Version classiqueVersion mobile

Babylone

 | 
Manuel Alegre

BABYLONE/ Babilónia [1983]

V. Le sermon sur la montagne

O sermão da montanha

Texte intégral

1. Sob as pedras

Eis o verde ocupado por cimento e pedra.
Aqui voaram escaravelhos
mas as aves partiram para outros bosques.
As casas crescem sobre a noite
e os violinos morrem no betão.
Magnólias : onde fica o vosso reino ?
Olhai a Europa de cimento armado
não resta mais do que uma flor de plástico.

De tanto consumir se consumiu
o homem. E já não há moedas
para meter na máquina e trocar a alma.
Como as aves partiu para outros bosques.

Os detergentes lavam a nossa roupa
mas quem nos lava o coração ?
As casas cresceram sobre o sonho.
Violinos : o vosso reino é sob as pedras.

Uma cidade verde (ouvi dizer).
Floriu sobre o néon sobre a tristeza
rompeu subitamente no super-
mercado. Ideia subversiva (ouvi
dizer). São campos campos. Ou talvez
o coração do homem sob as pedras.

Mas o certo é que rompe. E belas são as casas
cidade mais que todas ordenada.
Amaurota se chama. E é numa encosta.
Ó tocadores da noite : os vossos dedos
plantaram violinos dentro do cimento armado.
E o reino é sob as pedras.

2. Saint-Ouen

Entre o Novembro e o Dezembro em Saint-Ouen
olhar de frente esta colmeia
cidade de giestas sepultadas
sob os teus frios jazem as canções
o gosto da verbena e da cerveja
cidade toda feita de interiores
Babilónia Babilónia
não resta mais do que o tabaco e a noite.

E o arquitecto Erwin de Stimbac
construiu em Estrasburgo a Igreja Principal
un punto vidi che raggiava lume
ln te pietate In te Magnificenza

Se a música bater à tua porta
se a música vier com sua flauta antiga
não digas mais a rosa de Toscana
Nenhum lá fora é igual ao que és por dentro
nenhuma forma diz a tua ideia

Harmonia harmonia : Dove sta memoria ?
Este é tempo de cítaras quebradas

Sob o lençol o caminhante está deitado
Nesta parte do livro da memória
achei ó Dante uma rubrica : Vita nuova

« E nove vezes desde que nasci
e nove vezes já
o céu da luz voltou ao mesmo ponto »

Como os pedreiros de Estrasburgo eu te direi
se vires o ponto estarás salvo
livre de mágoa e angústia e de perigo

Fogueiras apagadas cítaras quebradas

Nenhum lá fora é igual ao que és por dentro
Um ponto só Um ponto E está no círculo
E dentro do quadrado e dentro do triângulo

Se a música bater à tua porta
não digas mais a rosa de Toscana
Este é tempo de rosa encasulada
Babilónia Babilónia
Entre o Novembro e o Dezembro
em Saint-Ouen

3. Ouvi dizer que os bárbaros

Este é tempo de facto e de notícia.
Não ouves o rumor do acontecer ?
A fonte do petróleo (diz-se) vai secar
verás a Europa à luz de uma candeia
verás a giesta e a catedral
a flor e a pedra
a breve eternidade dentro do efémero.

E quem dirá ó Dante
a ordem que termina ?

Talvez um mensageiro chegue ao amanhecer.
Ouvi dizer que os bárbaros estão dentro da cidade
mas ainda há pão e circo
alguns Calígulas
e longas filas de automóveis ao domingo.

Em Stratford-on-Avon o rio corre
e a inflação aumenta na Primavera.
Como cantar sem que o poema seja
uma história narrada por um louco
num palco vazio
para ninguém ?

Em Stratford-on-Avon o rio corre
sobem salmões as águas da Galiza
e num lugar chamado Chãs
em Águeda
as laranjeiras começam a dar flor.

Junto à fronteira em aldeias muito velhas
ainda cheira a pão.
Verás a toalha branca sobre a mesa
um cheiro a linho e hortelã
ou talvez ao bolor que vem das arcas
junto à fronteira em aldeias muito velhas.

Talvez se encontre um espaço para o homem
não propriamente o frigorífico
nem a ilusão de domingo
talvez se encontre ainda um espaço
como um pouco de pão em cima
da toalha branca. Ou talvez a alegria
nos lagares de Setembro.

Repara como Roma se esgota
nas suas hombas
de gasolina. São longas
intermináveis
filas
de solidão.
Este é o tempo do homem exilado
nas ruas sem alma
de uma cidade estrangeira.
Ó solidão solidão
sombras e sombras na Via Appia.

Poderás ainda olhar as vinhas
nas encostas do Reno. Ou então beber cerveja
numa taberna velha de Estrasburgo.
Se tiveres sorte poderás ouvir
um canto muito belo
na Catedral de Metz.

E também o murmúrio do Trastevere
olhar a Piazza Navona
e pensar nos momentos altos
de Roma tão antiga.

Mas há um cronómetro no ritmo do teu sangue
e os teus sentidos já não sabem
o ciclo das estações.
Quem pode ainda povoar de azul
os pátios do olhar ?

Os bárbaros estão dentro da cidade
talvez até dentro de ti.
Não ouves o rumor ? É Roma a rastejar
nas auto-estradas da tristeza
ou talvez Átila que passa
com seus corcéis de sonho e de sucata.

E como esconjurar tantos presságios ?
Dizer por exemplo :Eis aqui
a nova ordem dos séculos.

Talvez um mensageiro chegue ao amanhecer.
E não sei ó Virgílio se o mel correrá
como orvalho do tronco dos carvalhos.

Talvez ainda o linho e a hortelã
talvez ainda o vinho
a velha mesa
uma branca ternura
um pouco
um pouco de beleza.

4. Os anjos

Este é o século e Babilónia vai contigo.
Ouves ? É o canto da grande dispersão.
Os anjos sentam-se nos degraus das estátuas
e fumam lentamente o cigarro do não.

5. O sermão da montanha

Alguém há-de subir de novo a uma montanha
do outro lado das palavras do outro lado do tempo

Alguém há-de falar no meio do deserto
dizer o quando o como o para quê

Não é possível que as tribos não se encontrem
não é possível que se percam sem sentido
Alguém há-de subir de novo a uma montanha
alguém com doze tábuas e um poema

Não é possível ficar onde se está
despojados de luz despojados do ser
O deus que está em Delfos mandará o oráculo
a água que fala há-de falar de novo

Não é possível o homem tão perdido

Alguém há-de subir de novo a uma montanha
Alguém com doze tábuas e um sentido

1. Sous les pierres

Voici le vert occupé par le ciment et la pierre.
Ici volèrent les scarabées
mais les oiseaux partirent vers d’autres bois.
Les maisons poussent sur la nuit
et les violons meurent dans le béton.
Magnolias : où donc se trouve votre royaume ?
Regardez l’Europe en béton armé
il ne reste plus qu’une fleur artificielle

À force de consommer l’homme
s’est consumé. Et il n’y a plus de pièces
à mettre dans la machine pour échanger son âme.
Comme les oiseaux il s’en est allé vers d’autres bois.

Les lessives lavent notre linge
mais qui lavera notre cœur ?
Les maisons ont poussé sur le rêve.
Violons : votre royaume se trouve sous les pierres.

Une ville verte (ai-je entendu dire).
Elle fleurit sur le néon sur la tristesse
elle jaillit subitement dans le super-
marché. Idée subversive (ai-je entendu
dire). Des champs et encore des champs. Ou peut-être
le cœur de l’homme sous les pierres.

  • 33 Amaurote, ville mythique, est la capitale de l’île d’Utopie imaginée par Thomas More.

Mais ce qui est sûr c’est qu’elle jaillit. Les maisons sont belles
et la ville est plus ordonnée que nulle autre.
Amaurote33, ainsi se nomme-t-elle. Et c’est sur un coteau.
Ô musiciens de la nuit : vos doigts
plantèrent des violons dans le béton armé.
Et le royaume se trouve sous les pierres.

2. Saint-Ouen

Entre novembre et décembre à Saint-Ouen
regarder en face cette ruche
ville de genêts ensevelis
sous tes froidures gisent les chansons
le goût de la verveine et de la bière
ville toute faite d’intérieurs
Babylone Babylone
il ne reste plus que le tabac et la nuit.

  • 34 Il s’agit d’un vers de La Divine Comédie de Dante (Paradis, XXVIII, 16).
  • 35 Manuel Alegre cite de nouveau La Divine Comédie de Dante (Paradis, XXXIII, 19-20).

Et l’architecte Erwin de Stimbac
bâtit à Strasbourg l’Église Principale
un punto vidi che raggiava lume34
In te pietate In te Magnificenza35

Si la musique frappe à ta porte
si la musique s’en vient avec sa flûte antique
ne dis plus la rose de Toscane
Personne au-dehors ne ressemble à ce que tu es au-dedans
aucune forme ne dit ton idée.

  • 36 Il s’agit sans doute d’une allusion à Vita Nuova, que l’auteur cite quelques vers plus loin.

Harmonie harmonie : Dove sta memoria ?36
Voici le temps des cithares brisées

  • 37 Alighieri Dante a appelé son œuvre de jeunesse, Vita Nuova, « le livre de ma mémoire » : « En cett (...)

Sous le drap le marcheur est couché
Dante, en cette partie du livre de la mémoire
j’ai trouvé une rubrique : Vita nuova37

  • 38 Manuel Alegre s’inspire d’un passage de la Vita Nuova : « Neuf fois déjà après ma naissance le cie (...)

« Et neuf fois depuis ma naissance
et neuf fois déjà
le ciel de la lumière revint au même point »38

Comme les maçons de Strasbourg je te dirai :
si tu vois le point tu seras sauvé
délivré de la blessure et de l’angoisse et du danger

Brasiers éteints cithares brisées

  • 39 Il s’agit visiblement d’une réminiscence de La Divine Comédie de Dante (Paradis, XXVIII, 25 et sui (...)

Personne au-dehors ne ressemble à ce que tu es au-dedans
Un point rien qu’Un point Et il est dans le cercle
Et il est à l’intérieur du carré et à l’intérieur du triangle39

Si la musique frappe à ta porte
ne dis plus la rose de Toscane
Voici le temps de la rose recroquevillée
Babylone Babylone
Entre novembre et décembre
à Saint-Ouen

3. J’ai entendu dire que les barbares

Voici le temps des faits et des nouvelles.
Tu entends la rumeur de l’événement ?
La source de pétrole (dit-on) va se tarir
tu verras l’Europe à la lueur d’une chandelle
tu verras le genêt et la cathédrale
la fleur et la pierre
la brève éternité à l’intérieur de l’éphémère.

Dante, qui dira
l’ordre qui prend fin ?

  • 40 Caligula (12-41) succéda à Tibère, peut-être après l’avoir tué ; il fera assassiner le petit-fils (...)

Peut-être un messager arrivera-t-il au petit matin.
J’ai entendu dire que les barbares sont dans la ville
mais il y a encore du pain et le cirque
quelques Caligula40
et de longues files de voitures le dimanche.

  • 41 Shakespeare serait né à Stratford-on-Avon.
  • 42 Il s’agit d’une référence à Macbeth, de Shakespeare : « La vie n’est qu’une ombre qui passe, un pa (...)

À Stratford-on-Avon41 le fleuve coule
et l’inflation augmente au printemps.
Comment chanter sans que le poème devienne
une histoire narrée par un fou
sur une scène vide
pour personne ?42

  • 43 Manuel Alegre est né à Águeda, à une trentaine de kilomètres au sud-est d’Aveiro. Chãs est un bour (...)

À Stratford-on-Avon le fleuve coule
des saumons remontent les eaux de la Galice
et en un lieu appelé Chãs
à Águeda43
les orangers commencent à fleurir.

Près de la frontière dans des villages fort vieux
ça sent encore le pain.
Tu verras la nappe blanche sur la table
une odeur de lin et de menthe
ou peut-être de moisi qui vient des huches
près de la frontière dans des villages fort vieux.

Peut-être trouvera-t-on un espace pour l’homme
pas vraiment le frigidaire
ni l’illusion d’un dimanche
peut-être trouvera-t-on encore un espace
comme un peu de pain sur
la nappe blanche. Ou peut-être l’allégresse
dans les pressoirs de septembre.

  • 44 Construite en 312 avant notre ère, la Voie Appienne, première route à avoir été pavée, est la célè (...)

Regarde comme Rome s’épuise
dans ses pompes
à essence. Il y a de longues
d’interminables
files
de solitude.
Voici le temps de l’homme exilé
dans les rues sans âme
d’une ville étrangère.
Ô solitude solitude
des ombres et encore des ombres sur la Voie Appienne44.

Tu pourras aussi regarder les vignes
sur les coteaux du Rhin. Ou alors boire de la bière
dans une vieille taverne de Strasbourg.
Avec un peu de chance tu pourras écouter
un chant très beau
dans la Cathédrale de Metz.

  • 45 Le Trastevere est un quartier très touristique de Rome, construit sur la rive droite du Tibre.
  • 46 La Piazza Navona, construite sur les ruines du Stade de Domitien, qui date du Ier siècle de notre (...)

Et aussi le murmure du Trastevere45
regarder la Piazza Navona46
et songer aux moments fastes
de Rome, si antique.

Mais il y a un chronomètre dans le rythme de ton sang
et tes sens ne connaissent plus
le cycle des saisons.
Qui pourra encore peupler de bleu
les patios du regard ?

  • 47 Attila, roi des Huns, régna de 434 à 453. Après avoir ravagé la Gaule, il pilla l’Italie jusqu’à R (...)

Les barbares sont dans la ville
et peut-être même en toi.
Tu entends la rumeur ? C’est Rome qui rampe
sur les autoroutes de la tristesse
ou peut-être Attila47 qui passe
avec ses coursiers de rêve et de ferraille.

Et comment conjurer tant de présages ?
Dire par exemple : Voici
le nouvel ordre des siècles.

  • 48 Virgile a dépeint le paradis terrestre, comme Dante, qui le situera au sommet de notre planète.

Peut-être un messager arrivera-t-il au petit matin.
Et je ne sais pas, Virgile48, si le miel coulera
comme la rosée du tronc des chênes.

  • 49 Manuel Alegre a transformé cette strophe, dans un souci d’épuration. En effet, dans la version ori (...)

Peut-être aussi le lin et la menthe
peut-être aussi le vin
la vieille table
une blanche tendresse
un peu
un peu de beauté49.

4. Les anges

Voici le siècle et Babylone part avec toi.
Tu entends ? C’est le chant de la grande dispersion.
Les anges s’assoient sur les marches des statues
et fument lentement la cigarette du non.

5. Le sermon sur la montagne

Quelqu’un gravira de nouveau une montagne
de l’autre côté des mots de l’autre côté du temps

Quelqu’un parlera au milieu du désert
pour dire le quand le comment le pourquoi

Il est impossible que les tribus ne se retrouvent pas
impossible qu’elles se perdent faute de sens
Quelqu’un gravira de nouveau une montagne
quelqu’un avec douze tables et un poème

Il est impossible de rester là où l’on se trouve
dépouillés de lumière dépouillés de l’être
Le dieu qui est à Delphes rendra son oracle
l’eau qui parle parlera de nouveau

L’homme tellement perdu c’est impossible

  • 50 Dans la première version (1983), Manuel Alegre avait écrit : Alguém há-de subir de novo a uma mont (...)

Quelqu’un gravira de nouveau une montagne
Quelqu’un avec douze tables et un sens50

Notes

33 Amaurote, ville mythique, est la capitale de l’île d’Utopie imaginée par Thomas More.

34 Il s’agit d’un vers de La Divine Comédie de Dante (Paradis, XXVIII, 16).

35 Manuel Alegre cite de nouveau La Divine Comédie de Dante (Paradis, XXXIII, 19-20).

36 Il s’agit sans doute d’une allusion à Vita Nuova, que l’auteur cite quelques vers plus loin.

37 Alighieri Dante a appelé son œuvre de jeunesse, Vita Nuova, « le livre de ma mémoire » : « En cette partie du livre de ma mémoire avant laquelle on aurait peu de chose à lire, se trouve une rubrique qui dit : Incipit vita nova. » (Alighieri Dante, Vita Nuova / Vie Nouvelle, trad. par Gérard Luciani, Paris, Gallimard « Folio Bilingue », 1999, p. 45). Vita Nuova, première œuvre de Dante rédigée de 1292 à 1293, est en effet considérée comme le premier texte autobiographique moderne : l’auteur y raconte l’histoire exemplaire de son amour pour Béatrice, cet amour illuminant sa vie, comme le titre l’indique.

38 Manuel Alegre s’inspire d’un passage de la Vita Nuova : « Neuf fois déjà après ma naissance le ciel de la lumière était revenu presque en un même point quant à sa giration propre lorsque à mes yeux apparut pour la première fois la glorieuse dame de ma pensée, que beaucoup appelèrent Béatrice, qui ne savaient comment l’appeler. » (ibid., p. 47).

39 Il s’agit visiblement d’une réminiscence de La Divine Comédie de Dante (Paradis, XXVIII, 25 et suiv.)

40 Caligula (12-41) succéda à Tibère, peut-être après l’avoir tué ; il fera assassiner le petit-fils de ce dernier, supprimant un prétendant gênant. Cet empereur romain, qui reconstitua le Royaume d’Israël au profit de son ami Hérode Agrippa I er, gouverna en tyran cruel, éliminant ses rivaux, et périt assassiné.

41 Shakespeare serait né à Stratford-on-Avon.

42 Il s’agit d’une référence à Macbeth, de Shakespeare : « La vie n’est qu’une ombre qui passe, un pauvre histrion qui se pavane et s’échauffe une heure sur la scène et puis qu’on n’entend plus… une histoire contée par un idiot, pleine de fureur et de bruit et qui ne veut rien dire. » (William Shakespeare, Macbeth, trad. par M. Maeterlinck, in Œuvres Complètes, vol. II, textes présentés par Henri Fluchère, Paris, Gallimard « Bibliothèque de la Pléiade », 1977, acte V, sc. 5, p. 1005).

43 Manuel Alegre est né à Águeda, à une trentaine de kilomètres au sud-est d’Aveiro. Chãs est un bourg situé à proximité de la ville natale du poète.

44 Construite en 312 avant notre ère, la Voie Appienne, première route à avoir été pavée, est la célèbre voie romaine qui joignait Rome à Brindisi, sur l’Adriatique ; elle était bordée de tombeaux.

45 Le Trastevere est un quartier très touristique de Rome, construit sur la rive droite du Tibre.

46 La Piazza Navona, construite sur les ruines du Stade de Domitien, qui date du Ier siècle de notre ère, est la fierté de la Rome baroque.

47 Attila, roi des Huns, régna de 434 à 453. Après avoir ravagé la Gaule, il pilla l’Italie jusqu’à Rome.

48 Virgile a dépeint le paradis terrestre, comme Dante, qui le situera au sommet de notre planète.

49 Manuel Alegre a transformé cette strophe, dans un souci d’épuration. En effet, dans la version originale de 1983, il avait écrit : Talvez ainda o linho e a hortelã / talvez ainda o vinho / e um pouco de ternura na toalha branca. / Porque é preciso o pão e a beleza / um espaço um tempo / é preciso criar a idade do homem. (« Peut-être aussi le lin et la menthe / peut-être aussi le vin / et un peu de tendresse sur la nappe blanche. / Car il faut le pain et la beauté / un espace un temps / il faut créer l’âge de l’homme. »).

50 Dans la première version (1983), Manuel Alegre avait écrit : Alguém há-de subir de novo a uma montanha / alguém há-de gritar : deixa passar meu povo / Alguém com doze tábuas e um sentido (« Quelqu’un gravira de nouveau une montagne / quelqu’un criera : laisse passer mon peuple / Quelqu’un avec douze tables et un sens »). Le deuxième vers de cette strophe, supprimé dans la présente édition par souci de sobriété, n’est qu’une réminiscence biblique qui renvoie à la sortie d’Egypte, sous la conduite de Moïse ; l’auteur, dans la dernière partie de son recueil, s’inspirera encore de l’épisode de l’exode du peuple hébreu.

© UGA Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search