pouvoir établi contre les idéologies, affirmation du cosmopolitisme, approche modérée de la question de la Scottish Mihtia et promotion de la modération en politique. Il l’aurait écrit entre avril 1763 – après le second rejet de la Scottish Militia Bill et la démission forcée de Bute – et août 1763, date de son départ pour la France, amer de voir se déchaîner une agitation « patriotique » qui ne fera que s’accroître au cours de la décennie, confirmant ses pires craintes à l’égard du régime de John Bull.

Sister Peg’s Memorial to one of her Clerks, page de titre. The Trustees of the National Library of Scotland.

Sister Peg’s Memorial to one of her Clerks, page 3. The Trustees of the National Library of Scotland.

Mémoire adressé par Peggy, sœur de John Bull, à l’un de ses clercs, sujet de griefs passés et présents.1

  • 1 Le titre original se trouve en annexe, p. 373.

53Edimbourg

54Imprimé en l’an MDCCLXIII

55Prix trois pence

56Comme j’ai de bonnes raisons de craindre que mon frère John Bull ne soit, hélas, victime de l’une de ces brusques crises de violence qui l’affectent parfois, je préfère ne pas lui envoyer de lettre au sujet de l’insigne affront que vient de me faire une coterie de ses serviteurs. Je saisis toutefois l’occasion d’exprimer mes sentiments sur cette indignité en vous adressant ce mémoire, à vous qui êtes l’un de mes clercs, afin qu’ils puissent être notifiés, au moment et de la manière qui conviennent, à ceux qui sont chargés de l’administration de notre intérêt commun.

  • 60 Dans son History of England., Hume écrit : « Jacques laissa presque tous les principaux offices en (...)
  • 61 En termes de prestige et de statut social, les classes possédantes souffrent de l’Union des Parlem (...)
  • 62 L’Union avec l’Angleterre est contestée en Ecosse pendant toute la première moitié du xviiie siècl (...)
  • 63 Dans A True Account of the Behaviour and Conduct of Archibald Stewart, Hume décrit avec ironie l’a (...)

57Depuis la période de la grande réconciliation avec mon frère, lorsque nous nous mîmes d’accord pour vivre sous le même toit, comme une seule famille, j’ai fait des efforts considérables pour oblitérer le souvenir de nos animosités anciennes, et rendre tous mes domestiques sensibles au bien-être général consécutif à notre union et à notre concorde. Je m’y suis employée avec une anxiété proportionnelle à l’importance et à l’extrême difficulté de cette tâche. Rares sont ceux qui ont mesuré ou compris les obstacles que j’ai eu à surmonter. Le pacte perpétuel conclu avec mon frère fut interprété par nombre de mes gens, entre autres préjugés à son encontre, comme une soumission des privilèges et des honneurs liés à l’indépendance de ma famille.60 Ils n’y virent que l’abolition des anciens jours de parade et des rassemblements de ma suite au palais, et la renommée de ma maison presque effacée au profit de celle de mon frère. Chez eux, ils se plaignaient d’être négligés et méprisés, et à l’étranger, ils s’apercevaient que notre titre, jadis universellement connu et respecté, n’était que rarement, voire jamais plus prononcé.61 Ils furent tourmentés et provoqués de multiples façons. Pendant un temps, ils ne purent plus supporter toutes ces avanies. Vous en connaissez les tristes conséquences : rien ne put les empêcher de se révolter, et de chercher à briser par la violence les liens qui m’associaient à mon frère.62 Les membres de ma famille qui prirent part à cette sédition agirent à corps perdu, sans projet ni espoir de révolte générale ; ils furent encouragés dans leur tentative désespérée, et même rejoints, par plusieurs serviteurs de mon frère. Malgré cela, leur comportement criminel m’est toujours imputé et l’on s’en sert perpétuellement pour salir et abaisser mon nom et mes intérêts dans la maison, pour marquer mes gens au sceau de l’infamie, et les exposer au mépris des plus méprisables serviteurs de mon frère.63

  • 64 L’insurrection de 1745 fut suivie d’une répression brutale qui valut à Cumberland le surnom de « B (...)

58La révolte de ces domestiques contre leur allégeance fut sanctionnée avec éclat. Ils payèrent le prix du sang pour leurs offenses. J’approuvai cela, et par la voix de certains membres de ma famille, je consentis même aux arrêts de mort civile et aux exécutions qui furent ordonnées.64

  • 65 Dans son épistémologie comme dans son History of England et ses essais politiques, Hume attache un (...)

59Je n’imaginai pas qu’après cela je continuerais d’être sans cesse blâmée pour leur entreprise malheureuse et fatale, ni que déjà consternée, et pénétrée des souffrance de mon peuple, je verrais mon cœur mis à vif par de journalières invectives. Mais je me résignai à ce traitement indigne, dans l’espoir que le temps viendrait remédier à mes tourments, et que les flèches de la rancœur et de la virulence cesseraient d’être tirées contre moi.65

  • 66 Sous le « règne » du comte d’Islay Archibald Campbell, qui gouverne l’Ecosse de 1746 à 1761, les a (...)
  • 67 Hume approuvait une grand partie des mesures prises après l’insurrection de 1745, et notamment l’a (...)
  • 68 « The party that had offended » : les jacobites.
  • 69 Hume était, selon les termes de Mossner, « un opposant farouche du jacobitisme » (Life p. 186), po (...)

60Afin de prévenir tout désordre futur, mon frère fut autorisé à prendre sur mes quartiers les mesures qu’il jugerait nécessaires. On se soumit à ses décrets, et l’on ne vit pas un seul de mes serviteurs faire la grimace, même devant les décisions qui pouvaient sembler étranges et fantasques.66 Tout ce qu’il fit et dit pour assurer l’établissement de notre pacte et perpétuer la concorde familiale fut accepté de bon cœur.67 Persuadée qu’il cherchait à bien faire, je m’associai pleinement à ses projets. Et, toujours prête à applaudir ses intentions, je le priai simplement de ne pas considérer trop sévèrement cette classe de mes serviteurs réputés amis du parti qui avait porté offense.68 Ayant l’expérience de leur tempérament et de leurs dispositions, je l’assurai qu’ils seraient plus effectivement attachés à leur devoir s’ils ne décelaient pas de sentiment jaloux dans son regard, ni de dédain chez ceux de sa suite.69

  • 70 À partir du début des années 1750, les Français exercent de très fortes pressions sur les colonies (...)
  • 71 Le roi de France. Le surnom apparaît chez Arbuthnot et est repris dans The History of the Proceedi (...)
  • 72 William Pitt, premier comte de Chatham (1708-1778). Premier Ministre entre 1757 et 1761, et de 176 (...)
  • 73 La signature, par Bute, du Traité de Paris le 10 février 1763. La vision de Peg prête à controvers (...)
  • 74 La mort de George II en octobre 1760 est une promesse de renouveau car elle signifie l’accession a (...)

61L’avertissement que je me permis de donner finit par gagner un certain crédit. Mon frère le jugea d’autant plus fondé et utile qu’il retrouvait sa bonne humeur naturelle. Je voyais déjà poindre un jour plus serein, et l’harmonie commençait à s’établir. Notre famille unie pouvait désormais se soucier de son bien commun. On s’occupa des intrusions de nos voisins aux confins du domaine.70 Louis Babouin71 fut sommé de cesser ses déprédations, et la famille fut appelée aux armes. Mes domestiques se rallièrent en troupe sous l’étendard, allant défendre avec entrain les endroits les plus reculés du domaine. Nul ne fit preuve de plus de hardiesse et de témérité au combat que le groupe de serviteurs soupçonnés d’être infidèles. Mon frère fut stupéfait par le récit de leur intrépidité, et ses serviteurs eux-mêmes leur concédèrent une part de louanges. J’espérai qu’ils ne seraient désormais plus considérés comme des étrangers. Ma conjecture était trop favorable envers les principaux administrateurs des affaires de mon frère. Ils lui murmurèrent à l’oreille, affectant une grande sagacité, qu’on pouvait confier des armes à mes sujets aux frontières ennemies, mais pas à l’intérieur de la maison.72 «Va-t-on les envoyer verser leur sang pour défendre le moindre fragment de territoire », me dis-je à moi-même, « et cependant ne pas leur permettre, comme aux autres domestiques, de porter les armes pour se défendre eux-mêmes, leurs femmes et leurs enfants, sous leur propre toit ? » Mais je réprimai ce désagréable sentiment d’indignation et chassai toute pensée fâcheuse, afin de pouvoir encourager avec sérénité mes domestiques, qui sont comme des enfants pour moi, à continuer de se distinguer dans l’intérêt de la famille. Ils répondirent à l’appel de l’Honneur et satisfirent mes désirs les plus ardents. Ils méritèrent le renom et la gloire. Mon frère eut vent de leurs actions, et décerna à certains d’entre eux la récompense de la bravoure. Bien que leurs exploits eussent clairsemé leurs rangs, je me réjouis de l’honneur ainsi gagné. L’ennemi était vaincu, et tous les desseins de mon frère menés à bien.73 Je pensais l’âge d’or de la paix domestique désormais arrivé ; le monde pouvait enfin dire que nous formions une famille une et unie.74 Mais voilà que des murmures s’élèvent à la Cour, et des clameurs montent aux portes du royaume, parce que certains de mes serviteurs ont été associés à ceux de mon frère dans les bureaux de la maison, et participent à l’intendance du domaine.

  • 75 L’harmonie patriotique en vigueur lors du couronnement du roi George III, à propos duquel Smollett (...)

62Je ne vis dans ce brouhaha que la tumultueuse course des serviteurs à la préséance, qui vient souvent troubler le calme des familles. Mais le tumulte continua d’enfler, et devint de plus en plus fort, comme dans l’arène où combattent les ours.75 Je finis par en comprendre la nature ignominieuse.

63Il m’est pénible d’en faire le récit ; mais mes domestiques seront intéressés de l’entendre.

  • 76 « The perpetual compact » : L’Acte d’Union de 1707. « Sir Thomas » : Le roi d’Angleterre, en l’occ (...)
  • 77 James Stuart, Third Earl of Bute, nommé « First Lord of the Treasury » (c’est-à-dire Premier Minis (...)
  • 78 Ces commentaires de Peg ne sont pas sans rappeler ceux de Hume sur Bute, à propos duquel il écrit (...)
  • 79 Les historiens ne donnent pas vraiment raison à Peg. Déjà un contemporain comme Lord Shelburne, qu (...)
  • 80 Tout en bénéficiant d’une large majorité au Parlement, Bute fut amené à prendre des décisions impo (...)
  • 81 Chez Arbuthnot, la ferme de John Bull s’appelle « Bullock’s-Hatch ». En revanche, « Bullhall » app (...)

64Aux termes du pacte perpétuel conclu avec mon frère, Sir Thomas76, arbitre et défenseur de nos privilèges, est investi du droit et du pouvoir de disposer des postes de confiance, et de nommer les officiers de la maison dans tous les domaines. Il nomma au poste de premier officier l’un de mes principaux serviteurs.77 Cabales, caprices, importunités n’avaient nullement déterminé ce choix. Sir Thomas l’avait promu parce qu’il ne connaissait personne de manière aussi intime, et le jugeait plus valeureux que tous. Ce serviteur avait pris soin de ne jamais s’associer aux factions et aux querelles du Palais. Demeuré à l’abri des partis, il semblait qualifié pour en modérer et en restreindre l’influence.78 Je ne tenterai pas ici de décrire son caractère ou la façon dont il remplit sa fonction. Mais je sais que ni moi ni mes domestiques n’auront matière à rougir lorsque les clercs en consigneront le récit authentique dans les annales de la Cour.79 Quelles que soient les critiques qui lui ont été adressées, fondées ou infondées, chicanes politiques ou effets d’une inspiration supérieure, chacun connaît aujourd’hui le principal chef d’accusation retenu contre lui, et je frémis d’émotion en l’évoquant : il était coupable d’être mien. Comptant parmi mes serviteurs, c’était arrogance et présomption insupportables que d’accepter le poste qui lui avait été fort honorablement proposé ; poste d’ailleurs souvent occupé par des serviteurs de mon frère d’un rang inférieur. Parce qu’il est mien, on le raille, on le calomnie, on le menace, on expose sa réputation et son effigie pour que les portiers et les souillons de cuisine les mettent en pièce.80 Qu’une coterie d’opposants, composée des principaux serviteurs de mon frère, soit apparue sitôt son poste occupé, avant même qu’on ait connu son attitude ou sa politique, suffit à prouver que leur animosité à son égard venait de ce qu’il n’est pas né à Bullhall.81

  • 82 Peg fait encore une fois preuve d’une grande modération, malgré son ressentiment.
  • 83 Un « champion de Bullhall » : il s’agit de John Wilkes (1727-1797) député, journaliste et démagogu (...)
  • 84 Hume exprime à de nombreuses reprises dans ses lettres son inquiétude et son dégoût face à la popu (...)

65Notez bien, vous et tous mes clercs, que même cet indéniable affront et ce traitement indigne subi par l’un de mes domestiques, je répugnai à le considérer comme une injure personnelle et à le transformer, par une aggravation du préjudice, en terrain de mésentente avec mon frère.82 Alors qu’un système d’union totale semblait se mettre heureusement en place, j’aurais été prête à renoncer à faire valoir l’argument, pourtant incontestable aux termes du pacte initial, selon lequel mes gens ont droit aux mêmes chances de promotion que tous les autres serviteurs. Mais je ne puis plus me permettre de faire preuve de modération et de réserve. Il ne m’est plus permis de feindre d’ignorer cet affront, ou d’y pallier. Afin que je ne puisse faire mine de ne pas comprendre, les arguments les plus choquants, les plus crus et les plus insolents ont été crânement proclamés dans l’antichambre de mon frère. Un champion de Bullhall a été encouragé à brandir ses armes de barbare, à me défier comme une étrangère et une intruse dans la maison, et à railler ma personne, mes principes et mon équipage.83 Je suis persuadée qu’aucun de mes domestiques, quel que soit son rang, et même contre des gages, n’aurait pu jouer une telle effronterie, et avec un tel naturel. Je serais fâchée, et même fortement, si un seul d’entre eux tentait de copier ce comportement inimitable. Qu’il reste sans pareil ce champion, sans second, sans rival, seul à avoir droit d’exhiber la grande charte de Bullhall, ornée et illustrée pour la postérité par ses seules inscriptions et artifices.84

  • 85 Peg semble poser ici la question des limites de la liberté d’expression et de la liberté de de la (...)
  • 86 Plutôt que de mettre en avant des revendications nationalistes écossaises, Sister Peg insiste sur (...)

66Je ne pourrais affirmer que mon frère avait conçu le projet de diffamer mes serviteurs et de contester mes droits et privilèges dans la maison ; ni qu’il lui soit toujours possible d’empêcher les affronts et les insultes que les laquais et la tribu inférieure des serviteurs dispensent à leurs maîtres, même dans les familles les mieux policées.85 Toutefois, ce qui me préoccupe, c’est de constater que le biais de son caractère et ses manières d’agir coïncident avec ces énormités, les favorisent même ; qu’il est prêt à trouver grandiose et superbe le tapage, les vociférations grossières et le ton injurieux de ses gens ; comme si leurs airs insolents et le mépris qu’ils affichent pour d’autres serviteurs, nourris et vêtus de manière plus simple, et moins enclins à l’émeute que ceux de Bull-hall, pouvaient prouver sa supériorité et sa grandeur. Tout être humain a ses tares : et ce penchant de mon frère pourrait être excusé, ou ignoré, s’il vivait dans une maison où ses domestiques n’avaient de relation qu’avec eux-mêmes ; ou encore si ses domestiques ne se montraient sensibles à ce travers, et n’en tiraient point parti pour insulter les miens et faire les arrogants en toute impunité, voire avec un certain degré d’approbation de sa part. Mais dans l’arrangement familial actuel, il est impératif que mon frère fasse montre d’un plus grand souci de sa réputation comme de la mienne.86 Si les tentatives récentes, et scandaleuses, de certains de ses serviteurs pour blesser le décorum et fouler au pied les règles et l’ordre familial ne suffisent pas à l’affecter, alors je ne le tiendrai plus responsable de mon honneur. Ce n’est point des cabales et des intrigues des serviteurs qu’il est ici question. Le problème à résoudre est le suivant : le système longuement mûri de notre association, fruit de nombreuses années d’efforts, objet d’innombrables débats, payé par le sang de nos familles, doit-il se réduire au spectacle bigarré de nos discordes, de nos querelles, de nos scènes de ménage ?

  • 87 Peg fait encore preuve ici d’une grande modération et refuse, au nom de principes abstraits, tels (...)

67Comme on peut l’espérer, mon frère percevra, après réflexion, combien la façon scandaleuse, la façon honteuse dont notre coalition est traitée nuit à notre honneur, surtout à un moment où nos voisins sont plus persuadés que jamais que cette alliance constitue pour la gloire et la prospérité de notre maison une fondation in destructible. Je ne souhaite pas attiser la présente controverse.87 Lorsque, après la victoire, les épées sont encore à moitié sorties de leur fourreau, et que le sang bout encore dans les veines, il est dangereux de provoquer une nouvelle alarme ; du moins éviterais-je de le faire aux oreilles de mes domestiques, dont l’histoire, si le monde sait la lire, les montre aussi ardents à réparer les affronts et les injures que les plus téméraires des agresseurs sont prêts à les faire subir.

  • 88 La crainte de Peg paraît prémonitoire. Les « Wilkite disturbances » des années 1768-1770 seront d’ (...)
  • 89 Le vocabulaire est très humien. Outre l’allusion au « barbarism », aux « champions of faction », P (...)

68Au terme de ce calme tableau de mes sentiments, vous comprendrez que je préfère exposer librement ce que je ressens, plutôt que les torts que j’entends redresser, ou que je devrais redresser, de la façon dont je lavais jadis les affronts. Tant que les attaques prennent la simple forme de grossières invectives, et tant que les champions des factions se contentent d’afficher dans des dîners choisis l’air farouche qu’appellent leurs rodomontades, je me contenterai de les considérer indignes de mon courroux.88 Quant aux productions de leur esprit, qui font tant leur orgueil, cet amas d’arguments et de fausses assertions, ce composé de calomnies et d’obscénités qui a servi de moteur à leur sédition, j’espère que tous mes domestiques le mépriseront, comme la marque de leur barbarie, et la ressource des impudents et des débauchés.89

  • 90 Voir note 85.
  • 91 Ce souci de la marque que laisseront les événements dans l’histoire ne peut manquer de faire pense (...)
  • 92 Le Parlement britannique.

69Il me reste toutefois à vous donner à vous, ainsi qu’au reste de mes clercs, une instruction particulière. J’insiste sur son caractère indispensable et nécessaire, et sur l’importance de son application. Vous devez être sûr que c’est le droit et l’autorité de Sir Thomas dans le choix des serviteurs que je défends, et que j’entends obtenir réparation de l’offense irrémissible et inégalée faite à sa prérogative.90 L’histoire hésitera à en transmettre le scandaleux récit. Tous les partisans des intérêts et de la constitution de notre maison vont souhaiter qu’un exemple aussi patent, aussi ignoble de licence ne demeure point dans les annales, afin de ne pas encourager les débauchés et les séditieux, dans le futur, à insulter avec tant d’exaltation la piété, l’honneur et la vertu.91 Pour que l’on obvie à cette influence misérable, c’est à vous, mes clercs, qu’il incombe de signifier que vous abhorrez, que vous exécrez cette violation de la dignité de Sir Thomas, et c’est vous qui devez exiger satisfaction publique, digne et formelle. Lorsque Madame Bull92 se rendra au Palais pour examiner les comptes de la famille, vous aurez l’occasion de présenter cette importante affaire. Au cours de la délibération, rappelez-vous que les offenseurs ont attenté aussi bien à l’honneur de Sir Thomas qu’au mien, et que par le passé, j’aurais dû en de telles circonstances écrire un manifeste plutôt qu’un mémoire.

Notes

1 Le Eighteenth Century Short Title Catalogue sur CD-ROM indique qu’il n’existe que deux exemplaires de ce pamphlet, l’un conservé à la National Library of Scotland, et l’autre à la British Library. La version intégrale de ce pamphlet est donnée ci-après, traduite par Gilles Robel.

2 Peg apparaît dans le second pamphlet « John Bull still in his Senses ». John Arbuthnot, The History of John Bull, éd. Alan W. Bower et R. A. Erickson (1712) Oxford, Clarendon, 1976. Peg représente l’Écosse et John Bull l’Angleterre.

3 David R. Raynor, éd. et intro., Sister Peg – A Pamphlet Hitherto Unknown by David Hume, Cambridge, University Press, 1982. Voir notamment la critique de Richard B. Sher, «Sisterter Peg, edited by David Raynor », Philosophical Books, 24, no 2, 1983, p. 85-91. L’exemplaire de la seconde édition du pamphlet conservé à la British Library présente d’ailleurs sur la page de titre des notes manuscrites qui en attribuent la paternité à Ferguson.

4 Sur l’importance des clubs comme véhicules de la politeness, voir les études de Nicholas Phillipson, notamment « Culture and Society in the Eighteenth Century Province : The Case of Edinburgh and the Scottish Enlightenment », The University in Society, éd. L. Stone, 2 vol., Princeton, University Press, 1974, vol. 2, p. 407-448.

5 Comme le remarque Mossner, « le caractère liant de David Hume, allié à son grégarisme d’homme de lettres explique qu’il ait été extrêmement clubophile ». E.C. Mossner, The Life of David Hume, Édimbourg, Nelson, 1954, p. 273.

6 Célébré dans les salons parisiens, il écrit à Adam Ferguson : « Je regrette souvent la franche rudesse du Poker club [...] pour rectifier et atténuer tant de douceur mielleuse ». Lettre à Adam Ferguson, 9 novembre 1763, The Letters of David Hume, éd. J.Y.T. Greig, 2 vol., Oxford, Clarendon, 1932, vol. 1, p. 411. Désigné ci-après par Letters.

7 Lettre à Alexander Carlyle, 3 février 1761, Letters, op. cit., vol. 1, p. 341. Voir aussi Alexander Carlyle, The Autobiography of Alexander Carlyle of Inveresk, éd. John Hill Burton, Londres et Édimbourg, 1910, p. 441.

8 Voir J.V. Price, The Ironic Hume, Austin, Texas University Press, 1965 et le chapitre « Leisure and Laughter », E.C. Mossner, op. cit., p. 232-239. Mossner cite ainsi Dugald Stewart : « Le Dr Robertson avait coutume de dire qu’il y avait dans la gaîté de M. Hume quelque chose de presque puéril, et qu’il avait retrouvé le même trait chez tant d’amis fréquentant les mêmes cercles, qu’il était presque disposé à y voir la marque du génie ».

9 Dans l’index de sa biographie de Hume, Mossner fait mention d’œuvres publiées mais non localisées, d’œuvres manuscrites non localisées, et d’œuvres projetées. Op. cit., p. 665.

10 La première, The Pétition of the Patients of Westminster against James Fraser, Apothecary, est reproduite dans le second volume des Letters, p. 340-342.

11 Les imprimeurs d’Édimbourg refusèrent de publier cette satire mordante, et Hume dut la faire publier à Londres sous le pseudonyme de Zerobabel MacGilchrist, Bellman of Buckhaven. Reparu dans The Scotch Haggis, Édimbourg, D. Webster, 1822, p. 187-191.

12 Hume fait preuve de son ironie coutumière. Lettre à Gilbert Elliot, 18 février 1751, Letters, vol. 1, p. 153. Toutes les traductions données dans ce chapitre sont de Gilles Robel.

13 Hume, Letters, vol., p. 112-18 ; voir aussi E. C. Mossner, « Hume’s Episde to Dr Arbuthnot, 1734 : the biographical significance », Huntington Library Quarterly, VII, 1944, P. 135-152.

14 J. G. A. Pocock, « Hume and the American Revolution : the dying thoughts of a North Briton », éd. D.F. Norton, McGill Hume Studies, San Diego, Austin Hill, 1979, P. 341.

15 D.D. Raphael et T. Sakamoto, « Notes and discussions : anonymous writings of David Hum Journal of the History of Philosophy, no 28, avril 1990, p. 271-281.

16 David Raynor, « Hume’s Abstract of Adam Smith’s Theory of Moral Sentiments », Jour-nal of the History of Philosophy no 22, 1984, p. 51-79.

17 Bute fut amené à prendre des décisions difficiles. La signature du Traité de Paix de Paris en février 1763, qui marque la fin de la guerre de Sept Ans, est réputé défavorable à la Grande-Bretagne : on accuse Bute de lâcheté et de perfidie. En outre, il décide la levée d’un impôt sur le cidre afin de financer les dépenses entraînées par la guerre, ce qui fait naître un sentiment de révolte contre le « Scotch Yoke » (le joug écossais) chez les marchands et dans le petit peuple.

18 John Brewer, « The Common People and Politics, 1750-1790S », The English Satirical Print 1600-1832, Londres, Chadwick-H, 1986, gravures 1, 22, 101 et 105.

19 Sir L. Namier et J. Brooke, The History of Parliament, The House of Commons, 1754-1790, 3 vol., Londres, 1964, vol. 1, p. 168.

20 The North Briton, no 44, cité par G. Birkbeck Hill, Letters of David Hume to William Strahan, Oxford, Clarendon, 1888, p. 61.

21 Voir Georges Rudé, Wilkes and Liberty, Oxford, Clarendon, 1962.

22 C’est moi qui souligne dans ces citations.

23 Lettre à Gilbert Elliot, 2 juillet 1757, Letters, vol. 1, p. 255 ; « Of Civil Liberty », Essays Moral Political and Literary, éd. E.F. Miller, Indianapolis, Liberty Classics, 1985, p. 87-97. Désigné ci-après par Essays.

24 Le procès de la métaphysique, et de l’usage qu’en font les factieux et les religieux, est un point commun à l’épistémologie, aux écrits politiques et aux écrits historiques de Hume. La dénonciation des factions est, quant à elle, déjà présente chez Locke, mais aussi dans l’œuvre de Arbuthnot, sous les traits de Discordia, l’une des trois filles de John Bull.

25 Voir notamment « Of the Coalition of Parties » et « Of the Parties of Great Britain », Essays, p. 64-73 et P. 493-502.

26 « Of the Original Contract », Essays, p. 465-488.

27 Hume estime que l’endettement public risque d’entraîner la « mort naturelle » du pays. « Of Public Credit », Essays, p. 349-66.

28 « Jowler » est le surnom de Pitt, et un nom couramment donné aux bassets. Lettre à William Strahan, 26 octobre 1775, Letters, vol. 2, p. 301. Voir aussi E.C. Mossner, Life, p. 238.

29 Lettre à Andrew Millar, 28 mars 1763, Letters, vol. 1, p. 382. Hume souhaite que Bute lui permette d’obtenir le paiement d’un traitement qui aurait dû lui être versé seize ans plus tôt alors qu’il était au service du général St Clair.

30 « Les Écossais sont partout décriés, et le Ministère actuel refuse de soutenir le moindre de nos compatriotes, de crainte qu’on ne leur reproche d’être liés à Lord Bute », Letters, vol. 1, p. 519.

31 Duncan Forbes, « Hume and the Scottish Enlightenment », Philosopher.s of the Enlightenment, éd. S.C. Brown, Sussex, Harvester ; New Jersey, Humanities, 1977-1978, p. 95-108.

32 Hume se réfère notamment ici au fait que nombre de ses amis se voient alors refuser des postes importants parce qu’ils sont écossais : il s’agit notamment de James Oswald of Dunnikier, proposé par Henry Fox en 1763 pour occuper le poste de chancelier de l’Echiquier, de Gilbert Elliot of Minto ou même du général Sir James St Clair. Lettre à Gilbert Elliot, 22 septembre 1764, Letters, vol. 1, p. 467. Elliot avait écrit à Hume : « Aime les Français tant que tu veux, [...] mais avant tout demeure anglais ». Dans une lettre de 1762, alors qu’il vient d’acheter un appartement à James’s Court à Édimbourg, il se décrit comme « un vagabond sur la face de la terre, sans résidence permanente dans aucune ville », Letters, vol. 1, p. 367.

33 David Hume, « Of the Authenticity of Ossian’s Poems », The Philosophical Works, éd. T.H. Green et T.H. Grose, 4 vol., Aalen, Scientia Verlag, 1964, vol. 4, p. 215-223. Refusant de ridiculiser publiquement son ami Hugh Blair, Hume ne publiera jamais cet essai.

34 Voir Michaël Murphy, « Marriage as a metaphor of the Anglo-Scottish Union : the example of Humphry Clinker », communication, xxxive congrès de la SAES, Valenciennes, 14 mai 1994 et Pierre Morère, « Scotland in Smollett’s The Expedition of Humphry Clinker », Études écossaises, Actes de l'atelier écossais de la conférence de l’ESSE, hors-série, 1994, p. 151-161.

35 Islay, qui gouverne l’Écosse de 1746 à 1761 s’assure par diverses machinations que les 45 députés et les 16 pairs envoyés à Westminster seront favorables au gouvernement de Londres.

36 Il s’agit des « Disarming of Highlands Acts » de 1746 et 1748 et du « Heritable Jurisdiction Act » de 1747.

37 Dans sa critique des poèmes d’Ossian, il explique qu’un peuple guerrier comme celui des Hautes-Terres ne peut produire de grands poètes, et reste « primitif », ce en quoi nous savons qu’il se trompait : Mossner souligne que déjà du vivant de Hume les Highlands avaient produit au moins sept grands poètes de tradition gaëlique. E.C. Mossner, Life, p. 419.

38 Lettre à Montesquieu, 10 avril 1749, Letters, vol. 1, p. 134.

39 « Of the Protestant Succession », Essays, p. 502. Hume n’en accepte pas pour autant le relativisme exprimé par Pope dans les vers : « For forms of govemment let fools contest / Whate’er is best administer’d is best ». Dans « Idea of a Perfect Com-monwealth », Hume écrit : « Tout gouvernement établi présente un immense avantage, celui d’être établi, car la plupart des hommes sont gouvernés par l’autorité et non par la raison, et ne confèrent d’autorité qu’à ce qui se recommande d’un passé ancien. Aussi tâtonner dans ce domaine, ou se livrer à des expériences sur la seule base de raisonnements ou d’une philosophie hypothétiques ne pourra jamais être le rôle d’un magistrat raisonnable ». Essays, p. 512.

40 David Hume, The History of England, 6 vol, 1778, Indianapolis, Liberty Classics, 1983, vol. 5, p. 19 ; vol. 6, p. 223.

41 Alasdair MacIntyre, « Humés anglicizing subversion », Whose Justice ? Which Rationality ?, Londres, Duckworth, 1988, p. 281-99.

42 Les Highlanders y sont décrits comme « les plus courageux, mais les moins valeureux » de tous les soldats du royaume. Il définit le jacobitisme très négativement dans « Of the Parties of Great Britain », Essays, p. 64.

43 Devenu Lord Chatham, Pitt dénonce publiquement l’œuvre de Hume à la Chambre des Lords, et déclare lui préférer le travail de l’historienne whig Catherine Macaulay. Hume fut mortifié par de telles critiques, lui qui prend soin de présenter son History en affirmant : « J’ai l’impudence de prétendre que je ne suis d’aucun parti, et que je n’ai pas de préjugés ». E.C. Mossner, Life, p. 310. Voir aussi la lettre à John Clephane, Letters, vol. 1, p. 263-264.

44 Contrairement au général Wade, Pitt y incorpore même des clans jacobites, en prévision de son « programme patriotique » qui débouche sur la Guerre de Sept Ans. En filigrane, on perçoit dans les propos de Peg une opposition à la politique belliciste de Pitt. Voir Michaël Lynch, Scotland : A New History, Londres, Pimlico, 1992, p. 339 et 369 et Basil Williams, The Whig Supremacy 1714-1760, Oxford, Clarendon, 1962, chap. XI.

45 « Le problème général de la défense nationale et de l’organisation militaire est au coeur des investigations menées par les Lumières écossaises sur le progrès de la société ». John Robertson, The Scottish Enlightenment and the Militia Issue, Édimbourg, John Donald, 1982, chap. 1.

46 Ces principes sont développés au xviie siècle en Écosse par Andrew Fletcher of Saltoun et en Angleterre par James Harrington dans The Commonwealth of Oceana Londres, 1656. L’adoption d’une milice citoyenne en 1661 est d’ailleurs l’une des premières mesures du Parlement anglais sous la Restauration, et ce choix est confirmé par la Glorieuse Révolution en 1688. Harrington adapte les principes de l’humanisme civique à une société agraire. Fletcher montre le danger inhérent aux armées de métier par une analyse historique des progrès de la corruption en Europe. Il appelle les Ecossais à abandonner leur héritage martial au profit des principes civiques de la communauté politique. Andrew Fletcher, A Discourse concerning Militias and Standing Armies ; with Relation to Past and Present Governments of Europe and of England in particular Londres, 1697.
Sur l’humanisme civique, entre autres écrits de J.G.A. Pocock, voir « Civic humanism and its role in Anglo-American thought », Politics, Language and Time, New-York, Atheneum, 1973, p. 80-103.

47 Sister Peg : A Pamphlet Hitherto Unknown by David Hume, op. cit., p. 79.

48 Ferguson s’inquiète de la séparation entre le guerrier et le citoyen, caractéristique des sociétés modernes commerciales, qui entraîne le déclin des nations. Il écrit : « séparer les talents qui font le citoyen et l’homme d’État, l’art politique et l’art militaire, c’est tenter de morceler le caractère de l’homme, et détruire ces arts mêmes que l’on cherche à développer ». Adam Ferguson, An Essay on the History of Civil Society, éd. Duncan Forbes (1767), Édimbourg, University Press, 1966, p. 230.

49 John Robertson, The Scottish Enlightenment, op. cit., p. 83 et 120.

50 « Of Public Credit », Essays, p. 362. Il regrette qu’en Grande-Bretagne les querelles de succession aient empêché le gouvernement d’armer ses sujets, car il y voit « la seule façon de garantir pleinement la sécurité du peuple contre les oppressions internes et les conquêtes étrangères ».

51 « Of Refinements in the Arts », Essays, p. 273-274.

52 Ferguson affirme clairement vouloir exclure le « peuple » de la Militia. Voir ses Réfections Previous to the Establishment of a Militia et John Robertson, The Scottish Enlightenment, op.cit., chap. 3.

53 Hume définit les « gouvernements libres » (free governments) comme présentant « un pouvoir partagé entre plusieurs corps, dont l’autorité conjointe est normalement supérieure à celle du monarque, mais qui doit agir selon des lois générales et équitables, connues au préalable de tous les corps politiques et de tous leurs sujets ». « Of the Origin of Government », Essays, p. 40.

54 Lettre à Gilbert Elliot, 21 février 1770, Letters, vol. 2, p. 216.

55 Ibid. C’est nous qui soulignons dans chacune des citations.

56 L’essai connaît des modifications substantielles par rapport au texte original de 1741 dans toutes les éditions postérieures à 1768. « Of the Liberty of the Press », Essays, p. 9-13. Voir les « variant readings », p. 604.

57 « That Politics May be Reduced to a Science », Essays, p. 27.

58 Voir Didier Deleule, Hume et la naissance du libéralisme économique, Paris, Aubier-Montaigne, 1979, p. 322-327 et John B. Stewart, Opinion and Reform in Hume’s Political Philosophy, Princeton, University Press, 1992, chap. 6.

59 Un dernier élément vient confirmer cette hypothèse : la National Library of Scotland conserve l’annonce de la parution en 1761 d’un pamphlet, malheureusement introuvable, intitulé The History of Rachel, commonly called Auld Reikie, eldest daughter of Sister Peg. Il est précisé à la fin de l’annonce « By the author of The History of Margaret, commonly called Sister Peg. » Si Ferguson avait écrit le Memorial, il est vraisemblable que cette mention serait également apparue afin d’attirer l’attention des lecteurs.

60 Dans son History of England., Hume écrit : « Jacques laissa presque tous les principaux offices entre les mains des ministres d’Elisabeth, et confia la conduite des affaires politiques intérieures et extérieures, à ses sujets anglais », Op. cit., vol. 5, p. 434-435.

61 En termes de prestige et de statut social, les classes possédantes souffrent de l’Union des Parlements : il est prévu que seuls 16 pairs et 45 députés écossais aillent rejoindre les 190 pairs et les 513 députés siégeant à Westminster, ce qui est loin d’être proportionnel à la population des deux pays. La noblesse trouve son pouvoir réduit, les postes importants (politique, défense, police) étant confiés à des Anglais et certaines institutions comme le Scottish Privy Council étant abolies. De même, de nombreux « bourgs royaux » (royal burghs), fondés dès le xve siècle, craignent de voir leurs privilèges en matière de commerce et d’artisanat menacés par la concurrence de l’Angleterre et l’adoption de nouvelles taxes. Voir Rosalind Mitchison, A History of Scotland, 2e éd. Londres, Methuen, 1982, p. 310 et suiv.

62 L’Union avec l’Angleterre est contestée en Ecosse pendant toute la première moitié du xviiie siècle par divers types de forces : la noblesse écossaise, l’Église, les jacobites et un mouvement de contestation pour des raisons fiscales. Peg fait ici allusion aux violentes émeutes de 1725 à Glasgow, aux « Porteous Riots » de 1736 à Édimbourg (décrites par Walter Scott dans The Heart of Midlothian), mais surtout aux insurrections jacobites de 1715 et 1745.

63 Dans A True Account of the Behaviour and Conduct of Archibald Stewart, Hume décrit avec ironie l’avance des insurgés jacobites et insiste sur le déclin des valeurs militaires en Ecosse comme en Angleterre : « Ils [les habitants des Hautes-Terres] vont à la bataille en une foule confuse, que certains leur font la grâce d’appeler colonne ; ils ne savent utiliser d’autre arme que le sabre, qui ne cause même pas une blessure mortelle sur dix... et chacune de leurs victoires les affaiblit. » (a) dans J.V. Price, The Ironic Hume, op. cit., p. 155. Pour Hume, l’accusation de jacobitisme à l’encontre de l’ensemble des Ecossais (et de lui-même) est d’autant plus injuste que les jacobites n’ont jamais représenté une menace réelle et que leur influence était confinée aux Highlanders. Voir notamment « Of the Parties of Great Britain », Essaye, 64. Quant aux Anglais jacobites auxquels Peg fait allusion, leur soutien matériel ne joue que lors de l’insurrection de 1715, et reste extrêmement limité. Voir Michaël Lynch, Scotland : A New History, op. cit., p. 329

64 L’insurrection de 1745 fut suivie d’une répression brutale qui valut à Cumberland le surnom de « Butcher Cumberland ». La répression toucha tous les clans, qu’ils aient été whigs ou jacobites : les récoltes furent détruites, les hommes exécutés ou déportés, et le système clanique démantelé par les lois de 1746, 1747 et 1748.

65 Dans son épistémologie comme dans son History of England et ses essais politiques, Hume attache une importance centrale à la notion de temps. Ainsi explique-t-il dans l’History que James I ne parvint pas à instaurer une union véritable entre l’Ecosse et l’Angleterre car le souvenir des anciens conflits « entretenait des haines réciproques entre les deux nations... que seul le temps pouvait apaiser ». History, vol. 5, p. 435. Voir aussi D.W. Livingston, Hume’s Philosophy of Common Life, Chicago, University of Chicago Press, 1984, chap. 5.

66 Sous le « règne » du comte d’Islay Archibald Campbell, qui gouverne l’Ecosse de 1746 à 1761, les affaires écossaises sont gérées indirectement par le gouvernement de Londres. Les pairs et députés écossais sont choisis pour leur docilité à l’égard de Londres. Voir Bruce Lenman, Integration and Enlightenment : Scotland 1746-1832, Édimbourg, University Press, 1992, chap. 2.

67 Hume approuvait une grand partie des mesures prises après l’insurrection de 1745, et notamment l’abolition des « juridictions héréditaires » (heritable jurisdictions), qui permit d’uniformiser le système législatif. Lettre à Montesquieu, 10 avril 1749, Letters, vol. 1, p. 134.

68 « The party that had offended » : les jacobites.

69 Hume était, selon les termes de Mossner, « un opposant farouche du jacobitisme » (Life p. 186), pour des raisons qu’il expose dans son essai « Of the Protestant SuccesSuccession». Toutefois il ne ménagea pas ses efforts pour défendre ceux de ses amis qui étaient accusés, à tort ou à raison, d’avoir soutenu l’insurrection. Ainsi, outre la publication de son pamphlet défendant Archibald Stewart, il écrit à son cousin Alexander Home of Eccles, nouveau procureur général réputé pour sa sévérité, au sujet de l’un de ses amis jacobites, Hamilton of Bangour. Et Hume ne mâche pas ses mots pour dénoncer le « Religious Whiggism » : « J’ai ouï dire que le zèle partisan vous conduit parfois à aller trop loin dans votre expression, et que des simples redoutent la véhémence avec laquelle vous exercez votre nouvel office. Cherchez plutôt, mon cher Sandy, à ce qu’on loue votre humanité et votre modération » (a). Il ajoute en postscriptum : « Pour l’amour de Dieu, pensez à Willy Hamilton ». Lettre du 23 mai 1746, Letters, vol. 1, p. 90.

70 À partir du début des années 1750, les Français exercent de très fortes pressions sur les colonies britanniques en Inde et en Amérique (notamment en Virgine et en Nouvelle Ecosse). Les colons américains sont très dépendants des renforts de troupe venus de Grande-Bretagne, principalement parmi les Highlanders chassés de leurs terres lors de la répression de l’insurrection de 1745. Par une cruelle ironie, les Highlanders enrôlés dans les Highland Regiments étaient autorisés à porter le costume traditionnel pour défendre les intérêts britanniques.

71 Le roi de France. Le surnom apparaît chez Arbuthnot et est repris dans The History of the Proceedings in the Case of Margaret (1760). Voir Sister Peg - A Pamphlet Hitherto Unknown by David Hume, p. 45.

72 William Pitt, premier comte de Chatham (1708-1778). Premier Ministre entre 1757 et 1761, et de 1766 à 1768. Il arrive au pouvoir en promettant le rétablissement d’une « citizen militia » mais exclut délibérément l’Ecosse de cette réforme, arguant de menaces jacobites. L’English Militia Bill est adoptée en 1757 puis renouvelée en 1762. Hume avait peu d’estime pour Pitt. Il le décrit dans sa correspondance des années 1760 comme « ce scélérat enragé », « ce fourbe » « ce démagogue redoutable ». Il orthographie d’ailleurs presque toujours son nom avec un seul « t » (pit signifie abîme, précipice). Letters, vol. 2, p. 301 ; vol. 1, p. 253, 307.

73 La signature, par Bute, du Traité de Paris le 10 février 1763. La vision de Peg prête à controverse : Bute fut attaqué pour avoir signé une paix « désastreuse », qui ne tirait pas tous les avantages de la guerre contre la France et l’Espagne. Elle est indéniablement proche de celle de Hume, qui s’inquiète dans son essai « Of Public Credit » de la politique belliciste de Pitt et se réjouit que la paix soit signée. Essays, p. 349-365-

74 La mort de George II en octobre 1760 est une promesse de renouveau car elle signifie l’accession au pouvoir d’un roi jeune et natif du pays. Tout le monde se réjouit de ce changement, et comme le remarque l’historien écossais T. Somerville, l’atmosphère est à l’harmonie patriotique et chacun manifeste sa fidélité. Voir T. Somerville, My Own Life and Times 1741-1814, Édimbourg, 1861, p. 52.

75 L’harmonie patriotique en vigueur lors du couronnement du roi George III, à propos duquel Smollett fait dire à l’un de ses personnages qu’il est « trop bon pour l’époque », ne dure pas. Son règne signifie le retour au pouvoir, après des années d’exclusion, des « Tory country gentlemen » et un affaiblissement du pouvoir des Whigs. Les clans whigs, les grandes familles telles que les Pelham, les Cavendish ou les Townshend s’entredéchirent et les personnalités comme Newcastle ou Pitt cherchent à profiter de la jeunesse et de la naïveté du nouveau monarque. Voir Paul Langford, A Polite and Commercial People : England 1727-1783), Oxford, University Press, 1992, p. 340-352.

76 « The perpetual compact » : L’Acte d’Union de 1707. « Sir Thomas » : Le roi d’Angleterre, en l’occurrence George III.

77 James Stuart, Third Earl of Bute, nommé « First Lord of the Treasury » (c’est-à-dire Premier Ministre) après la démission de Newcasde en mai 1762. Bute, pair écossais, était un ami proche de la mère du Prince de Galles. Il exerça une profonde influence sur un prince privé de père après la mort de Frederick en 1751. Le prince, qui l’appelait son « dearest friend » en avait fait en 1756 son premier conseiller.

78 Ces commentaires de Peg ne sont pas sans rappeler ceux de Hume sur Bute, à propos duquel il écrit après l’avoir rencontré : « je le crois très honnête homme, meilleur qu’un politicien ». (Lettre à Hugh Blair du 6 octobre 1763, Letters, vol. 1, p. 404). Si la plupart des literati d’Édimbourg se réjouissent de la nomination de Bute, la dénonciation des factions et de la politique partisane est un thème récurrent des écrits politiques et de la correspondance de Hume à l’époque. Ainsi, comparant les mérites respectifs de Paris et Londres, il écrit : « Les rares personnes [à Londres] avec qui il est intéressant de converser sont froides et peu sociables, et ne s’échauffent qu’au sujet des factions et des cabales » (Letters, vol. 1, p. 497).

79 Les historiens ne donnent pas vraiment raison à Peg. Déjà un contemporain comme Lord Shelburne, qui connaissait bien Bute, le décrit comme étant « fier, pompeux et imposant » et pourtant « le plus grand couard en politique que j’aie jamais rencontré ». Il parle aussi de « culture superficielle » et de « mauvais goût » (cité par Paul Langford, op. cit., p. 354). Beaucoup considèrent que son manque de détermination lui ont fait gâcher les nombreux atouts dont il disposait. Il déçoit aussi les attentes des plus chauds partisans de la Scottish Militia, en ne défendant pas vraiment le projet lors de sa seconde présentation.

80 Tout en bénéficiant d’une large majorité au Parlement, Bute fut amené à prendre des décisions impopulaires, telles que la signature de la Paix de Paris ou la levée d’un impôt sur le cidre, le « cider excise », afin de financer l’effort de guerre. Mais comme le souligne Peg, il devint la cible d’attaques extrêmement violentes et injustifiées provenant de Grub Street ou de jeunes whigs comme Charles Churchill qui l’accusent de perfidie, d’être l’amant de la Reine Mère et surtout d’être écossais, c’est-à-dire voleur, anti-anglais et potentiellement jacobite.

81 Chez Arbuthnot, la ferme de John Bull s’appelle « Bullock’s-Hatch ». En revanche, « Bullhall » apparaît déjà dans The History of the Proceedings, Op. cit.

82 Peg fait encore une fois preuve d’une grande modération, malgré son ressentiment.

83 Un « champion de Bullhall » : il s’agit de John Wilkes (1727-1797) député, journaliste et démagogue. Il crée le North Briton en 1762, brûlot anticalédonien qui est censé être le pendant du pro-gouvernemental Briton dirigé par l’Écossais Smollett, et enflamme les esprits du petit peuple de Londres. Pour de plus amples détails, voir Georges Rudé, Wilkes and Liberty, op. cit. ainsi que John Brewer, Party Ideology and Popular Politics at the Accession of George III, Cambridge, University Press, 1976, chap. 9.

84 Hume exprime à de nombreuses reprises dans ses lettres son inquiétude et son dégoût face à la populace (the mob) de Londres qui se laisse ainsi manipuler par un démagogue. Peg s’en prend ici aux prétentions des Anglais qui se sont toujours crus plus civilisés que les Ecossais, et il s’agit d’un thème récurrent dans la correspondance de Hume. Il écrit ainsi depuis Paris juste après les troubles wilkites : « Ici, contrairement aux barbares qui habitent les rives de la Tamise, le goût pour la littérature n’est ni émoussé, ni déformé ». Letters, vol. 1, p. 436. La référence ironique à la Grande Charte de l’Angleterre, ou Magna Carta, est une attaque indirecte contre les whigs qui voient dans la Charte de 1215, puis dans la Glorieuse Révolution de 1688 les marques de l’« Ancient System of Liberty » anglais. Hume s’emploie à attaquer ce dogme dans son essai « Of the Original Contract » : il y réfute avec vigueur les interprétations contractualistes de l’allégeance politique. Voir Essays, p. 465-484.

85 Peg semble poser ici la question des limites de la liberté d’expression et de la liberté de de la presse. Or, l’un des premiers essais politiques de Hume est consacré à cette question dans des termes semblables. « Of the Liberty of the Press » a ceci de particulier que Hume en modifie considérablement le sens à la lumière des troubles wilkites. Dans sa version la plus tardive, l’essai se conclut de la sorte : « Il faut admettre que la liberté illimitée de la presse est l’un des maux qui frappent les formes mixtes de gouvernement, mais il est difficile, voire impossible, d’y apporter remède de manière satisfaisante. » Essays, p. 13.

86 Plutôt que de mettre en avant des revendications nationalistes écossaises, Sister Peg insiste sur le fait que les troubles et l’excès de liberté laissé au peuple fragilisent l’autorité du roi elle-même, et elle s’interroge sur la finalité de l’Union. Hume fait la même analyse de la question de la liberté dans le gouvernement mixte anglais. Voir « Whether the British Government inclines more to Absolute Monarchy or to a Republic », Essays, p. 47.

87 Peg fait encore preuve ici d’une grande modération et refuse, au nom de principes abstraits, tels que la liberté ou l’égalité, de risquer de remettre en question le fragile équilibre du gouvernement britannique, et de laisser le royaume paraître divisé. Cette attitude semble très humienne.

88 La crainte de Peg paraît prémonitoire. Les « Wilkite disturbances » des années 1768-1770 seront d’une toute autre ampleur que celles du début de la décennie, et nombreux sont ceux qui y verront une répétition de la guerre civile de 1640.

89 Le vocabulaire est très humien. Outre l’allusion au « barbarism », aux « champions of faction », Peg dénonce la fausseté de l’argumentation des champions de la liberté. Hume apporte aux mots un intérêt particulier dans son entreprise philosophique. Dans le Treatise, il dénonce les « verbal disputes » qui sont des querelles fondées qur des ambiguités d’expression et se méfie des idées qui ne se réfèrent à rien d’autres qu’elles-mêmes, c’est-à-dire qui ne peuvent être ramenées à des impressions élémentaires. Voir Eric Steinberg, « Hume on Liberty, Necessity and Verbal Disputes », Hume Studies, novembre 1987, p. 113-137.

90 Voir note 85.

91 Ce souci de la marque que laisseront les événements dans l’histoire ne peut manquer de faire penser à Hume. Il écrit The History of England afin de puiser dans le passé l’expérience et les enseignements qui permettent de faire de la politique une science et de définir une pratique politique juste.

92 Le Parlement britannique.

Notes de fin

1 Le titre original se trouve en annexe, p. 373.

Table des illustrations

Légende Sister Peg’s Memorial to one of her Clerks, page de titre. The Trustees of the National Library of Scotland.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/7407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Sister Peg’s Memorial to one of her Clerks, page 3. The Trustees of the National Library of Scotland.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/7407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k

© UGA Éditions, 1997

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search