Version classiqueVersion mobile

Babylone

 | 
Manuel Alegre

BABYLONE/ Babilónia [1983]

VI. Le royaume et la rose

O reino e a rosa

Texte intégral

1

E sobre a página
a imensidão
do branco.

É o último
país
por viajar.

Palavras
miragens
este é o reino :

quarenta anos
errar
pelo deserto.

E só então a rosa.

2

As doze tribos
reunirás
sílaba a sílaba.

As doze tribos
do
teu povo.

Da terra do Egipto
as
levarás

as doze tribos
de vogais
e consoantes.

Página a página
quarenta anos
pelo deserto.

Por um país
onde corre
o leite e o mel

pela terra
dos
teus pais

as doze tribos
reunirás
sílaba a sílaba.

3

Procura entre o teu povo
uma palavra
pura

Tu que página a página
só tens
a pedra dura

Procura junto
a Horeb
o lugar santo

Procura em cada folha
a sarça
e o canto

4

Não mais flores nem árvores
de areia e pedra é o teu caminho

Verás o texto abrir-se ao meio
passarás a seco entre as suas águas

E as ondas se fecharão
sobre cavalo e cavaleiro

Faraó e os seus exércitos
Ou o silêncio Ou a morte

Lâmina música tristeza
as espadas os ventos o deserto

Nem sempre a sombra
nem sempre a água

Dirás a margem e o caminho
descalço na sarça ardente

Subirás ao monte e verás a Terra
Mas não a palavra prometida

Talvez no último oásis
o poema

1

Et sur la page
l’immensité
du blanc.

C’est le dernier
pays
à découvrir.

Paroles
mirages
voici le royaume :

  • 51 Les quarante ans d’errance dans le désert sont une référence biblique à l’exil et à la captivité d (...)

quarante ans
à errer
dans le désert51.

Et alors seulement la rose.

2

Les douze tribus
tu réuniras
syllabe après syllabe.

Les douze tribus
de
ton peuple.

Depuis la terre d’Égypte
tu les
conduiras

les douze tribus
de voyelles
et de consonnes.

Page après page
quarante ans
dans le désert.

À travers un pays
où coulent
le lait et le miel

à travers la terre
de
tes pères

les douze tribus
tu réuniras
syllabe après syllabe.

3

Cherche parmi ton peuple
une parole
pure

Toi qui page après page
ne possèdes que
la pierre dure

  • 52 Il s’agit du nom donné au mont Sinaï, où Dieu remit à Moïse les tables de la Loi, c’est-à-dire les (...)

Cherche près
d’Horeb52
le lieu saint

Cherche sur chaque feuille
le buisson
et le chant

4

Plus de fleurs ni d’arbres
de sable et de pierres est ton chemin

Tu verras le texte s’ouvrir en deux
tu passeras à pied sec au milieu de ses eaux

Et les flots se refermeront
sur les chevaux et leurs cavaliers

Pharaon et ses armées
Ou le silence Ou la mort

Lame musique tristesse
les épées les vents le désert

Pas toujours l’ombre
pas toujours l’eau

Tu diras la rive et le chemin
pieds nus sur le buisson ardent

Tu graviras le mont et tu verras la Terre
Mais non la parole promise

Peut-être dans la dernière oasis
le poème

Notes

51 Les quarante ans d’errance dans le désert sont une référence biblique à l’exil et à la captivité des Israélites à Babylone ; après avoir été dispersés en Babylonie, où ils connurent « soixante-dix années de servitude », et après avoir échappé à l’action punitive de Pharaon, les Hébreux durent encore errer quarante ans dans le désert pour se purifier, avant d’atteindre la Terre promise. Le rapprochement avec la situation des Portugais est évident : Salazar a remplacé Pharaon et il a tyrannisé tout un peuple de 1928, date à laquelle il est devenu l’homme fort du gouvernement, jusqu’au moment où la maladie l’a contraint à quitter le pouvoir, en 1968. Ces quarante années de dictature salazariste – l’Etat nouveau, régime autoritaire et corporatiste, a été mis en place en 1933 – ont marqué les esprits au Portugal et acculé bien des Portugais à l’exil ; Jorge de Sena, un exilé tout aussi célèbre que Manuel Alegre, composera, en 1979, une œuvre poétique au titre évocateur : Quarenta Anos de Servidão (Quarante années de servitude).

52 Il s’agit du nom donné au mont Sinaï, où Dieu remit à Moïse les tables de la Loi, c’est-à-dire les Dix Commandements.

© UGA Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search