Version classiqueVersion mobile

Babylone

 | 
Manuel Alegre

BABYLONE/ Babilónia [1983]

III. L’homme assis à table

O homem sentado à mesa

Texte intégral

1

Eis o homem sentado à mesa
Diante da folha branca.

Um longo longo caminho
Da vida para a palavra.

Decantação purificação
Para chegar ao pássaro.

O homem que está à mesa
Atravessou muitos desertos

Virou do avesso a certeza
Naufragou nos mares do sul

Entre ditongo e ditongo
Para chegar ao pássaro.

Tu próprio terás de ser
Cada vez mais substantivo.

Irás de sílaba em sílaba
Ferido por sete espadas

Diante da folha branca
Serás fome e serás sede

Como o homem que está à mesa
O homem tão despojado

Que a si mesmo se transforma
No pássaro que busca a forma.

2

Este é tempo do homem
Perdido na multidão

Como ser desintegrado
Na folha branca da cidade

Tempo do homem sentado
À mesa da solidão.

Há palavras como asas
Outras mais como raízes

O pássaro voa por dentro
Do homem sentado à mesa

Vai de fonema em fonema
Sobre as cordas dos sentidos.

Se vires o homem que passa
Como se fosse no ar

Já sabes : é o homem que está
Diante da folha branca.

Às vezes levanta voo
Para outro espaço outro azul

E deixa dentro das sílabas
Um rastro como de sul.

3

Quando recordas. Quando a tristeza
Toca demais as cordas

Do coração. Quando um ritmo
Começa dentro das palavras

Um sapateado inconfundível
(Malagueña Malagueña)

E a folha branca é uma Espanha
Para cantar para dançar

Para morrer entre sol
E sombra às cinco em sangue

Então verás chegar
O homem sentado à mesa.

Às cinco em sombra de la tarde.
Malagueña Malagueña.

Diante da folha branca
Como por terras de Espanha

4

Nos descampados deste tempo
Nos aeroportos auto-estradas

Nos anúncios sob as pontes
Talvez no marco geodésico

No fumo do lixo ardendo
No cheiro do alcatrão

Nos dejectos de lata e plástico
Nos jornais amarrotados

Nas barracas sobre a encosta
Na estrutura de betão

Sobre o gasóleo e a tristeza
Sobre a grande poluição

Onde nem folha ou erva cresce
Seco duro estéril tempo

Diante da folha branca
Da solidão suburbana

Onde a multidão se perde
Entre tristeza e tristeza

Às vezes um coração :
Talvez um pássaro verde

Ou talvez só a canção
Do homem sentado à mesa.

5

O homem que está à mesa
Tem qualquer coisa que escapa

Qualquer coisa que o faz ser
Ausente quando presente

Às vezes como de mar
Às vezes como de sul

Um certo modo de olhar
como atravessando as coisas

Um certo jeito de quem
Está sempre para partir.

O homem sentado à mesa
Não está sentado : caminha

Navega por sobre os mares
Ou por dentro de si mesmo

Vem de longe para longe
Do passado para agora

De agora para amanhã
Está no avesso da hora

Solta o pássaro não pára
Tem outro espaço outro azul

Às vezes como de mar
Às vezes como de sul.

E não se tem a certeza
Se está do lado de cá

Ou se está do outro lado
Deste lado onde não está.

Mesmo se sentado à mesa
Não é possível detê-lo

O homem que tem um pássaro
É sempre um homem que passa.

Tem qualquer coisa que nem
Se sabe o quê nem de quem

É talvez um mais além
Algo que sobe e que voa

Entre o Aqui e o Ali
Algo que não se perdoa

Ao homem quando ele tem
Um pássaro dentro de si.

6

Há um tocador a tocar
As harpas de cada sílaba

Diante da folha branca
Tudo é guitarra e surpresa.

Escutai o pássaro e o canto
Do homem sentado à mesa.

1

Voici l’homme assis à table
Devant la feuille blanche

Un long long chemin
De la vie vers le mot.

Décantation purification
Pour atteindre l’oiseau.

L’homme qui est à table
Traversa bien des déserts

Il mit à l’envers la certitude
Il coula dans les mers du Sud

Entre diphtongue et diphtongue
Pour atteindre l’oiseau.

Tu devras toi aussi devenir
De plus en plus substantif.

Tu iras de syllabe en syllabe
percé de sept épées

Devant la feuille blanche
Tu seras faim et tu seras soif

Comme l’homme qui est à table
L’homme si dépouillé

Qui se transforme lui-même
En oiseau aspirant après la forme.

2

Voici le temps de l’homme
Perdu dans la foule

Tel un être désintégré
Sur la feuille blanche de la ville

Le temps de l’homme assis
À la table de la solitude.

Il y a des mots pareils à des ailes
Et d’autres encore pareils à des racines

L’oiseau vole à l’intérieur
De l’homme assis à table

Il va de phonème en phonème
Sur les cordes des sens.

Si tu vois l’homme qui passe
Comme s’il glissait dans les airs

Tu sauras que c’est l’homme qui se trouve
Devant la feuille blanche.

Parfois il prend son envol
Vers un autre espace un autre azur

Et il laisse à l’intérieur des syllabes
Comme une trace de sud.

3

Quand tu te rappelles. Quand la tristesse
Fait trop vibrer les cordes

Du cœur. Quand un rythme
S’élève à l’intérieur des mots

  • 19 Le zapatéado est une danse d’origine espagnole, scandée par des martèlements de pied au sol, que l’ (...)
  • 20 La malagueña, qui n’est plus dansée de nos jours, est un chant populaire andalou, qui peut être acc (...)

Un zapatéado19 incomparable
(Malagueña Malagueña
20)

Et la feuille blanche est une Espagne
Pour chanter pour danser

Pour mourir entre soleil
Et ombre à cinq heures dans le sang

Alors tu verras arriver
L’homme assis à table.

  • 21 Il s’agit d’une réminiscence du Chant funèbre pour Ignacio Sánchez Mejías, de Federico García Lorca (...)

À cinq heures dans l’ombre de la tarde21.
Malagueña Malagueña.

Devant la feuille blanche
Comme en terre d’Espagne.

4

Dans les endroits déserts de ce temps
Dans les aéroports sur les autoroutes

Sur les enseignes sous les ponts
Peut-être sur le repère géodésique

Dans la fumée des ordures qui brûlent
Dans l’odeur du goudron

Dans les déchets de fer blanc et de plastique
Dans les journaux froissés

Dans les baraques sur le coteau
Dans la structure de béton

Sur le gasoil et la tristesse
Sur la grande pollution

  • 22 Manuel Alegre s’inspire d’une chanson de Luís de Camões (v. 1525 – 1580) qui commence ainsi : « Prè (...)

Où ni feuille ni herbe ne pousse
Sec dur stérile temps22

Devant la feuille blanche
De la solitude des faubourgs

Où la foule se perd
Entre tristesse et tristesse

Parfois un cœur :
Peut-être un oiseau vert

Ou peut-être rien que la chanson
De l’homme assis à table.

5

L’homme qui est assis à table
A quelque chose qui s’échappe

Quelque chose qui fait qu’il est
Absent étant présent

Parfois comme de mer
Parfois comme de sud

Une certaine façon de regarder
Comme pour traverser les choses

Le don singulier de quelqu ’ un
Toujours en partance.

L’homme assis à table
N’est pas assis : il marche

Il navigue au-dessus des mers
Ou au-dedans de lui-même

Il vient de loin vers le lointain
Du passé vers maintenant

De maintenant vers demain
Il va à contre-courant de l’heure

Il lâche l’oiseau il ne s’arrête pas
Il a un autre espace un autre azur

Parfois comme de mer
Parfois comme de sud.

Et l’on ne sait pas avec certitude
S’il se trouve de ce côté-ci

Ou s’il se trouve de l’autre côté
De ce côté où il ne se trouve pas.

Même s’il est assis à table
Il est impossible de le retenir

L’homme qui a un oiseau
Est toujours un homme qui passe.

Il a quelque chose mais
On ne sait pas quoi ni de qui

C’est peut-être un plus loin
Quelque chose qui monte et qui vole

Entre Ici et Là-bas
Quelque chose qu’on ne pardonne pas

À l’homme quand il porte
Un oiseau en lui.

6

Il y a un harpiste qui pince
Sur les harpes chaque syllabe

Devant la feuille blanche
Tout est guitare et surprise.

Écoutez l’oiseau et le chant
De l’homme assis à table.

Notes

19 Le zapatéado est une danse d’origine espagnole, scandée par des martèlements de pied au sol, que l’on retrouve dans le flamenco.

20 La malagueña, qui n’est plus dansée de nos jours, est un chant populaire andalou, qui peut être accompagné à la guitare.

21 Il s’agit d’une réminiscence du Chant funèbre pour Ignacio Sánchez Mejías, de Federico García Lorca (1898-1936), qui évoque dans son poème un tragique événement tauromachique, la mort d’Ignacio Sánchez Mejías : « Les blessures brûlaient comme des soleils / à cinq heures du soir,/ et la foule brisait les fenêtres / à cinq heures du soir. / Ah, les terribles cinq heures du soir !/ Il était cinq heures à toutes les horloges !/ Il était cinq heures d’ombre dans le soir ! » (Federico García Lorca, Chant funèbre pour Ignacio Sánchez Mejías, trad. par André Belamich, in Œuvres Complètes, note sur la présente édition par André Belamich, Paris, Gallimard « Bibliothèque de la Pléiade », 1981, p. 586). Lorca fut fusillé après avoir été arrêté par la garde civile franquiste.

22 Manuel Alegre s’inspire d’une chanson de Luís de Camões (v. 1525 – 1580) qui commence ainsi : « Près d’une sèche, dure et stérile montagne,/ Inutile et dénudée, chauve et informe,/ En tout déshéritée de la nature,/ Où aucun oiseau ne vole, aucune bête ne dort, / Où jamais ne court un clair ruisseau / Ni ne bouillonne une fontaine,/ Où jamais un rameau vert ne fait entendre un doux murmure,/ Dont le nom, donné par le vulgaire, / Est Félix par antiphrase d’infélicité ;/ […] » (Georges le Gentil, Camões – L’œuvre épique et lyrique, Paris, Chandeigne, 1995, p. 209).

© UGA Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search