Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Lexique des émotions

 | 
Iva Novakova
, 
Agnès Tutin

3. Autour de quelques sentiments/émotions

L’aspectualité des constructions verbo-nominales de sentiment en français et en russe

Elena Melnikova

Résumé

Le présent article est consacré à l’étude contrastive des paramètres de la catégorie de l’aspectualité en russe et en français. L’aspectualité dans les constructions verbo-nominales est très peu étudiée, ce qui peut tenir à la fois à la nouveauté de la recherche et à sa problématique. L’étude a pour objectif, d’une part, d’étudier les moyens d’expression de l’aspectualité dans les constructions verbo-nominales en russe et en français et, d’autre part, de montrer que l’aspect affecte aussi le nom, contrairement à l’idée largement répandue selon laquelle l’aspect est une catégorie essentiellement verbale. L’enjeu scientifique de notre travail est de contribuer à l’étude de l’aspectualité des systèmes verbaux et nominaux du russe et du français.

The present article is devoted to the contrastive study of means of expression of the aspect category in Russian and French. The category of aspect in the Verb + Noun constructions is not enough studied in the linguistics literature. Our aim is to study the means of expression of the aspect in the Verb + Noun constructions in Russian and French. And on the other hand, to show that aspect also affects the Noun, which is contrary to widespread ideas, that aspect is the only verbal category. The scientific intention of our work is to contribute to the linguistics study of verbal and nominal systems in Russian and French.

Texte intégral

1. Introduction

1Cet article est consacré à l’étude des paramètres aspectuels dans les constructions verbo-nominales (CVN) exprimant des sentiments en russe et en français. L’aspect – qui a été toujours considéré comme une catégorie verbale – peut également affecter la classe nominale, notamment les noms de sentiment (N_sent). L’étude poursuit un double objectif : d’une part, étudier les moyens d’expression de l’aspectualité dans les CVN en russe et en français. D’autre part, montrer que l’aspect affecte aussi le nom (Anscombre, 2005 ; G. Gross, 1996 ; Kossakovskaïa, 2002 ; Pazelskaïa, 2003), contrairement à l’idée largement répandue selon laquelle l’on considère que l’aspect est une catégorie essentiellement verbale (Cohen, 1989).

2Le calcul des valeurs aspectuelles des CVN relève de l’analyse de leur combinatoire syntaxique et lexicale, composée de différents paramètres (les propriétés aspectuelles du verbe, les temps verbaux, les phases, les structures binominales, la détermination).

3Nous allons d’abord donner quelques définitions concernant des CVN et circonscrire le statut des N_sent par rapport aux N d’affect. Nous motiverons ensuite le choix des N_sent étudiés ici et étudierons enfin leurs paramètres aspectuels.

2. Hypothèses de travail

4Dans notre étude, nous partirons des hypothèses suivantes :

5a) La combinatoire syntaxique et lexicale des N_sent (propriétés aspectuelles du verbe, temps verbaux, phases, structures binominales, détermination) est révélatrice des traits aspectuels des N_sent, tels que ponctuel/duratif ou les deux à la fois :

colère (ponctuel), bonheur (duratif), peur (ponctuel et/ou duratif)

gnev (ponctuel), sčast’je (duratif), strax (ponctuel/duratif)

6b) Il existe une affinité entre les traits aspectuels inhérents des N_sent et les propriétés aspectuelles du verbe avec lequel les N_sent se combinent (duratif/ponctuel en français vs imperfectif/perfectif en russe) :

vivre dans le bonheur (duratif), exploser de colère (ponctuel)
jit’v sčast’e (imperfectif), rasserdit’sja, razozlit’sja (perfectif)

7c) L’approche contrastive devrait permettre de mieux expliciter les traits aspectuels des N_sent. En russe, l’aspect est codé morphologiquement, ce qui pourrait permettre de mieux appréhender l’aspect dans les CVN en français, où celui-ci est exprimé par d’autres moyens :

zlit’sja (imperfectif), être en colère (duratif)
razozlit’sja (perfectif), exploser de colère (ponctuel)

3. Précisions théoriques

8Nous avons choisi les CVN comme champ de localisation de l’aspectualité, car, en tant que catégorie lexico-grammaticale, elle touche aussi bien le lexique que la syntaxe de la phrase. La CVN est envisagée dans notre travail comme le nœud syntaxique de l’aspectualité de la phrase. Étant donné que l’aspect du verbe est déjà très bien étudié à partir du verbe seul, il nous semble important d’examiner de plus près les valeurs aspectuelles dues à la combinaison du verbe et du N_sent.

3.1. L’aspect comme catégorie verbale mais aussi nominale

9L’aspect verbal a été très bien exploré en aspectologie russe et française. Cohen (1989, p. 50) considère l’aspect comme une catégorie verbale opposée à la classe nominale : « le verbe apparaît comme le siège de la relation prédicative et le symbole de la phrase elle-même ». Du fait de la variation de la forme verbale, le verbe devient le lieu morphologique de toutes les valeurs aspectuelles. Guiraud-Weber étudie, elle aussi, l’aspect en russe en tant que catégorie verbale :

[…] l’aspect est présenté comme faisant partie d’un ensemble de paramètres qui conditionnent le système verbal de cette langue [le russe], notamment le temps, le mode et le sémantisme verbal. (2004, p. 5)

10Mais l’auteur admet que « l’aspect en russe est une catégorie grammaticale complexe qui relève, à la fois, de la morphologie, de la syntaxe et du lexique » (ibid., p. 9). L’aspect peut être aussi bien étudié à partir de la catégorie nominale.

11L’aspect des noms a été très peu étudié, et encore moins dans une perspective contrastive. L’étude des expressions verbo-nominales montre que les verbes ne sont pas les seuls à véhiculer les paramètres aspectuels. Les noms d’action, de processus, d’état ou de sentiment, étant généralement issus de verbes, sont capables de produire des effets aspectuels comparables à ceux des verbes (Vivès, 1993). L’aspectualité dans les CVN en russe a été surtout étudiée à partir des noms déverbaux qui « héritent » des valeurs aspectuelles des verbes desquels ils sont dérivés (Kossakovskaïa, 2002). On a alors distingué la catégorie grammaticale de l’aspect dans les noms d’action. Certains véhiculent des nuances perfectives – padenie (chute), pryžok (saut), opozdanie (retard) – et d’autres expriment des nuances imperfectives – padanie (procès de tomber), pryganie (procès de sauter), opazdyvanie (le procès de tomber, de sauter, de venir en retard).

  • 1 « Nous définirons le perfectif comme un verbe qui implique la notion de franchissement d’une borne (...)
  • 2 Voir aussi, à ce sujet, Novakova (2001).

12L’aspectualité des CVN_sent sera étudiée à travers deux caractéristiques aspectuelles : la durativité et la ponctualité, qui affectent le nom. Il est également important de préciser les notions aspectuelles que nous retenons pour les verbes des constructions russes et françaises étudiées, puisque l’aspect est encodé différemment dans les deux langues. En russe, il existe des paires aspectuelles morphologiques du verbe (bojat’sja [imperfectif]/ ispugat’sja [perfectif]) ; en français, l’aspect relève plutôt du sémantisme du verbe, des temps verbaux (formes simples/formes composées) ou de la réalisation contextuelle du verbe. Nous retenons ici l’opposition perfectif/imperfectif1 pour l’aspect lexical et grammatical codé dans la morphologie des verbes russes. En revanche, pour l’aspect lexical des verbes français nous utilisons les termes de télique (franchissement d’une borne)/atélique (nonfranchissement d’une borne). En ce qui concerne l’aspect grammatical en français, celui-ci est exprimé à travers l’opposition entre temps simples (inaccompli) et temps composés (accompli)2. Ainsi, si l’on compare les CVN dans les énoncés : « Une colère sèche m’envahissait peu à peu » (B. Vian) et « Une colère soudaine envahit Robinson » (M. Tournier), le verbe envahir est télique et possède une valeur inaccomplie dans le premier cas (= le héros n’est pas encore en colère), tandis que dans le second il a une valeur accomplie (= Robinson est en colère). Le rôle de l’environnement sémantique et syntaxique du verbe est également très important pour spécifier l’aspect (Novakova, 2001, p. 221).

3.2. Les constructions verbo-nominales

13La construction verbo-nominale est conçue dans notre travail comme l’association du verbe et du nom qui sont liés à différents degrés (constructions libres, semi-figées, figées [Mel’čuk, 2003]) sur le plan syntaxique et sémantique. Le constituant verbal d’une telle construction peut être nommé « collocatif » qui désigne un membre dépendant « choisi en fonction du premier élément et du sens à exprimer », (Mel’čuk, idem). Parmi les collocatifs verbaux des N_sent, le verbe support est considéré généralement comme une partie constitutive des CVN, en schéma : Verbe support (Vsup) + Nom prédicatif (Npréd). La construction à prédicat nominal correspond à la phrase à prédicat verbal (G. Gross, 1996).

(1) Luc a de l’admiration pour Marie/Ljuk (est’) v vostorge ot Marii (phrase à prédicat nominal)

(2) Luc admire Marie/Luk vosxiščajetsja Mariej (ins.) (phrase à prédicat verbal)

14En (1) la fonction de prédicat est assumée par le nom. Le Vsup actualise les prédicats nominaux, il prend en charge les informations grammaticales comme : le temps, l’aspect, le mode, la personne, le nombre.

15D’après G. Gross (1996, p. 61) :

[…] les verbes supports […] conjuguent les prédicats nominaux, c’est-à-dire les inscrivent dans le temps : présent, passé, futur, et assurent la mise en ordre relative des événements les uns par rapport aux autres dans un texte donné.

16Les Vsup actualisent les prédicats nominaux en véhiculant également « d’autres informations sur la nature interne de l’événement », à savoir l’aspect (ibid.).

17Les Vsup les mieux étudiés en français sont avoir, donner, être, faire, mettre, perdre, prendre. Généralement, ils sont considérés comme sémantiquement « vides », « formes dégénérées » (M. Gross, 1981, p. 37) qui se rapprochent des verbes non prédicatifs (copules, auxiliaires, semi-auxiliaires). Mais, du fait que les Vsup ont des variantes aspectuelles (arriver, tomber, prendre, perdre, etc.), « le lexème verbal peut lui aussi jouer un rôle sémantique » (Gaatone, 2004, p. 240), notamment l’expression de l’aspect, du déroulement de l’action (ponctuel, duratif, etc.). Il existe une affinité entre les valeurs aspectuelles des Vsup et celles des Npréd (processif/statif) (G. Gross, 1996 ; Daladier, 1978, 1996). C’est le Npréd, en fonction de ses traits aspectuels, qui sélectionne le Vsup, comme on le voit en (3) et (4) :

(3) Il est arrivé un malheur/Slučilos’nesčast’je (Vsup événementiel, ponctuel, Npréd processif)

(4) *Il est arrivé un bonheur/*Slučilos’sčast’je (Vsup événementiel, ponctuel, Npréd statif) (cité dans Gaatone, 2004, p. 242)

18Un certain nombre de linguistes (Gaatone, 2004, p. 245) proposent d’inclure les verbes événementiels dans les Vsup.

4. Les noms de sentiment dans les constructions verbo-nominales

19Pour l’étude de l’aspectualité dans les CVN, nous avons choisi les noms de sentiment (comme partie nominale). Dans la typologie des noms, on distingue les sentiments des émotions, bien qu’ils partagent des traits communs : les deux types de noms présentent le sujet comme affecté par le sentiment. La distinction est que l’émotion n’a pas nécessairement d’objet (il a éventuellement une cause), mais le sentiment en a obligatoirement un : on éprouve de la compassion (sostradanije) toujours pour quelqu’un. Les émotions sont retenues également comme les affects provoqués par une cause externe (Tutin et al., 2006).

20En linguistique russe, suite aux études psychologiques sur les sentiments, on distingue : émotions (« de courte durée ») et sentiments de relations émotionnelles stables (« de longue durée ») (Iordanskaïa, 1970). L’auteur classe 38 mots qui désignent des sentiments-états. Il s’agit des noms de type radost’ (joie), ogorčenije (chagrin), strax (peur), udivlenije (étonnement) qui sont des N_sent (état) à la différence des noms du type lubov’ (amour), nenavist’ (haine), uvaženije (respect), prezrenije (mépris), simpatija (sympathie), doverije (confiance) qui sont analysés comme des sentiments-attitudes (Iordanskaïa, idem).

21Nous n’allons pas distinguer dans notre analyse les sentiments-états et les sentiments-attitudes, les sentiments de longue ou de courte durée, ou les sentiments et les émotions, réunis sous la dénomination d’« affect ». Dans la typologie des noms (Iordanskaïa, idem), ils sont tous présentés sous le terme de sentiment. Et les noms colère (gnev), joie (radost’), bonheur (sčast’je), amour (lubov’) seront traités ici en tant que N_sent.

22Nous avons choisi d’étudier les N_sent colère (gnev, jarost’) (plutôt ponctuels) ; bonheur (sčast’je) (plutôt duratifs) et peur (strax), joie (radost’), amour (lubov’) comme étant des noms pouvant véhiculer ces deux valeurs en fonction de leur distribution dans le contexte.

5. Le corpus

  • 3 Voir, ci-dessous, sources des textes.

23Dans le cadre de cette recherche contrastive, nous avons eu recours aux corpus parallèles (Williams, 2005). Le corpus parallèle (corpus de traduction) est composé de textes originaux dans une langue, alignés avec leur traduction dans une autre langue. Nous avons exploré les bases de données Frantext et Ruscorpora. Les textes alignés en français et en russe sont des textes d’auteurs des xixe et xxe siècles, traités dans leur version originale et dans leur version traduite3.

  • 4 D’Olivier Kraif, consultable sur : http://w3.u-grenoble3.fr/kraif/)

24Nous avons extrait le patron syntaxique Vsup + N_sent dans les textes russes et français, pris comme source (textes originaux) et comme cible (textes de traduction). Les exemples sont recueillis à partir de corpus de traductions alignées (logiciel Alinea4). Nous allons étudier l’aspectualité des CVN_sent à partir des paramètres suivants : les propriétés aspectuelles du verbe, les temps verbaux, les structures binominales à classifieur aspectuel et la détermination.

5.1. Les propriétés aspectuelles du verbe

25Les propriétés aspectuelles inhérentes aux N_sent étudiés – colère, fureur/gnev, jarost’ (ponctuels) ; bonheur/sčast’je (duratifs) et peur/strax, joie/radost’, amour/lubov’ (ponctuels ou duratifs) – peuvent être révélées à partir des verbes avec lesquels ils se combinent.

(5) Sa peur s’ajoutant à son extrême fatigue, une colère soudaine envahit Robinson. (M. Tournier)

Испуг и смертельное изнеможение Робинзона обратились вдруг в бешеную ярость.
Ispug i smertelnoje iznemoženije Robinzona obratilis’vdrug v bešenuju jarost’.
« Peur et mortelle fatigue Robinson (gén.) transformer (passé, perf., plur.) tout à coup en débridée colère. »

(6) Petr Stepanovič vošel v črezmernyj gnev. (F. Dostoïevski, LesPossédés)
Петр Степанович вошел в чрезмерный гнев.
« Pierre Stépanovitch (nom.) entrer (passé, perf., sing.) en excessif (masc.) colère (acc., masc.). »
Pierre Stépanovitch entra en fureur.

26Ainsi, en (5) et (6), les noms colère et gnev, d’aspect ponctuel, se combinent avec des verbes ponctuels comme envahir et vojti (entrer en) (perfectifs). Le verbe envahir en (5) est traduit en russe par obratit’sja, un verbe perfectif exprimant le franchissement d’une borne. La construction syntaxique de la phrase russe change : le N_sent n’est plus sujet, mais argument du verbe. En russe, d’autres marqueurs, en harmonie avec l’aspect ponctuel du N_sent, se rajoutent dans la combinatoire, à savoir l’adjectif soudaine, rendu par l’adverbe vdrug (tout à coup) et l’adjectif bešenyj (débridé), rajouté par le traducteur qui renforce le trait ponctuel de jarost’ (colère).

27De même, en (6), dans la phrase russe originale, l’adjectif črezmernyj (excessif) met en évidence la ponctualité de gnev (colère). La traduction en français de gnev (colère) est fureur, qui rassemble en soi le sème de « colère excessive » et porte la valeur ponctuelle. De ce fait, dans les exemples (5) et (6), la ponctualité se révèle grâce à la combinatoire syntaxique et lexicale du N_sent, et ce dans les deux langues, mais de façon différente.

28En ce qui concerne l’expression de la durativité dans les exemples (7) et (8), bonheur (sčast’je) et lubov’ (amour), d’aspect duratif, se combinent naturellement avec des verbes duratifs comme contempler (nabludat’) (imperfectif), ou ždat’ (imperfectif) (attendre), qui envisagent le procès dans son déroulement (Kastler, 1995, p. 123).

(7) Il contemplait ce bonheur, cette beauté avec amertume. (V. Hugo, Notre-Dame de Paris)
Он с горечью наблюдал это счастье, эту красоту.
On s gorečju nabludal eto sčast’je, etu krasotu.
« Il avec amertume (instr.) observer (passé, imperf., sing.) ce (neutre) bonheur (acc., neutre), cette (fém.) beauté. »

29En russe, sčast’je (bonheur) entre facilement en interaction avec le verbe nabludat’ (imperfectif) (observer). Ce verbe met en valeur le sème de « regarder avec attention afin de connaître, d’étudier » (Le Petit Robert) à la différence de contempler (sozercat’) qui veut dire « regarder avec admiration » (idem). La présence d’un but probable (regarder pour étudier), encodé en russe dans nabludat’ (observer), fait que le verbe est moins duratif que contempler. Il en découle qu’en russe, sčast’je (bonheur) peut apparaître en combinaison avec un verbe à durativité « réduite ». Par ailleurs, amour (lubov’), en (8), est en combinaison avec un collocatif imperfectif :

(8) […] оna [duša], možet byt’, ždala svojej lubvi, svojej pory […] (I. A. Gontcharov)
[…] она [душа], может быть, ждала своей любви, своей поры, […]
[…] elle [l’âme], peut-être, attendre (passé, imperf., sing.) son amour (acc.), son temps (acc.) […]
« […] il se peut qu’elle [son âme] attendît son heure, son amour, […] »

30La combinatoire syntaxique des N_sent étudiés (Vsup + N_sent) permet de mettre en évidence leurs traits aspectuels. Ainsi, les propriétés aspectuelles du verbe, ponctuels ou duratifs, entrent en interaction avec les traits aspectuels des N_sent et aident à révéler l’aspectualité de la CVN.

5.2. Les temps verbaux

31L’aspectualité dans les CVN s’exprime aussi à travers les temps verbaux. L’imparfait correspond souvent au passé imperfectif en russe :

(9) Et puis, en vérité, il avait peur !… (G. Leroux)
Да он и в самом деле боялся…
Da on i v samom dele bojalsja…
« Et il en vérité avoir peur… (passé, imperf., sing.) »

32Le passé composé a fréquemment pour équivalent le passé perfectif en russe :

(10) Madame a eu peur, naturellement, et elle a crié, […] (G. Leroux)
Госпожа, понятное дело, испугалась и закричала, […]
Gospoža, ponjatnoje delo, ispugalas’i zakričala […]
« Madame, claire affaire, avoir peur (passé, perf., sing.) et crier
(passé, perf. [préfixe za-], sing.) […] »

33Les temps verbaux représentent un moyen explicite d’expression de l’aspectualité dans le couple verbo-nominal. La distinction aspectuelle accompli/inaccompli en français s’exprime formellement à travers l’opposition passé composé/imparfait (Creissels, 1993-1994).

34En russe, les temps verbaux ne jouent pas un rôle distinctif dans la détermination des aspects : c’est la morphologie verbale qui indique l’aspect perfectif ou imperfectif du verbe. Ainsi, en (11), l’aspect perfectif en obradovalo est marqué par le préfixe ob- :

(11) Neožidanno bystroje ispolnenije moix tajnyx želanij menja i obradovalo i ispugalo. (I. S. Tourgueniev)
Неожиданно быстрое исполнение моих тайных желаний меня и обрадовало ииспугало.
« Inattendu (adv.) rapide réalisation (nom., neutre) mes secrets désirs (gén.) me (acc.) et faire joyeux (passé, perf. [préfixe ob-], sing.) et faire peur (passé, perf. [préfixe is-], sing.). »
La réalisation soudaine de mon désir voilé me remplit de joie et d’appréhension.

35Le verbe perfectif obradovat’ est traduit en français par la CVN remplir de joie qui est télique et qui apparaît ici au passé simple ; il véhicule donc des traits aspectuels ponctuels. En revanche, l’imperfectif radovalis’ est rendu en français par ils se réjouissaient, donc par un verbe atélique employé à l’imparfait qui exprime l’aspect duratif, comme en (12) : radovalis’ (ils se réjouissaient).

(12) […] na drugoj den’, na tretij opjat’točno takže vse radovalis’ pri vstreče s nim. (L. Tolstoï, Anna Karénine)
[…] на другой день, на третий опять точно так же все радовались при встрече с ним.
« […] pour autre jour, pour troisième encore précisément comme ça tous se réjouir (passé, perf., sing.) sous rencontre avec lui. »
[…] on ne se réjouissait pas moins de le revoir encore le lendemain et le surlendemain.

36La paire aspectuelle russe on ispugalsja (passé perfectif) /il a eu peur, on bojalsja (passé imperfectif) /il avait peur n’est pas toujours rendue par la CVN usuelle avoir peur en français. Dans notre corpus, nous trouvons soit d’autres constructions à Vsup marquées aspectuellement (remplir de joie [accompli]), soit un verbe renvoyant au procès accompli ou inaccompli (on se réjouissait [imparfait, procès inaccompli]).

5.3. Les phases

37Les CVN de sentiment peuvent exprimer les phases de procès (inchoative, cursive et terminative). Elles relèvent des aspects lexicaux (« Aktionsart » ou modes de procès) et sont exprimées à l’aide de périphrases verbales (commencer, être en train de, terminer de). L’expression des phases est fréquemment observée dans les CVN à N_sent plutôt ponctuels :

(13) La belle Normande, […], entra dans une colère terrible. (É. Zola)
[…] гнев ее [прекрасной нормандки] был страшен.
[…] gnev eje [prekrasnoj normandki] byl strašen.
« […] colère sa [belle (gén.) Normande (gén.)] être (passé) terrible. »

(14) Il […] mettait en joie tous les polissons. (T. Gautier)
[…], к несказанной радости уличных мальчишек.
[…], k neskazannoj radosti uličnyx malčišek.
« […], pour inexplicable (dat.) joie (dat.) de rue (gén., plur.) garçons (gén.). »

38La phase inchoative se manifeste à travers des verbes comme entrer dans (13), mettre en (14), qui expriment le début du procès. Les N_sent les plus compatibles avec le sème du commencement sont les N_sent ponctuels (colère) ou ceux qui tendent à être ponctuels (joie). Ainsi, à travers la phase inchoative, les CVN expriment la ponctualité.

39La traduction russe ne présente pas des cas équivalents, mais l’expression des phases du procès dans les CVN_ sent est également propre au russe. Par exemple, en (6), la CVN vošel v črezmernyj gnev (entra en fureur) est de phase inchoative. Ici, la nature ponctuelle de gnev (colère, fureur [črezmernyj gnev]) est en harmonie avec le Vsup télique vxodit’ (entrer) qui, de plus, exprime la phase inchoative.

40La phase cursive, qui marque le procès en train de se dérouler, se manifeste naturellement dans les constructions à N_sent plutôt duratifs, comme en (15) et (16) :

(15) Mais tu répands en nous un bonheur infiniment simple. (A. de Saint-Exupéry, Terre des hommes)
Но ты даешь нам бесконечно простое счастье.
No ty daješ nam beskonečno prostoje sčast’ je.
« Mais tu donnes (présent, télique) nous (dat.) infiniment simple (acc.) bonheur (acc.). »

(16) […] s’ils avaient pu s’embrasser en paix et vivre en joie. (É. Zola)
[…] если бы они могли спокойно обнять друг друга и жить весело.
[…] esli by oni mogli spokojno obnjat’drug druga i žit’ veselo.
« […] si (particule de conditionnel) ils pouvaient (conditionnel, plur.) embrasser un autre (gén.) et vivre (inf., imperf.) gaiement. »

41Généralement, dans notre corpus, les N_sent duratifs se rencontrent dans les CVN véhiculant la phase cursive. Ainsi, en (15) et (16), les N_sent bonheur (sčast’je) et joie (radost’), lorsqu’ils sont duratifs, se combinent avec les verbes répandre (davat’) et vivre (žit’) (atéliques, inaccomplis). La phase cursive se révèle à travers la combinaison du sémantisme du verbe, de son aspect duratif (répandre, vivre) et celui des N_sent associés. Quant aux N_sent ponctuels, ils peuvent aussi se trouver dans les CVN à phase cursive (17), mais le choix de verbes supports est dans ce cas assez restreint, par exemple : être en (17).

(17) M. Julien était bien en colère. (Stendhal)
господин Жюльен ужас как рассердился.
gospodin Julien ujas kak rasserdilsja.
« Monsieur Julien terreur comment se fâcha (passé, perf.). »

42De même, en russe, dans l’exemple (8), ždala svojej lubvi (attendît son amour), lubov’ (amour) de nature plutôt durative, se combine très bien avec ždat’ (attendre) (atélique, inaccompli) et dans cette combinaison, la CVN exprime la phase cursive de procès.

43La phase terminative marque la fin du procès exprimé par les CVN de sentiments. C’est pourquoi les N_sent ponctuels choisissent comme Vsup les verbes téliques, accomplis, comme en (18).

(18) Sa colère tomba. (É. Zola)
Гнев ее прошел.
Gnev eje prošel.
« Colère sa s’en alla. (passé, perf.) »

44Le procès, désigné par les CVN données, aspire vers sa fin (sa colère tomba). Il s’ensuit que la ponctualité s’avère être en harmonie avec le début et la fin du procès. Nous pouvons en déduire que les phases du procès sont un des paramètres aspectuels révélés par la combinatoire lexicale et syntaxique des CVN de sentiments.

45Les paramètres sémantiques que nous avons étudiés (les propriétés aspectuelles des verbes et les phases) révèlent l’aspectualité des N_sent à travers les Vsup. Dans la section suivante nous allons étudier les structures binominales et la détermination des N_sent en tant que paramètres aspectuels relatifs essentiellement aux N_sent et relevant de la combinatoire syntaxique des N_sent étudiés.

5.4. Les structures binominales N1deN2 dans les constructions verbo-nominales

46Dans les structures binominales N1 de N2 – moment de joie (moment radosti), accès de colère (pristup gneva), années de bonheur (gody sčast’ja) –, le classifieur N1 peut aussi être révélateur des traits aspectuels du N_sent (N2) (Tutin et al., 2006). Ainsi, accès, bouffée(s), instant(s), éclat(s), flot(s), explosion, coup(s), transport(s) sont des classifieurs d’aspect ponctuel. En russe, on trouve des classifieurs du même type, tels que pristup (accès), poryv (élan), vsplesk (transport, mouvement), mig (moment), udar (coup), vzryv (explosion), priliv (flot). Ce cas est illustré par l’exemple suivant :

(19) Mais j’ai appris à ne jamais agir sous le coup de la colère. (M. Tournier)
Но я уже научился не уступать первому порыву гнева.
No ja uže naučilsja ne ustupat’pervomu poryvu gneva.
« Mais moi déjà apprendre (passé, perf., sing.) ne céder (inf.) premier (dat.) coup (dat.) colère (gén.). »

47Ici, dans la construction agir sous le coup de la colère, le coup de la colère est une structure binominale ponctuelle qui s’accentue également à l’aide de l’adjectif numéral premier (pervyj). Le verbe agir – atélique (ustupat’) (imperfectif) – fait ressortir la valeur ponctuelle en combinaison avec les noms et, de plus, avec la négation (ne jamais). Dans la traduction russe, ustupat’ (imperfectif) (céder), qui est télique, est pris comme équivalent d’agir, ce qui renforce le statut ponctuel de toute la construction.

48Certains noms changent leur aspect duratif ou ponctuel, en fonction du contexte. Par exemple, en (20), lubov’ (amour) qui est plutôt d’aspect duratif, peut se combiner aussi avec un classifieur ponctuel comme priliv (flot) :

(20) […] uvidav eto […] litso, ona počuvstvovala neožidannyj priliv ljubvi k nemu. (L. Tolstoï, Guerre et Paix, t. I)
[…] увидав это […] лицо, она почувствовала неожиданный прилив любви кнему.
« […] voir (part. passé) ce visage (acc.), elle ressentir (passé, perf., sing.) inattendu (masc.) flot (acc.) amour (gén.) envers lui. »

[…] la vue de ce […] visage […] fit monter un flot d’amour à son cœur.

49On observe ici une interaction entre l’aspect du N_sent, celui du classifieur et du verbe. Lubov’ (amour) se combine ici avec le verbe perfectif počuvstvovat’ (ressentir) et le classifieur aspectuel exprimant la ponctualité priliv (flot, affluence). Une nuance ponctuelle est rajoutée également par l’adjectif neožidannyj (inattendu). La traduction française rend le caractère ponctuel de la CVN à l’aide d’une construction causative, faire monter, suivie du classifieur duratif flot. Cette affinité s’explique par le fait que la structure binominale choisit le verbe en fonction de ses propriétés aspectuelles.

50Pour l’aspect duratif, le français et le russe disposent des classifieurs suivants : années (gody), jours (dni), moments (momenty, minuty), etc. Dans les exemples (21) et (22), l’aspect duratif est rendu à l’aide des structures binominales vremena (temps), časy (heures) :

(21) […] on vspominal pervyje vremena svojej ljubvi k nej ! (L. Tolstoï)
[…] он вспоминал первые времена своей любви к ней !
« […] il se souvenir (passé, imperf., sing.) premiers temps (acc.) son amour (gén.) envers elle ! »
[…] il se souvenait des premiers temps de […] son amour pour elle !

51Ici, lubov’ (amour) apparaît comme duratif en combinaison avec le classifieur au pluriel vremena (temps au pluriel) ; tous les deux se combinent à leur tour avec le verbe vspominat’ (se souvenir) (imperfectif). L’adjectif pervyje (premiers) perd sa nuance ponctuelle qu’il avait en (19), étant au singulier. Pervyje (premiers), aussi bien que vremena (temps) mis au pluriel, renforcent l’idée de durativité que la CVN véhicule. Il en est de même en français :

(22) Elle regrettait les moments de bonheur […] (Stendhal)
Она с сожалением вспоминала о минутах счастья […]
Elle s sožalenijem vspominala o minutax sčast’ja […]
« Elle avec regret se souvenir (passé, imperf., sing.) de minutes (loc.) bonheur (gén.) […] »

52Pour conclure, les classifieurs des N_sent sont, comme les Vsup, un indicateur fiable permettant de révéler leurs traits aspectuels.

5.5. La détermination

53Les traits aspectuels des N_sent peuvent être également caractérisés à partir de leur détermination. Les N_sent d’aspect ponctuel, c’est-à-dire ceux qui se combinent avec les verbes téliques (saisir/sxvatit’, pojmat’ ; prendre/vzjat’ ; envahir/oxvatit’ ; soulever/podnjat’) et les classifieurs nominaux ponctuels (explosion/vzryv ; bouffée, élan, accès, excès, transport/pristup, poryv, etc.) acceptent facilement la détermination comptable (voir, dans cet ouvrage, la contribution de Iva Novakova et Agnès Tutin) :

(23) Une colère l’envahit. (A. de Saint-Exupéry, Vol de nuit)
Его охватил приступ гнева.
Ego oxvatil pristup gneva.
« Lui (gén.) envahir (passé, perf., sing.) l’accès (nom.) colère (gén.). »

54En russe, il n’existe pas de déterminants définis ou indéfinis. De ce fait, le russe se sert de classifieurs comptables – par exemple en (23) pristup (accès) + gneva (colère, gén.) – comme équivalent du SN (syntagme nominal) un N_sent. C’est également un indice révélateur de l’aspect ponctuel de colère dans les deux langues. Dans ces cas, le russe a aussi recours à des déterminants démonstratifs (etot/celui-ci, tot/celui-), indéfinis (kakoj-to/quelque, un, une), ou à un numéral cardinal (odin/un).

55Les N_sent ponctuels en français (angoisse, colère, etc.) acceptent aussi facilement la pluralisation. En russe, la mise au pluriel du nom abstrait apparaît très rarement ou n’est pas possible pour certains N_sent (gnev/colère, par exemple) ; le traducteur utilise alors d’autres moyens pour exprimer la quantification. Le cas le plus fréquent est celui de l’emploi des classifieurs au pluriel avec les N_sent. Le russe n’ayant pas de distinction singulier/pluriel pour les noms abstraits : gnev (colère)/*gnevy (colères), il est nécessaire, pour bien traduire les nuances aspectuelles, d’utiliser les classifieurs au pluriel (vspyški [nom.] gneva/ des éclairs de colère) comme en (24) :

(24) Les paroles lentes et plaintives de sa femme, ses attitudes résignées le faisaient peu à peu entrer dans des colères aveugles. (É. Zola)
Тягучие, жалостные слова жены, ее смиренный вид  ? ? ? ?помалу доводили его до вспышек дикого гнева.
Tiagučije, žalostnyje slova ženy, eje smirennyj vid malo-pomalu dovodili ego do vspyšek dikogo gneva.

« Lentes, plaintives paroles (nom.) femme (gén.), sa vue (nom.) résignée peu à peu amener (passé, imperf., télique, sing.) lui (acc.) jusqu’à éclairs (gén.) sauvage (gén.) colère (gén.). »

56Dans cet exemple, la ponctualité se révèle à travers la combinatoire de colère (gnev) enrichie par la construction verbale télique faire entrer dans (dovodit’do). On y trouve également la locution adverbiale peu à peu (malo-pomalu) désignant l’orientation graduelle vers le but à franchir.

57Du fait de cette absence de pluriel, en russe le N_sent apparaît au singulier dans la traduction du français :

(25) Fernand, vous êtes un mauvais cœur d’appeler à l’aide de votre jalousie les colères de Dieu ! (A. Dumas)
Ты злой, если на помощь своей ревности призываешь божий гнев !
Ty zloj, esli na pomošč svojej revnosti prizyvaješ božij gnev !
« Tu méchant, si à aide ta jalousie (dat.) appelles (présent, télique)
Dieu (adj., acc.) colère (acc.) ! »

58La détermination massive concerne plutôt les N_sent duratifs comme bonheur (sčast’je) (26), ou ceux qui peuvent être duratifs joie (radost’), (27), peur (strax, bojazn’), (28). Ils se combinent facilement avec le partitif. La détermination massive est liée à l’expression de l’aspect duratif dans les CVN.

(26) Du bonheur flottait sur son visage maquillé. (B. Poirot-Delpech)
Счастье озаряло её лицо.
Sčastje ozarjalo eje lico.
« Bonheur (nom. sing.) éclairer (passé, imperf., sing.) son visage. »

59En (26), bonheur, duratif par sa nature aspectuelle, est accompagné du partitif qui accentue la valeur massive du SN et, ensemble, ils entrent en interaction parfaite avec le verbe flotter, qui est atélique et inaccompli. En (27) et (28) où joie et peur sont duratifs, sous la détermination massive du partitif, ces derniers se combinent naturellement avec naître (télique à l’imparfait, inaccompli) et devenir (atélique) :

(27) […] il naissait en lui de la joie ou de la tristesse, […] (R. Sabatier).
[…] в нём рождалась радость или грусть […]
[…] v nem roždalas’radost’ili grust’ […]
« […] en lui naître (passé, imperf.) joie (acc., sing.) ou tristesse (acc.) […] »

(28) […] leur amour était devenu de la peur, … (É. Zola)
[…] эта страсть превратилась в боязнь, […]
[…] eta strast’ prevratilas’v bojazn’ […]
« […] cette passion (nom.) se transformer (passé, perf., sing., fém.) en peur […] »

60La traduction russe rend la valeur durative de de la peur en (28) à l’aide de bojazn’ (crainte) qui est dérivé du verbe bojat’sia (imperfectif) (avoir peur) et qui n’est pas précédé de déterminant.

61Il découle de ce qui précède que les N_sent sont susceptibles d’être précédés d’une détermination comptable ou massive. La détermination comptable concerne les N_sent ponctuels, tandis que la détermination massive touche les N_sent duratifs.

62En russe, la détermination est difficile à traduire. Les traducteurs font appel à des classifieurs ou simplement mettent le N_sent au singulier.

63À l’issue de cette analyse, nous pouvons distinguer quatre paramètres révélateurs de l’aspectualité dans les CVN de sentiment :

  1. les temps verbaux en français et la morphologie verbale en russe : il a eu peur (accompli)/ on ispugalsja (perfectif) ; il avait peur (inaccompli)/ on bojalsja (imperfectif) ;
  2. les phases du procès : inchoative ou terminative pour les N_sent ponctuels (se mettre en colère/prixodit’v jarost’ ; la colère tombe/jarost’, gnev spadajet), et cursive pour les N_sent duratifs (répandre le bonheur/davat’sčast’je) ;
  3. c) les classifieurs aspectuels dans les structures binominales (N1 de N2 en français et N1 N2(gén) en russe) : agir sous le coup de colère/ustupat’poryvu gneva (ponctuel) ; songer aux années de bonheur/mečtat’o godax sčast’ja (duratif) ;
  4. d) la détermination (en français) ou les classifieurs comptables (en russe), qui ont une incidence sur le calcul de l’aspectualité des CVN_sent : une colère envahit (dét. comptable, ponctuelle)/ oxvatil pristup gneva (dét. comptable, classifieur ponctuel) ; du bonheur flottait (détermination massive, durative)/ sčast’je vitalo (CVN durative).

6. Conclusions

64Les N_sent possèdent des traits aspectuels inhérents (duratif/ponctuel). Il existe une affinité entre la nature sémantique du verbe et ces traits du nom. L’aspectualité des N_sent peut être étudiée à travers tout un ensemble de traits aspectuels véhiculés par leur combinatoire syntaxique (verbe, nom, déterminant, etc.).

65La CVN, qui se compose du Vsup et du Npréd de sentiment, est retenue dans notre recherche en tant que siège de l’aspectualité, dont l’incidence se produit du N_sent au verbe. Nous considérons que la combinatoire syntaxique et lexicale est révélatrice des traits aspectuels des N_sent. Celle-ci inclut les propriétés aspectuelles des verbes, les temps verbaux, des phases pour le syntagme verbal et les structures binominales, la détermination pour le syntagme nominal de la CVN_sent.

  • 5 Je tiens à remercier Mme Iva Novakova de m’avoir proposé de publier cet article dans le présent vo (...)

66Dans la perspective contrastive qui est la nôtre, nous pouvons conclure que la distribution syntaxique et lexicale des N_sent en français, ainsi qu’en russe, est très diversifiée. Nos observations sur la détermination des N_sent ou l’aspect lexical des collocatifs verbaux sont révélatrices des caractéristiques ponctuelles/duratives dans les CVN en français. En revanche, le russe dispose d’un éventail de classifieurs ponctuels dans les structures binominales assez diversifié, et possède toute une gamme de propriétés aspectuelles codées morphologiquement dans le verbe.5

Bibliographie

Sources des textes

Textes en français

a) Base textuelle Frantext, ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française), CNRS/université Nancy 2, consultable sur : http://www.frantext.fr

Poirot-Delpech B., L’Été 36 (consulté le 10 octobre 2007).

Sabatier R., Les Noisettes sauvages (consulté le 18 octobre 2007).

Tournier M., Vendredi ou les limbes du Pacifique (consulté le 18 octobre 2007).

b) http://www.ebooksgratuits.fr

Boulgakov M., Le Maître et Marguerite (consulté le 21 décembre 2006).

Les Possédés (consulté le 14 novembre 2006).

Dostoïevski F., Les Pauvres Gens (consulté le 30 octobre 2007).

Dumas A., Le Comte de Monte-Cristo, t. I (consulté le 8 novembre 2007).

Gontcharov I. A., Oblomov (consulté le 30 octobre 2007).

Hugo V., L’homme qui rit (consulté le 30 octobre 2007).

Notre-Dame de Paris (consulté le 8 novembre 2007).

Leroux G., Le Parfum de la dame en noir (consulté le 21 décembre 2006).

Saint-Exupéry A. de, Terre des hommes (consulté le 21 décembre 2006).

Vol de nuit (consulté le 30 octobre 2007).

Stendhal, Le Rouge et le Noir (consulté le 8 novembre 2007).

Tolstoï L., Anna Karénine (consulté le 21 décembre 2006).

Guerre et Paix, t. I (consulté le 14 novembre 2007).

Tourgueniev I. S., Premier amour (consulté le 17 novembre 2006).

Zola É., Thérèse Raquin (consulté le 14 décembre 2006).

Textes en russe

a) http://www.lib.ru/PROZA

Boulgakov M., Master i Margarita (consulté le 11 janvier 2007).

Dostoïevski F. M., Bednye ljudu (consulté le 30 octobre 2007).

Bessy (consulté le 15 novembre 2006).

Gontcharov I. A., Oblomov (consulté le 30 octobre 2007).

Tolstoï L., Anna Karenina (consulté le 21 décembre 2006).

Vojna i mir, t. I (consulté le 21 décembre 2006).

Tourgueniev I. S., Pervaja lubov’ (consulté le 14 décembre 2006).

b) http://www.lib.ru/INPROZ

Dumas A., Graf Monte-Kristo (Tchasti 1-3). (consulté le 8 novembre 2007).

Hugo V., Sobor Parizhskoj Bogomateri (consulté le 8 novembre 2007).

Hugo V. Tchelovek, kotoryj smejetsia. (consulté le 8 novembre 2007).

Leroux G. Duxi damy v tchernom. (consulté le 12 novembre 2007).

Saint-Exupéry A. de, Notčnoj polet (consulté le 8 février 2007).

Planeta ludej (consulté le 11 février 2007).

Stendhal, Krasnoe i tchernoje (consulté le 8 février 2007).

Tournier M., Piatnitsa, ili Tixookeanskij limb (consulté le 18 octobre 2007)

Notes

1 « Nous définirons le perfectif comme un verbe qui implique la notion de franchissement d’une borne et l’imperfectif comme une absence de limitation intrinsèque du procès » (Creissels, 1993-1994, p. 53).

2 Voir aussi, à ce sujet, Novakova (2001).

3 Voir, ci-dessous, sources des textes.

4 D’Olivier Kraif, consultable sur : http://w3.u-grenoble3.fr/kraif/)

5 Je tiens à remercier Mme Iva Novakova de m’avoir proposé de publier cet article dans le présent volume, de ses conseils particulièrement précieux et de sa vigilante tutelle scientifique.

Auteur

Laboratoire de Linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles (Lidilem), université Stendhal, Grenoble 3 et département de Langue française, université d’État d’Astrakhan, Russie

© UGA Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site